Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-1DossierTransformation du profil sociolog...

Dossier

Transformation du profil sociologique des membres d’un cercle caritatif

Analyse des critères de stratifications culturelles et sociales dans le contexte béninois
Transformations in the Sociological Profiles of Charitable Foundation Members. Analyses of Criteria for Cultural and Social Stratifications in the Beninese Context
Jean-Frédéric de Hasque 
p. 105-125

Résumés

L’article décrit la transformation des membres du Lions Clubs au Bénin suite au changement de politique initié à l’échelle internationale. Les critères définissant le “bon” candidat ne dépendront plus exclusivement de la culture légitime associée à un espace de vie (cf. La Distinction de Bourdieu), la conjonction des capitaux familiaux et scolaires n’est plus pertinente. L’enquête réalisée auprès de membres d’origine “populaire” et plus jeunes montre que le capital professionnel devient un facteur important et influence le capital culturel. L’arrivée de nouveaux membres va ainsi élargir le spectre social du club. La séparation entre culture populaire et légitime s’estompe dans les nouveaux clubs, alors qu’elle est encore effective pour les membres les plus âgés et au sein des clubs les plus anciens. La distinction se jauge désormais à l’engagement et à l’investissement personnel (Bennett, 2013 ; Glevarec, 2013) qui favorisent un rapprochement des espaces de vies et consacrent l’obsolescence d’une stratification verticale et dominante de la structuration des pratiques culturelles.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Un club compte en moyenne une vingtaine de membres et un maximum de cinquante. Il y a une cinquanta (...)

1Cet article décrit la transformation du Lions Clubs béninois en analysant l’évolution des pratiques sociales de ses affiliés. L’observation a été réalisée lors de réunions tenues entre les années 2011 et 2015. Au cours de celles-ci, les différences de comportement des membres et les actes qu’ils posaient montraient un bouleversement des manières de travailler et de s’intégrer au club. Lors des réunions, les membres prouvent leurs capacités oratoires et leurs compétences scripturaires, ils font également preuve de leurs qualités de meneurs d’équipe, en organisant les “œuvres” philanthropiques. Or, de­puis le début des années 2000, l’association a désiré compter plus de mem­bres et le comportement des nouveaux affiliés a suscité des réactions con­trastées chez les membres plus anciens. Ceux-ci ont été partagés en deux groupes : d’une part ceux qui regrettaient le manque de formation des nou­veaux, qui ne parlaient pas et ne s’investissaient pas comme eux dans la vie associative ; et à l’opposé, les membres qui acceptaient sans réserve, avec pragmatisme, les derniers arrivés pour agrandir l’association, et ne considé­raient pas leur comportement comme le signe d’un déclin du club. L’admis­sion de ces nouveaux membres indique une modification de l’axe des réfé­rents sociaux et culturels. Des individus issus de multiples extractions so­ciales coexistent désormais dans la branche béninoise de l’association. Nous verrons qu’en fonction du club local1 qui les a cooptés, les nouveaux membres sont reconnus, intégrés, ou au contraire, témoignent de leur ma­laise vis-à-vis de membres plus anciens qui les impressionnent. L’arrivée des nouveaux pose la question de la pertinence des valeurs et des référents revendiqués par le groupe exclusif qu’est le Lions Clubs.

  • 2 Des analyses et des articles de presse se font de plus en plus fréquents sur le sujet. Lire par exe (...)

2Désormais, les référents sociaux et culturels les plus utilisés n’accordent plus d’importance aux capitaux social et culturel, mais plutôt à ceux qui se rapportent à l’âge et qui concernent, par exemple, le partage d’une pratique professionnelle. L’afflux de nouveaux commerçants enrichis par la libéra­lisation de l’économie2 coïncide avec la politique intensive de recrutement décidée par le Lions Clubs International et conforte cette tendance. Les nou­veaux se découvrent des affinités avec la plus jeune génération des anciens et établissent avec ces derniers une connivence au-delà du capital social dé­tenu. En conséquence, la perception d’un comportement adéquat ou non, que l’on pourrait définir comme “être un bon Lion” (cf. entretien voir infra), se définit en fonction d’un nouvel agencement des référents sociaux et cul­turels. Celui-ci n’est plus exclusivement exprimé par un bagage culturel élevé et un avoir financier plus ou moins conséquent. L’analyse bourdieu­sienne décrite dans La Distinction (1979), mobilisant les capitaux social et culturel, ne concerne plus que les clubs et les membres que je qualifierai d’ “anciens”, mais garde néanmoins sa validité ! En effet, les nouveaux membres, même s’ils ne possèdent pas ces capitaux, les estiment presti­gieux et, par défaut, attestent de leur pertinence. Cependant, ces critères ig­norent la dynamique créée par l’arrivée des nouveaux membres qui parta­gent des savoirs par le simple fait qu’ils ont le même âge. La différenciation entre “bon” et “mauvais membre” ne s’opère donc plus uniquement sur base de l’origine des candidats, mais sur les pratiques et les engagements de ces derniers. Le Lions Clubs béninois, ne fait plus de différence entre pratiques culturelles légitimes et populaires. Comme le constatent Bennett et al.(2013), des variables telles que le plaisir, l’engouement ou, au contraire, le découragement sont essentielles pour comprendre ce qui peut réunir des individus. Elles sont devenues des facteurs de différenciation, en lieu et pla­ce d’un parcours scolaire ou de capitaux financiers. Les espaces de vies ne reposent plus sur un clivage entre ce qui est «‘légitime’ (comme, par exem­ple, aller à l’opéra) et ‘populaire’» (2013 :183) ; par ailleurs, l’investissement individuel devient une marque de distinction dans un club sélectif, au même titre qu’un avoir financier, ce qui reste une constante depuis les années 1960.

3Trois vignettes ethnographiques, recueillies lors de réunions ou de fêtes auprès de membres de générations et d’origines différentes, vont montrer la variation des capitaux social et culturel au cours des dernières années. Elles montrent que l’analyse bourdieusienne, ancrée dans la France des années 1960 et 1970 trouve encore un écho dans l’ancienne colonie française, mais seulement auprès des membres les plus âgés. Au cours des décennies sui­vantes, on observe une diversification des profils socio-économiques des “Lions” : aux médecins, hauts fonctionnaires et industriels des débuts s’a­joutent des entrepreneurs, des enseignants et des employés de sociétés pri­vées. L’homogénéité sociale intellectuelle et bourgeoise disparaît ainsi que les barrières entre capitaux culturels. Le club, par ses jeunes membres, va mettre en cause «[une] hiérarchisation ‘verticale’ et une segmentation ‘horizontale’ des styles de vie […]» (Coulangeon, 2011 :161 [kindle]). En d’autres mots, les nouveaux riches vont trouver grâce aux yeux des indivi­dus cumulant capitaux sociaux et culturels et possédant une culture légitime en partageant les mêmes “habitus professionnels” (Perrenoud/Sainsaulieu, 2018). La dynamique sociologique qui prévaut actuellement au sein de l’association béninoise reprend ainsi les tendances décrites par Bennet et al. (2013) ainsi que par Glevarec et Pinet (2013), qui constatent la disparition d’une hiérarchie de la structuration des pratiques culturelles au profit de leur cumul. C’est l’usage fréquent et/ou avisé qui en sera fait par les individus qui leur assurera de se distinguer dans l’espace social.

A propos de la méthodologie : une anthropologie à la caméra
Les images ont servi à réaliser un film mais aussi un texte. La caméra a donc été un outil de prise de vue pour la description, comme le stylo l’est pour un carnet. Ma présence avec une caméra a été tacitement acceptée par les observés et a parfois justifié ma place au plus près des responsables ; l’un d’entre eux m’a d’ailleurs baptisé son “attaché de presse”. En enregistrant les données, la caméra m’a permis de réexaminer le terrain ; un carnet m’accompagne également, mais je l’ouvre moins fréquemment. Ma récolte de matière filmée se fait en solitaire, sans équipe technique. Ce qui «n’est pas le cas de la réalisation de tous les films ethnographiques», comme le relève Jay Ruby (1991 :5, ma traduction). Ma solitude me permet d’accompagner les informateurs dans tous leurs déplacements et m’amène à les filmer de façon très mobile, ce que Rouch définit comme une «ciné transe» (1979 :63). J’ai aussi enregistré des scènes et des attitudes qui n’ont révélé qu’a posteriori des mécanismes de l’association ou des connivences entre les membres. Ce sont des séquences filmées apparemment sans valeur, mais dans lesquelles j’ai parfois eu la surprise de découvrir des personnes se trouvant dans des situations inhabituelles ou des éléments de contexte qui se modifiaient. Les images me livrent des indications sur des actes posés lors des réunions. Les données filmées deviennent matière pour l’écriture et font progresser la réflexion ethnographique indépendamment du projet de film. Elles font littéralement partie de mon carnet de notes.

