Navigation – Plan du site

La création d’un blogue alimentaire par un groupe d’aîné·e·s : la collectivisation de processus individualisants liés au “bien vieillir”

The Creation of a Food Blog by a Group of Elders : Collectivization of the Individualizing Processes Related to “Ageing Well”
Myriam Durocher et Maude Gauthier
p. 217-239

Résumés

À partir d’une perspective critique, cet article explore la manière dont sont négociées les injonctions à tendre vers un “vieillissement réussi” (Katz, 2013) alors qu’elles sont entrecroisées avec celles liées au “bien se nourrir” (Vigneault, 2012). Ce “bien vieillir” se manifeste entre autres par l’adoption de “saines habitudes alimentaires” et par la nécessité de demeurer inclus et actif au sein de la société. Cet article s’inscrit dans la lignée des travaux menés en études culturelles et en gérontologie critique qui ont questionné l’injonction au “bien vieillir” en lien avec la communication et la culture (Sawchuk, 2013 ; Grenier/Valois-Nadeau, 2013). Il propose une analyse des manières par lesquelles la médiatisation (Hepp, 2012) informe les pratiques activistes d’un organisme communautaire à travers la création d’un blogue sur l’alimentation. L’analyse présentée ici est le fruit d’une recherche qui s’est déroulée entre mai 2016 et mai 2017 et au cours de laquelle fut développé le projet de blogue. Elle analyse la manière dont le politique y prend forme selon trois dimensions : l’inclusion à la culture numérique par l’acquisition de compétences technologiques, l’accroissement de la visibilité du groupe et de sa mission, et l’engagement collectif engendré par la socialisation de ses membres, à travers l’ensemble du projet de blogue. L’alimentation et l’injonction au “bien vieillir” contemporain se trouvent alors configurées de manière particulière, participant à collectiviser une normativité qui tend autrement à individualiser les processus du vieillissement.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Organisme communautaire est synonyme d’ “association” au Québec.
  • 2 Il est à noter que l’aspect multiculturel caractéristique du groupe n’est pas au cœur de la présent (...)
  • 3 Un autre exemple concret de ce type d’activité à la fois activiste et artistique serait la tenue d’ (...)

1Cet article se penche sur le travail de Ressources Ethnoculturelles Contre l’Abus envers les Aîné-e-s (RECAA), un organisme communautaire à Montréal (Canada) qui regroupe des aîné·e·s d’origines ethniques et de milieux socio-économiques diversifiés1. Le groupe, majoritairement composé de femmes, est caractérisé par sa dimension multiethnique, alors que la plupart de ses membres proviennent de pays tels que l’Inde, la France, les États-Unis, etc2. Une vingtaine de membres participent de façon active et volontaire, sur une base hebdomadaire, aux activités artistiques et activistes du groupe. RECAA travaille pour le développement d’une culture de respect envers les aîné·e·s. Cette mission se décline entre autres par la création d’espaces d’échange inclusifs et participatifs pour les aîné·e·s de tous les horizons qui souhaiteraient les rejoindre et par la tenue d’activités de sensibilisation quant à la maltraitance envers ces personnes. Le groupe préconise des modes de communication artistiques tels que la danse et le théâtre pour mener ses activités de sensibilisation et ses actions à portée activiste et politique. Par exemple, il offre des performances sous formes diverses dans le cadre d’événements variés, comme des flash mobs, des danses chorégraphiées ou des compositions théâtrales (forum theatre) pour sensibiliser la population à divers enjeux3.

2Depuis plus de douze ans, les membres du groupe se rencontrent sur une base hebdomadaire afin de discuter de ces enjeux et de réfléchir aux manières de les communiquer par l’entremise de performances artistiques. Ils et elles profitent de ces rencontres pour partager un repas selon la formule potluck : chacun prépare un plat ensuite partagé au sein du groupe. Ils et elles en sont venu·e·s à réaliser à quel point ces moments ont contribué à renforcer les liens entre les membres du groupe et ont permis l’échange d’idées, d’expériences, les différences culturelles favorisant les découvertes culinaires, le partage de recettes. Au fil des ans, leurs pratiques activistes se sont transformées sous l’influence d’une culture médiatisée, jusqu’à la mise sur pied de ce projet de blogue alimentaire, Food Talks, À table with RECAA and friends. Le projet a pris la forme d’un nouveau mode d’expression pour le groupe, qui n’avait auparavant jamais documenté ni formalisé les rencontres et les discussions dans le cadre des potlucks.

3Il s’agissait pour RECAA d’une première expérience de participation web prenant la forme d’un “blogue”. Néanmoins, ce nouveau mode d’expression s’inscrit en cohérence avec les transformations opérées par le groupe dans ses pratiques artistiques-activistes (Sawchuk, 2013) alors qu’il s’est, au fil des ans et en réponse à la culture médiatisée au sein de laquelle il évolue, de plus en plus ouvert aux technologies médiatiques (comme la photographie et la vidéo). Depuis 2011, RECAA a établi des partenariats avec d’autres organisations qui ont pu lui fournir l’équipement et le soutien technique nécessaires au développement de connaissances numériques lui permettant de devenir de plus en plus autonome technologiquement parlant.

4Food Talks s’inscrit également en cohérence avec les idéaux liés à la conception normative d’un vieillissement réussi alors qu’à travers celui-ci, les membres développent des connaissances numériques et alimentaires leur permettant de demeurer inclus·e·s et engagé·e·s dans la société. La notion de vieillissement réussi provient de la recherche contemporaine en gérontologie et est inspirée des travaux de Rowe et Kahn (1999). Selon ces chercheurs, le vieillissement serait “réussi” lorsque l’aîné·e présenterait une bonne santé physique et mentale, favorisée par l’adoption d’habitudes de vie jugées saines. De plus, il ou elle demeurerait inclus·e dans la société active par son engagement dans des activités perçues comme productives et dans des relations personnelles significatives. Cette conception normative des processus de vieillissement a été critiquée par des chercheur·e·s en études critiques du vieillissement (voir Katz, 2013 ; Rozanova, 2010 ; Powell/Wahidin, 2006) puisqu’elle engendre une individualisation de ces processus qui ne tient pas compte des facteurs structurels d’exclusion qui peuvent l’informer.

5Cet article s’inscrit au cœur des champs des études culturelles (cultural studies) et des études critiques du vieillissement, dans la lignée des travaux qui ont questionné l’injonction au “bien vieillir” en lien avec la communication et la culture (voir Grenier/Valois-Nadeau, 2013). Peu de travaux ont jusqu’à présent questionné la manière dont s’entrecroisent et sont négociées les injonctions à tendre vers un “vieillissement réussi” avec celles liées à l’adoption de saines habitudes alimentaires, dans le contexte d’une société informée par des processus de médiatisation. Dans le prolongement des travaux de Sawchuk (2013) sur l’intégration des technologies aux pratiques du groupe, notre analyse s’est donc intéressée aux manières par lesquelles la médiatisation informe ses pratiques à travers son projet de blogue sur l’alimentation et comment, ce faisant, s’y trouve configuré de manière particulière le lien entre l’alimentation et l’injonction au bien vieillir contemporain. Notre travail se penche donc sur les pratiques du groupe RECAA, liées à la mise sur pied d’un projet de blogue, alors que celles-ci s’inscrivent en réponse à des injonctions sociales (bien vieillir, bien manger, participer à la culture médiatisée) qui informent le contexte socio-culturel contemporain. Ce travail d’analyse, tel que nous l’expliciterons dans les prochaines lignes, est ancré dans le champ des études culturelles, dont l’un des modes de déploiement consiste en l’analyse des discours en circulation (Foucault, 1971), qui informent, entre autres, les pratiques et les expériences vécues par les personnes, tout particulièrement celles de groupes marginalisés tels que les aîné·e·s.

6Après avoir présenté le cadrage théorique et méthodologique qui sous-tend le travail d’analyse, nous expliquerons les trois dimensions par lesquelles le “faire politique” s’exprime à travers ce projet de blogue : l’inclusion à la culture numérique par l’acquisition de compétences technologiques, l’accroissement de la visibilité du groupe et de sa mission, et l’engagement collectif engendré par la socialisation de ses membres, à travers l’ensemble du projet de blogue.

II. Une méthodologie ancrée au cœur des études culturelles

7Cette section présentera les ancrages théoriques et épistémologiques qui sous-tendent l’analyse de même que la démarche méthodologique utilisée pour les fins de la recherche. Ces éléments contextualisant permettront de mieux comprendre comment le “faire politique” prend forme et s’exprime à travers ce projet de blogue, alors qu’il sera situé dans son rapport à la culture médiatisée et aux discours constitutifs de la culture alimentaire contemporaine.

A. Se situer au sein du champ des études culturelles

8Il convient d’entrée de jeu de préciser que notre démarche de recherche est inspirée des définitions conceptuelles et des manières d’aborder les objets de recherche propres à la constitution du champ des études culturelles en sol américain. James Carey (2009) et Lawrence Grossberg (1996), qui ont largement contribué au développement de cette configuration du champ, se sont entre autres attardés à théoriser la relation entre la culture et le pouvoir, partant du postulat de base que celui-ci se déploie, agit au sein même de la culture. S’inscrire dans ce courant plutôt que dans celui développé initialement en Grande-Bretagne permet de détourner l’attention des chercheur·e·s d’une analyse portée sur la sélection, l’organisation des signes et des significations constitutifs des enjeux de pouvoir, sous-tendue par les notions d’idéologie d’Althusser et d’hégémonie de Gramsci (Durocher, 2017), pour la tourner plutôt vers l’analyse des pratiques constitutives de la culture, entendue selon la définition formulée par Williams (1981) et reprise par Stuart Hall (1980). Selon cette définition, la culture serait le lieu de production et de négociation des rapports de pouvoir participant à construire “le réel”. Pour Grossberg (2010), la culture doit être appréhendée et analysée dans son caractère “ordinaire”, c’est-à-dire en ce qu’elle est vécue et exprimée à travers les pratiques quotidiennes, et articulée à tout ce qui compose notre réalité, tant à l’économie qu’à la politique. À l’exploration de la nature d’une pratique, du rapport entre son expérience vécue par l’individu et le collectif, « […] on découvre qu’on est en train d’analyser, comme deux formes du même processus, sa composition active et ses conditions de composition, et dans une direction comme dans l’autre, il s’agit d’un complexe de relations actives en extension » (Williams, 1973 :57-58). Il s’agit donc de comprendre la pratique dans les relations qui la sous-tendent et l’organisent afin de s’intéresser à ce qui permet son existence (Durocher, 2017). Le fait de comprendre la pratique comme étant constitutive de la culture est largement inspiré des apports poststructuralistes au développement du champ (plus spécifiquement des travaux de Michel Foucault (1980) et de sa définition du pouvoir) et permet de rendre compte des différents rapports de pouvoir qui l’informent, rapports de pouvoir dont l’analyse ainsi définie est impossible lorsque limitée à la représentation, aux textes et aux significations. Elle inclut par exemple l’analyse des pratiques institutionnelles, les routines administratives et les arrangements spatiaux, qui sont des manifestations du pouvoir (Barker, 2004).

