Navigation – Plan du site
Dossier

Des murs pour seule réponse

De l’enfermement des jeunes de quartiers populaires et des migrants
Walls as the Only Answer. The Confinement of Youth from Poorer Districts and Migrants
Jacinthe Mazzocchetti
p. 91-113

Résumés

Cet article porte sur la criminalisation et l’enfermement croissants des jeunes des quartiers populaires et des primo-migrants, davantage encore de ceux qui se refusent à la résignation face à leur position de “laissés pour compte”. Il repose sur une pratique de terrain d’une vingtaine d’année et de multiples ethnographies de séjours situées principalement au Burkina Faso, en Belgique et à Malte. Le texte est subdivisé en trois parties. La première, davantage contextuelle, donne quelques éléments clefs qui permettent de documenter l’enferme­ment des précaires. La deuxième met l’accent sur les effets des processus de criminalisation et d’enfermement pour les principaux intéressés, mais aussi à l’échelle sociétale. La troisième partie, en conclusion du propos, interroge les tensions et les accointances entre logiques néolibérales et sécuritaires. Elle propose ainsi une relecture des actes condamnés des jeunes précarisés et des primo-migrants sous l’angle conjoint de l’adhésion au projet néolibéral et de la résistance aux mises au ban qui sont inhérentes à son fonctionnement inégalitaire.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

Quand j’ai rentré ici, j’ai appelé mon père, j’ai dit ‘je suis à Malta, mais je suis en prison’. Parce qu’au Mali, je n’ai jamais vu prison. Quand j’ai rentré ici, ça me fait mal beaucoup, beaucoup, beaucoup. Quand j’ai dit à mon père que je suis dans prison, toujours il va me dire ‘mais pourquoi il t’a mis en prison ?’ J’ai dit, ‘je ne sais pas, je ne fais rien’. Parce que là-bas [au Mali], si tu as volé quelqu’un ou si tu as tué quelqu’un, il va t’amener directement en prison. Mais ici seulement que on a rentré en Europe. Moi-même, je ne sais pas. Je ne sais pas. Je ne sais pas (Bâ, Malte, 2014).

1Sans trop entrer dans les détails, Bâ est un jeune malien arrivé à Malte en 2011 après avoir fui la guerre en Libye. Fils aîné de paysans sans terre, il a grandi dans la périphérie de Bamako. À l’âge de 15 ans, compte tenu des difficultés que connaît sa famille, il décide, à la fois soutenu et poussé par ses proches, de rejoindre la Libye où, comme beaucoup de jeunes hommes d’Afrique de l’Ouest, il travaille et d’où il envoie de l’argent à ses parents en vue de la scolarisation de ses frères et sœurs. Avec la chute de Kadhafi, la situation qui n’était déjà pas très réjouissante pour les migrants subsahariens, s’aggrave avec la multiplication des violences. Bâ quitte alors précipitamment la Lybie et se retrouve sur un bateau en direction de l’Italie. Pour la suite de mon propos, il importe surtout de retenir qu’après avoir survécu à un naufrage aux portes de l’Europe, il est emmené à Malte, la division internationale des espaces maritimes l’ayant localisé dans cette zone. Comme la majorité de ceux qui l’ont précédé et qui continuent aujourd’hui d’y arriver, il y est ensuite enfermé durant dix-huit mois. Dix-huit mois de privation de liberté meublés uniquement par l’in­certitude et l’attente. Son histoire est une histoire de migrations, de voyages, par moments choisis et, à d’autres, forcés, vers un mieux vivre. Son histoire est également une histoire de précarité et de violences subies, une histoire de luttes et de volonté, d’enfermements aussi. Cette tension entre soif de vivre et mise à l’écart sera ici analysée en parallèle de l’enfermement des jeunes précaires des quartiers en désuétude de nos villes européennes, jeunes en souffrance et/ou en débordement de vie, miroirs grossissants, eux aussi, des béances dans lesquelles s’engouffre notre vieille Europe.

2C’est à partir de ce double regard, celui, parmi les primo-migrants, des “indésirables” (Agier, 2002), mais aussi, de manière plus large, celui des jeunesses précarisées en mal de vivre, que j’interrogerai les processus de criminalisation et d’enfermement croissants des “surnuméraires”, des subalternes, des “perdants” du projet politique néolibéral. Il y a lieu de ne pas confondre et/ou réduire « rationalité politique néolibérale » (Piccoli/Simon, 2018) et idéologie : la première repose sur un cadre discussif, une narration où se déploient, au travers des discours et pratiques politiques, institutionnelles, bureaucratiques mais aussi via les industries de masse et les cultures médiatiques populaires, les valeurs inhérentes à son mode de gouvernement. Comme je le développerai ci-après, ces valeurs sont, pour beaucoup, incorporées sans pour autant que les contextes ne permettent à la grande majorité des populations précarisées d’y correspondre. Les logi­ques de marché et de concurrence sur lesquelles le néolibéralisme repose, les valeurs qu’il déploie responsabilisent davantage les individus que les sociétés de leurs déconvenues dans un monde décrit comme composé non seulement de réussites individuelles et de consommations possibles, mais aussi de réalisation de soi idéales. Dans cette équation sont oblitérés les rapports de force et de pouvoir. A contrario, le néolibéralisme légitime les inégalités qui le traversent, tout en les dépolitisant. Les échecs tout comme les réussites sont supposés résulter d’une saine compétition, d’une conception de l’humain hors solidarité, de la capacité des uns et des autres à être “entrepreneurs de soi” (Foucault, 2004).

  • 1 L’ambition de ce texte étant davantage analytique qu’empirique, je me permets de renvoyer les lecte (...)

3Me situant dans ce qu’Augé (2013) nomme une “ethnographie de parcours”, la réflexion proposée ci-après est le résultat de multiples ethnographies de séjours situées principalement au Burkina Faso, en Belgique et à Malte. En Belgique, j’ai notamment réalisé un terrain en Institution Publi­que de Protection de la Jeunesse (Mazzocchetti, 2005), mais aussi effectué des visites en hôpitaux psychiatriques et en prison. J’ai mené une enquête dans les quartiers du croissant pauvre de Bruxelles (Jamoulle/Mazzocchetti, 2011). J’ai également réalisé de nombreuses observations auprès de demandeurs d’asile, de réfugiés et de migrants dits “illégaux” en Belgique depuis 2007 et à Malte depuis 2012 (voir notamment Mazzocchetti, 2014a, 2016). Lors de ces différents terrains, outre le partage de la vie quotidienne avec de nombreux échanges, j’ai collecté des récits de vie et réalisé des entretiens avec différents acteurs des milieux associatifs, institutionnels et politiques1.

4Prenant appui sur ces terrains, je discuterai de la criminalisation et de l’enfermement croissants des jeunes des quartiers populaires et des primo-migrants, davantage encore de ceux qui se refusent à la résignation face à leur position de “laissés pour compte”. Bien entendu, d’un point de vue strictement juridique, des distinctions importantes sont à énoncer. Les IPPJ, les prisons et les centres fermés à destination des primo-migrants appartiennent à des registres différents : ceux de la protection de la jeunesse, des détentions punitives et des détentions administratives. Les répertoires de légitimation (éducatif, punitif, sécuritaire…) et les acteurs en présence ne sont donc pas totalement identiques. Ceci dit, d’une part, les logiques de criminalisation et de mise au ban que je souhaite interroger ici sont transversales. Par ailleurs, les publics que je suis amenée à rencontrer circulent parfois entre ces structures. Comme je le développerai ci-après, s’observe une interpénétration de plus en plus marquée entre les logiques administratives et pénales (Fischer/Darley, 2010). La pénalisation de la pauvreté urbaine et de la marginalité sociale est en outre également à l’œuvre dans les processus de “crimmigration” (Guia et al., 2012). D’autre part, du point de vue subjectif des détenus, ces espaces sont, l’un comme l’autre, nommés et surtout vécus comme des “prisons”. S’il importe de ne pas gommer les spécificités de contexte, ces types d’enfermement ont également des effets largement similaires, en termes psychiques, mais aussi, notamment, d’exclusion.

5Le texte est subdivisé en trois parties. La première, davantage contextuelle, donne quelques éléments clefs qui permettent de documenter l’enfermement des précaires. La deuxième met l’accent sur les effets des processus de criminalisation et d’enfermement pour les principaux intéressés, mais aussi à l’échelle sociétale. La troisième partie, en conclusion du propos, interroge les tensions et les accointances entre logiques néolibérales et sécuritaires. Elle propose ainsi une relecture des actes condamnés des jeunes précarisés et des primo-migrants sous l’angle conjoint de l’adhésion au projet néolibéral et de la résistance aux mises au ban qui sont inhérentes à son fonctionnement inégalitaire.

