Navigation – Plan du site
La forge conceptuelle

La composition biographique. Quels effets des choix conceptuels pour saisir les temporalités ?

Biographical Composition. What Are the Effects of Conceptual Choices in Grasping Temporalities?
Constance Perrin-Joly et Veronika Kushtanina
p. 115-134

Résumés

Cet article ambitionne d’éclairer le débat sur la pluralité des approches biographiques en sciences sociales en s’appuyant sur des recherches historiques et des publications récentes. Il montre comment chaque approche théorique est associée implicitement ou explicitement à un concept précis (quatre concepts sont retenus : parcours de vie comme institution biographique, parcours de vie comme histoire de vie, carrière, trajectoire au sens de trajectoire sociale ou structuraliste). Il croise également les usages de l’analyse biographique avec une approche élargie des temporalités. La perspective conceptuelle adoptée par chaque recherche adopte ainsi un rapport au temps particulier, tant d’un point de vue synchronique, diachronique, que du point de vue de l’historicité. Si l’analyse des temporalités synchroniques et dia­chroniques sont un point de passage obligé pour la grande majorité des approches biographiques en sociologie, cet article insiste particulièrement sur une troisième dimension, souvent sous-tendue et rarement réfléchie ou explicitée – celle des régimes d’historicité. L’article consiste en trois parties. La pre­mière propose une typologie des conceptualisations des approches biographiques en sociologie autour de quatre concepts. La deuxième porte sur la manière dont chaque approche (combinant concept et por­tes d’entrée (macro, meso, micro)) traite l’analyse synchronique et diachronique des biographies. Enfin, la troisième partie interroge la question de l’historicité.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Malgré l’intérêt indubitable de l’utilisation des biographies dans un but éducatif ou thérapeutique (...)
  • 2 École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ce séminaire intitulé “Analyse des données biographi­ (...)

1Peu après l’émergence des approches biographiques1 en France, s’est posée la ques­tion de leur objectivité. Les débats autour de l’illusion biographique (Bourdieu, 1986) obligent désormais les chercheurs à justifier leur position et surtout la manière dont ils objectivent leurs données. Quelle que soit la démarche de recherche, la subjectivité, d’une part des enquêtés (toujours suspecte y compris lorsque les chercheurs utilisent des données d’entretiens non biographiques), d’autre part du chercheur dont la biographie influence le choix des sujets comme la construction de sa problématique (Beaud, 1996 ; Becker, 1985) doivent faire l’objet d’une analyse réflexive. Ce regard réflexif est d’autant plus important dans le cas de travaux mobilisant des données biographiques qu’il apparaît comme la garantie d’un processus de recherche maîtrisé, qui réinscrit les subjectivités à l’œuvre dans la réalité sociale qui les a façonnées. C’est ce qui a motivé la création d’un séminaire à l’EHESS2 amenant les chercheurs et les étudiants à rendre visible la “cuisine de la recherche”, la manière dont ils ont procédé, à détailler leurs choix et les impacts de ces derniers sur leur problématique. Décrire un parcours méthodologique constitue en effet la base du processus d’objectivation. Il s’agit aussi de confronter les points de vue et très vite l’idée de mobiliser une diversité de sources, donc de type de données, d’y appliquer des techniques d’analyse tant quan­titative que qualitative, et de croiser les approches disciplinaires est apparue comme un point commun entre les différentes recherches biographiques discutées dans ce cadre. Si les discours biographiques se multiplient avec le processus de biographisation (Levy, 2001 ; Delory-Momberger, 2007), il semblait qu’il fallait faire “feu de tout bois” (Olivier de Sardan, 1995) pour pouvoir rendre compte de cette profusion, comme pour produire des analyses scientifiquement valables. Ce n’est pas seulement rendre des comptes à la communauté scientifique qui est alors devenu crucial mais c’était aussi trouver des moyens pour rendre intelligible la logique de ces biographies tout en conservant leur complexité. La réduction à la question objectivité/subjectivité de l’appro­che biographique a parfois fait perdre de vue ces autres difficultés de l’analyse.

2Le processus d’explicitation, en amont, de la construction théorique qui oriente né­cessairement la démarche méthodologique, est devenu alors fondamental dans le déroulement du séminaire. Revenant à un principe fondamental de l’approche biographique, il s’agissait de saisir l’articulation des temporalités en tant que « principe d’intelligibilité d’une biographie » (De Coninck/Godard, 1990). Or, la très grande diversité d’approches existant en sciences sociales et notamment en sociologie implique une disparité de concepts, sachant que chaque approche et concept n’a pas des capacités heuristiques identiques. Tout choix théorique amène à laisser dans l’ombre certaines données au profit d’autres. Au-delà d’un positionnement idéologique, nous proposons ici d’analyser ce que chaque perspective conceptuelle permet concrètement en matière d’analyse des temporalités et les choix qu’elle implique.

3Certes, chaque recherche singulière est une tentative de combiner différentes pers­pectives de l’approche biographique. Nous proposons ici de les distinguer et d’en faire des idéaux-types. Il existe en effet une infinité de combinaisons des postures d’enquête que cet inventaire ne saurait épuiser, mais la typification que nous suggérons permet de répondre à la fois à un enjeu heuristique, méthodologique et pédagogique.

4Pour ce faire, nous distinguerons trois portes d’entrée sur la biographie selon le niveau d’analyse que chacune d’elles implique – micro/méso/macro. Ces entrées sont en partie reliées avec les concepts mobilisés. Nous allons ainsi distinguer, de manière sans doute un peu sommaire, quatre concepts : la trajectoire au sens de trajectoire sociale ou structuraliste, la carrière, le parcours comme histoire de vie, et le parcours dans la perspective de modèles institutionnels de parcours de vie. Ce sera l’objet de notre première partie. Dans un deuxième temps, la manière dont chaque approche (combinant concept et portes d’entrée) traite l’analyse synchronique et l’analyse dia­chronique des biographies sera développée. Enfin, la troisième partie permettra d’in­terroger la question de l’historicité, enjeu temporel souvent insuffisamment thématisé dans les enquêtes biographiques.

II. Les différents concepts pour rendre compte des biographies

  • 3 Dans la mesure où notre analyse vise à articuler méthodologie et posture analytique, nous n'avons p (...)

5Comme la musique qui obéit à des conventions (chaque note a une fréquence parti­culière, chaque type de morceau (sonate, ouverture, suite, etc.) suit une structure imposée) mais porte toujours la marque spécifique de l’interprète, une biographie est soumise à la contingence et aux normes sociales. Le débat sur l’usage des biographies en sciences sociales récemment rappelé dans l’ouvrage de Claude Dubar et Sandrine Nicourd (2017) renvoie aux différentes conceptions que les chercheurs se font de l’individu et du social. En effet, analyser une biographie en sociologie veut dire à la fois prendre acte du processus d’individuation qui est lui-même un processus social, et adopter une entrée individuelle pour comprendre les effets des normes sociales sur le cours de la vie. Certains auteurs mettront l’accent sur la liberté de chaque acteur et la capacité à déjouer le processus de reproduction sociale, alors que d’autres souligneront au contraire la force de la trajectoire sociale prédéterminée. En revenant sur le vocabulaire utilisé, nous verrons que si sa polysémie est caractéristique de la difficulté à identifier la position du curseur pour chaque recherche entre approche par l’individu et approche par la structure, on peut toutefois schématiquement distinguer trois postures (macro, méso, micro) et quatre concepts3.

  • 4 Traduction de Veronika Kushtanina.

6D’un côté de l’échelle interprétative, « le concept de “trajectoire” qui redéfinit dans ce cadre l’objet biographique comme “intériorisation du probable” » (Passeron, 1989 :21) s’intéresse davantage à l’institution biographique et met l’accent sur les structures et la reproduction sociale. Son usage a donné lieu à différentes discussions selon que l’on privilégie l’image de la carte de métro pour parler des contraintes qui s’imposent à la biographie comme à un trajet en transport en commun (Bourdieu, 1986) ou d’itinéraire, davantage le résultat d’un compromis entre contraintes institutionnelles et choix individuels (Passeron, 1989). Le concept de trajectoire est aussi présent chez Anselm Strauss mais dans un sens différent, la trajectoire de la maladie signifiant le travail accompli par la personne malade et son entourage pour prendre en charge la pathologie et les diverses répercussions de celle-ci et de sa gestion sur l’individu : « non seulement le potentiel développement physiologique d’une maladie, mais aussi le travail exigé par la gestion de la maladie, l’impact de la maladie et les changements causés dans la vie des personnes atteintes et de leur famille, qui a leur tour influencent leur gestion de la maladie » (Corbin/Strauss, 1988, p. 47-484). La trajectoire au sens interactionniste est ainsi plus proche de la notion de parcours comme histoire de vie sur laquelle nous reviendrons.