9Ainsi, ce travail d’analyse porte sur le développement du projet de blogue dans son ensemble, et non pas sur le blogue en lui-même, en tant qu’objet d’analyse ou en tant que porteur de significations, ou producteur et/ou diffuseur de représentations. Il ne s’agit pas non plus d’analyser les représentations dont font l’objet les aîné·e·s dans le contexte actuel ou telles qu’elles apparaissent sur le blogue en lui-même, mais bien plutôt de comprendre comment un tel projet de blogue peut prendre forme et se déployer ainsi, étant donné ce contexte. Lorsque dans le cadre de cette contribution nous faisons références aux pratiques de RECAA, il est question autant de celles qui sont informelles, comme c’est le cas avec les repas partagés, que de celles plus formelles, alignées avec la mission politique du groupe et qui visent entre autres l’accroissement de sa visibilité propre, de même que celle des enjeux qu’il défend.

10Parce que les pratiques culturelles sont constamment remodelées par les rapports de force qui les informent, leur analyse permet d’explorer certains des éléments contextuels qui participent à les moduler. Les cultural studies ont entre autres pour projet politique l’analyse des rapports de pouvoir qui participent à les produire de façon à rendre compte de la manière dont les individus : « […] are empowered and disempowered by the particular structures and forces that organize their everyday lives in contradictory ways, and how their (everyday) lives are themselves articulated to and by the trajectories of economic, social, cultural, and political power » (Grossberg, 2010 :8-9). C’est suivant ce raisonnement que notre travail de recherche a été complété par une démarche de contextualisation, prépondérante dans les études culturelles (Yelle, 2009), qui permet de rendre compte de la manière dont la médiatisation informe la relation que le groupe a avec l’alimentation et participe à moduler les configurations particulières liant cette dernière à l’injonction au bien vieillir.

  • 4 Des travaux ont d’ailleurs présenté l’intérêt de mener des analyses critiques inspirées à la fois d (...)
  • 5 Le terme “media” réfère ici aux technologies permettant la communication à distance, toujours liées (...)

11Notre travail d’analyse est donc également soutenu par les théories de la médiatisation (Lundby, 2014 ; Hepp/Tribe, 2013), puisque celui-ci s’est intéressé à des pratiques déployées dans le contexte d’une société médiatisée4. Les théories de la médiatisation questionnent comment l’intégration toujours plus importante des “media”5 aux pratiques et processus sociaux participe des changements culturels, eux-mêmes informés par le contexte socio-culturel dans lequel ils sont déployés (Hjarvard/Petersen, 2013). La culture médiatisée ne peut être définie par la pénétration d’un seul média, mais plutôt par l’arrangement complexe de différentes formes de communication médiatisée rendant inconcevable le développement de la société sans ceux-ci (Hepp, 2012). La médiatisation réfère donc à des changements durables par lesquels les institutions et les modes de communication se transforment en raison de l’omniprésence grandissante des “media” (Hjarvard, 2008). Un rapprochement théorique entre les cultural studies et les mediatization theories permet de questionner les rapports de pouvoir en négociation dans un contexte informé par l’omniprésence des “media”. C’est d’ailleurs ce qu’a fait Sawchuk (2013) dans son analyse de la transformation des pratiques de RECAA, observant comment les organisations comme celle-ci doivent composer avec des agendas politiques, économiques et idéologiques qui exercent une pression et fournissent des incitatifs à la médiatisation afin de survivre et d’évoluer dans le contexte canadien actuel (Sawchuk, 2013). Cette pression à médiatiser crée des espaces d’échange qui, autrement, n’auraient pas nécessairement eu lieu. Dans le cas de l’analyse présentée ici, la médiatisation a informé le déploiement du projet, tant en ligne que sur le terrain, au niveau des manières dont le groupe échange avec les membres d’autres communautés et de la façon dont il réfléchit l’alimentation. Notre recherche s’inscrit dans le prolongement des travaux sur la médiatisation, alors que les chercheur·e·s participant au développement de ce champ de recherche encouragent l’exploration empirique de divers contextes spécifiques, afin de déceler les rapports entre les pratiques culturelles et l’évolution du développement et de la mobilisation des médias (Hepp, 2009 ; Hjarvard, 2008).

B. Participer au projet de blogue

12Cet article est le fruit d’une recherche qui s’est déroulée entre mai 2016 et mai 2017, période au cours de laquelle fut développé le blogue. En cohérence avec les considérations épistémologiques et théoriques qui ont orienté notre regard analytique, le déploiement de ce projet de recherche s’est fait dans l’optique de participer à un changement social, par la transformation des rapports de pouvoir qui informent et modulent le champ d’action des possibles des aîné·e·s, entre autres dans leur rapport aux technologies.

13L’approche méthodologique mobilisée pour conduire ce travail d’analyse s’inspire entre autres des travaux de Hearn et al. (2009) sur la recherche-action, dont l’objectif est à la fois de comprendre un problème et de provoquer un changement. Ce type de méthodologie permettrait notamment d’améliorer les initiatives communautaires et médiatiques de manière à mieux répondre aux besoins et objectifs de divers groupes. Dans notre cas, il s’agissait de contribuer à la mise sur pied d’un blogue pour un groupe aux visées activistes. La chercheure principale de cette étude a d’ailleurs été recrutée par l’organisme partenaire du groupe, Aging+Communication+Technologies (ACT), qui fournissait des ressources matérielles et humaines (encadrement technique) à RECAA, pour assurer la coordination du projet de blogue. ACT a d’ailleurs pour mission de s’attaquer à l’âgisme dont sont victimes les aîné·e·s dans leurs expériences avec les technologies. Un partenariat entre un groupe de recherche qui explore ces enjeux et un groupe communautaire activiste, composé à majorité de personnes aîné·e·s, permet entre autres : 1) de produire des connaissances sur les utilisations des technologies par les aîné·e·s ; 2) de combattre les stéréotypes âgistes restreignant les possibles quant à l’utilisation des technologies par les aîné·e·s à des fins de surveillance ou de maximisation de leur bien-être ; 3) de soutenir la mission activiste d’un groupe qui, autrement, n’aurait pas les ressources (tant financières que matérielles et humaines) pour développer ces compétences techniques lui permettant de gagner en visibilité dans une société médiatisée.

14Pour Hearn et al. (2009), la recherche est conçue comme un processus participatif dans lequel la réflexion critique et la pratique s’informent l’une et l’autre. Les chercheur·e·s prenant part à une recherche-action participent ainsi pleinement aux projets qu’ils et elles étudient. Le projet dont il est question ici se distingue d’une commande qui aurait été passée à une agence de communication, par exemple, puisque les chercheures impliquées ont participé à la production de connaissances scientifiques, en même temps qu’elles participaient au développement du projet et donc répondaient aux besoins du groupe. À travers l’élaboration du projet de blogue, les membres ont ainsi développé des compétences qui leur seront utiles dans la réalisation de leurs activités subséquentes. La visée de changement social actualisée à travers ce projet de recherche ne doit donc pas être entendue comme limitée à l’élaboration du blogue en tant que tel, mais comme étant le prétexte pour le groupe de développer des outils et connaissances leur permettant d’accroître son autonomie numérique et d’ainsi assurer la visibilité du groupe et, subséquemment, de sa mission.

  • 6 Il est toutefois important de souligner que, puisque la valorisation des points de vue des groupes (...)

15Notre approche, bien qu’elle présente une portée et une visée sociale s’y apparentant, se distingue néanmoins d’un type de recherche-action tel que présenté par Hearn et al. (2009) en ce sens qu’elle a été menée par les chercheures elles-mêmes et non pas co-réalisée avec les membres de RECAA6. En ce sens, il serait probablement plus juste de parler de participation observante, inspirée par les modes et visées de la recherche-action. Soulé (2007) contraste d’ailleurs la participation observante de l’observation participante alors que la première ferait état d’un engagement plus important de la part des chercheur-e-s sur le terrain, d’une participation prioritaire par rapport au statut d’observant. Évoquant certaines recherches en guise d’exemple, il précise (2007 :134) :

Lors d’une OP, la personne « se mêle au milieu observé, mais peut en sortir à chaque instant, et ne se trouve donc jamais exactement dans la position sociale, ni dans la disposition psychologique des acteurs étudiés » (Damon, 2002, p. 20) ; à l’inverse, dans la PO, la personne, qui fait partie du milieu, prend à certains moments du recul pour l’observer (Marpsat, 2005).

16C’est d’ailleurs le cas de notre travail de recherche : alors que la chercheure principale a assisté et participé activement au développement du projet par sa présence et ses interventions aux réunions et dans l’encadrement offert aux membres, la deuxième auteure s’est jointe à elle pour le volet “recherche”, son rôle se concentrant plus spécifiquement sur l’observation des activités de RECAA autour du blogue, tout en assurant sa participation active aux activités du groupe. Le fait qu’il y ait deux chercheures a permis de compléter les notes et les souvenirs de l’une et de l’autre, de les comparer et, à l’occasion, de confronter les points de vue, dans le but de développer l’analyse.

17Notre corpus contient les observations faites sur le terrain. Ces séances d’observation ont été menées à raison d’une séance de plus ou moins trois heures toutes les semaines, d’août 2016 à avril 2017. Quelques événements avec des partenaires communautaires ont été organisés tout au long du projet, qui ont nécessité à chaque fois quelques heures supplémentaires liées à leur organisation et à leur tenue. Ainsi, en novembre 2016, un repas partagé a été organisé avec des partenaires ; en février 2017, un repas partagé a été organisé avec la communauté de la Union United Church dans le cadre du mois de “l’Histoire des noirs” ; en mars 2017, RECAA s’est installé dans les cuisines d’un café communautaire afin d’y servir le brunch à la population générale. Aux observations réalisées lors de ces différents moments de rencontre s’ajoutent une multiplicité de documents hétérogènes produits dans le cadre du projet ou ayant participé à sa mise sur pied (par exemple, des articles de journaux, des billets de blogue, des documents promotionnels, la demande de subvention réalisée pour le financement du projet de blogue, etc.). Au fil du texte, en plus des citations directes de nos notes et d’autres documents, nous proposons des “reconstitutions” de certains événements liés au blogue. Celles-ci se basent sur des notes, des souvenirs et des discussions entre les chercheures, permettant ainsi d’illustrer les observations faites en cours de recherche.

