Navigation – Plan du site
Dossier

Une biopolitique à bas bruit

Temps, normes de croissance et intensification du corps masculin à l’aube du 20ème siècle
A Low-toned Bio-politics. Time, standards of growth and focus on the male body at the dawn of the 20th century
Nicoletta Diasio
p. 45-76

Résumés

Cet article analyse la manière dont, entre la fin du 19ème et le début du 20ème siè­cles, l’enfant et l’adolescent sont pris dans des dispositifs d’observation qui, par la mesure des corps, ont l’objectif de fixer les standards de la croissance dite “normale”, d’instituer des âges, d’interroger les rythmes de développement de la vie et de transformation de l’humain. À partir des travaux du médecin Paul Louis Gabriel Godin (1859-1936), nous questionnons ce rapport entre corps et temps, ainsi que ses implications dans la définition des seuils entre les âges à une époque où la régulation des conduites adolescentes s’affirme sur la scène sociale. Ses écrits permettent également d’analyser la cohabitation de deux manières de penser le corps apparemment contradictoires : l’une axée sur la standardisation des normes, l’autre portée sur les spécificités personnelles, prémisse d’une vision très contemporaine d’un individu perfectible à travers l’optimisa­tion de ses facultés physiques, cognitives et émotionnelles. Une comparaison avec des travaux analogues menés en Italie à la même époque, montre enfin à quel point les mesures physiques sont imbriquées à des mesures politiques. Dans les temps et les corps des garçons s’impriment les tempos d’autres transformations sociales.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Le christianisme conservateur de Morel est par exemple très loin du racisme de Gobineau. La diversi (...)
  • 2 Confer le cas de Bertillon qui est dans une double démarche d’identification des individus et des g (...)

1Primitifs, criminels, dégénérés, épileptiques, scrofuleux, alcooliques : la deuxième moitié du 19ème siècle est constellée de figures d’altérités tradui­tes, par le langage savant, dans des corps excentriques. L’anthropologie morbide de Morel, la tératologie de Geoffroy de Saint-Hilaire, la criminologie lombrosienne, les mensurations physiques de Broca, le “racisme scientifique” de Hott et Gliddon participent, en Europe et en Amérique du Nord, d’un mouvement généralisé de délimitations de frontières entre l’humain et l’animal, le sauvage et le civilisé, le normal et le pathologique (Jay-Gould, 1981 ; Diasio, 1999 ; Dorlin, 2008 ; Doron ; 2016). Les soubassements idéologiques peuvent être différents1, certains auteurs croisent plusieurs démarches2, mais l’idée d’une diversité mesurée à l’aune des corps s’affirme dans un creuset idéologique qui voit, dans la médecine, la première des sciences et, paradoxalement, la plus “sociale” (Richters, 1987). Toutefois, en s’essayant à définir les critères de l’anormal, ces savoirs interrogent les caractéristiques de la normalité et la variété de ses manifestations.

  • 3 Confer, en 1890, la leçon de Claude Bernard, sa vision de la science inspirée par l’observation et (...)
  • 4 L’enfant est au cœur des utopies sociales et philosophiques de ce siècle, il fait figure de parango (...)
  • 5 Sur la transformation profonde des pratiques d’observation des enfants voir Turmel A., 2014. Cet ou (...)

2La fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle constituent une époque charnière dans le développement d’une médecine de surveillance (Armstrong, 1983) qui s’affranchit d’une vision du savoir médical centré sur la pathologie, soit-elle observée au chevet du malade ou dans les dissections anatomiques, pour prendre en compte plus largement le fonctionnement de l’organisme vivant, les ressorts physico-chimiques de la “vie”, les mesurer par des méthodes expérimentales et des technologies de collecte de données chiffrées (enquêtes épidémiologiques, statistiques, surveys)3. Les distinctions entre les corps ne se fondent plus sur des qualités, pouvant être rattachées à des rangs, à des positions sociales, à des normativités juridi­ques ou religieuses, comme dans les tératologies de l’Ancien Régime (Foucault, 1999), mais sur des intervalles entre moyennes, des éloignements chiffrés des valeurs médianes, des gradations que le regard médical s’évertue à définir. Et si « les enfants de tous âges abondent sur la scène sociale au 19ème siècle » (Becchi, 1998 :157)4 les menaces qui pèsent sur leur développement deviennent la première cible de cette révolution scientifique qui a l’ambition, par des méthodes balisées, quantitatives, pensées comme universelles, de stabiliser et accompagner des changements qui interviennent tout au long de la vie5.

3Contrôler la bonne succession des étapes de la croissance constitue l’un des objectifs de cette médecine, dans le souci d’anticiper les risques et de prévenir les périls qui peuvent émerger dans la transition de l’un à l’autre stade du développement. Les transformations du corps, les savoirs qu’elles suscitent, les dispositifs de mesure censés les baliser, contribuent à la création d’identités liées à un âge social (qu’est-ce qu’est un enfant de trois, douze ou dix-sept ans…) et donnent des contours très incertains au concept de normalité. L’enfant est pris dans une machine à observer qui multiplie les outils afin de saisir la moyenne, devenue progressivement la “norme”, et ses écarts : tableaux, chartes, courbes de poids et de croissan­ce, tests constituent de véritables réseaux d’écriture qui permettent un dialogue entre parents, éducateurs, médecins en créant et “stabilisant” le temps de l’enfance (Turmel, 2014). Ces technologies contribuent également à dessiner des régularités, des prévisions, des moyennes qui circonscrivent des populations, les rendent objectives, donc “réelles”, et permettent d’affiner des outils d’intervention à leur égard. Ainsi les dispositifs pour mesurer et contrer la mortalité infantile vont progressivement définir des limites d’âges de plus en plus fines afin de mieux cibler des actions et des politiques publiques (gouttes de lait, consultations des nourrissons, visiteuses médicales…), jusqu’à construire le concept contemporain de “petite enfance” (Armstrong, 1986). Éviter les maladies et produire des corps forts sont les deux facettes d’un projet politique de fabrication des citoyens qui s’étale ainsi tout au long de la croissance.

4Mesurer, classer, réguler : en délimitant des populations et, en leur sein, des âges, ces instrumentations objectivantes permettent également d’iden­tifier les cibles de cette biopolitique. A l’aune des courbes générales, se définissent des trajectoires individuelles et des spécificités. Il ne s’agit pas uniquement de distinguer ce qui est envisagé comme “normal” ou “anormal”, mais d’élaborer une mesure, pensée comme scientifique, de la normalité, de ses degrés, de ses moments de bascule. La mesure de la normalité finit, par le jeu infini des variations, par définir des singularités et dessiner des champs d’intervention polarisés entre la population et l’individu. L’anormalité devient ainsi elle-même un phénomène relatif, annoncé par des chaînes d’indices qui renvoient à des risques potentiels. La question qui s’impose aux médecins de l’enfance et à tous les professionnels du socio-sanitaire, devient celle d’identifier, dans un champ virtuellement sans fin de possibilités, lesquelles vont évoluer vers une issue négative :

the techniques of Surveillance Medicine – screening, surveys, and public health campaigns – would all address this problem [the possibility of disease] in terms of searching for temporal regularities, offe­ring anticipatory care, and attempting to transform the future by changing the health attitudes and the health behaviours of the present (Armstrong, 1995:402).

5À partir de ces présupposés, cet article souhaite montrer comment la médecine de surveillance telle qu’elle se déploie à l’aube du 20ème siècle dans un cadre biopolitique, constitue un vaste projet de régulation et d’in­génierie du temps, dont l’évaluation et l’accompagnement de la croissance de l’enfant et de l’adolescent constituent les clés de voûte.

  • 6 Très critiquée dès son apparition, cette théorie a quand même marqué durablement l’humus scientifi­ (...)

6Après avoir redécouvert au 19ème siècle les profondeurs du passé, ses stratifications géologiques, l’antiquité ou un folklore aux racines enfouies dans un temps insondable (Moravia, 1982), la fin du 19ème et le début du 20ème siècles, se concentrent sur la bonne maîtrise des aléas du futur. L’intérêt pour la croissance et pour le développement constitue une autre modalité de cette spatialisation du temps qui, à partir de la fin des Lumiè­res, avait permis d’observer le passé dans le présent à partir des mœurs et des corps des prétendus “primitifs” (Fabian, 1983). La théorie de la récapitulation de Haeckel (1866) selon laquelle l’ontogénèse – le développement de l’individu de l’embryon à l’être formé – donne à voir la phylogénèse – le développement de l’espèce – en est un des jalons les plus importants6. Aussi, l’anatomie comparée, qui analyse la diversité des êtres vivants à partir de la différente organisation des organes, fournit un cadre théorique commun fondé sur l’importance du développement en tant que processus de diversification des êtres plus simples à ceux plus complexes (Guillo, 2012). Le temps est chiffré, rendu concrètement visible dans les mesures corporelles et dans leur comparaison : celles-ci rendent évidents des rapports hiérarchiques entre les êtres à partir de leurs transformations dans la durée. Le passé resurgit dans des rythmes de développement différentiels qui justifient la dissemblance entre les groupes humains (Doron, 2016), il se condense dans la croissance manquée ou retardée de quelques organes, il se matérialise parfois dans leur configuration, telle la position du trou occipital, censée traduire une proximité plus ou moins forte au monde animal. Les différentes formes d’organisation du vivant se distinguent ainsi par leurs modes de déploiement dans le temps, par les stades de leur évolution, ce qui produit une vision du monde nécessairement hiérarchique, finaliste et scalaire entre ordres du vivant (plantes, animaux, humains), entre espèces, entre “races”, entre groupes d’individus (les hommes et les femmes, les paysans et les citadins…), entre sociétés.

7À côté des dispositifs en grande fanfare de redressement des individus et de catégorisation des populations, une biopolitique à bas bruit agit par des formes plus implicites de figuration, de régulation et de gouvernement du temps. Le corps en transformation de l’enfant permet d’appréhender les rythmes de formation et de changement du vivant, sa diversité morphologique et la manière dont s’y combinent la diversité des systèmes, des appareils, des organes. Dans la mesure de la croissance, la normalité s’ex­prime en termes temporels : il faut être “adéquat à l’âge” et assurer la bonne marche du futur, non seulement de l’organisme individuel, mais aussi des générations à venir. Savoir comment le temps travaille le corps, permet de le matérialiser, d’en contrôler la durée et de la canaliser.

8Ce centrage temporel se développe à une époque où la fascination pour l’enfance, qui avait caractérisé le 19ème siècle, évolue dans un questionnement sur l’adolescence, sur ses caractéristiques (dont “la crise”) et sur les formes de son accompagnement. En France, lors de la Troisième Républi­que, et plus largement en Europe,

l’idée d’un âge dangereux est, en partie au moins, relayée par le sentiment d’un enjeu […] auquel les psychologues apportent sa validation scientifique en définissant l’adolescence comme une évolution, cruciale, à diriger, et non plus – non plus seulement – comme un état critique, à gérer (Thiercé, 1999 :9).

9Difficile à définir par des bornes d’âges stables, l’adolescence est tour à tour délimitée, entre 1870 et 1914, par des passages biologiques (la puberté), des seuils légaux controversés (les majorités pénales, civiles, sexuel­les), des transitions scolaires (la fin du collège), des pratiques rituelles (la première communion), ou encore par l’obligation du service militaire ou l’entrée dans la vie professionnelle. Longtemps déclinée au masculin et à l’urbain (Di Spurio, 2016), l’adolescence devient progressivement une classe d’âge et suscite la question de son encadrement : au seuil du 20ème siècle, « études et politiques rencontrent, découvrent une population où s’investir et à investir » (Thiercé, 1999 :15).

  • 7 Même si le questionnement sur la maturation physique et psychologique des élèves officiers et des c (...)

10À partir des travaux du médecin Paul Louis Gabriel Godin (1859-1936), nous questionnerons le rapport entre corps et temps qui se développe dans l’entre-deux siècles et ses implications dans la définition des seuils entre les âges à une époque où la régulation des conduites adolescentes s’affir­me sur la scène sociale. Ses écrits permettent également d’analyser la cohabitation de deux manières de penser le corps apparemment contradictoi­res : celle axée sur la standardisation des normes et le focus porté sur les spécificités personnelles, prémisses d’une vision très contemporaine d’un individu perfectible à travers l’optimisation de son corps et de ses facultés cognitives et émotionnelles. Médecin des armées, Godin s’est penché sur le corps des garçons fréquentant les écoles militaires. Son travail est toutefois moins mu par une “commande” pratique7, que par une préoccupation éducative – comment accompagner le développement de l’enfant et de l’adolescent – et un intérêt scientifique mûri au sein de la Société française d’anthropologie.

