Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-1DossierLa culture légitime et la distinc...

Dossier

La culture légitime et la distinction dans le Japon contemporain

Legitimate Culture and Distinction in Contemporary Japan
Naoki Iso 
p. 87-103

Résumés

Cet article s’interroge sur la pertinence d’une approche en termes de “culture légitime” dans le cas japonais, qui serait au fondement de la distinction sociale. Il part de la théorisation de Pierre Bourdieu entendant rompre avec le relativisme et le principe d’autonomie des cultures pour mettre l’accent sur les rapports entre classes sociales et la domination des couches supérieures. Toutefois, il est montré en quoi l’application du modèle se révèle assez délicate au Japon, la question se posant de savoir dans quelle mesure ce sont surtout des codes “traditionnels” ou des pratiques importées (à commencer par les concerts de musique classique occidentale) qui structurent la distinction. S’appuyant sur des enquêtes menées en 1995 et en 2015 autour de la stratification, la mobilité sociale et la conscience de classe, ce travail conclut qu’il y a bien des codes dominants mais que ceux-ci sont relativement contradictoires, rendant complexe la mise en œuvre d’une analyse en termes de “culture légitime”. Seules des recherches très approfondies pourraient permettre d’éclairer sa composition.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1La culture légitime est théoriquement la base de la hiérarchie culturelle. Sans elle, l’inégalité culturelle ne saurait être expliquée. C’est aussi l’un des postulats de La Distinction de Pierre Bourdieu (1979). Dans son compte-rendu de l’ouvrage Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature de Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Pierre-Michel Menger rappelle que la “théorie de la légitimité culturelle” rompt avec le relativisme et son principe d’autonomisation des cultures en rapportant le sens culturel des pratiques aux conditions et aux positions so­ciales où il a cours, dans un espace social hiérarchisé (Menger, 1991 :646-647). Menger poursuit en soulignant qu’une telle théorie «porte le théori­cien à réduire à néant le sens des cultures populaires dans le moment même où elles lui permettent d’objectiver l’arbitraire de la culture des classes do­minantes» (Ibid. :647).

2Selon Richard A. Peterson, qui a testé “la théorie de la légitimité cultu­relle”, le capital culturel est de plus en plus perçu comme une aptitude à apprécier l’esthétisme propre à une vaste gamme de formes culturelles, qui englobent les arts, mais aussi toute une série d’expressions populaires et folkloriques ; cette aptitude a été dénommée “omnivorité” (Peterson, 2004 :147). Cependant, ces analyses ne sont pas entièrement convaincantes. Selon Philippe Coulangeon, les commentateurs de La Distinction ont ten­dance à prêter à Pierre Bourdieu une cartographie mécaniquement détermi­niste de la correspondance entre l’espace des goûts et l’espace des positions sociales (Coulangeon, 2010 :89). En analysant la série d’enquêtes sur les pratiques culturelles des Français conduites par le ministère de la Culture en 1973, 1981, 1988, 1997 et 2008, Coulangeon conclut que la culture légi­time persiste en France malgré la transformation culturelle. Cependant, bien que la culture légitime soit une source de la distinction sociale hiérarchisée, elle n’en est pas la condition. Il pourrait donc y avoir une culture légitime dans une société égalitaire.

3En effet, si l’on définit l’égalité culturelle comme l’accès égal à la culture légitime, les deux peuvent coexister. Dans La Distinction, Bourdieu ne trai­te pas de la coexistence entre la culture légitime et la distinction sociale, mais de la relation entre les deux. Nous pouvons aussi mettre en question la validité de la culture légitime : y-a-t-il distinction sociale sans elle ? Au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, la société japonaise peut sembler relativement égale du point de vue du capital culturel (Aizawa/Iso, 2016 :190-193). Cependant, elle connait des inégalités et des distinctions sociales. Mais existe-t-il une culture légitime au Japon ? Si oui, de quelle nature est-elle ? Ces questions rendent compte de la genèse et du développement de la culture légitime au Japon.

  • 1 Nous remercions Béryl Chanteux pour sa relecture.
  • 2 Ce projet sur la sociologie de la culture japonaise est soutenu et financé par le JSPS KAKENHI Gran (...)
  • 3 Nous utilisons les données des enquêtes du SSM avec la permission du comité d’enquête de la version (...)

4Cependant, dans cet article, à travers deux cas japonais, nous mettrons la validité de la culture légitime en question1. Nous analyserons d’abord le contexte historique de la culture légitime dans les années 1950-60, en met­tant l’accent sur ce que l’on nomme “les débats sur la tradition” dans diffé­rents champs culturels2. Puis, en analysant les correspondances multiples entre les données des versions 1995 et 2015 du SSM (Social Stratification and Social Mobility)3, nous établirons en quoi certaines pratiques culturelles ont un rapport étroit avec les positionnements sociaux. Enfin, nous consi­dèrerons le concept de goût au Japon afin de réexaminer la relation entre culture légitime et distinction.

II. La tradition comme distinction sociale ou comme culture légitime ?

5Le Japon a vécu un processus rapide de modernisation durant la seconde moitié du 19ème siècle. Cette modernisation a principalement été influencée par des pays européens comme la France, l’Angleterre, l’Allemagne et d’autres. Après la Seconde Guerre mondiale, entre 1945 et 1952, le Japon se trouve sous l’occupation du commandement suprême des forces alliées (SCAP). À partir des années 1950, le miracle économique japonais naissant implique la société industrielle. Dans un tel contexte historique, l’identité de la tradition japonaise a été toujours un enjeu intellectuel.

6“L’invention de la tradition” est un concept largement popularisé par l’ouvrage éponyme dirigé par Eric Hobsbawm et Terence Ranger (Hobs­bawm/Ranger, 1983). Dans le Japon moderne, un grand nombre de tradi­tions ont été inventées elles aussi. Le mot “tradition” lui-même a été traduit en japonais par dentō (伝統) à la fin du 19ème siècle (Yamashita, 2011 :537-538). Bien qu’il soit juste de dire qu’il n’y avait donc aucune “tradition” au Japon avant le 19ème siècle, la notion de tradition japonaise a immédiatement semblé évidente pour les Japonais en général. Nous n’avons pas pour but de dévoiler ici les inventions de la tradition japonaise, mais de traiter de la notion de tradition comme marque de la distinction sociale ou forme de la culture légitime.

7Si la culture légitime est la marque d’une hiérarchie sociale, la tradition s’apparente plutôt à une forme d’intégration sociale ou à une culture com­mune d’un groupe social. La tradition est souvent populaire, donc non dis­tinguée. Par ailleurs, la culture légitime a toujours besoin d’une tradition ou d’une histoire. Même une révolution symbolique n’arriverait pas sans tradi­tion, comme le met en évidence Bourdieu dans sa réflexion sur Manet (Bourdieu, 2013). En France, la culture légitime est toujours traditionnelle mais distinguée. Au Japon par contre, des cultures européennes importées ont été légitimées politiquement à partir de la fin du 19ème siècle, par exem­ple dans le champ artistique (Tsuji, 2018 ; Satō, 2011). Le concept nihonga, qui signifie “peinture japonaise”, apparait entre les années 1870 et 1880 (Tsuji, 2018 :384). Cette apparition est la conséquence d’une invention de la tradition conçue en réaction contre les peintures européennes. Par oppo­sition au nihonga, le concept Yō-ga, qui signifie “peinture occidentale”, est aussi inventé à la même époque (Tsuji, 2018 :384). En tant que courants artistiques, le nihonga et le Yō-ga sont également légitimés mais guère enra­cinés en tant que tradition.

8Le sens de la tradition est ambigu : banal ou légitime. Avec une grande pénétration de vue, Bourdieu observe ainsi qu’un exemple typique d’inven­tion culturelle dont l’intention réhabilitatrice est évidente est l’interdiction, au 19ème siècle, des bains publics qui appartenaient à la tradition japonaise. Selon lui,

le modèle occidental portant à les regarder comme bizarres, on interdit et on exclut de la culture légitime une pratique culturelle traditionnelle alors qu’on y introduit des pratiques qui n’existaient que pour de peti­tes fractions de la société de cour et qu’on constitue en éléments de la culture générale (Bourdieu, 2012 :268).

9Par ailleurs, il reconnaît que l’on assiste à une réinvention des arts tradi­tionnels, comme les arts martiaux, la calligraphie et le sadô (cérémonie du thé).

III. Débats sur la tradition dans les années 1950

10Hormis pour les spécialistes de l’art japonais, l’ukiyo-e de l’époque d’Edo (1603-1868), de Hokusai ou Hiroshige, semble représenter par excel­lence la tradition de l’art japonais. Pourtant, comme ce fut le cas avec le mot dentō (伝統) pour désigner la “tradition”, le mot bijutsu (美術) a été créé pour traduire le mot “art” (Satō, 2011). Le concept et les techniques de l’art européen furent donc importés au Japon à partir du 19ème siècle. Quant au concept d’ “art japonais”, son invention remonte au début du 20ème siècle. Au sein de tels processus d’invention de la tradition japonaise, le gouverne­ment japonais a joué un rôle essentiel dans l’institutionnalisation de l’art, et le champ artistique a, par conséquent, été dépendant du champ politique (Satō, 2011).

11Il en va de même pour le monde de l’architecture. L’école impériale d’in­génieurs du Japon (工部大学校) fut fondée en 1873 comme la première insti­tution d’enseignement supérieur en technologie. Kingo Tatsuno (辰野金吾, 1854-1919) y étudia et y devint professeur. Entre 1880 et 1883, il séjourna aussi à Londres, où il travailla auprès de William Burges (1827-1881) et de ses collègues. Il y fut très inspiré par l’idée d’architecture en tant qu’art ; une idée que l’enseignement de l’architecture, souvent placé dans le cadre de la technologie, ne véhiculait pas nécessairement (Kawakami, 2015).

12Kenzō Tange (丹下健三, 1913-2005) a été l’un des architectes les plus influents au Japon. Son cas est particulièrement intéressant du fait de son amitié avec Isamu Noguchi (1904-1988), artiste américain d’origine japo­naise. Né au Japon, ce dernier émigre aux États-Unis avec sa famille. Durant les années 1950, il se rend tous les ans sur son île natale et participe ainsi aux débats relatifs à la tradition (Adachi, 2012 :282-297). En tant qu’Américain d’origine japonaise, la position sociale de Noguchi est provo­catrice au Japon sous et juste après l’occupation américaine. L’artiste de­vient ainsi une figure importante et un inspirateur pour les artistes et les architectes nippons. Dans les années 1950, alors que le dépassement de l’opposition entre “Occident” et “Japon” constitue un sujet de débat pour ces derniers, les avis de Noguchi, cet américain d’origine japonaise, intéressent au plus haut point.

13En 1955, Kenzō Tange publie l’article Comment comprendre l’architec­ture moderne dans le Japon contemporain ?, où il s’interroge sur l’idée que le beau puisse être fonctionnel (Tange, 1955). A l’époque, au Japon, le tra­ditionnel est considéré comme indigène et beau mais irrationnel, le moderne étant pour sa part rationnel et fonctionnel. Dans le champ architectural, où coexistent des positions traditionalistes et d’autres modernistes, Tange dé­passe ce clivage et s’assure une position dominante (Igarashi, 2016 :45-57).

14Les débats sur la tradition ne se limitaient cependant pas au champ archi­tectural, mais en impliquaient bien d’autres, y compris le champ artistique (Adachi, 2012 :278-281). Issu d’une famille aisée, fils du célèbre mangaka et parolier Ippei Okamoto et de l’écrivaine Kanoko Okamoto, Taro Okamo­to (1911-1996) a étudié dans une école privée prestigieuse de Tokyo. En 1929, quelques mois seulement après son entrée à l’université des Arts de Tokyo, il part pour Paris avec ses parents où il reste lorsque ces derniers se rendent à Londres. Il y séjourne entre 1930 et 1940. Durant cette période, il s’adonne à la peinture et fréquente des artistes surréalistes comme Kurt Se­ligmann et des écrivains, dont Georges Bataille (Okamoto, 2011b). Okamo­to s’inscrit à la Sorbonne et assiste au séminaire de Marcel Mauss. De retour au Japon, après avoir été mobilisé dans le cadre de son service militaire pendant la guerre, il devient à la fois artiste et écrivain.

15En 1946 s’ouvre l’Exposition japonaise des Beaux-Arts. Elle trouve son origine dans l’exposition officielle de 1907 organisée par le Ministère de l’Éducation (Mori, 2014 :167). Dans la première moitié du 20ème siècle, l’objectif du Ministère était de réconcilier les deux principaux groupes ar­tistiques alors sous la direction du gouvernement. Les artistes participant à l’exposition étaient considérés comme légitimes politiquement ; leurs posi­tions dans le champ artistique étaient conservatrices et dominantes. A cette époque, Okamoto est membre du Nika-kai, un groupe indépendant de pein­tres constitué dans le contexte de l’exposition. Ces groupes diffèrent par leur relation au pouvoir politique : le Nika-kai s’en distancie, à la différence des autres groupes de peintres exposés.

  • 4 Il n’y a pas encore d’étude bourdieusienne sur le champ artistique au Japon. Nous avons interprété (...)

16Le champ artistique prend ainsi progressivement son indépendance pen­dant les années 1950 et Okamoto, en tant qu’artiste d’avant-garde, joue un rôle essentiel dans ce processus (Mori, 2014)4. C’est à cette époque qu’ont lieu les débats sur la tradition. Okamoto en est l’instigateur, en publiant plusieurs articles sur la tradition, suivis du livre La Tradition japonaise paru en 1956 (Okamoto, 2011a). Il y distingue et y loue trois genres parmi les arts japonais. D’abord, la céramique de la période Jōmon (vers 16 000-2 300 av. J.-C.) qui, selon lui, représente véritablement la tradition de la culture japonaise. Deuxièmement, les œuvres d’Ogata Kōrin (尾形光琳, 1658-1716), par exemple les paravents Prunus rouge et prunus blanc en fleurs (紅白梅図, shihonkinjichakushoku kōhakubaizu) et Iris (燕子花図, kakitsubata-zu), créés au début du 18ème siècle. Enfin, le jardin de sable du Ginkaku-ji, construit en 1490 à Kyoto.

17Ce qu’Okamoto cherche à faire par cette démarche, c’est à détruire les institutions bureaucratiques de l’art au Japon et à nier certaines formes de l’art japonais produites entre le milieu du 18ème siècle et le milieu du 20ème siècle. Selon Okamoto, le beau est créatif, et l’invention ou la redéfi­nition de la tradition sont également créatives (Okamoto, 2011a). Il utilise la notion de tradition pour se distinguer des autres agents du champ artisti­que, mais aussi, ce champ devenant progressivement autonome, comme en­jeu intellectuel. Par ailleurs, avec son livre La Tradition japonaise, Okamo­to va devenir auteur de best-sellers : il ne sera pas seulement une figure importante dans le monde artistique, mais aussi dans la presse et pour le grand public.

18Dans les années 1960, Okamoto et Tange sont désignés en tant que mem­bres du comité de l’Expo ’70 d’Osaka – qui mobilisa 64 millions de visi­teurs. Tous deux se retrouvent dès lors très proches de la sphère politique. Cependant, en tant qu’architecte, Tange utilise sa position politique pour conduire de grands projets. À l’inverse, étant une figure populaire et média­tique dans les années 1970, Okamoto est marginalisé dans le champ artisti­que et son idée de la tradition est considérée comme banale. Une des causes de cette banalisation peut être trouvée dans des travaux menés par Nobuo Tsuji sur l’histoire de l’art japonais de l’époque d’Edo.

19Tsuji a publié dans la deuxième partie des années 1960 des articles sur Matabei, Jakuchû et Kuniyoshi. Le lignage des excentricités, paraît en 1970 ; il est ensuite traduit en anglais (Tsuji, 2012). Il y traite de l’art de l’époque d’Edo en tant qu’art d’avant-garde, même dans les années 1960. Selon lui, ces artistes du 18ème siècle étaient tout aussi “avant-gardistes” que les artistes “avant-gardistes” dans les années 1960, y compris Taro Okamo­to. Tsuji pensait à deux artistes, Taro Okamoto et Tadanori Yokoo, et à un manga-ka, Sanpei Shirato (Tsuji/Murakami, 2017 :193). Takashi Muraka­mi, artiste contemporain, considère qu’avec Le lignage des excentricités ainsi que d’autres écrits, Tsuji a éveillé l’art japonais de l’après-Deuxième Guerre mondiale (Tsuji/Murakami, 2017 :20). Le livre de Tsuji ayant influ­encé un nombre considérable d’amateurs, de critiques et d’historiens d’art, les œuvres de Jakuchû, tout particulièrement, ont été notablement revalori­sées : cet artiste, peu connu et peu réputé au Japon en 1970 est désormais considéré comme l’un des plus célèbres de l’histoire de l’art japonais. L’ex­emple de Jakuchû illustre que l’influence de Tsuji concerne bien la relation entre tradition et culture légitime : de traditionnel et banal avant 1970, l’ar­tiste est désormais reconnu comme original et légitime. La revalorisation relativise donc la valeur des artistes “avant-gardistes” pour une même pé­riode.

IV. La tradition comme culture légitime et distinction dans le Japon contemporain

  • 5 Nous avons déjà rédigé une esquisse de cette analyse avec Hirohisa Takenoshita. Cette esquisse est (...)

20Comme nous avons pu le voir à travers ces débats sur la tradition dans les années 1950, les traditions ont bel et bien été inventées et sont souvent devenues des enjeux intellectuels. La notion de tradition étant polysémique, nous tenterons à présent de la redéfinir sociologiquement pour voir com­ment elle s’emploie dans la société japonaise contemporaine. Pour ce faire, nous utiliserons les données SSM et les étudierons par l’analyse des corres­pondances multiples (ACM). Nous utilisons ici les deux versions de 1995 et 2015 des bases de données SSM au Japon5.

21Le SSM est une enquête sur les statuts sociaux, la mobilité sociale et la conscience des classes et inégalités sociales menée au Japon sur un échan­tillon d’individus représentatif global. Cette enquête a commencé en 1955 et, depuis, elle est reconduite tous les dix ans. Les versions de 1975, 1995, 2005 et 2015 comportent des questions portant sur les pratiques culturelles et la propriété de biens culturels, qui peuvent être interprétées en tant que capital culturel.

22Nous avons choisi les versions de 1995 et 2015 pour des raisons diffé­rentes : la version de 1995 car elle comprend plus de questions sur le capital culturel que les autres versions, et celle de 2015 car c’est la plus récente. Bien qu’il soit assez difficile de comparer les deux versions pour analyser le capital culturel, nous montrons les répartitions globales du capital cultu­rel dans chacune des versions et, pour analyser les différences selon le sexe des personnes interrogées, nous livrons deux diagrammes pour chaque ver­sion. Notre analyse est inspirée par l’approche bourdieusienne de l’espace social (Lebaron/Le Roux, 2015). Dans notre analyse , nous avons mis toutes les modalités comme variables actives afin de voir quelles modalités consti­tuent quels axes dans l’ACM. Nous n’avons mis aucune modalité comme variable supplémentaire. De plus, puisque nous diviserons notre analyse par sexe ou genre, elle ne représentera pas l’espace social de toute la population nationale.

23Comme nous avons pu le voir à travers les débats sur la tradition dans les années 1950, les traditions ont bel et bien été inventées et sont souvent deve­nues des enjeux intellectuels. La notion de tradition étant polysémique, nous tenterons à présent de la redéfinir sociologiquement pour voir comment elle s’emploie dans la société japonaise contemporaine. Pour ce faire, nous utili­serons les données de la version 1995 du SSM.

24L’enquête de la version 1995 se divise en deux types de questionnaires, dont l’un comprend les questions sur les pratiques culturelles. Après sup­pression des valeurs manquantes, la taille de l’échantillon est de 2 500 indi­vidus environ. Nous utilisons les variables suivantes : l’identité de classe, l’âge, le revenu fiscal par ménage, la profession, la pra­tique culturelle, la possession de biens culturels et l’expérience culturelle à l’âge de 15 ans. Dans les diagrammes ci-dessous, l’identité de classe (s_classe) est hiérar­chisée en cinq étapes. L’âge y est catégorisé par tranches d’âge de 10 ans, mentionnées comme suit : “age20”, “age50”… En ce qui concerne le capi­tal économique, nous utilisons la variable du revenu fiscal par ménage (hinc). Nous utilisons huit catégories socioprofessionnelles : les professions libérales et/ou culturelles (pr_pr-clt) ; les professions techniques (techni­cal) ; les professions éducatives et liées au travail social (pr_educ) ; les ca­dres, employés de bureau et professions de services (service) ; les ouvriers qualifiés (skilled) ; les ouvriers spécialisés (semi-skilled), les ouvriers non spécialisés et la population non active (none) ; chacune est signalée dans les diagrammes par la mention correspondante, figurant entre parenthèses ci-dessus. Enfin, en ce qui concerne le niveau d’étude, nous retenons quatre catégories, correspondant à l’enseignement primaire uniquement (primary), l’enseignement secondaire (secondary), l’enseignement post-secondaire non supérieur ainsi que le premier cycle de l’enseignement supérieur (lower tertiary), et l’enseignement supérieur de deuxième cycle ou plus (univer­sity).

25Dans le questionnaire de la version 1995 du SSM, les onze questions sui­vantes concernent les pratiques culturelles :

  • assister à des concerts de musique classique occidentale (cmus) ;

  • visiter des musées (museum) ;

  • assister à des représentations de kabuki, ou bunraku, théâtre de marion­nettes (trad) ;

  • aller au karaoké (kara) ;

  • jouer au pachinko (jeu de hasard impliquant une machine) (pachi) ;

  • jouer au golf, au tennis ou faire du ski (ski) ;

  • pratiquer l’art de l’arrangement floral ou l’ikebana, la cérémonie du thé (le sadō) ou le shodō (calligraphie à l’encre de Chine) (tea) ;

  • faire des poèmes japonais comme le tanka ou le haïku (poem) ;

  • lire des romans, des récits ou des essais (novel) ;

  • lire des quotidiens de sport ou des hebdomadaires féminins (spo) ;

  • faire des gâteaux (sweet).

26Parmi ces pratiques, trois sont considérées comme issues de la culture traditionnelle japonaise : “assister à des représentations de kabuki, ou bunraku (théâtre de marionnettes) ” ; “pratiquer l’art de l’arrangement flo­ral ou l’ikebana, la cérémonie du thé ou le shodō (calligraphie à l’encre de Chine)” et “faire des poèmes japonais comme le tanka ou le haïku”. Nous ajoutons aussi deux variables de propriété de biens culturels : “posséder un piano” (piano) et “posséder une œuvre d’art ou une pièce d’antiquité” (an­tique).

27Afin d’analyser les relations entre les pratiques culturelles et les classes sociales au Japon en 1995, nous avons mis en analyse statistique toutes les données relatives aux pratiques culturelles, en les croisant avec les données relatives aux catégories socioprofessionnelles, aux revenus, aux cursus sco­laires et aux identités de classe. Nous présentons ci-après le résultat de l’analyse des correspondances multiples (ACM).

28Dans les deux diagrammes ci-dessous, l’axe 1 (vertical) représente le vo­lume global de capital et l’axe 2 (horizontal) représente le capital culturel. Les positions relativement supérieures se situent en partie haute, et la partie de gauche comprend, chez les hommes comme chez les femmes, un groupe aux positions relativement supérieures en matière de capital culturel, carac­térisé ici par la fréquentation des concerts de musique classique et des mu­sées ainsi que par la possession de biens culturels. On constate ici que les classes sociales dotées d’un volume global de capital assez élevé se distin­guent entre elles par leur capital culturel. En 1995 au Japon, les classes po­pulaires manquent de volume global de capital et parmi elles, il n’y a pas de grandes différences en matière de capital culturel. En revanche, les clas­ses supérieures se divisent clairement en deux types : l’un caractérisé par un capital économique, l’autre par un capital culturel. Il existe une affinité signifiante entre les classes sociales supérieures riches en capital culturel et les pratiques culturelles liées à la musique classique, la fréquentation des musées, la lecture, la culture traditionnelle.

29Les quatre pratiques sont donc source de distinction sociale pour les clas­ses supérieures. La notion de tradition demeurant un enjeu intellectuel dans le Japon contemporain, la tradition établie constitue à la fois une culture légitime et aussi le capital culturel. La tradition, en tant que culture légitime, ne cesse de se redéfinir. Néanmoins, ce processus de redéfinition est d’au­tant plus complexe qu’il ne se joue pas exclusivement au sein du Japon, mais demeure sans cesse influencé par des éléments étrangers.

Figure 1. ACM pour les hommes à partir des données du SSM 1995.

Figure 1. ACM pour les hommes à partir des données du SSM 1995.

Figure 2. ACM pour les femmes à partir des données du SSM 1995.

Figure 2. ACM pour les femmes à partir des données du SSM 1995.

30Dans le questionnaire utilisé pour la version 2015 du SSM, seules quatre questions concernent les pratiques culturelles :

  • assister à des concerts de musique classique occidentale (cmus) ;

  • visiter des musées (museum) ;

  • lire des romans, des récits ou des essais (novel) ;

  • aller à la bibliothèque (library).

31La version 1995 du SSM comporte des questions concernant des prati­ques culturelles non constitutives du capital culturel comme aller au kara­oké (kara) ou jouer au pachinko ; la version 2015 ne comprend que des pratiques qui composent le capital culturel. Comme pour la version 1995, les résultats sont analogues entre hommes et femmes, le capital culturel se caractérisant par la fréquentation de concerts de musique classique et des musées, ainsi que par la possession de biens culturels. La version 2015 comprend aussi une question sur la détention d’une collection de livres, constitutive du capital culturel. Comme précédemment, à un niveau où le volume global de capital est relativement élevé, les classes sociales se dis­tinguent par le capital culturel.

Figure 3. ACM pour les hommes à partir des données du SSM 2015.

Figure 3. ACM pour les hommes à partir des données du SSM 2015.

Figure 4. ACM pour les femmes à partir des données du SSM 2015.

Figure 4. ACM pour les femmes à partir des données du SSM 2015.

V. La musique classique occidentale et la distinction sociale au Japon

32L’analyse que nous avons menée montre que fréquenter les musées et assister à des concerts de musique classique constituent les deux pratiques culturelles les plus importantes permettant aux Japonais de se distinguer socialement. Dans les questionnaires relatifs au SSM, la notion de “musée” est floue : il n’y a pas de distinction entre un musée d’art, un musée folkorique ou un musée d’histoire naturelle. Leur fréquentation relève donc d’un intérêt pour des activités culturelles en général. Par contre, la fréquentation des concerts de musique est questionnée de manière plus précise : il ne s’a­git pas de concerts de musique japonaise ou de musique rock, mais bien de musique classique occidentale dans un contexte japonais. Il s’agit donc bien de la question de la tradition japonaise et de celle de la culture légitime au Japon.

33Nous avons examiné la relation entre la tradition et l’art dans le Japon moderne. À partir des enquêtes du SSM de 1995 et 2015, nous avons pu établir que certaines pratiques culturelles présentent un rapport étroit avec les positions des classes sociales. Fréquenter les musées et assister à des concerts de musique classique occidentale sont les deux activités les plus représentatives d’un tel rapport. Aucune des deux versions du SSM n’inter­roge sur le type de musée ou d’œuvres présentées ; la question porte simple­ment sur la fréquentation ou non de musées. En revanche, concernant les concerts de musique, les questions portent exclusivement sur la musique classique occidentale.

34Dans les questionnaires SSM portant sur les pratiques culturelles, assister à un concert de musique classique occidentale est la seule activité d’origine étrangère à être légitime culturellement. En ce qui concerne les pratiques spécifiques à la culture japonaise, l’effet de distinction est ambigu. Au Ja­pon, la musique classique occidentale semble perçue comme une culture étrangère, mais elle constitue une culture distinguée. On y utilise largement les termes de “musique classique” et “musique contemporaine”. Ils véhicu­lent une certaine vision de l’histoire singulière de la musique et cette his­toire est toujours celle de la musique occidentale (Masuda, 2005 :53) ; les genres musicaux sont bien hiérarchisés et la musique occidentale y occupe une place centrale. Même les musiques populaires considérées comme japo­naises sont influencées par des courants de la musique occidentale. Mais au 19ème siècle, elle n’était ni légitime ni populaire.

35La musique classique occidentale ayant de plus en plus d’amateurs au Japon dans les années 1920 et 1930, bien des magazines consacrés à cette dernière sont créés durant période (Kato, 2005 :144-145). Par la suite, c’est le monde universitaire qui lui voue un intérêt particulier. Des chercheurs ou des professeurs de disciplines variées vont ainsi soutenir la culture des ama­teurs de musique classique occidentale durant la deuxième partie du 20ème siècle. Les amateurs et les critiques spécialisés en musique classique occi­dentale sont souvent en relation avec le monde universitaire (Kato, 2006 :167). Le rapport à la musique classique occidentale au Japon illustre donc bien la relation complexe entre la tradition et la culture légitime.

VI. Conclusion

36Dans cet article, nous avons interrogé les contextes associés aux prati­ques culturelles au Japon. S’il existe une hiérarchie culturelle, la culture légitime doit être la source de la distinction sociale. Les deux sont-elles ob­servables au Japon ? Comme établi, certaines pratiques culturelles comme le fait d’aller au concert de musique classique occidentale et de fréquenter les musées sont constitutives de la division des classes sociales par le biais du capital culturel. Si la culture légitime est définie par rapport aux classes supérieures, elle existe aussi au Japon en tant que culture propre à ces clas­ses. Selon l’analyse bourdieusienne, la division des classes sociales s’opère à partir d’un certain niveau du volume global de capital culturel. Cette di­vision constitue certainement une distinction sociale.

37La relation ambiguë entre la culture traditionnelle et la culture légitime est constitutive de la distinction sociale au Japon et elle est associée à son histoire culturelle à l’époque contemporaine. Les traditions en tant que cul­ture légitime ont été inventées, puis réinventées. Exemple d’une culture pro­bablement légitime, la cérémonie du thé (le sadō) remonte historiquement au 16ème siècle, mais son style contemporain a été inventé au 20ème siècle. De plus, le lien entre la pratique de la cérémonie du thé et les classes sociales n’est pas évident à la lecture des données du SSM de 1995. Dans les discours nationalistes, la culture légitime doit être japonaise, mais si l’on considère leur rapport avec le capital culturel, certaines cultures étrangères fonction­nent en tant qu’éléments de culture légitime.

  • 6 “Enquête sur les pratiques culturelles, options et valeurs”, menée par Internet auprès de 3090 adul (...)

38Afin de cerner la culture légitime et les détails de la distinction sociale, il conviendrait de conduire une enquête sur les différents champs culturels, comme l’ont fait les auteurs de Culture, Class, Distinction (Bennett et al., 2007) que nous avons contribué à traduire en japonais. Il est également im­portant d’étudier les développements historiques de différents champs cul­turels, comme Eiko Ikegami l’a fait en se focalisant sur la courtoisie et la tradition esthétique (2005). Si nous parvenons à mettre en lumière les rela­tions entre les différentes pratiques culturelles et leurs liens avec les classes sociales, nous pourrons définir la culture légitime selon son double sens : d’abord en tant que hiérarchie entre les divers champs culturels, mais aussi comme les positions sociales des individus dans l’espace social et leurs rap­ports aux pratiques culturelles. Une telle enquête sur la culture légitime et la distinction dans le Japon contemporain n’a pas encore été menée au Ja­pon, sauf à travers l’enquête que nous avons menée en ligne à Tokyo en 20186.

Haut de page

Bibliographie

Adachi G.,
2012 Zen-ei no idenshi : anarchism kara sengo-bijutsu he (Les Gènes des arts d’avant-garde : de l’anarchisme à l’art d’après-guerre), Tokyo, Brücke.

Bennett T. et al.,
2009 Culture, Class, Distinction, London, Routledge.

Bourdieu P.,
1979 La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.
2012 Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Raisons d’a­gir/Seuil.
2013 Manet : une révolution symbolique. Cours au Collège de France (1998-2000), Édité par Pascale Casanova et al., Paris, Seuil.

Coulangeon Ph.,
2010 “Les métamorphoses de la légitimité. Classes sociales et goût musical en France, 1973-2008”, Actes de la recherche en sciences sociales, 181-182, pp.88-105.

Grignon Cl., Passeron J.-C.,
2015 Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil.

Hobsbawm E., Ranger T.,
1983 The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Igarashi T.,
2016 Nihon kenchiku nyumon (Introduction à l’architecture japonaise), Tokyo, Chikuma Shobo.

Ikegami E.,
2005 Bonds of Civility : Aesthetic Networks and the Political Origins of Japanese Culture, Cambridge, Cambridge University Press.

Kato Y.,
2005 “Kurashikku ongakaku aikoka toha dareka (Qui est l’amateur de la musique Classique ?)”, dans Watanabe H. et al., Kurashikku ongaku no seijigaku (Politiques de la musique classique), Tokyo, Seikyusha, pp.143-174.

Kawakami M.,
2015 Kingo Tatsuno : bijutsu ha kenchiku ni ouyou sarezarubekarazu (L’art doit être appliqué à l’architecture), Kyoto, Minerva Shobo.

Lebaron F., Le Roux B. (Dir.),
2015 La Méthodologie de Pierre Bourdieu en action : Espace culturel, espace social et analyse des données, Paris, Dunod.

Masuda S.,
2005 “ ‘Kurashikku’ niyoru popyura ongaku no kouzou shihai (Domination structurale du «classique» sur la musique populaire) ongakaku aikoka toha dareka (Qui est l’amateur de la musique Classique ?)”, dans Watanabe H. et al., Kurashikku ongaku no seijigaku (Politiques de la musique classique), Tokyo, Seikyusha, pp.49-82.

Menger P.-M.,
1991 “Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature”, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 46 (3), pp.646-650.

Mori H.,
2014 “ ‘
Bijutsu’ seido no kakucho to hyogenshugi no taito (Extension de l’institution de l’art et développement de l’expressionisme)”, dans Kitazawa N., Sato D., Mori H. (eds.), Bijutsuno Nihon kingendaishi (Histoire moderne et contemporaine de l’art japonais), Tokyo, Tokyo Bijutsu, pp.157-234.

Okamoto T.,
2011a “Nihon no dento (La tradition japonaise)”, dans Yamashita Y. et al., Dento tono taiketsu, Tokyo, Chikumashobo, pp.31-213.
2011b Taro Tanjo (La naissance de Taro), Tokyo, Chikumashobo.

Peterson R. A.,
2004 “Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectives”, Sociologie et sociétés, 36 (1), pp.145-164.

Satō D.,
2011 Modern Japanese Art and the Meiji State : the Politics of Beauty, Los Angeles, Getty Research Institute.

Tange K.,
1955 “Gendai Nihon ni oite kindaikenchiku wo ikani rikai suruka (Comment comprendre l’architecture moderne dans le Japon contemporain ?)”, Shinkenchiku, 30(1), pp.15-18.

Tsuji N.,
2012 Lineage of Eccentrics : Matabei to Kuniyoshi, Trad. par Aaron M. Rio, Tokyo, Kaikai Kiki.
2018 History of Art in Japan, Trad. par Nicole Coolidge Rousmaniere, Tokyo, University of Tokyo Press.

Tsuji N., Murakami T.,
2017 Battle Royale! Japanese Art History, Trad. par Christopher Stephens et Yuko Sakata, Tokyo, Kaikai Kiki.

Yamashita Y.,
2011 “Dento no chinikuka no tameni (Pour incorporer la tradition)”, dans Yamashita Y. et al., Dento tono taiketsu, Tokyo, Chikumashobo, pp.529-554.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Cet article s’interroge sur la pertinence d’une approche en termes de “culture légitime” au Japon, qui serait au fondement de la distinction sociale.

Théorie : Il part de la grille de lecture de Pierre Bourdieu entendant rompre avec le relativisme et le principe d’autonomie des cultures pour mettre l’accent sur les rapports entre classes sociales et la domination des couches supérieures, reprenant les arguments en faveur et en défaveur de ce genre d’approche. Toutefois, il est montré en quoi l’ap­plication du modèle se révèle assez délicate dans le cas nippon, la question se posant de savoir dans quelle mesure ce sont surtout des codes “traditionnels” ou des pratiques im­portées (à commencer par les concerts de musique occidentale, classique et contempo­raine) qui structurent la distinction.

Méthodologie : Pour tenter de répondre à ces questions, l’auteur s’appuie principale­ment sur des enquêtes menées en 1995 et en 2015 autour de la stratification, la mobilité sociale, la conscience de classe et, pour les plus récentes, du capital culturel. Il souligne que les points de comparaison ne sont pas toujours aisés dans la mesure où les thémati­ques abordées n’étaient pas similaires. Il est par ailleurs fait référence à des débats im­portants autour de la notion de tradition dans le cas particulier de l’histoire japonaise, longtemps marquée par un repli délibéré puis par une occidentalisation forcée dès la fin du milieu du XIXème siècle mais plus encore après la Seconde Guerre mondiale (améri­canisation). L’article reprend en ce sens des polémiques majeures ayant eu cours dans les années 1950, notamment en architecture, évoquant les figures d’Isamu Nogushi et de Kenzō Tange et le débat opposant le modèle traditionnel, considéré comme beau mais irrationnel et modèle moderne, rationnel et fonctionnel. Il renvoie aussi à des polémiques dans le champ artistique, dont il est rappelé qu’il est assez étroitement encadré par les instances politiques.

Résultats : L’auteur conclut qu’il y a assurément des codes dominants mais que ceux-ci sont relativement contradictoires, rendant complexe la mise en œuvre d’une analyse en termes de “culture légitime”. Seules des recherches très approfondies, prenant en considération divers champs (dans la lignée de celles qui ont été menées en Grande-Bretagne, partant des théorisations bourdieusiennes mais mettant en évidence des diver­gences) pourraient permettre d’éclairer effectivement sa composition.

Discussion : Elle met surtout en évidence le fait que l’analyse du rapport à la tradition s’avère délicat, celle-ci ne cessant de se réinventer, tandis qu’il s’agit par ailleurs de tenir compte de l’importation successive de divers codes venus d’Occident.

Structured summary

Presentation : This article questions the relevance, in the Japanese case, of an approach in terms of a “legitimate culture” which would be at the basis of social distinction.

Theory : It begins with Pierre Bourdieu’s interpretation grid, intending to break with the relativism and principle of autonomy of cultures in placing the accent on the relationships between social classes and the upper classes’ domination, weighing arguments for or against that type of approach. We are furthermore shown why applying the model turns out to be rather delicate in the Japanese case, the question being posed of knowing the extent to which what structures distinction (in beginning with Western classical and contemporary music concerts) are “traditional” codes or imported practices.

Methodology : To try to answer these questions, the author relies principally on surveys carried out in 1995 and 2015 involving stratification, social mobility, class consciousness and, most recently, cultural capital. He underlines that the points of compa­rison are not always easily established insofar as the thematics approached were not si­milar. He moreover refers to important debates around the concept of tradition in the particular case of Japanese history, long marked by a deliberate retreat followed by a forced westernization from the mid XIXth century on and further intensified after the Second World War (Americanization). In this sense, the article turns its attention to the major polemics occurring in the 1950’s, particularly in architecture, referring to the figures of Isamu Noguchi and Kenzō Tange and the debate opposing the traditional model, considered to be beautiful but irrational, and the modern model, rational and functional. It also refers to polemics in the artistic field, which it is recalled, is rather tightly regulated by the political authorities. 

Result : The author concludes that there assuredly are dominant codes but that they are relatively contradictory, making the implementation of an analysis in terms of “legitimate culture” rather complex. Only very thorough research work, taking various fields into consideration (in line with those which have been carried out in Great Britain, based on Bourdieusian theorizations but emphasizing divergences) would allow us to effectively illuminate its composition.

Discussion : It especially sheds light on the fact that analysis of relationships to the tradition prove to be delicate, since it never stops reinventing itself, whereas we must in addition take into account the successive importation of various codes coming from the West.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions Béryl Chanteux pour sa relecture.

2 Ce projet sur la sociologie de la culture japonaise est soutenu et financé par le JSPS KAKENHI Grant Number 17K13852.

3 Nous utilisons les données des enquêtes du SSM avec la permission du comité d’enquête de la version 2015 du SSM. Ce projet d’enquête est soutenu et financé par le JSPS KAKENHI Grant Number JP25000001.

4 Il n’y a pas encore d’étude bourdieusienne sur le champ artistique au Japon. Nous avons interprété l’étude Histoire moderne et contemporaine de l’art japonais (Kitazawa, 2014) en tant que développement du champ artistique.

5 Nous avons déjà rédigé une esquisse de cette analyse avec Hirohisa Takenoshita. Cette esquisse est consultable en libre accès sur le site du SSM (http://www.l.u-tokyo.ac.jp/2015SSM-PJ/).

6 “Enquête sur les pratiques culturelles, options et valeurs”, menée par Internet auprès de 3090 adultes résidant à Tokyo et financée par le JSPS KAKENHI.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. ACM pour les hommes à partir des données du SSM 1995.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/3907/img-1.png
Fichier image/png, 223k
Titre Figure 2. ACM pour les femmes à partir des données du SSM 1995.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/3907/img-2.png
Fichier image/png, 213k
Titre Figure 3. ACM pour les hommes à partir des données du SSM 2015.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/3907/img-3.png
Fichier image/png, 164k
Titre Figure 4. ACM pour les femmes à partir des données du SSM 2015.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/3907/img-4.png
Fichier image/png, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Naoki Iso , « La culture légitime et la distinction dans le Japon contemporain »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-1 | 2020, 87-103.

Référence électronique

Naoki Iso , « La culture légitime et la distinction dans le Japon contemporain »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-1 | 2020, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsa/3907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.3907

Haut de page

Auteur

Naoki Iso 

Université Keio, Japon.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search