18Le blogue se déploie à la fois “en ligne” et “sur le terrain” et inclut quatre types d’activités principales : 1) Des séances de cuisine collectives au cours desquelles sont préparées des recettes et est partagé le repas cuisiné. Ces rencontres ont également fait office d’espace favorable au développement de compétences techniques allant de la photographie, à la prise d’images dynamiques, en passant par l’enregistrement audio ou vidéo d’entrevues ; 2) Des ateliers intergénérationnels offerts par le partenaire et qui ont permis le développement de compétences numériques utiles à la rédaction et à la publication en ligne (photo, audio, écrit) ; 3) La production du blogue en tant que tel (les publications en ligne) et de cartes postales (imprimées) distribuées lors des différents événements, de nature promotionnelle ou artistique ; 4) Des événements avec leurs partenaires communautaires pour discuter et sensibiliser les communautés aux enjeux liés à la mission plus large du groupe, appelés food forums. Toutes les branches de ce projet ont été réfléchies par et pour l’inclusion des technologies, c’est-à-dire qu’il fut entièrement réfléchi pour le développement d’une présence en ligne.

19De nombreuses recettes, des photographies des plats et des cuisinières en action, de même que des vidéos sont accessibles sur le blogue à l’adresse suivante : foodtalks.recaa.ca/. Il est également possible d’y remarquer sa division en sections bien définies, déterminées par les membres du groupe. Nous présentons ci dessous quelques exemples visuels qui en donnent un aperçu (figures 1 à 3) :

Figure 1 

Figure 1 

Section “recettes”

Figure 2 

Figure 2 

Section “récits”

Figure 3 

Figure 3 

Section “discussions”

III. Food Talks : un geste politique et engagé

20Tel que mentionné en introduction, RECAA a une mission politique activiste qui vise à sensibiliser la population quant aux abus envers les aîné·e·s et à militer pour le développement d’une culture de respect avec et envers ceux-ci. La lutte pour la visibilité étant centrale au processus de reconnaissance sociale (Voirol, 2005), RECAA souhaite rendre visible son organisation tout autant que les enjeux pour lesquels l’organisme conçoit que des actions politiques doivent être entamées, notamment par ce nouveau mode de communication qu’est le blogue, qui permet de rendre visible à la fois l’organisme et ces enjeux. Ce “faire politique” désigne pour RECAA l’opportunité d’inclure sa voix au sein d’une culture médiatisée qui tend à exclure les aîné·e·s.

21À travers le projet de blogue, nous avons observé trois dimensions du “faire politique” : l’inclusion favorisée par l’acquisition de compétences numériques, la visibilité engendrée par le projet et l’engagement collectif qui en résulte. Par ces dimensions, qui vont au-delà des objectifs initiaux formulés par RECAA, le groupe tente d’agir au sein du contexte actuel, nourrissant ainsi sa visée activiste. Ces différentes manières de “faire politique” sont informées par l’omniprésence des media caractéristique de la société contemporaine. Bien qu’ancré dans cette culture médiatisée, le blogue n’est pas le lieu exclusif de ce “faire politique”, mais l’un des sites permettant son déploiement et son effectivité.

A. L’inclusion par l’acquisition de compétences numériques

22Comme le signale Sawchuk (2013), l’acquisition de compétences technologiques par RECAA s’inscrit non seulement dans le contexte d’une société médiatisée, mais également en cohérence avec les visées politiques du groupe. Pour ses membres, l’acquisition de ces compétences leur permet de consolider, voire même d’étendre les liens avec d’autres organismes communautaires, l’une des pratiques communicationnelles de base du groupe pour militer et faire valoir les intérêts qu’il défend. Il s’agit également d’une manière d’accroître son agentivité au sein de la société canadienne, alors que les services à la population (incluant les services aux aîné·e·s) se numérisent graduellement. Le développement de ces compétences bénéficie aux membres tant sur une base individuelle que collective. Ainsi, les compétences acquises à l’occasion des ateliers collectifs tenus lors du déploiement du projet se sont également déclinées par des apprentissages et des modifications des pratiques individuelles des membres. La plupart auront donc appris certaines bases de la photographie, du film, de l’édition photo et vidéo, de la publication en ligne et des médias sociaux, qui leur permettent, entre autres choses, de documenter leurs mémoires, d’accroître les possibilités et les modalités des formes de communication et de créer des liens intergénérationnels.

23Par exemple, lors d’une discussion sur l’organisation et l’archivage des documents numériques produits et compilés, des membres du groupe racontent comment certains de leurs enfants ou petits-enfants ont aidé au téléchargement des photographies de recettes prises ou encore comment ils et elles ont également reçu de l’aide pour la mise en ligne desdites recettes, lorsque celle-ci s’effectuait en dehors des ateliers numériques animés par ACT (Reconstitution notes Auteure 1, 13 octobre 2016). Cet exemple illustre bien comment le projet aura non seulement favorisé les échanges intergénérationnels, mais aura été également l’occasion pour les aîné·e·s y participant de développer une littératie numérique et, ce faisant, d’accroître leur autonomie dans leur utilisation des technologies.

24Dès la première rencontre servant à fixer les modalités du projet, il a été convenu de favoriser un format de blogue pouvant être facilement manipulable, ne nécessitant que l’acquisition de connaissances de base pour publier en ligne. Ces considérations quant à l’accessibilité et à la facilité de publication en ligne ont informé chacune des décisions prises pour la mise sur pied et le déploiement du projet. Par exemple, lors d’un atelier portant sur l’entrevue, il a été convenu que celles qui seraient réalisées devraient être planifiées et pratiquées à l’avance et ne devraient pas excéder trois à quatre minutes de sorte qu’elles puissent être publiées directement en ligne, sans grand travail d’édition nécessaire : « On arrive à l’édition. Sol suggère de penser au temps et à qui (dans le groupe) fera le travail d’édition. […] Prochaine fois, ils et elles essaieront de préparer un plan qui dit quoi filmer. Inclure plus l’audience » (Notes Auteure 2, 26 janvier 2017). L’auteure 1 a également noté l’importance d’avoir une sorte de storyboard pour guider les membres afin qu’ils et elles n’aient pas trop à éditer la vidéo (Reconstitution notes 1, décembre 2016).

25Ces apprentissages, faits à travers les activités liées au blogue et réfléchis de façon à ce que le groupe de même que les individus le composant puissent les reproduire une fois l’affiliation avec ACT rompue, constitue une trace de ce que Sawchuk (2013) qualifie de “médiatisation tactique”. Elle s’est intéressée à la manière dont RECAA a répondu à la pression exercée par la médiatisation en incorporant les technologies médiatiques et numériques à ses pratiques. Cette idée permet de rendre compte de la lutte menée par l’organisation pour exercer son agentivité par et au sein d’une culture modulée par ce méta-processus. En s’inspirant de la distinction entre “stratégie” et “tactique” introduite par de Certeau (1980, 1992), la chercheure propose que : « Tactical digital learning can be understood as a set of maneuvers or timely interventions made by a precarious and vulnerable group of elders into an existing system of media and representations of the elderly » (Sawchuk, 2013 :58-59). Selon elle, la médiatisation engendre une double tension exercée sur les organisations, qui les incite tout autant qu’elle les contraint à participer à cette culture médiatisée (Sawchuk, 2013). Les membres de RECAA réfléchissent leurs apprentissages selon une logique de reproductibilité, en favorisant l’apprentissage de manoeuvres simples et ne nécessitant pas ou peu de travail d’édition. Les membres aspirent, ce faisant, à accroître leur autonomie numérique selon une temporalité s’étendant au-delà des limites du projet. L’autonomie est ici synonyme du développement de l’indépendance technologique du groupe et des aîné·e·s et donc de leur participation (ou inclusion) potentielle à la culture médiatisée, qui peut prendre la forme d’engagements collectifs et individuels alors qu’au-delà des apprentissages réalisés en groupe, chaque membre en retire des acquis personnels, réutilisables dans les autres sphères de sa vie.

26Aux yeux de RECAA, l’âgisme ambiant tend à exclure les aîné·e·s de la culture médiatisée tout comme d’une culture de l’alimentation qui serait dominée par les jeunes, les rendant plus dépendants envers ceux-ci. L’idée de gagner en autonomie par la maîtrise de certains outils techniques résonne donc, pour RECAA, avec une lutte contre l’âgisme. En effet, pour le groupe, les aîné·e·s sont actuellement tenu·e·s à l’écart de ce qu’ils et elles qualifient de food culture (RECAA, Demande de subvention, 2015 :5) qui serait principalement envahie par les jeunes et les individus possédant des compétences technologiques. Dans ce contexte, le terme “âgisme” fait référence au mépris et aux préjugés auxquels font face les personnes âgées (Butler, 1978) et qui se manifestent notamment par des attitudes qui perpétuent le rejet ou la peur du vieillissement (Cruikshank, 2009). L’âgisme numérique tend ainsi à invisibiliser ou à dénigrer les aîné·e·s dans la culture médiatisée contemporaine puisqu’y sont produits un ensemble de présupposés qui touchent les personnes âgées dans leur rapport aux technologies numériques, tel que celui d’un groupe homogène ayant de faibles capacités d’apprentissage dans ce domaine. Ces présupposés renforceraient d’ailleurs les inégalités liées à l’utilisation des technologies (Herold, 2012 ; Sawchuk/Crow, 2010).

27D’un point de vue individuel, l’inclusion sociale des membres de RECAA par ces apprentissages s’inscrit en cohérence avec l’idée d’un “vieillissement réussi” alors que ces aîné·e·s acquièrent des compétences et des outils qui permettent leur participation à la culture médiatisée, d’autant plus fortement associée à la jeunesse. Du point de vue du groupe, le fait de développer ces compétences numériques relève des stratégies mises en place pour tenter de rejoindre ses différents publics par des actions communicationnelles variées, de renforcer son agentivité au sein d’une culture médiatisée et de favoriser ce faisant l’inclusion sociale de ses membres. Le “faire politique” du groupe par l’entremise de ce projet se déploie donc dans l’acquisition de compétences qui lui serviront, dans une visée plus large, à entretenir son propre site Internet et à enrichir ses actions communicatives numériques possibles. De plus, le blogue en lui-même devient une nouvelle forme de visibilité médiatique qui participe à combattre l’âgisme lié aux préjugés à propos des personnes âgées et de leur rapport aux technologies, alors qu’il a le potentiel de rendre évidente leur participation à une culture médiatique, leur capacité de production dans et par un “media”.