11Notre focalisation ici sur le corps des garçons ne signifie pas l’absence d’une littérature médicale et anthropologique sur le corps des filles. L’in­térêt pour le développement du corps féminin est, au contraire, bien ancien, et de nombreux travaux s’y penchent notamment entre la fin du XVIIIème et le début du XIXème siècles en lien avec la montée en puissance d’un questionnement sur la spécificité physique et psychologique de la femme, sur le contenu et les frontières des démarcations de sexe et sur leur ancrage stable dans des caractères biologiques. La prolifération de discours sur la féminité, pendant les Lumières et de la part des Idéologues, contribue à la naissance d’une “science de la femme” (Magli, 1982), basée sur l’étude d’une physiologie jugée différente de celle masculine et exerçant son emprise sur les affects, les dispositions morales, les potentialités intellectuelles (Diasio, 2007). Toutefois, si le corps féminin fait surtout l’objet de questionnements sur la fécondité et sur sa place dans le dévelop­pement physique, psychologique et moral des jeunes filles (Rollet, 2015), l’étude du corps des garçons présente d’autres enjeux, militaires, politi­ques et sociaux, que nous allons détailler dans la suite de notre contribution.

  • 8 Ces mesures sont politiques dans les trois sens du mot : évaluation d’une grandeur, appréciation, m (...)

12Les sources que nous examinerons sont surtout françaises, sauf dans la dernière partie de cette contribution, où une comparaison sera esquissée avec les études sur la croissance des garçons, qui avaient lieu à la même époque en Italie, au moment de l’unification nationale et des débats politi­ques sur les disparités socio-économiques du territoire À l’aune du corps des garçons on mesure, dans les deux pays même si avec des priorités et des inflexions différentes, la portée des inégalités sociales, la différence des modèles éducatifs ou sanitaires, la nécessité d’accompagner “scientifi­quement” des politiques publiques. Cette mise en miroir relève d’un intérêt pour le traitement différentiel des mêmes données à une époque de circulation intense, en Europe, de savoirs, écrits, débats. Car si l’internatio­nalisation des connaissances peut laisser penser à une universalisation des normes de croissance, la comparaison montre à quel point les mesures physiques sont imbriquées à des mesures politiques8, en lien avec des contextes socio-historiques et avec la différente constitution des États-nations entre la fin du 19ème siècle et l’éclatement de la Première Guerre mondiale. Dans les temps et les corps des garçons s’impriment les tempos d’autres transformations sociales et, en retour, ceux-ci permettent de les analyser.

II. Cartographier un corps d’enfant : fixer des jalons à la transformation du vivant

  • 9 Défini dans les comptes rendus de la Société française d’histoire de la médecine comme le père de l (...)

13Ancien élève externe du Prytanée (1871-1877), Paul Godin a été d’a­bord médecin stagiaire au Val-de-Grâce et ensuite médecin major en Algérie, où il a dirigé l’hôpital militaire à Orléansville, et ensuite au Mans, à Tarbes et à Montpellier. Entre 1891 et 1900 il a exercé comme médecin à l’École d’enfants de troupe des Andelys et de Saint-Hippolyte-du-Fort. L’intérêt pour l’enfant se manifeste très tôt dans sa carrière. Sa thèse de doctorat en médecine porte sur l’éducation physique dans la famille et au collège (1881), il effectue son externat à l’Hôpital d’Enfants de la rue de Sèvres, il est même actif comme maître d’études à l’école maternelle de la rue Broca, où exerce sa tante Mlle Pivron, nièce de Marie Pape-Carpan­tier, réformatrice de l’école maternelle. Devenu un spécialiste de l’hygiène infantile et scolaire il intègre, à partir de 1912, l’Institut J.-J. Rousseau à Genève où il poursuit sa réflexion sur les applications éducatives de l’ana­lyse scientifique de la croissance9.

14Les recherches de Godin reflètent cette image du médecin “total” pro­pre au 19ème siècle qui souhaite, par l’hygiène et le redressement des corps, intervenir dans la société et la modifier. Il opère dans un moment historique où la spécialisation des branches médicales, l’affirmation des sciences humaines et sociales, l’application des méthodes expérimentales à la médecine, le pasteurisme, amènent à la disjonction épistémologique entre les savoirs de l’individu, de la société, du milieu et du corps (Diasio, 1999). Toutefois, il en garde la nostalgie et ses travaux nous semblent comme une des dernières tentatives et, pour cela une des plus transparentes, pour affirmer cette unité.

  • 10 Ce qui est novateur, car ce sont souvent des groupes différents dont les moyennes sont comparées, c (...)

15Dans les Recherches anthropométriques sur la croissance des diverses parties du corps (1903) et La croissance pendant l’âge scolaire (1913), Paul Godin étudie l’anatomie morphologique de l’adolescent et ses variations sous l’influence de la croissance et de la puberté. Ce qui l’intéresse n’est pas uniquement la mesure des différentes parties du corps, mais leur évolution dans le temps, mesurée tous les six mois, et le changement des proportions entre elles. En tant que médecin militaire à l’école d’enfants de troupe, Godin peut à la fois les mesurer et les observer « dans la cour, au dortoir, au réfectoire, en classe » (Godin, 1903 :1) où il donne, trois fois par semaine, un cours d’hygiène. Ses recherches diffèrent des autres travaux sur la croissance par le nombre important des mensurations relevées (129 mesures par enfant), par le fait que les mêmes sujets sont suivis de semestre en semestre pendant 4 ans depuis l’âge de 13 ans à celui de 18 ans, par la taille de la population (100 enfants en 1903, 230 en 1913), ce qui porte le nombre de mensurations effectuées dans un seul semestre à près de 13 00010.

  • 11 Léonce Manouvrier (1850-1927) a été titulaire de la chaire d’anthropologie physiologique à l’École (...)
  • 12 Ce travail par cohorte et la volonté de saisir toutes les dimensions de la vie enfantine pouvant in (...)

16La méthode anthropométrique est celle apprise au laboratoire d’anthro­pologie de l’École des hautes études, sous la direction de Manouvrier11. Cartographier le corps de l’enfant nécessite des conditions épurées et sta­bles d’observation : les quarante premières pages de l’étude publiée en 1903 sont consacrées à la définition des indicateurs pris en compte et à la manière de construire les données. Des consignes précises sont données autour de la manière de construire le laboratoire : sol, chauffage, instruments de mesure, notations à prendre sur l’enfant dévêtu et vêtu, place des assistants, répartition des objets dans l’espace de manière à troubler le moins possible les gestes de l’anthropologue et la finesse de la mesure (Godin, 1913 :243-258). Mesurer renvoie alors à la prise en compte concomitante de l’instrument, de la grandeur évaluée, de la situation, des sujets enfantins. A ces mensurations sont jointes des fiches individuelles où, pour chaque enfant, sont annotés les changements d’un semestre à l’autre, le cadre physiologique (exemple : le relief musculaire ou l’embonpoint, le développement des organes génitaux, l’apparition de la dent de sagesse), les maladies, le tempérament, l’origine géographique (saisie à l’échelle ré­gionale) du père et de la mère, les aptitudes physiques, intellectuelles ou morales, tel le penchant pour l’activité physique ou artistique12.

17Chez Godin, comme chez ses inspirateurs, l’école, l’orphelinat, la caserne, l’hôpital constituent autant de laboratoires propices à la médecine expérimentale : ils constituent un réservoir de sujets, ils présentent une uniformité des conditions de vie associée à une grande diversité individu­elle, ils permettent une spatialisation de la surveillance, mais surtout ces lieux sont des producteurs de normes et par conséquent ils garantissent la légitimité de l’expérimentation qui y est conduite. Par une forte économie de moyens, ils permettent d’avoir une population, un setting et un espace de reconnaissance scientifique. L’idéologie du laboratoire, toutefois, mar­que plus largement la révolution de la physiologie et de la médecine dans la deuxième partie du 19ème siècle (Schaffer, 1994) :

le lieu médical idéal devient le cabinet d’analyse, qui apparaît traversé d’un air plus pur que la salle d’hôpital et où semble devenir pure également une science, comme celle médicale, appliquée à la nature humaine sensible et souffrante (Cosmacini, 1995 :384, souligné par l’auteure).

18Le laboratoire et son appareillage technique ne troublent pas la transparence et la fidélité des phénomènes naturels, au contraire ils sont censés en restituer la vérité purifiée, affranchie autant des hasards de l’empirie que des dogmes de la métaphysique. Cette « médecine de ‘savant’ et non de ‘sachant’«  (Raveau, 1983 :IV) permet de chiffrer les valeurs biologiques d’une population donnée et de les rendre transparentes et, idéalement, opérationnelles à ceux qui sont chargés de la gouverner.

  • 13 Manouvrier considère la thèse de Lombroso comme une théorie non démontrée scientifiquement et qui c (...)
  • 14 Confer la manière dont sont traitées les entrées “Age”, “Croissance”, “Puberté” dans Bertillon A., (...)
  • 15 Plus récemment, il divise juristes et médecins à propos de la mesure de l’âge des mineurs étrangers (...)

19L’explicitation minutieuse des conditions de la recherche relève également de la leçon de Manouvrier. C’est à partir des biais saisis dans la méthodologie que ce dernier récuse le déterminisme des travaux de Lombroso et de l’anthropologie criminelle13, ainsi que les thèses racistes de Gobineau ou Vacher de Lapouge qu’il définit comme une « affligeante doctrine » (Manouvrier dans Godin, 1901 :9). S’interrogeant sur les bienfaits de l’éducation anglaise, Godin évoque ironiquement que « les têtes larges n’ont rien à envier aux têtes longues » (en se référant au débat sur prétendue supériorité des dolichocéphales sur les brachycéphales) et, au début de son travail sur la croissance, il prend les distances « de cette tendance dangereuse à vouloir éclairer à la lumière de l’étude biologique spéciale tous les phénomènes organiques connexes ou éloignés » (Godin, 1902 :718). D’autre part, le souci de poser des repères stables relève de la spécificité de l’objet de recherche. De nombreux scientifiques14, et Godin après eux, insistent sur la difficulté d’établir des bornes dans le processus continu de transformation du vivant : « dans une évolution continue comment s’accor­der sur les points d’arrêt ? » (Bertillon, s.d. :18). Cette transformation continue est encore plus importante à l’enfance : dans un corps marqué par l’instabilité et par des transformations apparemment irrégulières, le repère osseux est considéré plus fiable. Ainsi, la distance du mamelon à l’ombilic par laquelle jauger l’accroissement du torse n’a pas la fixité des repères osseux, « leur mobilité influencée par des causes multiples [entraîne] des variations auxquelles n’exposent pas les points de repère fournis par les saillies du squelette » (Godin, 1903 :85). Ce questionnement sur la mesure de l’instabilité et sur le meilleur outil pour la saisir ne s’arrête pas au seuil du 20ème siècle, il contribuera à la médicalisation du développement des enfants et des adolescents de deux sexes (Piccand, 2015), ainsi qu’au zèle à définir ce qui est propre à un âge donné et à la difficulté à distinguer entre changements “normaux” et “pathologiques” (Kelle, 2010)15.

III. Par le corps, mesurer le temps

  • 16 De nombreuses explications sur les bornes des parties du corps précèdent la mensuration : par exem­ (...)

20Chez Godin, la répétition des mensurations a l’objectif de saisir comment le temps imprime des variations aussi bien au niveau des organes que dans leur interrelation. Soupeser les écarts, la variabilité des rythmes de la croissance, sa mobilité, exige un travail du corps en détail, ainsi qu’une définition claire des segments corporels et des repères utilisés pour les délimiter et les mesurer16. Ce souci de délimitation fine comporte la dé­composition d’une mesure générale dans la somme des unités minimales. La taille est jugée comme « une hauteur trop complexe pour que le nombre qui l’exprime représente un terme général de comparaison » (Godin, 1903 :67). Mesurer la taille signifie alors différencier les éléments dont les hauteurs se superposent (tête, cou, tronc, membre inférieur, hauteur du pied), analyser comment se répartissent tous les six mois les accroissements respectifs, évaluer les changements dans la relation entre les parties, par exemple l’allongement du cou par rapport à la longueur du tronc, vérifier les modifications dans les proportions du corps. Ces différentiels expriment un rythme de développement. Ainsi l’accroissement apparemment irrégulier de la cuisse, trouve une forme de régularité quand il est comparé à celui de la jambe :

à chaque poussée un peu accentuée de la cuisse correspond un repos ou au moins un affaissement dans l’accroissement de la jambe, et réciproquement, la cuisse croît d’une quantité insignifiante aux époques de principal allongement de la jambe (Godin, 1903 :107).

21L’alternance de poussées et de repos se donne à voir dans d’autres orga­nes, par exemple entre bras et avant-bras, dans l’alternance entre allongement de la taille et prise de poids ou encore dans la relation entre longueur et circonférence : quand l’une avance, l’autre ralentit.

  • 17 Sont mesurés par exemple le rapport entre diamètre des hanches et diamètre des épaules, celui entre (...)

