Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-1VariaAdultes “encore” jeunes, jeunes “...

Varia

Adultes “encore” jeunes, jeunes “déjà” adultes ?

La construction sociale de l’âge au prisme du genre et de la sexualité auprès de migrants marocains
Adults “still” Youths, Youths “already” Adult? The Social Construction of Age through the Prism of Gender and Sexuality among Moroccan Migrants
Vulca Fidolini 
p. 127-142

Résumés

Cet article étudie la construction sociale des âges, et notamment de la jeunesse et du passage vers l’âge adulte. À partir des résultats d’une recherche qualitative sur la sexualité et la masculinité chez de jeunes hommes marocains (20-30 ans), immigrés en Europe, le texte se propose d’interroger la transition vers l’âge adulte sous l’angle des processus d’identification de genre et des vécus sexuels des interviewés. L’article montre comment le pouvoir de l’hétérosexualité, dont l’action s’imbrique avec l’expression des rapports intra- et intergénérationnels et intra- et interculturels, façonne les représentations des âges chez ces jeunes hommes et participe à produire les significations attribuées à leurs expériences biographiques en milieu migrant. L’objectif est de montrer l’intérêt d’une approche en termes de genre et de sexualité des catégories d’âge afin de penser la jeunesse et la transition vers l’âge adulte en tant que rapports sociaux s’inscrivant au sein d’un ensemble plus large de relations de domination.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Je préfère ne pas utiliser l’expression “rapports sociaux de race” et employer la formule “rapports (...)

1À travers l’étude des vécus sexuels d’une population de jeunes hommes marocains, se déclarant musulmans, hétérosexuels et immigrés en France (en Alsace) et en Italie (en Toscane), ce texte cherche à montrer comment la construction sociale des âges – et notamment de la jeunesse et de la transition vers l’âge adulte – s’imbrique avec les for­mes d’expression de la masculinité à la croisée des relations intra- et intergénération­nelles et intra- et interculturelles1. L’objectif est de montrer l’intérêt d’une approche des catégories d’âge en termes de genre et de sexualité pour penser la jeunesse et la transi­tion vers l’âge adulte en tant que rapports sociaux s’inscrivant au sein d’un ensemble plus large de relations de domination.

2Lorsque l’on aborde la question des catégories d’âge, le risque de tomber dans l’es­sentialisation et dans la naturalisation de l’objet d’étude est toujours présent. Quand on évoque la jeunesse, la représentation commune est celle d’une phase de la vie caractéri­sée par le changement, corporel d’abord (Glowczewski, 1995). Le jeune, en effet, serait un sujet “incomplet”, qui doit encore terminer son évolution pour devenir adulte – com­me si l’âge adulte, à son tour, était un bloc unique, un état figé, une ligne d’arrivée fixe. Souvent marquée par son “essence” vulnérable, la figure du jeune devient aussi la cible des politiques d’intervention sociale – touchant par exemple aux conduites à risque : la drogue, l’abus d’alcool, la délinquance, le décrochage scolaire, la dépendance à Internet, etc. – ainsi que des angoisses des adultes (Bozon, 2012).

3Les jeunes immigrés marocains rencontrés dans le cas de la présente étude semblent encore plus touchés par ces processus d’essentialisation. À l’idée de sujets dépendants, car “encore jeunes”, s’ajoute la question de leur origine. Ainsi, bien qu’étudiants univer­sitaires, ou diplômés, ou travailleurs réguliers, provenant de différentes régions du Maroc et issus de milieux sociaux diversifiés, en Italie les jeunes hommes interviewés n’arrivent guère à se distinguer de leurs compatriotes qui émigrent clandestinement et, parfois, peinent également à être différenciés d’autres immigrés, d’autres âges, venant d’autres pays africains, et notamment de l’Afrique subsaharienne (Ambrosini, 2011). En France, bien qu’immigrés, ils sont souvent considérés comme “descendants d’immi­grés”, “Arabes des banlieues”, “chômeurs”, des jeunes – toujours des hommes – identi­fiés par défaut comme “musulmans” qui semblent rester jeunes plus longtemps que les autres personnes ayant le même âge (Lapeyronnie, 2005).

4Les discriminations et les représentations culturalistes et naturalisées de ces popula­tions contribuent donc à construire l’ “âge social” (Bessin, 2009 :132) des interlocu­teurs, en devenant un instrument politique (Le Bras, 2003). L’âge se traduit en donnée «socialement manipulée et manipulable» (Bourdieu, 1984 :145) qui, soutenue par l’ac­tion d’autres rapports de pouvoir – de genre, de race, de classe – accompagne le proces­sus d’essentialisation de la condition de ces jeunes hommes, en se configurant en tant que véritable agent de hiérarchisation de leur position en société (Achin/Ouardi/Rennes, 2009 ; Hamel, 2003).

  • 2 Comme le fait remarquer à juste titre Cécile Van de Velde «ce que nous appelons la “jeunesse” est a (...)

5La sociologie s’est beaucoup questionnée sur les processus qui contribuent à définir les significations sociales de la jeunesse, quoique cette discipline ait moins souvent in­terrogé cette catégorie d’âge en tant que rapport social (Rennes, 2009 ; Bozon/Rennes, 2015). L’un des points de vue privilégiés pour penser la jeunesse a certainement été l’étude de la position précaire et instable des jeunes (Buzzi/Cavalli/de Lillo, 2007 ; Gal­land, 2009 ; Leccardi, 2006), et notamment au sein de la transition vers l’âge adulte. Les recherches portant sur cette question mettent en évidence deux aspects principaux. D’une part, elles affirment que la jeunesse, au sens sociologique du terme, n’a pas tou­jours existé et que, au contraire, elle n’a pris une véritable consistance sociale qu’«à partir du moment où se prolongent ces temps de passage […] incertain[s]» (Galland, 2009 :5) entre l’adolescence et l’âge adulte2. D’autre part, les recherches portant sur cette question, et menées dans différents pays européens, tout en révélant des distinc­tions parfois assez flagrantes entre les divers contextes nationaux, se rejoignent en affir­mant que les modalités de cette transition ont profondément changé surtout pendant les trente dernières années. Elles ont notamment entraîné un progressif allongement et une progressive dé-standardisation des étapes du passage aux rôles adultes, pensé autrefois comme linéaire (Corijin/Klijzing, 2001 ; Galland, 2001 ; Stellinger, 2008).

6Or, si certains travaux ont mis en évidence que dans l’histoire de nos sociétés cette transition vers l’âge adulte n’a probablement jamais été figée et linéaire (Eckert, 2011), ce thème a surtout été interrogé en sociologie en distinguant deux dimensions majeures de la vie du jeune. L’une relevant de la sphère privée, à savoir les moments de l’abandon du domicile parental et de la construction d’un noyau familial autonome. L’autre rele­vant plutôt de la sphère publique, et caractérisée par le moment de l’obtention du pre­mier emploi stable qui marque l’indépendance vis-à-vis des parents et l’entrée dans une vie sociale autonome (Cavalli/Galland, 1993 ; Galland, 2011 ; Guizzardi, 2007). À tra­vers l’obtention d’un emploi, l’autonomie se traduirait ainsi en indépendance (économi­que) du noyau familial d’origine, par laquelle le jeune cesserait d’être dépendant d’au­trui au plan matériel (Chaland, 2001). Dans ce cadre, la construction d’une sphère privée adulte – à travers l’union conjugale – reste fortement subordonnée à l’obtention préala­ble d’une indépendance économique, le travail se confirmant en tant qu’appui fonda­mental pour pouvoir gagner un vrai pouvoir sur soi (De Singly, 2000).

7Cet article soutient la thèse selon laquelle l’étude de la transition vers l’âge adulte ne peut pas être réduite exclusivement à la seule question de l’emploi. Le texte se propose d’interroger cette transition en explorant les questions du genre et de la sexualité, et ce afin d’étudier la jeunesse en tant qu’âge social qui s’imbrique avec d’autres rapports de pouvoir.

