Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-2DossierLe travail corporel dans le conte...

Dossier

Le travail corporel dans le contexte des élections de Miss

Vers un travail esthétique rémunéré
Body Work in the Context of “Miss” Contests. Towards Remunerated Aesthetic Labour
Camille Couvry
p. 11-35

Résumés

L’article s’attache à analyser les déplacements, dans l’expérience de femmes ayant participé à des élections de Miss, d’un travail du corps réalisé dans le cadre des concours à l’échelon local vers des formes de travail esthétique. À quelles conditions le travail du corps effectué dans le contexte des élections peut-il favoriser l’accès des femmes à un travail esthétique rémunéré ? Comment le cadre associatif des élections de Miss et les interactions autour du travail du corps favorisent-ils ces dynamiques ? Après avoir illustré les réappropriations, par les femmes, de l’expérience des concours dans la vie professionnelle à l’aide d’ex­emples concrets, l’article rend compte de la socialisation au travail du corps à l’œuvre dans les concours et de ce que produit la configuration des concours en termes d’accès potentiel à des emplois qui impliquent un travail esthétique. L’accès à une forme rémunérée de travail esthétique est néanmoins contingent à des effets de classe, de genre et d’âge. De plus, si le travail corporel au sein des concours constitue un moyen de renforcer le capital corporel, celui-ci n’est pas efficace dans tous les espaces du travail esthétique. Par ailleurs, le capital corporel n’opère pas seul et son efficacité dans les trajectoires individuelles dépend d’au­tres capitaux, en particulier social et culturel.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Les avantages sociaux associés à la beauté et les sanctions qui se mani­festent quand elle fait défaut (Amadieu, 2002) encouragent les individus à effectuer un travail important sur eux-mêmes pour modifier leur apparence dans le but de la rendre plus attrayante. Cet intérêt sociétal porté aux prati­ques d’entretien du corps et d’optimisation esthétique s’est accompagné d’un développement croissant de métiers de la beauté depuis le 19ème siècle (Vigarello, 2004) impliquant des savoir-faire et compétences de plus en plus sophistiqués et certifiés par des diplômes. L’essor des instituts de beau­té corrélé à une demande grandissante de soins de beauté (Cochennec, 2004) atteste d’un recours de plus en plus fréquent aux professionnels de la beauté. Par ailleurs, un vaste ensemble de métiers relationnels en interaction avec des clients – par exemple, d’hôtesses, de la vente, en hôtellerie – ou dans la mode consistant à afficher et mettre en scène son corps et son image – tels que chez les mannequins – visent à commercialiser le travail de la beauté et l’apparence des individus. Le concept de “travail esthétique” (aesthetic labour : Warhurst/Nickson, 2009) a été formulé afin de prendre en compte les effets de cette commercialisation des attributs physiques et de la présentation de soi par les entreprises ou d’autres organisations.

  • 1 Ces idées sont comprises dans la formule « paraître bien et sonner juste » ou « paraître visuelleme (...)

2Toutefois, il existe des espaces où ces différents modes de travail du corps se déploient sans donner lieu à rémunération ni à commercialisation sur un marché. Dans le contexte des élections de Miss que nous avons étu­dié, le travail de la beauté est central (Monjaret/Tamarozzi, 2005), mais relève essentiellement d’une activité bénévole et gratuite co-réalisée par les femmes qui participent aux concours, les équipes encadrantes et les parte­naires officiels tels que des coiffeurs, des maquilleuses ou des commerçants de magasins de prêt-à-porter. Or, cette activité n’est pas déconnectée des mondes professionnels où s’exerce un travail esthétique. Les élections de Miss socialisent les femmes aux pratiques esthétiques suivant un modèle d’apparence qui est de rigueur dans certains métiers de service : celui d’une femme élégante, blanche, de classes moyennes. Tout en demeurant exté­rieures au milieu du travail, les organisations de concours interfèrent avec les tissus associatifs, les entreprises et les institutions publiques donnant lieu à des rencontres entre les participantes et les acteurs économiques im­plantés sur les territoires. Ces relations tissées peuvent favoriser, pour les femmes, l’accès à des emplois et à d’autres formes de travail en lien avec le travail esthétique. Par travail esthétique, nous entendons les exigences formulées par les employeurs désireux de disposer d’employés au physique et à la présentation agréables (Warhurst/Nickson, 2009) y compris dans les manières de s’exprimer, le vocabulaire, la voix1. Celui-ci renvoie prioritai­rement (sans s’y limiter) à des emplois de service relationnel qui requièrent d’adopter un certain type d’apparence et de présentation de soi (ven­deur/vendeuse, hôtesse d’accueil) ainsi qu’aux métiers de la mode qui consistent à afficher et mettre en scène son corps (modèle, mannequin).

3Ce sont ces déplacements, dans l’expérience des femmes, d’un travail corporel réalisé dans le cadre des concours à l’échelon local vers des formes de travail esthétique que nous souhaitons explorer dans cet article. Ce pro­cessus constitue l’une des facettes de ce que nous conceptualisons comme étant une empotentialisation des participantes – ou “empotentiation” (con­cept proposé par Michalis Lianos, 2013 ; que nous avons développé, Cou­vry, 2015) – c’est-à-dire de la façon dont l’expérience des concours permet aux femmes de gagner en pouvoir et de développer ou de renforcer des po­tentiels, ici orientés vers l’entrée dans la vie active. À quelles conditions le travail du corps effectué au sein des élections peut-il favoriser l’accès des femmes à un travail esthétique rémunéré ? Comment le cadre associatif des élections de Miss et les interactions autour du travail du corps favorisent-ils ces dynamiques ? Ces questionnements sont d’autant plus importants que de nombreuses femmes investies dans les concours, souvent âgées entre 18 et 25 ans, sont à un moment de leur cycle de vie où les questions d’insertion professionnelle et d’accès à l’emploi les préoccupent.

  • 2 Notre traduction.

4Afin de définir le travail du corps déployé dans le cadre des élections, nous articulons la définition que Debra Gimlin (2002, 2007) donne du tra­vail du corps à celle proposée par S. Kwan et M. Nell Trautner (2009) pour le travail de la beauté. Le travail du corps désigne dans l’une de ces accep­tions le travail que les individus entreprennent pour gérer et modifier eux-mêmes leur apparence (« management and modification of one’s own looks » : Gimlin, 2007 :355). Il se réfère aussi bien à des actes banals comme se coiffer qu’à des actes plus exceptionnels comme la chirurgie esthétique et peut être plus ou moins étendu dans la durée. Il a été montré que ce type de travail corporel reproduit des identités de genre, de classe, de race, d’âge, tout en constituant un espace de construction de soi et d’agentivité car il offre aussi « des poches de résistance »2 vis-à-vis des structures et peut être source de plaisir (Gimlin, 2002 :147). Le travail du corps désigne également celui exercé par des professionnel·le·s sur le corps des autres (« paid labor carried out on the bodies of others » ou body labor : Gimlin, 2007 :358-360). Les études portant sur les professionnel·le·s spécialisé·e·s dans l’en­tretien du corps et de l’apparence font notamment apparaître leur rôle de prescripteurs de norme. Les normes corporelles et esthétiques auxquelles se réfèrent ces professionnel·le·s dépendent en partie de leurs propres propri­étés sociales et de celles des clients (Gimlin, 2002). S. Kwan et M. Nell Trautner (2009 :50) proposent la définition plus spécifique de travail de la beauté sur soi (beauty work) ou sur les autres (beauty labor). Celui-ci ren­voie à un ensemble de pratiques corporelles visant à modifier le corps et l’apparence en regard de normes et d’idéaux valides dans un groupe ou une communauté et variables en fonction des contextes. Dans sa conceptualisa­tion, il est associé à l’obtention de récompenses et d’avantages personnels et institutionnels.

5Dans notre recherche, le travail du corps renvoie également à l’ensemble des techniques du corps que mobilisent les femmes dans les concours et le travail de la beauté est considéré comme une déclinaison du travail du corps faisant référence aux actions mises en œuvre dans une démarche d’optimi­sation esthétique (Couvry/Braizaz, 2019). En effet, si, dans les élections de Miss, le travail de la beauté est réalisé dans le but de remporter un titre, les femmes viennent d’abord dans les concours pour réaliser un travail de ren­forcement de soi qui se traduit souvent par le fait de souhaiter vivre une expérience enrichissante, devenir plus féminine et gagner en confiance. Ce rapport à la beauté dans les concours place donc le travail qui s’y déploie plutôt du côté du travail du corps tel que Debra Gimlin le définit. Néan­moins, il s’agit bien d’un travail de la beauté dans le sens de techniques de beauté (Ghigi, 2016) mises en œuvre en regard de certaines normes valides dans le groupe et auxquelles est associé un sens positif de renforcement de soi ; ce travail constitue un objectif au sein des concours. À ce titre, bien que l’ensemble du travail observé dans les concours soit éminemment cor­porel, une part de ce travail relève d’un certain type : celui orienté vers la mise en valeur esthétique du corps. Nous utiliserons donc l’expression “tra­vail du corps” – ou travail corporel – de manière générique et pour désigner les actes qui visent à travailler le corps dans sa gestuelle, ses techniques, la présentation de soi. Nous réserverons le terme de “travail de la beauté” lors­qu’il s’agira d’évoquer des pratiques d’embellissement (maquillage, coif­fure, habillement).

6Dans un premier temps, nous présenterons trois situations de femmes illustrant les effets de l’expérience des concours et du travail du corps dans le domaine professionnel (point II). Puis, dans la suite de cet article, il s’a­gira de revenir au début du processus et de montrer comment l’expérience des concours et le travail du corps peuvent favoriser des orientations vers le domaine professionnel tant pour les candidates, les Miss, que pour les fem­mes bénévoles. Aussi, le point III explicitera les modalités du travail du corps et du travail de la beauté que les femmes qui participent aux concours accomplissent sur elles-mêmes. Il conviendra ensuite, dans le point IV, de montrer comment ce travail est co-produit avec l’aide de bénévoles non professionnels et de partenaires professionnels des élections. Nous tâche­rons d’examiner dans chacun de ces points ce que produit la configuration des concours en termes d’accès potentiel à des types de travail qui impli­quent un travail esthétique.

  • 3 Au total, 16 organisateurs/organisatrices d’élection ou partenaires aux différents échelons (local, (...)

7L’enquête s’est focalisée sur les pratiques esthétiques et le rapport à la beauté dans le contexte des élections de Miss essentiellement à l’échelon local, à partir d’une trentaine d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de Miss, d’organisateurs, d’organisatrices et de partenaires, et d’observations faites entre 2011 et 2015. La démarche a consisté principalement dans le fait de suivre, en tant que bénévole, le processus de quatre élections de Miss locales (le recrutement des candidates, les répétitions, les cérémonies, les manifestations publiques proposées aux Miss et aux candidates) dans deux grandes villes françaises de moins de 200 000 habitants. Les deux organi­sations suivies (que nous dénommerons l’élection de Miss Respect et l’élec­tion de Miss Élégance) sont indépendantes des élections organisées à l’é­chelon national. L’une est organisée au sein d’un comité des fêtes ; l’autre est une association spécialement dédiée à l’élection. Les entretiens ont con­cerné 14 femmes ayant porté un titre de Miss ou de Dauphine à l’échelle d’une ville (dont 4 organisent à leur tour des concours locaux3), 4 femmes ayant été Miss d’une région et ayant participé à l’élection de Miss France, une candidate ayant participé à une élection régionale ainsi que 12 organisa­teurs/organisatrices d’élections, bénévoles ou partenaires aux différents échelons (local, régional et national). L’entrée sur le terrain s’est donc faite par les élections locales dans lesquelles les membres sont majoritairement des femmes blanches de milieux populaires ou moyens inférieurs. Toute­fois, des observations ont été menées dans d’autres cérémonies locales, ré­gionales (notamment en Normandie) et nationales et des analyses de revues de presse ont également été effectuées afin de mieux saisir le fonctionne­ment des élections et la circulation des participantes dans cet espace social.

II. Ce que les femmes font des concours : du travail de la beauté au travail esthétique

8À partir de trois situations de femmes, nous mettrons en lumière les con­ditions dans lesquelles l’expérience des concours et le travail du corps effec­tué dans le cadre de ces élections servent l’insertion professionnelle et l’ac­cès à l’emploi dans certains types de parcours. Nous examinerons en l’oc­currence trois situations de femmes relatives à l’entrée dans 1) l’emploi d’hôtesse, 2) l’activité de modèle de mode et 3) le commerce de détail (ouverture d’un magasin de robes de mariage). Ces emplois requièrent des exigences qui relèvent d’un travail esthétique. Des chercheurs (Mears, 2014) ont établi une relation entre ce type de travail et le capital corporel qu’il suppose de détenir. À la suite des formes de capital identifiées par Pierre Bourdieu (1986), Loïc Wacquant conceptualise le corps comme un capital à entretenir, protéger, gérer et développer ; autrement dit le corps est le produit d’un travail et devient une ressource mobilisable – un capital con­vertissable – par exemple dans le cadre d’un emploi. « Capital corporel et travail corporel sont donc liés par une relation récursive qui les rend inti­mement dépendants l’un de l’autre » (Wacquant, 2003 :183). Dans cette perspective, on peut dire d’une part que le capital corporel s’acquiert et que l’expérience des élections de Miss participe à le renforcer, d’autre part que ce capital corporel est susceptible d’avoir et de produire de la valeur dans les contextes où le corps et l’apparence adéquats correspondent à ceux tra­vaillés pour les concours.

A. Hôtesse de caisse : un emploi pensé comme transitoire

9Les attributs exigés dans l’exercice du métier d’hôtesse résonnent avec les attendus en vigueur dans les concours de beauté (évaluation sociale plu­tôt que technique des postulantes, qualités relationnelles et cognitives, ai­sance orale, féminité « décente et libérée » : Schütz, 2018 :171). Ils font éga­lement écho au concept de travail esthétique. Les femmes qui participent à des concours ont souvent développé un capital corporel favorisant l’incar­nation d’une présentation de soi féminine et caractéristique des classes moyennes de rigueur dans les emplois d’hôtesse ; certaines s’orientent donc vers ce type d’emplois au moment de leur entrée dans la vie active, parfois en parallèle de leurs études.

  • 4 Son père est contrôleur à l’inspection du travail, sa mère travaille comme secrétaire au sein d’une (...)

10Sarah4 a 20 ans et a été Dauphine dans sa ville. Elle a été socialisée jeune à prendre soin de son apparence et a développé précocement une habitude de la scène : fillette, elle réalisait avec ses parents des spectacles de clown pendant lesquels elle se mettait en scène et parlait régulièrement en utilisant un micro. Au moment de l’entretien, Sarah souhaite reprendre ses études en BTS management et occupe un emploi comme hôtesse dans un casino à jeux où plusieurs anciennes Miss et Dauphines ont déjà travaillé. Elle explique dans l’entretien avoir été recrutée parce qu’elle avait été Miss et perçue comme jolie : « je savais très bien que c’était parce que j’étais jolie qu’ils pouvaient me mettre à la caisse, parce qu’en fait, nous, on rapporte du pour­boire ! […] C’est pour ça, je pense, qu’ils m’ont prise ». L’emploi d’hôtesse lui permet temporairement de rembourser son prêt d’étudiante, de financer son permis et d’économiser pour réaliser son souhait de partir vivre dans le sud de la France.

  • 5 Cette expérience de l’emploi se retrouve dans d’autres contextes (comme chez les hôtesses de Décath (...)

11Si Sarah ne vient pas d’un milieu très privilégié, elle a un capital scolaire (elle a un bac ES, une expérience interrompue en DUT, un CAP d’esthéti­que) et un capital corporel qui relève également d’un capital culturel non certifié (Bernard, 2012) et se traduit par des capacités de présentation ren­forcées par son expérience des concours. Elle se projette cependant dans des positions socioprofessionnelles associées à des compétences certifiées par un diplôme d’enseignement supérieur et vit le métier d’hôtesse comme transitoire5. Ce rapport au métier est souvent répandu chez les femmes étu­diantes recrutées parce qu’elles possèdent des attributs qui correspondent aux attendus (Schütz, 2006). Dans la situation professionnelle de Sarah, l’expérience des concours apparaît toutefois comme un facteur favorisant l’employabilité. Elle est en effet associée par son employeur à la possession de capacités esthétiques et relationnelles. Le titre de beauté agit ainsi com­me une garantie de confiance, de compétences et de dispositions souhaitées (sérieux, compétences relationnelles, maîtrise du travail de l’apparence, reconnaissance des qualités esthétiques). C’est donc l’expérience dans les élections de Miss qui facilite, chez Sarah, la reconnaissance de compétences en travail corporel (et en travail esthétique) dans un contexte d’emploi impliquant des exigences esthétiques. Ce travail, initialement réalisé dans un cadre associatif, est ainsi transposé en milieu professionnel. Ce déplace­ment s’effectue par ailleurs par un réseau d’interconnaissances entre les Miss fonctionnant comme un capital social – des relations mobilisables. Le capital corporel est donc converti en capital social (par l’effet du réseau sur l’accès à l’emploi). Puis, ce capital social contribue en retour à convertir le capital corporel en capital économique. Sarah mobilise ainsi son capital cor­porel, renforcé par l’expérience des concours, pour occuper un emploi d’hô­tesse qu’elle envisage néanmoins de quitter parce qu’elle a d’autres aspira­tions.

B. Modèle de mode : un loisir plutôt qu’un travail

  • 6 À mesure que les femmes montent dans la pyramide des concours, celles qui exercent comme modèles so (...)

12L’activité de modèle s’apparente à un travail d’affichage (display work), terme formulé par Ashley Mears et Catherine Connell (2016) pour qualifier certains emplois de travail esthétique qui consistent en un affichage du corps dont les modalités et les implications professionnelles sont éminem­ment genrées. Les élections de Miss constituent un espace en marge des canaux les plus légitimes des mondes professionnels du mannequinat et de la mode qui demeurent difficilement accessibles pour les participantes. En revanche, elles socialisent les femmes à des activités de modèle. À l’échelon local des concours, des femmes exercent par la suite comme modèle dans le cadre de défilés promotionnels ou caritatifs ou d’autres événements fes­tifs. Le modèle de mode se rapproche du mannequin vivant à la différence notable qu’il ne bénéficie pas d’un statut professionnel réglementé et pro­tégé et qu’il n’est pas, par conséquent, obligatoirement rémunéré pour cette activité. Lorsque c’est le cas, il ne s’agit jamais d’une activité profession­nelle principale. Les femmes qui participent à des concours locaux n’exer­cent que rarement de manière rémunérée comme modèle de mode dans des défilés et ne formulent pas le projet de se professionnaliser dans cette acti­vité. L’accès à cette pratique est cependant très convoité6.

13Cette pratique, à l’échelon local, se caractérise précisément par sa dimen­sion locale ; elle s’étend le plus souvent à l’espace géographique de la ville ou éventuellement de la région. Elle s’inscrit dans un réseau local que se créent les femmes par l’expérience des élections de Miss. Ce réseau est constitué de photographes, d’associations (de promotion de la mode ou d’unions de créateurs), d’agences en événementiel et/ou de mode, d’enseig­nes de magasins franchisés ou non, de créateurs de sur-mesure ou de prêt-à-porter. Ce sont parfois ces associations, agences, magasins et créateurs qui organisent des défilés promotionnels et qui font appel à des femmes dont ils savent qu’elles ont le goût et l’expérience (grâce aux élections) du défilé.

14Par l’intermédiaire des élections de Miss, Sophie est entrée en contact avec une société d’hôtes, d’hôtesses et de mannequins, créée par une ancienne Miss. Cette société propose des prestations dans l’évènementiel (soirées, inaugurations, fêtes) et l’organisation de défilés de mode (défilés et salons). Sophie a 21 ans et prépare un diplôme d’infirmière ; elle provient d’un milieu populaire (sa mère est couturière de formation, elle travaille habituellement dans les pressings, mais est sans emploi au moment de l’en­tretien et son père est agent de maîtrise menuisier). Elle a déjà participé à plusieurs élections et défile ponctuellement comme modèle contre rémuné­ration (environ dix euros de l’heure en plus du défraiement pour chaque manifestation). Sophie ne prête toutefois pas un sens professionnel à cette pratique. Elle s’y adonne au titre de ses loisirs et considère que sa taille (environ 1,60 m.) ne lui permet pas d’envisager d’en faire un métier. Les aspirations s’ajustent ainsi aux possibilités objectives (Bourdieu, 1979). Toujours très apprêtée, Sophie n’a pas des propriétés corporelles facilitatri­ces, en termes de taille, pour se positionner dans des segments plus rémuné­rateurs du travail d’affichage corporel en lien avec la mode. Si la taille requise dans le mannequinat (usuellement bien supérieure à celle de Sophie) fait l’objet d’une distribution sociale inégale faisant apparaître son caractère culturel (Herpin, 2006), l’expérience de Sophie révèle aussi comment elle stratifie le mannequinat et ses marges. La taille élevée est un critère de rare­té facilitant l’accès tant aux élections de Miss qu’au mannequinat, mais le défaut de cette propriété corporelle est quasi rédhibitoire dans le mannequi­nat alors qu’il ne le devient essentiellement qu’au niveau régional dans les élections de Miss. De ce point de vue, la présence de nombreuses femmes ne mesurant pas la taille requise pour être mannequin, parmi les Miss, expli­que, d’un point de vue structurel, l’orientation plus fréquente vers les activi­tés de modèle, et donc l’accès généralement impossible aux strates supé­rieures du travail d’affichage en lien avec la mode. L’importance de la taille (élevée) cantonne les femmes rencontrées aux strates inférieures de ce tra­vail pour lequel elles acceptent le format ponctuel, hybride (semi-rémunéré, défrayé) ou gratuit. Lorsqu’elles le font, elles construisent alors un sens autre que professionnel à leur activité. Comme beaucoup d’autres femmes à l’échelon local des concours, Sophie défile par ailleurs dans d’autres con­textes sans être rémunérée tout en retirant une satisfaction de la pratique. Le plaisir et les rétributions symboliques (reconnaissance locale d’une iden­tité de modèle de mode à côté du travail ou des études) lui permettent de construire une définition positive de l’activité.

C. De bénévole à entrepreneuse : ouvrir son magasin de robes de mariage

15Si la littérature scientifique relative au travail esthétique presté dans le cadre des emplois associés au commerce de détail dans le prêt-à-porter documente et analyse l’expérience des professionnel·le·s en termes d’accès à ces emplois, de caractéristiques sociales ou encore d’employabilité (Nick­son et al., 2012), elle se concentre moins souvent sur les modalités d’accès au statut de gérant d’un commerce de détail.

  • 7 Marie a deux enfants (dont un qu’elle a eu au cours notre enquête) et son compagnon travaille dans (...)

16La trajectoire professionnelle de Marie7 (entre 20 et 25 ans durant notre enquête), présidente d’une association d’élection de Miss, montre comment un faisceau de facteurs liés aux élections de Miss a facilité sa conversion comme gérante d’un magasin de robes de mariage, dans lequel elle est à la fois vendeuse et employeuse. Marie a été socialisée jeune au monde des élections ; en effet, le concours avait été initié par son grand-père. Elle-même a été élue Dauphine en 2008, puis a repris les rênes du concours avec une autre femme. Avec d’autres bénévoles, elle gère l’administratif de l’association, organise le recrutement des candidates, scénarise les spec­tacles de cérémonie, prépare, conseille et habille les candidates et Miss ; elle co-anime les répétitions et les cérémonies et développe des partenariats pour l’élection avec les associations, entreprises et institutions, le plus sou­vent locales. Marie possède un BTS et occupe un emploi d’assistante d’édu­cation au début de notre enquête de terrain. Elle développe, en 2012, avec une autre bénévole, un volet lucratif de l’association en proposant aux parti­culiers et entreprises des prestations d’événements (mariages, fêtes, inaugu­rations). Après que cette orientation de l’association soit restée relativement peu active, Marie ouvre son propre magasin de robes de mariage. Celui-ci devient le fournisseur officiel de robes de mariée pour l’organisation de l’élection de Miss. Dans le cadre de salons du mariage et d’événements pro­motionnels organisés au sein du magasin nouvellement ouvert, Marie solli­cite les Miss et candidates des élections pour les faire défiler. Le magasin s’associe également à un autre commerce déjà partenaire de l’élection, spé­cialisé dans la création de chapeaux.

17Par son engagement associatif, Marie a développé des compétences rela­tionnelles attendues dans les métiers de la vente, en particulier des capacités orales et de conseil dans le domaine de l’apprêtement. Les compétences acquises en travail du corps (sur l’apparence des autres) et en travail esthé­tique n’opèrent cependant pas seules. Elles s’articulent à des compétences développées en organisation d’événements et en encadrement de groupes. Marie a également construit un réseau de professionnel·le·s du corps et de la beauté et dispose ainsi d’un capital social qu’elle peut utiliser pour mener à bien son projet d’entreprise. Le réseau des élections de Miss et les réseaux sociaux numériques associés constituent aussi une ressource pour faire la promotion du magasin et des nouveaux arrivages de saison. Par son ancrage associatif, Marie bénéficie en effet d’une visibilité auprès d’une population susceptible d’intégrer sa clientèle : des femmes entrant dans la vie active, sensibles au mariage et à ses codes vestimentaires traditionnels. Par ailleurs, Marie disposait déjà d’un capital social et d’un capital culturel en prise avec le tissu politique, associatif et économique local par son environnement familial d’origine, notamment du fait de son grand-père. Celui-ci était pro­fesseur de français, inspecteur diocésain de l’enseignement catholique et a longuement été adjoint au maire à la ville. Il était très investi sur le territoire local et avait relancé l’élection de Miss (à l’époque de Reine) en tant que président de la fédération des comités de quartier. Marie à son tour a été particulièrement dynamique dans la reprise du concours qu’elle a, avec d’autres femmes, souhaité totalement moderniser. Si Marie a des disposi­tions qui l’ont amenée à valoriser son expérience des concours dans une optique de professionnalisation, elle a aussi développé par cette expérience bénévole des compétences techniques, des qualités relationnelles et un esprit d’entrepreneuse. Moins de 5 ans après l’ouverture du premier maga­sin, le succès est tel que Marie en a ouvert un deuxième dans le même dépar­tement.

18Si la motivation première de l’engagement des femmes dans les concours ne relève pas (sauf dans de rares exceptions) d’un calcul conscient, de « stra­tégies anticipatrices » (Hidri-Neys, 2007 :118) liées au travail des apparen­ces pour « faciliter leur insertion professionnelle » (Ibid. :102, 115), les trois situations présentées (de Sophie, Sarah et Marie) montrent que l’expérience des concours peut agir sur l’expérience professionnelle et que le travail cor­porel peut constituer une ressource (renforcer le capital corporel) au mo­ment de l’entrée dans la vie active des jeunes femmes en facilitant un accès à des emplois requérant une part de travail esthétique. Toutefois, Sophie exerce une activité très ponctuelle souvent effectuée de manière non rémunérée et Sarah occupe un “petit boulot” d’hôtesse de caisse (Schütz, 2006). Elles n’accèdent donc qu’à des strates basses des métiers du travail esthétique. De plus, la réussite du projet de Marie montre que le travail du corps n’opère pas seul et que d’autres ressources sont nécessaires pour le convertir en travail rémunéré durable. Dans la suite de cet article, nous sou­haitons déplacer la focale vers les processus de socialisation à l’œuvre en amont de ces expériences dans l’espace associatif peu exploré des élections de Miss.

III. Ce que les élections de Miss font aux femmes

19Il s’agit dans cette partie de revenir sur le processus d’élection dans son ensemble pour montrer comment l’expérience des concours et le travail de la beauté peuvent favoriser l’accès à des formes professionnelles de travail esthétique. Les élections de Miss socialisent les jeunes femmes au et par un travail du corps et de la beauté. Tout au long des processus d’élection, les femmes sont engagées dans une démarche d’embellissement et font l’ap­prentissage d’un travail à la fois du corps et de la beauté. La socialisation est entendue au sens que lui donne Muriel Darmon (2007), c’est-à-dire la façon dont les individus sont formés et transformés ici dans un espace asso­ciatif – les élections de Miss – faisant intervenir différents agents : bénévo­les et professionnel·le·s partenaires. Afin d’affiner les logiques soulevées dans la première partie, il sera parfois fait référence aux expériences de Sophie, Sarah et Marie.

A. Un travail corporel sur soi

  • 8 Rappelons que les techniques du corps sont définies comme des habitudes sociales et culturelles for (...)

20Le travail du corps correspond tout d’abord aux techniques du corps (Mauss, 2004)8 que les candidates apprennent pour incarner les attributs du personnage de la Miss et répondre aux attendus scéniques du spectacle et des manifestations (gestuelles, poses corporelles, techniques de danse, tech­niques de sourire, techniques de marche). Ces attendus impliquent par exemple d’adopter des expressions et des attributs féminins spécifiques : sourire continuellement, porter robes et chaussures à talons, maîtriser la marche requise dans les défilés de mode impliquant une main sur la hanche, un pas souple, saluer délicatement de la main un public. Toute une part de la préparation consiste à faire acquérir aux candidates la gestuelle associée à ce personnage.

L’apprentissage des techniques du corps

« L’une des organisatrices donne quelques indications pour le défilé : “Il faut être souriante”, “droite”. Une autre utilise la métaphore du fil du funambule : “Imaginez qu’il y a un fil imaginaire, vous essayez de pas tomber, c’est mieux !” [Rires]. Les commentaires, lors des entraînements, guident les candidates et indiquent si elles marchent correctement : “On marche lentement voilà, la main sur le côté gauche”, “demi-tour”, “Arrête de pencher la tête !”. Les candidates sont invitées à sourire tout au long des répétitions pour s’entraîner : “vous avez de belles dents, montrez-les !” » (Extrait de carnet de terrain).

  • 9 Arlie Russel Hochschild (2017) désigne à travers cette expression la manière dont un individu gère (...)

21Cet extrait laisse entrevoir les contenus de l’apprentissage. Les candida­tes sont invitées à prêter une attention particulière à leur corps, à prendre conscience de ses potentialités et à le considérer comme un instrument : « vous avez de belles dents, montrez-les ! ». L’un des ressorts mentionnés de ce corps mis en scène est le sourire, dont Arlie Russel Hochschild (2017) a montré à quel point la maîtrise requiert un travail émotionnel9 (adjoint au travail esthétique, Mears, 2014) et combien celui-ci peut être essentiel dans les interactions sociales et les métiers relationnels de service. Par les dis­cours et la répétition, les participantes incorporent une certaine disposition au sourire – et au travail émotionnel – ainsi que des techniques de gestion de leur corps et de sa représentation.

  • 10 Dans l’une des élections étudiées, le public et des représentants des comités de quartier votent ta (...)

22« [L]a voix, la posture, le comportement, le langage corporel » sont d’au­tres composantes du travail esthétique (Elias et al., 2017 :35) attendues dans les concours au travers des critères de sélection qui englobent des exi­gences plus larges que celles uniquement relatives à l’apparence. Candida­tes et Miss sont censées s’exprimer dans un langage correct, soigner leur élocution, se montrer éloquentes, se maintenir droites, adopter une allure élégante. Si les modalités d’évaluation et de vote varient d’une élection à une autre à l’échelon local10, les critères retenus par les jurys sont sensible­ment identiques : le discours de présentation orale, la prestance sur scène, la manière de défiler, le sourire, la grâce. L’ensemble de ces critères, certes souvent indiscernables, justifient, pendant les préparations, l’entraînement aux prises de parole, la répétition des discours, un travail sur l’élocution et sur la manière de se présenter face à un public et un jury. Par exemple, Sarah, a intégré cette importance de la voix et de l’accent ; elle évoque notamment dans notre entretien les effets de l’accent local d’une candidate renvoyant à une culture populaire régionale, non cosmopolite, et à la masculinité :

Quand elle se mettait à parler, c’était un camionneur [...] parce qu’elle parlait comme un garçon et elle parlait façon [ville locale] avec des “euh”, et en plus, y’avait des “dè”, comme ça au micro, tu sais, ça fait pas super (Sarah, 20 ans, hôtesse dans un casino à jeux).

23Sarah considère que la candidate aurait intérêt à travailler, à modifier son accent. Hôtesse dans un casino à jeux, elle a pleinement intériorisé les exi­gences qu’elle retrouve dans son métier pour lequel l’accent est particuliè­rement sensible et peut parfois être rédhibitoire s’il est associé à la banlieue (Schütz, 2006). Si ce travail demandé sur la présentation de soi disqualifie certaines candidates présentant des caractéristiques populaires, il peut néan­moins renforcer le capital corporel de certaines femmes et faciliter l’accès à des emplois exigeant une part de travail esthétique.

24La présentation de soi est aussi à travailler dans le cadre des manifesta­tions auxquelles participent les candidates et les femmes ayant été titrées. Au cours des différents événements, les femmes interagissent avec d’autres personnes et sont censées représenter, au travers de leur titre, la ville, un certain nombre de valeurs ainsi que les associations qui organisent les con­cours. Ce rôle de représentation implique également une gestion corporelle des émotions : feindre un intérêt pour un événement public ou le contenu d’un discours, attendre dans une posture statique sans que le corps ne mani­feste aucune gêne, sourire continuellement, se montrer de bonne humeur et avenante, véhiculer une aisance corporelle, produire chez les autres un sen­timent positif, inspirer la confiance. Dans l’une des élections suivies, il est également recommandé aux candidates de disposer, en tant que personna­ges publics liés à l’association, d’un compte personnel Facebook avec leur véritable nom et d’éviter les pseudonymes qui paraîtraient inappropriés. Or, « la présentation de soi sur les réseaux sociaux » constitue un élément parmi d’autres de travail esthétique (Elias et al., 2017 :35). Cette demande signale aux candidates l’importance, de rigueur au moment de l’entrée dans la vie active, qu’il y a à maîtriser son identité numérique. Par l’expérience des concours, les femmes sont familiarisées à la gestion corporelle qu’implique le fait de représenter des organisations ; des aptitudes qu’elles peuvent remobiliser dans le domaine professionnel.

25Une autre facette du travail réalisé dans le contexte des élections a trait à celui relatif à la beauté sur soi.

B. Un travail de la beauté sur soi

  • 11 Carol Wolkowitz (2002) signale que la tertiarisation des économies a accru les exigences corporelle (...)

26Le travail de la beauté à proprement dit se réfère aux pratiques (de ma­quillage, cosmétiques, vestimentaires, de coiffures) que déploient les fem­mes afin de modifier leur apparence dans une optique d’optimisation esthé­tique en référence à un modèle de beauté féminine de classes moyennes. En effet, le modèle esthétique des concours est celui d’une jeune femme bour­geoise – belle, élégante et sérieuse – incarné dans les élections à l’échelon national et repris, réapproprié aux échelons intermédiaire et local. Néan­moins, ce modèle, construit en partie en référence à un imaginaire aristo­cratique, se reconfigure désormais autour d’un idéal de femme issue des classes moyennes, qualifiée et travaillant dans le tertiaire, dont l’appropri­ation par les milieux populaires s’appuie sur cette socialisation fortement organisée autour des pratiques esthétiques. Par exemple, dans l’une des élections étudiées, les candidates sont reçues, pendant la période de pré­paration, en entretien individuel face à un jury pour lequel il est attendu qu’elles se soient préparées, tant pour répondre aux questions que pour se présenter apprêtées. Ce jury est composé de partenaires des élections dont certains sont entrepreneurs dans divers secteurs (tels que le prêt-à-porter, la coiffure, la communication) et possèdent une expérience du travail esthéti­que et du recrutement en tant qu’employeur. Le dispositif reproduit les co­des de l’entretien de recrutement ; l’équipe encadrante valorise d’ailleurs cette étape qui compte dans l’évaluation des candidates en arguant qu’elle constitue un entraînement aux entretiens professionnels. En suivant la sug­gestion de Carol Wolkowitz (2002)11, on peut imaginer que cette redéfini­tion des modèles de féminité et de classe apparait davantage compatible avec les exigences esthétiques présentes dans un nombre croissant d’em­plois (exigeant une part de travail esthétique) vers lesquels les participantes sont susceptibles de s’orienter.

27Les concours socialisent donc les femmes à un travail de la beauté : les vêtements, les chaussures, le soin et la pose des ongles, les instruments de coiffure, les séances UV, les parfums, le maquillage sont très souvent au cœur des discussions et des pratiques et constituent un centre d’intérêt com­mun. Par exemple, dans l’élection de Miss Élégance, la consigne est donnée aux candidates de venir apprêtées ou d’apporter une tenue personnelle élé­gante lors des répétitions, en prévision des manifestations à venir, afin de recueillir les avis et les conseils des organisatrices. L’investissement dans les pratiques esthétiques est valorisé et constitue, pour les encadrant·e·s, un instrument de mesure de la motivation des candidates et de leur capacité à remplir la fonction de Miss. Ce contexte invite les candidates à développer une connaissance, un sens pratique des moyens par lesquels elles peuvent mettre en valeur leur corps en fonction d’attentes particulières. Les pres­criptions délivrées sont d’ailleurs parfois adaptées aux propriétés corporel­les (taille et formes du corps, couleur des yeux et des cheveux) des partici­pantes, ce que fait Marie (qui a ouvert son propre magasin) qui, lors d’une répétition, signale par exemple à l’une d’entre elles de ne pas mettre de dé­colleté en raison de sa poitrine. Dans ces interactions, les candidates sont invitées à discerner les techniques de beauté qui les valorisent ou, au con­traire, les dévaluent en regard d’une mise à distance du vulgaire, identifiée chez les femmes de milieux populaires (Skeggs, 2015).

28Une autre dimension de ce travail de la beauté est celle que les partici­pantes vivent à l’extérieur du cadre situationnel des élections (seules, avec les pairs ou les proches), par exemple lorsqu’elles se rendent directement de chez elles à une manifestation. Ce travail de la beauté suppose une incli­nation à travailler son apparence d’une manière qui soit adaptée aux atten­dus des organisations et aux circonstances. Les exigences sont néanmoins plus prononcées à mesure que l’on monte dans la hiérarchie des concours comme en témoigne ce propos d’une ancienne Miss régionale recueilli au sujet de la préparation de l’élection de Miss France :

[L]e soir, il faut vous maquiller, vous coiffer toute seule et vous mettre en robe toute seule pour aller au repas du soir, ils vous jugent aussi pour savoir quelle est votre aptitude à vous débrouiller toute seule, parce que la Miss qui va être élue, il faut qu’elle ait cette aptitude-là (Gaby, 32 ans, responsable achat dans une PME).

29Gaby évoque l’“aptitude” à gérer l’apparence comme un critère impor­tant de la logique d’évaluation. Il est attendu que les participantes se mon­trent actrices du processus. L’acuité à opérer des choix judicieux, à réaliser des assortiments harmonieux de vêtements et de couleurs, à acquérir des techniques de maquillage, à développer une capacité à se mettre en valeur, est explicitement ou implicitement observée par les évaluateurs. Transposée au contexte professionnel, cette demande d’“aptitude” en dehors de l’espace des concours s’apparente au travail non rémunéré que les individus effec­tuent sur leur apparence pour pouvoir correspondre aux exigences d’un contexte de travail (Gimlin, 2007). Elle encourage, au moment de l’entrée dans la vie active, les femmes à devenir “entrepreneur de soi” à la manière des professionnel·le·s freelance du travail esthétique (acteurs, manne­quins), tenu·e·s à une attention permanente sur leur corps afin de rester em­ployables (Entwistle/Wissinger, 2006). À l’intérieur de l’espace des con­cours, le travail de la beauté est néanmoins fortement encadré et accompagné par les bénévoles qui les organisent.

IV. Travail corporel, travail de la beauté sur les autres

30« Pour faire, il faut avoir appris à faire, il faut donc avoir été fait » (Dar­mon, 2008 :87). Le travail du corps et de la beauté que les femmes appren­nent à accomplir est co-produit avec les bénévoles des organisations et les professionnel·le·s partenaires des élections qui jouent un rôle essentiel dans l’apprentissage. La co-production de ce travail produit des effets sur les candidates et les Miss, mais aussi sur les bénévoles qui, à leur tour, peuvent construire des possibilités de transfert de leur expérience vers les milieux professionnels.

A. Le travail des bénévoles

31Que les femmes participent aux concours sur les conseils de proches, de pairs, de petits copains ou de leur propre initiative, une fois ce cap franchi, elles entrent en contact avec des bénévoles des organisations qui jouent un rôle essentiel dans les processus d’apprentissage du travail du corps, l’énon­ciation des techniques et leur transmission. Rythmées par les conseils, les consignes et les encouragements, les répétitions prennent parfois la forme d’un véritable coaching, effectué par les encadrant·e·s visant à faire acqué­rir aux candidates les techniques nécessaires au spectacle et pour être Miss. Il s’agit de transmettre aux participantes des manières de tenir le corps, de sourire, de défiler, de rester en position statique, de placer les bras ou encore de marcher sur scène avec des chaussures à talons. Pendant les répétitions ou les séances de prises de vue, les organisatrices, telle Marie, n’hésitent pas, parfois, à intervenir physiquement sur la posture des candidates en déplaçant leurs épaules pour les redresser, en relevant leur menton ou en positionnant leurs jambes.

Les placements de pieds

« Les candidates travaillent l’un des défilés programmés dans le spectacle, en particulier le demi-tour à effectuer sur la scène. Marie reprend deux candidates qui ne parviennent pas à réaliser un demi-tour sans avoir les pieds croisés dans la position finale. Elle repositionne leurs pieds pour les placer correctement et explique aux deux candidates qu’elles doivent les positionner comme des danseuses tout en précisant qu’elles ne sont pas des danseuses et que l’angle d’ouverture [les talons sont rapprochés] doit être “un peu plus petit que dans la danse classique” » (Extrait de carnet de terrain).

32Les processus d’apprentissage répondent à des logiques qui ont déjà été identifiées précédemment sur d’autres terrains d’enquêtes (la carrière ano­rexique : Darmon, 2008 ; les danseuses de music-hall : Fournaux, 2009 ; les jeunes pratiquant le fitness : Pedersen/Tjørnhøj-Thomsen, 2017). Les tech­niques corporelles et de beauté sont le plus souvent transmises par d’actu­elles ou d’anciennes Miss ou Dauphines devenues bénévoles qui endossent un rôle à la fois de prescripteur (par l’imposition de manières de faire) et d’accompagnateur (par la prégnance des encouragements). Celles-ci répè­tent aux candidates les attitudes corporelles et les gestuelles à adopter. Par la répétition des gestes, les candidates incorporent, petit à petit, les attitudes et les postures attendues : leur corps se redresse, le buste devient plus droit, les sourires plus automatiques, elles gagnent en aisance et en assurance. Par cet accompagnement à l’apprentissage d’un travail corporel, les femmes bénévoles, comme Marie, renforcent elles aussi certaines capacités, celles relatives à la transmission et à la verbalisation de ce travail, en répétant les gestuelles (qui appellent l’imitation) et en prenant soin de décrire oralement et avec précision les attendus. Ce travail d’accompagnement peut être réin­vesti dans le domaine professionnel. Par exemple, forte d’une expérience d’encadrement autour de la danse acquise dans les concours, une femme danseuse, présente sur notre terrain et bénévole dans un concours, a com­mencé à enseigner des cours de zumba.

33Les bénévoles sont également investis pour aider les participantes à accomplir un travail de la beauté et développent des compétences dans ce domaine. Elles et (plus rarement) ils participent à produire le modèle cor­porel des concours (une apparence féminine, jeune, élégante) en donnant des conseils, des consignes concernant les coiffures, le choix des robes, des chaussures, ou encore des collants. Le travail de la beauté est approuvé et impulsé par les organisateurs/organisatrices qui perçoivent dans celui-ci un moyen susceptible de favoriser chez les jeunes femmes le développement de leur potentiel, la confiance en soi et de faciliter leur avenir et leur inser­tion dans le monde du travail. Marie s’exclame à ce propos lors d’une répé­tition « je ne propose pas un concours de beauté, mais un cursus ! ». La beauté est ainsi considérée comme le résultat d’un travail et d’un apprentis­sage et devient une ressource potentielle, un capital à cultiver, un moyen de s’améliorer. À l’image des professionnel·le·s des salons de beauté étudiés par Paul Black et Ursula Sharma (2001), plus que le fait de travailler l’appa­rence de sorte que les femmes paraissent belles (look good), les organisa­teurs/organisatrices cherchent à permettre à ces dernières de se sentir mieux (feel better). C’est au travers de cette dimension, qu’ils et elles définissent leur rôle et valorisent leur engagement associatif. C’est à cet endroit que se situe le sens et la « valeur du “processus” » (Arango, 2013 :185) du travail de la beauté dans les élections pour les bénévoles qui les organisent. Ces interactions autour de l’apparence esthétique assurent une continuité inter­générationnelle puisque l’accompagnement s’effectue des plus âgé·e·s vers les plus jeunes et des anciennes Miss expérimentées (qui transmettent leurs savoirs) vers les novices. La spécificité de ce travail du corps et de la beauté tient par ailleurs à la portée populaire, locale et associative des concours et au fait que les bénévoles le co-produisent, sans contrepartie financière, parce qu’ils/elles croient en sa valeur.

  • 12 Dans une cérémonie d’élection observée, une femme âgée est remerciée officiellement pour avoir conf (...)

34Ce travail du corps et de la beauté, co-construit avec les bénévoles en référence au modèle de femme élégante des classes moyennes, est cepen­dant réinterprété avec les moyens des classes populaires et moyennes-inférieures. Les encadrantes à l’élection de Miss Élégance fournissent, par exemple, un ensemble d’astuces – situées entre les savoirs experts et pro­fanes et dont on ne sait, pour certaines, si elles sont efficaces – pour devenir une candidate et une Miss idéales : mettre du Coca-Cola sous les semelles de chaussures afin d’éviter de glisser sur le parquet de la salle et de favoriser l’adhérence au sol ; se laver les cheveux l’avant-veille plutôt que la veille des manifestations pour faciliter la confection des coiffures. L’organisation fonctionne parfois sur le mode de la “combine” et de la débrouille (autofor­mation, échanges de savoir-faire) indiquant à la fois « une maîtrise impar­faite » et « l’existence d’une autonomie [...] et de ressources » (Siblot, 2006 :32). Compte tenu des moyens limités, le travail bénévole est l’élé­ment moteur de la faisabilité des élections. Les femmes bénévoles plus âgées se spécialisent dans les activités de couture. Les écharpes sont parfois confectionnées de manière artisanale. Dans l’une des élections étudiées, les décorations de table, les tenues officielles des Miss (deux longues robes à bustier) ainsi que les retouches éventuelles sont réalisées par les femmes bénévoles12. Les bénévoles acquièrent néanmoins, par le biais des concours, une expérience du travail corporel sur les autres au sein d’un collectif, des compétences en organisation d’événements et en coordination des diffé­rents acteurs qui interviennent autour de ce travail. Tout comme les candi­dates, les plus jeunes des bénévoles (comme Marie) peuvent potentielle­ment mobiliser leur expérience associative dans leur parcours profession­nel, y compris par le biais des relations tissées dans le cadre de partenariats avec différents acteurs institutionnels, associatifs ou économiques dont des professionnel·le·s de la beauté.

B. Une co-production avec des professionnel·le·s de la beauté

35Les acteurs économiques constituent la part la plus importante des par­tenaires relevant des professions et métiers en lien avec l’esthétique. Dans l’élection de Miss Respect existent une trentaine de partenaires parmi les­quels un institut de beauté, un professeur de danse indépendant, un salon de coiffure, de nombreux magasins (de photographie, d’optique, de chaussu­res, de robes de mariages, de fleurs). Les élections de Miss Élégance se sont également dotées d’un nombre conséquent de partenaires en lien avec l’ap­parence : un institut de beauté, un hammam, un salon de coiffure, des maga­sins (de robes de mariée, de diadèmes, de prêt-à-porter – Cool Cat, les Gale­ries Lafayette), une styliste créatrice, un magasin de chapeaux et autres accessoires de création, une parfumerie (Marionnaud), une manucure, deux photographes, un photographe-vidéaste.

36Ces professionnel·le·s co-produisent le travail du corps et de la beauté en mettant à contribution leurs biens et services, leurs instruments ainsi que leurs compétences au service des candidates, des Miss en titre et des équipes encadrantes. Certains des partenaires fournissent sous la forme de prêt ou de dons des produits. Par exemple, à l’élection de Miss Respect, les Miss et Dauphines remportent un an de cours de danse gratuits, et le magasin d’op­tiques leur offre une paire de lunettes de soleil. Le magasin de robes de mariage prête les robes pour les cérémonies et fournit aux Miss et Dauphi­nes une paire de gants pour agrémenter leur tenue officielle. Des profes­sionnel·le·s délivrent gratuitement des services en lien avec le corps ou les soins esthétiques à différents moments (préparations des élections, cérémo­nies, manifestations proposées aux candidates et/ou aux Miss). Par exem­ple, Sarah a été coiffée gratuitement tout au long de l’année pendant laquelle elle a été Dauphine par le salon de coiffure partenaire. Les profession­nel·le·s associé·e·s contribuent également à l’élaboration, par les jeunes femmes, de leur identité numérique sur les réseaux sociaux. Celles-ci appré­cient généralement de pouvoir accéder à certains biens et services qui cor­respondent à leurs centres d’intérêt, leurs goûts, voire à leurs pratiques de consommation d’autant plus que beaucoup de ceux-ci leur seraient difficilement accessibles autrement.

37Cette configuration participe également au plaisir que les jeunes femmes retirent de l’expérience de la scène et contribue à développer le goût pour le défilé et la photographie de mode chez nombre d’entre elles. Par exemple, à l’élection de Miss Élégance, le photographe-vidéaste et d’autres photo­graphes réalisent avec les candidates des séances de prises de vue et pren­nent des photos à différents moments du processus d’élection. Les produc­tions sont postées sur le site Internet de l’organisation, sur les sites des pro­fessionnel·le·s et sur les réseaux sociaux des pages institutionnelles ou per­sonnelles des différents acteurs (Facebook, YouTube, Twitter, Instagram). Sophie, qui a réalisé des prises de vue et des défilés filmés, explique à pro­pos de son expérience des concours et de sa motivation :

Je l’ai fait [se présenter à une élection] vraiment pour le côté plaisir, nouvelle expérience, amusement, découverte. […] Pendant toute la préparation, c’est là qu’on sait, ouais ! C’est quand même un monde qui nous plaît, les défilés tout ça. […] Et tu le fais quand même pour toi, pour te dire enfin, que tu plais quand même aux gens (Sophie, 21 ans, 1ère année d’IFSI).

38Au travers de l’expérience de la scène, de la photographie et du défilé de mode au cours de laquelle des professionnel·le·s interviennent sur sa per­sonne de différentes manières (apprêtement, photographie), Sophie expéri­mente un autre regard sur elle (des autres et d’elle-même). C’est ce que suggère l’attention qu’elle accorde au fait de produire un effet sur les autres (« que tu plais quand même aux gens ») ; l’expérience subjective est ainsi associée au plaisir de se percevoir et d’être perçue par les autres comme une personne attrayante. Or, dans un esprit similaire à celui de la main-d’œuvre des magasins haut de gamme qui apprécie le fait d’incarner leurs produits (Williams/Connell, 2010), ce plaisir des participantes provient également du fait de pouvoir s’identifier aux services et produits dont elles bénéficient. De ce plaisir naît chez certaines participantes, comme chez Sophie, l’envie de poursuivre des activités de modèle. Si certaines parviennent à exercer de manière rémunérée, cette possibilité est en revanche rare à l’échelon local où les femmes consentent le plus souvent à défiler ou à poser pour des photographies de mode sans contrepartie financière.

39Enfin, ce système de partenariats produit une mise en réseau des diffé­rents acteurs. Les partenariats sont instaurés en fonction des besoins des cérémonies et des associations par démarchage des équipes bénévoles ou, très souvent, suivant une logique d’interconnaissance et d’effet boule-de-neige. Les bénévoles mobilisent ainsi leur propre réseau, contribuant à créer la singularité de chaque concours. Les partenariats proviennent aussi de la pluralité des réseaux personnels mobilisables qui se renouvellent chaque année grâce aux Miss et aux candidates. Cette mise en réseaux favorise un éventuel renforcement du capital social des femmes, candidates et bénévo­les, qui peuvent mobiliser ces relations tant dans le cadre d’un projet per­sonnel (réaliser des shootings photo, faire appel à ces professionnels dans l’organisation d’un mariage) que dans une optique professionnelle (rencon­trer une professionnelle du réseau de manucures, intégrer un réseau de ven­deurs de produits cosmétiques ou dans le prêt-à-porter). C’est ce qu’a fait Marie en mobilisant le magasin de chapeaux de création partenaire de l’élection pour l’associer à son propre magasin de robes de mariage.

V. Conclusion

40Au croisement de la sociologie du corps, de la socialisation et de la socio­logie du travail, ce texte contribue à enrichir la littérature relative au travail du corps, d’une part, et au travail esthétique, d’autre part, à partir de l’étude d’un contexte peu exploré qui est celui du secteur associatif des élections de Miss.

41En présentant trois exemples concrets de femmes ayant participé à des concours et ayant accédé à des formes rémunérées de travail esthétique, cet article a permis de mettre au jour les conditions de réappropriation du travail du corps réalisé dans ce contexte. Nous avons pu montrer que l’accès à une forme rémunérée de travail esthétique est néanmoins contingent à des effets de classe, de genre et d’âge. Les femmes sont jeunes et issues de milieux populaires ou moyens-inférieurs et n’accèdent souvent qu’à des strates infé­rieures du travail esthétique comme Sophie et Sarah (voire, à ses marges non rémunérées), et à des emplois souvent vécus comme un travail d’ap­point et transitoire. Si le travail corporel réalisé dans le cadre des concours constitue un moyen de renforcer le capital corporel, celui-ci n’est pas effi­cace dans tous les espaces du travail esthétique. Ainsi, un capital corporel spécifique (telle une certaine taille) est nécessaire pour intégrer les agences de mannequins. Par ailleurs, le capital corporel n’opère pas seul et son effi­cacité dans les trajectoires individuelles dépend d’autres capitaux, en parti­culier social et culturel, comme dans le cas de Marie. Dans cette perspec­tive, le cadre associatif des concours fonctionne comme un espace favori­sant l’augmentation d’un capital social qui peut s’avérer particulièrement adéquat pour atteindre certains secteurs du travail esthétique dans la mesure où il ouvre l’accès à des acteurs déjà positionnés localement sur des mar­chés ou dans des contextes professionnels qui traitent du travail profession­nel de la beauté ou du travail esthétique. La lumière faite sur le travail cor­porel “en train de se faire” au cours des processus d’élection permet de montrer l’agencement de ces relations et comment ces dernières peuvent être mobilisées dans une optique professionnelle.

42Nous avons également mis en exergue comment le contexte des concours socialise les femmes à un certain type de travail corporel : celui de la beauté. Les jeunes femmes sont encouragées à attribuer de la valeur à leur apparen­ce et donc à s’investir pour la travailler suivant un modèle de beauté spéci­fique. Néanmoins, d’autres attributs que ceux strictement esthétiques ont leur importance, comme la présentation de soi, l’aisance orale ainsi que l’at­titude émotionnelle. Tout comme le travail de la beauté à proprement dit, ces attendus donnent lieu à un apprentissage de techniques spécifiques du corps. Travail du corps et travail de la beauté constituent deux ensembles de pratiques relevant d’un travail corporel général co-produit avec l’aide des bénévoles et des professionnel·le·s partenaires. Souvent, ces deux do­maines de pratiques se juxtaposent et répondent à des exigences suscepti­bles d’être valides dans certains contextes professionnels des métiers de ser­vice. Par l’expérience des concours, les femmes cultivent en effet des attri­buts (physiques et de présentation) compatibles avec les exigences plus ou moins explicites et formalisées des employeurs qui recrutent dans des sec­teurs où les emplois comportent une part de travail esthétique.

  • 13 Notre traduction.

43À l’aune de la description des processus liés au travail du corps et au travail esthétique, cet article interroge également les frontières entre le dehors et le dedans des espaces professionnels qui y sont associés. Les élec­tions de Miss constituent un espace exemplaire de brouillage de ces fron­tières. Des praticien·ne·s des segments du travail esthétique et de la beauté prennent soin gratuitement du corps des femmes dans une optique de par­tenariat ; des bénévoles s’investissent dans un cadre associatif au service de jeunes femmes en remobilisant cette expérience dans leur vie profession­nelle. Enfin, le travail de la beauté effectué par les participantes présente de plus en plus les caractéristiques d’un travail esthétique, lequel, s’il est non rémunéré dans ce cadre-ci, peut favoriser l’accès à des formes rémunérées dans un contexte où des « segments de plus en plus nombreux de la main-d’œuvre sont employés dans le service […], établissant des normes plus élevées pour la représentation de soi en tant qu’exigence professionnelle »13 (Holla/Kuipers, 2016 :294).

44Un plus grand recul sur les situations individuelles permettrait de saisir d’une part, comment s’opère le renouvellement de l’“aristocratie ouvrière” locale des métiers de service et, d’autre part, comment le capital corporel peut être mobilisé dans d’autres espaces professionnels, d’autres marchés sur lesquels la tension corporelle est également forte (Moreno Pestaña, 2016) et où la part de travail esthétique apparaît moins évidente et moins centrale, mais est néanmoins attendue et facilitatrice dans l’exercice des tâches.

Haut de page

Bibliographie

Amadieu J-F.,
2002 Le poids des apparences : beauté, amour et gloire, Paris, Odile Jacob.

Arango L. G.,
2013 “Soin de l’apparence, travail émotionnel et service au client”, Multitudes, n° 52, 1, pp. 180-185.

Bernard L.,
2012 “Le capital culturel non certifié comme mode d’accès aux classes moyennes. L’entregent des agents immobiliers”, Actes de la recherche en sciences socia­les, n° 191-192, 1, pp. 68-85.

Bourdieu P.,
1979 La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.
1986 “The Forms of Capital”, dans Richardson J. G. (Ed.), Handbook of Theory and Research for the Sociology of Education, New York, Greenwood Press, pp. 241-258.

Cochennec M.,
2004 “Le soin des apparences : L’univers professionnel de l’esthétique-cosméti­que”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 154, 4, pp. 80-91.

Couvry C.,
2015 Beauté, classe sociale et empowerment (“empotentiation”) : les jeunes fem­mes de classes populaires dans les élections de Miss en Normandie, Thèse de doctorat, Université de Rouen Normandie.

Couvry C., Braizaz M.,
2019 “Optimiser sa beauté, s’approprier esthétiquement son corps ? : succès et échecs au sein des élections de Miss”, Ethnologie française, n° 176, 4, pp. 687-700.

Darmon M.,
2007 La socialisation, Paris, Armand Colin (coll. 128).
2008 Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte (Poche/Sciences humaines et sociales).

Elias A. S., Gill R., Scharff C.,
2017
Aesthetic Labour. Rethinking Beauty Politics in Neoliberalism, Londres, Palgrave.

Entwistle J., Wissinger E.,
2006 “Keeping up Appearances: Aesthetic Labour in the Fashion Modelling Industries of London and New York”,
The Sociological Review, n° 54, 4, pp. 774-794.

Ghigi R.,
2016 “Beauté”, dans Rennes R. (Ed.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, La Découverte, « Hors collection Sciences Humaines », pp. 77-86.

Gimlin L.D.,
2002
Body Work. Beauty and Self-Image in American Culture, Berkeley, University of California Press.
2007 “What Is Body Work? A Review of the Literature”,
Sociology Compass, n° 1, 1, pp. 353-370.

Herpin N.,
2006 Le pouvoir des grands ? : de l’influence de la taille des hommes sur le statut social, Paris, La Découverte.

Hidri Neys O.,
2007 “Le « chassé-croisé » des apparences sexuées : stratégie d’insertion professionnelle des cadres commerciaux”, Cahiers du genre, n° 42, 1, pp. 101-119.
2013 “Le jeu des apparences : piège ou profit ? Enquête auprès des hôtesses d’accueil et de caisse de la distribution sportive”, Travail et emploi, n° 134, pp. 75-89.

Hochschild A. R.,
2017 Le prix des sentiments : au coeur du travail émotionnel, Traduit par Salomé Fournet-Fayas et Cécile Thomé, Paris, La Découverte [1983].

Holla S., Kuipers G.,
2016 “Aeshetic Capital”, in
Hanquinet L., Savage M. (Eds), Routledge International Handbook of the Sociology of Arts and Culture, New York Routledge, pp. 290-303.

Kwan S., Trautner M.N.,
2009 “Beauty Work: Individual and Institutional Rewards, the Reproduction of Gender, and Questions of Agency”,
Sociology Compass, n° 1, 3, pp. 49-71.

Lianos M.,
2013 “Je est un autre. La République et ses sisyphes”, dans Lianos M. (Ed.), Insécurité et altérité. Centre et périphérie de la République, Aubagne, Sodepar SAS, Républica (Mondes sociaux), pp13-44.

Mauss M.,
2004 Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France [1950].

Mears A.,
2014 “Aesthetic Labor for the Sociologies of Work, Gender, and Beauty”,
Sociology Compass, n° 12, 8, pp. 1330-1343.

Mears A., Connell C.,
2016 “The Paradoxical Value of Deviant Cases: Toward a Gendered Theory of Display Work”,
Signs: Journal of Women in Culture & Society, n° 41, 2, pp. 333-359.

Monjaret A., Tamarozzi F.,
2005 “Pas de demi-mesure pour les Miss ? : la beauté en ses critères”, Ethnologie française, n° 35, 3, pp. 425-443.

Moreno Pestaña J. L.,
2016 La classe du corps. Morale corporelle et troubles alimentaires, Limoge, Presses universitaires de Limoge.

Nickson D., Warhurst C., Commander J., Hurrell S.A., Cullen A.M.,
2012 “Soft Skills and Employability: Evidence from UK Retail”,
Economic and Industrial Democracy, n° 33, 1, pp. 65-84.

Pedersen P.V., Tjørnhøj-Thomsen T.,
2017 “Bodywork and Bodily Capital among Youth Using Fitness Gyms”,
Journal of Youth Studies, n° 20, 4, pp. 1-16.

Schütz G.,
2018 Jeunes, jolies et sous-traitées : les hôtesses d’accueil, Paris, La Dispute.

Sharma U., Black P.,
2001 “Look Good, Feel Better: Beauty Therapy as Emotional Labour”,
Sociology, n° 35, 4, pp. 913-931.

Siblot Y.,
2006 “Chapitre 1. S’occuper des papiers contrainte et débrouille”, dans Siblot Y. (Ed.), Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires, Paris, Presses de Sciences Po, « Académique », pp. 27-64.

Skeggs B.,
2016 Des femmes respectables : Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Éditions Agone.

Vigarello G.,
2004 Histoire de la beauté : le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Le Seuil.

Wacquant L.,
2003 “La fabrique de la cogne. Capital corporel et travail corporel chez les boxeurs professionnels”, Traduction de Sébastien Chauvin et Juan-Miguel Pérez, revue par l’auteur, Quasimodo, n° 7, pp. 181-202.

Warhurst C., Nickson D.,
2009 “ ’Who’s Got the Look?’ Emotional, Aesthetic and Sexualized Labour in Interactive Services”,
Gender, Work & Organization, n° 16, 3, pp. 385-404.

Williams C., Connell C.,
2010, “ ’Looking Good and Sounding Right’: Aesthetic Labor and Social Inequality in the Retail Industry”,
Work and Occupations, n° 37, 3, pp. 349-377.

Wolkowitz C.,
2002 “The social relations of body work”,
Work Employment and Society, 16, 3, pp. 497-510.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : L’article s’attache à analyser les déplacements, dans l’expérience de femmes ayant participé à des élections de Miss, d’un travail du corps exécuté dans le cadre de ces concours à l’échelon local vers des formes de travail esthétique. À quelles conditions le travail du corps réalisé dans ce contexte peut-il favoriser l’accès des fem­mes à un travail esthétique rémunéré ? Comment le cadre associatif des élections de Miss et les interactions autour du travail du corps favorisent-ils ces dynamiques ? Après avoir présenté trois situations de femmes illustrant des réappropriations de l’expérience des concours dans la vie professionnelle, l’article revient au début du processus en expli­quant la socialisation au travail du corps et de la beauté à l’œuvre dans le cadre des concours. Il explicite les modalités du travail du corps et du travail de la beauté que les femmes qui participent à ces concours accomplissent sur elles-mêmes. Il montre com­ment ce travail est co-produit avec l’aide de bénévoles et de partenaires profession­nel·le·s des élections. Dans chacune de ces parties est examiné ce que produit la confi­guration des concours en termes d’accès potentiel à des types de prestations qui impli­quent un travail esthétique. L’accès à une forme rémunérée de travail esthétique est néanmoins contingent à des effets de classe, de genre et d’âge. De plus, si le travail corporel au sein des concours constitue un moyen de renforcer le capital corporel, celui-ci n’est pas efficace dans tous les espaces du travail esthétique. Par ailleurs, le capital corporel n’opère pas seul et son efficacité dans les trajectoires individuelles dépend d’autres capitaux, en particulier social et culturel.

Théorie : L’article met en lumière les conditions dans lesquelles l’expérience des élec­tions de Miss et le travail du corps et de la beauté effectué dans le cadre de ces concours servent l’entrée et l’employabilité dans certaines formes d’emploi qui requièrent des exigences relevant d’un travail esthétique. Le “travail du corps” et le “travail de la beauté” sont conceptualisés à partir des théories de Gimlin (2007) et de Kwan et Nell Trautner (2009) et leur usage est spécifié en regard de notre terrain d’enquête : les élec­tions de Miss. Le concept de “travail esthétique” (aesthetic labour : Warhurst/Nickson, 2009) a été formulé afin de prendre en compte les effets de la commercialisation des attributs physiques et de présentation de soi par les entreprises ou autres organisations, en premier lieu dans des emplois de service relationnel et dans les métiers de la mode consistant à afficher et mettre en scène son corps. La démonstration mobilise d’une part la notion de capital – corporel, social et culturel – (Bourdieu, 1986 ; Wacquant, 2003 ; Mears, 2014), d’autre part la théorie de la socialisation au sens de Muriel Darmon (2007), ici dans un espace associatif – les élections de Miss – faisant intervenir différents agents : bénévoles et professionnel·le·s partenaires.

Méthodologie : Cet article est issu d’une enquête qualitative interrogeant les pratiques esthétiques et le rapport à la beauté dans des élections de Miss essentiellement à l’éche­lon local. Le recueil de données a été effectué en recourant à des méthodes ethnographi­ques, soit à partir d’une trentaine d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de Miss, d’organisateurs, d’organisatrices et de partenaires, et d’observations faites entre 2011 et 2015. La démarche a consisté principalement dans le fait de suivre, en tant que bénévole, le processus de quatre élections de Miss locales (le recrutement des candidates, les répé­titions, les cérémonies, les manifestations publiques proposées aux Miss et aux candi­dates) dans deux grandes villes françaises de moins de 200 000 habitants. Des observa­tions ont été menées dans d’autres cérémonies locales, régionales et nationales et des analyses de revues de presse ont également été effectuées afin de mieux saisir le fonc­tionnement des élections et la circulation des participantes dans cet espace social.

Résultats : L’article montre que l’expérience des concours peut agir sur l’expérience professionnelle et que le travail corporel peut constituer une ressource (renforcer le capital corporel) au moment de l’entrée dans la vie active des jeunes femmes en facilitant un accès à des emplois requérant une part de travail esthétique. Dans les concours, les jeunes femmes sont encouragées à attribuer de la valeur à leur apparence et donc à cul­tiver des attributs corporels et esthétiques compatibles avec les exigences plus ou moins explicites et formalisées des employeurs qui recrutent dans des secteurs où les emplois comportent une part de travail esthétique.

Discussion : L’explicitation du travail du corps et du travail de la beauté effectués dans le cadre des élections de Miss et de leur réappropriation dans la vie professionnelle (sous une forme de travail rémunéré) par les femmes qui participent à ces concours permet de montrer que le travail corporel effectué dans les concours peut constituer une ressource et renforcer le capital corporel. Toutefois, les femmes sont jeunes et issues de milieux populaires ou moyens-inférieurs et n’accèdent souvent qu’à des strates inférieures du travail esthétique (voire, à ses marges non rémunérées). Par ailleurs, un capital corporel spécifique (une certaine taille, par exemple) est nécessaire pour accéder aux agences de mannequins. Enfin, le cadre associatif des concours favorise l’augmentation d’un capital social qui peut s’avérer particulièrement adéquat pour atteindre certains secteurs du travail esthétique dans la mesure où il ouvre l’accès à des acteurs déjà positionnés localement sur des marchés ou dans des contextes professionnels qui traitent du travail professionnel de la beauté ou du travail esthétique.

Structured summary

Presentation: The article attempts to analyse displacements experienced by women having taken part in Miss contests, from body work carried out in the context of those contests at local levels towards forms of aesthetic labour. Under what conditions can body work carried out in that context support the women’s access to remunerated aesthetic labour ? How does the associative context of the Miss contests and the interactions involving body work support those dynamics ? After having presented three situations of women illustrating reappropriations of experience from contests into their professio­nal lives, the article turns to the beginning of the process in explaining the socialisation to work on the body and beauty operating in the context of the contests. It clarifies the methods of work on the body and beauty work which the women participating in those contests achieve on themselves. It shows how this work is co-produced with the assistance of volunteers and professional partners in the contests. Each of these sections examines what the configuration of contests produces in terms of potential access to types of services involving aesthetic labour. Access to a remunerated form of aesthetic labour is nevertheless contingent on the effects of class, gender and age. Moreover, if the body work within the contests represents a means of reinforcing body capital, it is not effective in all the spaces of aesthetic labour. In addition, that body capital does not operate alone and its effectiveness in the individual trajectories depends on other assets, particularly social and cultural.

Theory: The article sheds light on the conditions under which the experience of Miss contests and the body and beauty work carried out within those contests serve their entry and employability in certain forms of employment calling for requirements pertaining to aesthetic labour. “Body work” and “beauty work” are conceptualized based on the theories of Gimlin (2007) and Kwan and Nell Trautner (2009) and their use is specified with regard to our field of investigation : Miss contests. The concept of “aesthetic labour” (Warhurst/Nickson, 2009) was formulated in order to take into account the effects of the commercialisation of physical attributes and the presentation of self by companies or other organisations, primarily in relational service employment and in fashion trades consisting of displaying and showcasing one’s body. The demonstration mobilizes on the one hand the concept of capital – corporeal, social and cultural – (Bourdieu, 1986 ; Wacquant, 2003 ; Mears, 2014) and, on the other hand, the theory of socialisation in Muriel Darmon’s sense (2007), here in an associative space – the Miss contests – leading to various agents intervening : voluntary and professional partners.

Methodology: This article results from a qualitative investigation questioning the aesthetic practices and the relationship to beauty in Miss contests, essentially at the local level. The collection of data was carried out through the use of ethnographic methods, that is to say based on about thirty semi-structured interviews carried out with Misses, female and male organizers, and partners, as well as observations made between 2011 and 2015. The procedure principally consisted in the fact of following, as a volunteer, the process of four elections of local Misses (the recruitment of candidates, rehearsals, ceremonies, public demonstrations proposed to the Misses and candidates) in two large French cities of under 200,000 inhabitants. Observations were carried out in other local, regional and national ceremonies and analyses of press reviews were also carried out in order to better grasp the contests’ functioning and the circulation of participants in that social space.

Results: The article shows that experiencing the contests may affect their professional experience and that such body work may constitute a resource (reinforcing body capital) at the time of the young women’s entry into active life by facilitating access to employment requiring an element of aesthetic labour. In the contests, the young women are encouraged to allot value to their appearance and thus cultivate corporeal and aesthetic attributes compatible with the more or less explicit and formalized requirements of employers who recruit in sectors where employment comprises an element of aesthetic labour.

Discussion: The explicitation of body work and beauty work carried out within Miss contests and their reappropriation in professional life (in the form of remunerated work) by the women participating in those contests allows us to show that the body work carried out in the contests may well constitute a resource and reinforce body capital. However, the women are young and come from working-class or lower middle-class environments and often only reach the lower strata of aesthetic labour (or even its unremunerated margins). In addition, a specific body capital (a certain size, for example) is required to access modelling agencies. Lastly, the associative context of the contests fosters an augmented social capital which may prove particularly suitable for reaching certain sectors of aesthetic labour insofar as it opens access to actors already locally positioned in markets or professional contexts dealing with professional beauty or aesthetic work.

Haut de page

Notes

1 Ces idées sont comprises dans la formule « paraître bien et sonner juste » ou « paraître visuellement et auditivement bien » (looking good or sounding right : Warhurst C., Nickson D., 2009, p. 388) ; l’expression se réfère à la manière dont un employé peut susciter l’attention à la fois visuelle et auditive du client.

2 Notre traduction.

3 Au total, 16 organisateurs/organisatrices d’élection ou partenaires aux différents échelons (local, régional et national) ont été rencontré·e·s.

4 Son père est contrôleur à l’inspection du travail, sa mère travaille comme secrétaire au sein d’une ligue sportive ; ils sont séparés.

5 Cette expérience de l’emploi se retrouve dans d’autres contextes (comme chez les hôtesses de Décathlon qui désillusionnent lorsqu’elles réalisent ne pas pouvoir valoriser leur capital corporel dans ce métier, voir Hidri Neys O., 2013) et d’autres secteurs (tels les vendeurs de magasins de prêt-à-porter de luxe dont les caractéristiques de classes moyennes les rendent distants à l’égard du travail demandé et qui vivent leur métier comme transitoire, voir Williams C., Connell C., 2010).

6 À mesure que les femmes montent dans la pyramide des concours, celles qui exercent comme modèles sont toutefois plus souvent rémunérées et apparentées à des mannequins.

7 Marie a deux enfants (dont un qu’elle a eu au cours notre enquête) et son compagnon travaille dans le bâtiment. Sa mère, retraitée, a été employée au siège des services de la poste. Son père, décédé, a occupé plusieurs emplois, il a notamment été traiteur.

8 Rappelons que les techniques du corps sont définies comme des habitudes sociales et culturelles fortement ancrées et automatisées qui, comme tout acte technique, se perpétuent et se diffusent par la tradition pour en assurer la transmission (Mauss M., 2004, pp. 371-372).

9 Arlie Russel Hochschild (2017) désigne à travers cette expression la manière dont un individu gère ses émotions et/ou celles d’autrui afin de lui procurer un sentiment positif. Dans sa première conceptualisation, il désigne la commercialisation de cette gestion des émotions par des entreprises.

10 Dans l’une des élections étudiées, le public et des représentants des comités de quartier votent tandis que dans une autre, le public ne vote que pour “l’espoir du public” et les deux autres lauréates (la Miss et la Dauphine) sont désignées uniquement par un jury.

11 Carol Wolkowitz (2002) signale que la tertiarisation des économies a accru les exigences corporelles et esthétiques vis-à-vis des employé·e·s au sein des entreprises et que ces transformations infléchissent le sens et les objectifs des autres institutions et organisations (ici, les élections de Miss).

12 Dans une cérémonie d’élection observée, une femme âgée est remerciée officiellement pour avoir confectionné plus de 300 robes pour les élections !

13 Notre traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Couvry, « Le travail corporel dans le contexte des élections de Miss »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-2 | 2020, 11-35.

Référence électronique

Camille Couvry, « Le travail corporel dans le contexte des élections de Miss »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4153

Haut de page

Auteur

Camille Couvry

ATEN Université de Rouen Normandie – UFR Staps. Chercheuse associée Laboratoire DySoLab EA (7476) et Laboratoire Cetaps EA (3832).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search