22La constatation de ces déphasages amène Godin à définir deux lois de la croissance. La première est celle de l’alternance entre temps de poussée et temps de repos. La croissance n’est pas la même pour les différentes parties du corps, elle est jalonnée d’avances, d’arrêts, « de variations dans le volume relatif des organes, dans la forme générale du corps, dans la complexion, toutes choses fort importantes physiologiquement » (Manouvrier dans Godin, 1903 : VIII). Le développement se distingue de la croissance, il constitue plutôt l’aboutissement de ces accroissements irréguliers, la résultante « harmonieuse et équilibrée de facteurs » (Ibid.) externes et in­ternes qui agissent sur le processus de grandir. Trop préoccupé par le fait de trouver une régularité idéale dans ses mensurations, Quételet aurait ainsi négligé la manière dont la progression biologique procède par des « oscillations qui sont une des caractéristiques de la vie chez les vertébrés supérieurs » (Godin, 1903 :74). L’étude des proportions révèle comment travaille le temps, par quelles accélérations et retards il procède au façonnement des corps humains17. Par l’analyse des rapports, des comparaisons et des écarts, Godin transforme des mesures “spatiales” – longueurs, diamè­tres, circonférences – dans des intervalles temporels. La mensuration du corps donne ainsi prise à une mensuration du temps et de ses rythmes.

23La deuxième loi établit l’accroissement irrégulier, à savoir le fait que les organes ne suivent pas un rythme commun dans leur développement. Dans un corps fait d’interrelations, le processus de croissance est marqué par le jeu d’influences et d’actions mécaniques produites par le contact, la juxtaposition, la friction des organes et des tissus. Ces accroissements inégaux exposent l’adolescent à des risques : parties du corps qui se développent au détriment des autres, organes comprimés, fonctions compromises par le contact envahissant d’un membre ou d’un tissu. Ainsi l’onanisme d’origine pubertaire relèverait de la brusquerie de l’augmentation du volume du crâne ; la diffusion du tic chez l’écolier serait la suite « de l’ac­croissement inégal qui agrandit la gaine crânienne au moment où se réduit le taux de croissance nerveuse » (Godin, 1913 :159). Le « faire comme les autres ! » propre à l’adolescence, serait la conséquence d’une « contagion à laquelle est exposé l’enfant en travail de puberté ». Des désordres « trop souvent irréparables » (Ibid.) guettent les enfants qui ne sont pas soumis à une orthopédie physiologique, psychologique et morale. À l’éducateur et au médecin, avant qu’au parent, revient le rôle d’épier ces changements physiologiques qui pourraient devenir pathologiques s’ils ne sont pas convenablement accompagnés.

24Frottement des organes et déséquilibre des rythmes engendrent des con­duites inédites et font de l’adolescence un moment de grande vulnérabilité. L’instabilité sur laquelle s’attardent les théories psychologiques de l’é­poque (Hall, 1904) est expliquée ici en termes de lois temporelles d’ac­croissement des organes. De ce fait, l’adolescence et, en son sein, la puberté constituent un analyseur d’autres processus de transformation du vivant et un moment essentiel de l’ontogénèse.

IV. La puberté : parachever la fabrication de l’humain et garantir sa continuation

  • 18 Bertillon divise ainsi les âges de la vie en 17 périodes, Liharzik en identifie 24, rien que de la (...)
  • 19 La majorité civile et matrimoniale avait été fixée à 21 ans suite au décret du 20 septembre 1792 (a (...)

25Tout comme la croissance et la puberté, la délimitation des âges de la vie fait l’objet de plusieurs travaux dans la deuxième moitié du 19ème siècle (Beaugrand, 1865 ; Bertillon, s.d. ; Manouvrier, s.d. ; Raciborski, 1868 ; Pagliani, 1875 ; Wiasemsky, 1907). Distinguer les étapes de l’exis­tence, préciser leur déroulement et leurs scansions internes n’est toutefois pas chose aisée. Plus on s’évertue à fixer des jalons, plus ce zèle classificatoire semble voué à l’échec et les stades, les bornes, les transitions se multiplient18. Ces études interviennent à un moment où de nombreux débats portent sur la définition des seuils entre les âges dans une perspective de régulation de l’enfance et de la jeunesse : limite des 12 ans pour le recours à l’assistance publique ; scolarisation obligatoire jusqu’à 13 ans (lois Ferry 1882) et affirmation d’une spécificité d’âge, de classe et de genre liée à l’entrée au lycée (Thiercé, 1999) ; controverses sur le service militaire personnel (lois de 1872, 1889, 1905 confer Crépin/Roynette, 2009) ; diffusion de toute une culture des conscrits avec des pratiques, des rituels et des objets qui leur sont propres (Van Gennep, 1948) ; inquiétudes collectives sur la jeunesse délinquante et transgressive (les “apaches” de la Belle Époque, Perrot, 2007) ; débats civiques et parlementaires sur la majorité pénale (loi de 1906) ; introduction de l’idée de discernement chez le jeune prévenu de 16 à 18 ans (Quincy-Lefebvre, 2009) ; abaissement de la majorité matrimoniale19.

26Les travaux de Godin s’inscrivent dans cette préoccupation de dégager des âges dans le flux ininterrompu du temps et ils s’adressent ouvertement aux éducateurs, aux légistes et aux médecins qui s’en préoccupent (1911 :268). L’adolescence y est envisagée comme l’achèvement d’un processus formatif de longue durée, qui démarre avec la conception et qui s’accomplit avec l’entrée dans la vie adulte. Son début serait à placer non pas au lendemain de la puberté, comme le voulait l’ancienne délimitation des âges de la vie, mais à la veille de trois changements fondamentaux : la mue de la voix, la pousse des poils au pubis et la pousse des poils axillai­res. La convergence de ces trois phénomènes indique la maturation des or­ganes de la reproduction, appelée germen ou “lignée séminale” : elle a lieu quand l’adolescent moyen atteint 15 ans et demi, mais elle est préparée par les deux années qui la précèdent et s’accomplit pleinement dans ses manifestations extérieures à 17 ans et demi.

  • 20 Ainsi l’accroissement intense se révèle à une observation minutieuse par l’apparition de vergetures (...)

27Toutefois, la puberté n’est pas une éclosion isolée, elle constitue l’abou­tissement d’un processus embryogénique de longue durée qui démarre pendant la grossesse. Tout comme le développement intra-utérin, l’évolu­tion pubertaire constitue une période de transformation intense de matériel vivant20. De nouveaux organes se développent (poils, thyroïde, dents), d’autres régressent (thymus, amygdales) et l’accroissement inégal témoi­gne d’une ontogénèse qui remonte à l’aube de la vie :

Chez l’embryon, ces irrégularités de l’accroissement avaient pour but de construire des organes. Aujourd’hui que les organes sont formés, le but de l’accroissement inégal ne peut être que d’achever leur perfectionnement, de rendre leurs fonctions plus aisées et mieux en har­monie avec les nouveaux besoins de l’être humain désormais pubère (Godin, 1913 :93).

  • 21 On retrouve ici des critiques de la femme urbaine, cultivée et mobile qui remontent, au moins, à l’ (...)

28Les variations dans l’apparition de la puberté, son retard notamment, sont alors expliquées par l’influence de la nutrition du fœtus par le placenta. La “race”, l’hérédité, le climat à qui ont été attribuées l’avance ou le retard de « l’heure pubère » (Ibid. :97) n’ont pas l’importance escomptée, ce sont plutôt les conduites des mères qui vont influencer sa temporalité : la femme citadine, dissipée en mille occupations, celle hyperactive qui s’engage dans plusieurs activités physiques, celle sujette à maladie ou sous-alimentée, vont nourrir moins bien l’enfant et occasionner sa puberté tardive21. « La puberté est donc affaire purement germinale, et la maturité du germen lui-même, affaire de nutrition » (Ibid. :97). Ce fil qui relie alimentation intra-utérine, sexualité et temporalité de la puberté évoque d’ailleurs des alarmes contemporaines qui, toutefois, sont plutôt axées sur les risques de précocité pubertaire (Cozzi/Vinel, 2015). D’autres débats, encore plus récents, reformulent en termes épigénétiques cette importance de l’alimentation maternelle et utérine. Ainsi des campagnes de sensibilisation promues par des ONG, des entreprises philanthropiques et soutenues par les Nations Unies et l’OMS intiment aux futurs parents de veiller à une bonne alimentation dans la période pré-conceptionnelle et pendant les deux premières années de vie de l’enfant. Cette attention aux mille pre­miers jours de vie, censés influencer durablement le développement et le “capital santé”, s’inscrit dans une vision du corps de l’enfant en tant que richesse de la nation et engage une sur-responsabilisation des mères justifiant des interventions publiques de plus en plus importantes (Fournier/Jarty, 2019). Le corps de l’enfant déploie ainsi sa double dimension, biologique et politique, engageant différents acteurs dans son gouvernement.

29Pour Godin, toutefois, la puberté ne marque pas la fin du développement. Suivant Manouvrier, il différencie la maturation de la puissance reproductive (germen) et l’accomplissement plus tardif de la croissance du corps (soma). Encore des rythmes différents :

Le germen se développe en deux bonds espacés, l’un utérin, l’autre pubère. Le cerveau se développe en deux bonds successifs, l’un avant la naissance, l’autre aussitôt après. Le soma se développe sans faire de bond, de l’œuf à l’état adulte (Godin, 1913 :165, souligné par l’auteure).

  • 22 Ainsi la période internubilo-pubertaire comporte la fortification de l’organisme « en vue du rôle q (...)
  • 23 Dans sa contribution sur les débats sur l’abaissement de la majorité pénale en 1906, P. Quincy-Lefe (...)

30Si l’enfant devient « adolescent pubère » à 17 ans et demi, ce n’est qu’à 21 ans qu’il est un adulte physiologiquement nubile, où la nubilité indique le « concours parfait » du germen et du soma, à savoir non seulement l’apti­tude au mariage envisagée du point de vue biologique, mais un ensemble de conditions « qui rendent la question de la maturité plus complexe » (Godin, 1909 :501). Ces “conditions”, souvent évoquées mais pas détaillées, renvoient à la nécessité de l’accomplissement organique22. Alors que l’adolescence est envisagée comme « une terre inconnue chargée d’in­quiétude » (Le Breton, 2013 :50) ou une période d’ajustement délicat à une maturité sociale jamais tout à fait donnée (Hall, 1904 ; Mendousse, 1907), c’est à l’aune du corps, qu’on mesure cette maturité, la capacité de fonder un foyer, le discernement moral, ce qui n’est pas sans rappeler des déclarations politiques où l’apparence physique est mobilisée à des fins de contrôle social et de redéfinition des limites d’âge23.

31Le passage à l’âge adulte se manifeste alors par un double accomplisse­ment assurant la stabilité et la plénitude de l’être : achèvement de la croissance de toutes les composantes du corps et convergence de rythmes de développement, jusque-là déphasés, dans la temporalité longue de la reproduction. Cette convergence assure le renouvellement des générations et la perpétuation de la puissance masculine d’engendrer. Les testicules, leur action, « la force vive qu’ils recèlent » sont envisagés comme le moteur de l’activité embryogénique de la puberté et de son caractère formateur (Godin, 1911 :275). Un tableau (fig.1) présente cette circularité du processus de formation du vivant : le pouvoir d’engendrer se transmet au moment de la reproduction, il se constitue pendant la vie embryo-fœtale, il sommeille pendant l’enfance pour s’éveiller au moment de la puberté, il mûrit pendant la période intenubilo-pubertaire en correspondance avec le perfectionnement du soma, il éclot à l’âge adulte et, avant la “vie agerminale” de la vieillesse, il est transmis aux descendants.

Figure 1

Figure 1

Source: Godin, 1911 :277.

  • 24 La régularité du développement et la ressemblance de l’enfant avec ses parents sont en outre indiqu (...)

32La métaphore végétale renvoie à la vie de la graine enfouie sous terre, à sa germination, à sa mort et à sa renaissance dans d’autres plants. Figure ancienne du christianisme et d’autres cultes agraires qui l’ont précédé (De Martino, 1958), elle traduit de manière imagée une vision téléologique du temps finalisé à la transmission paternelle du pouvoir générateur et à la ca­pacité maternelle de nourrir et entretenir cette potentialité. Ce trope ancien reproduit également une hiérarchie des rôles sexuels dans la reproduction, qui est sans cesse actualisée au fil des découvertes scientifiques, comme le montre encore le travail d’Emily Martin (2007). L’adolescence devient alors « la répétition du développement des géniteurs » (Manouvrier dans Godin, 1903 : VIII) : deuxième phase de l’ontogénèse et, comme la première, dense de dangers, ce temps de la vie produit l’adulte, reproduit l’héritage des ascendants et prépare celui des générations à venir24.

V. De l’adolescent moyen à la formule de croissance individuelle

  • 25 La morphologie est définie comme « tout ce qui est renfermé dans l’évolution de l’être, depuis sa c (...)

33À la fin du 19ème siècle, l’importance donnée aux transformations du corps ne relève pas uniquement du paradigme désormais ancien de l’ana­tomie comparée, elle est également liée à l’intérêt renouvelé que de nombreux physiologistes en Europe portent pour la morphologie25. Ce savoir permet d’appréhender la continuité du vivant dans ses multiples transformations : elle étudie l’homme aussi bien comme unité prototypique que dans ses variations. Luigi Luciani, un des plus importants représentants de l’école italienne de physiologie, laquelle a eu une importance notable en France, parle de « biogénie ou histoire de l’évolution aussi bien morphologique que fonctionnelle, tant des individus vivants (ontogénie) que des es­pèces (phylogénie) » (1912 :2). La morphologie s’intéresse alors autant aux marques que le temps imprime sur les individus et les espèces, qu’aux spécificités individuelles. Des concepts comme ceux de “conformation”, de “configuration morphologique”, de “prédisposition”, de “constitution” renvoient à l’idée d’un « individu “sain-malade” dont l’habitus, la structu­re, l’organisation, les fonctions, les dysfonctions, les altérations sont intimement liées dans un ensemble unitaire » (Cosmacini, 1995 :387). Une médecine bifrons caractérise ainsi l’entre-deux-siècles, fondée à la fois sur l’approche expérimentale et sur l’observation clinique, sur la recherche de lois reproductibles définissant le type moyen et sur l’étude des variantes singulières.

  • 26 Dans son étude sur le Moïse de Michelangelo, Freud cite d’ailleurs Morelli comme un de ses inspirat (...)
  • 27 Pour la méthode des empreintes digitales Galton s’inspire des coutumes des populations bengalaises (...)

34Les travaux sur le développement de l’enfant s’inscrivent dans ces préoccupations : « par sa croissance individuelle l’enfant invite à découvrir l’unité qui préside aux multiples transformations et qui est sa personne même » (Godin, 1913 :5). Les mensurations anthropométriques ne se départent pas d’un ensemble d’observations individuelles, fondées sur ce “paradigme indiciaire” si répandu à la fin du 19ème siècle et qui accorde une importance centrale à des phénomènes apparemment secondaires et négligeables. Pour définir ce modèle épistémologique, l’historien Carlo Ginzburg s’inspire de la méthode d’attribution de tableaux anciens, conçue par le médecin Giovanni Morelli entre 1874 et 1876. Ce dernier récuse la prise en compte des caractères les plus voyants, qui sont également les plus faciles à imiter (exemple : le sourire de Léonard), à l’avantage des détails secondaires, insignifiants, moins influencés par les écoles de peinture : le lobe des oreilles, la forme des doigts des mains et des pieds, les ongles. Le “petit” est également révélateur d’un soi profond qui échappe au contrôle : ce sont les “petits gestes inconscients” qui vont attirer l’atten­tion de Freud et qui, entre 1883 et 1895, l’amèneront à formuler une méthode analytique permettant de pénétrer ce qui est caché ou secret par des éléments apparemment inintéressants, des “détritus”, des “refus”, des écarts26. Ce modèle, qui est également propre à la médecine hippocratique, relève des pratiques d’acteurs divers – pêcheurs, chasseurs, marins, guéris­seurs – obligés à reconstruire une réalité complexe à partir de traces muet­tes, éphémères, mobiles : empreintes dans la boue, branches cassées, poils, plumes, odeurs, nuages, ombres. Le paradigme indiciaire, repris par les sciences humaines et la clinique médicale au 19ème siècle, rejoint le nouveau zèle d’identification des individus qui va de l’anthropométrie de Bertillon aux empreintes digitales théorisées par Galton27.

35Tout en prônant le recours à l’anthropométrie, les travaux de Godin ne négligent pas l’importance des indices relevés par la clinique, et le médecin-militaire nourrit l’ambition de combiner les deux dans ce qu’il appelle « une méthode individuelle périodique et polymétrique » (1913 :32). Car si les mensurations sont utiles pour chiffrer la croissance, les manifestations de la puberté échappent à l’établissement de valeurs médianes et imposent un savoir conjectural, qui s’évertue à déchiffrer des signes incertains et personnalisés. Si l’accroissement de la taille semble intervenir avant l’éclosion pubertaire et si la prise de poids accompagne celle-ci à son acmé, d’autres indices imposent le passage à l’observation individuelle : couleur du scrotum, volume des organes génitaux, asymétrie dans l’appa­rition des poils des aisselles, alternance de duvet, poils drus et peau glabre, foncement dans la couleur des cheveux ou des yeux. Chez l’un ce sera l’apparition d’une ligne brune du nombril au pubis, chez l’autre un éclair nouveau dans l’iris. La mue de la voix constitue le point d’orgue de cette individualisation des signes : « il n’y a rien dans ce phénomène de véritablement absolu » (Godin, 1903 :184). Alors que plus tardivement ce critère sera utilisé par quelques pédiatres ou démographes (La Rochebrochard, 1999) comme un critère standardisé de mesure de la puberté, et non sans polémiques (Vinel, 2014), la mue de la voix est selon Godin, particulièrement difficile à saisir : elle se manifeste comme un changement par rapport à un état antérieur qui impose la connaissance de la sonorité et du timbre habituel de la voix de l’enfant ; elle peut avoir lieu et passer inaper­çue, car la voix peut être modifiée dans toute l’étendue de son échelle ; elle peut ne pas avoir lieu du tout ou encore intervenir en douceur, sans discordances et raucités.

36À l’encontre de modèles expérimentaux basés sur un nombre minimal de sujets, le cas de la voix démontre à quel point « la première condition d’une bonne observation est de suivre les mêmes enfants à travers les années de l’adolescence » (Godin, 1903 :184). La vie quotidienne se fait alors elle-même laboratoire : salles de classe, pelouses, cabinets de toilette permettent au regard de l’observateur de se déployer de manière longue et réfléchie. Aussi, le « coup d’œil » vient au secours du médecin et anthropologue pour fournir des signes « révélateurs du tempérament et souvent du caractère » (Godin,1913 :29). L’observateur

décèlera à coup sûr les rongeurs d’ongles […] il notera l’impression­nabilité au chaud et au froid, la sécrétion sudorale qui en résulte, ainsi que son siège tête, aisselles, pieds, en dehors d’une hyper-hydrose habituelle […] l’état du cœur, son volume, la manière dont il se com­porte dans les différentes circonstances de la vie de l’adolescent (Ibid. :29).

37Ces signes sont aussi bien physiques (la forme du nez, le prognathisme, le nombre de dents cariées, les attitudes physiques…), que « des marques de l’intelligence ou du tempérament » telles qu’elles se manifestent dans tous les lieux où les enfants exercent leurs activités (Ibid. :35). À la lumière des spécificités individuelles, le poids des « races » est relativisé : la diversité des origines et leurs croisements « s’opposent à l’établissement de toute moyenne ethnique » (Ibid. :12).

  • 28 « Le premier – le volume du cerveau – parce qu’il fait intervenir comme facteur la capacité du rése (...)

38Néanmoins, la séduction mathématique prend le dessus. Le souci de fournir aux éducateurs et aux médecins militaires un instrument simple d’évaluation de la croissance des individus, amène Godin à identifier la « formule individuelle de croissance » (Godin, 1913 :271-272) donnée par le rapport entre les volumes du crâne et du tronc, et donc entre vie psychi­que et vie végétative28. Cette formule est le reflet des exigences d’un contexte institutionnel qui, après 1905, est marqué par l’élargissement du service militaire à une part très importante de la jeunesse masculine française. La sélection rigoureuse des hommes aptes à l’armée qui s’impose dès 1873, a alimenté un ensemble de controverses sur le moment où le dé­veloppement physique des garçons atteint sa plénitude et sur les caractéristiques à posséder pour être « bons pour le service » (Royenette, 2000 :180 ss.) : ainsi le périmètre thoracique, la “capacité vitale” (mesurée par le spiromètre) ou le poids sont convoqués tour à tour pour jauger l’ap­titude à la vie militaire. D’autre part, comme le montre Roynette, le médecin est tenu à se prononcer très rapidement sur l’état physique des possi­bles conscrits alors que, à la fin du 19ème siècle, la durée de l’examen individuel n’est plus que de 38 secondes (Royenette, 2000 :191).

  • 29 Il suffit de penser aux débats sur l’indice de masse corporelle ou à la séduction exercée par « la (...)

39Ces débats ont sûrement influencé les conclusions de Godin, même si, au moment où il écrit, il est plus préoccupé par les applications éducatives que militaires des études sur la croissance, et notamment par la prise en compte des spécificités individuelles dans la relation entre maître et élève. L’attention aux personnes singulières semble se heurter à la simplification d’une formule soupesant l’activité cérébrale et vitale. Toutefois, ce n’est pas la première, ni la dernière tentative de réduire au chiffre la complexité de l’existence, ne fût-ce que biologique29.

VI. Renforcer la population ou perfectionner les individus ?

40Dans les travaux de Godin, on voit à l’œuvre une double technologie du pouvoir : dans l’une « le corps est individualisé comme organisme doué de capacités » et dans l’autre « les corps sont replacés dans des processus biologiques d’ensemble » (Foucault, 1994 :222). Il en offre un exemple lumineux mais, entre l’anatomo-politique du dressage individuel et la biopoliti­que œuvrant par la population, disparaît toute une dimension qui est celle de la critique sociale et qui est au cœur de cette école italienne de physiologie, dont il s’inspire pour ses travaux. Une brève comparaison avec le cas italien permet de mieux saisir la manière dont la mesure du corps masculin s’inscrit non seulement dans un contexte politique et institutionnel de régulation d’un âge de la vie – l’adolescence –, mais aussi dans un projet de renforcement d’une population masculine ayant à régénérer le corps social et à défendre la nation. Le corps des garçons devient l’étalon de mesure à partir duquel on jauge la validité des politiques de réduction des inégalités sociales ou des modèles éducatifs.

  • 30 Pour une analyse plus approfondie confer Cosmacini G., 1995 ; Diasio N., 1999, pp. 58-81.
  • 31 C’est le cas de ces pathologies multi-causales qui sont en réalité un ensemble de morbidités ; ains (...)

41Après des siècles de division et d’occupation par des puissances étrangères, l’État italien est unifié en 1861 par les troupes du Royaume de Savoie, non sans heurts et conflits, suite à la grande diversité des appareils institutionnels, à la permanence d’anciennes rivalités régionales ou loca­les, au choix des nouveaux dirigeants de privilégier le développement éco­nomique de certaines zones au détriment d’autres, aux résistances de l’É­glise, des propriétaires terriens et des nouvelles élites politiques à modifier durablement les conditions socio-économiques du pays. Il serait trop long de s’attarder ici sur la complexité de l’unification de l’État italien. On peut, toutefois, rappeler que sa constitution est à l’origine d’un lien spécifique entre médecine et politique30. La société que le nouvel État prend en charge n’est pas seulement hétérogène, elle est malade. En 1865 le choléra fait 150.000 victimes. En 1873 la relation parlementaire du clinicien Maggiorani sur les conditions sanitaires du pays dépeint un paysage désolé fait de phtisie, scrofule, rachitisme, pellagre, paludisme, syphilis et variole. La diversité des institutions de soin, héritage des États précédant l’unifica­tion, et la complexité du cadre épidémiologique sont très importantes31. La maladie entre dans le discours politique et social ; l’idée d’assainissement prend des contours amples et multiformes à partir d’un discours idéologi­que sur la santé qui fait de la notion d’hygiène la métaphore de la force po­tentielle du nouvel État. Car il s’agit d’une nation prise au piège d’une contradiction incurable : “jeune”, mais “malade”, elle a donc besoin d’être “assainie”.

  • 32 Nous avons des médecins chefs du gouvernement (Carlo Farini et Giovanni Lanza), ministres, parlemen (...)
  • 33 Confer l’usage de la notion d’ “anomalie” par Cesare Lombroso dans la lutte pour la répression du b (...)

42L’engagement des médecins en politique relève de ce contexte et prend des formes multiples32. D’une part, la science et la pratique médicales répondent au souci de contenir le danger qui émane des classes défavorisées, par une double et minutieuse opération de “civilisation des barbares” et de contrôle social. Alors que les enquêtes sur les conditions hygiéniques et sanitaires du royaume révèlent la misère, la faim, l’analphabétisme de la population, la maladie est envisagée comme l’origine de la détresse sociale et économique. Toute intervention doit être avant tout « sanitaire » pour « enlever ou atténuer tout ce qui est plus cruel pour la classe ouvrière et plus dangereux pour la vie civilisée » (Panizza, 1890 : V). Le corps, et notamment l’idée d’anomalie, sont mobilisés pour rendre compte de différences que les siècles et les hommes donnent pour insurmontables33.

  • 34 Ainsi la participation de Luigi Pagliani, réformateur, au gouvernement conservateur de Francesco Cr (...)