8 En ce sens, l’analyse en termes de genre – en tant qu’outil qui dévoile la construction sociale de la différence entre les sexes et des processus d’identification masculins et féminins (leur “différenciation”, comme le dirait Nicole-Claude Mathieu, 1991 :660) – permettra notamment de sonder les formes d’expression du pouvoir de l’hétérosexualité. Il ne s’agira pas d’affirmer, selon une perspective féministe matérialiste, que l’institu­tion de l’hétérosexualité découle uniquement des asymétries régissant le rapport d’ex­ploitation entre hommes et femmes, ce rapport étant capable de produire les normes sexuelles et d’orienter la sexualité vers l’hétérosexualité. Et, de la même manière, il ne s’agira pas non plus de postuler que le genre est déterminé par la sexualité : «Peut-on soutenir que les hommes assujettissent sexuellement les femmes sans avoir a priori une idée de ce que sont les hommes et les femmes ?» (Butler, 2004). La sexualité sera plutôt envisagée comme l’un des foyers possibles de construction des asymétries entre les groupes de sexe (Clair, 2013 :112), selon une lecture synchronique de sexualité et de genre, la première lue en intersection avec le second.

9 Dans la recherche doctorale dont est tiré ce texte, j’ai été amené à questionner l’in­jonction à l’hétérosexualité en tant que force permettant aux jeunes hommes interviewés de se dire “hommes” et d’être perçus en tant que tels par les autres (Fidolini, 2018). En ce sens, le modèle de “la masculinité par le mariage” – entre un homme et une femme – s’est révélé une référence majeure pour les interviewés (Fidolini, 2017b). L’hétérosexu­alité – que cette forme d’union conjugale sous-entend et soutient – s’affirme en tant que trait hégémonique d’un profil idéal de la masculinité que les jeunes rencontrés cherchent à incorporer et à reproduire sans cesse. En entendant la masculinité en tant que configu­ration de la pratique de genre (Connell, 2005) qui varie en fonction des acteurs en jeu et des contextes d’interaction, nous verrons que cette identification à l’hétérosexualité n’inspire pas les récits et les conduites de ces jeunes Marocains dans le seul cadre des expériences sexuelles avec leurs partenaires ou épouses. Elle caractérise aussi les rela­tions avec les parents, avec les pairs, avec les membres de la population majoritaire et avec les autres immigrés, et contribue – dans le même mouvement – à définir les signifi­cations associées à la jeunesse et à la transition vers l’âge adulte.

10 Après avoir présenté le cadre méthodologique de la recherche menée, cet article analysera comment les significations attribuées à la jeunesse par les interviewés sont influencées par l’emprise de ce pouvoir de l’hétérosexualité. Une telle démarche m’amènera à expliquer comment la jeunesse (et ses représentations) peut se transformer en rapport de pouvoir dont l’action s’imbrique avec d’autres rapports sociaux, et notam­ment intra- et intergénérationnels, et intra- et interculturels.

II. Enjeux méthodologiques et population d’étude

  • 3 Il est néanmoins important de souligner que le matériau empirique a été complété par sept entretien (...)

11 Ce texte s’appuie sur les résultats d’une recherche qui visait à étudier la construction de la masculinité chez de jeunes migrants marocains. L’intérêt a été porté notamment sur l’observation des constructions masculines au sein des espaces homosociaux – c’est-à-dire entre hommes (Flood, 2008)3. Cet intérêt pour les processus d’identification mas­culine des hommes “entre eux” et la facilité avec laquelle j’ai pu nouer des relations avec les enquêtés et traiter la question de la sexualité en entretien m’ont amené à analy­ser la relation d’enquête en tant qu’espace susceptible de produire des relations de sé­duction entre hommes. Conscient du fait que toute enquête ethnographique est “pour partie sexualisée” (Monjaret/Pugeault, 2014), dans le cadre de la présente recherche le discours hétérosexuel tenu par les interviewés a contribué à repousser la production d’un scénario de séduction sexuelle entre enquêté et enquêteur (Fidolini, 2017b). Néanmoins, ce même discours hétérosexuel a été à l’origine d’un rapport de séduction (et aussi de compétition – comme on le verra) entre masculinités, fondé sur les logiques de l’entente homosociale et notamment sur la confrontation entre masculinités – la mienne y com­pris – qui s’affichent comme hétérosexuelles pour répondre aux attentes hétéronormati­ves présupposées d’autres hommes.

  • 4 Ce choix a notamment permis de distinguer le cas des jeunes hommes dont il est question dans mes re (...)

12 Le matériau empirique recueilli se fonde sur un corpus de plus de soixante entretiens semi-directifs. Ces derniers ont été menés entre 2011 et 2015 en Alsace et en Toscane avec des hommes âgés de 20 à 30 ans, nés au Maroc, surtout des étudiants, issus de différents milieux sociaux, arrivés en France et en Italie seuls ou avec leur famille alors qu’ils avaient entre 13 ans (et donc ayant terminé leur parcours d’éducation primaire au pays4) et 22 ans (partis à l’étranger pour travailler après avoir obtenu leur bac au Maroc ou pour terminer leurs études universitaires en Europe). L’objectif était d’étudier le cas de jeunes ayant été socialisés aux normes sexuelles au pays, pour interroger les modali­tés par lesquelles cette socialisation était négociée à l’étranger pendant la jeunesse.

13 Les interviews – individuelles, dans la plupart des cas – se sont déroulées aussi bien dans des espaces publics (cafés, universités, jardins publics) que privés (studios de rési­dences étudiantes, colocations, etc.). Elles ont été accompagnées d’un travail d’obser­vation ethnographique qui s’est déroulé tout au long des quatre ans de l’enquête. Les jeunes interviewés ont été suivis à des moments différents de leur vie quotidienne : entre pairs, en famille, pendant des soirées entre amis, etc. Cette démarche de terrain a été privilégiée afin de construire un rapport de confiance avec les enquêtés et de pouvoir aborder une thématique aussi délicate et intime que celle du vécu sexuel au cours d’un entretien enregistré. La majeure partie des jeunes rencontrés ont été interviewés à plu­sieurs reprises aussi bien de manière informelle pendant les observations de terrain que dans le cadre d’entretiens enregistrés qui ont été tous entièrement retranscrits.

14 L’Alsace et la Toscane sont deux régions européennes particulièrement touchées par l’immigration marocaine (Frey, 2008 ; IDOS, 2013). Néanmoins, il s’agit d’une immi­gration aux traits forts différents dans les deux pays pris en compte.

  • 5 Dans ce cadre, j’ai aussi pu remarquer que les groupes amicaux de jeunes immigrés et ceux de jeunes (...)

15 En Alsace, les premières observations ethnographiques menées dans différents quar­tiers périphériques des villes de Strasbourg et Mulhouse m’ont permis de rencontrer surtout des descendants d’immigrés marocains. Les jeunes ayant entre 20 et 30 ans, et arrivés en Europe après l’âge de 12 ans, semblaient constituer un profil d’immigré “inexistant” dans la phase initiale du terrain. De nombreux animateurs d’association et de centre socioculturel m’avaient expliqué que, après le durcissement des conditions permettant le regroupement familial des enfants (âgés de moins de 18 ans) d’immigrés – notamment avec la loi du 26 novembre 2003 “relative à la maîtrise de l’immigration, au séjour des étrangers en France et à la nationalité”, et la loi du 24 juillet 2006 “relative à l’immigration et à l’intégration” – la morphologie des populations immigrées en France avait beaucoup changé et que la présence de jeunes arrivés en France à l’adoles­cence était désormais très faible. De ce fait, je me suis tourné vers le milieu étudiant où j’ai surtout rencontré des jeunes arrivés en Europe après avoir obtenu leur diplôme au pays (18-19 ans), issus de différents milieux, provenant surtout des centres urbains du Maroc, mais aussi des zones rurales. L’exploration du milieu universitaire m’a ensuite permis de parcourir le chemin inverse par rapport à la première phase exploratoire, en revenant vers les jeunes qui semblaient “introuvables” au début : les non-étudiants, les travailleurs qui habitent les quartiers périphériques et – souvent – plus défavorisés des villes5. Il s’agissait de jeunes hommes issus de milieux sociaux moins aisés, arrivés en France à travers un regroupement familial et ayant souvent un niveau de scolarisation et un niveau socio-économique moins élevés par rapport aux étudiants universitaires.

16 Au contraire, en Toscane, et plus généralement en Italie, l’immigration marocaine a commencé seulement vers la fin des années 1980 – il s’agissait surtout d’une immigra­tion de travail, strictement masculine – et les jeunes descendants de migrants ayant entre 20 et 30 ans (les “deuxième génération”) représentaient encore un profil minoritaire en 2011 (Ceravolo/Molina, 2013). Presque tous les jeunes rencontrés dans les premières phases exploratoires de la recherche étaient donc des immigrés, arrivés pendant l’ado­lescence, suite à des regroupements familiaux à travers lesquels les pères immigrés avaient recomposé leur famille à l’étranger.

17 La question du niveau d’études des interviewés rencontrés en Toscane a bientôt posé un problème majeur : aucun étudiant universitaire immigré ne faisait partie de ma popu­lation d’étude initiale. Quelques-uns d’entre eux étaient titulaires d’un diplôme d’études professionnelles obtenu en Italie mais la plupart de ces jeunes hommes avaient un niveau qui s’arrêtait aux années de l’école primaire fréquentée au Maroc. Les quelques entre­tiens exploratoires menés ont mis en évidence que je ne pouvais pas travailler avec un réseau d’interlocuteurs aussi différent entre l’Alsace et la Toscane. La réalisation des entretiens s’était révélée parfois très compliquée : souvent les interviewés ne parlaient que le dialecte marocain, d’autres fois certains jeunes hommes ont décliné l’invitation à discuter avec moi car ils ne percevaient pas l’intérêt de mon sujet d’étude (le genre et la sexualité) par rapport à leur condition de migrants et affirmaient préférer consacrer leur temps à la régularisation de leur situation.

18 J’ai donc cherché à établir un seuil minimum concernant le niveau de scolarisation des interviewés sur les deux terrains tout en me souciant de rendre compte des différen­ces entre les deux régions européennes prises en compte et de leurs histoires migratoires (Fidolini, 2017a). J’ai fait le choix de retenir le cas des jeunes ayant au moins obtenu un diplôme d’études professionnelles du second cycle de l’enseignement secondaire et ayant complété au Maroc au moins l’école élémentaire. Ensuite, un travail intensif d’ex­ploration ethnographique dans deux villes universitaires de la Toscane – Florence et Pise – a permis la constitution d’une population d’étude plus hétérogène. Les jeunes étudiants universitaires rencontrés étaient aussi bien des jeunes issus de familles aisées, notamment venant des grandes villes du Maroc, mais aussi des jeunes issus de milieux plus pauvres, originaires des milieux ruraux, ayant continué leurs études jusqu’au niveau universitaire après avoir vécu le regroupement familial et en profitant des efforts faits par leurs parents à l’étranger.

19 Sur les deux terrains, en France et en Italie, la population d’étude a été constituée surtout en exploitant le réseau de connaissances interpersonnelles construit pendant les observations. Néanmoins, par rapport à l’Alsace, en Toscane – en raison d’une présence marocaine qui reste beaucoup plus liée à la migration de travail –, les étudiants univer­sitaires constituent un profil d’interviewés moins prépondérant. En outre, l’âge moyen à l’arrivée à l’étranger est généralement moins élevé chez les jeunes hommes rencontrés en Toscane, et cela notamment à cause du fait que ceux qui y arrivent pour continuer leurs études universitaires sont moins nombreux par rapport à l’Alsace. Pour cette même raison, les jeunes hommes vivant seuls et ayant quitté leur famille restée au pays sont plus nombreux dans la région française. Cela – comme on le verra – implique aussi un contrôle parental sur les vécus de ces jeunes qui se fait plutôt “à distance”, par rapport au contrôle “de proximité” observé plus souvent chez les immigrés rencontrés en Italie et arrivés à l’étranger avec leurs parents.

III. Une masculinité “conjugale”

A. Sexualité juvénile vs sexualité adulte ?

  • 6 Les entretiens réalisés en Italie ont été conduits en langue italienne.
  • 7 Ici, l’expression “idéal” ne définit pas une forme suprême de la masculinité. Elle indique plutôt l (...)
  • 8 Le péché et l’interdit sexuel en dehors de l’union conjugale (zinâ) sont évoqués à plusieurs repris (...)

20 «Être un homme signifie prendre ses responsabilités, gérer sa propre famille, se ma­rier, s’assumer. C’est toi qui t’occupes de la famille, que les enfants soient bien, que ta femme soit bien !» (Issam, 24 ans, Florence, étudiant universitaire et travailleur à mi-temps, issu d’une famille du milieu populaire, sa mère est femme au foyer et son père ouvrier spécialisé)6. Cet extrait d’entretien synthétise très bien un refrain, entendu à plu­sieurs reprises pendant les entretiens menés aussi bien en France qu’en Italie, qui définit l’idéal de la masculinité “par le mariage”7 et inscrit la sexualité dans le cadre légitime conjugal établi par l’islam (Bouhdiba, 1975)8.

21 Badr (26 ans, Strasbourg) est un jeune homme issu d’une famille de paysans. Originaire de Nouasser – un petit village près de Casablanca –, il est arrivé en France seul à l’âge de 18 ans. Après avoir abandonné la faculté de biologie, Badr a trouvé un travail dans une agence de communication. Il habite à Strasbourg près de la maison de sa sœur, son aînée, installée en France depuis quelques années et mariée à un homme d’origine marocaine.

22 Ce jeune homme raconte que la présence et le contrôle constants de sa sœur sur sa vie privée compliquent sa transition vers le statut d’adulte. Selon ses dires, cette surveil­lance envahissante serait dictée par le fait qu’il n’a pas encore construit son propre noyau familial et que, aux yeux de ses proches, il reste toujours un jeune qui a besoin d’un guide adulte : «pour eux [ses proches], je serai un adulte seulement quand je me marie­rai». Ses parents ne sont pas présents à l’étranger. La figure de la sœur compense néan­moins cette absence, car elle finit en quelque sorte par se substituer à leur autorité. Badr – qui n’est pas en couple au moment de l’entretien – n’envisage pas de se marier dans un futur proche. Cependant, l’impact normatif du modèle de la masculinité “par le ma­riage” finit par orienter sa conduite sexuelle et la construction de sa masculinité :

Si c’est un plan cul personne vient chez moi […], il y a parfois ma sœur qui vient, il suffit d’un oubli […] la fille va laisser quelque chose, ma sœur verra ça […]. Elle, elle va rien dire hein, elle sait que je sors avec des filles, elle vient chez moi pour me contrôler aussi ! […] Ça me gêne un peu parce que je me rends compte en fait que je suis encore un enfant pour elle… Quand tu te maries, c’est différent, t’as ta maison, t’es chez toi quoi !

23 Les observations ethnographiques menées ont également permis de remarquer que la sœur de Badr possédait un double des clés de l’appartement – propriété de la famille de son mari, comme Badr me l’avait expliqué. Un soir, de retour d’un pub, Badr m’a de­mandé d’attendre quelques minutes avant de rentrer chez lui car il avait reçu un message de sa sœur sur son portable qui le prévenait du fait qu’elle était venue ranger la maison et qu’elle était accompagnée par son mari et leur enfant. Cette proximité constante des membres de sa famille fait de Badr un jeune surveillé en permanence, “un enfant” aux yeux de ses proches.

24 À travers le contrôle envahissant de sa sœur, Badr se confronte à une construction de son âge qui lui est imposée de l’extérieur en fonction d’une représentation normative de sa masculinité et des espaces de son expérience sexuelle. Ses proches semblent lui de­mander de s’identifier à un modèle conjugal qu’il n’incorpore pas. Ainsi, bien qu’auto­nome – et donc décideur de ses actions (Chaland, 2001) –, c’est seulement une fois marié que, aux yeux de ses proches, Badr aura véritablement accès à l’indépendance qui lui fait actuellement défaut. Dans ce cadre, la figure de sa sœur semble représenter aussi un modèle de vie sexuelle – celui de la sexualité légitime dans le mariage – opposé à son expérience, qui, au contraire, s’identifie plutôt à une sexualité passagère, réversible, juvénile, et donc “pas encore adulte”. Badr, en effet, fait de son âge la référence à travers laquelle justifier sa conduite, tout en confirmant la distinction entre deux phases de la vie qui correspondraient à deux temporalités différentes de la sexualité, “juvénile” et “adulte” :

 […] je n’ai pas une copine stable pour lui raconter [à sa sœur] ma vie en couple et lui demander de ne pas venir chez moi quand elle veut […]. Il faut se marier pour vivre avec ta femme !

25 Cette distinction entre sexualité juvénile et adulte et la construction de la masculinité qu’elle engage a également été évoquée par les interviewés qui vivent en couple depuis plusieurs années ou qui sont déjà mariés. Parmi eux par exemple, Kamal, 30 ans, agent commercial, issu d’une famille de la classe moyenne d’El Jadida, arrivé à Strasbourg à l’âge de 20 ans. Ce dernier raconte qu’il a trompé sa femme – qu’il avait épousée seule­ment deux ans après son arrivée en Alsace et avec qui il avait eu une petite fille – pour «goûter finalement la jeunesse ratée», qu’il ressentait être une phase de sa vie non ex­ploitée en raison d’un mariage trop précoce dans lequel sa masculinité virile avait été en quelque sorte “étouffée”. Encore une fois, c’est la représentation de la jeunesse en tant que phase de la vie permettant d’expérimenter une sexualité plus libre et passagère qui oriente le récit de ce jeune homme :

Pendant une certaine période de ma vie ça a été refoulé, j’ai pas eu une jeu­nesse tout à fait normale, sexuellement, et je me demande souvent si cette attirance que j’ai aujourd’hui pour les filles – j’ai envie […] je vois une beauté et je veux la consommer – ça n’est pas lié à mon histoire.

26 Comme on le voit, selon Kamal le fait d’avoir incorporé trop précocement le rôle de mari et de père aurait empêché à sa masculinité de s’exprimer pleinement dans son atti­tude virile et prédatrice, qu’il associe à la jeunesse.

  • 9 Dans le récit de Badr, aucune référence explicite n’est faite à l’origine de la femme que, selon se (...)

27 Pour revenir au cas de Badr, si d’une part ce jeune homme avoue ne pas vouloir rater les opportunités offertes par la période de la jeunesse en matière d’aventures et de ren­contres sexuelles – pour éviter le parcours de Kamal, et donc en repoussant l’horizon du mariage vers une phase de la vie plus adulte où il devra se responsabiliser – il ne cesse pas, d’autre part, de représenter son rôle d’homme à travers la référence à l’idéal du mariage que les membres de sa famille lui proposent et lui “imposent”. C’est justement en s’appuyant sur cet idéal masculin qu’il justifie et accepte l’envahissante présence de sa sœur qui, finalement, semble contrôler sa vie privée. Ainsi, Badr construit le cadre de ses expériences sexuelles vis-à-vis des attentes des proches et se confronte avec un mo­dèle masculin de référence que les membres de sa famille contribuent à reconnaître comme étant hégémonique. La figure de sa sœur, en effet, n’est que la représentation des attentes que ses parents, au Maroc, placent en lui pour qu’il puisse finalement “se stabiliser” et devenir adulte9. Cela dit, il est important de souligner que l’interprétation du récit de ce jeune homme reste partielle. En effet, n’ayant pas pu interviewer la sœur de Badr – ou ses parents – je ne suis pas en mesure de dire si l’action de cette dernière vise à contrôler la vie sexuelle de son frère ou si, derrière ce prétexte, se cache plutôt une gêne liée au fait qu’il reste une charge financière pour la famille – en raison du fait qu’il habite la maison de son beau-frère sans payer le loyer. Au cours de son entretien, Badr remarque l’importance qu’il accorde à son travail en tant que moyen pour se sentir plus libre et autonome face au contrôle familial, mais c’est surtout la description des attentes de ses proches au sujet de sa vie privée qui caractérise son récit.

B. Normes d’âge et relations intrafamiliales

  • 10 Huit au total dans la population d’étude.

28 La référence à la masculinité “par le mariage” et à la distinction entre sexualités juvé­nile et adulte est mobilisée aussi par les interviewés qui déclarent n’avoir pas encore vécu leur premier rapport sexuel10.

29 En ce sens, certains jeunes hommes se disant abstinents sexuels pour respecter les préceptes islamiques ont souvent justifié leurs stratégies d’évitement du rapport sexuel en faisant référence aux risques des tentations dites “juvéniles”. «En Erasmus, à Madrid, […] il y avait plein de filles, il y en avait trop, mais je n’ai parlé à aucune, zéro. Parce que je sais qu’elles sont chaudes, et que si je me rapproche je suis foutu» raconte Mo­hamed, 22 ans, arrivé à Strasbourg à l’âge de 14 ans, étudiant universitaire originaire de Rabat, issu d’une famille aisée dont le père est diplomate.

30 L’histoire de Farès met encore une fois en évidence l’importance du regard des pro­ches dans la production de “la masculinité par le mariage”, cette fois chez les inter­viewés se déclarant “vierges”. Farès (27 ans, Pise) est originaire de Casablanca. Étudiant universitaire, en Italie depuis l’âge de 16 ans, il habite à Pise dans une résidence univer­sitaire. Son père et sa mère, tous deux ouvriers, vivent eux aussi en Italie mais ont démé­nagé depuis un an dans un petit village plus proche de leur lieu de travail. Farès se déclare musulman pratiquant. Dans son récit, il souligne les différences entre son style de vie et celui de ses deux frères, et notamment de l’aîné (âgé de 33 ans, qui a abandonné les études à 16 ans pour commencer à travailler). Farès est le seul membre de sa famille à avoir poursuivi ses études jusqu’à l’université – son petit frère, âgé de 23 ans, n’a pas encore décidé de son avenir après avoir obtenu son baccalauréat. Cela, selon ses dires, aurait fait de lui le “fils préféré” de ses parents. De surcroît, il semble avoir une autre caractéristique qui le distingue de ses frères : il n’a jamais perdu son temps «en courant derrière les femmes». Comme il l’explique, la raison principale de sa conduite a toujours été de ne pas trahir l’image que ses parents et les autres membres de sa famille ont de lui, et notamment de son tempérament “rigoureux”, grâce auquel il estime avoir rendu ses parents fiers de l’éducation qu’ils lui ont donnée.

31 Selon Farès, ce que ses parents attendent de lui c’est la construction d’une relation stable qui puisse aboutir à un mariage, avec une fille de préférence marocaine et surtout musulmane. Néanmoins, en raison de son âge “déjà” adulte et de son indépendance éco­nomique, c’est son frère aîné qui aurait dû respecter en premier ce scénario d’union conjugale alors qu’il a «préféré les filles […] la vie nocturne en boîte […] la passion pour les grosses voitures». Si le style de vie de son frère est décrit comme étant repré­sentatif des traits d’une masculinité hypersexualisée, prédatrice et virile, associée par Farès à une phase de la vie juvénile, ce dernier semble partager un autre idéal de la masculinité, construit sur l’exaltation de l’importance attribuée à l’union conjugale – et soutenu par la référence aux préceptes islamiques –, qui se situe dans une temporalité future, adulte, qui se prépare maintenant mais qui se réalisera plus tard (Leccardi, 2006) : «Moi je le lui ai dit : “si j’étais à ta place j’aurais déjà deux enfants !”». Ainsi, la construction de son rôle d’homme à travers le mariage permet à Farès de décrire sa conduite et l’opposition permanente avec le comportement de son frère aîné :

Des fois moi aussi j’ai envie d’avoir une copine, une amie, moi aussi j’ai des besoins physiques et sentimentaux [mais] ce qui intervient c’est plutôt ton image dans les yeux des autres. Il y a des personnes dans ta famille qui te voient comme un exemple […]. Si je commence à perdre mon temps avec les filles je vais perdre ma chambre à la résidence, je vais faire souffrir mes parents, et tout ça c’est des freins […].

32 Le “rôle d’homme” que Farès considère comme étant au centre des attentes et de la réputation familiales définit également sa conduite sexuelle : «[les filles] je laisse tomber, je sais que si je suis patient j’aurai ma récompense, je vais donner plus de valeur à ce que j’aurai dans le mariage». La référence à sa future union conjugale lui permet de justifier sa masculinité non-virile, dépourvue d’expériences de couple et à l’hétéro­sexualité non affichée. Pour Farès, le modèle de masculinité qu’il a adopté, qui risque de le renvoyer à un rôle subordonné dans la hiérarchie des rapports entre hommes (Con­nell, 2005), et qui résulte d’une compétition avec son frère, est réinvesti de nouvelles significations qui l’associent à un cadre d’accomplissement du rôle d’homme (Fedele, 2013) qu’il considère comme étant “plus élevé” : celui du mariage, hétérosexuel, inscrit dans une phase de la vie adulte, et en accord avec les attentes des membres de sa famille d’origine.

C. Regard des pairs et relations inter- et intraculturelles

33 Parmi les multiples formes d’expression de la masculinité conjugale, “par le ma­riage”, il est intéressant d’analyser aussi comment ce modèle de l’identification de genre traverse et façonne les rapports entre populations minoritaires et majoritaires.

34 Le chercheur devient parfois l’interlocuteur et la cible de la rhétorique des inter­viewés. Cela a fortiori lorsque – comme dans le cadre de l’enquête sur laquelle se fonde cet article – il est lui-même un jeune homme, perçu comme étant hétérosexuel, donc un pair des personnes interrogées, mais aussi un individu qui n’est pas marocain, ni musul­man, et qui est donc perçu comme “majoritaire”.

35 Mohamed (22 ans, Florence) est un jeune travailleur, originaire de Kelaâ des Sragh­na. Issu d’une famille d’origines modestes – son père est ouvrier, sa mère femme au foyer –, il est marié avec la cousine de la femme de son frère, rencontrée lors du mariage de ce dernier au Maroc. Avant le début de l’entretien, Mohamed n’avait pas hésité à mettre en avant son statut de mari. La bague nuptiale à l’annulaire gauche que ce jeune homme exhibait de manière assez visible en la touchant à plusieurs reprises, m’avait invité à lui poser tout de suite la question : «es-tu marié ?». Ma demande déclencha aussitôt sa réaction :

Je sais que ça te fait bizarre, parce que t’es habitué à l’idée que vous avez ici [en Italie] du mariage, que quand on est jeune il faut s’amuser, qu’il faut profiter de la vie. Moi j’ai voulu assumer mes responsabilités, je veux avoir des enfants. J’attends juste que ma femme vienne vivre en Europe avec moi d’ici les prochains mois.

36 Encore une fois, il ne s’agit pas d’une rhétorique utilisée par les seuls jeunes déjà mariés. Houcine, par exemple – 26 ans, étudiant universitaire en économie, arrivé à Strasbourg à l’âge de 17 ans et issu d’une famille aisée – adopte le même discours. Au moment de l’entretien, il n’est pas en couple et déclare avoir une vie sexuelle très active. Il se dit par ailleurs très attaché à la norme du mariage car, à son avis, grâce à l’union conjugale l’étape de l’entrée dans la vie adulte peut finalement être franchie. Selon lui, le prétendu désarroi que la société européenne traverse actuellement serait dû avant tout au fait que son modèle familial «ne marche plus», et que le mariage – notamment «entre un homme et une femme» – ne serait plus une priorité pour les jeunes. À son avis, au Maroc la situation serait différente, et plus précisément dans “son” Maroc, celui de la petite ville de Biougra, plongée dans une réalité très conservatrice – comme il le précise lui-même – du sud du pays. Les références au modèle du mariage hétérosexuel et à celui de l’homme marié et “responsable” permettent à ce jeune homme d’affirmer l’apparte­nance à une prétendue communauté “marocaine” et/ou “musulmane” attachée à ces va­leurs par opposition à une autre, “européenne”. Cette opposition, assez figée et essen­tialiste, semble néanmoins lui permettre de renégocier la hiérarchie des rapports entre minoritaires et majoritaires en milieu migrant. Peu importe, après, si ce type de modèle de l’homme marié est effectivement mis en pratique par l’interviewé.

37 Le récit d’un autre jeune homme, Driss, 30 ans, semble inspiré par les mêmes con­victions. Résidant dans la commune d’Illkirch-Graffenstaden, ce jeune homme est issu d’une famille de la classe moyenne de Casablanca. Il est arrivé en Alsace à l’âge de 21 ans pour ses études universitaires. Titulaire d’un master en ingénierie, Driss n’est pas non plus en couple ; il décrit ainsi son idéal masculin par opposition à un prétendu mo­dèle “français” :

Nous les Musulmans c’est différent […] des Français. Ils sortent avec la fille, elle tombe enceinte et du coup le père il reconnaît pas son enfant, et il s’en fout de ses responsabilités. C’est pas bon, ça c’est de la lâcheté. Nous les Musulmans on est pas lâches, bon on essaie de ne pas être lâches […] ici en Europe [...] le mariage ne compte plus rien [sic]. L’homme c’est quoi, c’est quoi son rôle ?

38 Très normative, la rhétorique utilisée par Houcine et Driss n’est pas trop différente par rapport à celle adoptée par Mohamed, rencontré à Florence. Ce jeune homme, en effet, fait de son origine marocaine et de son identification aux préceptes musulmans des facteurs prédominants l’ayant conduit à prendre la décision de se marier. En ce sens, dans son récit, Mohamed – tout comme Houcine et Driss – semble essentialiser lui-même sa condition (en tant que marocain, musulman, immigré), en faisant de son choix de se marier un appui pour soutenir l’opposition entre son statut de jeune minoritaire et les jeunes majoritaires.

39 Néanmoins, cette prise de responsabilité “masculine” que le mariage représenterait n’est pas un outil dont Mohamed se sert pour distinguer son statut par rapport aux seuls membres de la population majoritaire (et, par conséquent, pour se différencier par rap­port à moi, jeune chercheur italien, en inscrivant sa masculinité dans une position domi­nante au sein de la relation d’enquête). Pour Mohamed, il s’agit aussi d’un opérateur hiérarchique pour interpréter et définir ses relations avec les pairs marocains dans le cadre des relations intra-culturelles :

Mohamed : C’est quelque chose de très important [le mariage], je me sens plus fort en fait, je suis un peu un modèle pour les autres. C’est-à-dire ils voient que j’ai grandi, que j’ai des idées, comment dire, d’adulte quoi ! Je te donne un exemple. Samedi soir, samedi soir on était avec les amis, on était cinq, on est passé devant des filles, et un ami à moi est venu nous dire ‘hey, les gars, les filles parlaient de vous, allez-y !’. Et donc voilà Youssef est parti tout suite pour aller voir ces filles, et moi j’ai dit ‘non, non’. Je réfléchis avec ma tête, je leur ai dit ‘non, écoute moi je suis marié’ […].

Vulca Fidolini : Et tes amis ont respecté ton choix ? Qu’est-ce qu’ils t’ont dit ?

M : Oui oui oui, ils m’ont dit ‘t’as bien fait’. Bon Youssef il m’a dit ‘mais arrête ! Vas-y, amuse-toi, tu t’en fous !’, lui il est comme ça, tu sais, il est pratiquement né ici, il ne peut pas comprendre, il n’est même plus marocain ! Il est devenu comme les Italiens, il ne pense pas à ça, il est encore un peu un gamin. Mais les autres m’ont dit ‘bravo, c’est bien’, vraiment ils m’ont dit ‘bravo’… En fait c’est une barrière que j’ai mise, je ne veux plus dépasser cette limite, les soirées avec les filles c’est fini pour moi, c’est fini le temps où je faisais n’importe quoi avec les filles […].

40 Mohamed naturalise la représentation sociale du mariage en faisant correspondre le sens de cette étape franchie plus tôt par rapport à ses pairs marocains avec une transfor­mation de sa personnalité qui l’aurait conduit à se responsabiliser et à abandonner son statut de jeune ainsi que les habitudes sexuelles “juvéniles”. De surcroît, la condition d’homme marié offre à Mohamed un appui normatif pour légitimer son attitude de désintérêt envers les filles et justifier le fait de ne pas incorporer la masculinité virile et prédatrice que ses pairs attendent de lui. De son point de vue, les attentes homosociales (Flood, 2008) sont renversées : le modèle masculin joué par Mohamed occupe une po­sition dominante quand ses amis lui reconnaissent la vertu de la retenue sexuelle extra­conjugale et donc l’effort fait pour respecter son rôle de mari ainsi que la responsabili­sation qui l’accompagne.

41 La masculinité conjugale de Mohamed, affichée comme “plus adulte” par rapport à celle des amis, devient un outil pour construire une nouvelle norme d’âge (Bessin, 1994) et subordonner le rôle et les masculinités de ses pairs, et notamment de Youssef, jeune homme marocain arrivé en Italie pendant son enfance. Encore une fois, le mariage à un jeune âge et avec une femme marocaine s’inscrit dans un processus de construction de la masculinité qui dépasse la seule identification de genre pour devenir également un outil d’identification culturelle et de préservation d’une identité d’origine à travers les choix effectués dans la vie intime. Plus proche des jeunes italiens car arrivé en Italie pendant son enfance, Youssef finit ainsi par être considéré – selon une acception néga­tive – «comme eux», les majoritaires, les Italiens. Il représente une masculinité opposée à celle de Mohamed, qui serait moins “responsable”, non encore adulte, et surtout n’ayant pas encore atteint la maturité que le mariage permettrait d’accomplir en accord avec les attentes d’une prétendue culture “marocaine” dont les deux jeunes hommes seraient issus et que Youssef n’aurait pas été à même de respecter.

IV. Pour une sociologie des temporalités sexuelles

42 Notre recherche a confirmé le rôle central de l’expérience de la sexualité dans la construction des normes d’âge au prisme du genre (Bozon/Rennes, 2015). L’analyse de la transition vers l’âge adulte à travers l’observation des conduites sexuelles ne représente certainement pas une démarche d’étude inédite. Les évolutions survenues sur l’organisation du calendrier d’entrée dans la sexualité offrent des éclairages précis sur les processus d’allongement de cette transition (Galland, 2009 :98). Comme le fait remarquer Michel Bozon, par exemple, on enregistre en France au début des années 2000 la pleine affirmation d’une «jeunesse sexuelle» (Bozon, 2009 :241) : une phase de la vie qui se situe entre l’adolescence et l’âge adulte, se caractérisant notamment par une sexualité non reproductive et sans engagements matériels en dehors de l’union conjugale qui devient une prérogative non seulement masculine mais aussi féminine. Or, dans la présente contribution – et dans la recherche sur laquelle cette dernière s’appuie – l’ex­périence de la sexualité n’a pas été étudiée pour en identifier les seuils chronologiques (comme l’âge de l’accès à la sexualité génitale, par exemple) afin de dégager un modèle interprétatif de la transition vers l’âge adulte pour les jeunes hommes et les jeunes fem­mes. L’objectif a plutôt été d’observer comment les significations attribuées par les interviewés aux catégories “jeunesse” et “âge adulte” contribuent à produire les expé­riences sexuelles, vécues ou souhaitées, leur mise en récit, ainsi que les processus de l’identification masculine, et inversement.

43 En ce sens, la distinction entre sexualité non-conjugale et sexualité conjugale est un outil d’analyse central pour étudier les récits des interviewés. Les représentations de la sexualité préconjugale, envisagée par les interviewés comme “juvénile”, s’opposent aux représentations de la sexualité conjugale qui s’inscrit, elle, dans une temporalité “plus adulte”, cette dernière semblant également plus contrôlée par la famille et par les attentes des proches au sujet de la vie intime des interviewés. Parler de temporalités sexuelles permet alors, d’une part, de lire l’expérience sexuelle et les processus d’identification masculine comme lieux de production du rapport que le sujet élabore au(x) temps de ses actions, à son âge et aussi à son entourage (Bidart, 2006) – les partenaires, les pairs, mais aussi les parents, voire le pays et la culture d’origine. D’autre part, cette approche permet de montrer comment l’expérience sexuelle et les processus de l’identification de genre se construisent (aussi) à travers le rapport aux scénarios biographiques qu’ils des­sinent. Ainsi, la sexualité avec une copine stable – dans le cadre d’une union libre ou dans le cadre du mariage – est décrite et interprétée différemment par rapport à la sexu­alité avec une copine passagère. Cette rhétorique – et sa portée normative – semble maintenue indépendamment des expériences réelles des interviewés, tout en étant éga­lement soutenue par l’entourage des interviewés. De surcroît, les variations autour des formes de mise en scène de la masculinité et de la sexualité “adultes” ou “juvéniles” ont montré qu’il n’est pas nécessaire que l’interviewé soit marié pour qu’il construise son identification de genre à travers la référence à la masculinité adulte et responsable “par le mariage”. De la même façon, l’expérience d’une sexualité “juvénile” est évoquée aussi par les jeunes déjà mariés lorsqu’ils racontent leurs relations passagères en dehors du cadre conjugal dans lequel ils vivent.

44 Ces constructions des masculinités et des expériences sexuelles sont associées aux formes d’expression de la norme du mariage hétérosexuel au prisme de l’âge. Les mani­festations de cette norme sont loin d’être rigides et figées et permettent de questionner la place des interviewés au sein de différents rapports de domination. Par exemple, en fonction de la distinction entre temporalités sexuelles, juvénile et adulte, ces jeunes hommes se servent de la norme conjugale pour négocier une place dans les relations entre pairs et exalter leur attachement à la valeur de l’union maritale tout en se disant “plus adultes” que les amis non-mariés. Ou encore ils s’en servent pour négocier leur position subalterne à l’étranger et réaffirmer leurs origines en soulignant une prétendue distinction culturelle par rapport aux populations majoritaires – européennes, non musulmanes – considérées comme moins respectueuses de cette institution. Enfin, ils peuvent s’en servir pour s’afficher en tant que “bons musulmans” face aux parents, et confirmer leur attachement – du moins sur le plan des récits – aux préceptes islamiques en matière de sexualité. Les catégories “jeunesse” et “âge adulte” construisent ainsi un ensemble changeant d’acteurs dominants et dominés, qui varient en fonction des rela­tions prises en compte. “Jeunesse” et “âge adulte” s’imbriquent avec les rapports de genre, intra- et interculturels, entre générations, et traversent les relations qui participent à hiérarchiser la place des interviewés en société – en tant que fils, hommes, partenaires sexuels, immigrés, musulmans, amis, frères. Elles deviennent de véritables dispositifs capables de contrôler et orienter les vécus des interviewés qui, à leur tour, composent avec le pouvoir de ces catégories d’âge pour interpréter leurs conduites et celles des autres et, ainsi, leur donner sens.

Haut de page

Bibliographie

Achin C., Ouardi S., Rennes J.,
2009 “Âge, intersectionnalité, rapports de pouvoir. Table ronde avec Christelle Ha­mel, Catherine Marry et Marc Bessin”, Mouvements, vol.59, n°3, pp.91-101.

Ambrosini M.,
2011 Sociologia delle migrazioni, Bologne, Il Mulino.

Bessin M.,
1994 “Les seuils d’âge à l’épreuve de la flexibilité temporelle”, dans Vilquin É. (Ed.), Le temps et la démographie, Louvain-la-Neuve, Éditions Academia, pp.219-230.
2009 “Les âges de la sexualité. Entretien avec Michel Bozon”, Mouvements, vol.59, n°3, pp.123-132.

Bidart C.,
2006 “Les transitions vers l’âge adulte. Différenciations sociales et culturelles”, dans Bidart C. (Dir.), Devenir adulte aujourd’hui : perspectives internatio­nales, Paris, L’Harmattan, pp.9-19.

Bouhdiba A.,
1975 La sexualité en Islam, Paris, PUF.

Bourdieu P.,
1984 “La jeunesse n’est qu’un mot. Entretien avec Anne-Marie Métailié”, dans Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, pp.143-154.

Bousquet G-H.,
1966 L’éthique sexuelle de l’Islam, Paris, Maisonneuve et Larose.

Bozon M.,
2009 “Jeunesse et sexualité (1950-2000). De la retenue à la responsabilité de soi”, dans Bantigny L., Jablonka I. (Dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France, XIXème-XXIème siècle, Paris, PUF, pp.225-243.
2012 “Autonomie sexuelle des jeunes et panique morale des adultes. Le garçon sans frein et la fille responsable”, Agora débats/jeunesses, n°60, pp.121-134.

Bozon M., Rennes J. (Dir.),
2015 Dossier “Âge et sexualité”, Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°42.

Butler J.,
2004 “Faire et défaire le genre”, conférence donnée le 25 mai 2004 à l’Université de Paris X-Nanterre, http://www.passantordinaire.com/revue/50-701.asp.

Buzzi C., Cavalli A., de Lillo A. (Eds.),
2007 Rapporto giovani. Sesta indagine dell’Istituto IARD sulla condizione giova­nile in Italia, Bologne, Il Mulino.

Cavalli A., Galland O.,
1993 L’allongement de la jeunesse, Arles, Actes Sud.

Ceravolo F.A., Molina S.,
2013 “Dieci anni di seconde generazioni in Italia”, Quaderni di Sociologia, n°63, pp.9-34.

Chaland K.,
2001 “Pour un usage sociologique de la double généalogie philosophique de l’indi­vidualisme”, dans Singly F. de (Dir.), Être soi d’un âge à l’autre. Famille et individualisation, tome 2, Paris, L’Harmattan, pp.31-43.

Clair I.,
2013 “Pourquoi penser la sexualité pour penser le genre en sociologie ? Retour sur quarante ans de réticences”, Cahiers du genre, n°54, pp.93-120.

Collet B., Santelli E.,
2012 “Les descendants d’immigrés en couple mixte au prisme de l’enquête ‘Tra­jectoires et origines’ ”, Enfances, familles, générations, n°17, pp.75-97.

Connell R.,
2005 Masculinities, Cambridge (Ma), Polity Press.

Corijin M., Klijzing E.,
2001 Transitions to Adulthood in Europe, Dordrecht, Kluwer Academic Pu­blishers.

Eckert E.,
2011 “Les jeunes, les études, le travail, l’autonomie…”, dans Hamel J., Pugeault-Cicchelli C., Galland C., Cicchelli V. (Dir.), La jeunesse n’est plus ce qu’elle était, Rennes, PUR, pp.237-243.

Fedele V.,
2013 “La mascolinità islamica diasporica e la riformulazione dell’islam europeo : approcci teorici e prospettive interpretative”, Nómadas. Revista Crítica de Ciencias Sociales y Jurídicas, vol.39, n°13, pp.1-18.

Fidolini V.,
2017a “Partenaires ‘dangereuses’. Sexualité, masculinités et économie des désirs en milieu migrant”, Ethnologie française, vol.166, n°2, pp.351-358.
2017b “Habiter l’ordre hétéronormatif et la masculinité par le mariage”, Genre, sexu­alité & société, 17, http://journals.openedition.org/gss/3993.
2018 La production de l’hétéronormativité. Sexualités et masculinités chez de jeu­nes Marocains en Europe, Toulouse, PUM.

Flood M.,
2008 “Men, Sex, and Homosociality. How Bonds between Men Shape their Sexual Relations with Women”, Men and Masculinities, vol.10, n°3, pp.339-359.

Frey Y.,
2008 “Les Alsaciens venus d’ailleurs”, Hommes et migrations, n°1273, pp.52-73.

Galland O.,
2001 “Adolescence, post-adolescence, jeunesse : retour sur quelques interpréta­tions”, Revue française de sociologie, vol.42, n°4, pp.611-640.
2009 Les jeunes, Paris, La Découverte.
2011 Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin.

Glowczewski B.,
1995 Adolescence et sexualité. L’entre-deux, Paris, PUF.

Guillaumin C.,
1992 Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-Femmes.

Guizzardi L.,
2007 La transizione all’età adulta. Teorie sociologiche a confronto, Milan, LED.

Hamel C.,
2003 L’intrication des rapports sociaux de sexe, de «race», d’âge et de classe : ses effets sur la gestion des risques d’infection par le VIH chez les Français des­cendant de migrants du Maghreb, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, Paris.

IDOS,
2013 La comunità marocchina in Italia. Un ponte sul Mediterraneo, Centro Studi e Ricerche IDOS/Immigrazione Dossier Statistico, Rome.

Lapeyronnie D.,
2005 “La banlieue comme théâtre colonial, ou la fracture coloniale dans les quar­tiers”, dans Bancel N., Blanchard P., Lemaire S. (Dir.), La fracture colo­niale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Décou­verte, pp.209-218.

Le Bras H.,
2003 “Les politiques de l’âge”, L’Homme, n°167-168, pp.25-48.

Leccardi C.,
2006 “Ridefinizione del futuro e nuove individualità giovanili”, La società degli individui, n°25, pp.79-98.

Mathieu N.-C.,
1991 “Différenciation des sexes”, dans Bonte P., Izard M. (Eds.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, pp.660-664.

Monjaret A., Pugeault C.,
2014 “Le travail du genre sur le terrain. Retours d’expériences dans la littérature méthodologique en anthropologie et en sociologie”, dans Monjaret A., Pugeault C. (Dir.), Le sexe de l’enquête : approches sociologiques et an­thropologiques, Lyon, ENS Éditions, pp.19-78.

Rennes J.,
2009 “Dossier. La tyrannie de l’âge”, Mouvements, vol.59, n°3, pp.7-10.

Singly F. de,
2000 “Penser autrement la jeunesse”, Lien social et politiques, n°43, pp.9-21.

Stellinger A. (Dir.),
2008 Les jeunesses face à leur avenir. Une enquête internationale, Paris, Fondation pour l’innovation politique.

Van de Velde C.,
2015 Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Lorsque l’on aborde la question des catégories d’âge, le risque de tomber dans l’essentialisation de l’objet d’étude est toujours présent. Quand on évoque la jeu­nesse, la représentation commune est celle d’une phase de la vie caractérisée par le changement, corporel d’abord. Le jeune, en effet, serait un sujet “incomplet”, qui doit encore terminer son évolution pour devenir adulte. Les jeunes immigrés marocains ren­contrés dans le cas de la présente étude semblent encore plus touchés par ces processus d’essentialisation. Bien qu’immigrés, ils sont souvent considérés comme “descendants d’immigrés”, des “Arabes des banlieues”, des “chômeurs”, des jeunes – toujours des hommes – identifiés par défaut comme “musulmans”. En envisageant l’âge en tant que rapport social, cette contribution pose les questions suivantes : comment la transition vers l’âge adulte (et ses représentations) se transforme-t-elle en rapport de domination ?

Théorie : En sociologie la transition vers l’âge adulte a souvent été interrogée en dis­tinguant deux dimensions majeures de la vie du jeune. L’une relevant de la sphère pri­vée, à savoir les moments de l’abandon du domicile parental et de la construction d’un noyau familial autonome. L’autre relevant plutôt de la sphère publique, et caractérisée par le moment de l’obtention du premier emploi stable. Dans ce cadre, la construction d’une sphère privée adulte – à travers l’union conjugale – reste fortement subordonnée à l’obtention préalable d’une indépendance économique, le travail se confirmant en tant qu’appui fondamental pour pouvoir gagner un vrai pouvoir sur sa trajectoire. Cet article soutient la thèse selon laquelle l’étude de la transition vers l’âge adulte ne peut pas être réduite exclusivement à la seule question de l’emploi. Le texte se propose alors d’inter­roger cette transition en explorant les questions du genre et de la sexualité.

Méthodologie : Le matériau empirique recueilli se fonde sur un corpus de plus de soixante entretiens semi-directifs. Ces derniers ont été menés entre 2011 et 2015 en Al­sace et en Toscane avec des hommes âgés de 20 à 30 ans, nés au Maroc, surtout des étudiants, issus de différents milieux sociaux, arrivés en France et en Italie seuls ou avec leur famille. Les interviews – individuelles, dans la plupart des cas – ont été accompag­nées d’un travail d’observation ethnographique.

Résultats : La masculinité qui se réalise et s’accomplit à travers le mariage – hétéro­sexuel, entre un homme et une femme – est une référence majeure pour les jeunes inter­viewés. L’hétérosexualité – que cette forme d’union conjugale sous-entend et soutient – s’affirme en tant que trait hégémonique d’un profil idéal de la masculinité que les inter­viewés cherchent à incorporer et à reproduire sans cesse. Nous observons que cette iden­tification à l’hétérosexualité n’inspire pas les récits et les conduites de ces jeunes Maro­cains dans le seul cadre des expériences sexuelles avec leurs partenaires ou épouses. Elle caractérise aussi les relations avec les parents, avec les pairs, avec les membres de la population majoritaire et avec les autres immigrés, et contribue – dans le même mou­vement – à définir les significations associées à la jeunesse et à la transition vers l’âge adulte. La référence à la masculinité “par le mariage” et à la distinction entre sexualités “juvénile” et “adulte” est mobilisée par les interviewés qui déclarent n’avoir pas encore vécu leur premier rapport sexuel tout comme par ceux qui ont déjà eu des relations sexuelles.

Discussion : Nous proposons une approche des temporalités sexuelles pour étudier la phase de transition vers l’âge adulte. Parler de temporalités permet, d’une part, de lire l’expérience sexuelle et les processus d’identification masculine comme lieux de pro­duction du rapport que le sujet élabore au(x) temps de ses actions et à son âge. D’autre part, cette approche permet de montrer comment l’expérience sexuelle et les processus de l’identification de genre se construisent (aussi) à travers le rapport aux scénarios bio­graphiques qu’ils dessinent. En fonction de la distinction entre temporalités sexuelles “adultes” et “juvéniles”, les interviewés se servent de la norme conjugale hétérosexuelle de manière plurielle et négocient une place au sein de différents rapports sociaux : pour exalter leur attachement à la valeur de l’union maritale et se dire “plus adultes” que leurs pairs non encore mariés ; pour réaffirmer leurs origines et souligner une prétendue dis­tinction culturelle par rapport aux populations majoritaires – européennes, non musul­manes – considérées moins respectueuses de cette institution ; ou encore pour s’afficher en tant que “bons musulmans” face aux parents, et confirmer leur attachement – du moins sur le plan des récits – aux préceptes islamiques en matière de sexualité.

Structured summary

Presentation : When approaching the question of categories of age, there is the ever present risk of falling into an essentialisation of the object of study. Whenever youth is mentioned, the common representation is one of a phase of life characterized by chan­ge, initially of the body, the young person perhaps being seen as an “incomplete” subject, who must still finish his ou her/his evolution to becoming adult. The young Moroccan immigrants met in the present study seem even more affected by these processes of essentialisation. Although immigrants, they are often considered as “descendants of immigrants”, as “Arabs of the suburbs”, “the unemployed”, young people – always male – identified by default as “Muslims”. In envisaging age as a social relationship, this contribution raises the following questions: how is the transition towards adulthood (and its representations) transformed into a relationship of domination?

Theory : In sociology the transition towards adulthood has often been studied in distinguishing two major dimensions of the youth’s life; one involving the private sphere, namely the moments of leaving the parental home and constructing an autonomous family core. The other rather involving the public sphere, is characterized by the moment of obtaining a first stable employment. In this framework, the construction of an adult private sphere – through the marital union – remains strongly subordinate to pre­liminarily obtaining economic independence, work being confirmed as a fundamental support in getting a grip on one’s life course. This article supports the thesis according to which studying the transition towards adulthood cannot be exclusively reduced to the employment question alone. The text thus proposes studying this transition in exploring questions of gender and sexuality.

Methodology : The empirical material gathered here is based on a corpus of more than sixty semi-directed talks. They were carried out between 2011 and 2015 in Alsace and Tuscany with 20-30 year old men who were born in Morocco, mostly students, coming from various social environments, and having arrived in France and Italy alone or with their families. The interviews – individual, in most cases – were accompanied by ethnographic observation work.

Results : The masculinity which is fulfilled and accomplished through marriage – heterosexual, between a man and a woman – is a major reference for the young men interviewed. The heterosexuality – that this form of marital union implies and supports – is affirmed as a hegemonic feature of an ideal profile of the masculinity the interviewees unceasingly seek to incorporate and reproduce. We observe that this identification with heterosexuality does not just inspire the narratives and conduct of these young Moroccans within the context of sexual experiences with their partners or wives. It also characterizes their relationships with parents, peers, members of the majority population and other immigrants, and contributes – in the same movement – to defining significations associated with youth and the transition to adulthood. The refe­rence to masculinity “through marriage” and to the distinction between “youthful” and “adult” sexualities is mobilized by the interviewees declaring that they have not yet had sex just as it is by those who have already had sexual relations.

Discussion : We propose an approach to sexual temporalities in order to study the transition phase towards adulthood. On the one hand, talking about temporalities allows us to interpret the sexual experience and the processes of male identification as places of production of the relationship the subject elaborates at the time of his actions and at his age. This approach moreover allows us to show how sexual experience and gender identification processes are (also) constructed through a relationship to the bio­graphical scenarios they sketch. In terms of the distinction between “adult” and “juvenile” sexual temporalities, the interviewees avail themselves of the heterosexual marital norm in a multifaceted way and negotiate a place within various social relationships: to exalt their attachment to the value of the marital union and describe themsel­ves as “more adult” than their as yet unmarried peers; to reaffirm their origins and un­derline an alleged cultural distinction as compared to the majority populations – Europeans, non-Muslims – considered less respectful of that institution; or further to show their parents they are “good Muslims”, and confirm their attachment – at least on the narrative level – to Islamic precepts on sexuality.

Haut de page

Notes

1 Je préfère ne pas utiliser l’expression “rapports sociaux de race” et employer la formule “rapports intra- et interculturels”. Le mot “race” – et l’idéologie naturaliste qu’il évoque à travers l’essentialisation des relations sociales (Guillaumin C., 1992) – me semble rester trop limité à la définition de la condition de sujets discriminés ou ségrégués. Mon intérêt est plutôt de rendre compte des processus par lesquels cer­tains facteurs qui composent l’univers culturel des jeunes rencontrés – comme le fait d’être musulmans, leur éducation familiale, les habitudes apprises et vécues au pays en fonction de leur milieu d’origine – participent à produire la distinction entre “minoritaires” et “majoritaires”.

2 Comme le fait remarquer à juste titre Cécile Van de Velde «ce que nous appelons la “jeunesse” est ainsi communément définie, dans de nombreux travaux anglophones, par le concept de “transition to adult­hood” : cette notion renvoie au temps intercalé entre la fin de l’adolescence et le franchissement de diffé­rents seuils d’entrée dans la vie adulte […]» (Van de Velde C., 2015, p.12).

3 Il est néanmoins important de souligner que le matériau empirique a été complété par sept entretiens (enregistrés et non-enregistrés) avec des jeunes femmes marocaines immigrées et des jeunes femmes non-marocaines en couple avec des Marocains. L’objectif était de discuter avec elles les récits des jeunes hommes interviewés.

4 Ce choix a notamment permis de distinguer le cas des jeunes hommes dont il est question dans mes recherches par rapport aux immigrés ayant intégré l’école primaire à l’étranger et qui peuvent être consi­dérés «sociologiquement» (Collet B., Santelli E., 2012, p.79) comme des descendants d’immigrés.

5 Dans ce cadre, j’ai aussi pu remarquer que les groupes amicaux de jeunes immigrés et ceux de jeunes descendants d’immigrés restaient souvent deux réalités bien distinctes.

6 Les entretiens réalisés en Italie ont été conduits en langue italienne.

7 Ici, l’expression “idéal” ne définit pas une forme suprême de la masculinité. Elle indique plutôt le pou­voir persuasif d’un modèle masculin hégémonique sur les formes de l’identification de genre chez les jeunes hommes interrogés.

8 Le péché et l’interdit sexuel en dehors de l’union conjugale (zinâ) sont évoqués à plusieurs reprises par les interviewés. L’usage de ces concepts est souvent le résultat d’interprétations personnelles – de la part des jeunes hommes rencontrés – du discours musulman sur la sexualité (Bousquet G-H., 1966). Du point de vue de cet article ce qui demeure intéressant est de montrer comment, dans les récits des jeunes inter­viewés, la référence à la tradition religieuse révélée se traduit en expérience et en vécu et se prête donc au bricolage individuel.

9 Dans le récit de Badr, aucune référence explicite n’est faite à l’origine de la femme que, selon ses pro­ches, ce jeune homme devrait épouser.

10 Huit au total dans la population d’étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vulca Fidolini , « Adultes “encore” jeunes, jeunes “déjà” adultes ? »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-1 | 2020, 127-142.

Référence électronique

Vulca Fidolini , « Adultes “encore” jeunes, jeunes “déjà” adultes ? »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-1 | 2020, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 27 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4003

Haut de page

Auteur

Vulca Fidolini 

Université de Lorraine, 2L2S.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search