II. Enfermer : des murs pour seule réponse

6Des murs pour seule réponse… Travaillant sur les questions de migrations et d’asile depuis maintenant une dizaine d’années, ce titre aurait pu avoir pour enjeu de dire les murs (barbelés, grillages, externalisation des frontières) qui partout se dressent. Ces “murs”, comme le dit Michel Agier (2013), ne se veulent pas frontières, car la frontière, si elle vient poser des limites spatiales, sociales et symboliques, peut en principe être traversée. Les murs, eux, symboles de cette “mise au ban des indésirables” (Agier, 2002), sont conçus, pensés, imaginés, espérés infranchissables. Dans ce point cependant, je discuterai de la question de l’enfermement dans un sens davantage littéral. Les murs dont je vais traiter sont ceux des IPPJ (Institut de Protection de la Jeunesse), des prisons et des centres fermés à destination des personnes étrangères. Ils symbolisent des choix politiques axés sur la gestion des précaires, narrés comme problèmes davantage que comme symptômes, plutôt que sur la gestion des précarités.

A. Mise au ban des jeunesses populaires

7En Belgique, comme en France ou aux États-Unis notamment (Wacquant, 2009 ; Fassin, 2015), à propos des jeunes placés en Institutions de Protection de la Jeunesse, mais aussi en prison, de nombreux travaux mettent en exergue le fait que la majorité d’entre eux proviennent de milieux précarisés économiquement et/ou socialement et habitent des quartiers populaires également (Mazzocchetti, 2005 ; Vanneste, 2014). D’une part, les décisions judiciaires sont influencées par les liens établis entre exclusion sociale et insécurité qui laissent supposer que les personnes précarisées peuvent s’avérer dangereuses entre elles et pour les autres (Schaut, 2001). D’autre part, la plupart des jeunes placés en institutions judiciaires pour mineurs et en prison manquent des ressources sociales et familiales qui permettraient d’éviter la judiciarisation de leur parcours. Cette surreprésentation des jeunes issus de milieux précaires ne reflète donc pas les comportements délinquants au sein de la société.

8En réalité, les comportements dits de “délinquance” sont distribués socialement, sous des formes différenciées parfois, de manière bien plus équilibrée que ne le laissent entendre les données officielles. Sans même évoquer ici la “délinquance à col blanc” (Chantraine/Salle, 2013a, 2013b), qui repose pourtant sur des valeurs identiques de consommation et de réussite et prend des formes similaires (vols à la tire versus détournements, violences des délocalisations versus violences des braquages…), les jeunes de milieux aisés bénéficient davantage de solutions de dérivation (De Fraene/Moreau, 2003 :43). De plus, beaucoup des jeunes enfermés sont dans des formes d’auto-violence (fugues, consommations problématiques, tentatives de suicide…) et des logiques d’entre-soi (deal, bagarres entre groupes de jeunes…). À titre d’exemples, la recherche menée par Remacle, Jaspart et De Fraene, à partir d’une analyse quantitative et qualitative, a réaffirmé la similarité de profils, en termes de carences, des jeunes placés en IPPJ (Belgique). Si les chercheurs n’ont pas été en mesure de déterminer des profils types, il s’avère que les jeunes placés, filles comme garçons, se révèlent être, pour la plupart, fragilisés à divers niveaux :

  • 2 Centre Fédéral Fermé.

Des données disponibles, l’on sait en effet que les jeunes placés apparaissent dans l’ensemble particulièrement défavorisés sur le plan socioéconomique, scolaire et familial. De plus, l’on sait aussi que ces trois types de données interviennent justement dans une chaîne péna­le au fonctionnement variable. Elles interviennent particulièrement dans les logiques décisionnelles des magistrats de la jeunesse et tendent clairement à influencer le choix de placer ou non en IPPJ/CFF2 (Remacle et al., 2012 :114).

  • 3 La notion de “race” fait ici référence aux processus de racialisation. Elle fait référence aux proc (...)

9S’observe également une surreprésentation des jeunes issus de l’immigration qui combinent les stigmates de la pauvreté et de l’origine incriminée. Différents travaux ont en effet montré que les jeunes migrants ou descendants de migrants hors UE, en particulier en provenance du continent africain et davantage encore s’ils habitent des quartiers précarisés et stigmatisés, subissent un processus de criminalisation : étant plus contrôlés, leurs conduites sont davantage judiciarisées, ils purgent des peines plus lourdes, prononcées plus rapidement, d’autant plus s’ils ont peu d’appuis et/ou de connaissances du fonctionnement de la justice. Interfèrent par ailleurs les représentations des intervenants à l’égard de leurs possibilités de prises en charge au niveau des familles, des écoles et du quartier. Les statistiques de placement et d’enfermement des populations d’origine étrangère – quand elles sont disponibles – ou les estimations à partir des patronymes et/ou des éléments de biographie reflètent ainsi un processus de surcriminalisation (Brion et al., 2000 ; Brion, 2012, 2015) où corps de classe et corps de “race3” s’entremêlent en défaveur des jeunes qui combinent les stigmates.

10Les observations menées dans les prisons et centres pour mineurs en France corroborent les travaux des chercheurs belges en la matière :

Le fléau de la justice ne frappe pas de manière équitable et suit des logiques singulièrement différenciées selon la classe, le genre ou la race. L’expérience carcérale devient suffisamment commune pour les jeunes hommes des minorités ethnoraciales et/ou vivant en quartiers populaires, aux États-Unis comme en France, pour que l’on puisse parler d’un système de régulation sociale où la prison sert à contrôler les nouvelles classes dangereuses (en France) ou à réinstituer une forme de ségrégation raciale non officielle (aux États-Unis) (Bouagga et al., 2016 :9).

11S’observent à ce propos les mêmes silences, ce même « secret public », « c’est-à-dire un fait que tout le monde connait, mais dont personne ne parle », pour reprendre les mots de Fassin (2016 :22). De plus, le contexte de criminalisation des primo-migrants que je développerai ci-après influence également les représentations et les discours à l’égard des jeunes descendants de migrants non européens, bien souvent appréhendés comme étrangers malgré leur nationalité et regardés avec suspicion. Notons cependant que les mises au ban des jeunesses précarisées, d’autant plus celles considérées comme “perpétuellement étrangères” (afro-descendantes et musulmanes en particulier), peu importe leurs histoires singulières et leurs nationalités, se maintiennent dans un temps générationnel singulier qui est aussi celui d’une conscience de plus en plus explicite des discriminations vécues.

12Comme l’analyse Hervé Hamon (2012), les transformations du secteur de la protection de la jeunesse, et plus largement du secteur pénal, ne peuvent être comprises en dehors de l’inflexion néolibérale des représentations et des pratiques : responsabilité même des mineurs vis-à-vis de leurs actes, focus sur la personne déviante avec éviction des causes sociales, « ciblage sécuritaire de groupes sociaux » (Ibid. :817), surveillance des groupes et des personnalités à risque… Ces processus de surcriminalisation s’inscrivent par ailleurs dans un mouvement d’accroissement des logiques pénales et d’enfermement. Pourtant, de nombreux travaux, notamment du côté de la criminologie, démontrent que cette augmentation du choix d’enfermer (mais aussi de construire davantage de centres fermés pour mineurs et de prisons) ne correspond pas à une augmentation de la criminalité. S’y donnent à voir, l’influence de l’idéologie punitive du type tolérance zéro importée des États-Unis (Wacquant, 2009) ainsi qu’un basculement du côté de la criminalisation du délit, davantage que du crime, ce que démontrent notamment les réponses pénales données aux comportements d’incivilités (Fassin, 2015). Même si en fonction des pays, des distinctions sont à faire, les logiques de criminalisation des précaires sont partout de plus en plus explicites et apparentes.

B. “Crimmigration”

  • 4 Sans vouloir réitérer ici les divisions opérées entre migrations économique et politique, négation (...)