La caméra garde donc le témoignage des actions importantes ou présumées telles lors de l’observation, mais elle enregistre aussi des séquences a priori sans valeurs, qui vont ensuite fournir des indications pour orienter la suite de l’observation. Je reconnaitrai des informateurs, j’interpréterai leur présence devenue familière avec le lieu et les protagonistes, des conversations ou des attitudes apparemment anodi­nes livreront alors des informations supplémentaires. Les séquences filmées donnent des indications concernant l’usage des accessoires et des parures des membres de l’association.

Cette démarche cinématographique permet de récolter ce que Marc Abélès, parlant de l’enquête ethnographique dans le monde politique, nomme «les creux du discours» (1989 :17), c’est-à-dire les moments où l’élocution est moins maîtrisée et calibrée, et lorsque les locuteurs s’expriment dans des lieux moins exposés médiatiquement. Ma démarche est détaillée dans : Hasque de, 20163.

II. L’implantation du Lions Clubs au Bénin

  • 4 Elle n’est plus considérée comme une “association bourgeoise”, ce qui lui valut d’être interdite au (...)
  • 5 Pour une analyse précise voir Banégas R., 2003 et Standsbjerg C., 2015.

4Le Lions Clubs est présent au Bénin depuis 1961 (alors appelé Daho­mey). Dans un premier temps, ses membres se concentrent dans la partie sud du pays. Vers la moitié des années 1980, lorsque des fonctionnaires du régime marxiste alors en place rejoignent ses rangs, l’association «se port[e] au service de la population»4 et connait une première expansion notable ; elle comptera une centaine de membres à la fin de la décennie. A partir des années 1990, le Lions Clubs connaît une nouvelle expansion significative lorsque le régime marxiste, ébranlé par des contestations sociales, est rem­placé par un gouvernement libéral5. La fin de ce régime politique centralisé est actée à l’issue de la “Conférence nationale des forces vives de la nation”. Le nouveau régime renoue les liens avec les pays européens, dont la France, et applique les “Programmes d’ajustements structurels” (PAS) exigés no­tamment par les institutions de Brettons Wood. Dans le même temps, l’éco­nomie du pays commence à se globaliser. La conjonction de ces deux phénomènes va créer les conditions idéales à l’expansion de l’association philanthropique. Celle-ci bénéficiera de l’attraction qu’elle opère auprès des commerçants béninois actifs dans l’import-export international et de la dispersion des anciens membres issus de l’administration ou de l’appareil d’État, qui sera décentralisé en application avec les PAS. C’est ainsi que des clubs vont être créés dans tout le pays et que, fin des années 1990, les mem­bres seront au nombre de 500, pour atteindre le millier dix ans plus tard. Signe d’un succès qui ne se dément pas, le Bénin est devenu en 2019 un “district” du Lions Clubs comptant plus de 1250 membres.

III. La typologie des membres et le fonctionnement de l’association

  • 6 Lors de mes enquêtes au Bénin (2011-2015), le salaire d’un enseignant de lycée était de 300 000 FCF (...)

5Depuis sa création au Bénin, le Lions Clubs réunit des individus que l’on peut qualifier de “nantis”, c’est-à-dire pouvant s’acquitter d’une cotisation d’environ 200 000 FCFA/an (environ 300€), une somme équivalant à quatre ou cinq mois de salaire pour un chauffeur ou deux mois pour un enseignant d’école primaire6.

  • 7 D’après les archives du Lions Clubs Cotonou réunies par Johnson O., 1982.
  • 8 En juillet 1987, lors de la Convention internationale du Lions Clubs, les délégués votent la mixité (...)
  • 9 L’actualisation des pratiques philanthropiques est observée dans d’autres institutions. Voir à ce s (...)

6Durant près de trois décennies, l’association a été un lieu de rencontre et de détente réunissant exclusivement des hommes issus d’une même classe sociale, exerçant les mêmes professions (médecins, notaires, membres du gouvernement)7. Mais, à partir des années 1990, alors que la branche béni­noise croît, l’association se transforme aussi à l’échelle mondiale. Elle ac­cepte les femmes8 et modifie sa politique caritative. Le Conseil d’adminis­tration international décide de pratiquer une “philanthropie stratégique”9 qui consiste à mener des actions de grande ampleur, ce qu’Abélés, décrit en ces termes : «De l’entrepreneur philanthrope on passe au philanthrope entrepre­neur» (2002 :190). L’objectif est de médiatiser et de moderniser une asso­ciation dont les effectifs européens et américains vieillissent. La plupart des clubs béninois deviendront mixtes (plutôt qu’unisexe), mais ils resteront encore composés exclusivement d’hommes et de femmes issus d’une même classe de notables.

7Ce n’est qu’à partir des années 2000 que la branche béninoise connaît une mutation importante en accueillant les “nouveaux riches” (Abeles, 2002 :217). Le Lions Clubs réunit dès lors des hommes et des femmes d’ori­gines différentes pour qui l’important est, désormais, de prouver leurs qua­lités de manager grâce à la “philanthropie stratégique”. Les nouveaux mem­bres, qui exercent bien souvent les professions d’entrepreneurs et d’opéra­teurs économiques, vont se distinguer dans un cercle qui accueillait des per­sonnes tirant leurs revenus de rentes, de la charge de fonctions étatiques ou de l’exercice d’une profession libérale. Le club leur offre la possibilité de sortir d’un cercle social d’origine de moindre extraction. Ils rencontrent des individus qui comme eux disposent au moins d’un revenu mensuel de 500 000 FCFA (+/- 750 €), mais ils sont impressionnés par le bagage cultu­rel des anciens : de «grandes personnes» ayant fait de «hautes études», disent-ils. Effectivement, les membres admis durant les années 1970 et 1980 maîtrisent l’art de la table et s’expriment dans un français châtié. Les nouveaux espèrent les égaler et le Club va devenir pour eux une académie de formation en leur inculquant, par l’intermédiaire des “Lions formateurs”, les mécanismes protocolaires et administratifs indispensables au bon fonc­tionnement d’une association extrêmement hiérarchisée. Les codes, dont le plus important s’appelle “Constitution et statuts de l’association des Lions Clubs”, vont notamment apprendre aux nouveaux : comment se comporter devant un chef d’État, comment mener une réunion, et les obliger à rédiger de nombreux rapports destinés au Conseil d’administration international (Chicago, USA).

IV. La politique de recrutement, de l’homogénéité sociale vers la diversité

  • 10 Je reprends cette formulation d’une lettre hebdomadaire publiée par un club béninois “Le Cri du Lio (...)
  • 11 Parmi les membres des années 1990, certains ont participé à la rédaction de la nouvelle constitutio (...)

8Durant les premières décennies de présence du Lions Clubs au Bénin (1960-2000), il fallait, pour y être admis, avoir été repéré par un membre «dans la foule anonyme»10. Le plus souvent, le candidat aussi appelé “im­pétrant”, était un collègue ou un voisin qui participait à une “réunion d’ob­servation” au sein de l’association et était ensuite parrainé et intronisé. A partir des années 2000, le Conseil d’administration international rénove le mode de fonctionnement de l’association ; en optant pour la “philanthropie stratégique”, il assouplit les conditions de recrutement : «la cooptation c’est fini, on parle maintenant d’invitation», disent les responsables lors de som­mets internationaux de l’association (Brazzaville en 2015, Lusaka en 2019). L’objectif est de rajeunir l’effectif et de pallier à la baisse de celui-ci à l’é­chelle mondiale. Les membres vont désormais aller chercher au-delà de leur premier cercle d’amis des candidats susceptibles d’intégrer les rangs de l’association. La disparition du principe de cooptation, qui était plus sélectif, va ainsi favoriser l’arrivée de membres n’ayant pas fait d’études universitaires, ni joué de rôle politique ou civil de premier plan11. La mue sociologique va se manifester par une baisse – de l’aveu même des nou­veaux affiliés – des capitaux social et culturel. Les membres restent “des nantis”, mais les origines et les parcours professionnels diffèrent. Les nou­veaux membres sont des commerçants, des négociants, des restaurateurs et des transitaires en douanes qui se disent “flattés et intéressés” d’approcher d’autres membres aux professions respectables qui contrastent avec les leurs. Leur arrivée va néanmoins provoquer des tensions qui se concrétisent lors des réunions, lorsqu’il s’agira d’assumer les missions du club. Les di­vergences vont porter sur l’investissement des membres et sur les moyens financiers à consacrer pour assumer les missions philanthropiques. Les nou­veaux ne vont pas se montrer avares de leur fortune, au contraire ! Mais ils ne percevront pas la nécessité de débattre longuement de l’usage qui est fait de leur argent. Ils ne comprendront pas, par exemple, pourquoi ils doivent “payer de leur personne” lors des actions caritatives (appelées “œuvres”), plutôt que déléguer ce rôle à des exécutants. Ce n’est qu’à partir de la deux­ième année au club que les nouveaux qui auront persévéré découvriront la richesse évoquée par les anciens, c’est-à-dire la possibilité de se créer un réseau d’ “amis” par les actions philanthropiques et les réunions bimensu­elles. L’un des responsables béninois de l’association décrit les avantages de cette pratique en disant qu’elle permet de se créer «des relations en or, qui t’aident lorsque tu as un problème». Les nouveaux découvriront la dy­namique relationnelle qui s’établit en travaillant ensemble et en effectuant des tâches manuelles.

9La transformation sociologique de l’effectif ne va pas plaire pas à tous les anciens : «on ne fait plus du lionisme comme avant», me dit le consul honoraire d’Italie, directeur d’une entreprise de travaux publics. Il a été pré­sident de son club et ensuite d’une “zone” et d’une “région” (des postes qui l’obligent à contrôler respectivement cinq et trente clubs, soit environ 150 et 900 membres). C’est le «parcours d’un leader» comme il dit, et pour lui, le club «c’est une activité qui est toujours faite par des personnes fort occu­pées, parce que si vous avez du temps et que vous n’avez rien à faire cela veut peut-être dire que vous ne faites pas bien votre travail». Il regrette les années 1980, lorsque les Lions étaient moins nombreux :

Je me souviens, quand je suis rentré dans le club Doyen, où je suis encore aujourd’hui, les premières années avec les Lions les plus anciens qui étaient là, nous avions beaucoup plus de craintes. Vous aviez affaire à des personnes très respectables. Et, il fallait se faire accepter, avant de prendre la parole, vous faisiez attention. Aujourd’hui c’est ouvert un peu plus à des professions ou à des ‘amis’ qui ont peut-être un bon cœur, mais qui n’ont pas un certain niveau de formation.

10La recherche de ce “niveau de formation” qui attire les candidats est, pour le Consul, le signe de la déviance du club. Pour lui, on vient pour tra­vailler en étant déjà opérationnel en quelque sorte. Il rappelle indirectement, par son parcours, que le club est un lieu de valorisation symbolique du par­cours professionnel, grâce à un organigramme qui permet aux membres de monter en grade, ce qui jouera un rôle important dans l’intégration des nou­veaux membres. Les formations qu’ils recevront leur permettront de gravir différents échelons hiérarchiques.

V. L’organigramme du groupe : gage de motivation et de cohésion 

11C’est dans son club, en tant que secrétaire, trésorier, président, qu’un membre peut obtenir son premier mandat. Si la fonction a été occupée avec brio, ce qui est vérifié par l’envoi de rapports mensuels au siège central, il peut être désigné responsable d’une “zone”, d’une “région” et enfin d’un “district”. Ce dernier poste est très convoité, il consiste à contrôler les acti­vités d’au moins 1 250 membres, parfois répartis sur plusieurs pays. Le “gouverneur de district” convoque trimestriellement les présidents de “ré­gions” et de “zones”, il bénéficie de leur part d’une attention et d’un respect dignes d’un ambassadeur. Les codes protocolaires de l’association les obli­gent, en effet, à le recevoir avec faste. Il faut loger le “gouverneur” dans des hôtels de luxe, mettre véhicule et chauffeur à sa disposition et le faire ren­contrer les autorités politiques du pays (maire, ministre, président de la Ré­publique). Ce poste fait rêver tous les Lions, quelle que soit leur extraction et il motive les jeunes à maitriser les codes des anciens membres.

  • 12 Il faut pourtant relever qu’à la différence de ce que Cousin et Chauvin remarquent pour les branche (...)

12Ainsi, malgré les différences de capitaux sociaux, jeunes et anciens membres vont être réunis grâce aux règles du club qui les obligent à satis­faire aux mêmes épreuves. Les “Règlements du Lions Clubs” s’appliquent à tous les membres, ils garantissent la qualité du fonctionnement quotidien de l’ensemble des clubs et favorisent la mixité sociale. L’organigramme, qui se déploie de l’échelle locale (un club de 30 membres) jusqu’au siège international, où le Conseil d’administration contrôle plus d’un million de membres, va permettre une reconnaissance sociale par l’ascension hiérar­chique. En satisfaisant aux épreuves et examens que sont les réunions et les “œuvres” caritatives, les nouveaux vont prouver leur habileté au même titre que les anciens. Pour ceux-ci, l’obtention d’un grade supérieur est une mar­que de reconnaissance décernée par des pairs, alors que pour les nouveaux elle signifiera l’entrée dans un cercle social exclusif. Les différents mandats et récompenses représentent le salaire perçu en échange de l’engagement12, toutes extractions confondues. L’ensemble des membres auront accès à la scène internationale, ce dont ils rêvent tous.

  • 13 Afin de reconnaître le continent comme une “aire géographique et constitutionnelle du Lions Clubs I (...)

13Malgré les réticences d’une frange d’anciens, l’admission de nouveaux affiliés pour satisfaire au programme mondial de recrutement déjà évoqué, mais aussi pour atteindre l’effectif de 30 000 Lions africains13, va ainsi bou­leverser les critères d’excellence. La signification du “bon Lion, faisant un bon lionisme”, ne va dès lors plus représenter la même chose pour tous les membres du Lions Clubs. La maîtrise de compétences managériales relègue au second plan les anciens réflexes élitistes qu’étaient la connaissance par­faite des règles protocolaires et des codes de bienséance. L’investissement philanthropique dynamique est maintenu, c’est la clé de voute de l’associ­ation, mais qu’importent les manières utilisées pour en assumer l’applica­tion concrète ! Et, l’éloquence deviendra la quête ultime, le signe de l’acqui­sition complète des manières d’être du club. L’arrivée de commerçants ne bouleversera donc pas fondamentalement le Lions Clubs ; il ne deviendra pas un lieu “où l’on fait des affaires”, à l’instar des clubs et cercles euro­péens (Cousin/Chauvin, 2010). Bien que l’origine des membres se soit di­versifiée, il restera un lieu où afficher un statut social élitiste, incomparable avec le reste de la population. L’acquisition progressive des codes, qui se traduira par un comportement approprié au sein du groupe, est l’objectif assigné aux jeunes membres, en même temps qu’il devient un pari pour les anciens : conserver les valeurs du club, même si pour le faire évoluer et le pérenniser, ils doivent accepter des aménagements. On verra dans les des­criptions qui suivent qu’en fonction de l’âge des membres disposant des capitaux social et culturel, la transition et l’abandon de pratiques légitimes est plus ou moins aisée.

VI. Description de trois profils de membres

  • 14 Elles ont été projetées lors de la journée d’étude organisée par Hugues Draelants et Jean-Pascal Da (...)
  • 15 Cfr. encadré méthodologique.

14Trois vignettes ethnographiques14 vont montrer l’évolution des membres du Lions Clubs. Elles ont été recueillies à l’occasion du tournage d’un film documentaire qui a accompagné ma recherche doctorale15. Les séquences décrivent des membres en interaction soit avec des Lions, soit avec des indi­vidus “non-Lions”. La nature des dialogues et des comportements donne des indications sur leurs statuts sociaux respectifs et la perception que les individus se font de leurs pairs. Les membres sont âgés de 40 à 70 ans et habitent tous Cotonou, la ville la plus importante du Bénin, siège de nom­breuses administrations et entreprises.

  • 16 Titre qui se traduit, dans la hiérarchie du Lions Clubs au prorata du nombre de membres béninois en (...)

Vignette A : luxe, calme, discrétion, deux membres anciens
Cette scène décrit la conjonction entre richesse, efficacité et discrétion. Deux responsables du Lions Clubs conversent dans le jardin de l’imposante villa de l’un d’entre eux. Les hautes baies vitrées et le patio installé sous de sobres colonnes témoignent de l’intérêt du propriétaire pour l’architecture contemporaine. Il a été le “président national” du Lions Clubs16 et, ce dimanche après-midi, il tient une réunion informelle avec son successeur, qui n’est autre que son voisin. Ils font le bilan des activités écoulées et relèvent les difficultés de paiement de certains clubs, dont les membres sont pourtant très fortunés. Le caractère informel de leur rencontre, sans uniforme et à domicile traduit une amitié de longue date. Il n’est à aucun moment question d’impressionner son interlocuteur. Ce ne sera qu’à l’arrivée d’un cuisinier apportant des boissons et, ne pouvant préciser la composition d’un jus de fruits frais, que le propriétaire, faisant preuve de fermeté, affichera sa supériorité sociale vis-à-vis de son interlocuteur et ami.

Extrait de la conversation :

- Mais Gaby, pourquoi apportes-tu du coca cola, pour faire quoi ? … Et ça [montrant le verre rempli de jus de fruit] c’est de l’ananas avec quoi ?

- Du jus avec papaye et figues !

- Des figues ? Il n’y a pas de figues ici, qu’est-ce que tu racontes ?

- Ce sont des …

- Amène les fruits ici et montre-nous !

[Pendant que le cuisinier repart dans le bâtiment, la discussion reprend.]

- Il manque encore les informations concernant le Lions Clubs “Dauphin” et c’est le club le plus rebelle !

- Ce n’est pas sérieux ! [Répond son interlocuteur, membre de ce club].

- Pourtant, le président de l’an dernier était très correct.

- C’était Gilles, c’est mon ami ! On le martyrise pour rien [à cause de son caractère impétueux]. Mais il est très bien, il faut savoir le prendre c’est tout.

- Si tu peux lui rappeler de verser dans les comptes connexes ; cela te permettra de poursuivre le développement du projet [caritatif]…

[Le retour du cuisinier rapportant les fruits coupés les interrompt].

- Il y a des pommes aussi, et ça c’est du fruit de la passion.

- Ah, voilà Gaby, au moins une réponse correcte, c’est bien merci tu peux rentrer.

[Le cuisinier repart aussitôt avec le plateau de fruits et la conversation reprend].

- Si tu veux, tu me renvoies le bilan financier quand ton club aura payé pour que je vérifie ce qu’ils ont fait par rapport à l’an dernier. C’est un projet qui me tient à cœur, j’aime bien féliciter les clubs qui ont payé et rappeler aux autres qu’ils n’ont rien fait, mon club y compris ! Et, même ton club !

- Je sais, je sais [rire].

15L’échange cordial entre les deux responsables porte sur des questions importantes qui concernent les finances du club et la réussite des objectifs caritatifs à l’origine de la création de l’association17. Cependant, la gravité du problème, un retard dans le paiement, n’entame pas leur bonne humeur, pas plus qu’elle n’engendre la crainte de voir l’association péricliter. Ils sont convaincus que les mauvais payeurs finiront par s’acquitter de leurs dettes. Le cas échéant, ils savent comment les contraindre, avec tact et efficacité. Ils ont fait des études universitaires et sont issus de lignages détenant des moyens financiers depuis plusieurs générations. Ils se sentent «à l’aise» par­mi les Lions, pour reprendre les mots d’un nouveau. Ce qui compte pour eux, ce n’est pas de s’intégrer dans le cercle, ce qui leur est acquis depuis longtemps par l’entremise d’un membre de la famille qui les y a invités ou par la fréquentation d’un club de jeunes appelé “LEO” (acronyme de Lea­dership Experience Opportunity). Quand les deux responsables décrochent leur téléphone pour rappeler à l’ordre les mauvais payeurs, ils s’adressent à eux en les qualifiant de “chers amis”, en s’inquiétant de la santé de leurs épouses ou enfants. Il n’y a aucune menace ou violence dans leurs propos (à la différence des appels téléphoniques auxquels j’ai assisté avec les com­merçants), mais ils brandissent la menace d’une sanction au sein du club, qui se traduit bien souvent par un rapport négatif freinant l’avancée hiérar­chique. Disposant de capitaux sociaux et économiques, ils sont reconnus par les membres et ne s’inquiètent donc pas de l’exécution de leurs ordres. Ils savent que l’obtention de marques de reconnaissances décernées par des pairs suffit en tant que motivation. Ce qui importe c’est d’atteindre le degré supérieur de l’organigramme ; comme dans une joute opposant deux che­valiers, il s’agit d’affronter de nobles concurrents pour occuper les plus hau­tes positions. Les dirigeants utilisent ainsi les règlements avec tact mais fer­meté ; les nouveaux arrivés les plus ambitieux acquerront cette assurance basée sur une maitrise des règles du club et des codes de bienséances afin de prouver leur changement de classe. La transition s’effectue donc, non pas par une rupture brutale avec le passé, mais au contraire par un mélange de pratiques, associant les usages du club lorsqu’il n’était fréquenté que par les plus nantis avec des habitudes contemporaines plus populaires.

Vignette B. La transition : un Lion décrit la photo de groupe prise lors de la fondation de son club à la fin des années 1990
Installé dans son salon, le membre décrit les hommes et les femmes prenant la pose pour une photo souvenir, devant la “charte” consacrant la création de leur club. Fondé à une époque de transition, lorsque la branche béninoise de l’association entamait sa phase importante de croissance, ce club est encore très actif. Il prouve que, si l’association s’adresse aux commerçants, elle continue à chercher les individus possédant les doubles capitaux, culturel et social. Mon interlocuteur décrit les personnages photographiés, il décline les professions des membres et cite : un président de l’ordre des médecins du Bénin, un président du Conseil économique et social du Bénin, un recteur d’université, deux fonctionnaires des Nations Unies, le directeur de l’ENA, l’École nationale d’administration. Il conclut en citant un homme d’affaire libanais qu’il présente comme étant «le propriétaire de l’immeuble-tour qui est au centre-ville». Ce club, près de quinze années après sa création attire encore de nouveaux membres : «nous restons ensemble, très liés, personne ne veut quitter ce club», m’explique-t-il.

Lors d’une soirée d’anniversaire réunissant de nombreux Lions, je pourrai interpréter les propos de mon interlocuteur lorsqu’il décrira les personnes présentes en disant : «Nous sommes tous les mêmes, il y a une identité, un style à notre club». Il apparaît ainsi que le succès de ce dernier tient aux infimes modifications, apportées très progressivement, au profil-type des candidats recherchés. Le club a été créé à la fin de la première décennie post régime marxiste (fin 1990), mais il a anticipé la vague libérale qui allait générer une nouvelle classe de commerçants. La plupart des membres détiennent un capital financier constitué de biens familiaux, qu’ils ont consolidé par leurs propres stratégies et réussites commerciales. Ceux qui composent ce club ne sont donc plus des individus jouissant uniquement d’une rente foncière ou de prérogatives régaliennes, ce sont aussi des hommes d’affaires associant de multiples métiers et compétences. Ils ont d’ailleurs ce soir-là, avant que les convives n’accèdent au banquet, invité un banquier expliquant l’intérêt de détenir un portefeuille d’actions pour favoriser la collecte de fonds. Les membres «se partageront les dividen­des et alimenteront le compte en banque ‘œuvres’ du club, car il est de plus en plus difficile de trouver des sponsors», dit le banquier.

L’âge moyen des membres est de 45 ans. L’effectif synthétise l’ancienne génération, qui prônait l’élitisme par le capital culturel, et la nouvelle, qui vante les vertus de l’entrepreneur. L’appartenance à un cercle n’est pas une habitude familiale, mais n’est pas une pratique inconnue pour autant pour ses membres qui ont déjà un bagage socio- culturel. L’évergétisme décrit par Veyne, «le fait que les collectivités (cités, collèges…) attendaient des riches qu’ils contribuassent de leurs deniers aux dépenses publiques, et que leur attente n’était pas vaine» (Veyne, 1995 :21), n’est pas absent de leur démarche. Ils concilient la préservation de leurs acquis avec une prodigalité par les “œuvres” qui leur assure une reconnaissance. Ils se placent dans le même «espace de position sociale» que leurs prédécesseurs, les anciens, mais pas dans le même «espace des styles de vie» (Bourdieu, 1979 :140-141). Ce sont des individus ayant étudié dans divers pays, dont les enfants fréquentent des écoles réputées. S’ils ne refusent pas le contact avec les nouveaux membres qui ne sont pas issus de lignages prestigieux, ils les invitent à incorporer des clubs distincts des leurs ; bien qu’ils les reconnaissent en tant que “leaders” actifs dans la sphère économi­que, ils ne tiennent pas à les côtoyer.

16Ce qui caractérise les décideurs des années 1990, c’est le désir d’ouvrir les portes de l’association à diverses origines sociales à partir des années 2000, tout en conservant un moyen de distinguer les nouveaux des anciens membres. Ils entretiennent un réflexe de protection vis-à-vis d’individus qu’ils considèrent comme étant de la “petite bourgeoisie nouvelle” (Ber­nard, 2013). La dernière vignette décrit un membre de ce type. Il a “une trajectoire ascendante” sur le plan économique et le club va compenser les lacunes de son capital culturel : «une manière d’échapper à des destins peu compatibles avec les promesses enfermées dans le parcours scolaire» (Bernard, 2013 :267).

Vignette C. Ascension et diversité de membres : un nouveau membre invité lors d’une fête d’anniversaire
La scène se déroule lors des retrouvailles entre un nouveau membre du Lions Clubs et ses amis (non-membres), à l’occasion d’une fête d’anniversaire. A son arrivée, il est salué avec déférence ; sa prestance impressionne alors qu’il est comme ses amis, un “opérateur économi­que”, c’est-à-dire un entrepreneur saisissant toute opportunité marchande et disposant d’un capital financier. Il a été intronisé au Lions Clubs deux ans auparavant. D’après mes entretiens, il n’est pas le plus nanti du groupe.

  • 18 Concernant l’ostentation et la commensalité en contexte ouest africain, voir Daloz S., 2002. Pour u (...)

La maison est pourvue de deux étages et d’un balcon. Elle témoigne de la récente réussite de son propriétaire, très actif dans le commerce des aliments congelés. Ce serait d’ailleurs lui «le plus riche», aux dires de l’assemblée. Pourtant, lorsque le “Lion” arrive sous une averse, deux commis lui sont prestement envoyés par le maitre des lieux. Munis d’un parasol, ils le protègent de la pluie drue, et il fait une entrée remarquée. «Eh, on dirait le roi d’Angleterre !», s’exclament-ils. A l’intérieur, l’ambiance est moins solennelle : assis autour de tables basses les convives festoient joyeusement. Ils rigolent en se saisissant des boissons disposées en abondance sur les tables, qui témoignent de la prodigalité de leur hôte. Le Lion se fond rapidement dans le groupe, adoptant la même attitude décontractée. Son épouse, une trentenaire qui travaille dans une organisation non-gouvernementale, se démarque de cette attitude familière. Elle s’assied dans un canapé rapidement déserté par ses occupants. Son mari l’y rejoint, tandis que l’on débarrasse les cannettes de bières pour poser une bouteille de «vin de France», comme l’annonce le propriétaire des lieux. Pour ceux qui l’ignoraient, et sans doute à mon adresse, il précise la manière dont il s’approvisionne : «je mets des cartons dans les véhicules que j’importe d’Europe». Fier, il brandit le flacon qu’il peine à ouvrir, et les fêtards reprennent la mastication des volailles nappées de sauce d’arachide18.

Depuis la rambarde de l’escalier menant au toit terrasse, j’observe le Lion transformé en invité de marque, consommant des produits de luxe. Il est assis seul dans le salon de son ami, alors qu’à l’étage, serrés sur des bancs de bois, les commerçants mangent bruyamment. Les au­tres me dit-il, «ce sont des gens qui n’évoluent pas, qui ne s’ouvrent pas à d’autres horizons». Plus tard, lors d’un entretien, il me dira pourtant que, hormis les quelques fêtes avec les commerçants, il sort peu. Il n’est «à l’aise qu’avec eux» me dit-il et, pourtant, en faisant partie d’une association élitiste, il prend ses distances avec son ancien grou­pe. Il se sent seul, socialement partagé entre deux univers, l’un qui ne correspond plus à ses attentes, et un deuxième où il ne sent pas encore le droit de s’exprimer parce qu’«il n’a pas le verbe», dit-il. Il a peur de parler en public, il passe inaperçu lors des réunions, et ne considère pas les Lions comme des compagnons complices. Cependant, il est flatté de partager le couvert avec des magistrats, des avocats et professeurs. Il s’assied à leurs côtés lors de réunions qui l’ennuient autant qu’elles l’impressionnent. Cet entrepreneur ne dispose pas d’un capital culturel élevé, il est issu d’une famille de commerçants ruraux et n’a qu’une courte formation en école supérieure (deux ans). Le hasard du recrutement l’a fait membre d’un club composé de hauts fonctionnaires détenant capitaux sociaux et économiques. Il peine à s’investir dans la vie quotidienne de son club et ne participe pas aux actions philanthropiques collectives, qui sont pourtant les gestes indispensables pour intégrer la “communauté”, comme le souligne Abélès (2002). A sa décharge, ce club est singulier dans le contexte actuel du Lions Clubs béninois et ne l’aide pas à prendre confiance en soi et à trouver une place dans ce nouveau cénacle. Il compte de nombreux retraités, alors que l’effectif global du pays est composé majoritairement de quadragénaires. Autrement dit, ce nouveau Lion fait partie d’un club d’anciens vivant encore sous le régime “bourdieusien” des structurations des pratiques sociales – déterminées par des avoirs financiers – associées à des moyens culturels ou scolaires significatifs. Dans ce club, il ne peut que revendiquer un avoir financier et il se place, en référence au diagramme de Bourdieu de l’ «espace des positions de vie» (Bourdieu, 1979 :140-141), dans la situation de quelqu’un n’appréciant et ne revendiquant que des loisirs ou des références culturelles communes, pour ne pas dire populaires. Concrètement, dans son club il fait preuve de déférence à l’égard des anciens, qui n’attendent de sa part qu’un respect silencieux. Dans un autre club, à l’effectif plus jeu­ne, il pourrait valoriser les compétences de manager et s’investir dans la vie de l’association. Il ne serait pas handicapé par son statut de “petit bourgeois nouveau”, cause de son souci auprès de ses vieux collègues, qui font encore partie d’un des rares clubs unisexes du pays. Pourtant, et cela montre la pertinence de l’approche défendue par Bourdieu, ce qu’il recherche ce sont des valeurs telles que la notabilité et le haut niveau de formation, des valeurs incarnées par les membres de son club.

VII. Transformation du profil des membres et contexte post colonial

17Le besoin de renouveler l’effectif et donc de «recruter plus large», comme le disent les responsables qui supervisent le fonctionnement des clubs à l’échelle nationale, modifie le profil-type des membres. Les derniers arrivés, pour la plupart des nouveaux riches, ont des difficultés à adopter d’emblée les manières des anciens : travailler en équipe, encourager l’in­vestissement bénévole, respecter un code protocolaire strict. Ils apprennent les règles et malgré leur méconnaissance des codes, ils tissent des liens grâ­ce à la nouvelle politique philanthropique. Leurs compétences profession­nelles compensent leurs lacunes. L’arrivée de membres moins éduqués montre que les variables sociales et culturelles décrites par Bourdieu sont ébranlées dans certains clubs et confortées dans d’autres. Les gestes et atti­tudes qui permettent de se distinguer et de s’intégrer dans le cercle indiquent à la fois un réflexe conservateur et une volonté de rénovation. Quelques clubs, dits “anciens” conservent comme référence le partage de codes qui créent un entre soi. Les membres ont tous une formation scolaire élevée, des moyens financiers conséquents, exercent comme médecin, avocat ou sont de hauts cadres de l’administration de l’État. Cependant, une tendance progressiste apparaît, incarnée par de jeunes membres qui, sans détenir les critères énoncés ci-dessus, parviennent à créer un collectif. Il y aurait, à l’instar de ce que Glevarec et Pinet démontrent, un «regroupement horizon­tal» sur la base de l’âge (2013 :117). La structuration verticale – et domi­nante – dans le classement, qui est l’approche défendue par Bourdieu dans La Distinction, n’est plus l’unique variable d’analyse de la différenciation entre groupes sociaux. La proximité entre individus d’une même génération par exemple, crée des connivences, qui vont les situer dans les mêmes “es­paces de vie” horizontaux, ce que confirme Coulangeon (2013). Les pos­sessions culturelles et économiques ne seraient plus les seuls référents du groupe et l’âge, qui était l’élément de différenciation entre deux ensembles sociaux durant les années 1960 à 1990, est devenu l’élément rassembleur. Le constat de Glevarec et Pinet, en analysant les pratiques culturelles en France en 2008, est donc valable auprès d’une partie des Lions Clubs béni­nois. Mais, l’éloquence, l’assurance face à un public – qui sont des capitaux émanant des catégories socioprofessionnelles élevées et revendiquées par les membres anciens, restent des pratiques importantes dans tous les clubs, elles rythment la vie de l’association faite de réunions et de débats.

18On peut en déduire que le comportement des membres va à la fois con­firmer et infirmer le principe de la double détention de ressources culturelles et économiques, comme l’ont montré les vignettes ethnographiques. La dis­tinction pour les membres béninois, autrement dit ce qui détermine un “bon membre”, se construit et, plus exactement, se rencontre au croisement d’une structuration des pratiques dictées par des capitaux économiques et culturels et du partage d’espaces de styles de vies autrefois opposés.

  • 19 Pour un aperçu récent, voir Coulangeon P., 2013.
  • 20 Le rapport complet est disponible à l’adresse suivante : http://hdr.undp.org/sites/default/files/hd (...)
  • 21 «L’environnement de la “modernité insécurisée” renvoie au moment particulier de la généralisation d (...)
  • 22 Dans le cas contraire, le risque est d’être socialement exclu par une population associant régulièr (...)

19Les causes de cet agencement, inédit en France et, a fortiori, dans de nombreux pays européens19, ont pour origine, d’après notre enquête de ter­rain, le différentiel économique existant au sein de la population béninoise entre membres et non-membres, ainsi que le nombre restreint de ceux-ci, qui a d’abord généré une homogénéité sociale au sein du club et, ensuite, entraîné la soudaine cohabitation avec de nombreux nouveaux riches. D’un point de vue socio-économique, l’indice de développement humain (IDH) des Nations Unies classe le Bénin dans les “pays faibles”, en 163ème position sur 173 pays20. Un membre est donc un individu considéré comme extrême­ment riche, qui se meut dans un espace public paupérisé, que Pierre-Joseph Laurent caractérise comme étant «la modernité insécurisée»21 (2002 :102). Dans ce contexte socio-économique précaire, l’ostentation, même si elle se module de façon variable (Daloz, 2002 ; Warnier, 2007), est fréquente et doit rendre compte des moyens financiers des individus et de leurs prati­ques. Aussi bien le jeune Lion – vignette C –, considéré comme “le roi d’Angleterre” par ses amis commerçants, que les vieux membres – vignette A –, qui rabrouent le majordome, mettent en scène et ne masquent pas leurs moyens financiers. Indépendamment de ressources culturelles fort différen­tes, légitimes d’une part et populaires pour le plus jeune, le même capital économique est partagé et mis en exergue. Un rôle de “leader” est donc rapidement attribué aux détenteurs du pouvoir économique et symbolique, lesquels se doivent dès lors de l’incarner d’une manière consensuelle, mag­nanime et codifiée, pour ne pas dire simplifiée, afin d’être compris du plus grand nombre22.

20Dans le cadre du club, les apparitions publiques, l’obtention d’un écus­son ou d’une médaille soulignent une accumulation de capital, mais aussi un savoir-faire managérial et politique. L’ostentation est donc de mise dans les deux espaces sociaux que sont le club et la société béninoise. Elle permet de faire ressentir l’autorité dans un espace social polarisé entre nantis et démunis, où la classe moyenne est embryonnaire (Melber, 2017). L’autorité se construit et s’exprime en associant des capitaux indifférents aux ques­tions de légitimé. Ce qui importe c’est d’en détenir et d’en user, peu importe l’agencement nécessaire. L’effectif réduit de la branche africaine de l’asso­ciation malgré son essor récent – il y a environ 1 400 membres au Bénin et un peu moins de 30 000 à l’échelle du continent, soit l’effectif de la France – conforte cet état de fait. Les membres font partie d’un réseau de “happy few”, détiennent un pouvoir, des moyens de coercition spirituels, économi­ques ou politiques et sont reconnus comme tels par la population, phéno­mène que Joseph Tonda désigne comme celui du «souverain moderne» (2005 : 7, 23, 71, 81, 178). Le réseau est donc constitué de membres qui n’ont pas le même bagage culturel mais partagent un statut social attribué par la population, qui influence désormais la structuration des pratiques suite à l’arrivée des nouveaux riches. La détention de savoirs légitimes et surtout son expression publique, permet de construire la stature d’un personnage, d’un dirigeant. La manière de faire circuler le savoir ne dépend plus de la maîtrise d’un bagage culturel légitime, mais d’une capacité à le faire ressentir à des auditeurs. En d’autres mots, faire partie du club et y jouir d’un mandat permet désormais d’impressionner son audience, de faire “comme si” l’on maitrisait des compétences, ou “comme si” l’on était issu d’un lignage prestigieux. Le rôle politique et l’emploi de l’ostentation, peu­vent être rangés dans ce que Coulangeon décrit comme «l’ensemble des compétences sociales du paraître et du savoir-être (soft skills) non enseignées en classe […] qui […] fabrique également la violence symbolique» (2011 :211 [kindle]). La figure du leader, centrale dans l’organisation du club, va imposer de mélanger deux modes de distinction dans un contexte paupérisé et de croissance de l’association.

VIII. Conclusion : l’élargissement du spectre social élitiste

21Dans le contexte béninois précité, on peut donc constater que les prati­ques combinant les capitaux culturels et financiers, décrits par Bourdieu, doivent être associées à l’âge, comme Glevarec et Pinet le démontrent. Jus­qu’aux années 1990, les premiers membres, issus d’une classe sociale ho­mogène, lettrée et urbaine, détiennent des capitaux économique et culturel plus ou moins élevés. Quelques années plus tard, la fluctuation des deux capitaux révèle un changement progressif de la composition des clubs qui se rajeunissent. A partir des années 2000, lorsque le siège central du Lions Clubs exige de recruter plus de membres, la plupart des nouveaux affiliés ne détiennent plus les deux capitaux. Leur arrivée va profondément modi­fier la vie quotidienne du club, afin que, paradoxalement il ne change pas ! Les nouveaux membres veulent un Lions Clubs qui demeure exclusif ; ils vont en apprendre les usages, ce qui le transformera en académie de forma­tion et d’apprentissage des codes de bienséance.

22L’âge remplace les capitaux culturels ou économiques, et devient le socle commun. La majorité des membres, quelles que soient leurs origines se ras­semblent, se reconnaissent et s’intègrent au groupe par le partage d’habitu­des ou de méthodes de travail. Cela ne veut pas dire pour autant que les valeurs exprimant la structuration des pratiques associées à de hauts capi­taux culturels et sociaux auraient disparu. Mais la mise en place de la nou­velle politique de philanthropie va en restreindre l’importance. Cependant, le rajeunissement de l’effectif ne remettra pas en cause les modes antérieurs de sélection. Le nombre de nouveaux ne supplante pas (encore) les trente­naires et les quadragénaires, issus d’un milieu social bénéficiant de bagages culturels et financiers et qui maîtrisent les codes revendiqués par les an­ciens, dont ils récusent pourtant le mode de vie. Ce que les anciens nom­maient les “habitudes” ne correspond plus aux leurs, mais ne bouleverse donc pas (encore) le mode d’agrégation des membres. Ce qui a changé, c’est que le club n’est plus uniquement un sanctuaire de l’élite culturelle. Un par­cours hiérarchique sans écueil permet une élévation sociale au sein de l’or­ganigramme et révèle en filigrane les moyens financiers détenus par l’heu­reux élu, qui doit subvenir aux frais incombant à sa nouvelle charge (voya­ges, organisation de réunions, rémunérations d’assistants). La progression du statut de membre “de base” jusqu’à celui de “président de zone” ou de “gouverneur” prouvera l’acquisition d’un bagage culturel.

23Ainsi, la branche béninoise du Lions Clubs, en devenant une académie, enseigne des compétences diplomatiques : la maitrise de l’élocution, la con­naissance des comportements appropriés en présence d’autorités d’État, et offre une affirmation visuelle (par l’habit et les gestes) du pouvoir. Les nou­veaux membres apprennent à moduler des registres jouant de la retenue et de la discrétion, ou au contraire de la pleine visibilité. Par la modification de ses codes internes, le Lions Clubs illustre le changement de perception de l’autorité, des compétences requises pour gouverner et paraître dans l’es­pace public. Il démontre aussi que la structuration des pratiques en contexte précaire s’opère par agencement plutôt que par sélection, au sein d’espaces de vies, mais que lorsqu’il s’agit de se distinguer littéralement, ce sont les critères anciens, décrits dans La Distinction, qui continuent d’être activés, transformant ainsi les individus en être sociaux mobiles et plastiques, adop­tant, au gré des circonstances et des contextes, des attitudes contradictoires.

Haut de page

Bibliographie

Abeles M.,
1989 “Pour une anthropologie de la platitude”, Anthropologie et Sociétés, 13-3, pp.13-24.
2002 Les nouveaux riches, un ethnologue dans la Silicon Valley, Paris, Odile Jacob.

Banegas R.,
2003 La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala.

Bennett T., Gayo-Cal M., Le Roux B., Savage M., Silva E., Warde A., Wright D.,
2013
“La Distinction revisitée : l’espace des styles de vie britannique en 2003”, dans Duval J., Coulangeon P. (Dir.)., Trente ans après La Distinction, de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, pp.179-205.

Bernard L.,
2013 “Réflexions sur la ‘petite bourgeoisie nouvelle’ dans les années 2000”, dans Duval J., Coulangeon (Dir.)., Trente ans après La Distinction, de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, pp.266-277.

Bourdieu P.,
1979 La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Coulangeon P.,
2011 Les métamorphoses de la distinction. Paris, Grasset.

Cousin B., Chauvin S.,
2010 “La dimension symbolique du capital social : les grandes cercles et Rotary clubs de Milan”, Sociétés contemporaines, n°77, pp.111-137.

Daloz J-P.,
2002 Élites et représentations politiques, La culture de l’échange inégal au Nigéria, Pessac, Presses Universitaire de Bordeaux.

Geschiere P.,
2000 “Sorcellerie et modernité : retour sur une étrange complicité”, Politique Afri­caine, 79, pp.17-32.

Glevarec H., Pinet M.,
2013 “Principes de structuration des pratiques culturelles : stratification et âge”, Revue européenne des sciences sociales, 51-1, pp.90-118.

Guilhot N.,
2004 Financiers, philanthropes, Vocations éthiques et reproduction du capital à Wall Street depuis 1970, Paris, Raisons d’agir.

Hasque J-F. de,
2016 “Le terrain filmé La caméra comme outil de production et de médiation entre les différents acteurs”, dans Gutron C., Legrand V. (Dir.), Éprouver l’altérité. Les défis de l’enquête de terrain, Louvain-la-Neuve, PUL, pp.103-118.

Johnson O.,
1982 Le nouveau départ, Cotonou, Imprimerie Industrielle.

Lambelet A.,
2015 “ ‘Faire de la philanthropie stratégique’. Étude des transformations des discours et des pratiques dans une fondation privée en Suisse”, Mondes ethnographiques, 30, pp.1-15.

Laurent P-J.,
2002
“Effervescence religieuse et gouvernance”, Politique africaine, 87, pp.95-116.

Leke A., Chironga M., Delvaux G.,
2018 Africa’s Business Revolution, how to Succeed in the World’s next Big Growth Market, Harvard Business Review Press, Boston, Mc Kinsey Global Institute.

Melber H.,
2017 “The African Middle Class(es) – in the Middle of what ? ”, Review of African Political Economy, 44/151, pp.142-154.

Perrenoud M., Sainsaulieu I.,
2018 “Pour ne pas en finir avec l’identité au travail ”, SociologieS [En ligne], Dos­siers, Identité au travail, identités professionnelles.

Rouch J.,
1979 “La Caméra et les hommes”, dans France C. de (Dir.), Pour une anthropologie visuelle, Paris, Mouton Editeur, pp.53-71.

Roxburgh C., Dörr N., Leke A., Tazi-Riffi A., van Wamelen A., Lund S., Chironga M., Alatovik T., Atkins C., Terfous N., Zeino-Mahmalat T.,
2010 Lions on the Move : the Progress and Potential of African Economies, Mc Kinsey Global Institute.

Ruby J.,
1991 “An Anthropological Critique of the Films of Robert Gardner”, Journal of Film and Video, 43/4, pp.1-17.

Strandsbjerg C.,
2015
Religion et transformations politiques au Bénin. Les spectres du pouvoir, Paris, Karthala.

Tissot S.,
2013
“ ’Anything but Soul Food’. Goûts et dégoûts alimentaires chez les habitants d’un quartier gentrifié, ”, dans Coulangeon P. (Dir.)., Trente ans après La Distinction, de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, pp.141-152.

Tonda J.,
2005
Le Souverain Moderne, Paris, Karthala.

Veyne P.,
1995 Panem et Circenses, Paris, Points [1976].

Warnier J-P.,
2007 “Corps, technologies du pouvoir et appropriation de la modernité au Cameroun”, Politique africaine, 107/3, pp.23-41.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Cet article se base sur des observations faites entre 2011 et 2015 au Bénin, époque où le Lions Clubs connaît une expansion conséquente. Son effectif passe de 900 à 1 400 membres, le Bénin devient un “district”, ce qui, dans le jargon du club signifie une entité géographique autonome dirigée par un “gouverneur”. La croissance du club béninois répond à des injonctions locales et internationales. D’une part, il y a un enjeu africain qui consiste à compter 30 000 Lions pour devenir un groupe continental, indépendant du reste du monde. Et à l’échelle internationale, le Conseil d’administration veut renouveler l’effectif mondial qui est vieillissant. Les pays du continent africain vont donc fournir des recrues qui vont permettre d’obtenir l’ “indépendance”, proclamée en juin 2019, et de dynamiser l’association. Les efforts réalisés spécialement en Afrique de l’Ouest et au Bénin vont dès lors modifier la composition et la vie quotidienne des clubs, qui accueilleront des membres d’extractions moins prestigieuses.

Théorie : La sélection moins rigoureuse, qui répond à des impératifs pragmatiques, di­vise les anciens membres et révèle l’évolution des critères qui distinguent les membres entre eux. En étudiant trois types de membres différents, on découvre que les clivages entre anciens et nouveaux membres sont nuancés et que les principes, décrits par Bour­dieu dans La Distinction, d’une classe supérieure détenant capitaux sociaux et culturels sont à la fois toujours d’actualité et contredits. Les études de Glevarec et Pinet, mettant en exergue l’âge comme facteur important dans la structuration des pratiques, et celles de Bennett, portant sur l’investissement des individus plutôt que sur leurs capitaux sco­laires et financiers, permettent de comprendre l’évolution du club béninois ainsi que les comportements de l’élite en milieu précaire.

Méthodologie : L’enquête de terrain s’est faite avec une caméra, et propose une double restitution, en image et en texte. Un film a été réalisé conjointement à une thèse écrite sur le Lions Clubs béninois. La caméra enregistre les actions importantes ou présumées telles lors de l’observation, aussi bien que des informations subalternes qui n’étaient pas visibles ou exploitables au début de l’observation. Celles-ci vont affiner l’analyse du matériau et livrer des indications visuelles sur l’usage des accessoires, les parures et les comportement des membres de l’association.

Résultats : La notion de distinction n’est pas énoncée en tant que telle au sein du Lions Clubs, mais par contre la faculté de s’intégrer dans un groupe élitiste qui met l’accent sur un comportement et des acquis culturels et sociaux y est omniprésente. C’est dans cette perspective, d’intégration ou de l’impossibilité de celle-ci, lorsque le processus d’incorporation est bouleversé par l’arrivée de membres ne satisfaisant pas aux critères appliqués pendant trente ans au club, que la notion de prestige est invoquée, singulière­ment si les critères définissant celle-ci sont mis en cause. La littérature discutée souligne l’existence d’une voie médiane, celle d’une connivence entre des membres plus jeunes, indépendamment de leur origine ou de leur parcours scolaire, qui ne disqualifie pas les capitaux bourdieusien qui sont les garants de l’exclusivité du club et agissent comme des incitants auprès des nouveaux qui considèrent le club comme une académie de for­mation.

Structured summary

Presentation : This article is based on observations made between 2011 and 2015 in Benin, a time when the Lions Clubs was experiencing rapid expansion. With its membership growing from 900 to 1,400 members, Benin became a “district”, which, in the club’s parlance, means an autonomous geographical entity directed by a “governor”. The growth of the Beninese club responded to local and international injunctions. On the one hand, there was an African issue which consisted in reaching a Lions membership of 30,000 to become a continental group, independent of the rest of the world. And, on the international level, the board of directors wanted to rejuvenate an ageing world membership. The countries of the African continent were thus intended to provide recruits which would allow them to obtain “independence”, proclaimed in June 2019, and energize the association. The efforts carried out, especially in Western Africa and Benin will consequently modify the composition and the daily life of the clubs, who will receive members of less prestigious extraction.

Theory : Responding to pragmatic imperatives, the less rigorous selection criteria divides the older members and reveals an evolution in criteria which distinguishes the members from one another. By studying three different types of members, we discover that the cleavages between old and new members are nuanced and that the principles, described by Bourdieu in La Distinction, of an upper class holding social and cultural capital are at the same time still topical and contradicted. The studies by Glevarec and Pinet, accentuating age as a major factor in structuring practices, and those of Bennett, bearing on the investment of individuals rather than on their educational and financial capital, allow us to understand the evolution of the Beninese club as well as the behaviours of the elite in a precarious milieu.

Methodology : The field investigation was done with a camera, and proposes a double restitution, in image and text. A film was made in conjunction with a thesis written on the Beninese Lions Club. The camera recorded the important actions, or those supposed to be when observed, as well as subordinate information which was not visible or usable early on in the observation. They serve to refine the analysis of material and provide visual indications as to the use of accessories, adornments and the behaviour of association members.

Results : The concept of distinction does not come up as such in the Lions Club but, on the other hand the ability to integrate oneself into an elitist group accentuating behaviour and cultural and social assets is omnipresent. It is in this perspective, admittance or non-admittance, when the process of incorporation is upset by the arrival of members not satisfying the criteria applied in the club for thirty years, that the concept of prestige is invoked, and particularly if the criteria defining it are challenged. The literature discussed underlines the existence of a middle way, one of a complicity between the youngest members, independently of their origin or school background and not ruling out the very Bourdieusian capital which is the guarantor of the club’ exclusiveness and acts as an incentive for the nouveaux – who see the club as a training academy.

Haut de page

Notes

1 Un club compte en moyenne une vingtaine de membres et un maximum de cinquante. Il y a une cinquantaine de clubs actifs au Bénin.

2 Des analyses et des articles de presse se font de plus en plus fréquents sur le sujet. Lire par exem­ple : “Faire fortune en Éthiopie, mode d’emploi”, Le Monde, 22/02/2017. Ou consulter les analyses de McKinsey Global Institute 2010, 2018 qui vantent et chiffrent les opportunités sur le continent africain.

3 J’ai écrit d’autres articles traitant d’anthropologie visuelle : https://uclouvain.academia.edu/

JeanFrédéricdeHasque et réalisé 5 films : https://vimeo.com/user9478720.

4 Elle n’est plus considérée comme une “association bourgeoise”, ce qui lui valut d’être interdite au Dahomey les années antérieures, entre 1978 et 1981.

5 Pour une analyse précise voir Banégas R., 2003 et Standsbjerg C., 2015.

6 Lors de mes enquêtes au Bénin (2011-2015), le salaire d’un enseignant de lycée était de 300 000 FCFA, les revendications actuelles portent sur un montant de 500 000 FCFA, et à titre informatif le salaire d’un député de l’Assemblée nationale ou d’un professeur d’université approche 1 500 000 FCFA. Source : https://lanouvelletribune.info/archives/benin/politique/27079-benin-me-joseph-djobenou-publie-son-salaire-sur-facebook, https://lanouvelletribune.info/archives/benin/societe/8050-remunerations-dans-len-

seignement-superieur-desormais-de-gros-salaires-a-luac et https://beninwebtv.com/2018/02/benin-enseignants-de-loueme-exigent-salaire-de-500-mille-fcfa-mois/ consultés le 12 juin 2018.

7 D’après les archives du Lions Clubs Cotonou réunies par Johnson O., 1982.

8 En juillet 1987, lors de la Convention internationale du Lions Clubs, les délégués votent la mixité de l’association.

9 L’actualisation des pratiques philanthropiques est observée dans d’autres institutions. Voir à ce sujet Guilhot N., 2004 et Lambelet A., 2015.

10 Je reprends cette formulation d’une lettre hebdomadaire publiée par un club béninois “Le Cri du Lion”, 2011.

11 Parmi les membres des années 1990, certains ont participé à la rédaction de la nouvelle constitution, consécutive à la fin de la période marxiste.

12 Il faut pourtant relever qu’à la différence de ce que Cousin et Chauvin remarquent pour les branches européennes des clubs services (ils citent spécifiquement le Rotary), qui sont considérés comme “de seconde zone” (2010), en Afrique, le club représente une marque de prestige.

13 Afin de reconnaître le continent comme une “aire géographique et constitutionnelle du Lions Clubs International”, ce que les anciens appellent «obtenir l’indépendance».

14 Elles ont été projetées lors de la journée d’étude organisée par Hugues Draelants et Jean-Pascal Daloz à l’Université Catholique de Louvain (UCLouvain), Louvain-la-Neuve, le 24 novembre 2017.

15 Cfr. encadré méthodologique.

16 Titre qui se traduit, dans la hiérarchie du Lions Clubs au prorata du nombre de membres béninois en 2011, par “président de région”. Ce membre a depuis lors poursuivi son ascension et a été nommé au poste de “gouverneur de district” (2016-2017), ce qui équivaut au premier mandat d’envergure continentale dans la hiérarchie du Lions Clubs en Afrique de l’Ouest.

17 Voir le descriptif de l’association en première page du site internet https://www.lionsclubs.org.

18 Concernant l’ostentation et la commensalité en contexte ouest africain, voir Daloz S., 2002. Pour une analyse récente des pratiques culinaires et des différenciations sociales, voir Tissot J-P., 2013.

19 Pour un aperçu récent, voir Coulangeon P., 2013.

20 Le rapport complet est disponible à l’adresse suivante : http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_

2019_overview_-_french.pdf.

21 «L’environnement de la “modernité insécurisée” renvoie au moment particulier de la généralisation de la propriété individuelle et à l’émergence, en l’absence d’un véritable espace public garanti par l’État de droit, d’une forme de protocapitalisme en mesure de réguler, c’est-à-dire d’apaiser, les relations entre les personnes» (Laurent P.-J., 2002, p.102).

22 Dans le cas contraire, le risque est d’être socialement exclu par une population associant régulièrement l’enrichissement à des pouvoirs spirituels et qui, s’ils sont dissimulés, risquent de trahir leur origine né­faste, sorcellaires (Geschiere P., 2000). Une situation que tout individu cherche à éviter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Frédéric de Hasque , « Transformation du profil sociologique des membres d’un cercle caritatif »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-1 | 2020, 105-125.

Référence électronique

Jean-Frédéric de Hasque , « Transformation du profil sociologique des membres d’un cercle caritatif »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-1 | 2020, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsa/3953 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.3953

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search