7Considérant notamment que le concept de trajectoire au sens structuraliste tend à invisibiliser les institutions intermédiaires qui participent à la formalisation de la biographie, certains auteurs, en particulier des interactionnistes, lui ont préféré celui de carrière :

Le concept de “carrière” permet ainsi, lorsque son utilisation tient ce que promet son contenu théorique, de saisir, par une description à la fois interprétative et explicative, le sens indissociablement subjectif et objectif que prend après coup comme carrière (pour le sociologue mais aussi sous le regard rétroactif du sujet) une succession d’actions, réactives, défensives, tactiques, anticipatrices, etc. (Passeron, 1989 :20).

8En effet, la carrière « désigne les facteurs dont dépend la mobilité d’une position à une autre, c’est-à-dire aussi bien les faits objectifs relevant de la structure sociale que les changements dans les perspectives, les motivations et les désirs de l’individu » (Becker, 1985 :47). L’institution est centrale dans la notion de carrière car outre le fait d’offrir des opportunités aux individus, c’est elle qui sanctionne les changements de statuts.

9Enfin, le concept de parcours privilégie une entrée individuelle, par l’analyse singu­lière des histoires de vie et des représentations que les individus s’en font, ensuite rattachées à leur contexte socio-historique. Ce concept a cependant également une dimension macro-sociale : le parcours est alors compris comme un modèle socio­historique à un moment historiquement donné (Lenel, 2003). Les travaux de Christian Lalive d’Epinay (2005), Marc Bessin (1994), de Didier Vrancken et Laurence Thomsin (2008)… à la suite de ceux de Martin Kohli (1986), de Mathilda Riley (1968, 1979) et de Berenice Neugarten et al. (1965), analysent ainsi les processus d’institutionnalisation des parcours de vie. Dans une perspective proche, les travaux canadiens de l’approche par “les parcours de vie” tendent à réconcilier les différents niveaux d’analyse et à articuler quatre grands principes : le processus temporel (les étapes) de la vie, les différentes dimensions (ou sphères) d’une vie, l’interaction des vies entre elles, et enfin le contexte social dans lequel elles se déroulent (Mc Daniel/Bernard, 2011). Quoiqu’il en soit, l’approche par les parcours de vie reconnaît une autonomie individuelle, une capacité à agir (White/Carpentier, 2013) plus importante que l’appro­che structuraliste de la trajectoire. Comme le rappellent Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti, il convient de :

distinguer analytiquement, dans ces recherches, celles qui relèvent d’une sociologie du parcours de vie s’intéressant davantage à l’institution biographique et [et celles qui relèvent] d’une approche biographique, plus focalisée sur le récit de vie, [qui] consiste à évaluer la plus ou moins grande place donnée à la subjectivité des personnes. Mais la distinction est subtile, car ces perspectives visent toutes deux à interroger la dynamique réciproque entre l’action des déterminismes sociaux, familiaux, psychiques et le travail des individus sur leur propre histoire (2009 :27).

10Pour simplifier le propos, nous distinguons deux points de vue sur les parcours en parlant d’une part de “parcours comme histoire de vie”, et d’autre part de “parcours de vie comme institution biographique”.

11Comme nous avons pu le constater, la polysémie des termes ne permet pas toujours de rendre clairement compte de l’ancrage théorique d’une recherche, quand ces termes ne sont pas tout bonnement utilisés comme synonymes par certains chercheurs. Toutefois, on peut associer chaque concept à une porte d’entrée dans l’analyse des parcours, permettant ensuite d’identifier comment l’approche biographique traite les dynamiques temporelles en fonction du concept principal choisi, comme cela apparaît dans le tableau ci-après.

Dimension synchronique

Dimension diachronique

Régime temporel / Historicité

Micro (parcours comme histoire de vie)

Bifurcations (synchronisation, disjonction des sphères), articulation des temps sociaux

Évènements (latence, rythme), transitions, ruptures

Subjectivation du temps et de l’Histoire

Méso (carrière)

Socialisation (prédominance de l’Institution)

Étapes (phases), apprentissage social, séquençage

Dimension téléologique, dialogue entre différentes perspectives générationnelles

Macro (trajectoire sociale dans la lecture structuraliste)

Turning-point (domination de la variable « classe sociale »)

Institution biographique, reproduction sociale

Héritage

Macro (parcours de vie comme institution biographique)

Seuil d’âge (prédominance de la variable « travail »), âge de la vie (comme étape), passage d’âge

Contexte historique, modèles institutionnalisés de parcours, normes d’âge

Anticipations selon le modèle perçu du parcours, au risque d’anachronismes

III. Articuler les temporalités : perspectives diachronique et synchronique

12Une biographie individuelle peut se comparer à une symphonie. Comme dans la musique, différentes temporalités sont articulées dans une biographie et le travail de recherche consiste dans un premier temps à mettre au jour ces articulations. Deux perspectives temporelles principales régissent le cours de la vie (diachronique et synchronique) et sont au centre de l’analyse biographique. Chaque perspective conceptuelle adoptée conduit la recherche à privilégier un angle particulier qui dirige la focale sur tel ou tel type d’articulation de ces temporalités.

A. La perspective synchronique : le temps ponctuel comme espace d’interaction entre les sphères de vie

13Les différents instruments sont à la symphonie ce que les différentes sphères de la vie sont à l’analyse des parcours. L’approche biographique vise donc à analyser la manière dont au même moment les temps des différentes activités sociales d’un individu peuvent s’entremêler et interférer entre eux. Au-delà de l’analyse biographique, l’approche par les temporalités a alimenté la réflexion sur les temporalités genrées (Dubois-Shaik/Fusulier, 2017 ; Martin/Le Bihan-Younou, 2008 ; Tremblay, 2004), ou liées à la pratique professionnelle ou au temps de travail (Bernard, 2005 ; Hatzfled, 2008 ; Lallemant, 2003 ; de Terssac/Tremblay, 2000 ; Thoemmes, 2000). Elle a permis essentiellement l’analyse synchronique des temporalités. Davantage centrée sur le temps court, elle a favorisé en particulier l’étude des négociations entre les différents temps qui coexistent le plus souvent dans le présent. L’analyse biographique s’appuie donc particulièrement sur ce type d’approche par les temporalités, permettant d’articuler les différentes sphères de la vie sociale, mais la décline dans le temps, tout au long de la biographie.

14Néanmoins, c’est bien le temps ponctuel qui permet d’articuler les différentes sphères de la vie dans une perspective synchronique. D’un point de vue macro, on privilégie les moments de changement de statut. Par exemple, dans la perspective des parcours de vie comme institution biographique, l’accent est mis sur les seuils d’âge. Ces travaux ont ainsi alimenté des réflexions sur le passage à l’âge adulte. L’importance que ce courant donne aux politiques publiques a amené à interroger leur rôle dans ce changement de statut, comme le fait Cécile Van de Velde (2008) par la comparaison des différents contextes sociaux en Europe et de leur impact sur les parcours des jeunes adultes et leur accès à l’indépendance. Les travaux de Christian Léomant et Nicole Sotteau-Léomant (1989) montrent comment les seuils d’âge judiciaires structurent le parcours de jeunes délinquants. À une autre période de la vie, les recherches d’Anne-Marie Guillemard (2003) soulignent le rôle du passage à la retraite dans l’identifica­tion de la vieillesse. Traditionnellement, ces travaux ont tendance à subordonner les différentes sphères de la vie à celle du travail. Cette subordination a toutefois été largement nuancée par la prise en compte de l’évolution des parcours de vie, de la déhiérarchisation des étapes biographiques (Bessin, 1994) et de la partielle désinstitutionnalisation des parcours (Leisering, 2003 ; Cavalli, 2003). L’entrée dans la vie adulte est analysée à l’aune de différents critères (décohabitation parentale plus ou moins réversible (Goldescheider/Goldscheider, 1999), premier emploi/fin des études pour une insertion plus ou moins durable (Booth/Crouter/Shanahan, 1999 ; Shanahan, 2000), mise en couple) et leur synchronisation plus ou moins exacte (Cavalli/Galland, 1993 ; Galland, 1991) ; alors que la reprise d’études à la retraite (Chamahian, 2013), les différents systèmes de sortie précoce du marché du travail (Guillemard, 2003, Moulaert, 2012, Burnay, 2002), l’allongement de la vie (Caradec, 2007, 2004 ; Guérin, 2009) participent à interroger ce qui fait la vieillesse. On observe ainsi que l’approche synchronique des parcours de vie a alimenté différents courants sociologiques des âges de la vie, au risque parfois d’une segmentation par catégorie d’âge qui tend à laisser de côté le caractère processuel de l’analyse biographique (Chamahian/Lefrançois, 2012 ; Perrin-Joly, 2017).