13Côté migrants dits “illégaux”, demandeurs d’asile non accueillis ou déboutés et migrants ne rentrant dans aucune des catégories restrictives actuellement pourvoyeuses de droits4, rappelons tout d’abord que nous avons par le passé accueilli de nombreux demandeurs d’asile en dehors du registre rhétorique contemporain de la crise et de l’envahissement assorti de stratégies politiques de militarisation et d’externalisation des frontières (Blanchard/Rodier, 2016). D’un point de vue statistique, sans avoir à remonter très loin dans le temps, en Belgique, si lors de l’année 2015, l’Office des Étrangers (OE) a enregistré 35.476 demandes d’asile, ce qui représente, comme dans la majorité des pays européens, une forte hausse par rapport aux années précédentes (avec 15.840 demandes d’asile introduites en 2013 et 17.213 en 2014), la Belgique avait déjà connu ce type de situation, notamment dans le courant des années 2000, où 42.691 demandes d’asile avaient été enregistrées sans que la notion de “crise” ne fût mobilisée. À l’époque, l’aide sociale avait été assurée pour chaque demandeur. Rappelons par ailleurs que selon les chiffres du HCR (Haut-Commissariat aux Réfugiés), aujourd’hui encore, l’Europe accueille moins de 8 % des réfugiés, toutes origines confondues.

14En 2016, d’après les chiffres officiels du CGRA (Commissariat Général des Réfugiés et Apatrides), 18.710 personnes ont introduit une demande d’asile auprès des services de l’Office des Étrangers, soit plus de deux fois moins qu’en 2015. Cette diminution s’observe également dans la plupart des pays de l’Union européenne. Elle est principalement la conséquence de la fermeture de la route reliant la Turquie à la Grèce, suite à laquelle le nombre de demandes d’asile émanant de personnes originaires d’Afghanistan, de Syrie et d’Irak a fortement diminué. Pour la même période, ces trois pays constituent toujours le trio de tête en ce qui concerne l’origine des demandeurs d’asile, la Guinée et la Somalie suivant juste derrière.

15Malgré les atteintes multiples – qu’il s’agisse de violences économiques et/ou politiques subies par la majorité des personnes ayant réussi à arriver sur le territoire européen –, malgré la soif de résistance et de vie nécessaire pour atteindre nos contrées, malgré les risques pris, malgré les luttes menées pour protéger les proches et obtenir des droits, il n’y a plus guère de place aujourd’hui, dans les représentations et les pratiques qui en découlent, pour l’exilé-héros, que celui-ci ait quitté son pays pour fuir un régime liberticide ou un système politique semi-autoritaire (Hilgers/Mazzocchetti, 2010), ou, du fait d’un contexte socio-économique délétère et d’un environnement naturel dégradé. Au contraire, que la personne migrante soit détentrice des capitaux (passeport, ressources, diplômes, réseaux…) lui permettant une mobilité légalisée, qu’elle bénéficie à titre individuel d’une protection internationale ou d’une régularisation pour raison humanitaire (le soi vulnérable), ou qu’elle obtienne un visa ou un contrat de travail par la ruse, les rapports de force et les dynamiques structurelles sont oblitérés. Les acteurs sont tenus et perçus comme responsa­bles de leur trajectoire de vie, là où même les ressorts du droit d’asile reposent sur des logiques individualistes et de performativité, de mises en concurrence des victimes.

16Perçues comme étant dangereuses plutôt qu’en danger, ces personnes que l’on dit “migrantes” sont aujourd’hui englouties sous le poids des soupçons (Valluy, 2006), englouties également par la position de victime – le moins mauvais statut auquel elles peuvent prétendre –, dans laquelle elles sont confinées (Fassin, 2010). En outre, il n’y a aucune place légitime possible, spatiale comme symbolique, pour ceux qui n’ont pas réussi à convaincre du bien-fondé de leur demande. Le tri opéré désigne le “bon réfugié”, mais aussi le “bon migrant”, et prive tous les autres des droits liés à ce statut ; ceux-là sont alors réduits aux affres de la clandestinité, pour certains enfermés, parfois refoulés. Les différents niveaux de responsabilité du mode de gouvernementalité néolibéral en tant que tel sont oblitérés : notamment en ce qui concerne les représentations et les discours de mobilité sociale et de mérite qui s’y déploient (j’y reviendrai), les effets des politiques en acte, tels ceux relatifs aux politiques d’ajustement structurel et d’austérité, les dynamiques concurrentielles d’accaparement des terres et de conflits sur les ressources premières, les conséquen­ces sur les dégradation des sols et plus largement des conditions de vie.

17À d’autres époques, et la commémoration récente des Boat People vietnamiens est là pour nous le rappeler à titre d’exemple, d’autres réponses, ne reposant pas sur le sécuritaire, ont été apportées aux questions relatives à l’asile. Lors de ces événements, comme l’analyse Meslin pour la France (2006), alors que l’immigration liée au travail vient tout juste d’être suspendue et que la crise économique que traverse le pays semble peu propice à l’accueil de nouveaux étrangers, 128.531 ressortissants de l’ancienne Indochine, dont 47.356 Cambodgiens, entrent légalement sur le territoire français. Dès leur arrivée, rappelle la chercheuse, ils bénéficient d’un accueil d’exception accompagné de discours empathiques formulés par les dirigeants politiques notamment. Comment comprendre cette situation pour le moins paradoxale ? Comment expliquer que des réfugiés aient pu bénéficier d’un tel accueil alors qu’il est admis qu’« en période d’incertitude tout particulièrement, l’étranger est ressenti comme une menace pour le groupe enraciné ? » (Noirel, 1988 :273).

  • 5 Ces différentes notes sont accessibles sur le site de la chambre des représentants de Belgique : ht (...)

18Si les réponses que formule Meslin relèvent de la géopolitique et, notamment, du contexte de la guerre froide, cet exemple permet néanmoins de rappeler que les choix opérés sont avant tout politiques et qu’il n’y a pas, aujourd’hui, de lien de causalité évident entre le contexte d’austérité économique (qui découle également de choix politiques) et les discours et orientations sécuritaires à l’œuvre. Ceux-ci relèvent d’un registre d’énonciation et de pratiques devenu majoritaire suite aux événements du 11 septembre 2001 et au contexte de guerre globale contre le terrorisme qui s’en est suivi (Bigot et al., 2008), un registre au sein duquel se déploient les amalgames. Ainsi immigration et délinquance, voire immigration et terrorisme tendent à se confondre dans les discours médiatiques comme politiques, comme le laissent entendre en Belgique, à titre d’exemples, les propos de Théo Francken, secrétaire d’État à l’immigration. En effet, comme le démontrent les notes d’orientation des politiques relatives à l’asile et aux migrations émises annuellement, depuis son entrée en fonction en 2014, ce dernier n’a eu de cesse de tenir un discours explicitement sécuritaire mobilisant les questions liées au terrorisme. Ainsi, même si, rappelons-le, ces notes ne sont pas émises par les ministères de l’Intérieur ou encore des Affaires étrangères, mais bien par le département de l’asile et de l’immigration, la lutte contre le terrorisme, explicitement associée à la question du radicalisme et de la gestion des frontières, est ainsi devenue, au fur et à mesure des années, plus présente dans les axes politiques énoncés. Les termes employés se “radicalisent” également, passant en 2014 de la “Lutte contre le terrorisme international et le radicalisme” à la question de la “Terreur et du radicalisme” en 20175.

19Ainsi, la criminalisation, l’enfermement, l’augmentation croissante des places en centres fermés sont le reflet de normes (lois, politiques publiques...) et d’idéologies justificatrices des choix politiques opérés. Environ 600.000 migrant-e-s, adultes et enfants, sont détenu-e-s chaque année dans les pays de l’Union européenne, le plus souvent sur la base d’une simple décision administrative6. La création des centres d’accueil et de rétention est par ailleurs le fruit d’une histoire récente (1986 pour les centres d’ac­cueil en Belgique et 1988 pour le premier centre fermé). Il est bon de rappeler également que les migrants sont privés de liberté sans être passés devant un juge et ce, pour raisons administratives (Rodier, 2012). C’est donc une pénalisation progressive du contrôle de l’immigration qui est observée. Cette dernière se matérialise par « le recours croissant, pour le traitement des étrangers en situation irrégulière, à des instruments habituellement réservés aux affaires pénales – tels le confinement ou l’interdiction du territoire notamment » (Fischer/Darley, 2010 :§1). La distinction historique entre « la logique de gestion administrative » et les « logiques institutionnelles de gestion de la délinquance » (Ibid. :§4), poursuivent les auteurs, tend à s’estomper. « Les techniques policières appliquées au contrôle et à la répression de la délinquance » sont aujourd’hui utilisées également « pour la gestion des ‘irréguliers’«  (Ibid.), dont le seul délit est pourtant d’ordre administratif, que ce soit le passage non autorisé d’une frontière ou l’absence de titre de séjour. Par ailleurs, les décisions de rejet, d’enfermement, de non-assistance à personne en danger prises à l’égard des primo-migrants, en particulier d’origines africaine, arabe ainsi que de confession musulmane, créent et entretiennent une pensée classificatoire entre les “bons” et les “mauvais” migrants, les “assimilables” et les autres.