B. Un blogue alimentaire comme moyen de rendre davantage visible

28La mise sur pied du blogue survient dans un contexte où sont multipliés les lieux de production et de circulation des connaissances quant au fait de “bien se nourrir” (Vigneault, 2012). Ces connaissances sont produites par des sources hétérogènes, allant des “experts” nutritionnistes ou scientifiques par exemple, aux chefs cuisiniers célèbres. Elles sont produites et circulent à travers des plates-formes médiatisées multiples (médias institutionnels, réseaux sociaux, applications mobiles, etc.). Ces éléments contextuels de même que les pratiques informelles déjà en place, qui participent au maintien du groupe (c’est-à-dire les repas partagés de style potluck tenus lors des rencontres), ont influencé RECAA dans le choix de la mise sur pied de ce blogue sur l’alimentation.

29Les théories de la médiatisation tentent de comprendre la pénétration grandissante des “media” dans toutes les sphères sociales (c.-à-d. politique, économique, culturelle, etc.). Elles sont ainsi nécessaires pour réfléchir comment l’omniprésence des “media” informe également l’alimentation et les pratiques alimentaires, et les manières dont celles-ci évoluent et se transforment. Puisque le groupe vise à défendre les droits des aîné·e·s en rendant visibles leur présence et les enjeux qui les préoccupent, il lui semblait pertinent d’envisager une intervention “tactique” (Sawchuk, 2013), c’est-à-dire participer à cette culture médiatisée par la production de contenus qui s’inscrivent dans ce qui bénéficie déjà d’une forte visibilité dans la culture populaire contemporaine : l’alimentation. Conscient-e-s des processus de médiatisation qui informent ce qui est rendu visible et comment ce l’est, les membres conçoivent comme nécessaire leur adhésion à cette culture alimentaire médiatisée. C’est d’ailleurs ce qui est décliné dans les objectifs formulés dans la demande de subvention complétée avant le début du projet :

(1) Food forums will invite conversation, participation and inclusion. (2) Skill building workshops and recipe exchanges will mean elders can participate in workshops that build toward generating content for an intergenerational and intercultural audience, via the universal language of food. As mentioned, those without skills or resources to share their recipes online are excluded from conversations. (3) The blog will include elders’ voices online and generate social participation. (4) Through elders’ participation in a global, primarily youth dominated, food based event (Restaurant Day), we will promote person-to-person social inclusion (RECAA, Demande de subvention, 2015 :5).

30Au fur et à mesure que le projet prenait forme, il fut possible d’observer des transformations, notamment dans l’organisation des séances de cuisine qui devint de plus en plus orientée vers l’objectif de produire quelque chose de publiable en ligne. Cette évolution est observable par la comparaison de nos notes entre les sessions :

L’événement se déroule de façon un peu chaotique – cette première séance sert surtout de “test” pour l’élaboration du projet. Tous apportent des ingrédients. Des photos sont prises de ceux-ci, disposés sur la table. C’est Sol qui prend les photos avec son appareil. Clémence cuisine plusieurs plats. Maïté cuisine une salade avec les ingrédients présents sur place. D’autres membres utilisent aussi ces ingrédients pour préparer des salades, des trucs simples. Quelques photos sont prises des plats cuisinés et même du cooking process, mais l’accent n’est pas vraiment mis sur celui-ci. Les gens sont plus ou moins concentrés sur le fait de produire quelque chose : de cuisiner “pour” le foodblog, de prendre des photos en vue de celui-ci, etc. C’est plus un rassemblement et la préparation d’un repas qui est central (Notes Auteure 1, 14 juin 2016).

[Session] beaucoup plus structurée. Trois personnes [dont l’hôte] sont attitrées pour faire les recettes. Elles présentent les ingrédients, sont filmées par Fanny, photographiées pendant cette présentation [et] pendant [le] cooking process (Notes Auteure 1, 28 juillet 2016).

31Il est important de souligner que la médiatisation n’a toutefois pas qu’informé la mise sur pied du projet et la planification des activités entourant son déploiement, mais qu’elle a également modulé la relation des aîné·e·s avec la nourriture. Ils et elles ont dû développer des stratégies et des techniques pour la réfléchir sous un nouvel angle, dans le but de produire des billets publiables en ligne. Pour la plupart des membres du groupe, la cuisine ne s’effectue pas en suivant une recette. Au contraire, plusieurs cuisinent un peu sous le mode de l’improvisation, selon des techniques apprises au fil du temps ou enseignées par des membres de leur famille, alors qu’ils et elles étaient plus jeunes. Ils et elles ont donc dû faire un effort pour adapter les recettes à présenter dans un format numérique adéquat, facilement reproductible pour un internaute les consultant. C’est entre autres pour les aider à effectuer ce type de transition qu’ACT était impliqué dans le projet. Ils et elles ont donc élaboré des stratégies pour produire du contenu adapté pour un blogue, c’est-à-dire dans un style d’écriture clair, concis et compréhensible, présentant des étapes facilement reproductibles et une liste d’ingrédients relativement précise, avec un accompagnement visuel attrayant et incitant les internautes à expérimenter les recettes. C’est d’ailleurs là l’un des éléments relevés par l’une des participantes du projet : « Rien ne change dans ma manière de cuisiner ou dans la nourriture que je prépare. Ce qui change, c’est notre relation à elle et c’est ça qui devient excitant. Il faut la voir autrement, la rendre appétissante » (Reconstitution, notes Auteure 1, 10 mai 2017). Suite à ce commentaire d’une participante, les membres ont raconté comment, maintenant, ils et elles sont porté·e·s à disposer la nourriture de façon “esthétique” et à la photographier après avoir cuisiné.

32Les rapports de pouvoir qui sont négociés au cœur de ce projet sont complexes et multiples. En tant que chercheures, nous voyons notamment le blogue comme un lieu de reconfiguration du rapport genre/alimentation. Alors que les femmes sont généralement associées à la sphère privée dans une relation axée sur les soins et la famille (i.e. être responsables de bien nourrir sa famille) (Brady/Gingras/ Power, 2012), les membres impliqué·e·s dans la création de Food talks, principalement des femmes, ont plutôt utilisé l’alimentation comme “outil” leur permettant d’accroître leur agentivité dans la sphère publique. Par l’entremise de ce projet, la relation qu’elles élaborent avec l’alimentation renverse un rapport de pouvoir traditionnel alors qu’elle devient le moyen par lequel elles peuvent s’inscrire et agir dans une culture médiatisée. Il faut également mentionner que RECAA est composé de personnes qui ont, à divers degrés, la capacité d’apprendre avec les technologies tout comme celle d’apprendre de nouvelles recettes et de les cuisiner. Le blogue et les activités l’entourant reflètent alors des personnes qui ne sont pas dans un très grand état de dépendance ou de vulnérabilité. La visibilité gagnée dépend donc de certaines conditions. Le projet de blogue ne donne pas, par exemple, davantage de visibilité à d’autres types d’alimentation associés aux aîné·e·s comme la finger food (pour des personnes âgées plus dépendantes). Sans prendre position précisément sur cette question, RECAA a privilégié une approche centrée sur le partage de recettes des diverses origines culturelles de ses membres, lui permettant ainsi de remplir ses objectifs politiques.

33Les images montrées sur le blogue reprennent les codes de la culture alimentaire et médiatique “jeune”, laissant entrevoir qu’il y a probablement reconduction d’idéaux normatifs. On pourrait croire à un processus d’assujettissement au cours duquel RECAA, avec l’aide d’ACT, se conformerait aux idéaux du “vieillissement réussi” et adopterait les codes et pratiques alimentaires et médiatiques dominantes, par exemple avec l’intégration de listes d’ingrédients standardisées et d’images léchées. Toutefois, nous observons ces pratiques médiatiques (et alimentaires) comme des rapports de négociation entre RECAA et les injonctions sociales auxquelles le groupe fait face, étant donné le contexte actuel. Un retour vers les “conditions d’existence” mêmes du projet permet de rappeler la nécessité pour le groupe d’orienter celui-ci vers l’intégration des “media” à ses pratiques, de même que l’intégration de la culture “jeune” de l’alimentation, de manière à ce que le groupe obtienne une visibilité sur une scène qui exclut généralement les aîné·e·s. RECAA ne tente pas volontairement de représenter des aîné·e·s qui auraient “bien vieilli”, mais n’est pas non plus constamment dans une logique d’opposition à cette figure, puisque là n’est pas l’objet des revendications au cœur de ce projet et qu’au contraire, la maîtrise et l’appropriation de ces codes lui permettent d’intégrer cette culture alimentaire médiatisée.

34Autrement dit, parce que l’intégration de la culture alimentaire médiatisée est davantage accessible aux jeunes qu’aux aîné·e·s en raison des rapports âgistes qui informent la relation que celles-ci/ceux-ci entretiennent avec la technologie, il est possible de concevoir la production de ce blogue par un groupe d’aîné·e·s avec des visées activistes qui visent l’établissement d’une culture de respect entre les générations comme étant une manière pour le groupe de “faire politique”. Parce qu’ils et elles accèdent à cette scène de visibilité qui tend à les exclure (parce que destinée à un public majoritairement jeune), il s’agit pour le groupe d’un moyen de faire entendre sa voix sous un nouveau mode d’expression, majoritairement restreint à un autre type de public.

35Dès les débuts du projet, le groupe explicitait d’ailleurs cette manière pour lui de “faire politique”, d’agir selon sa mission en rendant visible son organisme et les enjeux qui le concerne, à la fois en ligne et sur le terrain : « Thus, the goal of this project is to include elders’ voices in contemporary food culture (online and on the ground) » (RECAA, Demande de subvention, 2015 :5). Par la mise sur pied d’un blogue alimentaire dans ce contexte qui tend à les exclure, les membres de RECAA participent à la visibilisation d’une autre forme de relation qui peut s’établir entre les aîné·e·s et la technologie. Ainsi, le groupe procède à un “faire politique” qui va au-delà de sa mission propre ou des objectifs initialement fixés. Leur projet démontre leur capacité à maîtriser les outils technologiques et à acquérir les connaissances nécessaires (par exemple, la compréhension des codes et symboles qui régissent le “comment” de la production d’un blogue, tant dans son contenu que dans son esthétique) pour naviguer et même tenter de tirer profit de cette culture alimentaire médiatisée, dans le but de répondre à leurs besoins activistes. C’est en ce sens que les théories de la médiatisation nous aident à analyser le développement du projet. RECAA déploie un ensemble de “tactiques” (Sawchuk, 2013) médiatiques pour investir cette culture alimentaire médiatisée qui tend à exclure le groupe dont il défend les intérêts. Ce projet de blogue devient à la fois pertinent “et” tactique, en considérant le contexte au sein duquel le groupe évolue et tente de revendiquer les intérêts liés à son mandat. De plus, le processus de médiatisation qui a informé le déploiement du projet va au-delà de la mise en ligne de contenus, le blogue devenant un espace de socialisation pour les membres à l’interne, mais également avec les partenaires communautaires et le public en général.

C. Un engagement collectif qui favorise la socialisation du groupe et sa portée activiste

36Le “faire politique” du groupe s’actualise ainsi à travers le déploiement d’activités qui participent au développement du blogue, ce dernier devenant le prétexte au rassemblement des membres qui se réunissent pour des séances de cuisine collectives, des ateliers d’acquisition de compétences numériques, des séances d’organisation du blogue et des événements qui lui sont liés. Lors de ces rencontres, ils et elles en profitent pour discuter des thèmes qui leur tiennent à coeur et qu’ils et elles souhaiteraient porter à l’avant-plan des considérations supportées par RECAA. Le blogue devient aussi un prétexte à la discussion avec la communauté externe au groupe. La pression à médiatiser crée des espaces d’échange qui, autrement, n’auraient pas nécessairement lieu. Dans le cas analysé ici, la médiatisation a non seulement informé les manières dont le groupe échange avec d’autres membres des communautés auxquelles l’organisme est lié, mais également la façon dont il réfléchit l’alimentation, entre autres à travers le projet de blogue. De plus, les événements organisés par RECAA avec des membres de la communauté locale deviennent non seulement des occasions pour sensibiliser la population aux enjeux qu’il défend, mais également des espaces d’échange permettant d’élargir l’éventail des causes qui pourraient être endossées et défendues par l’organisme.

37Par exemple, lors d’un événement réalisé en partenariat avec un organisme communautaire œuvrant auprès de la communauté noire, le groupe a proposé aux invité·e·s présent·e·s différents plats cuisinés à partir des recettes publiées sur le blogue, de façon à en faire la promotion. Tout au long du repas, les convives étaient invité·e·s à discuter de questions thématiques liées au racisme vécu à Montréal, préalablement préparées par le groupe. Ces discussions thématiques avaient plusieurs objectifs. D’abord, elles visaient l’échange d’expériences permettant la création d’un sentiment de solidarité face aux expériences vécues. Ensuite, il s’agissait de rendre visibles ces enjeux et d’y conscientiser les personnes présentes. Finalement, cet événement et la préparation technologique l’accompagnant avaient pour but de le réfléchir de manière à pouvoir produire au moins une publication, faisant le compte-rendu de la journée. RECAA s’y est préparé en prévoyant le matériel technique nécessaire (par exemple, songer à apporter des micros, des caméras photo et vidéo, des enregistreurs audio, etc.), en discutant de questions potentielles qui pourraient être posées lors d’entrevues réalisées avec des membres de la communauté présent·e·s et en réfléchissant à l’avance aux prises d’images dynamiques qui pourraient être faites et qui pourraient être aisément téléchargées en ligne (donc de courtes vidéos, sans édition nécessaire), etc. Sur place, des membres se sont promenés tout au long du repas pour prendre des clichés des personnes présentes, tant des membres de RECAA que des partenaires communautaires, pour prendre note des enjeux soulevés pendant les discussions afin d’inspirer l’écriture de billets et pour réaliser des entrevues avec les participant·e·s sur leurs expériences personnelles.

38D’une part, cet exemple illustre bien la manière dont les événements commu­nautaires ou promotionnels organisés dans le cadre du projet ont été de plus en plus réfléchis en fonction des possibilités ou limitations techniques : le son, l’image, les lieux, la préparation préalable (i.e. penser à apporter le matériel comme les caméras, chargeurs, trépieds, etc.). D’autre part, le blogue est devenu un espace d’échange favo­risant la socialisation des membres du groupe, tant à l’interne qu’à l’externe, le tout en concordance avec leurs intérêts activistes. Ce faisant, les pratiques en ligne et hors ligne s’inter-informent : le blogue ne devient pas la fin de l’action politique en tant que telle, mais plutôt l’un des lieux de sa constitution et de son expression.

39Pour Mongrain (1997) qui s’intéresse aux cuisines collectives, cuisiner et se ras­sembler pour le faire, aller dans les communautés pour y cuisiner et discuter des en­jeux est une manière de “combattre l’exclusion”. De manière cohérente avec la respon­sabilisation valorisée par le discours du vieillissement réussi, les cuisines et les acti­vités qui les entourent sont vues comme un tremplin menant à la prise en charge indi­viduelle et collective (Mongrain, 1997). L’inclusion et la prise de pouvoir sont alors liées à des façons de faire qui favorisent l’appropriation des ressources par les indi­vidus, la production (ou création) de valeurs et d’idées, et l’occasion de socialiser et de s’intégrer à un environnement (Mongrain, 1997). Selon la chercheure, les cuisines sont ainsi perçues comme un « laboratoire permettant d’expérimenter et de s’ouvrir à d’au­tres formes d’organisation sociale et économique, à d’autres valeurs » et un « espace propice à la prise de conscience par rapport au potentiel personnel et collectif » (Mon­grain, 1997 :82-83).

40À travers le développement de leurs compétences numériques et leur participation à des espaces de partage et de socialisation, les membres du groupe actualisent donc ce qui est de l’ordre d’un vieillissement dit “réussi” selon les études en gérontologie contemporaines. En effet, à travers les espaces de partage et de socialisation créés, ils et elles évitent l’exclusion et demeurent activement engagé-e-s dans des pratiques socialement significatives. Néanmoins, à travers ce projet semble se déployer une reconfiguration d’une injonction d’abord individualisante (celle de mettre en oeuvre les moyens permettant d’atteindre d’un vieillissement dit “réussi”) en une expérience collectivisante.

IV. Vers une configuration particulière du bien vieillir par la production d’un blogue sur l’alimentation

  • 7 Tel que présenté en introduction, le vieillissement dit “réussi” serait atteint par le maintien d’u (...)

41Nous observons, à travers ce projet de blogue, une reconfiguration des dimensions du “bien vieillir” tel qu’actuellement mobilisé par les théoricien-ne-s en gérontologie classique, selon les travaux de Rowe et Kahn (1999)7. Pour des chercheures critiques de cette conception normative des processus de vieillissement, Grenier et Valois-Nadeau (2013), la dimension du vieillissement réussi qui incite les aîné·e·s à s’engager dans des activités productives ou créatives a comme corollaire une certaine collectivisation de l’éthique de responsabilité mise en relation avec l’accession à une scène du visible. Le vieillissement réussi (généralement pensé comme responsabilité individuelle) est collectivisé par des activités culturelles ou communicationnelles de groupes (comme celui que nous étudions) qui prennent en charge cette “réussite”. Pour Grenier et Valois-Nadeau (2013 :142), « les sujets âgés continuent à assumer la responsabilité individuelle de leur propre vieillissement, mais en voient les résultats plus ou moins “heureux” dépendre des collectifs qui créent les activités dans lesquels ils et elles s’engagent ». Pour être reconnue, la réussite du vieillissement doit être visible et “parler” le langage des autres.

42Dans le cas de la présente étude, cette collectivisation se manifeste dans l’acquisition de compétences techniques permettant une présence en ligne assurant une certaine visibilité du groupe et des enjeux qu’il défend. Par la maîtrise de ce langage technologique, le groupe assure d’une part aux membres qui le compose de développer une certaine littératie numérique lui permettant d’accroître son agentivité au sein d’une culture médiatisée et, d’autre part, de trouver une part de reconnaissance dans la visibilité amenée par le blogue. Ce dernier devient alors un site de reconnaissance auprès des pairs, mais également auprès des communautés auxquelles ils et elles sont liées et des publics qu’il leur permet de rejoindre.

43Il est également pertinent de relever comment le projet de blogue, mis sur pied dans un contexte où sont multipliés les discours qui participent actuellement à définir la “saine alimentation”, participe à reconfigurer une autre des dimensions associées au “bien vieillir”, soit celle liée au maintien d’une bonne santé. En effet, il est possible de rencontrer une hétérogénéité de contenus informationnels produits participant à constituer l’alimentation saine comme moyen de prévention “contre” le vieillissement (voir par exemple l’article journalistique Vitamin B12 as Protection for the Aging Brain de Brody, 2016) ou comme outil permettant d’améliorer l’expérience du vieillissement malgré le déclin inévitable des fonctions corporelles, connoté comme étant nécessairement désagréable (voir par exemple l’article journalistique Exercice et bonne alimentation à la rescousse de Turenne, 2016). Ces discours s’inscrivent dans ce que Crawford (1980) qualifie d’healthism, participant à faire de la santé un impératif moral (Lupton, 1995) et amenant l’individu à prendre en charge sa santé (Cairns/Johnston, 2015), dans un contexte néolibéral au sein duquel les individus sont tenus responsables d’eux-mêmes et de leur santé, incités constamment à “s’améliorer”. Cela se reflète dans la responsabilisation individuelle des aîné·e·s face à leur santé, par l’incitation à adopter des comportements appropriés pour “bien” vieillir.

44RECAA, pleinement ancré dans ce contexte où le vieillissement réussi passe par, entre autres choses, l’alimentation dite “saine” (Coveney, 2006), constate dès le début du projet une forme d’injustice sociale liée au fait de ne pas avoir accès aux connaissances définissant celle-ci :

[Elles] soutiennent l’importance de manger sainement et diffuser l’info pour improve food intake auprès de ceux qui n’ont pas accès à cette connaissance […] Discussion sur la manière dont on cuisine qui change, sur la manière dont on devient de plus en plus conscient des propriétés des aliments […] Against sugar + salt : comment adapter les recettes pour qu’elles soient plus “santé” ? (Notes Auteure 1, 5 mai 2016).

45Ainsi, pour le groupe, l’alimentation est l’un des lieux par lequel l’individu peut aspirer à un meilleur vieillissement, lui conférant de ce fait un caractère politique. Dès le début du projet, les membres ont perçu une inégalité quant à l’accessibilité permettant aux aîné·e·s d’accroître leur pouvoir d’agir, leur autonomie et leur bien-être, à laquelle ils et elles souhaitent remédier. Ils et elles se sont donc donné comme mission de diffuser des publications rendant accessibles ces connaissances à un public n’y ayant possiblement pas accès, articulant ainsi les discours qui visent la responsabilisation et la prise en charge individuelle de la santé à des considérations pour la justice sociale. Ce faisant, le “faire politique” du projet s’actualise à travers la collectivisation d’une injonction individualisante.

46Pour Coveney (2006), il en va d’une société équitable d’être en mesure de fournir les ressources aux individus, dont font partie les connaissances sur ce qui constitue l’alimentation saine, qui leur permettront le maintien d’une bonne santé physique et mentale à travers le vieillissement :

Recognition that the increasing population of older people will inevitably require some degree of support of maintenance has given rise to a number of initiatives concerning food and health. […] The priority is to design and develop food products to arrest the normal but now considered to be the patho-problematic processes of aging. In this context wellness is regarded not as the absence of disease or the opposite of sickness, but as the accumulation of the plethora of resources, physical and mental, that are required for living. The other term used frequently in this context is “optimisation” which refers to the best possible employment of these health resources (Coveney, 2006 :70).

  • 8 Les critiques ont également souligné le fait qu’elle s’adresse à un groupe restreint d’individus «w (...)

47Tel que soulevé en introduction, l’injonction à “bien vieillir” engendre une individualisation des processus de vieillissement, jusqu’à en omettre les facteurs socioculturels qui peuvent l’informer (tel que le milieu socio-économique)8. Les réflexions de Grenier et Valois-Nadeau (2013) abondent dans le même sens : les chercheures relèvent que cette conception normative d’un “bien vieillir” omet de prendre en considération que la possibilité de faire des choix “appropriés” dépend de la possession de certaines ressources, de l’accès à certains savoirs.

  • 9 La publication avait pour objectif initial de s’intéresser à l’accroissement de la pauvreté chez le (...)

48Il est intéressant d’observer que, bien que RECAA eût initialement le souci de rendre accessibles les connaissances constitutives de l’alimentation dite “saine” ainsi que de rendre visibles certains des enjeux liés aux inégalités sociales qui les préoccupent, régulièrement discutés lors de leurs rencontres, très peu de ces éléments ont été transposés dans leurs publications en ligne. Par exemple, un billet publié sur la pauvreté et les banques alimentaires, qui reflète leurs considérations pour des enjeux politiques, aborde le thème du point de vue de l’expérience vécue par l’auteure plutôt que dans le but de pointer les causes structurelles de l’exclusion de certaines tranches de la population9. Ainsi, il semblerait que la volonté politique initiale du groupe d’aborder de front des enjeux qui l’intéressent (les inégalités ou injustices sous l’angle ou à partir de l’alimentation) ne traverse pas les contenus publiés en ligne, les publications se concentrant principalement sur le partage de recettes et de récits personnels.

49Il est nécessaire ici de rappeler l’intérêt des théories de la médiatisation pour l’analyse du déploiement d’un projet tel que celui-ci. Ces théories rendent compte du fait que les transformations qui surviennent à travers le champ social, dans et par les “media” ne doivent pas être limitées à l’analyse de la manière dont ces derniers informent ces changements, mais doivent plutôt tenir compte des autres forces socioculturelles, économiques, politiques, etc. qui permettent leur développement et leur effectivité : « Media are not necessarily the driving forces of transformations. There are other processes of change that might find their expression in media and communications » (Hepp/Hjarvard/Lundby, 2015 :320). Lundby (2008) fournit des éléments pertinents pour réfléchir les forces qui infléchissent la direction ainsi prise par RECAA. Effectivement, le théoricien fait état de l’ubiquité grandissante des outils numériques et des sites de réseaux sociaux qui génèrerait une prolifération de mises en récit “amateures” et d’histoires personnelles centrées sur les individus. Les plateformes numériques comme le blogue, (relativement) facilement accessibles, rendraient plus aisément possible la mise en visibilité du “personnel” à travers un processus de mise en récit numérique. D’ailleurs, pour Driessens, la médiatisation opère au même titre que d’autres forces qui informent le contexte socio-culturel actuel, telles que l’individualisation, qu’il décrit comme « the [increasing] centrality of the disembedded individual over the collective » (2013 :651). Ainsi, bien que l’objectif explicité par le groupe ait une visée collectivisante, il semble cohérent de constater que le déploiement de sa stratégie médiatique s’effectue selon d’autres forces qui viennent en informer la portée et le développement. On remarque donc une tension entre la visée politique de RECAA de se doter d’outils, de techniques et de connaissances nécessaires pour investir cette culture alimentaire médiatisée par le partage de contenus sur l’alimentation, et les processus d’individualisation propres au contexte socio-culturel contemporain. Ces derniers se reflètent, par exemple, dans leur modes d’acquisition des compétences technologiques qui passent par la publication de recettes ou d’histoires personnelles. Il n’en demeure pas moins qu’à travers cette acquisition informée par ces processus d’individualisation, les visées plus larges du projet et les retombées qu’il engendre permettent de souligner la prédominance de ses dimensions collectivisantes, manifestes par exemple à travers la volonté d’acquérir ces compétences pour le bien de leur mission sociale ou encore, très concrètement, à travers les pratiques de socialisation du groupe que ce projet de blogue aura contribué à favoriser.

50Au final, à travers ce projet de blogue, le “faire politique” se manifeste de différentes manières et en des lieux d’effectivité divers. Alors qu’il avait pour objectif avoué de servir l’intérêt politique commun du groupe en permettant sa mise en visibilité et l’accroissement de son autonomie numérique, il avait également pour vocation de combattre des injustices perçues, liées à l’accessibilité des connaissances sur l’alimentation permettant d’accéder potentiellement à un vieillissement dit “réussi”. Le projet s’est également révélé être le pivot d’une collectivisation d’une injonction d’abord individualisante, alors que l’alimentation est devenue un lieu de partage des expériences et des injustices vécues, de même qu’un espace d’acquisition d’une certaine visibilité, en toute cohérence avec les intérêts activistes et la pertinence sociale du groupe.

V. Conclusion

51Partant d’une interrogation sur les manières dont la médiatisation informe les pra­tiques d’un groupe communautaire dans l’élaboration d’un blogue sur l’alimentation, nous avons inscrit notre travail de recherche dans la lignée de travaux qui question­nent, du point de vue de la communication et de la culture, l’injonction à tendre vers un “vieillissement réussi” (Katz, 2013 ; Grenier/Valois-Nadeau, 2013). Informée par les théories de la médiatisation (Hepp, 2012), notre recherche empirique a mis l’em­phase sur les manières dont une médiatisation “tactique” (Sawchuk, 2013) traverse le déploiement du projet. C’est ainsi que le groupe a intégré à l’éventail de ses pratiques des méthodes permettant l’acquisition de compétences numériques, qui favorisent son autonomie et son agentivité au sein d’une culture médiatisée. Les stratégies média­tiques déployées par RECAA ont également tenu compte de ce que le groupe perçoit être une food culture dominée par les jeunes afin de profiter de cette opportunité d’ac­croître sa visibilité et de créer des espaces de socialisation, qui s’inscrivent en cohé­rence avec sa mission plus large de protection des aîné·e·s.

52Les théories qui s’intéressent à la médiatisation du champ social insistent sur le fait que les institutions, les pratiques et les processus médiatiques doivent être analysés comme partie prenante des actions communicationnelles contextuellement situées. Dans le cas présent, le contexte néolibéral enjoignant l’aîné·e vieillissant·e à tendre vers un vieillissement réussi de sorte qu’il ou elle diminue les soins et frais possibles liés à ses processus de vieillissement fut nécessaire pour comprendre la volonté initiale du groupe d’entreprendre ce projet. Ces éléments contextuels sont également néces­saires pour comprendre la portée politique des actions entreprises par le groupe à tra­vers ce projet de blogue alimentaire. En effet, c’est en prenant en considération les di­mensions d’une injonction individualisante (passant par exemple par le maintien d’une bonne santé physique et mentale et l’inclusion dans des activités productives et signi­ficatives) qu’il est possible d’observer comment le projet aura permis une reconfi­guration collectivisante liée à la défense d’enjeux touchant les aîné·e·s. Ce faisant, la médiatisation participe, à travers les activités liées au blogue, à reconfigurer le rapport liant l’alimentation à l’injonction au “bien vieillir”.

Haut de page

Bibliographie

Barker C., 2004The Sage Dictionary of Cultural Studies, London/Thousand Oaks, Sage Publications, http://www.credoreference.com/book/sageukcult

Brady J., Gingras J., Power E., 2012“Still Hungry : A Feminist Perspective on Food, Foodwork, the Body, and Food Studies”, dans Doc M., Sumner J., Winson A. (eds), Critical Pers­pectives in Food Studies, Oxford, Oxford University Press, pp. 122-135.

Brody J. E., 2016“Vitamin B12 as Protection for the Aging Brain”, The New York Times, 6 septembre 2016, https://www.nytimes.com/2016/09/06/well/mind/vitamin-b12-as-protection-for-the-aging-brain.html

Butler R. N., 1978“Thoughts on Aging”, American Journal of Psychiatry, 135, pp. 14-16.

Cairns K., Johnston J., 2015“Choosing Health : Embodied Neoliberalism, Postfeminism, and the ‘Do-diet’ ”, Theory and Society, 44(2), pp. 153-175.

Carey J. W., 2009Communication as Culture Essays on Media and Society, New York, Rout­ledge [1989].

Coveney J., 2006“Food and Aging”, dans Powell J. L., Wahidin A. (dir.), Foucault and Aging, New York, Nova Science Publishers, pp. 61-73.

Crawford R., 1980“Healthism and the Medicalization of Everyday Life”, International Journal of Health Services : Planning, Administration, Evaluation, 10(3), pp. 365-388.

Cruikshank M., 2009Learning to Be Old : Gender, Culture, and Aging, Lanham, Rowman & Littlefield Pub.

Driessens O., 2013“The Celebritization of Society and Culture : Understanding the Structural Dynamics of Celebrity Culture”, International Journal of Cultural Studies, 16(6), http://doi.org/10.1177/1367877912459140, pp. 641-657.

Durocher M., 2017“Mediatization Studies and Cultural Studies : A Possible Dialogue for Further Critical Analysis ?”, Mediatization Studies, 1(1), pp. 31-43.

Foucault M., 1971L’ordre du discours : leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard.

1980Power/Knowledge : Selected Interviews and other Writings, 1972-1977, Brighton Eng, Harvester Press.

Grenier L., Sawchuk K., 2017“Regards croisés sur une mobilisation éclair : l’à-propos de la médiatisation et du vieillissement”, Recherches sociographiques, 58(1), https://doi.org/10.7202/1039932ar, pp. 93-117

Grenier L., Valois-Nadeau F., 2013“Vous êtes tous des gagnants. ‘Étoile des aînés’ et le vieillissement réussi au Québec”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 44(1), https://jour­nals.openedition.org/rsa/951, pp. 137-156.

Grossberg L., 1996“Contribution à une généalogie de l’état des Cultural Studies. La discipline des communications et la réception des Cultural Studies aux États-Unis”, dans Claustres A., Jaouën F. (éd.), Le tournant populaire des Cultural Studies : l’histoire de l’art face à une nouvelle cartographie du goût (1964-2008), Dijon, Les Presses du Réel, pp. 219-242.

Grossberg L., 2012 Cultural Studies in the Future Tense, New Delhi, Orient Blackswan.

Hall S., 1980“Cultural Studies : two Paradigms”, Media, Culture & Society, 2(1), https://doi.org/10.1177/016344378000200106, pp. 57-72.

Hearn G., Tacchi J., Foth M., Lennie J., 2009Action Research and New Media : Concepts, Methods, and Cases, Cresskill, Hampton Press.

Hepp A., 2009“Differentiation : Mediatization and Cultural Change”, dans Lundby K. (ed.), Mediatization : Concept, Changes, Consequences, New York, Peter Lang, pp. 135-154.

Hepp A., 2012 Cultures of Mediatization, London, Polity Press.

Hepp A., Hjarvard S., Lundby K., 2015“Mediatization : Theorizing the Interplay between Media, Culture and Society”, Media, Culture & Society, vol. 37, n° 2, pp. 314-324.

Hepp A., Tribe K., 2013Cultures of Mediatization, Cambridge/Malden, Polity Press.

Herold D., 2012“Digital Natives : Discourses of Exclusion in an Inclusive Society”, dans Loos E. F., Haddon L., Mante-Meijer E. (dir.), Generational Use of New Media, Farnham, Ashgate, pp. 71-87.

Hjarvard S., 2008“The Mediatization of Society : a Theory of the Media as Agents of Social and Cultural Change”, Nordicom Review, 29(2), pp. 105-134.

Hjarvard S., Nybro Petersen L., 2013“Mediatization and Cultural Change”, MedieKultur, vol. 29, n° 54, pp. 1-7.

Katz S., 2013“Active and Successful Aging. Lifestyle as a Gerontological Idea”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 44(1), http://rsa.revues.org/91044-1, pp. 33-49.

Krotz F., 2009“Mediatization : a Concept with which to Grasp Media and Societal Chan­ge”, dans Lundby K. (Ed.), Mediatization : Concept, Changes, Consequen­ces, New York, Peter Lang, pp. 21-40.

Leedman C. A., Hendricks J., 2006“Foucault and Successful Aging as Discourse : Explorations in Biopower and the Practice of Freedom”, dans Powell J. L., Wahidin A. (dir.), Fou­cault and Aging, New York, Nova Science Publishers, pp. 31-45.

Lundby K., 2009“Media Logic : Looking for Social Interaction”, dans Lundby K. (Ed.), Mediatization : Concept, Changes, Consequences, New York, Peter Lang, pp. 101-119.

Lundby K., 2014 Mediatization of Communication, Walter de Gruyter GmbH & Co KG.

Lundby K. (Ed.), 2008 Digital Storytelling, Mediatized Stories : Self-representations in New Me­dia, New York, Peter Lang.

Lupton D., 1995The Imperative of Health : Public Health and the Regulated Body, Lon­don/Thousand Oaks, Sage Publications.

Mongrain M., 1997 “Cuisines collectives : modèle alternatif d’organisation sociale et économi­que”, Reflets : revue d’intervention sociale et communautaire, 3(1), pp. 80-100.

Powell J. L., Wahidin A., 2006 Foucault and Aging, New York, Nova Science Publishers.

RECAA, 2015 New Horizons for Seniors Program (NHSP), Grant application/agreement - 2015-2016 for Community-Based Projects in Quebec, document inédit.

Rowe J. W., Kahn R. L., 1997“Successful Aging”, The Gerontologist, 37(4), doi :10.1093/geront/37.4.433., pp. 433-440.

Rozanova J., 2010 “Discourse of Successful Aging in The Globe & Mail : Insights from Critical Gerontology”, Journal of Aging Studies, 24(4), pp. 213-222.

Sawchuk K., 2013“Tactical Mediatization and Activist Ageing : Pressures, Push-backs, and the Story of RECAA”, MedieKultur, 29(54), http://ojs.statsbiblioteket.dk/in-dex.php/mediekultur/article/view/7313/6765, pp. 47-64.

Sawchuk K., Crow B., 2010“Into the Grey Zone : Seniors, Cell Phones and Milieus that Matter”, dans Poppinga B. (dir.), Observing the Mobile User Experience, Oldenburg, HaptiMap, pp. 17-20.

Soulé B., 2007 “Observation participante ou participation observante ? Usages et justifica­tions de la notion de participation observante en sciences sociales”, Recher­ches Qualitatives, 27(1), pp. 127-140.

Turenne M., 2016 “Le secret est dans l’assiette”, Le Journal de Montréal, 5 mai, p. 43.

Vigneault K., 2012 Rapport à soi et citoyennetés alimentaires : diagnostic d’une politique des plaisirs, Thèse de doctorat en communication, Université de Montréal, Repéré à http://hdl.handle.net/1866/8544.

Voirol O., 2005 “Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique”, Réseaux, (1), pp. 129-130.

Williams R., 1973“Base and Superstructure in Marxist Cultural Theory”, New Left Review, 82, pp. 3-16, consulté à l’adresse suivante : https://newleftreview.org/I/82/raymond-williams-base-and-superstructure-in-marxist-cultural-theory

Williams R., 1981 Culture, London, Fontana Paperbacks.

Yelle F., 2009 “Cultural Studies, francophonie, études en communication et espaces insti­tutionnels”, Cahiers de recherche sociologique, 47, pp. 67-90.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation des objectifs de l’étude : Cet article propose une analyse des manières par lesquelles la médiatisation (Hepp, 2012) informe les pratiques activistes d’un orga­nisme communautaire à travers la création d’un blogue sur l’alimentation. À partir d’une perspective critique, elle propose d’explorer comment l’alimentation et l’injonc­tion au “bien vieillir” contemporain se trouvent configurées de manière particulière à travers le déploiement d’un projet de blogue alimentaire, participant à collectiviser une normativité qui tend autrement à individualiser les processus du vieillissement.

Approche théorique : Cette analyse est ancrée dans une perspective issue du champ des études culturelles, selon les développements du champs en sol américain (voir par exemple les travaux de Carey (2009) et de Grossberg (1996). Ainsi, ce travail d’ana­lyse porte sur le développement d’un projet de blogue alimentaire dans son ensemble. Il ne s’agit donc pas d’analyser les représentations dont font l’objet les aîné·e·s dans le contexte actuel ou encore d’analyser le blogue en tant que porteur de significations, ou producteur et/ou diffuseur de représentations, mais bien plutôt de comprendre com­ment un tel projet de blogue peut prendre forme et se déployer ainsi, étant donné ce contexte. Ce travail d’analyse s’inscrit également dans la lignée des travaux issus de la gérontologie critique qui ont questionné l’injonction au “bien vieillir” en lien avec la communication et la culture (i.e., Sawchuk, 2013 ; Grenier/Valois-Nadeau, 2013). Ces travaux sont menés en réponse à la notion de “vieillissement réussi” qui provient de la recherche contemporaine en gérontologie et qui est inspirée des travaux de Rowe et Kahn (1999). Selon ces chercheurs, le vieillissement serait “réussi” lorsque l’aîné-e présenterait une bonne santé physique et mentale, favorisée par l’adoption d’habitudes de vie jugées saines. De plus, il ou elle demeurerait inclus·e dans la société active par son engagement dans des activités perçues comme productives et dans des relations personnelles significatives. Cette conception normative des processus de vieil­lissement a été critiquée par des chercheur·e·s en études critiques du vieillissement (voir Katz, 2013 ; Rozanova, 2010 ; Powell/Wahidin, 2006) puisqu’elle engendre une individualisation de ces processus qui ne tient pas compte des facteurs structurels d’exclusion qui peuvent l’informer. Finalement, ce travail d’analyse s’inspire égale­ment des théories de la médiatisation (Lundby, 2014 ; Hepp/Tribe, 2013), alors que ce projet de blogue s’est déployé dans le contexte d’une société médiatisée. Les théories de la médiatisation questionnent comment l’intégration toujours plus importante des media aux pratiques et processus sociaux participe des changements culturels, eux-mêmes informés par le contexte socio-culturel dans lequel ils sont déployés (Hjar­vard/Petersen, 2013).

Aspects méthodologiques : Cette recherche fut inspirée de la recherche-action telle que présentée par Hearn et al. (2009) en ce qu’elle présente une portée et une visée so­ciale, alors qu’elle porte sur le développement d’un blogue lié aux visées d’un groupe communautaire activiste. Elle se détourne néanmoins de la recherche-action au sens strict alors qu’elle ne fut pas co-réalisée avec les membres participants. En ce sens, il serait probablement plus juste de parler de participation observante, telle qu’inspirée de la définition qu’en donne Soulé (2007) et suivant laquelle il est possible de consta­ter un engagement plus important du ou de la chercheur·e. Ce fut le cas dans le cadre de cette recherche alors que la chercheure principale a assisté et participé activement au développement du projet par sa présence et ses interventions aux réunions et dans l’encadrement offert aux membres. La deuxième auteure s’est jointe à elle pour le volet “recherche”, son rôle se concentrant plus spécifiquement sur l’observation des activités de RECAA autour du blogue, tout en assurant sa participation active aux acti­vités du groupe. Le fait qu’il y ait deux chercheures a permis de compléter les notes et les souvenirs de l’une et de l’autre, de les comparer et, à l’occasion, de confronter les points de vue, dans le but de développer l’analyse.

Structure de l’étude : Après une partie qui expose le cadre théorique, épistémologi­que et méthodologique de l’étude, l’article procède à une analyse des matériaux récoltés en cours de recherche, depuis un processus de contextualisation, prépondérant au sein des études culturelles (Yelle, 2009). La présentation des constats émergeant de l’analyse est ponctuée d’exemples issus des notes de recherche des deux chercheures de même que d’exemples tirés du blogue en tant que tel.

Discussion des résultats : L’analyse propose que le “faire politique” du groupe, à tra­vers ce projet de blogue, s’exprime à travers trois dimensions : l’inclusion à la culture numérique par l’acquisition de compétences technologiques, l’accroissement de la visibilité du groupe et de sa mission, et l’engagement collectif engendré par la sociali­sation de ses membres, à travers l’ensemble du projet de blogue. L’analyse présente également comment le projet de blogue s’est révélé être le pivot d’une collectivisation d’une injonction d’abord individualisante, alors que l’alimentation est devenue un lieu de partage des expériences et des injustices vécues, de même qu’un espace d’acquisi­tion d’une certaine visibilité du groupe, en cohérence avec ses intérêts activistes et sa pertinence sociale. C’est l’intégration d’éléments de contexte qui aura permis de com­prendre comment le contexte néolibéral enjoignant l’aîné·e vieillissant·e à tendre vers un “vieillissement réussi” a amené le groupe à entreprendre ce projet. C’est également à la lumière de ces éléments contextuels qu’il est possible de comprendre la portée politique des actions entreprises par le groupe à travers ce projet de blogue alimen­taire. En effet, c’est en prenant en considération les dimensions d’une injonction indi­vidualisante (qui passe par exemple par le maintien d’une bonne santé physique et mentale et l’inclusion dans des activités productives et significatives) qu’il est possible d’observer comment le projet aura permis une reconfiguration collectivisante liée à la défense d’enjeux touchant les aîné·e·s. Ce faisant, la médiatisation participe, à travers les activités liées au blogue, à reconfigurer le rapport liant l’alimentation à l’injonction au “bien vieillir”.

Structured summary

Presentation of the study’s aims : This article proposes an analysis of the ways in which mediatization (Hepp, 2012) informs the activist practices of a community agency through the creation of a food blog. Starting out with a critical perspective, it proposes exploring how food and the contemporary injunction to “age well” are configured in a particular way through the deployment of a food blog project, participating in collectivizing a normativity which otherwise tends to individualize the ageing process.

Theoretical approach : This analysis is anchored in a perspective rooted in the field of cultural studies, following developments in the field of American research (see for example the works of Carey (2009) and Grossberg (1996). Thus the work of analysis deals with the development of a food blog project in its entirety. Therefore it is not a matter of analyzing representations the elders are the object of in a current context or of analyzing the blog as a bearer of significations, or as the producer and/or disseminator of representations, but indeed rather of understanding how such a blog project can take form and thrive as such, given this context. The analysis also follows the line of works in the field of cultural studies issuing from a critical gerontology which has questioned the injunction to “age well” in connection with communication and culture (i.e., Sawchuk, 2013 ; Grenier/Valois-Nadeau, 2013). This work is undertaken in response to the concept of “successful ageing” issuing from contemporary research in gerontology and inspired by the works of Rowe and Kahn (1999). According to those researchers, ageing “is considered successful” when elders are enjoying good physical and mental health supported by the adoption of lifestyles judged to be healthy. Moreover, he or she is to remain actively involved in society through engagement in activities perceived to be productive and in significant personal relationships. That normative concept of the ageing process has been criticized by male and female researchers in critical studies on ageing (see Katz, 2013 ; Rozanova, 2010 ; Powell/Wahidin, 2006) since it generates an individualization of those processes which does not take into account structural factors of exclusion which might inform it. Finally, this investigative work is also inspired by mediatization theories (Lundby, 2014 ; Hepp/Tribe, 2013), given that this blog project was implemented in the context of a mediatized society. Mediatization theories question how the ever increasingly important media integration into social practices and processes participates in cultural changes, themselves informed by the socio-cultural context they are implemented in (Hjarvard/Petersen, 2013).

Methodological aspects : This research was inspired by research-action as presented by Hearn et al (2009) in that it presents a social scope and aim and deals with the development of a blog linked to the aims of a community activist group. It nevertheless sets research-action in the strict sense aside inasmuch as it was not jointly achieved with participant members. In this sense, it would probably be more correct to talk about observer participation, as inspired by the definition Soulé (2007) gave and in terms of which it is possible to note a greater engagement of female and male resear­chers. That was the case in the context of this research in that the female principal researcher assisted and actively participated in the project’s development by her presence and interventions at meetings and in the accompaniment the members were offered. The second, female, author joined her for the “research”, component, her role concentrating more specifically on observation of RECAA (Respecting Elders Communities against Abuse) activities surrounding the blog, while at the same time maintaining her active participation in the group’s activities. The presence of those two female researchers allowed them to complement the notes and their respective recollections, in comparing them and, on occasion, contrasting viewpoints, with a view to developing the analysis.

Structure of the study : After a part which explains the study’s theoretical, epistemological and methodological context, the article carries out an analysis of the materials collected in the course of research, via a preponderant contextualisation process in cultural studies (Yelle, 2009). Presentation of the observations emerging from the analysis is punctuated by examples taken from the two researchers’ notes, as well as examples taken from the blog itself.

Discussion of the results : The analysis suggests that the “politics done” by the group through this blog project expresses itself in three dimensions : inclusion in digital culture through the acquisition of technological competencies, an increase in the group’s visibility and mission, and collective engagement generated by the socialization of its members through the whole blog project. The analysis also shows how the blog project proved to be the pivot for the collectivization of an injunction initially individuali­zing, whereas food became a place for sharing and reflecting on experiences and injustices lived through, as well as being a space for the acquisition of a certain group visibility, in coherence with its activist interests and social relevance. In fact integrating the contextual elements allowing us to understand how the neo-liberal context enjoins elders to strive for “successful ageing” in turn let us understand the group’s initial desire to undertake this project. It is also in the light of these contextual elements that we come to grasp the political scope of the actions undertaken by the group via this food blog project. Indeed, it is in taking the dimensions of an individualizing injunction (which for example involves maintaining good physical and mental health and inclusion in productive and significant activities) into account that we can see how the project allowed a collectivizing reconfiguration linked to the defence of issues involving the elderly. In so doing, through activities linked to the blog, mediatization participates in reconfiguring the relationship linking food to the injunction to “age well”.

Haut de page

Notes

1 Organisme communautaire est synonyme d’ “association” au Québec.

2 Il est à noter que l’aspect multiculturel caractéristique du groupe n’est pas au cœur de la présente analyse. Bien qu’il prenne une place considérable dans ses activités “hors ligne” et dans la formulation de ses revendications, le projet sur lequel nous nous penchons ici ne met pas particulièrement de l’avant cette dimension. Il est également à noter qu’étant donné le caractère multiculturel du groupe, la majorité de ses activités et actions politiques et artistiques sont organisées en anglais, de façon à rejoindre d’autres publics potentiellement marginalisés et exclus du fait d’enjeux liés à la race ou à la langue. D’ailleurs, c’est aussi le cas de la majorité des billets de blogue publiés dans le cadre de ce projet. Le groupe était néanmoins pleinement conscient de ces enjeux et a tenté de publier certains billets en français (à ce jour, seulement deux sont disponibles en ligne). Bien que cela pourrait susciter des réflexions quant aux enjeux d’inclusion/exclusion que cela met en forme, ce n’est pas le cœur de notre propos.

3 Un autre exemple concret de ce type d’activité à la fois activiste et artistique serait la tenue d’une manifestation en 2016 visant à sensibiliser la population aux enjeux d’accessibilité des transports et d’inclusion sociale. Cette manifestation a eu lieu à l’entrée d’une station du métro de Montréal. Le groupe a procédé à une prestation artistique (chantée et dansée) pour attirer l’attention du public sur les enjeux défendus. Un autre exemple pourrait être celui des ateliers animés par les membres de RECAA de façon régulière, auprès de groupes de personnes âgé·e·s (tels que dans des résidences). Le but de ces ateliers est de sensibiliser les participant·e·s quant à ce que constituent des actes de maltraitance. Ils prennent la forme de courtes pièces de théâtre à la suite desquelles une discussion est entamée avec les membres du public.

4 Des travaux ont d’ailleurs présenté l’intérêt de mener des analyses critiques inspirées à la fois des études culturelles et des théories de la médiatisation (voir par exemple Grenier L., Sawchuk K., 2017 ; Sawchuk K., 2013 ; Durocher M., 2017), une mobilisation des deux champs qui permet une analyse des pratiques et des savoirs informés et articulés au cœur d’une société médiatisée.

5 Le terme “media” réfère ici aux technologies permettant la communication à distance, toujours liées à des pratiques communicationnelles (Hepp A. et al., 2015), et qui opèrent «as a societal institution, as an organizational machine and a way of setting content in a scene, and as a space of experience of a recipient» (Krotz F., 2009, p.23). Cette définition n’est donc pas limitée aux “media” comme producteurs et diffuseurs de contenus, mais tient également compte des plates-formes de production de contenus et de partage en ligne tels que les réseaux sociaux, les blogues, les applications mobiles, etc. Le choix de cette typographie vise à distinguer le terme de son usage commun, référant aux “médias d’information” institutionnels, tels que CNN, par exemple.

6 Il est toutefois important de souligner que, puisque la valorisation des points de vue des groupes étudiés est centrale aux études culturelles et que celle-ci reconnaît aux participant-e-s la capacité d’apporter une valeur ajoutée à la co-construction du savoir, les membres de RECAA ont également participé à la recherche en tant que sujets dont la rétroaction fut prise en compte. Par exemple, une première version de cet article a entre autres été présentée au groupe en mai 2017, moment où les membres ont pu partager les aspects les plus marquants du projet.

7 Tel que présenté en introduction, le vieillissement dit “réussi” serait atteint par le maintien d’une bonne santé physique et mentale et par l’inclusion au sein de la société active grâce à l’implication dans des activités productives et des relations significatives.

8 Les critiques ont également souligné le fait qu’elle s’adresse à un groupe restreint d’individus «white male, middle class terms, thereby labeling some as successful, while marginalizing the perspectives of women, the poor and people of color» (Leedman C. A., Hendricks J., 2006, p.32) et que la notion même de “vieillissement réussi” stigmatise certains aîné·e·s, tel·le·s que ceux et celles issu·e·s de groupes minorisés, alors qu’ils et elles ne peuvent adéquatement y répondre.

9 La publication avait pour objectif initial de s’intéresser à l’accroissement de la pauvreté chez les aîné·e·s. Bien que le texte publié se penche davantage sur l’expérience bénévole vécue par l’auteure dans l’une de ces banques, des hyperliens vers certaines banques alimentaires de Montréal ont été ajoutés en fin d’article, comme des ressources qui pourraient être nécessaires au public.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 
Légende Section “recettes”
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2666/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 2 
Légende Section “récits”
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2666/img-2.png
Fichier image/png, 134k
Titre Figure 3 
Légende Section “discussions”
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2666/img-3.png
Fichier image/png, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Durocher et Maude Gauthier, « La création d’un blogue alimentaire par un groupe d’aîné·e·s : la collectivisation de processus individualisants liés au “bien vieillir” », Recherches sociologiques et anthropologiques, 49-1 | 2018, 217-239.

Référence électronique

Myriam Durocher et Maude Gauthier, « La création d’un blogue alimentaire par un groupe d’aîné·e·s : la collectivisation de processus individualisants liés au “bien vieillir” », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 49-1 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsa/2666 ; DOI : 10.4000/rsa.2666

Haut de page

Auteurs

Myriam Durocher

étudiante au doctorat en communication, Université deMontréal. Chercheure affiliée à Ageing+Communication+Technologies (ACT), Université Concordia.

Maude Gauthier

Maude Gauthier, PhD en communication. Chercheure affiliée à Ageing+Communication+Technologies (ACT), Université Concordia.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals