Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50-2DossierRester plasticien quand la notori...

Dossier

Rester plasticien quand la notoriété ne fait plus partie du champ des possibles

Remaining a Plastic Artist when Recognition no Longer Forms Part of Your Field of Possibilities
Zoé Haller
p. 147-165

Résumés

Ce texte analyse les conditions du maintien de l’activité des artistes modestes en deuxième partie de carrière qui, malgré une absence de revenus associés à la pratique artistique et un faible niveau de reconnaissance, continuent à se définir comme artistes. Cet article s’appuie sur deux enquêtes par entretiens réalisés auprès d’artistes et de professionnels de l’art. L’accès à la reconnaissance suppose de franchir avec succès un certain nombre d’épreuves imposées par les acteurs de légitimation de l’art contemporain. Au regard de ce modèle d’ascension professionnelle, les artistes qui ne franchissent pas, à mesure qu’ils avancent en âge, les différents échelons de la notoriété se situeraient du côté de l’échec professionnel. Comment, dès lors, continuer à se dire artiste ou maintenir une pratique de création malgré une reconnaissance limitée et l’impossibilité de vivre de son art ?

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Différentes recherches ont mis au jour les mécanismes à l’œuvre dans les processus de construction de la notoriété des artistes plasticiens ou de la valeur d’une œuvre (Heinich, 1998 ; Moulin, 1992 ; Quémin, 2013). Ces études se concentrent le plus souvent sur les artistes bénéficiant déjà d’une large reconnaissance auprès des représentants du marché de l’art et des ins­titutions culturelles ou portent sur une période spécifique des parcours artis­tiques, s’intéressant à l’apprentissage des normes en vigueur dans le monde de l’art contemporain lors de la formation et de l’insertion professionnelle et à la succession d’épreuves qui constitue une carrière artistique (Galo­dé/Michaut, 2003 ; Martin, 2005 ; Vandenbunder, 2011).

2En effet, l’accès à la reconnaissance suppose de franchir avec succès un certain nombre d’épreuves (Martucelli, 2015) imposées par les acteurs de légitimation de l’art contemporain qui jouent un rôle fondamental « dans le processus de qualification de l’œuvre et de l’artiste » (Martin, 2005 :46). Au regard de ce modèle d’ascension professionnelle, les artistes qui ne fran­chissent pas, à mesure qu’ils avancent en âge, les différents échelons de la notoriété se situeraient du côté de l’échec professionnel. Comment, dès lors, continuer à se dire artiste ou maintenir une pratique de création malgré une reconnaissance limitée et l’impossibilité de vivre de son art ?

3La question se pose avec d’autant plus d’acuité que l’attention des pro­fessionnels de l’art, dans leur recherche de talents à dévoiler, soutenir et exploiter, se concentre quasi-exclusivement sur les jeunes artistes. Contrairement à la situation des jeunes diplômés des écoles d’art, il semblerait que le concept d’incertitude, dont le rôle moteur dans les processus de création a été souligné par Pierre-Michel (2009 :11) ne soit plus opérant pour envisager l’activité artistique dans ses dimensions professionnelles lorsque les artistes approchent de la quarantaine. En effet, si ce concept peut rester tout à fait opportun pour aborder l’acte créateur et ses résultats sur le plan stric­tement artistique, le peu de doutes qui entourent le devenir des artistes sur la scène artistique imposent de chercher en dehors d’un hypothétique succès les ressorts du maintien de l’activité artistique.

4Comme l’a souligné Jérémy Sinigaglia, la sortie des carrières artistiques constitue une réponse courante à l’absence de reconnaissance artistique (Sinigaglia, 2017). Continuer à exister en tant qu’artiste suppose de compo­ser avec une multitude d’obstacles et de difficultés et représente aussi une épreuve – au sens de défi cette fois (Martucelli, 2015). Ce texte propose donc d’étudier quelles sont les conditions du maintien de l’activité des artis­tes modestes en deuxième partie de carrière. Il portera sur celles et ceux qui continuent « à se définir de manière principale » (Buscatto, 2015 :32) comme artistes malgré une absence de revenus associés à la pratique artistique et un faible niveau de reconnaissance. Pour les enquêtés, quel que soit le temps consacré à la création ou malgré l’exercice d’activités parallèles, la pratique artistique n’est jamais assimilée à un loisir mais demeure constitutive d’une identité professionnelle.

5Nous verrons dans un premier temps comment les plasticiens rencontrés au cours de l’enquête maintiennent une dynamique de création et continuent à être reconnus comme artistes par leurs pairs et les professionnels de l’art alors que leur âge et leur niveau de visibilité les placent dans une position de marginalité au regard des normes en vigueur dans le monde de l’art con­temporain. Nous verrons ensuite, en nous intéressant aux différents agen­cements professionnels mis en place par les artistes, de quelles manières se concrétisent les choix d’orientation de ceux qui ont décidé de vivre dans l’art sans pouvoir vivre de leur pratique artistique.

Encadré méthodologique

Cet article s’appuie sur deux enquêtes par entretiens. La première a été réalisée entre 2012 et 2014 dans le cadre d’un mémoire de master con­sacré aux parcours professionnels des anciens étudiants de l’École des beaux-arts de Paris. La seconde a été réalisée entre 2016 et 2017 dans deux capitales régionales et portait sur les processus d’acquisition des Fond régionaux d’art contemporain (FRAC). Dans ce cadre, des entre­tiens ont été réalisés avec des candidats à l’acquisition qui ont vu leurs œuvres achetées ou non par les FRAC, ainsi qu’avec des artistes se situant en marge des circuits plus traditionnels et plus visibles de l’art contemporain. Des entretiens ont par ailleurs été réalisés avec des acteurs de l’art contemporain dans les territoires étudiés (des direc­teurs, anciens directeurs et salariés de FRAC, des galeristes, des res­ponsables ou personnels de centres d’art ou de structures associatives, des critiques d’art, des commissaires d’expositions, des enseignants en école d’art).

Pour la réalisation de cette analyse, en suivant les critères d’âge et de déroulé du parcours artistique évoqué précédemment, un groupe de vingt-quatre artistes âgés de 37 à 64 ans a été défini, sur lequel s’est plus particulièrement concentrée notre attention. Tous ces artistes sont diplômés d’une école des beaux-arts et ont bénéficié à un moment de leur parcours d’une reconnaissance institutionnelle locale (obtention d’une bourse municipale, participation à une exposition dans une structure artistique de la ville), voire régionale (obtention d’une bourse d’aide à la création de la DRAC, participation à une exposition collec­tive dans un centre d’art, acquisition d’une œuvre par le FRAC). Ces marques de reconnaissance, qui constituent des signaux d’apparte­nance à la sphère de l’art contemporain dispensés par les acteurs de légitimation artistique se sont essentiellement concentrées sur les années qui ont suivi la fin de la formation des artistes. Si certains d’en­tre eux ont été un temps représentés par une galerie d’art ou le sont encore, actuellement aucun de ces artistes n’est intégré de manière durable dans les réseaux marchands de l’art contemporain et ne vit de son art.

II. Continuer à œuvrer à la marge du monde de l’art contemporain

A. Des artistes hors normes

Notre objectif, c’est d’accompagner les très jeunes et de les aider à se développer, d’être puissants au début d’un parcours d’artiste et de les accompagner sur la durée, jusqu’à ce qu’ils puissent voler de leurs propres ailes. Nous on tente, on parie, on essaye et si dans trois ans, ça n’a pas marché ou si ça a marché, c’est formidable. Si ça n’a pas mar­ché, on ne l’aidera plus mais on aura tenté qu’il émerge. […] Il est vrai que si on a 45 ans, qu’on a eu son diplôme de l’école il y a vingt ans et qu’il s’est passé pas ou peu de choses, on n’est plus émergent. On essaie pendant trois, quatre, cinq ans, même jusqu’à dix et puis après c’est que ça n’a pas fonctionné ou qu’on se satisfait de ce niveau de développement (Delphine, 34 ans, chargée du développement culturel au sein d’une municipalité).

6Les propos de cette enquêtée, qui fait partie du comité d’attribution d’une bourse municipale d’aide à la création à destination des plasticiens, souligne le caractère discriminant de l’âge dans l’accès aux aides à la création. Deux catégories d’artistes sont écartées du processus d’attribution des aides : ceux qui malgré leurs efforts ne parviennent pas à progresser dans l’échelle de la notoriété et ceux qui se contentent « de ce niveau de développement ». Ainsi, aux yeux de Delphine, qu’elle soit voulue ou subie, la stagnation constitue un critère de disqualification dans le processus de sélection.

7Passé un certain âge, il n’est plus possible pour un artiste d’intégrer de manière durable les circuits de visibilité artistique et d’obtenir une recon­naissance marchande qui lui apportera une source de revenus. C’est généra­lement pendant les années qui suivent l’obtention d’un diplôme d’une école des beaux-arts que les artistes sont les plus susceptibles d’attirer l’attention d’une galerie ou de bénéficier des aides allouées par l’État sous forme de bourses, d’allocations, de résidences ou de commandes publiques. Ces aides constituent autant de marques de reconnaissance identifiables par les pro­fessionnels de l’art (Martin, 2005 :148) et participent du phénomène de labélisation décrit par Raymonde Moulin et Alain Quemin (2001). En effet, comme l’a souligné une enquêtée, membre d’une commission d’attribution d’aide de la DRAC : « c’est une aide matérielle mais c’est aussi une recon­naissance, une validation. Ça permet d’entrer dans le système ».

8Selon Séverine Marguin

la frontière des quarante ans, qui peut pour certains artistes prendre une allure d’échéance, est largement visible dans le champ de l’art contemporain (2013 :n.p.).

9L’auteure souligne que « du côté du marché de l’art, une attention grandissante est […] accordée aux jeunes artistes » (Marguin, 2013 :n.p.). Les institutions culturelles s’inscrivent dans la même logique : une limite d’âge peut être explicitement fixée, passée laquelle il n’est plus possible de candi­dater à un certain nombre de dispositifs (résidences ou appels à projets réservés aux “jeunes artistes”) ; celle-ci se situe généralement autour de trente-cinq ans.

10Alain Quemin a également souligné la rigidité de certaines barrières temporelles et la dimension structurante du critère de l’âge des artistes dans les processus d’évaluation au sein du marché de l’art :

Les catégories telles que “jeune artiste”, “artiste en milieu de carrière”, “artiste confirmé” et “artiste star” entretiennent un lien étroit avec l’âge des artistes et offre un angle important d’intellection (Quemin, 2013 :194).

11Il semble donc nécessaire pour se maintenir ou intégrer les circuits insti­tutionnels et marchands de l’art de bénéficier du niveau de notoriété corres­pondant à sa classe d’âge.

12Ainsi les artistes approchant de la quarantaine et qui, au regard des critè­res identifiés par certains auteurs, ne seraient pas parvenus à dépasser le statut de “jeune artiste” ou “d’artiste émergent”, auraient pour ainsi dire “raté le coche” et feraient figure d’intrus sur la scène artistique contempo­raine. Paradoxalement, alors que la majorité des individus qui composent la population des artistes ne connaissent « ni la fortune ni la gloire » (Perrenoud, 2007 :8), ne bénéficier que d’une reconnaissance très limitée voire d’aucune forme de reconnaissance, constitue une forme de déviance au re­gard de cette conception ascensionnelle des carrières artistiques, largement partagée par les acteurs de l’art contemporain.

13Cette configuration du monde de l’art contemporain à l’égard des artistes en deuxième partie de carrière pose plusieurs questions : comment ces artis­tes composent avec l’absence d’adhésion à leur travail de la part des acteurs qui organisent le monde professionnel dans lequel ils cherchent ou, du moins, ont cherché à s’intégrer et comment continuent-ils à exister sociale­ment en tant qu’artistes, c’est-à-dire à être identifiés comme tels par les pairs et les professionnels de l’art, alors que leur âge et leur visibilité les placent en dehors des différentes catégories d’artistes reconnues par ces mê­mes acteurs ? Dans ce contexte, continuer à exister en tant qu’artiste néces­site de composer avec les normes organisationnelles propres au monde de l’art contemporain, soit en les rejetant et en revendiquant une position de marginalité à l’égard des instances de légitimation de l’art contemporain, soit en les contournant et en s’appuyant sur d’autres ressorts que « le para­digme de l’artiste créateur » (Le Coq, 2009 :129) pour continuer à être reconnu socialement comme artiste.

B. Être “modeste” sans devenir “ordinaire”

14L’absence de reconnaissance de la part des acteurs de légitimation de l’art contemporain correspond à une remise en question de la qualité d’une production artistique et, dans le même temps, de l’appartenance de son auteur au monde de l’art contemporain. La réorientation professionnelle constitue la réponse attendue à ce rejet. Les artistes qui décident “malgré tout” de maintenir le même engagement professionnel doivent alors trouver les ressources nécessaires en dehors du cercle des acteurs qui participent à la construction de la valeur artistique pour poursuivre une activité de créa­tion et conserver une identité professionnelle organisée autour de l’art. Le maintien de la pratique artistique peut se trouver justifié par la mise en va­leur de la dimension vocationnelle de l’engagement artistique et par une identification au mythe de “l’artiste romantique” (Heinich, 2005). Certains enquêtés font en effet preuve d’une forme d’intransigeance à l’égard de l’idée de “l’art pour l’art” et défendent une “éthique” artistique centrée autour de l’idée de pureté de l’art :

Je fais des animaux avec des portes à peu près à l’échelle une. J’ai rencontré un galeriste qui m’a dit ‘c’est super, est-ce que tu pourrais en faire des plus petits’ ? Je lui ai fait : ‘bah non’. ‘Non, non’, je lui ai fait. ‘Par contre je peux te faire des animaux avec des bâtons de glace si tu veux’ mais je lui ai dit ça cyniquement pour me foutre un peu de sa gueule parce que je lui faisais comprendre gentiment et poliment : ‘mais c’est con ce que tu me demandes’ […]. Je lui fais : ‘mais c’est tout simple, le principe de ce travail-là, c’est les portes. Les portes, minimum, ça va faire 1, 8 mètre de long. Qu’est-ce que tu veux que je te fasse de petit avec des lamelles qui font déjà presque tout ton corps ? Il va y avoir aucune dynamique, aucune rythmique, aucune tension parce que je fais de la sculpture et pas de la décoration, donc il faut que la sculpture, elle ait une essence, une âme, une énergie, une vie, sinon ce n’est pas la peine de faire ce travail-là’. […] Mais je ne veux pas vendre mon âme non plus et je ne veux non plus faire tout et n’im­porte quoi. Je veux garder une certaine éthique. Oui, quitte à en crever, mais je pense qu’il vaut mieux crever avec une éthique qu’être milliar­daire sans scrupule. Moi, c’est ma philosophie, après on n’est pas obli­gé de la partager mais jusqu’alors c’est ce qui m’a tenu, c’est l’éduca­tion que j’ai reçue et je ne vais pas non plus faire ma pute, maintenant à quarante ans. Je n’ai pas envie de changer maintenant, ça me va bien comme ça (Mathieu, 40 ans).

15L’existence de Mathieu est largement organisée autour de sa pratique artistique et ce malgré les conditions de vie très précaires que cela impli­que : il vit aujourd’hui principalement du RSA, d’emplois liés à l’animation et, plus occasionnellement, de commandes d’œuvres passées par des collec­tionneurs locaux. L’image que lui renvoie le fonctionnement du marché de l’art et les exigences de rentabilité qu’il lui associe sont peu compatibles avec l’idéal artistique qu’il a forgé et qu’il défend. En suivant les conseils de ce galeriste, en réalisant des pièces de plus petite taille et en déclinant sa production en séries, Mathieu aurait pu rencontrer un succès commercial et tirer des revenus plus conséquents de son art.

16Son refus d’adapter sa création à des fins commerciales renvoie à la dimension vocationnelle de sa pratique artistique, perçue comme une « activité censée permettre à l’individu d’exprimer son “être”, ses pensées “pro­fondes”, et de faire ainsi preuve “d’authenticité” » (Buscatto, 2015 :40). Son refus exprime dans le même temps une forte adhésion à la “convention d’originalité”, structurante dans les sphères de l’art contemporain. Une nuance se dessine ici entre artistes “modestes” et artistes “ordinaires” tels qu’ils sont définis par Marc Perrenoud et Géraldine Bois :

Les artistes ordinaires sont des artistes “qui font le job”, le “métier”, et dont la création est loin d’être autonome, dégagée des contraintes commerciales et du souci d’adaptation au public (2017 :12).

17Ici, la pratique artistique ne peut pas s’apparenter à un travail ordinaire, au risque de se voir reléguée du côté de l’amateurisme ou de l’artisanat. On peut ici se reporter à la distinction opérée par Raymonde Moulin (1992) entre le marché de la peinture contemporaine et le marché des chromos qui renvoient à un marché d’œuvres relativement semblables et substituables, avant tout décoratives et réalisées par des artistes-artisans qui répondent à une demande de spectateurs-consommateurs.

18En faisant le choix de ne pas dévier d’une ligne artistique originale, asso­ciée à une démarche d’expérimentation, Mathieu signale son appartenance au monde de l’art contemporain, « le genre de l’art actuel valorisé par les institutions et le marché » et « fondé sur la transgression des frontières qui définissent l’art pour le sens commun » (Moureau/Sagot-Duvauroux, 2016 :22). Nathalie Heinich a souligné la dimension illusoire de la liberté de création dont disposent les artistes :

La transgression des frontières ne se confond pas avec l’absence de normes : rien n’est plus normé, plus contraint que le travail de l’artiste qui cherche à franchir les limites (1998 :56).

19Tout en prenant ses distances avec les normes de fonctionnement qui organisent les carrières et la diffusion des œuvres et avec un certain marché de l’art, Mathieu se conforme à la définition largement partagée de ce qu’est l’art contemporain, ce qui lui permet de continuer à se reconnaitre et à être reconnu, si ce n’est par les instances de légitimation, du moins dans un cer­cle proche, comme appartenant à l’avant-garde artistique. Le fait de pouvoir ou non vivre de son art a ici peu d’impact sur le maintien de l’activité artis­tique qui est davantage déterminée par la conservation de l’appartenance à l’avant-garde artistique. L’indifférence manifestée par Mathieu à l’égard des enjeux de reconnaissance professionnelle propres au monde de l’art semble minimiser l’impact de l’absence de reconnaissance sur sa pratique et sur la manière dont il se définit. Cette déconnexion entre réussite profes­sionnelle et pratique artistique permet le maintien d’une dynamique de créa­tion sur le long terme alors même que sa carrière artistique ne correspond pas au modèle ascensionnel valorisé par les acteurs de l’art contemporain.

20L’absence de reconnaissance peut ainsi être compensée par un rapport passionné à l’art et l’effritement de l’identité d’artiste contrebalancé par la création d’œuvres singulières, conformes aux attentes du monde de l’art contemporain. En outre, comme cela a notamment été le cas pour Mathieu, continuer à être identifié par les pairs et des professionnels de l’art comme appartenant à la sphère de l’art contemporain préserve l’accès à certains espaces de sociabilité qui prolongent l’activité artistique ; si les œuvres sont déterminantes, le maintien de l’identité d’artiste peut aussi passer par d’au­tres biais et notamment par un ancrage solide dans les réseaux de l’art con­temporain.

C. Exister socialement en tant qu’artiste

21Le rôle structurant des réseaux dans le fonctionnement du monde de l’art contemporain et dans la construction des carrières des artistes plasticiens a largement été mis en lumière (Becker, 1982 ; Moulin, 1992 ; Moureau/Zenou, 2016). Alors que l’accès à la reconnaissance ne constitue plus une pers­pective, l’inscription dans des réseaux de l’art contemporain revêt d’autres enjeux : il s’agit de maintenir une dynamique de création et de continuer à être identifié socialement comme artiste. Montrer ses œuvres, par le bais de rencontres, de publications, de visites d’atelier et d’expositions constitue le prolongement de la pratique de création en atelier et fait partie intégrante du travail artistique. Cela a souvent été présenté comme une nécessité par les plasticiens rencontrés au cours de l’enquête :

Un peu comme un sportif en fait, on ne peut pas juste tout le temps s’entrainer : c’est une question de niveau. Je pense que quand on n’ex­pose pas, quand on n’a pas de contrainte de temps, de projet, alors le niveau baisse insensiblement (Sarah, 37 ans).

22Confronter son œuvre au regard critique d’acteurs de l’art contemporain permet aux plasticiens de se maintenir dans une démarche de recherche, d’expérimentation et de rester en phase avec les évolutions de la scène artis­tique actuelle. Cette dimension publique atteste du sérieux et de l’authenti­cité de la démarche mais aussi de son professionnalisme. Comme l’a sou­ligné Moufida Oughabi :

La communication autour de ses propres œuvres ou de son activité apparait dès lors comme l’occasion d’une véritable mise en scène de soi participant au travail d’affirmation de l’identité artistique (2015 :58).

23Accéder à cette dimension sociale du travail artistique nécessite d’être intégré dans les réseaux de visibilité de l’art contemporain. Or Nathalie Moureau et Benoit Zenou ont souligné le caractère non définitif du capital social tel qu’il a pu être constitué à une étape d’un parcours artistique (2016 :124). En effet, si l’ensemble des artistes rencontrés au cours de l’en­quête ont vu, au début de leur parcours, leur travail salué et diffusé par les représentants des instances de légitimation de la scène artistique locale, la stagnation de leur carrière et de leur capital social ne leur permet pas de rester intégrés à ces réseaux locaux qui, comme on l’a vu, ne sont pas pensés pour soutenir ad vitam un artiste dont la pratique n’a été légitimée ni par une reconnaissance institutionnelle de grande échelle ni par un succès marchand.

24L’appartenance à un groupement d’artistes peut pallier cette absence de reconnaissance individuelle. Dans le monde de l’art contemporain, le col­lectif d’artistes, organisé généralement sous le statut légal d’association de la loi 1901, constitue un modèle de fonctionnement relativement courant (Liot, 2009). Alors que les collectifs formés par les jeunes diplômés des écoles d’art à l’issue de leur formation ont généralement une durée de vie limitée, certains collectifs étudiés au cours de l’enquête, animés par des artistes plus âgés mais bénéficiant d’un niveau de visibilité limité, sont bien installés dans le paysage artistique de leur ville. Si leur activité se déroule le plus souvent en marge des circuits plus traditionnels et plus visibles de l’art, les collectifs peuvent constituer des interlocuteurs importants pour les acteurs institutionnels locaux. Véritable « complément des institutions » (Glicenstein, 2015 :201), les collectifs participent au dynamisme culturel d’un territoire en animant des espaces alternatifs – ateliers, laboratoires ou espaces d’exposition – qui ont pu acquérir, localement, une certaine visibi­lité, au point de constituer un élément essentiel à la fois dans le maillage artistique des territoires et dans le déroulé des carrières des artistes de la région (Liot, 2009 :55). Grâce à la participation ou à l’organisation d’expo­sitions, de rencontres, de résidences, le fait d’appartenir à un collectif impli­que des rencontres fréquentes avec différents acteurs institutionnels de l’art et permet d’être reconnu comme membre légitime du monde de l’art contemporain.

25Sophie Le Coq a mis en lumière la multiplication des associations artis­tiques au cours des dernières années. Ce phénomène participe à une redéfi­nition du modèle de l’artiste créateur et de la structure économique des milieux artistiques (Le Coq, 2009 :129). « La participation des artistes au monde social de leur domaine artistique » (Le Coq, 2004 :119) ne repose alors plus uniquement sur leurs productions et sur la reconnaissance de leur singularité artistique mais peut être déterminée par le rôle social occupé sur la scène artistique locale.

26Ce mode d’existence sur la scène artistique n’est cependant pas sans ris­que et expose l’artiste à un effacement de son individualité de plasticien et à un glissement identitaire du statut de créateur à celui d’intervenant culturel ou d’acteur social. Ce risque est d’autant plus grand que le statut de l’artiste est aujourd’hui entouré d’un certain flou associé notamment à « une certaine culturalisation de la vie sociale » (Le Coq, 2009 :129), l’affirmation d’une identité d’artiste n’étant plus forcément liée au statut d’artiste indépendant mais pouvant également passer par la mise en avant du caractère créatif d’une activité salariée (Sulzer, 2009 :178).

27Nous avons ainsi mis au jour certains des ressorts, liés à la pratique artis­tique elle-même et à ses prolongements dans l’espace social, qui participent au maintien d’une dynamique de recherche artistique sur le long terme. Nous allons à présent étudier sous quelles formes, en termes de configura­tions professionnelles, se concrétise ce choix d’une existence centrée autour de l’art, quand bien même il est impossible de vivre de son art.

III. Les formes de la vie d’artiste

A. À l’articulation de la redéfinition de l’identité professionnelle et du choix de vie

28Les phénomènes de pluriactivité, c’est-à-dire l’exercice de plusieurs mé­tiers dans un même champ d’activité, voire les situations de polyactivité, c’est-à-dire le cumul de plusieurs métiers dans des champs d’activités dis­tincts, sont courants dans les sphères artistiques (Bureau, 2009 :27). Ces phénomènes ont été bien documentés, notamment lorsqu’ils concernent les arts du spectacle. Cependant, contrairement au secteur du spectacle vivant et à son système de l’intermittence – « socle de l’acceptabilité de ce système générateur d’incertitude et d’inégalités inhabituellement élevées » (Menger, 2009 :497) – les plasticiens ne bénéficient d’aucune assurance chômage spécifique, ce qui rend d’autant plus nécessaire l’exercice d’un emploi ali­mentaire. De ce fait, parce qu’ils ont traversé des expériences profession­nelles variées, les artistes rencontrés au cours de l’enquête sont déjà passés par le « temps de recomposition identitaire » qui suit l’entrée sur le marché du travail, au cours duquel ils doivent

[…] substituer à l’identité d’apprenti artiste, que le passage par l’école contribue à construire, une identité professionnelle encore largement incertaine (Sulzer, 2009 :184).

29L’identité professionnelle d’artiste est alors concurrencée par les identi­tés forgées lors d’expériences professionnelles parallèles qui se substituent parfois à celle de plasticien. Ces expériences professionnelles parallèles ont souvent joué un rôle déterminant dans le parcours des artistes rencontrés au cours de l’enquête. La volonté de préserver ou de retrouver – de façon pé­renne – un mode de vie organisé autour de l’art peut être associée à la con­frontation avec d’autres modes d’organisation de l’existence, souvent liée à une expérience du travail en entreprise, perçue de manière négative.

30Par exemple, après avoir exercé pendant une dizaine d’années en tant qu’artiste indépendant et avoir connu un certain succès au niveau régional, Thomas (47 ans) a suivi une formation afin de devenir infographiste – et ce principalement en raison de la pression exercée par ses parents. Il a travaillé pendant dix ans dans différentes entreprises de communication. Il a décidé à la fin de son dernier CDD de ne pas accepter le CDI qu’on lui proposait et de se consacrer entièrement à sa pratique artistique. Thomas tire aujour­d’hui l’essentiel de ses revenus des minimas sociaux et vit de manière très modeste :

Quand j’étais salarié, quand j’ai bossé dans des boites de com, ça m’a permis de découvrir le monde de l’entreprise et je me suis dit qu’ils étaient plus malheureux que moi. […] Je ne veux pas donner l’impres­sion d’être désobligeant vis-à-vis d’eux parce que ce sont des gens qui ont des enfants, qui ont besoin de vivre et de stabilité, tout ça. Mais en fait, c’est pathétique le travail en entreprise. Et là je suis bien content d’avoir arrêté même si je galère. […] Quand je pense à mon existence, les seuls moments qui sont réellement importants de ce que j’ai vécu et que je ne regrette pas, c’est vraiment les moments de création artis­tique où ça répond à une authenticité. Je me sens un peu con de dire ça, mais tu comprends ce que je veux dire ? (Thomas, 47 ans).

31Les parcours de plusieurs enquêtés correspondent à ce modèle spectacu­laire de la bifurcation professionnelle. Thomas a présenté le renoncement au travail en entreprise et le fait de renouer avec le projet professionnel initial comme une exigence associée à sa vocation artistique. Le choix de rup­ture avec une situation d’emploi stable a en partie été motivé par le sentiment de ne plus disposer de suffisamment de temps à consacrer à l’activité artistique – celle-ci étant reléguée dans les interstices de l’activité salariée, le soir et le weekend – et par les difficultés, voire l’impossibilité de prendre part à des projets artistiques collectifs (expositions, visites d’ateliers, réali­sation d’œuvres collectives). Les difficultés à maintenir une pratique régu­lière et l’éloignement d’une communauté d’artistes sont considérés comme des mises en péril de l’identité d’artiste qu’il s’agit de préserver. Mais ce retour à l’art a aussi été un moyen d’échapper aux contraintes associées à une forme de travail que Thomas juge insupportables et incompatibles avec le mode de vie auquel il aspire. Comme d’autres enquêtés, il a fait l’expé­rience de la souffrance au travail :

Avec des missions et des objectifs de plus en plus exigeants ; le man­que de moyens adaptés ; une disponibilité de plus en plus forte exigée par la dictature des e-mails ; la complexification du travail et l’absence de soutien hiérarchique ; une accélération temporelle ; le renouvelle­ment incessant des méthodes et des technologies ; des évaluations pas toujours objectives du travail réalisé… (Linhart, 2015 :98).

32Alors qu’au cours de leur formation les artistes ont pris l’habitude de s’a­donner à une pratique réflexive et qu’ils ont été formés à l’exercice d’une profession qui passe avant tout par l’affirmation de leur subjectivité, la con­frontation avec le management moderne qui consiste à « faire adhérer le salarié à la cause de son entreprise, de le conduire à s’identifier à elle, à en devenir un relais efficace » (Linhart, 2011 :35) et selon lequel « l’idéal de l’individu est appelé à se déployer dans l’espace limité de l’entreprise et de ses enjeux » (Linhart, 2008 :19) peut s’avérer particulièrement déstabilisan­te et constituer une source de souffrance.

33Le choix de la carrière artistique ne revêt plus alors les mêmes enjeux qu’en début de parcours professionnel. Les artistes concernés ont déjà été confrontés à la précarité de l’emploi, ils ont acquis une vision relativement claire de leur chance de réussite dans le milieu de l’art et des difficultés économiques qui les attendent. Le choix des artistes de quitter un emploi stable pour se consacrer principalement à l’art est le résultat d’un arbitrage entre, d’une part, une situation financière et professionnelle relativement confortable mais qui implique un renoncement à l’identité d’artiste et, d’au­tre part, les rétributions symboliques liées à la pratique artistique ainsi que les difficultés matérielles qui lui sont corollaires.

34Pour Thomas, comme pour d’autres enquêtés, le choix d’une installation durable dans la vie d’artiste a pris la forme de la bifurcation professionnelle. Pour d’autres enquêtés, ce choix a pu se construire de manière moins sou­daine, au fil de multiples expériences professionnelles et de différentes con­figurations d’emploi (monoactivité, polyactivité, pluriactivité). Dans tous les cas, le choix de la vie d’artiste, qu’elle se matérialise dans un mode d’existence dominé par la précarité ou sous des formes plus stables, a été nourri à la fois par l’appétence pour l’art et par les expériences profession­nelles précédentes. Nous allons à présent observer plus avant les formes professionnelles prises par ces choix d’orientation centrés autour de l’art.

B. La précarité comme horizon

35Une partie des artistes rencontrés au cours de l’enquête sont en situation de précarité professionnelle : ils combinent ou alternent souvent différentes sources de revenus liées à des emplois à temps partiel, des petits boulots, du travail non déclaré – animation, travail sur des chantiers, réalisation de sites internet – et/ou des aides sociales, s’adonnant souvent à des montages complexes, parfois à la limite de la légalité, voire en dehors de celle-ci.

36Par exemple, après quelques années de tentatives infructueuses d’inté­gration au marché et aux sphères institutionnelles de l’art, Térence (39 ans) a passé six ans à travailler comme menuisier puis comme vendeur à temps plein avant de décider, “du jour au lendemain”, de renoncer à ces formes stables d’emplois pour se consacrer à sa pratique artistique. Il “s’en sort” financièrement en combinant les revenus que lui procurent les minimas sociaux, le trafic de drogue (plus occasionnellement) et ses emplois de me­nuisier non déclarés (avant d’entamer ses études d’art, Térence avait suivi une formation de menuisier). Dans ce cadre, il est parvenu à créer au fil des années un réseau de clients relativement solide qui le sollicitent pour diffé­rents chantiers, si bien qu’il est aujourd’hui en mesure de décliner une offre de travail lorsqu’il est dans une période d’intense création, liée par exemple à la préparation d’une exposition, ou de trouver un travail sans trop de diffi­cultés lorsqu’il a besoin d’argent. Ce montage financier et professionnel permet aujourd’hui à Térence de bénéficier d’une forme de stabilité et d’or­ganiser l’ensemble de son temps et de ses activités autour de sa pratique artistique. Il dispose en effet d’assez de moyens pour financer son activité (achat de matériel et financement d’un atelier) et de suffisamment de temps pour créer. Sabrina Sinigaglia-Amadio et Jérémie Sinigaglia ont mis au jour les contraintes temporelles fortes auxquelles sont soumis les artistes en situ­ation de pluriactivité, qui doivent souvent jongler avec des emplois du temps très chargés (2017 :87). Le fait de ne pas être pris dans une relation contractuelle avec un employeur ou de bénéficier de formes contractuelles relativement lâches permet à Térence de répondre aux exigences de la création artistique.

37Ce dernier vit cependant dans des conditions très modestes où l’insécurité financière est décuplée par le caractère illégal des activités. Ces difficultés d’ordre matériel lui sont cependant supportables sur le long terme d’une part en raison des satisfactions qu’il tire de sa pratique artistique et d’autre part parce qu’elles sont le résultat d’un choix assumé, éclairé par l’expé­rience de conditions de vie – et notamment d’emploi – nettement plus stables. La précarité professionnelle et l’absence de reconnaissance ne sont pas synonymes d’échec à ses yeux. Il mentionne par ailleurs son recours aux aides sociales et notamment au RSA sans complexe. Dans ce contexte, con­trairement à d’autres sphères professionnelles, ce choix de vie atypique et le fait de bénéficier des minimas sociaux ne sont pas synonymes de margi­nalisation et d’exclusion sociale : Térence expose régulièrement, le plus souvent dans des espaces associatifs, et bénéficie d’un large cercle amical proche du monde de l’art contemporain. Dans les milieux artistiques, le recours au RSA est

moins vécu comme un échec que comme un choix assumé (“choix de vie”). Chez les artistes auteurs, écrivains, scénaristes, plasticiens, pho­tographes, peintres, sculpteurs, la précarité est consubstantielle à l’ac­tivité et le fait d’être bénéficiaire du RSA est banalisé (Avarguez/Gomel/Santos, 2014 :15).

38Dans ce contexte, le RSA et les autres aides sociales ne sont pas perçues comme un dernier recours visant à répondre à une situation de grande dé­tresse financière, mais ils participent du système mis en place par les artistes pour garantir le maintien de leur activité artistique. Térence, comme d’au­tres artistes rencontrés au cours de l’enquête, évolue dans un milieu où la précarité financière et professionnelle et le recours aux aides sociales sont relativement anodins. D’autre part, il ne subit aucune pression, par exemple liée à des obligations familiales, pour adopter un mode de vie plus stable.

39Dans l’extrait d’entretien rapporté plus haut, Thomas fait référence au fait que s’il a pu quitter un poste en entreprise qui ne lui convenait pas pour se consacrer exclusivement à l’art, c’est notamment parce qu’il n’a pas d’enfants et vit très modestement. En effet, tous les enquêtés en situation de précarité professionnelle et qui ne souhaitent pas opter pour un autre mode de vie n’ont pas d’enfants ou n’en ont pas la garde. Ils sont pour la plupart célibataires ou bien ne vivent pas avec leur conjoint. L’enquête réalisée par Serge Paugam auprès de salariés de différentes entreprises a mis au jour les liens existant entre précarité professionnelle et instabilité de la vie conjugale et familiale (Paugam, 2000 :294). Par exemple, Isaac (39 ans), artiste plasti­cien et père de deux enfants, exerce différents emplois alimentaires. Il cher­che aujourd’hui à quitter cette situation de précarité professionnelle et pré­pare depuis deux ans le CAPES d’art plastique. Sa compagne travaille dans le service culturel d’une petite ville ; c’est principalement elle qui fait vivre le ménage et c’est à Isaac, en raison de sa plus grande disponibilité, que reviennent les tâches domestiques et le soin des enfants. S’il cherche à accé­der à une situation professionnelle stable, c’est en partie parce que le ména­ge est confronté à des difficultés financières mais aussi en raison de son âge (Isaac est en effet arrivé à un âge où « les responsabilités et les charges fami­liales sont en général plus élevées » (Paugam, 2000 :297)) et du regard porté sur sa position “d’homme au foyer” par son entourage. Comme l’a souligné Serge Paugam, « c’est entre 35 et 50 ans que les attentes individuelles et collectives à l’égard de la stabilité de l’emploi sont les plus fortes dans le ménage » (2000 :297). Dans les discours des enquêtés l’absence d’obligations familiales va de pair avec l’absence d’obligations professionnelles. Elle leur permet de maintenir ce mode de vie, intenable sur le long terme pour un individu ayant à assumer une charge parentale et les obligations de présence et de ressources qui lui sont corollaires. La décision de sortir d’une situation professionnelle précaire peut ainsi être associée à des contraintes familiales mais elle peut aussi être le résultat de la fatigue liée à ce mode de vie, parfois usant, source d’angoisse et possiblement dangereux pour la régularité de la pratique artistique et la qualité des œuvres.

C. La recherche d’une stabilité

40Pour la plupart des enquêtés, l’articulation des temps de vie et des iden­tités professionnelles a longtemps été un sujet de préoccupation. Dans ce cadre la question des revenus et de l’équilibre entre emploi alimentaire et activité artistique est déterminante. La résolution de cette difficulté, qui ga­rantit la possibilité d’exercer son art dans des conditions sereines, autorise le maintien de l’activité artistique sur le long terme. Pour une partie des enquêtés, la solution à cette question de l’articulation des identités profes­sionnelles passe par le refus d’endosser une autre identité que celle d’artiste et par l’acceptation de conditions de vie très incertaines et de revenus mo­diques. Pour les autres enquêtés, la précarité est devenue de moins en moins supportable au fil des ans. Il a alors fallu trouver un emploi qui, tout en n’empiétant pas trop sur l’activité artistique et ne conduisant pas à une remise en question de leur identité d’artistes, constitue une source de reve­nus suffisante pour financer l’activité artistique et offrir des conditions de vie stables. L’enseignement est souvent envisagé comme une solution à même de répondre à ces différentes attentes :

Quand je suis sorti de l’École des beaux-arts, j’ai vu pas mal de mes camarades partir à l’université faire des formations complémentaires pour enseigner au collège ou au lycée […]. J’ai dit ‘je n’enseignerai jamais, c’est hors de question’. Mais évidemment comme tout le mon­de j’ai été obligé de subvenir à mes besoins et puis il faut payer l’ate­lier, il faut payer le matériel. Et puis il faut apprendre à gérer la dose de travail alimentaire, pour ménager le temps et l’énergie de travail à l’atelier, c’est un équilibre qui n’est pas facile à trouver, mais bon ça fait des semaines bien remplies. J’ai travaillé pour les monuments his­toriques […] mais ce travail principal que je faisais, qui était la restau­ration, n’était pas régulier. Donc des incertitudes partout. Alors j’ai accepté cette première charge d’enseignement et puis j’ai eu l’oppor­tunité d’enseigner dans une école d’architecture (Hélène, 53 ans).

41Hélène a connu un certain succès commercial et institutionnel dans les années qui ont suivi ses études. Ce succès, grâce à la vente d’œuvres et à la commande de pièces, lui a permis de tirer des revenus de sa pratique artis­tique. Elle a ainsi pris l’habitude, tout en travaillant à la rénovation de mo­numents historiques dans le cadre de missions occasionnelles considérées comme alimentaires, de consacrer une large partie de son temps à l’art et de financer de vastes espaces de travail indispensables à sa pratique artistique. La fin de cette période de reconnaissance artistique lui a imposé de trouver une source de revenus pérenne pour maintenir les mêmes conditions de création. La précarité de sa situation lui devenant insupportable, au point d’affecter sa pratique artistique, elle a souhaité trouver un moyen de stabili­ser sa situation professionnelle sans remettre en question son identité d’ar­tiste : l’enseignement a représenté l’option la plus adéquate.

42L’enseignement artistique n’a rien d’homogène : les statuts et les condi­tions d’exercice sont très variés. En effet, être professeur d’arts plastiques dans le secondaire a peu de choses en commun avec le fait d’enseigner dans une école supérieure des beaux-arts qui suppose d’avoir déjà atteint un cer­tain niveau de reconnaissance artistique. Plusieurs enquêtés ont des postes dans l’enseignement supérieur ; leur statut leur permettant de poursuivre leur activité artistique dans d’assez bonnes conditions, l’enseignement leur apparait alors comme le prolongement naturel d’une activité artistique. La situation est très différente dans l’enseignement secondaire. Fanny a par exemple exercé comme professeure contractuelle en arts plastiques :

C’est un métier qui n’a rien à voir pour moi avec le métier d’artiste. Être prof, c’est être prof. Prof, c’est faire de la discipline, c’est gérer un groupe de trente, c’est faire un travail d’une heure avec eux, c’est être dans une hiérarchie particulière : l’Éducation nationale. […] Donc pour moi ça n’est pas possible. Je pense que c’est un métier très dur en fait et c’est trop éloigné de ce que je pourrais, de ce que je voulais faire. Donc tout le monde dit quand tu fais les Beaux-arts, quand tu es artiste : ‘ah mais pourquoi tu donnes pas des cours, mais pourquoi tu n’es pas prof d’art plastique’. C’est le truc auquel on pense tout de suite, qui paraît évident, mais pour moi c’est absurde (Fanny, 41 ans).

43Hélène avait la même répulsion vis-à-vis de l’enseignement en art : son choix a avant tout été motivé par la stabilité que représente le statut de pro­fesseur. Cependant, si elle a décidé de rester enseignante, au point de passer les concours pour devenir professeure titulaire, c’est parce que ce nouveau statut ne lui a pas semblé incompatible avec celui d’artiste. Exercer dans le secondaire suppose d’endosser une nouvelle identité : celle de professeur. Ce n’est pas le cas dans l’enseignement supérieur où c’est notamment en raison de leur parcours et de leur réputation en tant qu’artistes que les postu­lants sont recrutés.

44Si pour une partie des enquêtés, l’emploi qui leur permet de subvenir à leurs besoins doit s’inscrire dans le prolongement de leur activité artistique et se situer dans les branches de la culture ou des industries créatives, pour d’autres enquêtés il s’agissait avant tout de trouver une activité à même de préserver le temps consacré à la création. Ainsi Sarah (37 ans) travaille à temps partiel dans l’entreprise familiale où elle réalise des tâches adminis­tratives. Ce compromis, qu’elle a mis plusieurs années à accepter, lui per­met de financer un atelier et du matériel ainsi que de consacrer une partie de la semaine à son art. L’ensemble des enquêtés qui occupent aujourd’hui un poste d’enseignant ou un emploi en CDI, généralement à temps partiel, dans les professions para-artistiques ou non, vivent dans des conditions relativement confortables. Afin que l’accès à cette stabilité professionnelle ne se fasse pas au prix du renoncement au statut d’artiste et à une pratique artistique régulière, les artistes ont longtemps tâtonné et expérimenté diffé­rents agencements professionnels. Alors que l’inconfort matériel induit par des revenus faibles et irréguliers associé à de faibles perspectives de réussite artistique pousse certains artistes à s’écarter des sphères artistiques, ici la construction d’un équilibre entre emploi alimentaire et activité artistique mais aussi entre identité professionnelle et identité artistique est le gage du maintien de l’activité artistique.

IV. Conclusion

45La distinction établie entre réussite professionnelle et pratique artistique joue un rôle déterminant dans le maintien d’un mode de vie organisé autour d’une certaine conception de l’art, tournée vers la recherche et la transgres­sion, seule conception légitime au sein du monde de l’art contemporain. Dans ces circonstances, malgré la tournure “modeste” prise par la trajectoire de ces artistes, la pratique artistique ne peut pas prendre la forme d’un travail “ordinaire”. L’art n’est en effet pas envisagé comme une source de revenus potentielle ou comme devant permettre une ascension sociale mais comme une démarche singulière tournée vers l’expérimentation. En outre, si l’engagement artistique peut être envisagé « sur le mode du sacrifice, [comme le] résultat d’un choix de répondre à une sorte d’appel intérieur malgré la situation d’exercice de la pratique artistique ne garantissant pas systématiquement de vivre économiquement de cette activité » (Lecoq, 2009 :134), il peut aussi être motivé par des ressorts extérieurs à la pratique de création et s’articuler à un choix de vie ; le prolongement social de la vie d’artiste, ponctué de rencontres, de projets, de collaborations pouvant cons­tituer une source d’épanouissement.

46Dès lors, il devient possible de considérer le maintien dans les carrières artistiques, non pas sous l’angle de l’échec professionnel comme un entête­ment absurde dans un mode de vie parfois très précaire, mais comme le résultat d’une série de choix éclairés par une connaissance du fonctionnement du milieu professionnel artistique acquise au fil des ans et par l’identi­fication, souvent réalisée dans une succession de tâtonnements et d’expéri­mentations professionnelles, du mode de vie souhaité. L’« ajustement des aspirations » qui vise à réduire « l’écart entre les espérances subjectives et les chances objectives » (Sinigaglia, 2017 :5) de réussite dans le milieu artis­tique, peut être alors envisagé de manière moins douloureuse, non pas comme un dernier trait tiré sur un rêve de gloire, mais comme une des nom­breuses étapes de la mise en œuvre d’un choix de vie qui, s’il peut sembler marginal, est pleinement assumé.

Haut de page

Bibliographie

Avarguez S., Gomel B., Sigalo Santos L.,
2014 “L’accompagnement des artistes allocataires du RSA”, dans Eydoux A., Gomel B., Apprendre (de l’échec) du RSA. La solidarité active en question, Paris, Wolters Kluwer, pp. 239-246.

Buscatto M.,
2015 “Aux fondements du travail artistique. Vocation, passion ou travail ordi­naire ?”, dans Loriol M., Leroux N. (dir.), Le Travail passionné. L’engage­ment artistique, sportif ou politique, Toulouse, Erès, pp. 29-56.

Galodé G., Michaut C.,
2003 “Le cheminement des étudiants dans les écoles supérieures d’art”, Revue fran­çaise de pédagogie, n° 143, pp. 79-89.

Glicenstein J.,
2015 L’Invention du curateur : mutations dans l’art contemporain, Paris, PUF.

Heinich N.,
1998 Le Triple Jeu de l’art contemporain, Paris, Les Éditions de Minuit.
2005 L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard.

LeCoq S.,
2004 “Le travail artistique : effritement du modèle de l’artiste créateur ? ”, Sociologie de l’Art, opus 5, n° 3, pp. 111-131.
2009 “S’investir dans les trajectoires artistiques : l’expression d’engagements différenciés”, Marges, n° 9, pp. 126-140.

Linhart D.,
2008 Pourquoi travaillons-nous ?, Toulouse, Érès.
2011 “Une précarisation subjective du travail ? ”, Annales des Mines - Réalités industrielles, n° 1, pp. 27-34.
2015 La Comédie humaine du travail, de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Toulouse, Érès.

Liot F.,
2009 “Collectifs d’artistes et action publique”, dans Bureau M., Perrenoud M., Shapiro R., L’Artiste pluriel. Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires de Septentrion, pp. 51-64.

Marguin S.,
2013 “Les temporalités de la réussite : le moment charnière des quarante ans chez les artistes d’art contemporain”, SociologieS [en ligne], Dossiers, Temps pro­fessionnels, temps prescrits, temporalités sociales, mis en ligne le 19 novem­bre 2013, consulté le 19 août 2019, http://journals.openedition.org/sociologies/4466.

Martin B.,
2005 L’évaluation de la qualité sur le marché de l’art contemporain. Le cas des jeunes artistes en voie d’insertion, Thèse de doctorat en sociologie, Nanterre, Université Paris X.

Martuccelli D.,
2015 “Les deux voies de la notion d’épreuve en sociologie”, Sociologie, n° 1, vol. 6, pp. 43-60.

Menger P.,
2009 Le Travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard/Seuil.

Moulin R.,
1992 L’Artiste, l’institution et le marché, Paris, Flammarion [1967].

Moulin R., Quemin A.,
2001 “L’expertise artistique”, dans Aubert F., Sylvestre J. (éd.), Confiance et rationalité, Paris, INRA Éditions, pp. 203-215.

Moureau N., Zenou B.,
2016 “Le capital social, l’art contemporain et les carrières”, Sociologie de l’Art, n° 25, pp. 109-128.

Oughabi M.,
2015 “Ne vivre que de son activité de plasticien : une condition exclusive pour affirmer sa passion au travail ? ”, in Loriol M., Leroux N. (dir.), Le Travail passionné. L’engagement artistique, sportif ou politique, Toulouse, Erès, pp. 57-88.

Paugam S.,
2000 Le Salarié de la précarité : Les nouvelles formes de l’intégration profession­nelle, Paris, Presses Universitaires de France.

Perrenoud M.,
2007 Les Musicos. Enquête sur des musiciens ordinaires, Paris, La Découverte.

Quemin A.,
2002 L’Art contemporain international. Entre les institutions et le marché, Paris, Jacqueline Chambon/Artprice.
2013 Les Stars de l’art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels, Paris, CNRS Éditions.

Shapiro R.,
2009 “Et à part ça, vous faites quoi ? ”, dans Bureau M., Perrenoud M., Shapiro R., L’Artiste pluriel. Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires de Septentrion, pp. 17-31.

Sinigaglia J.,
2013 “Le bonheur comme rétribution du travail artistique : De l’injonction à l’incor­poration d’une norme”, Sociétés contemporaines, n° 91, pp. 17-42.
2017 “La consécration qui ne vient pas”, Biens symboliques/Symbolic Goods, 1, https://www.biens-symboliques.net/101.

Sinigaglia-Amadio S., Sinigaglia J.,
2017 Temporalités du travail artistique : le cas des musicien·ne·s et des plasticien·ne·s, Paris, Ministère de la Culture - DEPS.

Sulzer E.,
2009 “Après les Beaux-arts, la tentation du salariat”, dans Bureau M., Perrenoud M., Shapiro R., L’Artiste pluriel. Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires de Septentrion, pp. 175-187.

Vandenbunder J.,
2011 “Une école de la maturation ? Analyse de la formation artistique entre immédiateté du don, rythme des études et processus de création”, Temporalités, n° 14, mis en ligne le 15 novembre 2011, consulté le 19 août 2019, http://journals.openedition.org/temporalites/1788, DOI : 10.4000/temporalites.1788.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Ce texte analyse les conditions du maintien de l’activité des artistes modestes en deuxième partie de carrière qui, malgré une absence de revenus associés à la pratique artistique et un faible niveau de reconnaissance, continuent à se définir comme artistes. Plusieurs chercheurs ont mis en lumière le caractère structurant du critère de l’âge des artistes dans les processus d’évaluation au sein du marché de l’art et des institutions culturelles. Passé un certain âge, il devient difficile pour un artiste d’intégrer de manière durable les circuits de visibilité artistique et d’obtenir une reconnaissance marchande qui lui apportera une source de revenus. Ainsi les artistes approchant de la quarantaine et qui, au regard des critères identifiés par certains auteurs, ne seraient pas parvenus à dépasser le statut de “jeune artiste” ou “d’artiste émergent”, auraient pour ainsi dire “raté le coche” et feraient figure d’intrus sur la scène artistique contemporaine. Cette configuration du monde de l’art contemporain à l’égard des artistes en deuxième partie de carrière pose plusieurs questions : comment ces artistes composent avec l’absence d’adhésion à leur travail de la part des acteurs qui organisent le monde professionnel dans lequel ils cherchent ou, du moins, ont cherché à s’intégrer et comment continuent-ils à exister socialement en tant qu’artistes, c’est-à-dire à être identifiés comme tels par les pairs et les professionnels de l’art, alors que leur âge et leur visibilité les placent en dehors des différentes catégories d’artistes reconnues par ces mêmes acteurs ? D’autre part sous quelles formes, en termes de configurations professionnelles, se concrétisent les choix d’orientation de ceux qui ont décidé de vivre dans l’art sans pouvoir vivre de leur pratique artistique ?

Théorie : Cette contribution s’intéresse aux individus dont le parcours constitue une forme de déviance au regard des normes véhiculées par le marché de l’art et les institutions culturelles qui structurent les différentes étapes des parcours artistiques. Dans ce cadre, la notion de carrière, qui permet à la fois d’analyser de quelles manières les artis­tes composent avec les contraintes successives auxquelles ils sont confrontés et qui ou­vre à la question de l’articulation des temps sociaux constitue un élément structurant de notre analyse. Ce texte étudie également la manière dont l’absence de revenus associés à l’activité artistique et la conciliation entre activité salariée et activité non salariée brouillent la question de l’articulation des temps sociaux et complexifient la construction et le maintien d’une identité professionnelle.

Méthodologie : Cet article s’appuie sur deux enquêtes par entretiens, réalisées en 2012-2014 et en 2016-2017. Des entretiens ont été réalisés avec des acteurs de l’art contemporain (personnels et responsables d’institutions culturelles, galeristes, commissaires d’expositions, enseignants en école d’art, etc.) ainsi qu’avec des artistes. Ces derniers, âgés de 37 à 64 ans, sont diplômés d’une école des beaux-arts et ont bénéficié à un moment de leur parcours d’une reconnaissance institutionnelle locale. Aucun de ces artistes n’est intégré de manière durable dans les réseaux marchands de l’art contemporain et ne vit de son art.

Résultat : L’absence de reconnaissance, qui correspond à une remise en question de la qualité d’une production artistique et de l’appartenance de son auteur au monde de l’art contemporain, peut être compensée par un rapport passionné à l’art, par la mise en valeur de la dimension vocationnelle de l’engagement artistique et par une prise de distance à l’égard des enjeux de reconnaissance professionnelle propres au monde de l’art. L’effritement de l’identité d’artiste peut quant à elle être contrebalancée par la création d’œuvres singulières, conformes au paradigme d’originalité associé à l’art contemporain. En outre, continuer à être identifié par les pairs et des professionnels de l’art comme appartenant à la sphère de l’art contemporain préserve l’accès à certains espaces de sociabilité qui prolongent l’activité artistique. Alors que l’activité artistique ne constitue pas une source de revenus, l’articulation des identités professionnelles, l’équilibre entre emploi alimentaire et activité artistique ainsi que la question des revenus sont déterminants. Le maintien sur le long terme dans une carrière artistique apparait alors comme le résultat d’une série de choix éclairés par une connaissance précise du fonctionnement intentionnel et marchand de l’art contemporain acquise au fil des ans et par l’expérimentation de différents agencements professionnels.

Discussion : L’analyse des conditions du maintien d’une activité et d’une identité artistique chez les plasticiens modestes, en deuxième partie de carrière a nécessité de mettre à distance la conception ascensionnelle des carrières artistiques partagée dans les milieux marchands et institutionnels de l’art. Dans un contexte où la très large majorité des artistes n’accèdent pas à la célébrité et ne parviennent pas à vivre de leur art, cette prise de distance invite à revisiter et réinterroger les liens entre reconnaissance et réussite professionnelle dans les milieux artistiques. En outre, elle invite, dans le sillage de l’évolution des politi­ques culturelles, à élargir la notion de carrière artistique et à considérer l’implication des artistes dans les dispositifs d’animation culturelle et leur rôle dans le dynamisme des territoires en tenant compte du glissement identitaire que cela implique et des réticences des artistes qui y sont associés.

Structured summary

Presentation : This text analyses the conditions for maintenance of activity by modest artists in the second part of their careers who, despite an absence of income associated with their artistic practice and a low level of recognition, continue to define themsel­ves as artists. Several researchers have shed light on the structuring character of the criterion of the age of artists in evaluation processes within the art market and in cultural institutions. Beyond a certain age, it becomes harder for an artist to penetrate the circuits of artistic visibility in an enduring way and obtain the commercial recognition affording her or him a source of income. Thus artists approaching forty who, taking into consideration the criteria identified by certain authors, may not have managed to get beyond the “young artist” or “emergent artist” status, may so to speak be said to have “missed the boat” and come across as intruders on the contemporary art stage. This configuration of the world of contemporary art with regard to artists in the second part of their careers raises several questions : how do these artists contend with the lack of uptake of their work by the actors organizing the professional world they seek or, at least, have sought to integrate themselves into and how do they continue to exist socially as artists, i.e. in being identified as such by their peers and professionals of art, whereas their age and visibility place them outside the various categories of ar­tists recognized by these same actors ? Furthermore, in terms of professional configurations, what forms will the choices of orientation of those who have decided to live in art without being able to live from their artistic practice be concretized in ?

Theory : This contribution focuses on individuals whose career path represents a form of deviance given the norms conveyed by the art market and the cultural institutions structuring the various stages of artistic career paths. In this framework, the concept of career, which at once allows us to analyse how artists contend with the successive constraints confronting them and opens the question of the interrelationship of social times, represents a structuring element of our analysis. This text also studies how the absence of incomes associated with artistic activity and the reconciliation between paid activity and unpaid activity muddies the question of the interrelationship of social times and complexifies the construction and maintenance of professional identities.

Methodology : This is based on two surveys by interviews, carried out in 2012-2014 and 2016-2017. The interviews were done with actors in contemporary art (personnel and managers of cultural institutions, gallery owners, exhibition curators, teachers in art schools, etc.) as well as with artists. The latter, ranging from 37 to 64 years of age, were graduates of fine arts schools and at one time in their career paths enjoyed local institutional recognition. None of these artists have managed to integrate themselves in an enduring way in the commercial networks of contemporary art and do not live from their art.

Result : The absence of recognition, which corresponds to a calling into question of the quality of an artistic production and its author’s membership in the world of contemporary art, may be compensated by an impassioned relationship with art, by the development of the vocational dimension of artistic engagement and by a distance-taking with regard to the stakes of professional recognition specific to the world of art. The unravelling of the artist’s identity may, for its part, be counterbalanced by the creation of singular works, in conformity with the paradigm of originality associated with contemporary art. Moreover, continuing to be identified by the peers and professionals of art as belonging to the sphere of contemporary art preserves access to certain spaces of sociability prolonging artistic activity. While artistic activity may not constitute a source of income, the interrelationship of professional identities, the balance between breadwinning employment and artistic activity, as well as the question of income are determinant. Long term maintenance in an artistic career thus seems to be the result of a series of choices enlightened by a precise knowledge of the intentio­nal and commercial functioning of contemporary art acquired over the years and through experimentation with various professional arrangements.

Discussion : Analysis of the conditions for the maintenance of an activity and an artistic identity among modest plastic artists, in the second parts of their careers, has requi­red taking a distance from the upward bound conception of artistic careers common to commercial and institutional art milieux. In a context where the very vast majority of artists do not attain prominence and do not manage to live from their art, this distance taking invites us to revisit and re-examine the bonds between recognition and professional success in artistic milieux. Moreover, in the wake of the evolution of cultural policies, it invites us to widen the concept of ‘artistic career’ and to consider the artists’ involvement in the arrangements of cultural activity (AP) and their role in the dynamism of these territories in taking the identity shift that implies into account and the reluctance of artists associated with it.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoé Haller, « Rester plasticien quand la notoriété ne fait plus partie du champ des possibles »Recherches sociologiques et anthropologiques, 50-2 | 2019, 147-165.

Référence électronique

Zoé Haller, « Rester plasticien quand la notoriété ne fait plus partie du champ des possibles »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 50-2 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsa/3569 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.3569

Haut de page

Auteur

Zoé Haller

Doctorante en sociologie, laboratoire Dysolab, Université Rouen Normandie.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search