III. Une criminalisation à conséquences

20Dans cette deuxième partie, je traiterai des effets de cette criminalisation, à la fois à l’égard des principaux concernés, mais aussi à l’échelle sociétale. Malgré leurs coûts élevés, les processus de criminalisation et d’enfermement n’enrayent pas les logiques de délinquance et de criminalité. Ils ne dissuadent pas non plus les personnes à migrer. Les discours, les pratiques, et surtout leurs effets, semblent en totale contradiction. D’une part, la prison ne protège en rien la société. Elle est au contraire une machine à récidive, une école du crime et de la nudité de la vie, je vais y revenir. De même, les centres fermés pour étrangers constituent des lieux d’éducation à la haine (et il serait bon de se pencher sur cette question). De mes données de terrain, il apparait que les représentations de l’Occident, qui oscillent entre un eldorado à atteindre et un espace où se développe une forme de néo-colonialisme, sont tranchées durant ces temps d’attente et d’inhumanité où l’infériorité supposée de ceux qui demandent de l’aide et/ou qui espéraient réussir leur vie en des cieux plus cléments est clairement signifiée. D’autre part, les politiques de barriérisation et de militarisation des frontières n’empêchent en rien les migrants de quitter leur pays d’origine et/ou d’arriver en Occident. Elles criminalisent par contre leur parcours et les mettent en danger. Face à leur détermination/désespérance, elles ne jouent guère de rôle de dissuasion.

21Ceci dit, « indépendamment de leurs échecs », comme l’énonce Bietlot (2003 :63-64), les politiques d’enfermement et « de contrôle des flux migratoires – et en particulier les centres fermés – remplissent des fonctions d’ordre symbolique, idéologique et spectaculaire ». Je détaillerai ces fonctions ci-après en mettant en exergue deux des conséquences, qu’elles soient voulues ou pas, pensées comme telles ou pas, de ces choix de criminaliser et d’enfermer.

A. Éprouver la nudité de sa condition

22Il est tout d’abord indispensable de s’arrêter sur la violence de l’enfermement en tant que telle. À Malte, où la détention des migrants arrivés par voie maritime précède le passage en centres ouverts, les dix-huit mois de détention matérialisent le non-droit à la mobilité. Cet espace-temps d’enfermement, dans des conditions particulièrement difficiles, qui n’est ponctué que d’attentes et d’incertitudes, peut être analysé comme un lieu transitoire de déshumanisation : le passage de l’homme debout à celui qui acceptera toutes les brimades, tête baissée, à la condition de pouvoir travailler et de soutenir les siens (Mazzocchetti, 2014a).

23Cette expérience de l’enfermement, à Malte ou ailleurs, vécue dans le corps de la personne migrante, cette expérience qui rend fou trouve difficilement à se dire si ce n’est au travers de quelques questions qui, telle une plaie béante, restent ouvertes, ne trouvant pas de réponse, comme c’est le cas dans le témoignage de Bâ retranscrit dans l’introduction de cet article : Quel crime ai-je commis si ce n’est celui de vouloir vivre ? Que va-t-il advenir de moi ? Vont-ils me renvoyer dans l’enfer que j’ai quitté ? Combien de temps vais-je rester enfermé, en attente ? Dans un tel contexte, les brimades souvent sont tues. Il est difficile de parler lorsque l’on expérimente la fragilité de l’humain hors statuts, hors liens, lorsque l’on se retrouve isolé de tout et de tous, soumis à l’arbitraire d’un système dont on ne saisit pas les règles. Les silences qui s’additionnent et les mots en creux se ressemblent lorsque l’on est confronté à ce moment de vie qui fait honte, ce moment de vie indicible : le vécu intime des rapports de pouvoir et de la précarité d’un humain privé de liberté et de droits. Bien entendu, les sentiments générés par cette expérience sont aussi la colère et la rage, mais cela n’enlève rien au vécu intime de se sentir à la merci : cette expression de la fragilité la plus ultime.

24Ces sentiments d’injustice, ces vécus d’impasses, ces regards ternes que je retrouve dans les couloirs gris de nos prisons et des centres fermés, je les avais déjà identifiés en IPPJ, en particulier lors des mises en isolement. Ainsi, en 2007, Violaine, 15 ans, en rage contre l’insupportable des quatre murs de la chambre d’isolement, seule réponse à ses cris, aux lacérations de son corps, face à un monde adulte qui n’était pour elle que violences, entre coups, privations, cannabis et enfermements, me confiait :

Je me suis sentie attaquée. On m’a mis dans une petite pièce, sans rien, même pas d’eau. À ce moment-là, tu es agressive, tu ne comprends pas. Tu es encore plus seule que d’habitude. Je pense que des pratiques comme ça, ça empire les gens, ça les met à bout. C’est horrible, tu ne te sens pas considérée comme une personne et là, tu as envie de mourir. Tu cries, tu souffres dans cette pièce et tu ne sais rien y faire. Je me demandais tout le temps ‘qu’est-ce qui va m’arriver ?’. J’étais dans une angoisse perpétuelle.

25Dans son ouvrage L’ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Didier Fassin décrit « l’irrépressible souffrance » qui fait suite aux mesures de condamnation à la cellule disciplinaire. Souffrances extrêmes, dit-il, « par le fait d’une triple épreuve » : le sentiment d’injustice tout d’abord, l’impression d’impuissance ensuite, et enfin, « un noyau incompressible de pure désespérance » du fait d’éprouver « physiquement la nudité de la condition carcérale » (Fassin, 2015 :442-444). Les récits recueillis auprès de personnes ayant un vécu d’enfermement rendent tous compte de la violence qu’elles ont ressentie au moment d’éprouver la nudité de leur condition et corrélée à la perte de la possibilité d’être entendues : devenir une voix dans le vent, un sans-voix, une voix qui se perd derrière des murs et des barreaux ; voir mourir ses rêves avec une intériorisation progressive de la place – qui n’en est pas une – assignée dans la société. Ce qui se donne ainsi à voir, c’est ce que l’on terre et ceux que l’on fait taire, les sans-voix, rendus parfois muets, dont la parole est toujours abîmée par l’épreuve du soupçon, qui par leur seule présence, comme développé ci-après, mettent en lumière les failles du projet politique néolibéral et, en particulier, les écarts entre les idéologies prônées (liberté, mobilité géographique et sociale, mérite, consommation et réussite individuelle) et la pratique d’un système aux effets mortifères pour une large part des populations mondiales (Petrella, 2015).

26À partir de l’observation de l’enfermement physique, entre quatre murs, s’éclaire la complexité de ce qui se joue dans le fait de priver un être de sa liberté et de son intimité, un être ici avant tout rendu coupable de sa pauvreté, de son origine et de sa couleur de peau, coupable de ne pas être à sa place, coupable surtout, je vais y revenir, de ne pas vouloir y rester. C’est ainsi l’enfermement physique (les barreaux), l’enfermement au dehors (frontières de l’inclusion sociale et de la citoyenneté) et l’enfermement symbolique qui s’entremêlent dans la condition de précaires, de migrants, de délinquants, d’ “en trop”, de profiteurs, de paresseux, d’oisifs, de crimi­nels de fait ou en puissance. Des enfermements qui se matérialisent aussi dans un corps de classe et de “race” (casquettes, trainings et peau mate…) et qui participent à cristalliser de potentielles différences entre “eux, les autres” face au “nous” de la communauté citoyenne, “nous” que d’aucuns peineraient à définir, les “autochtones” (Geschiere, 2009), les travailleurs, les bons citoyens…

B. Des populations “bouc émissaire” : créer et entretenir les peurs ?

27Il importe dès lors de saisir les liens entre représentations sociales et catégorisations, deux dynamiques qui se nourrissent l’une l’autre. L’enfermement relève ici à la fois des réponses sociétales et des causes, car c’est bien lui qui fait du jeune en révolte ou du migrant dit “illégal” quelqu’un qui est perçu comme un “criminel”. Les imaginaires et les peurs s’en trouvent nourris, ce que trahissent les discours. À titre d’exemple, je citerai cette petite phrase entendue souvent en IPPJ et qui poursuit les jeunes enfermés leur vie durant : « Ici, personne n’est innocent ». Et pourtant, la majorité de ces adolescents, abîmés déjà par la vie, nous offrent surtout une radiographie du climat d’incertitude dans lequel chacun tente de naviguer aujourd’hui. Pour ceux parmi eux qui ont effectivement à leur actif des faits de délinquance avérés, autres que des violences retournées contre soi et des logiques de fuite (fugues, consommations de drogues…), ils nous offrent aussi un miroir grossissant des valeurs néolibérales qu’ils se sont appropriées sans pourtant être bien nés, et, qui dans un système à la fois inégalitaire et sécuritaire, se retournent contre eux comme un boomerang.