43D’autre part, des “physiologistes d’action”, des académiciens, des cliniciens, ou encore des “médecins des pauvres” préparent l’avènement de la médecine sociale par l’adhésion au matérialisme dans les sciences et, plus tard, au socialisme en politique. Il serait toutefois réducteur d’opposer simplement conservatisme et réformisme. Les trajectoires individuelles mènent parfois d’un pôle à l’autre, des collaborations sont possibles34, les débats et les pratiques se déploient dans un cadre extrêmement complexe où les positions médicales et politiques croisent des controverses philosophiques (par exemple dualisme vs monisme, animisme vs matérialisme), techniques (par exemple la place de l’expérimentation animale) ou religieuses (refus du finalisme vitaliste vs adhésion au culte de l’inconnais­sable).

  • 35 Selon Ulijaszek S. J., Johnston F. E., Preece M. A. (eds.), 1998. Luigi Pagliani (1847-1932) médeci (...)

44Les études sur la croissance et les débats sur sa mesure s’inscrivent dans ce ferment idéologique, scientifique et politique. Prenons le cas de la recherche de Pagliani, Sopra alcuni fattori dello sviluppo umano. Ricerche antropometriche (1875) qui constitue une référence dans les études auxologiques en Europe35. Cette étude, menée sur une cohorte de garçons de 10 à 14 ans, orphelins ou abandonnés, hébergés dans la colonie agricole Bonafous, permet de montrer l’influence des conditions de vie sur la croissance : une bonne alimentation à la place de la nourriture insuffisante ou de mauvaise qualité, des chambres bien aérées dans des logis salubres, la présence de vêtements chauds,

une activité dans les champs ou dans les ateliers, où l’effort est régulé à partir de la force et de la constitution physique de chacun […] une vie sociale et amicale à la place de l’existence vagabonde manquée par les coups et les mauvais traitements (Pagliani, 1876 :6).

45A 14 ans, début de la puberté masculine, un clivage sépare les enfants non-travailleurs de ceux qui sont employés dans les usines ou dans des lourdes charges physiques, dont les corps dénutris, affaiblis, épuisent leur croissance plus rapidement et de manière inaccomplie. Pour confirmer sa théorie, le médecin compare les garçons de l’Institut Bonafous à une population féminine étudiant dans un des instituts les plus prestigieux de la ville. Le développement des filles de classe aisée est non seulement plus important que celui des filles belges mesuré par Quételet, mais il dépasse aussi celui des orphelins garçons hébergés en Institut. Sa comparaison l’a­mène à mettre en discussion l’idée selon laquelle le développement masculin serait toujours plus important que son équivalent féminin, en revan­che affirme-t-il, « la puberté fait ressortir les différences sociales » (Pagliani, 1876 :67). Son ouvrage est dédié à Jacob Moleschott (1869, 1871), dont la physiologie de l’échange organique analyse le rapport entre dissipation et réintégration de matière et d’énergie, et donc la relation entre travail et nutrition.

46En 1891, La fatica d’Angelo Mosso, s’attarde aussi sur le lien entre données physiopathologiques, anthropométriques et socio-économiques. L’épuisement et la déplétion sont envisagés comme des facteurs qui empê­chent le développement des enfants : un pauvre à l’âge de dix-sept ans a la même taille qu’un riche de quatorze. Et décrivant les effets nuisibles du travail dans les mines de soufre, non seulement Mosso s’attarde sur l’exploitation des carusi, les enfants qui y travaillent, mais il rappelle que « la Sicile n’est pas un pays pauvre […] et malgré cela, nos populations y vivent dans la misère […] car les terres appartiennent à un nombre limité de propriétaires » (1936 :165, 168). Les recherches sur les conscrits menées par Ridolfo Livi (1905), comme par Pagliani et Mosso abondamment cités par Godin, théorisent « le retour de la puberté » chez ces individus (classes 1859 à 1863) qui, venant de familles pauvres et notamment du Sud de l’Italie, ont vu leur croissance s’arrêter et puis reprendre au moment du service militaire grâce à une alimentation plus riche et à de meilleures conditions de vie. Si l’atavisme lombrosien cherche la résurgence de traits primitifs dans la physionomie et les os de criminels, aliénés, prostituées, une autre vision du passé est sous-jacente aux travaux de ces physiologis­tes : le sentiment d’une exclusion de l’histoire qui relève de causes socia­les, un temps suspendu que, comme la puberté bloquée des conscrits étudiée par Livi, il s’agit de remettre en marche.

47Ces auteurs bien connus et cités par Godin s’appuient ainsi sur le retard pubertaire pour susciter des réformes sociales. La mesure vise à donner outils et légitimation à des opérations de renforcement ou de contrôle de la population. Cette question est rapidement évoquée par le médecin militaire français quand il rappelle que connaître le corps de l’enfant permet d’apprécier de manière plus précise le conscrit au conseil de révision com­me à la visite d’incorporation, ce qui est une inquiétude diffuse en France, surtout après la défaite contre les Prussiens et la Commune de Paris.

48Toutefois ses préoccupations applicatives se tournent ailleurs : le milieu est circonscrit à la salle de classe et à la relation maître-élève ; la critique sociale laisse le pas à la critique éducative ; sa visée pédagogique est plutôt celle d’apprendre « aux enfants à se gouverner eux-mêmes » (Godin, 1901 :6), leçon inspirée par les maisons anglaises d’éducation, et de ren­dre attentif les éducateurs à l’influence du développement corporel sur l’apprentissage et la concentration. Dans un texte sur L’attitude scolaire, Godin propose la “classe en action” qui remonte à Marie Pape-Carpantier, et qui est appliquée de 1860 à 1870 dans les écoles de petits enfants de la Ville de Paris :

Est-il un adulte capable de résister aux épreuves réitérées d’attention que les programmes modernes exigent de l’adolescent et même de l’enfant ? Classes et études se succèdent et trouvent l’élève constam­ment immobile, sans souci du supplice qui en résulte pour cet être qui est tout mouvement et pour qui l’action est une condition au développement régulier […] L’enfant s’ennuie en classe et, conséquence fatale, languit en études (Godin, s.d. :2-3, souligné par l’au­teure).

  • 36 Il s’inscrit ainsi dans le sillon du nouvel intérêt que l’activité physique et sportive prend à la (...)

49Aussi, les déformations de la colonne lombaire démontrent les dégâts de la station assise prolongée et viennent au secours d’une idée d’école qui accorde plus de place aux travaux manuels, à l’activité physique, voire à l’accomplissement de tâches domestiques par rapport aux longues heures consacrées au travail intellectuel abstrait propre aux écoles françaises. « Les interminables séjours à l’école » (Godin, s.d. :146) diminuent la vitalité de l’adolescent, l’éloignent de la vie, lui instillent un dégoût rédhibitoire pour les activités pratiques et de plein air36.

  • 37 « Il n’y a de durable et du solide que ce qui est fondé sur la liberté. C’est la loi du progrès. C’ (...)

50Cette vision de l’éducation, inspirée de l’école nouvelle de Demolins (1898), intéresse surtout Godin pour l’importance donnée à des pratiques individualisantes, qui prennent en compte les penchants, les goûts de l’en­fant, sa liberté37. L’individualisation constitue l’autre face de la standardisation : en cherchant à multiplier les critères à prendre en compte pour s’approcher au plus près des transformations du corps adolescent, Godin finit par souligner à quel point chaque trajectoire de croissance est spécifi­que. Il revient alors au médecin de comprendre « l’individualité somati­que » de l’enfant (Godin, 1913 :174), de la situer dans un développement qui lui est propre et où entrent en compte les facteurs de la vie intra-utéri­ne, les caractéristiques physiques, intellectuelles, psychologiques, l’éduca­tion donnée par les parents, les marques de l’hérédité, le contact avec les autres enfants, les préconisations des éducateurs. À l’aune de cette histoire personnelle, le médecin et l’enseignant évaluent les risques et les potentialités de l’adolescence : si les organes, comme nous l’avons souligné, se développent suivant chacun un rythme propre, il faut savoir discerner à quel moment une partie du corps est la plus réceptive pour recevoir les marques de l’éducation, le choix d’une activité physique ou intellectuelle devant être en ligne avec ce développement individualisé. Améliorer les performances intellectuelles et physiques de chaque enfant par son « individualisation » (Godin, s. d. :8), tel est le projet du médecin français.

51Cette individualisation est également le fait d’une organisation scolaire spécifique :

Quand le nombre des élèves par classe ne dépassera pas vingt, le maître chargé d’instruire ce petit groupe aura la possibilité de connaître chacun de ses éléments, de réunir sur chacun les renseignements généraux, les documents physiologiques et psychologiques né­cessaires à tout éducateur : il pourra ensuite s’appliquer à surveiller l’attitude de ses élèves en classe ou en étude, et même parfois laisser assis tel écolier et debout tel autre, s’attachant ici comme pour d’au­tres détails de l’enseignement à individualiser son action aussi souvent que des questions d’ordre général n’y apporteront pas un irréductible veto (Ibid, s.d. :8, souligné par l’auteure).

52Une foule d’indications sur la station debout et assise, sur les chaises ou les tables souvent inadaptées aux dimensions de l’enfant, sur les gestes à adopter afin se servir des deux mains, sur les jeux et les temps de repos, renvoient à une manière globale de construire l’individu par le corps et par le cadre matériel. Godin ira jusqu’à préconiser un mobilier scolaire adapté à la conformation physique de chaque élève et, à défaut d’un tel investissement, l’autorisation à adopter des postures personnalisées pour améliorer les performances scolaires.

53Si pour Pagliani ou Mosso l’objectif de la “bonne” croissance est d’at­teindre un standard “normalisé” qui témoigne d’un perfectionnement social et d’une amélioration collective des conditions de vie, le corps en devenir de l’adolescent se prête pour Godin à l’accomplissement d’un perfectionnement personnel par une intensification de ses potentialités physiques et, par-là, intellectuelles. Ces deux positionnements ne sont pas exclusifs, même si l’accent est porté plutôt sur l’individu, chez le médecin français, et sur la population chez les physiologistes transalpins. Toutefois, ce regard critique sur les effets physiques des inégalités s’estompe progressivement : la crispation des conflits sociaux, l’émergence de mouvements nationalistes et identitaires, la crise de l’équilibre entre États et l’a­vènement de la Première Guerre mondiale s’accompagnent d’une crise profonde de l’idée de progrès et de la confiance dans le futur. Alors que sur la vie sociale s’allongent des ombres de plus en plus épaisses, la perfectibilité semble possible à l’échelle individuelle, par un exercice au bonheur, à l’efficacité, à la vie pleine, dont le fonctionnement organique recèle les ressorts cachés.

VII. Conclusions

54Selon l’historienne Michèle Perrot, la fin du 19ème et l’aube du 20ème siècles sont marquées par « une crise générale des disciplines traditionnel­les […] où la jeunesse tient une place de choix » (2007 :75). La conception de l’adolescence comme étant la période la plus critique du développement corporel et moral, après celle de la petite enfance, s’affirme tant comme une préoccupation scientifique – comprendre comment elle se manifeste et quels en sont les ressorts physiologiques et psychologiques – que politique. Il s’agit de comprendre comment la réguler et transformer les risques associés à la croissance et à la puberté en potentialités au service de la collectivité nationale ou du perfectionnement individuel. Les normes de croissance qui font l’objet des écrits ici présentés sont élaborées dans des institutions et à des occasions qui encadrent la vie adolescente : l’école, l’armée, l’usine, les orphelinats, les maisons de redressement, ou encore l’entrée dans la nubilité ou dans la vie militaire comme parachèvements d’une identité adulte et masculine. Par le corps et ses mo­ments de transformation, on interroge la scansion des âges de la vie, ainsi que les statuts, les places et les responsabilités qui y sont associées. Les écrits de Paul Godin semblent sous-tendus par une question qui, par le biologique, interroge le social : quand finit l’adolescence et quand un jeune peut-il relever la génération précédente ? Cette interrogation déclinée au masculin annonce une époque de questionnement sur la transmission qui aboutira à la métaphysique de la jeunesse et son usage en tant que métaphore du changement social (Passerini, 1996 :240).

55Mais la régulation biopolitique des forces sociales et individuelles passe en premier lieu par un gouvernement des temps. Le corps de l’enfant et de l’adolescent est minutieusement cartographié ; ses segments, même minuscules, donnent prise à une spatialisation et à une mensuration du flux temporel ; la mise en évidence des lois de la croissance permet d’identifier derrière des rythmes apparemment aléatoires, une marche du temps téléologique. L’étude de l’adolescence se construit en écho de l’embryologie, elle cristallise des interrogations sur la morphologie comme étude des for­mes du vivant et de leur transformation. Comme la vie embryonnaire, la puberté et l’adolescence donnent à voir les multiples facteurs qui interviennent dans le développement du corps humain, leur succession, leur lo­gique : il s’agit d’une ontogénèse sur un mode mineur, riche toutefois en dangers, car elle produit l’adulte et reproduit l’héritage des parents. La pu­berté constitue le point d’orgue de cet accomplissement de l’être – physi­que et psychologique – qui relie la vie intra-utérine à l’avènement des générations futures.

56Les données sur la croissance se plient également à une réflexion plus générale sur l’évolution de la société et son adéquation à la bonne marche de l’histoire. Le cas italien montre les enjeux politiques de ces mesures corporelles dans le cadre de la constitution d’un État-nation profondément divisé, marqué par les inégalités sociales et territoriales. À l’aune du corps des garçons, on met en place – ou on évalue – des politiques publiques, ou encore, comme dans le cas de Paul Godin, on soutient des réformes éducatives. Les normes de croissance constituent ainsi un idéal auquel se conformer afin que l’adolescent tienne sa promesse de régénération collective.

  • 38 L’enfant perfectible décrit par Godin n’est pas “l’enfant parfait” qui, dans la société contemporai (...)

57Toutefois, la standardisation des mensurations, l’établissement de nor­mes de développement et la recherche de régularités régissant la maturation des corps, ne se posent pas forcément en antithèse avec une approche plus individualisante, basée sur le paradigme indiciaire de la clinique. Les normes en appellent aux exceptions, la multiplication et l’affinement des critères induisent une attention de plus en plus poussée à la singularité. Le terme “oscillation” revient souvent pour désigner à la fois la recherche de moyennes statistiques et leur impossibilité absolue. Les écrits de Godin aboutissent ainsi à une formule de croissance individuelle censée identifier pour chaque enfant les meilleures “prises” corporelles afin d’en intensifier les capacités. A la veille de la Première Guerre mondiale, alors que déjà se lézarde la confiance dans le progrès social, l’idée de perfectibilité individuelle prend une importance croissante dans les écrits de ce médecin militaire38.

  • 39 L’expression est utilisée par Godin tout comme par Rose et Novas en 2004, même si en référence à de (...)

58Cette idée de perfectibilité, inscrite dans le corps et ses technologies, anticipe de manière encore embryonnaire quelques formes prises par la biopolitique dans la société contemporaine que nous ne pouvons qu’évo­quer : la séduction pour les sciences cognitives et les neurosciences même quand elles sont appliquées à l’éducation ; « le regard moléculaire » (Rabinow/Rose, 2006 :206) porté sur les individus ; l’appartenance à des grou­pes à partir du partage de caractéristiques bio-génétiques communes (Ibid.) ; la fascination pour le chiffre comme analyseur de l’individuali­té (Pharabod/Nikolski/Granjon, 2013) ; un investissement sur soi dont l’objectif est l’intensification de la vie elle-même par la prise en compte et le renforcement des “susceptibilités” (Rose, 2007 :84 ss.) : « our contemporary biopolitics is not defined by health and illness […] it is a space of problems concerning the optimization of life itself » (Ibid. :82). Sans vouloir attribuer à Godin et à ses contemporains des réflexions qui sont les nôtres, il nous semble que, dans leurs travaux, s’amorce un questionnement très contemporain sur la manière dont le corps, ses prises, les techni­ques qu’il suscite, participent à l’amélioration de soi en tant qu’« individu­alité somatique »39, et ceci tout particulièrement à l’enfance et à l’adoles­cence. Identifier des critères standardisés, les affiner, les mesurer au plus près des singularités individuelles et les calibrer dans une configuration spécifique à chacun pour le rendre plus performant, nous semble participer de ce processus.

59Toutefois, dans les travaux que nous venons d’analyser et qui s’échelonnent entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècles, ce n’est pas au sujet que revient ce travail de perfectionnement. Le “soi” se cache encore dans les plis des disciplines. Si, dans la société contemporaine, les enfants et les adolescents sont enjoints, dès le plus jeune âge, à se prendre en charge, à se gouverner, à intensifier leurs potentialités par de “bonnes conduites” fondées sur la maîtrise de risques et de plaisirs (Diasio, 2010), à l’aube du 20ème siècle, les jeunes sont plutôt agis qu’agissants dans l’op­timisation de la croissance et dans l’épanouissement de leurs potentialités corporelles. Loin de l’intériorisation de la surveillance, c’est aux médecins et aux éducateurs que revient la tâche ardue de comprendre et d’accom­pagner ce qui, dans le quotidien de l’enfant et de l’adolescent, est incontrôlable, évident et inéluctable : le mouvement, l’action, la transformation, bref la vie en soi.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Anonyme,
1878 Les âges critiques de la femme (puberté-ménopause). Guide des mères de famille, des maitresses de pension et des directrices d’établissements religieux, Paris, Imprimerie Goupy et Jourdan.

Beaugrand E.,
1865 “Adolescence”, dans Dechambre A. (éd.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, t. 2, Paris, G. Masson et P. Asselin, p. 39.

Bernard C.,
1984 Introduction à la médecine expérimentale, Paris, Flammarion, [1890].

Bertillon A.,
1883 “Age”, dans Bertillon A., Hovelacque A., Coudereau C. A. et al. (dir.), Dictionnaire des sciences anthropologiques, Paris, Octave Dion, Mar­pon et Flammarion, pp. 17-18.

Bowditch H. P.,
1877
The growth of children, Boston.

De Giovanni A.,
1892 “Prolegomeni clinici”, dans
Cantani A., Maragliano E. , Trattato italia­no di patologia e terapia medica, Milano, Vallardi, pp. 1-25.

Demolins E.,
1898 L’Éducation nouvelle, Paris, Firmin Didot.

Godin P.,
1901 Les maisons militaires d’éducation en Angleterre, Paris, Henri Charles-Lavazuelle.
1902 “Recherches anthropométriques sur la croissance des différentes parties du corps. Détermination de l’adolescent type aux différents âges pubertaires d’après 36 000 mensurations”, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, V° série, t. 3, pp. 717-719.
1903 Recherches anthropométriques sur la croissance des diverses parties du corps, Paris, Maloine.
1909 “De la puberté à la nubilité chez l’adolescent moyen au point de vue de la croissance”, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, V° série, t. 10, pp. 497-501.
1910 “Les proportions du corps pendant la croissance”, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, VI° série, t. 1, pp. 268-297.
1911 “Essai d’explication du rôle de la puberté chez l’homme”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. 2, pp. 267-279.
1913 La croissance pendant l’âge scolaire. Applications éducatives, Neuchâtel, Délachaux et Niestlé.
1926 “Note sur la croissance du crâne et de la face dans le sexe masculin entre 13 et 23 ans”, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, VII° série, t. 7, fasc.1-3, pp. 48-50.
s. d. L’attitude scolaire, Paris, Henry Paulin & Cie.

Godin H., Godin P.,
1881 Essai sur l’éducation physique des enfants dans la famille et au collège, Paris.

Hall S. G.,
1904
Adolescence, London-New York, Appleton.

Lagneau,
1898 Remarques anthropologiques, médicales et démographiques sur la validité du soldat et sur la durée du service, Académie de Médecine, 5 janvier 1898.

Livi R.,
1905 Antropometria militare. Risultati ottenuti dallo spoglio dei fogli sanitari dei militari delle classi 1859-1863 eseguito dall’Ispettorato di Sanità militare. Parte II, Dati demografici e biologici, Roma, Giornale medico del Regio Esercito.

Luciani L.,
1912
Fisiologia dell’uomo. vol. 1, Milano, Società Editrice Libraria, [1901].

Manouvrier L.,
1883a “Age”, dans Bertillon A., Hovelacque A., Coudereau C. A. et al., Dictionnaire des sciences anthropologiques, Paris, Octave Dion, Marpon et Flammarion, pp. 13-17.
1883b “Croissance”, dans Bertillon A., Hovelacque A., Coudereau C. A. et al., Dictionnaire des sciences anthropologiques, Paris, Octave Dion, Marpon et Flammarion, pp. 350-356.
1902 “Étude sur les rapports anthropométriques en général et sur les proportions du corps”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, IIIème série, t. 2, fasc.3, pp. 1-204.

Mendousse P.,
1907 L’âme de l’adolescent, Paris, Felix Alcan.

Molenschott J.,
1869
La circolazione della vita, Milano, Brigola.
1871 Dell’alimentazione. Trattato popolare, Milano Treves.

Mondière A. T.,
1883a “Puberté”, dans Bertillon A., Hovelacque A., Coudereau C. A. et al., Dictionnaire des sciences anthropologiques, Paris, Octave Dion, Marpon et Flammarion, pp. 941-942.
1883b “Taille”, dans Bertillon A., Hovelacque A., Coudereau C. A. et al., Dictionnaire des sciences anthropologiques, Paris, Octave Dion, Marpon et Flammarion, pp. 1034-1035.

Mosso A.,
1911
L’educazione fisica della gioventù – della donna, Milano, Treves.
1936
La fatica, Milano, Treves [1891].

Pagliani L.,
1876
Sopra alcuni fattori dello sviluppo umano. Ricerche antropometriche, Torino, Stamperia Reale [1875].

Panizza M.,
1890
Risultati dell’inchiesta istituita da Agostino Bertani sulle condizioni sanitarie dei lavoratori della terra in Italia, Roma, Stabilimento tipografico italiano.

Quételet A.,
1997 Physique sociale ou Essai sur le développement des facultés de l’homme, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, [1896].

Raciborski A.,
1868 Traité de la menstruation. Ses rapports avec l’ovulation, la fécondation, l’hygiène de la puberté et de l’âge critique, son rôle dans les différentes maladies, ses troubles et leurs traitements, Paris, Baillère.

Villermé L.,
1829
“Mémoire sur la taille de l’homme en France”, Annales d’hygiène et de médecine légale, t. 1, pp. 351-395.

Wiasemsky N. W.,
1907 Influence des différents facteurs sur la croissance du corps humain, Paris, Maloine.

Travaux

Armstrong D.,
1983
Political Anatomy of the Body. Medical Knowledge in Britain in the Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University Press.
1986 “The invention of infant mortality”,
Sociology of Health and Illness, vol. 8, n° 3, pp. 211-232.
1995 “The rise of surveillance medicine”,
Sociology of Health and Illness, vol. 17, n° 3, pp. 393-404.

Becchi E.,
1998 “Le XIXème siècle”, dans Becchi E., Julia D. (dir.), Histoire de l’enfance en Occident. vol. 2. Du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Seuil, pp. 157-238.

Cosmacini G.,
1989 Medicina e sanità in Italia nel Ventesimo secolo. Dalla ‘spagnola’ alla Seconda Guerra Mondiale, Bari, Laterza.
1995
Storia della medicina e della sanità in Italia, Bari, Laterza.

Cozzi D., Vinel V.,
2015 “Risky, early, controversial. Puberty in Medical Discourse”,
Social Science and Medicine, n° 143, pp. 287-296.

Crépin A., Roynette O.,
2009 “Jeunes hommes, jeunesse et service militaire au XIXème siècle, dans Bantigny L., Jablonka I. (dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France XIXème-XXIème siècle, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 67-82.

De Martino E.,
1975
Morte e pianto rituale : dal lamento pagano al pianto di Maria, Torino, Bollati Boringhieri [1958].

Diasio N.,
1999 La science impure. Anthropologie et médecine en France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Paris, Presses Universitaires de France.
2007 “Nascite parallele : menopausa e soggettività femminile nell’età romantica”, dans Diasio N., Vinel V. (dir.), Il tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milano, Franco Angeli, pp. 141-164.
2010 “Children and food: ambivalent connections between risk, moral technologies, and fun”, dans De Beaufort I., Vandamme S., Vande Vathorst S. (eds.), Who’s weight is it anyway: essays on ethics and eating, Ghent, Acco Publisher, pp. 55-66.

Di Spurio L.,
2016 Comment l’adolescence vient aux filles : discours, modèles et réalités. Une histoire de l’adolescence féminine en Belgique francophone de 1919-1960, Thèse de doctorat en histoire, Université Libre de Bruxelles, 2016.

Dorlin E.,
2008 La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La découverte.

Doron C.-O.,
2016 L’homme altéré. Races et dégénérescence (XVIIème-XIXème siècles), Paris, Champ Vallon.

Duval N.,
2008 “Éléments pour une biographie d’Edmond Demolins, promoteur du ‘particularisme’ ”, Société d’économie et de sciences sociales, vol. 1, n° 147-148, pp. 177-187.

Fabian J.,
1983
Time and Other. How Anthropology makes its Objects, New York, Columbia University Press.

Foucault M.,
1997 Il faut défendre la société. Cours au Collège de France 1976, Paris, Gallimard.
1999 Les Anormaux. Cours au collège de France 1974-1975, Paris, Gallimard.

Fournier T., Jarty J.,
2019 “Gouverner les ‘mille premiers jours de vie’. Quelles résistances possibles face à la biolégitimité du ‘care alimentaire’ ”, Revue des Sciences Sociales, n° 61, pp. 14-23.

Ginzburg C.,
1986 “Spie. Radici di un paradigma indiziario”, dans Ginzburg C., Miti, emblemi, spie : morfoligi e storia, Torino, Einaudi, pp. 158-209.

Guillo D.,
2012 “Les usages de la biologie en sciences sociales. Comparaison entre le naturalisme socio-anthropologique du dix-neuvième siècle et celui d’aujour­d’hui”, Revue européenne des sciences sociales, n° 50-51, pp. 191-226.

Jay Gould S.,
1997 La Mal-Mesure de l’Homme, Paris, Odile Jacob.

Kelle H.,
2010 “Age-appropriate development as measure and norm. An ethnographic study of the practical anthropology of routine pediatric checkups”,
Childhood, vol. 17, n° 1, pp. 9-25.

La Rochebrochard de E.,
1999 “Les âges à la puberté des filles et des garçons en France. Mesure à partir d’une enquête sur la sexualité des adolescents”, Population, n° 6, pp. 933-962.

Le Breton D.,
2013 Une brève histoire de l’adolescence, Paris, Béhar.

Magli I.,
1982
La femmina dell’uomo, Bari, Laterza.

Martin E.,
2007 “The egg and the sperm : how science has constructed a romance based on stereotypical male-female roles”, dans
Lock M., Farquhar J. (eds.), Beyond the Body Proper. Reading the Anthropology of Material Life, Durham, Duke University Press, pp. 417- 427.

Morange M.,
2016 Une histoire de la biologie, Paris, Seuil.

Moravia S.,
1982 Filosofia e scienze umane all’età dei Lumi, Firenze, Sansoni.

Passerini L.,
1996 “La jeunesse comme métaphore du changement social”, Levi G., Schmitt J-Ch. (dir.), Histoire des jeunes en Occident. vol. 2 L’époque contemporaine, Paris, Le Seuil, pp. 339-407.

Perrot M.,
2007 “Dans le Paris de la Belle Époque, les « Apaches », premières bandes de jeunes”, La lettre de l’enfance et de l’adolescence, vol. 1, n° 67, pp. 71-78. [1979].

Pharabod A.-S., Nikolski V., Granjon F.,
2013 “La mise en chiffres de soi. Une approche compréhensive des mesures personnelles”, Réseaux, 1, 177, pp. 97-129.

Piccand L.,
2015 “Mesurer la puberté. La médicalisation de l’adolescence en Suisse, 1950-1970”, Travail, genre et société, n° 34, pp. 57-72.

Quincy-Lefebvre P.,
2009 “Droit, régulation et jeunesse. Réforme de la majorité pénale et naissance des 16-18 ans à la Belle Epoque”, dans Bantigny L., Jablonka I. (dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France XIXème-XXIème siècle, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 95-108.

Rabinow P.,
2010 “L’artifice et les Lumières : de la sociobiologie à la biosocialité”, Politix, vol. 23, n° 90, pp. 21-46.

Rabinow P., Rose N.,
2006 “Biopower Today”,
BioSocieties, n° 1, pp. 195-217.

Raman S., Tutton R.,
2010 “Life, Science and Biopower”,
Science, technology & Human Values, vol. 35, n° 5, pp. 711-734.

Raveau F. H. M.,
1983 “Des ambiguïtés de l’anthropologie médicale”, Cahiers d’anthropologie et de biométrie humaine, vol. 1, n° 2, pp. I-VI.

Richters A.,
1987
Medical Anthropology : from Applied to Critical Science, texte présenté au Werner Reimers Meeting The development of medical anthropology : the European and American approach, Bad Homburg, May 14th-16th.

Robert Ph., Lascoumes P., Kaluszynski M.,
1986 “Une leçon de méthode : le mémoire de Manouvrier de 1892 ”, Déviance et société, vol. 10, n° 3, pp. 223-246.

Rollet C.,
2015 “La révolution française aurait-elle contribué à avancer l’âge à la puberté des filles ?”, Ethnologie française, vol. XLV, n° 4, pp. 607-619.

Rose N.,
2007
The Politics of Life Itself. Biomedicine, Power, and Subjectivity in the Twenty-First Century, Princeton, Oxford, Princeton University Press.

Rose N., Novas C.,
2004 “Biological citizenship”, dans
Ong A., Collier S.J. (eds.), Global Assemblages : Technology, Politics, and Ethics as Anthropological Problems, Oxford, Blackwell, pp. 439-463.

Roynette O.,
2000 “Bons pour le service”. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXème siècle, Paris, Belin.

Schaffer S.,
1994
From Physics to Anthropology – and Back Again, Cambridge, Prickly Pear Press.

Thiercé A.,
1999 Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, Belin.

Turmel A.,
2014 Une sociologie historique de l’enfance. Pensée du développement, catégorisation et visualisation, Québec, Presses Universitaires de Laval.

Ulijaszek S. J., Johnston F. E., Preece M. A. (eds.),
1998
The Cambridge Encyclopedia of Human Growth and Development, Cambridge, CUP.

Van Gennep A.,
1998 Le folklore français. vol. 1 Du berceau à la tombe, Paris, Robert Laffont [1948].

Vigarello G.,
2001 Le corps redressé, Paris, Armand Colin.

Vinel V.,
2014 “Controverses médicales autour de la puberté : précocité féminine et invisibilité masculine”, Revue des Sciences Sociales, n° 51, pp. 64-73.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré :

Présentation : Cet article analyse la manière dont, entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècles, l’enfant et l’adolescent son pris dans des machines à observer qui, par la mesure des corps, ont l’objectif de fixer les standards de la croissance dite “normale”, d’instituer des âges et leurs passages à un moment d’interrogation générale sur les seuils séparant l’adolescence de la condition adulte, d’interroger les rythmes de développement de la vie et de transformation de l’humain. L’évaluation et l’accompagne­ment de la croissance constituent ainsi les clés de voûte d’un plus vaste processus biopolitique de gouvernement des individus et des groupes sociaux par un travail de régulation et d’ingénierie du temps. A partir des écrits du médecin Paul Louis Gabriel Godin (1859-1936), nous analysons le rapport entre corps et temps tel qu’il se manifeste aussi bien dans ses travaux d’anthropométrie auprès d’une cohorte de jeunes de 13 à 18 ans, que dans ses analyses cliniques ou à visée éducative. Ces méthodes se donnent à voir comme des approches complémentaires car les normes en appellent aux exceptions et la multiplication et l’affinement des critères induisent une attention de plus en plus poussée à la singularité et à l’individualisation des signes de la croissance (ex. la voix ou le tempérament). Une comparaison est esquissée ensuite avec des études sur la croissance des garçons, conduites à la même époque en Italie, après l’unification natio­nale et lors des controverses politiques sur les disparités socio-économiques du territoire. À l’aune de la croissance masculine on mesure, dans les deux pays, même si avec des priorités et des inflexions différentes, la portée des inégalités sociales, la différence des modèles éducatifs ou sanitaires, la nécessité d’accompagner “scientifiquement” des politiques publiques.

Théorie : La contribution s’inscrit dans une réflexion plus générale de l’auteure sur la manière dont le gouvernement du temps et de l’instabilité des corps constitue une dimension centrale de la régulation biopolitique des personnes et des groupes. La démarcation des âges de la vie – enfance et adolescence notamment – ainsi que des seuils qui les séparent, est appréhendée comme un moment d’élection dans la mise en place d’un corps politique permettant des surfaces d’intervention multiples. Les travaux anthropo­métriques et médicaux analysés dans notre contribution nous permettent en outre de faire la généalogie d’un mouvement plus contemporain d’optimisation de soi, de son corps, de ses facultés. A travers le respect des “bonnes” normes de croissance, la figure de l’adolescent incarne ainsi une promesse de perfectionnement individuel et, par ce temps bien réglé, de régénération collective.

Méthodologie : L’article se base sur une analyse socio-historique et anthropologique des écrits de Paul Louis Gabriel Godin (1859-1936), médecin militaire français à l’école d’enfants de troupe, membre de la Société française d’anthropologie, spécialiste de l’hygiène infantile et scolaire. Ses recherches combinent une approche anthropométrique basée sur un nombre important des mensurations relevées et sur un suivi régulier des enfants entre 13 et 18 ans et une, plus clinique, basée sur l’observation individuelle. Ces travaux sont également mis en perspective avec des recherches menées sur la croissance, à la même époque, dans l’Italie post-unitaire par des hygiénistes et physiologistes comme Luigi Pagliani, Angelo Mosso et Ridolfo Livi.

Résultats : Dans un premier temps, le texte analyse les dispositifs d’observation et de mesure qui permettent de cartographier un corps adolescent, marqué par l’instabilité et des changements apparemment aléatoires. Nous montrons ensuite à quel point l’intérêt pour la croissance et la puberté s’inscrit dans de nombreux débats portant sur la définition des seuils entre les âges dans une perspective de régulation de l’enfance et de la jeunesse (assistance publique, scolarisation obligatoire, controverses sur le service militaire personnel, sur la majorité pénale et matrimoniale, inquiétudes collectives sur la jeunesse délinquante et transgressive). La puberté est envisagée par Godin comme le point d’orgue d’un accomplissement de l’être – physique et psychologique – qui relie la vie intra-utérine à l’avènement des générations futures. La conception de l’adoles­cence comme étant la période la plus critique du développement corporel et moral, après celle de la petite enfance, s’affirme comme une préoccupation tant scientifique que politique qui vise à comprendre comment la réguler et transformer les risques qui y sont associés en potentialités au service de la collectivité nationale ou du perfectionnement individuel. La comparaison permet ensuite de mieux saisir comment la mesure du corps masculin s’inscrit non seulement dans un contexte politique et institutionnel de régulation d’un âge de la vie, mais aussi dans un projet de renforcement d’une population masculine ayant à régénérer le corps social et à défendre la nation.

Discussion : La régulation biopolitique des forces sociales et individuelles passe par un gouvernement des temps. Le corps de l’enfant et de l’adolescent est minutieusement cartographié ; ses segments, même minuscules, donnent prise à une spatialisation et à une mensuration du flux temporel ; par les rythmes de la croissance il s’agit d’établir des régularités et des lois dans le processus continu de transformation du vivant. Les écrits de Godin permettent aussi d’analyser la cohabitation de deux manières de penser le corps apparemment contradictoires : l’une axée sur des mensurations fixant des standards universels, l’autre basée sur le paradigme indiciaire de la clinique et mettant en valeur des spécificités personnelles. Les données sur la croissance se plient enfin à une réflexion plus générale sur l’évolution de la société et son adéquation à la bonne marche de l’histoire. À l’aune du corps des garçons, on jauge la validité des politiques de réduction des inégalités sociales ou des modèles éducatifs.

Structured summary

Presentation: This article analyses how, between the late 19th and early 20th centu-ry, the child and the adolescent were considered in observation mechanisms which, in measuring bodies, had the goal of setting standards of a growth called “normal”, es-tablishing ages and their points of passage at a time when inquiry into the thresholds separating adolescence from the adult condition was prevalent, studying the rhythms of life that develop and transform human beings. The evaluation and accompaniment of growth thus constitute the keystones of a vaster bio-political process for governing in¬dividuals and social groups through a work of regulation and time engineering. Based on the writings of Doctor Paul Louis Gabriel Godin (1859-1936), we analyse the relationship between body and time as it appears both in his work of anthropome-try among a group of 13 to 18-year-old youths, and in his clinical or educationally oriented analyses. Those methods prove to be complementary approaches for the norms pa¬ve the way to exceptions and the multiplication and refinement of criteria induce an in¬creasingly thorough attention to the singularity and individualization of the signs of growth (e.g. the voice or temperament). A comparison is then outlined with studies on the growth of boys, carried out at the same time in Italy, after the na-tional unification and at a time of political controversies on regional socio-economic disparities. In both countries, even if with different priorities and emphases, in as-sessing based on male growth, they measure the weight of social inequalities, differ-ences in educational or health models, as well as the need for “scientifically” accom-panying public policies.

Theory: The contribution forms part of a more general reflection by the author on how the government of the time and the instability of bodies is a central dimension in the bio-political regulation of peoples and groups. Demarcating the stages of life – childhood and, notably, adolescence as well as the thresholds which separate them, is understood as a moment of choice in setting up a body politic allowing multiple areas of intervention. The anthropometric and medical works analysed in our contribution moreover enable us to do the genealogy of a more contemporary movement of opti-mization of the self, of one’s body and faculties. Through the respect of “good” norms of growth, the figure of the adolescent thus incarnates a promise of individual im-provement and, in well regulating this period, of collective regeneration.

Methodology: The article is based on an socio-historical and anthropological analy-sis of the writings of Paul Louis Gabriel Godin (1859-1936), a French military doctor at the school for children of the military, a member of the French society of anthro-pology, a specialist in child and school health. His research works combine an an-thropometric approach based on a vast number of measurements taken and on a regu-lar follow-up of children between 13 and 18 and a more clinical one based on indi-vidual ob¬servation. This work is also placed in perspective with research undertaken on growth, at the same time, in post-unification Italy by hygienists and physiologists like Luigi Pagliani, Angelo Mosso and Ridolfo Livi.

Results: Initially, the text analyses the observation and measurement mechanisms al-lowing us to map out an adolescent body, marked by instability and apparently ran-dom changes. We then show the extent to which interest in growth and puberty fits into nu¬merous debates relating to the definition of thresholds between life stages in a perspective for regulating childhood and youth (public assistance, obligatory school-ing, controversies on military service personnel, on penal and matrimonial adulthood, as well as collective concerns involving delinquent and transgressive youths). Puberty is envi¬saged by Godin as the high point in the – physical and psychological – achievement of the being, connecting intra-uterine life with the advent of future gen-erations. The conception of adolescence as being the most critical period in corporal and moral develop¬ment, after that of early childhood, is affirmed both as a scientific and a political concern embodying an effort to understand how to control it and trans-form the risks associated with it into potentialities in service to the national commu-nity or individual improvement. The comparison then affords us a better grasp of how measurement of the male body not only fits into a political and institutional context of regulating a stage of life, but also into a project for reinforcing a male population having to regenerate the social body and defend the nation.

Discussion: The bio-political regulation of social and individual forces involves the government of the time. The body of the child and adolescent is minutely charted ; its segments, even tiny, give rise to a spatialization and measurement of temporal flow ; through the rhythms of the growth this involves establishing regularities and laws in the continuous process of transformation of the living. Godin’s writings also allow us to analyse the cohabitation of two – apparently contradictory – ways of thinking the body: one centred on measurements fixing universal standards, and another based on the indicial paradigm of the clinic and valorizing personal specificities. The data on growth finally yield to a more general reflection on the evolution of society and its adequacy for the advancement of history. Measuring the boys’ bodies gauges the va-lidity of policies reducing social inequalities and fostering educational models.

Haut de page

Notes

1 Le christianisme conservateur de Morel est par exemple très loin du racisme de Gobineau. La diversité des courants théoriques dans un cadre commun est bien décrite par Guillo D., 2012, qui montre comment l’anatomie comparée dessine un champ de la pensée fondé sur trois concepts : l’organisation du vi­vant, la classification et le développement.

2 Confer le cas de Bertillon qui est dans une double démarche d’identification des individus et des grou­pes d’âge.

3 Confer, en 1890, la leçon de Claude Bernard, sa vision de la science inspirée par l’observation et la constatation des faits, par la preuve scientifique et par l’expérience en tant que médiatrice entre le savant et les phénomènes étudiés (Bernard Cl. ,1984).

4 L’enfant est au cœur des utopies sociales et philosophiques de ce siècle, il fait figure de parangon là où on s’interroge sur le passage de l’état de nature à l’état social, de la sauvagerie à la civilisation, de la normalité à la pathologie. « Époque fondatrice, fabuleuse et perdue de l’existence » (Becchi E., 1998, p. 161), l’enfance témoigne à la fois du passé de l’homme, tout en annonçant les signes de son avenir.

5 Sur la transformation profonde des pratiques d’observation des enfants voir Turmel A., 2014. Cet ouvrage magistral est toutefois plus centré sur la place des savoirs psycho-pédagogiques et cognitifs, que sur cette galaxie où se rencontrent médecine et anthropologie et qui produit, par l’interrogation sur l’altérité, de nombreux travaux autour de la croissance des enfants, dont ceux de la médecine militaire et de la pédiatrie.

6 Très critiquée dès son apparition, cette théorie a quand même marqué durablement l’humus scientifi­que de son époque (Morange M., 2016).

7 Même si le questionnement sur la maturation physique et psychologique des élèves officiers et des conscrits n’est pas étranger, comme on le verra, à ses préoccupations.

8 Ces mesures sont politiques dans les trois sens du mot : évaluation d’une grandeur, appréciation, moyen pour mettre en œuvre une action.

9 Défini dans les comptes rendus de la Société française d’histoire de la médecine comme le père de l’auxologie, lauréat de l’Académie de médecine et de la Société d’anthropologie de Paris, Godin n’est toutefois jamais cité dans les études plus récentes sur le développement enfantin. Il en est un épigone, mais il est d’autant plus intéressant car ses travaux montrent comment des courants scientifiques et des débats politiques sont réappropriés par ces practical men (Diasio N., 1999) ayant à intervenir dans les lieux de vie des enfants.

10 Ce qui est novateur, car ce sont souvent des groupes différents dont les moyennes sont comparées, ce qui constitue selon Godin un véritable biais méthodologique.

11 Léonce Manouvrier (1850-1927) a été titulaire de la chaire d’anthropologie physiologique à l’École d’anthropologie et, à partir de 1894 secrétaire général adjoint, puis secrétaire général de la Société d’an­thropologie de Paris. Il a été enfin sous-directeur de la station de physiologie du Collège de France. Il est un des représentants de l’école française du milieu social.

12 Ce travail par cohorte et la volonté de saisir toutes les dimensions de la vie enfantine pouvant influencer la croissance rappellent ainsi, mutatis mutandis, la recherche ELFE (Étude longitudinale française depuis l’enfance), lancée en 2011 par l’INED et l’INSERM.

13 Manouvrier considère la thèse de Lombroso comme une théorie non démontrée scientifiquement et qui confond trois plans pour lui bien distincts : « la criminalité réprimée (catégorie socio-juridique), l’honnêteté (catégorie morale) et les caractères anthropologiques (catégorie anatomique et physiologi­que) » (Robert Ph., Lascoumes P., Kaluszynski M., 1986, p. 231).

14 Confer la manière dont sont traitées les entrées “Age”, “Croissance”, “Puberté” dans Bertillon A., Hovelacque A., Coudereau C. A. et al., sd.

15 Plus récemment, il divise juristes et médecins à propos de la mesure de l’âge des mineurs étrangers non accompagnés car, selon le critère choisi, l’outil, le champ d’application, l’évaluation de la croissance aura des essors différents et va renvoyer à différentes figures de l’enfance (confer Perrot dans ce même numéro).

16 De nombreuses explications sur les bornes des parties du corps précèdent la mensuration : par exem­ple, pour le membre inférieur, Godin prend pour limites la plante du pied et le grand trochanter.

17 Sont mesurés par exemple le rapport entre diamètre des hanches et diamètre des épaules, celui entre circonférence du thorax, de la cuisse et du bras, ou encore entre circonférence et poids.

18 Bertillon divise ainsi les âges de la vie en 17 périodes, Liharzik en identifie 24, rien que de la naissance à 25 ans.

19 La majorité civile et matrimoniale avait été fixée à 21 ans suite au décret du 20 septembre 1792 (art. 2, titre IV) qui détermine le mode de constater l’état civil des citoyens. De 1804 à 1906, la majorité civile reste à 21 ans, mais celle matrimoniale passe à 25 ans pour les hommes et à 21 ans pour les filles, pour repasser à 21 ans de 1907 à 1974.

20 Ainsi l’accroissement intense se révèle à une observation minutieuse par l’apparition de vergetures de la peau du genou de l’enfant pubère.

21 On retrouve ici des critiques de la femme urbaine, cultivée et mobile qui remontent, au moins, à l’épo­que des Lumières. La femme sportive, en particulier, suscite des réactions contrastées, entre la nouvelle valorisation de l’activité physique pour les gens des deux sexes et la crainte ancienne d’un corps féminin actif et en mouvement.

22 Ainsi la période internubilo-pubertaire comporte la fortification de l’organisme « en vue du rôle qui va incomber au jeune homme de demain » (Godin P.,1903, p. 190).

23 Dans sa contribution sur les débats sur l’abaissement de la majorité pénale en 1906, P. Quincy-Lefebvre rappelle une phrase de Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur : « Un garçon de 17 ans qui mesure 1,90 m, qui frappe à terre avec une violence inouïe un photographe ou une petite jeune fille, il n’a plus rien d’un enfant, l’amener devant le tribunal pour enfants, c’est ridicule ! » (Quincy-Lefebvre P., 2009, p. 95).

24 La régularité du développement et la ressemblance de l’enfant avec ses parents sont en outre indiquées comme les deux résultantes de l’analyse de la croissance.

25 La morphologie est définie comme « tout ce qui est renfermé dans l’évolution de l’être, depuis sa con­ception jusqu’à sa dernière transformation » (De Giovanni A., 1892, dans Cosmacini G., 1995, p. 385). Elle constitue ainsi une clé d’accès à la compréhension du vivant.

26 Dans son étude sur le Moïse de Michelangelo, Freud cite d’ailleurs Morelli comme un de ses inspirateurs.

27 Pour la méthode des empreintes digitales Galton s’inspire des coutumes des populations bengalaises colonisées par les Britanniques, ce qui montre les liens très serrés qui unissent à l’époque médecine et anthropologie.

28 « Le premier – le volume du cerveau – parce qu’il fait intervenir comme facteur la capacité du réservoir de potentiel énergétique qui est aussi le centre des harmonisations ; l’autre parce qu’il représente le volume du réservoir dans lequel se trouvent réunis les viscères que leur rôle désigne comme transformateurs-distributeurs » (Godin P., 1913, pp. 271-272).

29 Il suffit de penser aux débats sur l’indice de masse corporelle ou à la séduction exercée par « la mise en chiffre de soi » dans la société contemporaine (Pharabod A-S., Nikolski V., Granjon F., 2013).

30 Pour une analyse plus approfondie confer Cosmacini G., 1995 ; Diasio N., 1999, pp. 58-81.

31 C’est le cas de ces pathologies multi-causales qui sont en réalité un ensemble de morbidités ; ainsi la fièvre des rizières relève de la convergence du paludisme, des rhumatismes, du typhus, de la dysenterie.

32 Nous avons des médecins chefs du gouvernement (Carlo Farini et Giovanni Lanza), ministres, parlementaires et sénateurs (dont Baccelli, Badaloni, Cardarelli, Celli, Pagliani, Panizza, Senise, Tommasi, Crudeli...). De nombreux médecins, en outre, s’engagent dans les files du Parti socialiste des travailleurs italiens, après son congrès de fondation en 1892.

33 Confer l’usage de la notion d’ “anomalie” par Cesare Lombroso dans la lutte pour la répression du brigandage et pour définir le “caractère”, notamment des Calabrais et d’autres populations du Mezzogiorno. Dans le cas de la nouvelle Italie, « l’extrême proximité entre le même et l’autre oblige à repérer une série d’imperfections qui soient indéniables du point de vue biologique et qui puissent être répertoriées dans leur évidence comme les preuves physiques, irréfutables, non manipulables de la diversité des Italiens » (Diasio N., 1999, p. 73).

34 Ainsi la participation de Luigi Pagliani, réformateur, au gouvernement conservateur de Francesco Crispi ou l’engagement socialiste et progressiste de Cesare Lombroso, fondateur de la théorie de l’ata­visme.

35 Selon Ulijaszek S. J., Johnston F. E., Preece M. A. (eds.), 1998. Luigi Pagliani (1847-1932) médecin, physiologiste, hygiéniste, sénateur du Royaume et promoteur de la loi Crispi-Pagliani du 22 décembre 1888 qui réorganise la gestion de la santé publique. Après avoir relevé les paramètres morphologiques et physiologiques liés au sous-développement physique et à la misère, Pagliani s’oriente vers l’étude des influences du travail sur la santé ou sur la prophylaxie des grandes épidémies de choléra qui, en 1884-1885, dévastent de nombreuses villes italiennes.

36 Il s’inscrit ainsi dans le sillon du nouvel intérêt que l’activité physique et sportive prend à la fin du 19ème siècle (Vigarello G., 2001), comme manière de favoriser le développement équilibré du corps et de canaliser l’esprit instable de la jeunesse (Mosso A., 1911). On retrouve, comme chez Mauss, l’i­dée d’un corps instrument qui ne détermine pas la personne a priori, mais qui « ne vaut que par l’usage qu’on en fait » (Godin P., 1913, p. 146).

37 « Il n’y a de durable et du solide que ce qui est fondé sur la liberté. C’est la loi du progrès. C’est aussi la loi du bonheur » (Godin H., Godin P., 1881, p. 6).

38 L’enfant perfectible décrit par Godin n’est pas “l’enfant parfait” qui, dans la société contemporaine, hérisse les nouveaux entrepreneurs de morale. Mais nous ne pouvons pas nous arrêter ici sur cette distinction.

39 L’expression est utilisée par Godin tout comme par Rose et Novas en 2004, même si en référence à des ordres différents du vivant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Crédits Source: Godin, 1911 :277.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/3165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicoletta Diasio, « Une biopolitique à bas bruit »Recherches sociologiques et anthropologiques, 50-1 | 2019, 45-76.

Référence électronique

Nicoletta Diasio, « Une biopolitique à bas bruit »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 50-1 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsa/3165 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.3165

Haut de page

Auteur

Nicoletta Diasio

Université de Strasbourg, UMR CNRS 7367 Dynamiques européennes, Institut Universitaire de France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals