Skip to navigation – Site map

HomeIssues50-2HommageJean Remy : l’enseignant, le sava...

Hommage

Jean Remy : l’enseignant, le savant et l’homme

Felice Dassetto and Luc Van Campenhoudt
p. 1-8

Full text

1Le sociologue Jean Remy est décédé le 6 octobre 2019 à l’âge de 91 ans. Il a été professeur à l’Université catholique de Louvain (aujourd’hui UCLouvain) de 1967 à 1992. Il a également enseigné pendant de nombreuses années à l’Université Saint-Louis – Bruxelles, au département des sciences et gestion de l’environnement de l’Université de Liège, situé à Arlon, ainsi que dans plusieurs universités en dehors de la Belgique.

2Après des études de philosophie chez les jésuites à Liège et ensuite d’économie à l’Université catholique de Louvain, il a réalisé un doctorat en économie, publié en 1966 (réédité en 2002) sous le titre La ville, phéno­mène économique. Orientée vers l’analyse des processus sociaux, cette thèse laissait déjà entrevoir une propension à transgresser les frontières disciplinaires. Sa formation multidisciplinaire, en grande partie autodidacte, sa pratique de la recherche en sociologie ainsi que sa personnalité intellectuelle ont contribué à forger une pensée ouverte et libre. Elles l’ont par ailleurs amené à tisser un vaste réseau de relations personnelles avec de nombreux chercheurs belges et étrangers qu’il respectait – même si ceux-ci ne partageaient pas ses points de vue –, et avec lesquels il aimait échanger jusqu’aux derniers jours de sa vie, malgré ses lourds problèmes de santé. Entre 1985 et 2004, il a été membre de l’Académie royale de Belgique dans la Classe des lettres et des sciences morales et politiques.

3Jean Remy fut un enseignant, un chercheur, un intellectuel et un homme dont la personnalité était marquante.

I. L’enseignant

4Les centaines d’étudiantes et d’étudiants qui ont suivi son enseignement, entamé à la fin des années 1960, ne peuvent oublier ses cours de so­ciologie rurale et urbaine, d’aménagement du territoire et de sociologie de la religion. Son enseignement était particulier, tout comme ses conféren­ces. Il s’agissait d’un “enseignement en recherche” qui, à chaque séance, réinventait le cours. Le contenu reflétait la manière dont Jean Remy pratiquait l’analyse et le regard sociologiques, en croisant les entrées et les points de vue. Pour les étudiantes et les étudiants, même en dernières années du cursus (la “licence” à l’époque, équivalente au master actuel), ses cours n’étaient sans doute pas faciles à suivre, mais c’était une fête de l’entendre, un feu d’artifice d’idées. Car son enseignement ne consistait ja­mais en exposés de théories sociologiques abstraites, en pure érudition, mais bien en regards qui disséquaient la vie collective. On sentait sa passion d’observer la vie humaine en société, de la cerner, d’en saisir les ambivalences. Jean Remy, pour qui rien n’était jamais noir ou blanc, croisait les regards pour cerner les complexités. Armé d’une vaste culture sociologique et grand lecteur des auteurs classiques – Marx (objet de son travail de fin d’études en philosophie), Weber, Simmel, Wirth, les fonctionnalis­tes – et contemporains, il n’était inféodé à aucun d’eux, mais il puisait chez eux à sa guise (trop librement pourrait-on objecter) des éléments pour construire sa pensée et son approche personnelles. Dans une interview réalisée pour un livre mis en forme par Etienne Leclercq (Remy/Leclecq, 1998 :17), il attribue ce rapport libre aux textes à sa formation philosophi­que :

Au-delà des connaissances, dit-il, le plus important pour moi fut l’apprentissage d’une certaine forme de relation aux auteurs. Ce que j’appelle une “attitude de familiarité instrumentale”. Cela signifie que si vous lisez Kant, par exemple, votre objectif ne doit pas être la rédaction d’un commentaire conforme, mais la production d’une pensée originale, et qui sera d’autant plus personnelle que vous l’a­vez élaborée à la lumière d’un esprit comme celui de Kant. Autrement dit, vous ne travaillez pas cette œuvre pour reproduire ce qu’elle exprime, mais pour élaborer votre propre perspective.

5Jean Remy aimait rappeler, avec ce sourire au coin de l’œil qui le caractérisait, que cette liberté lui venait aussi du fait qu’il parlait à partir de la Belgique, se situant ainsi en dehors des lieux de pensée institutionnalisée français et notamment parisiens, non sans tisser pour autant des liens avec de nombreux chercheurs en France et dans d’autres parties du monde.

6Ses cours étaient passionnants et désarçonnants. En pensant lui-même à haute voix, il forçait les étudiantes et les étudiants à penser de manière au­tonome, critique et créative. Ce qui n’est pas le moindre mérite pour un enseignant.

II. Le chercheur et le théoricien

7Jean Remy était un chercheur né. Il l’est resté tout au long de sa vie. Sa carrière scientifique représente plus de 50 ans de travaux conduits sur le fil d’une pensée toujours ouverte et questionnante. L’héritage qu’il nous lais­se n’est pas un édifice théorique affirmé, et surtout pas clos, plutôt celui d’une manière de regarder et de définir des objets sociologiques.

8Au fil de sa carrière et des circonstances, il a rencontré plusieurs terrains de recherche. Sa carrière a débuté au Centre de recherches socio-religieuses, fondé par François Houtart dans les années 1950. D’abord rattaché à l’Église catholique, ce centre a été intégré, au milieu des années 1960, à l’Université catholique de Louvain (qui coexistait alors dans la ville de Leuven avec l’université flamande). A cette époque, les recherches de ce centre portaient sur les transformations au sein de l’Église catholique et sur l’implantation de l’institution religieuse dans les villes en pleine transformation. L’analyse sociologique était considérée comme un instrument de gestion du religieux. Le titre de la revue de sociologie des religions, Social Compass, fondée au même moment, conjointement à un cen­tre équivalent de sociologie religieuse situé à Nimègue aux Pays-Bas, indi­que bien cet objectif de guider et de soutenir l’action pastorale.

9Ses travaux sur l’ancrage du catholicisme dans la ville entraînent Jean Remy vers un deuxième thème de recherche : celui de la ville et de l’es­pace. Une recherche marquante de cette période fut celle réalisée en 1960-61 sur la région de Charleroi. Il s’agissait d’une commande en sociographie religieuse, adressée au Centre de sociologie religieuse. Jean Remy y a apporté son regard particulier en analysant la manière singulière dont Charleroi faisait ville, à partir d’une agglomération de villages, de puits de charbonnages, de terrils, de hauts-fourneaux et d’installations sidérurgi­ques. Son intérêt pour la ville et l’espace s’est confirmé dans sa thèse de doctorat en économie. Cette thématique de la ville et de l’espace donnera lieu à de nombreuses publications menées seul ou en collaboration, notam­ment avec la professeure Liliane Voyé avec laquelle il fondera le Centre de sociologie rurale et urbaine. En 2015, handicapé par des problèmes de santé, il publiait encore un ouvrage de synthèse sur ce sujet : L’Espace, un objet central de la sociologie. Dans ce domaine Jean Remy jouissait d’une notoriété internationale qui s’est concrétisée par la direction de l’impor­tante revue française Espace et société qui lui a été confiée durant de nom­breuses années. Son œuvre a un impact durable qui résiste au temps et traverse les générations. L’effort de penser sociologiquement l’espace dans le sillage de Jean Remy se poursuit encore aujourd’hui, comme le montre l’ouvrage dirigé par Emmanuelle Lenel, intitulé L’espace des sociologues, publié chez Erès en 2018. Interviewé par la coordinatrice du volume, Jean Remy s’explique sur sa vision de l’espace. Ce titre se prolonge dans un beau sous-titre : Recherches contemporaines en compagnie de Jean Remy. « En compagnie de »… une formule qui dit bien la force et le style de son héritage intellectuel.

10Un autre volet important de l’œuvre de Jean Remy, qui continue d’ali­menter de nombreux travaux en Belgique, en France et ailleurs, porte sur l’étude des relations qui se nouent entre les humains, dans les contextes les plus variés de la vie quotidienne. Dans Produire et reproduire, publié en 1978 avec Liliane Voyé et Émile Servais, Jean Remy a jeté les bases de son paradigme méthodologique de la transaction sociale. Celui-ci constitue une sorte de regard sur les sociétés multiples, conflictuelles, mais toujours en quête d’accords, de “compromis de coexistence”. Regard typiquement belge peut-être, mais également typique de Remy lui-même.

11Jean Remy élaborera et développera pas à pas son approche en dialogue étroit avec les membres du Comité de recherche de l’AISLF “Transactions sociales, cultures et émancipations” qu’il créa en 1992 ainsi qu’à partir d’un ensemble de recherches empiriques. Celle, inaugurale, réalisée avec Marcel Saint-Jacques : “L’école comme modalité de transaction sociale” (1986), fut suivie de plusieurs autres, notamment celles effectuées avec les sociologues du Centre d’études sociologiques de l’Université Saint-Louis que Jean Remy codirigea durant une quinzaine d’années à partir de 1987. En participant à un ensemble de travaux collectifs sur une diversité de questions impliquant des processus relationnels (le travail social dans les quartiers populaires, les relations entre les membres du personnel au sein d’institutions sociales ou de santé chrétiennes, les relations sexuelles en contexte de risque de contamination par le VIH ou les effets sociaux des politiques sécuritaires), Jean Remy continuait d’éprouver son paradigme méthodologique de la transaction sociale en multipliant les applications. En témoignent plusieurs textes de son ouvrage posthume La transaction sociale : Un outil pour penser et dénouer la complexité de la vie en société, à paraître en 2020 chez Erès et sur lequel il travaillait encore quelques jours à peine avant son décès avec Maurice Blanc, Jean Foucart et Josiane Stoessel-Ritz. Il ne s’en est allé qu’après avoir acquis la certitude que son dernier livre serait bientôt publié et donc qu’une présentation systématique d’une partie centrale de son œuvre théorique et méthodologique pourrait être transmise.

  • 1 ______________________________ Une expression chère à Jean Remy.

12Cette volonté de mise en œuvre du paradigme dans des recherches concrètes impliquait la reconnaissance pleine et entière de la complexité du social qui, loin d’être réduite par les modèles, doit au contraire être pleine­ment assumée ; la prise en compte systématique des tensions irréductibles entre pôles opposés dont procède la dynamique du social (comme logique intentionnelle/objective, structurel/structural, matériel/social) ; la primauté donnée à ce que révèle l’observation de l’action concrète, avec toutes ses nuances, sur la théorie qui doit être à son service ; l’élaboration de “matri­ces de questions [de recherche] à plusieurs entrées”1, élaborées chaque fois sur mesure pour le phénomène concret étudié ; le refus donc de tout a priori théorique et de toute rigidité méthodologique.

13La théorie a certes sa place dans l’œuvre de Jean Remy et il en a lui-même produit, mais d’une manière spécifique et en lui donnant une place particulière. Chez lui, théorie et méthode (au sens large de démarche visant à rendre le réel intelligible) sont en effet indissociables, à la limite les ressources théoriques constituant des composantes d’une méthode bien comprise. Ce qui explique pourquoi son point de départ dans la production intellectuelle est le plus souvent un terrain de recherche particulier. On comprend mieux pourquoi, parlant de la transaction sociale, il préférait parler de “paradigme méthodologique” plutôt que de “théorie”.

14Toutes ses analyses, quelles qu’elles soient, reposent néanmoins sur une problématique générale portant sur les relations et les transformations sociales, les rapports entre les vécus, les actions individuelles et les faits collectifs. Sociologue, il cherchait toujours à saisir les liens entre les composantes du réel, en dehors desquels chacune d’entre elles (micro- aussi bien que macro-sociale) reste incompréhensible. Comme il le précisait dans l’interview accordée à E. Leclercq :

J’ai toujours défendu l’idée que si l’on fait de la sociologie urbaine, ce n’est pas uniquement pour devenir un spécialiste de cette discipline, mais c’est aussi pour développer, à partir d’un terrain spécifi­que, une problématique générale, qui pourra être transposée par la suite dans d’autres domaines. Et je dois reconnaître que cela n’a pas toujours été compris (Remy/Leclecq, 1998 :30).

15Cette perspective généraliste présente dans le travail de Jean Remy s’est clairement manifestée dans la grande diversité des sujets et thématiques qu’il a abordés, notamment dans la présente revue généraliste internationale Recherches sociologiques et anthropologiques, dans laquelle il a souvent publié et dont il était membre du comité de gestion. De ses multiples publications résulte une production théorique extrêmement riche, mais diffuse et difficile à cerner dans son ensemble, qui offre davantage des “potentiels théoriques” qu’une théorie achevée.

16Grande est la diversité des domaines explorés par Jean Remy. Il s’inté­ressait autant aux pratiques apparemment mineures ou moins nobles, mais révélatrices de ce que sont les humains et les liens qu’ils ont entre eux, qu’aux transformations macro-sociales, culturelles et institutionnelles. À ses yeux, le monde des colombophiles hennuyers méritait autant l’atten­tion du sociologue que l’évolution du système des piliers en Belgique ou des croyances religieuses. Au fond, il était un sociologue des changements sociaux et des sociétés toujours en train de se faire et se refaire.

17Celles et ceux qui ont eu la chance de travailler plusieurs années en équipe avec lui, aussi bien sur des questions théoriques et méthodologi­ques que sur des recherches empiriques garderont le souvenir d’un maître bien singulier qui leur apprenait le métier de sociologue, sans pour autant jamais leur faire la leçon, sans jamais affecter l’attitude supérieure d’un maître, encore moins d’un maître “d’école” ; il montrait simplement l’exemple en se lançant lui-même dans chacun des exercices. En se comportant comme un pair parmi les pairs, en acceptant de bonne grâce de voir discutées ses propres analyses et hypothèses y compris par les plus jeunes, en cherchant toujours à déceler ce qu’il y a d’intéressant même et surtout dans une thèse qu’il ne partageait pas, en veillant à ne jamais blesser ou rabaisser. Le plus savant, le plus expérimenté et le plus reconnu d’entre nous – et de loin – était aussi le plus simple et le plus respectueux des autres. Au sein du Centre d’études sociologiques notamment, il contribuait à instaurer un climat serein et bienveillant, favorable, paradoxalement, aux débats de fond les moins complaisants et émoussés. Il était un maître certes, mais un maître bien singulier donc : un “méta-maître” en somme, qui apprenait le juste rapport et la juste distance aux maîtres.

18La curiosité et l’appétit intellectuels de Jean Remy, son enthousiasme dans le travail collectif n’ont jamais faibli. En témoignent ses intenses et constantes prises de notes qui intriguaient ses voisins. On le voyait tracer d’étranges schémas avec des flèches partant dans tous les sens, des bulles et des diagrammes où s’entrecroisaient des axes aux origines lointaines, entre lesquels il écrivait verticalement et obliquement autant qu’horizonta­lement. La prise de notes de Jean Remy, proprement indéchiffrable par d’autres que lui, était une énigme, mais elle participait directement de sa manière de penser en interaction avec d’autres. Mieux que tout discours, elle révélait Jean Remy en action dans des échanges collectifs, en train d’écouter, de peser, de penser, de construire, d’éprouver, de déconstruire et de reconstruire une représentation aussi juste et intelligible que possible de la complexité, en évitant absolument de la réduire, en la cultivant plutôt et sans négliger surtout la dimension de sens qui ne se laisse pas facilement capturer dans des schémas.

III. L’intellectuel

19Enseignant, chercheur, Jean Remy était aussi un intellectuel qui aimait mettre ses analyses au service de l’action sociale. Non pas de manière militante, mais comme pensée agissante mise à disposition des acteurs dans la société. Ce fut le cas à propos des transformations dans l’Église catholi­que. Il en fut de même lors des nombreuses consultances effectuées avec Liliane Voyé en matière d’aménagement du territoire, objet d’ailleurs d’un de ses cours universitaires. Les transformations urbanistiques de la ville étaient pensées à partir des transformations de la vie urbaine et du vécu des habitants. Comme il l’écrit dans son livre L’espace, un objet central de la sociologie :

L’urbanisation de la vie sociale (…) a sur les individus et les groupes des effets d’intensité variable selon leurs caractéristiques sociobiographiques (…) ; je m’intéresse d’abord aux effets différenciés qu’elle peut avoir sur les capacités des uns et des autres à se position­ner dans l’espace et à influencer les rapports sociaux. Face à ce processus, j’examine les anticipations des concepteurs de l’urbanisme et les réactions des usagers (p.24).

20À cet égard, la décision de l’Université de Louvain de déménager pour un nouveau campus tout en créant une nouvelle ville en Wallonie suite au Walen buiten (“Wallons dehors !”) fut une circonstance décisive pour l’en­gagement de Jean Remy dans la vie collective. Ce slogan virulent était clamé par le mouvement nationaliste flamand qui ne tolérait pas qu’une université francophone puisse demeurer dans la ville flamande de Leuven. Cet important projet a été une occasion majeure pour Jean Remy : celle d’ancrer sa pensée sur la ville et l’espace, sur le changement et sur les transactions sociales dans une réalité sociale en construction, Louvain-la-Neuve, et de contribuer à la façonner. Sans doute le fil conducteur de son action en tant qu’intellectuel, consultant, expert dans divers domaines a-t-il été de montrer concrètement aux acteurs engagés dans l’action, l’espace du possible, situé dans un jeu concret et variable selon les cas, entre la contrainte, l’autonomie et la liberté.

IV. La personne

21Et enfin la personne. Agréable, compréhensif des situations de tout un chacun, respectueux des autres, Jean Remy était discret sur lui-même, sur sa vie privée, sur ses engagements sociaux, comme le soutien qu’avec son épouse Hélène il apportait à des projets de développement en Inde. Affa­ble, il cherchait toujours à dégager des pistes pour parvenir à un consensus. Curieux de tout et bon vivant, il était toujours preneur de moments d’échanges intellectuels et de convivialité, soutenu dans ses dernières années par son épouse, par sa famille, mais également par le compagnonnage amical et intellectuel de nombreux collègues avec qui des liens durables s’étaient tissés au cours de sa longue carrière.

22Jean Remy laisse certainement un beau patrimoine de pensée et de vie qu’il a légué avec simplicité, ne se posant pas en maître penseur, parcourant son chemin d’homme qui poursuit son projet intellectuel jusqu’aux derniers jours de sa vie. Celles et ceux qui ont croisé ce chemin en ont été certainement positivement marqué·e·s.

Top of page

Bibliography

Quelques ouvrages de Jean Remy, écrits seul ou en collaboration :

Remy J.,
1962 Charleroi et son agglomération, t. 1 Unités de vie sociale-Caractéristiques socio-économiques ; t. 2 Aspects sociologiques de la pratique religieuse, Leuven, Centre de recherches socio-religieuses.
1966 La ville phénomène économique, Bruxelles, éd. Vie Ouvrière, 1966 [réédition, Paris, Economica, 2002].
2007 Louvain-la-Neuve, une manière de concevoir la ville, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.
2015 L’espace, un objet central de la sociologie (avec une préface de Maurice Blanc), Toulouse, Erès.

Remy J., Leclercq E.,
1998 Sociologie urbaine et rurale. L’espace et l’agir. Entretiens et textes présentés par Etienne Leclercq, Paris, L’Harmattan.

Remy J., VoyÉ L,
1981 La ville, ordre et violence, Paris, PUF.
1992 La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L’Harmattan.

Remy J., VoyÉ L., Servais E.,
1978 Produire ou reproduire ?, (2 tomes), Bruxelles, Ed. Vie ouvrière.

Remy J., Blanc M., Foucart J., Stoessel-Ritz J.,
2020 La transaction sociale. Un outil pour penser et dénouer la complexité de la vie en société, Toulouse, Erès, à paraître.

Ouvrages ou publications à partir de l’œuvre de J. Remy :

Blanc M. et al.,
1994 Vie quotidienne et démocratie : pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan.

Foucart J., Blanc M., Stoetsel-Ritz J., Gibout Ch. (coord.),
2013 “Penser et agir dans l’incertain : actualité de la transaction sociale”, Pensée plurielle, 2-3, n° 33-34.

Lenel E.(dir.),
2018 L’espace des sociologues. Recherches contemporaines en compagnie de Jean Remy, Toulouse, Erès.

Top of page

Notes

1 ______________________________ Une expression chère à Jean Remy.

Top of page

References

Bibliographical reference

Felice Dassetto and Luc Van Campenhoudt, « Jean Remy : l’enseignant, le savant et l’homme »Recherches sociologiques et anthropologiques, 50-2 | 2019, 1-8.

Electronic reference

Felice Dassetto and Luc Van Campenhoudt, « Jean Remy : l’enseignant, le savant et l’homme »Recherches sociologiques et anthropologiques [Online], 50-2 | 2019, Online since 01 December 2019, connection on 25 September 2020. URL: http://journals.openedition.org/rsa/3407 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.3407

Top of page

About the authors

Felice Dassetto

Professeur émérite de l’UCLouvain

By this author

Luc Van Campenhoudt

Professeur émérite de l’université Saint-Louis - Bruxelles et de l’UCLouvain.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search