15Dans cette même perspective macrosociologique, l’analyse par les trajectoires sociales a tendance à subordonner les autres dimensions à celle de la classe sociale. La notion de turning-point (Abbott, 2009) est ici mobilisée pour penser le passage d’une trajectoire, dotée d’une certaine inertie, à une autre trajectoire lors de quelques points de connexion possibles. Le concept de turning-point est dans ce sens proche de celui d’évènement chez Bourdieu :

Le passage d’une trajectoire à une autre dépend souvent d’événements collectifs – guerres, crises, etc. – ou individuels – rencontres, liaisons, protections, etc. – que l’on décrit communément comme des hasards (heureux ou malheureux), bien qu’ils dépendent eux-mêmes statistiquement de la posi­tion et des dispositions de ceux à qui ils arrivent (1979 :122-123).

16Ici, l’efficacité de l’évènement (sa capacité à faire changer d’orientation une trajectoire) est liée aux dispositions sociales de l’individu. C’est ainsi que Sophie Denave (2015) explique les reconversions professionnelles, en montrant comment le changement de métier n’est pas dû au hasard, mais lié à un ou des évènements qui vont réactiver des dispositions sociales ou permettre de s’appuyer sur des ressources sociales pré-existantes (comme, par exemple, le fait d’être soi-même fils ou fille d’indépendant et de monter un commerce) jusqu’à présent en “sommeil” dans la trajectoire suivie. On retrouve un raisonnement assez proche dans les travaux de Julie Landour (2015) sur les Mompreneurs qui articulent maternité (naissance des enfants) et conversion dans une activité indépendante en lien avec cette maternité. Elle identifie les ressources sociales qui au-delà des discours des enquêtées permettent de saisir ce changement et de nuancer son ampleur.

17Les recherches qui s’inscrivent dans le paradigme de la carrière privilégient quant à elles l’étude du processus de socialisation tout au long de la vie. En conséquence, c’est l’institution en charge de cette socialisation qui est considérée comme la sphère prédominante, celle qui “joue” sur les autres sphères de la vie de l’individu dans l’analyse. Comme il s’agit d’étudier un processus, l’analyse synchronique est secondaire dans l’étude des temporalités par rapport à l’analyse diachronique, notamment l’analyse des phases. Parfois, l’intérêt accordé à l’entrée dans la carrière est l’occasion d’une analyse synchronique notamment lorsqu’elle est associée à une rupture biographique comme Muriel Darmon le décrit dans la carrière anorexique (2008). L’attention portée à la question du devenir fait cependant de la carrière un concept moins focalisé sur l’articulation des sphères de vie que sur leur subordination. Par exemple, l’analyse des carrières de dirigeantes (Laufer et al., 2014), si elle intègre la carrière conjugale et familiale des femmes interrogées, aborde toujours cette dernière en lien avec leur parcours professionnel, y compris lorsqu’il s’agit de conclure que certaines femmes subordonnent leurs choix professionnels à leurs choix familiaux. La variable “parcours familial” n’est jamais étudiée en tant que telle mais seulement dans la mesure où elle peut être articulée à la carrière professionnelle des dirigeantes.

18Enfin, l’analyse par les parcours comme histoire de vie est particulièrement attentive aux bifurcations, entendues comme « un processus dans lequel une séquence d’action comportant une part d’imprévisibilité produit des irréversibilités qui concernent des séquences ultérieures » (Grossetti, 2009 :147). Claire Bidart (2009) décrit ainsi les conditions pour qu’un évènement puisse être qualifié de bifurcation : il doit être irréversible, intentionnel et créer une interférence entre au moins deux sphères. Ces interférences sont ensuite catégorisées comme suit : coïncidence entre les sphères, interférence (une coaction mais dont le sens n’est pas connu : on ne sait pas quelle sphère a agi sur l’autre), contamination/propagation (d’une sphère sur l’autre), relation (il s’agit d’une relation interpersonnelle qui fait le lien entre deux sphères de la vie d’un individu). La perspective de l’analyse des histoires de vie ne privilégie donc pas une entrée par une sphère sur les autres, mais essaie de considérer leurs articulations dans la durée.

19L’attention portée au temps synchronique, en particulier à l’évènement, permet de souligner la porosité des espaces sociaux. Selon le concept adopté, l’analyse de ces temps courts permet de saisir les interférences entre les différentes sphères, par exemple, l’interaction entre mobilité résidentielle et choix familiaux ou professionnels, ou encore les conséquences d’une migration sur les autres sphères de la vie (Leclerc-Olive, 1997). Cependant, le temps ponctuel de l’événement ne peut être analysé de façon décontextualisée, il est toujours inscrit dans le flux du temps social. Il a une histoire en amont – le préparant ou préparant ses effets – et une histoire en aval qui décrit ses conséquences (Leclerc-Olive, 1997 ; Négroni, 2007). Il s’inscrit généralement dans l’histoire selon des échelles différentes : des événements historiques au sens strict (Glenn Elder, 1974, pour les enfants de la Grande Dépression), des événements locaux (Paul Lazarsfeld et al., 1981, pour les chômeurs de Mariental) ou bien des événements personnels (Anselm Strauss/Juliet Corbin, 1988, pour la maladie). L’attention particulière accordée aux temporalités diachroniques est également ce qui fait la spécificité des approches biographiques.

B. La perspective diachronique : le déroulement des différentes biographies

20La perspective la plus évidente dans l’étude d’une biographie est l’analyse progressive des étapes qui jalonnent une vie, la perspective diachronique. Elle permet également une inscription dans l’histoire, c’est-à-dire dans un contexte qui est d’autant plus large et important que la perspective adoptée est macro (donc davantage sensible à la trajectoire sociale). Il s’agit en effet de regarder de manière longitudinale ou rétrospective un processus biographique sur une longue durée. Ce temps peut être singulier (moi dans mon cycle de vie), mais les temporalités individuelles restent influencées par des variables classiques en sociologie, notamment de genre ou de classe/statut. Là encore, selon la perspective adoptée, le processus temporel privilégié peut varier, même si toute approche biographique articule plusieurs échelles d’analyse.

1. Le temps biographique : un temps singulier et collectif

21Le temps biographique (Bertaux, 1980) est le temps de l’histoire de vie, le temps individuel. Il inclut le cycle de vie familial, le cycle de la force de travail (ou autrement dit le cycle du corps et de son usure (Crasset, 2017), de l’acquisition d’expérience…). Les évènements personnels ont un rythme propre, l’approche par le parcours comme histoire de vie y est particulièrement sensible. Les bifurcations professionnel­les sont ainsi soumises à un temps de latence (Négroni, 2007) qui rend difficile leur repérage précis. Dans cette perspective, plutôt que les seuils d’âge, la notion de passage sera privilégiée. Elle permet comme le propose Ingrid Volery (2017) de réintroduire également le corps, de lier biologique et social dans la définition du grandir et du vieillir.

22Mais le temps biographique n’est pas un temps solitaire car « l’intimité, ce rapport de soi à soi, est peuplée d’autruis significatifs » (Murard, 2002 :123). Ainsi, le processus biographique peut être parfois étudié sur un seul individu, dès lors qu’il est considéré comme le “produit” de phénomènes sociaux plus étendus, comme un idéal type d’une population plus large. C’est le cas du récit de vie de tante Suzanne (Catani/Mazé, 1982), symptomatique de l’expérience de l’exode rural et de la recomposition des solidarités qui s’en suit, au début du XXème siècle. Jean-Pierre, le travailleur décrit par François Sarfati (2014) constitue, pour sa part, l’illustration d’un parcours d’intérimaire si ce n’est typique, du moins permettant de discuter l’ensemble des travaux en sciences sociales traitant de l’emploi précaire.

23Ce qui autorise l’étude de cas singuliers considérés comme “significatifs”, c’est justement le fait qu’ils sont inscrits dans un cadre historique et social ; l’approche individuelle ne se réduit pas à une “sociologie de l’individu” (Lahire, 2013) considéré comme libre et responsable. Mais appréhender les biographies individuelles comme étant façonnées par des logiques sociales ne signifie pas qu’il faille se concentrer sur celles qui seraient les plus “typiques” du phénomène ou du sujet étudié. À l’inverse, analyser les contre-exemples, travailler à partir des exceptions (Querrec, 2018) et des marges (Mignot et al., 2015) peut être une autre manière d’éclairer les normes qui s’imposent à la majorité.

2. Le séquençage de la biographie

24Le terme de carrière se prête tout particulièrement à une analyse des étapes d’un processus d’apprentissage comme le rappellent les travaux de Howard Becker sur la carrière de déviants ou ceux d’Erving Goffman sur la carrière morale de malades, ces derniers travaux désignant la carrière comme les « modifications du système de représentations par lesquelles l’individu prend conscience de lui-même et appréhende les autres » (1968 :179-180). Il s’agit d’interroger le “comment devient-on ? ” (Poussou-Plesse, 2009) et la manière dont les carrières sont labellisées ou étiquetées (Becker, 1985 ; Hughes, 1996) par des instances légitimes. Muriel Darmon (2008) a identifié ainsi les différentes étapes de la reprise en main de son corps qui caractérise la carrière de l’anorexique : de l’engagement, en passant par la perturbation de cet engagement, par son maintien en dépit de signaux d’alerte, jusqu’à la prise en charge de l’individu par l’institution médicale. En mettant l’accent sur le caractère processuel, l’analyse de la carrière permet d’identifier des scansions subtiles dans ce qui peut apparaître comme un flux au débit régulier. Elle permet aussi de relativiser l’idée d’une entrée dans la carrière qui serait située dans le temps pour l’inscrire davantage dans une progression : ainsi ce n’est pas l’entrée dans un comité de direction qui fait des femmes cadres des dirigeantes, mais davantage le passage par une série d’expériences initiatiques (Laufer et al., 2014), de même que fumer son premier joint ne fait pas de celui qui s’y essaie un fumeur de marijuana… etc. (Becker, 1985). Ceci ne veut pas dire que les ruptures biographiques ou les évènements sont négligés par l’analyse biographique qui s’intéresse à la carrière, ou plus généralement qui se focalise sur la temporalité diachronique, cependant le temps ponctuel est lui aussi intégré dans une approche processuelle. Les ruptures biographiques sont alors considérées comme le résultat saillant de dynamiques souterraines qui y trouvent leur expression.

3. L’articulation de différentes échelles temporelles

25Les perspectives macro, tant des parcours de vie institutionnalisés que des trajectoires sociales ont, quant à elles, davantage tendance à se pencher sur l’évolution des schèmes globaux de parcours dans le temps. L’articulation entre Histoire et parcours est fondatrice dans l’approche par les parcours de vie qui s’est notamment intéressée aux effets des évènements historiques sur différentes cohortes (Mannheim, 1928 ; Laville d’Epinay/Cavalli, 2005 ; Cavalli/Martenot, 2014). Dès les années 1970, les socio­logues québécois sous l’égide de F. Dumont (Dumont, 1971 ; Gagnon/Jean, 1975 ; Houle, 1979) collectaient nombre d’histoires de vie pour rendre compte des changements sociaux vécus par leurs concitoyens. Les travaux qui se sont penchés sur les modèles institutionnels des parcours de vie ont aussi été attentifs à leur évolution au fur et à mesure des changements structurels qu’ont connu les sociétés notamment à partir des années 1980, en particulier à leurs « fragmentations » (Nicourd/Dubar, 2017 :25).

26Ces approches encouragent également l’analyse des temps collectifs locaux, ce que Christian Lalive d’Epinay et Stefano Cavalli nomment « les espaces de médiation » (2005 :205) ou ce que Tamara Hareven désigne comme « maillons manquants » entre vies individuelles et grands changements sociaux (2000 :15). Ceux qui privilégient une approche méso-sociologique à travers l’idée de carrière, inscrivent davantage les histoires de vie dans les histoires locales, celle d’une ville ou d’une organisation, d’un métier (le nucléaire (Fournier, 2008), le transport routier (Perrin-Joly, 2017)). L’analyse des carrières se focalise sur l’interaction entre des individus et une ou plusieurs institutions. La notion de carrière permet « d’articuler le temps de l’individu à des temps sociaux différents, temps de l’engagement, temps des professions, ou temps de certains processus longs » (Siméant, 2001 :71). Les évènements personnels sont ainsi corrélés au contexte dans lequel ils se produisent. Les ruptures biographiques que décrit Johanna Siméant dans les carrières humanitaires ne poussent les individus à s’y engager que parce que différentes conditions contextuelles sont réunies, comme l’occurrence d’une crise humanitaire qui nécessite des volontaires, par exemple.

27La famille constitue enfin un cadre temporel généralement privilégié dans l’analyse des parcours de vie comme histoire de vie, en tant que groupe social qui, d’une part, façonne les biographies (Lagier, 2016) et qui est en même temps le fruit d’un croisement de parcours de vie (Duprat-Kushtanina, 2013). L’entrée dans un temps collectif à travers les histoires de vie offre ainsi au chercheur une vision dynamique des institutions (comme la famille, par exemple (Hareven, 1978)).

28L’analyse des temporalités amène donc à articuler une pluralité de référentiels (Lallement, 2008 ; Grossin, 1996) selon l’ensemble des sphères de vie réglées par des cadres spacio-temporels différents avec lesquels chaque individu négocie. Elle permet également de prendre en considération le temps en tant qu’institution sociale encadrant les actions des individus (Elias, 1996), ce temps se déclinant là encore selon différentes échelles. Les différentes approches biographiques permettent d’élaborer des équations temporelles spécifiques qui varient selon l’angle d’approche privilégié mais qui inscrivent toujours les phénomènes étudiés dans la durée. Elles portent également implicitement en elles une certaine conception du temps, et en particulier un rapport social au temps, à l’articulation du passé et du présent, que l’on peut qualifier d’historicité (Delacroix et al., 2009). Comprendre le régime d’historicité de chaque concept permet d’identifier comment chaque cadre théorique permet de saisir le temps.

IV. Interroger l’historicité

29L’articulation des projections (du futur anticipé), du présent et de l’expérience, autrement dit l’historicité, est un aspect traité de manière implicite dans l’approche biographique. Pourtant, ce rapport au temps long est au centre de l’analyse des biographies puisque « la méthode biographique est un instrument de documentation historique » (Peneff, 1992 :6), d’une part. D’autre part, tout parcours ou récit est façonné par le temps long et l’histoire.

A. L’historicité biographique comme interaction entre attentes et expériences

30Deux perspectives se combinent pour construire l’historicité : le champ d’expérience d’une part et l’horizon d’attente d’autre part. Reinhart Koselleck définit le champ d’expérience comme « le passé actuel, dont les évènements ont été intégrés et peuvent être remémorés » (1990 :311). Le passé occupe une place proportionnelle à la position dans le cycle de vie ou l’ancienneté dans une institution (position dans la famille, ancienneté dans un métier ou une organisation, etc.), elle-même relative aux autres membres de cette institution. Ce passé est aggloméré par strate dans le champ d’expérience sans qu’il soit hiérarchisé temporellement. Dans la pratique professionnelle, par exemple, il recouvre les valeurs du métier, les savoir-faire et les pratiques qui ont été façonnés au cours du temps ; il est à la fois individuel puisque chacun se forge sa propre expérience et collectif car une part de ce passé tient de l’héritage et de la transmission (Perrin-Joly, 2009).

31De l’autre côté de l’échelle chronologique, l’horizon d’attente est souvent oublié dans l’étude des temporalités, mais est pourtant central en particulier lorsque l’on s’intéresse à l’avancée en âge, à la carrière professionnelle, à la maladie ou à tout autre situation sociale où les acteurs sont conduits à anticiper le déroulement à venir. Daniel Mercure note ainsi comment expérience et attente sont intimement corrélées : « Deux perspectives opposent deux manières de voir l’avenir qui sont l’ “à venir” et le futur et deux systèmes de fins, qui constituent la perspective de conservation et la perspective de conquête » (1995 :75). Les projections que les individus construisent sont liées aux différentes temporalités évoquées précédemment : le temps appréhendé à l’échelle individuelle (temps biographique, temps d’une carrière (par exemple, avant le départ à la retraite) temps fécond, etc.) et le temps collectif, par exemple, celui d’un métier (métier en déclin, nouvelles compétences attendues, etc.), d’une organisation (en faillite ou en restructuration, etc.) ou d’une famille (avant le départ des enfants du foyer parental). L’annonce d’une maladie dégénérative, comme la maladie d’Alzheimer, peut amener les proches à se projeter dans une perspective très noire dans un horizon d’attente très court ; les attentes peuvent cependant devenir plus optimistes au bout de quelques années puisque la maladie intègre graduellement l’expérience (Kushtanina et al., 2017). Les projections se recomposent donc avec le temps, au fur et à mesure de l’expérience.

32L’approche par les carrières comme par les trajectoires sociales sera en particulier moins à même d’explorer les projections des individus. Le recours à la notion de carrière risque de favoriser une lecture téléologique des biographies. Si l’importance accordée à l’apprentissage peut contrebalancer partiellement cet écueil en favorisant une analyse itérative des carrières c’est bien, dans cette perspective, le temps présent qui domine et c’est à lui que sont articulés l’expérience passée comme le futur, au ris­que de laisser dans l’ombre des projets qui auraient échoué ou qui n’auraient pas de place dans l’institution. Dans l’approche par les trajectoires sociales vues de manière structuraliste, l’attention est focalisée sur le passé et fortement marquée par l’inertie créée par l’héritage, qui balise un parcours probable à l’aune de l’histoire passée d’une lignée. Elle rejoint en ce sens le modèle archéologique défini par Frédéric De Coninck et Francis Godard : « Aux modèles archéologiques sont associés des agents hantés par leur passé qui structure leur présent et préfigure leur avenir » (1990 :14). Le rapport au temps est, pourrait-on dire, fataliste. L’analyse des trajectoires sociales permet ainsi d’expliquer des biographies en mesurant leur écart par rapport à une trajectoire probable.

33Si l’analyse des parcours de vie institutionnalisés lorsqu’elle s’intéresse à la fragmentation des parcours ne fait pas autre chose que les comparer à une norme implicite ou à la norme pour partie passée des parcours sociaux standardisés, son entrée par l’individu et l’importance qu’elle accorde aux capacités personnelles la rapproche de la perspective des histoires de vie. La rencontre de ces deux perspectives va permettre à certains travaux d’articuler expérience et attente en croisant différents cadres temporels. Marc Bessin (2016) analyse ainsi les “présences sociales” au carrefour du temps objectif (chronos), subjectif (kairos) et des ruptures d’intelligibilité (aïon) que créent les bifurcations. En ce sens, l’analyse par les parcours (comme histoires de vie ou comme modèles institutionnalisées) rend sans doute plus aisée la formulation et l’analyse des projections car elle considère une part de liberté de l’individu dans la construction de son avenir. L’attention portée au discours des individus permet de plus à l’approche par les histoires de vie d’étudier plus précisément la subjectivation du temps, notamment d’interroger ce que signifient la vieillesse et l’âge adulte non pas en fonction de repères temporels mais de critères plus personnels liés au ressenti et à l’expérience du temps.

34Les approches longitudinales, dans la perspective des histoires de vie, permettent aussi d’identifier très clairement la reconfiguration permanente des perspectives à l’aune des évènements passés et la façon dont ces derniers prennent sens au fur et à mesure du temps et des expériences vécues. En adoptant une entrée moins individuelle, il est aussi possible de questionner le rapport au temps sous l’angle des interactions générationnelles. Elles permettent d’observer dans le présent, de manière synchronique cette fois, la cohabitation et la rencontre de plusieurs champs d’expérience.

B. Effets de génération et rapport au temps

35L’étude statistique permet d’identifier des effets de génération (Chauvel, 1998). Par exemple, si l’on sait que les individus nés dans les années 1980 sont plus diplômés que ceux nés dans les années 1950, cela nous permet de savoir qu’ils rentrent plus tard sur le marché du travail, mais on ne peut s’en tenir qu’à des suppositions sur la manière dont ils se projettent différemment dans l’avenir. De même, on sait que les plus jeunes seront davantage confrontés que les plus anciens à l’insécurité des carrières (Larquier/Remillon, 2008), mais là encore, rien ne nous permet de savoir comment cette insécurité s’inscrit dans l’expérience individuelle, comment cela va influencer les projets d’avenir.

36L’approche par les carrières, en mettant l’accent sur l’évolution des institutions qui sanctionnent les étapes, sera susceptible d’identifier des effets de génération plus locaux, pour peu que l’échantillon permette de faire varier les âges et les expériences des enquêtés. Mais pour comprendre la manière dont les effets de génération peuvent influer sur le rapport au temps, il est nécessaire d’interroger les rapports intergénérationnels comme des espaces de rencontre entre différents champs d’expérience et horizons d’attente où, au contact les uns des autres, le rapport au temps se recompose, collectivement et individuellement.

37Dans la perspective de l’analyse des carrières, c’est l’articulation des interactions entre plusieurs générations (familiales, professionnelles, etc.) avec l’espace des opportunités offert par les institutions qui a des répercussions sur les projections des individus, comme l’illustre l’étude menée par Constance Perrin-Joly (2013) sur les métiers du transport. Pour les générations d’ouvriers les plus avancées dans le cycle de vie, l’horizon d’attente se décline en deux alternatives dans lesquelles le passé joue un rôle important. La première est de durer dans son métier notamment face à l’allongement de la vie active qui nécessite de recomposer les projets d’avenir. Ce défi est rendu d’autant plus ardu que le travail passé peut peser (du fait de conditions pénalisantes pour la santé) dans les anticipations. La seconde, pour les ouvriers pour qui l’horizon de “faire carrière” a perdu du sens dans une organisation qui ne prend plus toujours en compte les attentes des salariés en seconde partie de carrière, durer au travail peut s’entendre à plus long terme, notamment par la transmission d’une certaine manière d’exercer le métier. Les générations entrantes, quant à elles, ont à arbitrer entre, d’une part, les nouvelles normes organisationnelles qui ont participé à faire changer le métier, et à diminuer l’autonomie des salariés, et, d’autre part, l’héritage d’un exercice “traditionnel” de l’activité de transport porté par les générations plus anciennes. Les anticipations des plus jeunes pourront se construire sur un horizon d’attente, fruit d’un compromis entre l’exemple de carrière des plus anciens et ce qu’ils perçoivent des effets probables des nouvelles normes organisationnelles sur les carrières.

38La perspective du parcours, lorsqu’elle croise histoires de vie et parcours institutionnels permet de révéler comment chaque individu anticipe sa biographie à l’aune de ce qu’il connaît des normes du parcours. C’est notamment ce que montrent les recherches de Marc Bessin :

Parce que tout le monde a été dans un besoin absolu de soin, et a l’assurance qu’il le sera à l’avenir lorsqu’il sera malade, invalide ou vieux dépendant, les activités qu’il met en œuvre pour répondre aux besoins d’autrui s’inscrivent dans cette logique intergénérationnelle de réciprocité différée dans le temps qui n’est pas nécessairement interindividuelle. Ces présences intergénérationnelles n’obligent pas avec la même évidence pour tous et toutes, elles sont beaucoup plus oblatives pour les femmes. C’est là que les prédispositions de genre, du fait de la socialisation sexuée à cette conscience du temps et de ce qu’il engage sur la durée, assignent les femmes à anticiper l’avancée en âge et à appréhender les normes d’âge en fonction de leurs engagements vis à vis de leurs proches, ascendants, descendants et conjoints, au détriment souvent d’autres engagements, professionnels notamment (2016 :80).

39Les projections des femmes s’appuient donc à la fois sur leur connaissance des normes du cycle de vie (normes d’âge), et sur un réseau d’obligations intergénérationnelles dans le cadre de leur travail de care. Les changements de modèles de parcours de vie permettent à différentes générations, dont les temporalités se façonnent par les solidarités au quotidien, de se positionner en reproduction ou en rupture avec le passé. C’est ainsi qu’en Russie, la génération de grand-mères totalement engagées dans le care auprès de leur famille a été graduellement remplacée par une génération de ba­bouchkas qui articulent plusieurs temps sociaux sans faire de la grand-maternité leur mission première (Duprat-Kushtanina, 2011).

40La mise en contact de temps générationnels différents peut même amener à une forme d’anachronisme, à la narration du passé à l’aune de normes du présent. C’est ainsi que dans le cas de l’étude sur les ouvriers du transport déjà citée (Perrin-Joly, 2013), certains pourront se référer à ce que les ouvriers “juniors” identifient comme la carrière passée des plus anciens, alors même qu’elle est obsolète au regard de l’évolution de l’organisation et du métier. À l’inverse, certains individus plus âgés pourraient reformuler leur expérience à l’aune des normes récentes du parcours qui pourtant ne s’appliquaient pas à l’époque. Les normes de la narration peuvent donc également être révélatrices de l’historicité.

V. Conclusion

41Les temporalités qui constituent le cœur de l’analyse biographique sont différemment saisies selon la perspective adoptée par la recherche. Chaque concept oriente l’analyse dans une direction, en laissant donc de côté d’autres aspects de la biographie. Il serait illusoire et sans doute contre-productif de vouloir saisir une biographie dans toute sa complexité. Mais il est en revanche nécessaire d’utiliser les outils conceptuels adéquats selon la focale de la recherche, ou de les articuler habilement, la combinaison s’observant dans la majorité des études fondées sur une approche biographique. Ainsi, la trajectoire sociale, si elle se fonde sur une vision fataliste du passé, permet d’analyser l’effet de la classe sociale sur la biographie. Le parcours comme histoire de vie fonde une position micro la plus à même d’articuler les temporalités, y compris d’interroger le rapport au temps, mais rend plus complexe l’inscription des biographies dans un espace plus macro. Le parcours comme modèle institutionnalisé le permettra davantage même si c’est au risque de subordonner les différentes sphères de vie à celle du travail. La carrière enfin est un outil conceptuel utile pour qui est attentif aux institutions intermédiaires, et qui souhaite interroger le “comment devient-on ? ”.

42Devant la complexité de l’analyse biographique, qui nécessite de jongler avec une multitude de variables, chaque choix conceptuel permet de garder un cap. Mais ce cap ne constitue en aucun cas une route dont il ne faudrait pas s’écarter. Ainsi, creuser la question de l’historicité, trop souvent implicite dans les recherches, ou analyser les formes de la narration constitue autant de pistes pour approfondir l’analyse biographique. En particulier, L’illusion biographique (Bourdieu, 1986) plus qu’une critique, peut être un objet d’étude en tant que tel en tant que révélatrice des normes qui président à la mise en forme de la biographie. Elle nous renseigne sur les/le public(s) de ce type de biographie (à qui elle s’adresse), sur la présentation de soi que souhaite adopter l’individu dans l’interaction, et in fine sur la façon dont il juge adéquat d’articuler passé, présent et futur… certes parfois au détriment de l’exhaustivité des données.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A.,
2009 “A propos du concept de turning point”, dans Bessin M., Bidart C., Grossetti M., Bifurcations, Paris, La Découverte, p. 187-211.

Astier I., Duvoux N.,
2006 La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan.

Beaud S.,
1996 “L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’entretien ethnographique”, Politix, n° 35, pp. 226-257.

Becker H.,
1985 Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Metaillié.

Bernard S.,
2005 “Le temps de l’activité de la caissière : entre logique productive et logique de service”, Sociologie du travail, n° 5, p. 170-185.

Bertaux D.,
1980 “L’approche biographique, sa validité méthodologique, ses potentialités”, Cahiers internationaux de sociologie, LXIX, n° 2, p. 198-225.

Bessin M.,
1994 “La police des âges, entre rigidité et flexibilité”, Temporalistes, n° 28, p.10-15.
2009 “Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique”, Informations sociales, vol. 6, n° 156, p. 12-21.
2016 Sociologie des présences sociales. Les temporalités sexuées des interdépendances, Dossier pour l’Habilitation à Diriger des Recherches en sociologie, Université Paris Descartes.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M.,
2009 Bifurcations, Paris, La Découverte.

Bidart C.,
2009 “Bifurcations biographiques et ingrédients de l’action”, dans Bessin M., Bidart C., Grossetti M., Bifurcations, Paris, La Découverte, p. 224-238.

Booth A., Crouter A. C., Shanahan M. J.,
1999
Transitions to Adulthood in a Changing Economy: No Work, No Family, No Future?, Santa Barbara, Praeger Pub Text.

Bourdieu P.,
1986 “L’illusion biographique”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62, n° 1, p. 66-73.

Burnay N.,
2002 “Gestion des fins de carrière et exclusion sociale”, Reflets et perspectives de la vie économique, tome XLI, 3, doi :10.3917/rpve.413.0087, pp. 87-96.

Caradec V.,
2004 Vieillir après la retraite. Approche sociologique du vieillissement, Paris, Presses universitaires de France.
2007 “L’épreuve du grand âge”, Retraite et société, n° 52, p. 11-37.

Catani M., Mazé S.,
1982 Tante Suzanne, une histoire de vie sociale, Paris, Librairie des Méridiens.

Cavalli A., Galland O.,
1993 L’allongement de la jeunesse, Arles, Actes Sud.

Chamahian A.,
2013 “Se former dans le temps de retraite. Analyse sociologique des parcours de vie en formation”, Retraite et Société, n° 65, p. 83-100.

Chamahian A., Lefrançois C.,
2012 Vivre les âges de la vie, De l’adolescence au grand âge, Paris, L’Harmattan.

Chauvel L.,
1998 Le Destin des générations, Paris, PUF.

Coninck de F., Godard F.,
1990 “L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation. Les formes temporelles de la causalité”, Revue française de sociologie, n° 31-1, p. 23-53.

Corbin J., Strauss A.,
1988
Unending Work and Care. Managing Chronic Illness at Home, San Francis­co/London, Jossey-Bass Inc.

Crasset O.,
2017 La santé des artisans. De l’acharnement au travail au souci de soi, Rennes, PUR.

Darmon M.,
2008 Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte.

Delacroix C., Dosse F., Garcia P.,
2009 Historicités, Paris, La Découverte.

Delory-Momberger C.,
2007 “Biographisation des parcours entre projet de soi et cadrage institutionnel”, L’orientation scolaire et professionnelle, n° 36/1, p. 9-17.

Denave S.,
2015 Reconstruire sa vie professionnelle. Sociologie des bifurcations biographiques, Paris, Presses universitaires de France

Dubar C., Nicourd S.,
2017 Les biographies en sociologie, Paris, La Découverte.

Dubois-Shaik F., Fusulier B. (eds),
2017 “Work - Life Interferences in Scientific Careers”,
European Educational Research Journal, vol. 16, Issue 2-3, http://journals.sagepub.com/toc/eera/16/2-3.

Dumont F. (dir),
1971 La mutation récente du Québec contemporain (1940-1971), Québec, Institut supérieur des sciences humaines, programme de recherche.

Duprat-Kushtanina V.,
2011 “Être grand-mère dans une ville russe. Une étape de parcours de vie de femmes”, Recherches familiales, n° 8, p. 81-90.
2013 “Le care auprès des enfants dans un parcours de vie féminin, les rôles des mères et des grand-mères (France-Russie)”, Recherches familiales, n° 10, vol. 2, p. 139-148.

Elder G. H.,
1974
Children of the Great Depression : Social Change and Life Experience, Chicago, University of Chicago Press.

Elias N.,
1996 Du temps, Paris, Fayard.

Fournier P.,
2008 “Le travail des générations : confronter des présents décalés”, in Arborio A-M., Cohen Y., Hatzfeld N., Lomba C., Muller S. (coord.), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte, pp. 113-129.

Gagnon N., Jean B.,
1975 “Les histoires de vie et les transformations du Québec contemporain”, Sound Heritage, 4 (1), p. 56-63.

Galland O.,
1991 Sociologie de la jeunesse, l’entrée dans la vie, Paris, Armand Colin.

Goffman E.,
1968 Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Goldscheider F. K., Goldscheider C.,
1999 “Changes in Returning Home in the US, 1925-1985”,
Social Forces, 78, pp. 695-720.

Grossin W.,
1996 Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle, Toulouse, Octarès.

Guérin S.,
2009 La société des seniors, Paris, Michalon.

Guillemard A-M.,
2003 L’âge de l’emploi, Les sociétés à l’épreuve du vieillissement, Paris, Armand Colin.
2010 Les défis du vieillissement. Age, emploi, retraite, perspectives internationales, Paris, France, Armand Colin.

Hareven T.,
1978 “Introduction: the Historical Study of the Life Course”, dans
Hareven T. (ed.), Transitions. The Family and the Life Course in Historical Perspective, New York – San Francisco – London, Academic Press, p. 1-16.
2000
Families, History, and Social Change. Life-Course & Cross-Cultural Perspectives, Colorado-Oxford, Westview Press.

Hatzfled N.,
2008 “Au-delà de la perspective, cartographier le passé”, Temporalités, n° 8, http://temporalites.revues.org/84.

Houle G.,
1979 “L’idéologie - Un mode de connaissance”, Sociologie et Sociétés, 11 (1), p. 123-145.

Hughes E. C.,
1996 Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Kohli M.,
1986 “The World we Forgot: A Historical Review of the Life Course”, dans
Marshall V.W. (dir.), Later Life. The Social Psychology of Aging, Beverly Hills, Sage, p. 271-303.

Kohli M., Bertaux D.,
1984 “The Life Story Approach: A Continental View”,
Annual Review of Sociology, vol. 10, pp. 215-237.

Koselleck R.,
1990 Le futur passé, Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Kushtanina V., Chamahian A., Balard F., Caradec V.,
2017 “Expériences croisées face à l’épreuve de la maladie d’Alzheimer. Quand personnes malades et proches dessinent des trajectoires d’accompagnement contrastées”, Enfances, familles, générations, n° 28, https://journals.openedition.org/efg/1600#quotation.

Lagier E.,
2016 “Parcours migratoires des parents et rapport à la politique des enfants. La part de l’histoire migratoire familiale dans la socialisation politique”, Recherches familiales, n° 13, p. 21-33.

Lahire B.,
2013 Dans les plis singuliers du social. Individus, Institutions, socialisations, Paris, La Découverte.

Lalive d’Epinay C.,
2005 “De l’étude des parcours des personnes d’âgées au paradigme des parcours de vie”, dans Mercure D. (dir), L’Analyse du social. Les modes d’explication, Québec, Presses de l’Université de Laval, pp. 141-168.

Lalive d’Epinay C., Cavalli S.,
2005 “Le parcours de vie : émergence d’un paradigme interdisciplinaire”, dans Guillaume J.-F. (dir.), Parcours de vie. Regards croisés sur la construction des biographies contemporaines, Liège, Éditions de l’Université de Liège, pp. 187-205.

Lallement M.,
2003 Temps, travail et modes de vie, Paris, PUF.
2008 “Une autonomie durkheimienne… et au-delà. Regards sociologiques sur le temps et les temporalités”, Temporalités, n° 8, http://temporalites.revues.org/72.

Landour J.,
2015 S’engager en parentalité et créer son activité. L’entreprise paradoxale des Mompreneurs en France (2008-2014), Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Bénédicte Zimmermann, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Larquier (de) G., Remillon D.,
2008 “Assiste-t-on à une transformation uniforme des carrières professionnelles vers plus de mobilité ? Une exploitation de l’enquête ‘Histoire de vie’ ”, Travail et Emploi, n° 113, p. 13-30

Laufer J., Mascova E., Perrin-Joly C.,
2014 Femmes dirigeantes en entreprise : des parcours aux leviers d’action, Rapport AFMD, http://www.afmd.fr/-Travaux-des-groupes-de-travail-.html.

Lazarsfeld P., Jahoda M., Zeisel H.,
1981 Les chômeurs de Marienthal, Paris, Les éditions de Minuit.

Le Bihan-Youinou B., Martin C. (dir.),
2008 Concilier vie familiale et vie professionnelle en Europe, Rennes, Presses de l’EHESP.

Leclerc-Olive M.,
1997 Le Dire de l’événement (biographique), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Leisering L.,
2003 “Government and the Life Course”, dans
Mortimer J. T., Shanahan M. J. (Eds), Handbook of the Life Course, New York, Kluwer, p. 205-225.

Lénel P.,
2003 Parcours de vie : Constats et analyses sociologiques, Conseil d’orientation des retraites, Séance plénière du 13 février 2003.

Léomant C., Sotteau-Léomant N.,
1989 “Cycle judiciaire et itinéraires de vie de jeunes délinquants”, Enquête, n° 5, http://journals.openedition.org/enquete/89.

Levy R.,
2001 “Regard sociologique sur les parcours de vie”, Cahiers de la Section des Sciences de l’Éducation, n° 95, p. 1- 20.

Mannheim K.,
1928 Le Problème des générations, Paris, Nathan.

Martenot A., Cavalli S.,
2014 “Histoire et parcours de vie : la perception des changements sociohistoriques”, Temporalités, n° 20, http://journals.openedition.org/temporalites/2882, DOI :10.4000/temporalites.2882.

McDaniel S., Bernard P.,
2011 “Life Course as a Policy Lens: Challenges and Opportunities”,
Canadian Public Policy, vol. 37, p.s1-s13.

Mercure D.,
1995 Les temporalités sociales, Paris, L’Harmattan.

Mignot S., Perrin-Joly C., Sarfati F., Vezinat N.,
2015 “L’alternance dans le supérieur : un vecteur d’ascension sociale pour tous ? Le cas des étudiants de deux masters finance en apprentissage”, dans G. Boudesseul G., Cart B., Couppié T., Giret J-F., Lemistre Ph., Toutin M-H., Werquin P. (dir.), Alternance et professionnalisation : des atouts pour les parcours des jeunes et les carrières ?, XXIIèmes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Marseille, Céreq, Relief n° 50, http://jdl2015.univ-lille1.fr/wp-content/uploads/Relief50_JDL22_vf.pdf p. 295-305.

Moulaert T.,
2012 Gouverner les fins de carrière à distance. Outplacement et vieillissement actif en emploi, Bruxelles, Peter Lang, (coll. Action publique).

Murard N.,
2002 “Biographie : à la recherche de l’intimité”, Ethnologie française, n° 2, T.XXXVII, p. 123-132.

Neugarten, B. L., Moore J. W., Lowe J. C.,
1965 “Age Norms, Age Constraints, and Adult Socialization”,
American Journal of Sociology, n° 70(6), p. 710-717.

Olivier de Sardan J.-P.,
1995 “La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie”, Enquête, n° 1, http://enquete.revues.org/263, DOI :10.4000/ enquete.263.

Passeron J.-C.,
1989 “Biographies, flux, itinéraires, trajectoires”, Revue française de sociologie, n° 31-1, p.3-22.

Peneff J.,
1992 La méthode biographique, Paris, Armand Colin.

Perrin-Joly C.,
2009 Être du métier de génération en génération : les échanges intergénérationnels dans une entreprise de transport face à l’allongement de la vie active, Thèse pour le doctorat de sociologie, Université Paris Descartes.
2013 “Faire carrière dans le transport : les différentes perspectives générationnelles”, dans Burnay N., Ertul S., Melchior J-P., Parcours sociaux et nouveaux desseins temporels, Louvain, Éditions Academia-L’Harmattan, p. 48-74.
2017 “Générations au travail, générations en interaction, dans le transport”. Gérontologie et Société, n° 153, vol. 39, p. 123-138.

Poussou-Plesse M.,
2009 “Le turning point sous le regard du point final. Retour sur un usage canonique de la notion de carrière en sociologie”, dans Bessin M., Bidart C., Grossetti M., Bifurcations, Paris, La Découverte, pp. 254-270.

Querrec A.,
à par. “Un récit sur soi, un regard sur les autres : réflexion sur l’apport d’un parcours atypique dans l’analyse des transitions vers l’âge adulte”, dans CollectiF.B, Les sciences sociales face au foisonnement biographique : Produire, recueillir et analyser les discours sur soi, Paris, Edition EHESS.

Riley M. W.,
1968
Ageing and society, New York, Russell Sage Foundation.
1979 “Introduction: Life Course Perspectives”, dans
Riley M. W. (dir.), Aging from Birth to Death: Interdisciplinary Perspectives, Boulder, Co., West­view Press, p. 3-13.

Sarfati F.,
2014 “Les tribulations de Jean-Pierre ou le sociologue face à l’analyse du parcours biographique d’un salarié de l’intérim”, La nouvelle revue du travail [En ligne], n° 5, http://nrt.revues.org/1972.

Shanahan M. J.,
2000 “Pathways to Adulthood in Changing Societies: Variability and Mechanisms in Life Course Perspective”, Annual Review of
Sociology, vol. 26, p. 667-692.

Siméant J.,
2001 “Entrer, rester en humanitaire. Des fondateurs de Médecins sans frontières aux membres actuels des ONG médicales françaises”, Revue française de science politique, n° 51 (1-2), p. 71.

Terssac (de) G., Tremblay D-G.,
2000 Où va le temps de travail ?, Toulouse, Octarès.

Thoemmes J.,
2000 Vers la fin du temps de travail, Paris, PUF.

Tremblay D-G.,
2004 Conciliation emploi-famille et temps sociaux, Québec-Toulouse, Presses de l’Université de Québec et Octarès.

Van de Velde C.,
2008 Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF.

Voléry I.,
2016 Âges critiques et temps liminaux dans la France contemporaine. Contribution à une sociologie du cours de vie, Dossier pour l’Habilitation à Diriger des Recherches en sociologie (Université Lille 3).

Vrancken D., Thomsin L. (dir.),
2008 Le social à l’épreuve des parcours de vie, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant

White D., Carpentier N.,
2013 “Perspective des parcours de vie et sociologie de l’individuation”, Sociologie et sociétés, n° 451, p. 279-300.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation des objectifs de l’étude : Poursuivant les débats sur l’usage des biographies en sociologie (notamment Dubar/Nicourd, 2017 ; De Coninck/Godard, 1990 ; Passeron, 1989), cet article ambitionne d’éclairer la discussion en s’appuyant sur des recherches historiques et des publications récentes. Il montre comment chaque approche théorique est associée implicitement ou explicitement à un concept précis (quatre concepts sont retenus : parcours de vie comme institution biographique, parcours de vie comme histoire de vie, carrière, trajectoire au sens de trajectoire sociale ou structuraliste). Il croise également les usages de l’analyse biographique avec une approche élargie des temporalités. La perspective conceptuelle adoptée par chaque recherche adopte ainsi un rapport au temps particulier, tant d’un point de vue synchronique, diachronique que du point de vue de l’historicité, comprise comme la manière dont s’articulent les projections (du futur anticipé), le présent et l’expérience.

Approche théorique : Cet article présente une diversité d’approches théoriques fon­dant l’analyse des biographies en sociologie : la perspective structuraliste percevant les trajectoires comme intériorisation du probable (Denave, 2015 ; Passeron, 1989 ; Bourdieu, 1986…) ; une approche par les parcours de vie comme institution biographique qui articule le processus temporel (les étapes) de la vie, les différentes dimensions (ou sphères) d’une vie, l’interaction des vies entre elles, et enfin le contexte social dans lequel elles se déroulent (Mc Daniel/Bernard, 2011 ; Vrancken/Thomsin, 2008 ; Lalive d’Epinay, 2005 ; Bessin, 1994 ; Kohli, 1986 ; Riley, 1968, 1979 ; Neugarten et al., 1965…) ; une approche méso-sociologique en termes de carrière qui met l’accent sur le processus d’apprentissage social (Darmon, 2008 ; Hughes, 1996 ; Becker, 1985 ; Goffman, 1968…) ; et enfin, microsociologique et interactionniste en termes de récit de vie (Leclerc-Olive, 1997).

Aspects méthodologiques : Cet article s’appuie sur une revue de la littérature en sociologie afin de relier usages de l’approche biographique, concepts mobilisés, et manière d’aborder les temporalités.

Structure de l’étude : L’article est organisé en trois parties. La première propose une typologie des conceptualisations utilisées par les approches biographiques en sociologie autour de quatre notions : la trajectoire sociale au sens structuraliste, la carrière, le parcours comme histoire de vie, et le parcours dans la perspective de modèles institutionnels de parcours de vie. La deuxième porte sur la manière dont chaque approche (croisant concept et portes d’entrée : macro, méso, micro) traite l’analyse synchronique et l’analyse diachronique des biographies. Enfin, la troisième partie interroge la question de l’historicité.

Discussion des résultats : L’article montre que chaque perspective conceptuelle per­met d’étudier le temps synchronique, diachronique et l’historicité selon un angle spécifique. Si les analyses synchroniques et diachroniques sont assez communes pour les approches biographiques en sociologie, cet article insiste particulièrement sur une troisième dimension, souvent sous-tendue et rarement réfléchie ou explicitée – celle des régimes d’historicité.

Structured summary

Presentation: Pursuing the debates on the use of biographies in sociology (notably Dubar/Nicourd, 2017 ; De Coninck/Godard, 1990 ; Passeron, 1989), this article’s goal is shedding light on the discussion in being based on recent historical research and publications. It shows how each theoretical approach is implicitly or explicitly associated with a precise concept (four concepts are adopted : life course as biographical institution, life course as life story, career, trajectory in the sense of a social or structuralist trajectory). It also treats the uses of biographical analysis with a broadened approach to temporalities. The conceptual perspective adopted by each research work thus adopts a relationship to a particular time, as much from the synchronic and diachronic points of view as from that of historicity, understood as how projections (anticipated future), the present and experience are articulated.

Theory: This article contains a diversity of theoretical approaches founding the analysis of biographies in sociology : the structuralist perspective perceiving trajectories as interiorizations of the probable (Denave, 2015 ; Passeron, 1989 ; Bourdieu, 1986…) ; an approach via life courses as a biographical institution expressing the temporal process (the stages) of life, the various dimensions (or spheres) of life, the interaction of lives with one another and, finally, the social context they take place in (Mc Daniel/Bernard, 2011 ; Vrancken/Thomsin, 2008 ; Lalive d’Epinay, 2005 ; Bessin, 1994 ; Kohli, 1986 ; Riley, 1968, 1979 ; Neugarten et al., 1965…) ; a meso-sociological approach in terms of career placing the accent on the process of social learning (Darmon, 2008 ; Hughes, 1996 ; Becker, 1985 ; Goffman, 1968…) ; and finally, the microsociological and interactionist in terms of life stories (Leclerc-Olive, 1997).

Methodology: This article relies on a review of literature in sociology in order to connect uses of the biographical approach, the concepts mobilized, and ways of approaching temporalities.

Structure of the study: The article has three parts. The first proposes a typology of the conceptualizations used by biographical approaches in sociology around four concepts: the social trajectory in the structuralist sense, the career, life course as life story, and life course from the viewpoint of institutional life course models. The second deals with how each approach (crossing concept and ports of entry: macro, meso, micro) treats the synchronic analysis and diachronic analysis of biographies. Finally, the third part investigates the question of historicity.

Discussion: The article shows that each conceptual perspective allows us to study synchronic and diachronic time and historicity from a specific angle. A typology is proposed in the article. If synchronic and diachronic analyses are rather common in biographical approaches in sociology, this article is particularly insistent on the third dimension, often underlying but seldom thought through or clarified – that of the regimes of historicity.

Haut de page

Notes

1 Malgré l’intérêt indubitable de l’utilisation des biographies dans un but éducatif ou thérapeutique, dans cet article, nous nous focaliserons uniquement sur les manières d’exploiter les biographies dans l’objectif de la recherche.

2 École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ce séminaire intitulé “Analyse des données biographi­ques” était animé de 2013 à 2015 par Veronika Kushtanina et Constance Perrin-Joly. L’équipe s’est en­suite étoffée avec la participation de Regis Schlagdenhauffen de 2015 à 2017. Ce séminaire a abouti à un colloque interdisciplinaire qui a eu lieu les 10-11 mars 2016 “Les sciences humaines et sociales face au foisonnement biographique - Innovations méthodologiques et diversité des approches”. C’est sur ce cheminement scientifique que se fonde cet article.

3 Dans la mesure où notre analyse vise à articuler méthodologie et posture analytique, nous n'avons pas retenu les concepts qui ne sont pas suffisamment clairement associés à une approche méthodologique et une perspective théorique. Nous avons par exemple exclu de ce tableau le terme “biographie”. Comme celui-ci est générique (c’est par exemple celui qui apparaît dans les titres des ouvrages ayant pour ambition de faire un point sur les approches biographiques (confer Dubar C., Nicourd S., 2017)), il nous en apprend peu sur la posture de recherche de celui qui l’emploie et notamment la conception des rapports individu-société, l’angle d'attaque de l’analyse, ou la méthodologie déployée. Il désigne au contraire une diversité d’approches possibles. Le concept d’ “autobiographie” prôné par Jean Peneff (1992) n'est pas non plus mobilisé. Si celui-ci est fortement associé à un mode précis de collecte des données, il ne dit rien de l'approche à adopter pour les analyser.

4 Traduction de Veronika Kushtanina.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Perrin-Joly et Veronika Kushtanina, « La composition biographique. Quels effets des choix conceptuels pour saisir les temporalités ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 49-2 | 2018, 115-134.

Référence électronique

Constance Perrin-Joly et Veronika Kushtanina, « La composition biographique. Quels effets des choix conceptuels pour saisir les temporalités ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 49-2 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsa/2963 ; DOI : 10.4000/rsa.2963

Haut de page

Auteurs

Constance Perrin-Joly

Constance Perrin-Joly, chercheuse déléguée au Centre français d’études éthiopiennes (CFEE – Addis-Abeba), maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris 13, Institut de recherches sur les enjeux sociaux (IRIS, EHESS, CNRS (UMR 8156), INSERM (U997)).

Veronika Kushtanina

Veronika Kushtanina, maître de conférence en sociologie, Université de Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA – EA 3189).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals