Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-1A propos de livresDumont Guillaume, Grimpeur profes...

A propos de livres

Dumont Guillaume, Grimpeur professionnel, Le travail créateur sur le marché du sponsoring

Paris, Éditions de l’Ehess, 2018, 250p.
Marie Buscatto
p. 163-166
Référence(s) :

Dumont Guillaume, Grimpeur professionnel, Le travail créateur sur le marché du sponsoring, Paris, Éditions de l’Ehess, 2018, 250p.

Texte intégral

1L’escalade est une activité sportive associée à un imaginaire enchanté : souplesse de corps en suspens, liberté aérienne de jeunes personnes sveltes et souriant·e·s, contact direct avec une nature de rêve ou encore prise de risques éclatante face à des parois vertigineuses. Or, au-delà des imaginaires enchanteurs, Guillaume Dumont expose plutôt les multiples contraintes auxquelles sont confronté·e·s les grimpeur/se·s de haut niveau qui décident de faire de l’escalade une activité professionnelle et les fines stratégies sociales, sportives, économiques, organisationnelles ou relationnelles dont ils et elles doivent faire preuve au quotidien pour maintenir une rémunération minimale de leur activité. On est très loin des salaires mirobolants des stars du football, du basketball ou du tennis malgré une vie dédiée corps et âme à l’escalade et des performances jugées par tous et par toutes comme exceptionnelles et admirables.

2A partir d’une solide enquête ethnographique – physique et virtuelle – menée entre 2012 et 2014 aux États-Unis et en Europe, l’auteur, lui-même pratiquant aguerri de cette discipline, décrit les manières dont les grimpeur/se·s élaborent leur professionnalité au fil des années. Le matériau empirique est constitué de différentes sources : 47 entretiens dont 21 avec des grimpeur/se·s professionnel·le·s, 15 avec des photographes, 6 avec des employé·e·s d’entreprises sponsors et 5 avec des acteur/trice·s influent·e·s du secteur ; observation de l’activité de dizaines de grimpeur/se·s professionnel·le·s sur internet – blogs, Twitter, Facebook Instagram, Youtube ou Vimeo ; observation physique de nombreux/ses grimpeur/se·s professionnel·e·s en activité et au repos pendant leurs passages sur les sites d’escalade, en compétition ou dans les salles d’escalade et lors des moments promotionnels (salons professionnels, projection de films ou interventions publiques). Cette fine ethnographie permet ainsi de construire une analyse systématique aussi bien des différentes activités constitutives du “métier” de grimpeur/se professionnel·le – au-delà de la seule activité sportive – que des compétences techniques, sociales, relationnelles, organisationnelles, sportives, photographiques ou économiques qui sous-tendent la mise en œuvre de ces activités. L’escalade est peu médiatisée et économiquement peu rentable ; en vivre n’en suppose pas moins un engagement temporel, émotionnel, physique et personnel de tous les instants fondé sur une passion forte pour cette activité.

3Afin de construire sa démonstration, l’auteur opère en six étapes : six chapitres participent à décrire les différentes dimensions de l’activité professionnelle de ces grimpeur/ses de très haut niveau.

4Le premier chapitre “Le travail de la créativité” est centré sur la partie la plus visible, valorisée et structurante de l’activité professionnelle de ces grimpeur/ses : la création de nouvelles voies et blocs d’escalade. En effet, c’est à travers la recherche, la préparation et l’habilitation de formations rocheuses comme voies d’escalade que ces grimpeur/se·s apparaissent donner à leur activité une dimension créative éclatante. Or, au-delà de l’exploit sportif que constitue une telle activité, elle suppose également de nombreuses compétences invisibles : visualisation des possibilités in situ à travers de nombreux tests et jeux d’essais/erreurs ; observation de l’activité des autres grimpeur/se·s pour mieux situer sa propre démarche et l’inscrire dans une avancée collective ; participation à la construction progressive d’une évaluation légitime des sites ; mise en œuvre de conventions partagées de jugement – une voie difficile certes, mais également réalisable et esthétiquement impressionnante – ; ou encore production de réponses créatives et effica­ces aux attentes des sponsors pour maintenir leur envie de financer le ou la grimpeur/se.

5Or ces nouvelles voies et blocs, ces “biens créatifs”, ne prennent leur sens que dans la mise en image et en scène qu’en assurent les grimpeur/se·s, en association avec des vidéastes, des journalistes et des photographes spécialisé·e·s. Tel est l’objet du deux­ième chapitre justement nommé “Mettre en image et en scène”. Les grimpeur/se·s professionnel·le·s, pour donner du sens à leur activité et obtenir des financements par des sponsors, passent un temps immense à documenter leurs trouvailles et à interagir avec les amateurs/trice·s sur internet. L’observation intensive des blogs, des pages Facebook ou des comptes Twitter se révèle précieuse aussi bien pour saisir le temps accordé à cette activité par les grimpeur/se·s que sa place majeure dans la capacité des unes et des autres à faire rémunérer leurs exploits par des entreprises de vêtements ou de matériels sportifs. «En assurant la diffusion des réalisations des grimpeurs, ces photographies, ces vidéoclips et articles sont indispensables à l’élaboration de la performance sportive» (p.100). Et les grimpeur/se·s sont au cœur de la construction même de cette image de leur activité d’escalade, consacrant un temps important de leur quotidien à la gestion des réseaux sociaux.

6Ce qui amène l’auteur à s’intéresser à cet acteur déterminant de l’activité du ou de la grimpeur/se à la recherche de rémunérations : les entreprises mobilisant ces sportif/ve·s de haut niveau pour défendre leurs marques et leurs produits. Le chapitre 3 “Les sponsors, leurs marques et les relations de travail” et le chapitre 4 “Fabriquer le professionnel et évaluer son travail” font apparaître une activité économique peu florissante et difficilement viable qui n’en façonne pas moins l’activité quotidienne de ceux et de celles qui veulent en vivre – plutôt mal au regard des lourdes contraintes temporelles, sociales et physiques et du niveau très élevé de qualification sportive, sociale, relationnelle ou administrative de ces grimpeur/se·s. Malgré le caractère enchanteur et démesuré de leurs exploits sportifs et humains, les grimpeur/se·s ne génèrent en rien pour les entreprises les profits des footballeurs ou des joueurs/se·s de tennis. Ces sponsors et entreprises, en utilisant les grimpeur/se·s comme “ambassadeurs de marque” en échange de rémunérations concrètes et de financements variés – équipements, déplacements ou films –, n’en influencent pas moins grandement l’activité de ces hommes et de ces femmes au quotidien en définissant des attentes spécifiques : chercher et conserver plusieurs sponsors pour réussir à vivre de son activité ; incarner un style de vie séduisant et photogénique pour les consommateur/trice·s ; mettre ses exploits en image sur les réseaux sociaux de manière structurée et séduisante ; gérer des relations quotidiennes avec les fans ; ou encore orienter l’activité sportive – choix de certains sites, de certaines voies ou de certai­nes compétitions “vendeurs” par exemple. Les grimpeur/se·s apprennent ici, avec plus ou moins de succès, à composer entre leur idéal – consacrer leur vie à l’escalade dans ses dimensions les plus libératrices, enchantées et sportives – et les contraintes économiques – gérer des relations suivies avec les consommateur/trice·s et avec les sponsors, mettre en scène leur activité sur les réseaux sociaux ou organiser leur activité en fonction des impératifs des marques qui les financent.

7Les cinquième et sixième chapitres “Le travail réputationnel” et “Le travail multitâche” s’intéressent aux différentes tâches participant à construire la réputation des grimpeur/se·s. Est ainsi décrite la «haute polyvalence professionnelle» (p.199) nécessaire à la production d’une réputation élevée, au-delà de la seule performance sportive. De manière en partie redondante avec les quatre premiers chapitres, on saisit comment les grimpeur/se·s devenu·e·s auteur·e·s de leur propre histoire participent à construire leur réputation par la réalisation d’exploits sportifs certes, mais également par leur capacité à les raconter de manière séduisante, faisant ici preuve de nombreuses compéten­ces sociales, organisationnelles, relationnelles, techniques ou sportives le plus souvent apprises sur le tas. «Pour créer et développer sa réputation, il faut notamment avoir la capacité à s’organiser et à articuler les différents aspects de son travail – par exemple la capacité à s’investir émotionnellement, à développer des relations avec les fans ou à identifier les dernières tendances – afin de produire des photographies, vidéos et articles qui seront considérés comme des sources d’inspiration» (p.190).

8Cette enquête originale, d’une grande qualité empirique, précise ainsi de manière enrichie la forte implication temporelle, physique et subjective des grimpeur/se·s profes­sionnel·le·s dans leur activité sportive, activité qui s’accompagne de nombreuses contraintes financières, temporelles, professionnelles, sociales et subjectives. On aurait aimé en savoir plus sur les socialisations passées et les ressources familiales, sociales, économiques ou relationnelles mobilisées par ces grimpeur/se·s pour réussir, ou non, à devenir professionnel·e·s. Au fil des pages, les inégalités sociales, sexuées ou nationales apparaissent lourdes et mieux en connaître les ressorts et les modes d’expression aurait sûrement aidé à saisir mieux encore les modes de fonctionnement social de cette activité. Mais cette limite n’enlève rien au grand intérêt que constitue cette belle enquête pour enrichir notre connaissance du travail sportif dans ses dimensions physiques et sportives certes, mais également professionnelles, techniques, économiques, virtuelles, relationnelles, organisationnelles ou temporelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Buscatto, « Dumont Guillaume, Grimpeur professionnel, Le travail créateur sur le marché du sponsoring »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-1 | 2020, 163-166.

Référence électronique

Marie Buscatto, « Dumont Guillaume, Grimpeur professionnel, Le travail créateur sur le marché du sponsoring »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-1 | 2020, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4088 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4088

Haut de page

Auteur

Marie Buscatto

IDHE.S, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search