28L’enfermement participe de la fabrique des imaginaires d’individus responsables de leur condition, de leurs échecs. Il participe de la fabrique des imaginaires d’individus dangereux, inaptes, illégitimes. Sur mon terrain maltais, la question de l’enfermement des migrants suite aux arrivées par naufrage, est particulièrement explicite. À Malte, donc, les arrivants sont enfermés entre 12 et 18 mois suite à la criminalisation du passage non régulier de frontières : leur entrée sur le territoire par voie maritime les transforme dès lors en “illégaux” et donc en “criminels”. En vis-à-vis, dans les yeux des populations, si on les enferme, c’est qu’ils doivent bien être dangereux et/ou coupables de quelque chose. Ce qui construit l’appréhension coupable et la prétendue dangerosité des autres migrants et vient justifier leur enfermement.

29Il y a ainsi quelque chose à interroger du côté de la performativité des discours et des pratiques publicisées en ce qu’elles participent à construire des “régimes de vérité” (Foucault, 1977) devenus aujourd’hui presque non-questionnables malgré leurs nombreux effets contre-productifs. Une des conséquences indéniables de ces politiques est bien celle de créer et d’entretenir les peurs face à des populations construites comme classes dangereuses, amalgamées dans une altérité effrayante, d’emblée soupçonnées, facilement accusées, potentiels boucs émissaires, perçues, pour reprendre les mots de Rancière (2004 :187), comme « le multiple qui ne cesse de se reproduire sans loi et qui doit pour cela être exclu du consensus, exclu pour que le consensus soit ».

30Il y a lieu également de s’interroger sur ce que le mur fait exister en termes de sujets. En réalité, la frontière entre ceux du dedans et ceux du dehors est mince. Dans un contexte d’accroissement des inégalités et de difficultés croissantes à se réaliser, à réussir selon ses mérites, tel qu’énoncé, en dehors de toute considération socio-économique, par le projet néolibéral, les murs réels et symboliques font illusion face aux peurs de perdre, tout en nourrissant les peurs de l’autre. Si, d’un côté, des groupes sont constitués en potentiels boucs émissaires, de l’autre côté, en miroir, se donne à voir le citoyen légitime face à ces “en-dehors du droit” et à ces “sous-citoyens”, le citoyen rassuré d’être du bon côté, membre légitimé du “nous” des ayants droit, dont sont nourries les peurs, voire les haines.

31Tout comme la fermeture officielle des frontières, pourtant poreuses, la gestion sécuritaire des prétendus clandestins et des jeunes de quartier fait illusion. Ces populations boucs émissaires, ces ennemis de l’intérieur permettent aux politiciens de tenter, malgré leurs défaillances, de fédérer l’opinion publique, à l’État d’exister, de justifier sa présence et sa nécessité. Cette “politique spectacle” (Baratta, 1991) fait écran face aux inégalités croissantes, inhérentes au système néo-libéral, aux questions d’insécurité sociale, du précariat, de l’exploitation, de l’absence de protection et de perspectives pour les jeunes notamment. Les politiques du chiffre relatives aux “clandestins” interpellés, aux retours forcés, aux petits délinquants écroués interrogent. De même, les évaluations essentiellement chiffrées de la gestion des quartiers ne racontent rien ou si peu des situations réelles. Il semblerait que ce souci d’efficacité ne soit au final pas très important, comme si les discours pouvaient s’autosuffire (Mary, 2001). En outre, comme l’analyse Gilles Chantraine et Grégory Salle (2012b :§9), l’institution pénitentiaire et, plus largement la gestion sécuritaire des populations boucs émissaires, « sert de socle à un traitement différentiel des illégalismes ». Ainsi, sans entrer dans trop de détails, dans une logique de segmentation et de reproduction des classes sociales,

[…] les illégalismes sont tolérés dès lors qu’ils sont rentables écono­miquement en étant pleinement intégrés, quoique de façon camouflée ou détournée, à des profits favorables aux classes dominantes et le cas échéant chapeautés par la légalité (liés par exemple à la prostitution, au commerce des armes ou des drogues, etc.) (Ibid.).

  • 7 La notion de “sans-parts” qualifie ceux qui ne peuvent pas prendre part : jeunes, immigrés, chômeur (...)

32Afin de maintenir le calme, mandat est donné aux forces de l’ordre d’invisibiliser les “sans-parts7” (Rancière, 1995) et de masquer les problèmes structurels. L’enfermement des “sans-parts” participe donc de l’illusion sécuritaire. S’appuyant sur la notion de sicherheit, qui en Allemand signifie à la fois “sécurité”, “sureté” et “certitude”, Bauman énonce les abus qui découlent de politiques se restreignant à la seule sécurité, évacuant les questions de sureté et de certitude : enjeux bien plus complexes qui touchent au contrat social défaillant, au malaise et à la précarité qui en résultent, ainsi qu’au sens de l’existence… Cette vision limitée participe de la propagation de la peur et invite le déplacement du curseur vers ce qui semble maîtrisable, plutôt qu’en direction des forces du marché en elles-mêmes (Bauman, 2010 :176). La petite délinquance et l’immigration considérée comme irrégulière s’inscrivent dans un même “continuum de menaces” (Fischer/Darley, 2010). La lutte contre l’insécurité – que cette expression recouvre le terrorisme, le contrôle des banlieues ou des frontières – et la surmédiatisation de cette dernière, rendent particulièrement explicite à la fois les mécanismes de “montée des incertitudes” (Castel, 2009) et leur utilisation en tant que de dérivatifs et outils de contrôle par les gouvernants.

IV. Des “entrepreneurs de soi” en (dé-)route

33Dans cette troisième et dernière partie, je développerai l’hypothèse de l’existence de liens entre système néo-libéral et enfermement des précaires. Enfin, je proposerai une contre-lecture des pratiques considérées comme déviantes, voire criminelles, des jeunesses de quartier et des primo-migrants, considérés comme “indésirables”, sous l’angle à la fois de la conformité et de la résistance, paradoxe qui n’en est pas un au regard du message en double bind (Bateson, 1977) professés par les discours néolibéraux.

A. Néolibéralisme et criminalisation des précaires

34Si, en théorie, le néolibéralisme peut « être vu comme une manière d’être, une formulation théorique du souci éthique de n’être pas gouverné » (de Lagasnerie, 2013 :65), et si, comme le précise Itoh, « en matière de politique économique », le néolibéralisme « se fonde sur la croyance que les principes du marché libre et compétitif conduisent à l’ordre économique le plus efficient et rationnel » (Amin et al., 2006 :13), dans la pratique : d’une part, les États et les institutions internationales jouent les rôles clefs de facilitateurs et de garde-fous – ces instances régulent et animent des logiques d’intérêts –, d’autre part, nous ne partons pas tous avec les mêmes ressources socioculturelles et socio-économiques dans cette course à la réalisation de soi.

35Harvey distingue ainsi « la théorie ‘politico-économique’ du néolibéralisme et son habillage éthique, culturel et idéologique, et, d’autre part, l’appel qui est fait à la théorie aux fins de consolider et restaurer le pouvoir de classe » (Amin et al., 2006 :14). En outre, toujours selon Harvey,

Le néolibéralisme est une forme politico-économique, dont les contradictions convergent rapidement dans des configurations de quasi-crise. Ces crises sont : économique (en particulier le déséquilibre global entre, par exemple, les États-Unis et la Chine, l’endettement incroyable public et privé aux États-Unis), politique (la domination de classe est fragile et commence à susciter des révoltes, en particulier en Amérique Latine), et idéologique (la promesse de la liberté in­dividuelle n’est pas tenue, et les institutions démocratiques sont dans un état lamentable) (Amin et al., 2006 :20).

36Confrontés aux écarts entre discours et pratiques, en butte aux promesses de mobilités sociale et économique sans entrave, de réalisations de soi non tenues, les jeunes des quartiers populaires et les migrants dits “illégaux” croisés sur mes terrains burkinabè, belges et maltais, matérialisent la “masse des exclus” (Rancière, 2004).

37Dans le jeu de concurrence et de responsabilisation au cœur des subjectivités néolibérales (Dardot, 2013 :22), ils se refusent à être les perdants d’une société qui les constitue en même temps qu’elle les rejette. Ils se retrouvent pourtant enfermés (dans un corps de classe et de “race” et dans les lieux de relégation, dans un premier temps, entre quatre murs, ensuite), sur les bords du monde (Agier, 2002). Différentes recherches (Garland, 2001 ; De Giorgi, 2010) ont ainsi établi un lien entre « l’avènement des formules néo-libérales d’organisation de l’économie et de gestion du social » (Fischer/Darley, 2010 :§8) et le « déplacement des systèmes pénaux d’une logique de redressement vers une logique de confinement et de mise à l’écart des classes dangereuses » (Ibid.). Si comme l’énonce Wendy Brown (2017) les idéologies néolibérale et sécuritaire sont, en théorie, antinomiques, force est de constater que, dans la pratique, ces deux lignes de force sont aujourd’hui concomitantes et qu’elles créent des logiques de boucs émissaires et des ressorts populistes sur lesquels elles reposent par ailleurs.

38Pour Wacquant (1999, 2009, 2010a, 2010b), l’État pénal n’est pas seulement un effet du néo-libéralisme, mais il en est une partie intégrante. La « main invisible » du marché, qui est en fait le pouvoir de quelques-uns, appelle le « poing de fer » (Wacquant, 2010a :§1) de l’État : « le système pénal expansif et couteux » (Ibid. :§16), dit-il,

[…] est l’indispensable vecteur du néo-libéralisme dans la mesure où l’État s’appuie sur la pénalisation comme technique de gestion de la pauvreté urbaine et de la marginalité sociale galopante qu’il génère dès lors qu’il dérégule l’économie et racornit la protection sociale (Ibid. :§16).

39Son analyse du « tournant punitif des politiques publiques » (Waquant, 2010b :152) en lien avec « la dérégulation économique » et « la réduction de la protection sociale » repose sur « trois ruptures analytiques » (Ibid.) clefs. La première rupture consiste en la remise en question du lien entre « crime et châtiment » (Ibid.). Ce « divorce » (Ibid.) se donne particulièrement à voir dans la criminalisation de la pauvreté en vis-à-vis de la moindre pénalisation de la « criminalité d’entreprise » (Ibid. :158). La seconde rupture enjoint à « penser ensemble politiques sociales et politiques pénales » (Ibid. :152). Les « politiques pénales », dit-il, sont au cœur de « la recomposition et du redéploiement des programmes publics visant à contenir les remous associés à la montée de la pauvreté et au creusement des disparités suite à la mise au rebut du contrat social fordiste-keynésien » (Ibid. :154). La troisième rupture, enfin, vise « à reconnaitre et rassembler dans l’analyse les fonctions instrumentales et les fonctions symboliques de l’appareil pénal » (Ibid. :152).

B. Faire entendre sa voix

40Qui est enfermé dès lors ? Les “vagabonds” (Bauman, 2010), les exclus des bas-fonds des grandes villes, les populations mises au ban (Agier, 2011), les “sous-humains” (Grosfoguel, 2011) qui combinent relégation de classe et relégation raciale, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. Pourtant, s’ils matérialisent la “masse des exclus” (Rancière, 1995), les jeunes des quartiers précaires et les migrants dits “illégaux” dont j’ai eu la chance de croiser la route expérimentent et prennent en quelque sorte au mot le discours néolibéral de paix factice qui suppose que chacun soit l’égal de l’autre, que toute personne qui le veut vraiment peut réussir. Dans le même mouvement, à travers leurs actes et leurs discours, ils grattent le vernis de ce discours, interrogeant les conditions réelles de réalisation de soi tout en faisant preuve de leur non-résignation quant à la condition qui leur est assignée : vivoter, survivre, voire mourir, en regardant les autres, proches ou lointains, vivre et surtout vanter les mérites d’une existence sécurisée et confortable.

41Car que criminalise-t-on au juste ? La soif de liberté, la soif de vivre, la soif d’exister, la soif de consommer, le désir de mobilité sociale qui, pour les primo-migrants, par choix ou par la force des choses, se fait spatiale, comme l’évoquait à Ouagadougou, en 2007, Louis, un jeune sociologue, diplômé-chômeur depuis déjà quelques années, en panne d’espoir et de possibilités, épuisé de courir après quelques francs CFA, courbé par la honte de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de sa famille qui avait pourtant tout misé sur lui et sur le monde universitaire :

Les images qu’on montre à la télé de l’Occident, même si tu es fort d’esprit, tu vas vouloir aller vivre là-bas. C’est la misère qui me chasse de mon pays. L’Europe, c’est les belles choses, le boulot, l’argent. Il n’y a pas ce type qui peut rester indifférent face à ça et le type, il a en face de lui le chômage, la misère, les parents qui attendent de lui quelque chose qu’il ne peut pas donner. Avec mes parents qui sont là, qui ont financé mes études et moi je n’arrive pas à rendre l’ascenseur, je vais aller un jour à l’aventure (Mazzocchetti, 2014b :67).

42Cette rhétorique de la mobilité, qu’elle soit de réalisation de soi ou de mouvement, est au cœur du projet et du discours néolibéral et des subjectivités qui s’y déploient. Elle met au travail les imaginaires de réussite et de reconnaissance. Elle se fait rêve tandis qu’elle se dérobe pour les “sans-parts” (Rancière, 1995), les “cloués à la localité” (Bauman, 2010), que cette dernière soit géographique ou identitaire. Les désirs de cosmopolitis­me, de liberté et d’égalité que ces derniers expriment et mettent en acte disent leur refus de se terrer et de se taire.

43C’est ainsi que s’observent une criminalisation des conditions de vie et de survie – là où la misère pourtant inhérente au système néo-libéral devient crime –, ainsi qu’une criminalisation des incivilités. C’est ainsi également que s’observe la criminalisation de ceux qui, atteints de manière extrêmement violente par le système néo-libéral qui creuse les asymétries inacceptables, prennent au mot le soi-disant droit à des conditions de vie sécurisées et à la mobilité spatiale et sociale et se mettent en route envers et contre tout, de plus en plus entravés dans leur trajectoire, éloignés du sol européen, entassés dans des camps. Injonction paradoxale davantage que paradoxe, la mobilité des uns, des “touristes” comme les nomme Bauman (2010), se combine à l’enfermement des autres (Mazzocchetti, 2015). Comme l’analysent finement Borja, Courty et Ramadier,

alors que les enclaves socio-spatiales se multiplient et que les dimensions politico-économiques se concentrent sur le “développement local” des régions et des villes, s’imposent pourtant l’idée d’un monde “ouvert”, d’une “libre circulation des biens et des personnes”, une “proximité”, une “connexité” voire une “accessibilité” des espaces éloignés. La notion arrive donc, en fin de boucle, à servir le discours de ceux qui “surveillent et punissent” des catégories de population qui ont cru trouver dans la mobilité une possible liberté. Cette illusion n’aura duré que le temps gagné pour s’exiler, déménager ou voyager (2013 :9-10).

V. En guise de conclusion

44Via les incivilités et/ou les corps comme lieu visible du mal-être, la fameuse délinquance d’expression, pour les uns, via la mise en route à tout prix, l’aventure malgré les barbelés, pour les autres, les expériences de vie des jeunes rencontrés peuvent également être pensées en termes de résistances. Bien que les uns et les autres ne soient pas forcément porteurs d’un autre modèle de société, mais plutôt engagés dans des processus de luttes acharnées pour faire partie intégrante du système, leurs actes m’apparaissent comme autant de tactiques démontrant leur non-résignation face à la condition d’exclus (du dedans et/ou du dehors). Dès lors, les processus de criminalisation et d’enfermement des précaires mettent également en lumière la potentielle peur de ce qu’ils sont/font et de ce qu’ils représentent, du désordre potentiel qui résulte de leurs positionnements. Un désordre non pas entendu comme chaos, mais en tant que bouleversement de l’ordre établi du néo-libéralisme qui allie discours de réussite individualiste et poids de la responsabilité de l’échec à des conditions macro-structurelles qui ne font que réaffirmer les inégalités, voire les creuser davantage.

45Si parler de résistance, voire de contestation, peut ici paraitre paradoxal, il me semble néanmoins que la question peut être posée. Il ne s’agit pas de contestation à partir des lieux officiels d’opposition. Il ne s’agit pas non plus de révolte ni même “d’infra-politique” (Scott, 1985) puisque le désir premier est bien de faire partie de… Ce qui est contesté, c’est la mise au ban, c’est la position de “laissés pour compte”, avec, ce faisant, une mise en évidence du double bind perpétuel que recèle le discours néo-libéral. Prenant appui sur les règles juridiques que nous nous sommes données – Convention des droits de l’homme, Convention de Genève, ou encore égalité, sur le plan juridique, des citoyens d’un même État –, les jeunes rencontrés sont la voix de ceux qui ne sont rien, si ce n’est un humain, pour les uns, un citoyen, pour les autres. Depuis cette « présupposition égalitaire », (Rancière, 2004 :164), ils opèrent une brèche dans le « consensus », le « nous », la communauté des humains et des citoyens qui les refuse. « S’émanciper », énonce également Rancière, « ce n’est pas faire sécession, c’est s’affirmer comme copartageant d’un monde commun, pré-supposer, même si les apparences sont contraires, que l’on peut jouer le même jeu que l’adversaire » (Ibid. :91).

Haut de page

Bibliographie

Agier M.,
2002 Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion.
2011 Le couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Paris, Éditions du croquant.
2013 La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La découverte.

Amin S., Arrighi G., Chesnais F., Harvey D., Itoh M., Katz C.,
2006 “Qu’est-ce que le néolibéralisme ? ”, Actuel Marx, n° 40, pp. 12-23.

Augé M.,
2013 L’anthropologue et le monde global, Paris, Armand Colin, coll. « La Fabri­que du sens ».

Baratta A.,
1991 “Les fonctions instrumentales et les fonctions symboliques du droit pénal”, Déviance et Société, 15, 1, pp. 1-25.

Bateson G.,
1977 Vers une écologie de l’esprit, traduit de l’anglais par Perial Drisso, Laurencine Lot et Eugène Simion, Paris, Éditions du Seuil, (trad. Française).

Bauman Z.,
2010 Le coût humain de la mondialisation, Paris, Fayard/Pluriel [1998].

Bietlot M.,
2003 “Du disciplinaire au sécuritaire. De la prison au centre fermé”, Multitu­des, n° 11, pp. 57-66.

Bigot D., Bonelli L., Deltombe Th. (eds.),
2008 Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte, coll. Cahiers libres.

Blanchard E., Rodier C.,
2016 “ ‘Crise migratoire’ : ce que cachent les mots”, Plein droit, n° 111, pp. 3-6.

Borja S., Courty G., Ramadier Th.,
2013 “ ‘Mobilité’ : la dynamique d’une doxa néolibérale”, Regards sociologiques, n° 45-46, pp. 5-16.

Bouagga Y., Chantraine G., Simon P.,
2016 “Éditorial”, Mouvements, 4, 88, pp. 7-10.

Brion F.,
2012 “Pénalisation du social. Les étrangers en première ligne”, Politique, revue des débat, n° 77.
2015 “Ondes longues du capitalisme et chirurgie du corps social (quand l’État crée une logique d’enfermement de l’ ‘étranger’)”, dans Medhoune A., Lausberg S., Martiniello M., Rea A. (eds.), L’immigration marocaine en Belgique. Mémoires et destinées, Charleroi, Couleur Livres, pp. 135-146.

Brion F., Rea A., Schaut C., Tixhon A. (eds.),
2000 Mon délit ? Mon origine. Criminalité et criminalisation de l’immigration, Bruxelles, De Boeck-Université.

Brown W.,
2017 “Rien n’est jamais achevé : un entretien avec Wendy Brown sur la subjectivité néolibérale”, Terrains/Théories [Online], 6|2017, Online since 01 September 2017, connection on 02 October 2017, http://teth.revues.org/884, DOI :10.4000/teth.884.

Castel R.,
2009 La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Seuil.

Chantraine G., Salle G. (eds.),
2013a “La délinquance en col blanc : études de cas. White Collar Crime: Case Study Examples”, Champ pénal, Penal Field, vol. X|2013, https://journals.openedition.org/champpenal/8380.

Chantraine G., Salle G.,
2013b “Pourquoi un dossier sur la ‘délinquance en col blanc’ ? ”, Champ pénal/Penal field, vol. X | 2013, https://journals.openedition.org/champpenal/8555.

Dardot P.,
2013 “Le capitalisme à la lumière du néolibéralisme”, Raisons Politiques, n° 52, pp. 13-23.

De Fraene D., Moreau T.,
2003 La prise en charge des mineurs délinquants par la communauté française, Rapport de recherche.

De Giorgi A.,
2010 “Immigration Control, post-Fordism, and Less Eligibility: A Materialist Critique of the Criminalization of Immigration across Europe”,
Punishment & Society, 12, 2, pp. 147-167.

de Lagasnerie G.,
2013 “Néolibéralisme, théorie politique et pensée critique”, Raisons Politiques, n° 52, pp. 63-76.

Fassin D.,
2010 La Raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris, Seuil.
2015 L’ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées ».
2016 “La condition carcérale et les minorités. Entretien avec Didier Fassin”, Mouvements, 4, 88, pp. 19-26.

Fischer N., Darley M.,
2010 “Le traitement de l’immigration, entre logique administrative et logique pénale”, Champ pénal/Penal field, vol. VII|2010, https://journals.openedition.org/champpenal/7843, consulté le 11 avril 2017.

Foucault M.,
2001 “Entretien avec Michel Foucault” [1978], dans Foucault M., Dits et Écrits (1954-1988), tome II (1976-1988), Paris, Gallimard, coll. Quarto, pp. 860-914.
2004 Naissance de la biopolitique, Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Seuil.

Garland D.,
2001
The Culture of Control. Crime and Social Order in Contemporary Society, Chicago, Chicago University Press.

Geschiere P.,
2009
The Perils of Belongings. Autochtony, Citizenship, and Exclusion in Africa and Europe, Chicago/London, The University of Chicago Press.

Grosfoguel R.,
2011 “Decolonizing, Post-Colonial Studies and Paradigms of Political-Economy: Transmodernity, Decolonial Thinking, and Global Coloniality”,
Transmodernity: Journal of Peripheral Cultural Production of the Luso-Hispanic World, 1(1), https://escholarship.org/uc/item/21k6t3fq.

Guia M. J., Woude M., Van der Leun J. (eds.),
2012
Social Control and Justice: Crimmigration in the Age of Fear, Eleven International Publishing.

Hamon H.,
2012 “L’adolescence et la justice des mineurs à l’épreuve du néolibéralisme”, Adolescence, 2012/4, n° 82, pp. 815-822.

Hilgers M., Mazzocchetti J. (eds.),
2010 Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso, Paris, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés ».

Jamoulle P., Mazzocchetti J.,
2011 Adolescences en exil, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, coll. « Anthropologie Prospective ».

Mary Ph.,
2001 “Pénalité et gestion des risques : vers une justice “actuarielle” en Europe ?”, Déviance et Société, 25, 1, pp. 33-51.

Mazzocchetti J.,
2005 L’adolescence en rupture : le placement au féminin. Une enquête de terrain, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.
2014a “Le corps comme permis de circuler. Du corps-héros au corps-souffrant dans les trajectoires migratoires et les possibilités de régularisation”, Parcours anthropologique, n° 9, pp. 133-154.
2014b “ ‘Le diplôme visa’ : entre mythe et mobilité. Imaginaires et migrations des étudiants et diplômés Burkinabè”, Cahier d’Études Africaine, LIV (1-2), 213-214/2014, pp. 49-80.
2015 “Mobilidade e condição humana : reflexões a propósito de duas injustiças – paradoxos”, dans Furtado C., Laurent P-J., Évora I. (eds.), As ciências sociais em Cabo Verde. Temáticas, abordagens e perspectivas teóricas, Edições UNI/CV (Praia), pp. 143-162.
2016 “The Ethics of Ethnographic Fieldwork in the Context of War against Migrants. Between Self-Censorship and Engagement”, Anthropologie & développement, 44, pp. 55-78.

Meslin K.,
2006 “Accueil des boat people : une mobilisation politique atypique”, Plein droit, n° 70, pp. 35-39.

Noiriel G.,
1988 Le creuset français, histoire de l’immigration 19e-20e siècle, Seuil, Paris, 1988.

Petrella R.,
2015 Au nom de l’humanité. L’audace mondiale, Charleroi, Couleur Livres.

Piccoli E., Simon S.,
2018 “Présentation. Effets et perspectives de la rationalité néolibérale”, RS&A, vol. 49, numéro 2, pp. 1-24.

Rancière J.,
1995 La mésentente, Paris, Galilée.
2004 Au bord du politique, Paris, Gallimard, Folio Essais [1998].

Remacle C., Jaspart A., De Fraene D.,
2012 Jeunes en IPPJ, Des regards sur la vie à la recherche de trajectoires, Rapport de recherche, Centre de Recherches Criminologiques, ULB.

Rodier C.,
2012 Xénophobie business. À quoi servent les contrôles migratoires ?, Paris, La Découverte.

Schaut C.,
2001 “Les nouveaux dispositifs de lutte contre l’exclusion sociale et l’insécurité en Belgique francophone : orientations, mise en œuvre et effets concrets”, Sociologie et sociétés, vol. XXXIII/2, pp. 67-91.

Scott J. S,
1985
Weapons of the Weak. Everyday Forms of Peasant Resistance, Yale University Press, New Haven and London.

Valluy J.,
2006 “Genèse du ‘faux-réfugié’ ”, Plein droit, 69, pp. 19-22.

Vanneste Ch.,
2014 “Pauvreté, précarité et prison : des liens de proximité inéluctables ? ”, Spécificités, n° 6, pp. 202-220.

Wacquant L.,
1999 Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’agir Éditions.
2009 Punishing the Poor : The Neoliberal Government of Social Insecurity, Durham/London, Duke University Press, coll. « Politics, History, and Culture ».
2010a “La tornade sécuritaire mondiale : néolibéralisme et châtiment à l’aube du XXéme siècle”, Mouvements, 2010/3 (n° 63), DOI :10.3917/mouv.063.0137, https://www.cairn.info/revue-mouvements-2010-3.htm-page-137.htm, pp. 137-154.
2010b “La fabrique de l’état néolibéral. ‘Workfare’, ‘Prisonfare’ et insécurité sociale”, Civilisations, vol. 59, n° 1, pp. 151-173.
2014 “Foucault, Bourdieu et l’État pénal à l’ère néolibérale”, dans Zamora D. (ed.), Critiquer Foucault, Éditions Aden, pp. 115-131.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : À partir d’un double regard, celui, parmi les primo-migrants, des “indésirables” (Agier, 2002), mais aussi, de manière plus large, celui des jeunesses précarisées en mal de vivre, cet article interroge les tensions entre soif de vivre et mise à l’écart de ces jeunesses ainsi que les processus de criminalisation et d’enfermement croissants des “surnuméraires”, des subalternes, des “perdants” du projet politique néolibéral. Prenant appui sur des terrains ethnographiques réalisés au Burkina Faso, à Malte et en Belgique, sera analysée l’interpénétration de plus en plus marquée entre les logiques administratives et pénales et ses effets.

Méthodologie : “Ethnographie de parcours” (Augé, 2013), la réflexion proposée ci-après est le résultat de multiples ethnographies de séjours situées principalement au Burkina Faso, en Belgique et à Malte. En Belgique, notamment un terrain en Institution Publique de Protection de la Jeunesse, mais également des visites en hôpitaux psychiatriques et en prison. Une enquête dans les quartiers du croissant pauvre de Bruxelles (Jamoulle/Mazzocchetti, 2011). De nombreuses observations auprès de demandeurs d’asile, de réfugiés et de migrants dits “illégaux” en Belgique depuis 2007 et à Malte depuis 2012. Si peu d’éléments empiriques seront directement mobilisés dans le texte, les questions traitées ont émergé par logique inductive et les analyses proposées en découlent. L’enjeu de l’article est davantage de discuter de processus transversaux grâce à ce regard longitudinal permis par une vingtaine d’années de terrain en divers lieux et groupes.

Résultats : Au final, s’observent une criminalisation des conditions de vie et de survie – là où la misère pourtant inhérente au système néo-libéral devient crime –, ainsi qu’une criminalisation des incivilités. C’est ainsi également que s’observe la criminalisation de ceux qui, atteints de manière extrêmement violente par le système néo-libéral qui creuse les asymétries inacceptables, prennent au mot le soi-disant droit à des conditions de vie sécurisées et à la mobilité spatiale et sociale et se mettent en route envers et contre tout, de plus en plus entravés dans leur trajectoire, éloignés du sol européen, entassés dans des camps.

Discussion : En conclusion, les expériences de vie des jeunes rencontrés peuvent être pensées en termes de résistances. Bien que les uns et les autres ne soient pas forcément porteurs d’un autre modèle de société, mais plutôt engagés dans des processus de luttes acharnées pour faire partie intégrante du système, leurs actes apparaissent comme autant de tactiques démontrant leur non-résignation face à la condition d’exclus (du dedans et/ou du dehors).

Structured summary

Presentation: In looking at two things, on the one hand, primary migrants, the “undesirables” (Agier, 2002), but also, on the other, in a broader view, at youths placed at risk and struggling to survive, this article questions the tensions between a thirst for life and the exclusion these youths know, as well as the growing processes of criminalization and confinement of the “supernumeraries”, subalterns, and “losers” of the neoliberal political project. Relying on ethnographic fieldwork carried out in Burkina Faso, Malta and Belgium, the ever more noticeable interpenetration between administrative and penal logics and its effects will be analysed.

Methodology: “Ethnography of the life courses” (Augé, 2013), the reflection proposed to us here is the result of multiple ethnographies of stays, mainly in Burkina Faso, Belgium and Malta. Notably involving fieldwork in Belgium in the Public Institution for the Protection of Youth, as well as visits to psychiatric hospitals and prisons. One investigation focused on the increasingly poor districts of Brussels (Jamoulle/Mazzocchetti, 2011). Many observations were made accompanying asylum seekers, refugees and migrants, known as “illegals” in Belgium since 2007 and in Malta since 2012. If few empirical elements are present as such in the text, the questions dealt with have emerged through an inductive logic and the analyses suggested result from that. The article’s issue is focused more on discussing transversal processes thanks to a longitudinal perception permitted by some twenty years in the field in various places and groups.

Results: Finally, we are witnessing a criminalisation of the conditions of life and survival – right where the misery that is nonetheless inherent in the neo-liberal system becomes a crime –, as well as a criminalisation of incivilities. This is thus also why we are witnessing a criminalisation of those who, attacked in an extremely violent way by a neo-liberal system carving out unacceptable asymmetries, take the so-called right to securised living conditions – and spatial and social mobility – at face value and set out against all odds, only to find themselves increasingly blocked in their trajectories, distanced from European soil and crowded into camps.

Discussion: In conclusion, the life experiences of the young people we have met may be thought of in terms of resistance. Although not every one of them is inevitably the bearer of another model of society, they are seen to be engaged in hard-fought struggles to form an integral part of the system, their acts all seeming to be tactics showing their non-resignation vis-à-vis their conditions of exclusion (from inside and/or outside).

Haut de page

Notes

1 L’ambition de ce texte étant davantage analytique qu’empirique, je me permets de renvoyer les lecteurs à mes publications précédentes quant aux détails des ethnographies. Si peu d’éléments empiriques seront directement mobilisés, les questions ici traitées ont émergé par logique inductive et les analyses proposées en découlent. L’enjeu de ce texte est davantage de discuter de processus transversaux grâce à ce regard longitudinal permis par une vingtaine d’années de terrains menés en divers lieux et avec divers groupes.

2 Centre Fédéral Fermé.

3 La notion de “race” fait ici référence aux processus de racialisation. Elle fait référence aux procédés de classifications et de discriminations structurels, qu’elle interroge.

4 Sans vouloir réitérer ici les divisions opérées entre migrations économique et politique, négation du caractère pluri-forme de tout type de mobilités et du caractère politique des crises économiques, socia­les, écologiques…, il est important de préciser que le cadre législatif européen actuel offre peu de possibilités de régularisation aux migrants hors UE, en dehors des demandes de protection internationales. Le cadre de la convention de Genève, très limitatif dans les atteintes et dangers reconnus, bien que non adapté en l’état à de nombreuses situations de mobilité forcée, est néanmoins dans de nombreux cas la seule possibilité de légalisation envisageable. De plus, au vu des politiques très restrictives en matière de visa, se retrouvent donc en situation d’irrégularité administrative la majorité des migrants en provenance du continent africain et du Moyen-Orient, dans la période qui précède leur demande de protection internationale et, de manière plus générale, de régularisation, ainsi que lors des nombreux refus.

5 Ces différentes notes sont accessibles sur le site de la chambre des représentants de Belgique : https://www.lachambre.be/kvvcr/index.cfm?language=fr.

6 http://closethecamps.org/open-access-now/.

7 La notion de “sans-parts” qualifie ceux qui ne peuvent pas prendre part : jeunes, immigrés, chômeurs, clandestins…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacinthe Mazzocchetti, « Des murs pour seule réponse », Recherches sociologiques et anthropologiques, 49-2 | 2018, 91-113.

Référence électronique

Jacinthe Mazzocchetti, « Des murs pour seule réponse », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 49-2 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsa/2945 ; DOI : 10.4000/rsa.2945

Haut de page

Auteur

Jacinthe Mazzocchetti

LAAP/IACCHOS/UCL.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals