Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-2DossierS’embellir en apprenant à se mett...

Dossier

S’embellir en apprenant à se mettre au service de l’embellissement des autres

Le travail de la beauté en CAP coiffure
Beautifying Yourself while Learning to Be of Service in Beautifying Others. Aesthetic Labour in CAP Hairstyling
Fanny Renard
p. 37-60

Résumés

À partir d’une enquête menée dans des classes de CAP coiffure dans un centre de formation pour apprentis et un lycée professionnel, nous examinons dans cet article le travail du corps et la transformation de l’apparence au cours de la formation à un métier visant l’embellissement des autres, qui attire et recrute majoritairement des jeunes femmes d’origines populaires. Nous analysons d’abord les contenus de cette socialisation corporelle et les modalités par lesquelles elle s’ex­erce en établissement scolaire et dans les entreprises. Nous mettons en évidence ensuite que les sociabilités juvéniles offrent une caisse de résonance à cette socialisation corporelle. Nous évoquons enfin les appropriations par les jeunes des normes esthétiques auxquelles elles sont confrontées et rendons compte des conditions d’efficacité de ce programme socialisateur.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Le métier de la coiffure, qui requiert une qualification ouvrière, ne se réduit pas à accueillir et renseigner (Schütz, 2018), et s’est longtemps affir­mé dans la revendication de savoir-faire certifiés par l’acquisition des diplômes, le Certificat d’aptitudes professionnelles et le Brevet professionnel (Dumoulin/Renard, 2019). Aussi, on pourrait s’attendre à ce que le travail de l’apparence n’y constitue pas un attendu professionnel majeur, au profit de l’apprentissage des techniques visant à transformer l’apparence d’autrui, en particulier via la chevelure, et à la conformer à des canons esthétiques. Ce serait oublier que les gestes, techniques et qualifications sont aussi informés par un “ethos professionnel” (Fusulier, 2011), une « identité de métier » qui se réfracte dans des gestes « plus précieux, plus raffinés, “féminins” » (Zarca, 1988 :254). Ce serait oublier aussi que c’est dans les maga­zines professionnels de la coiffure que s’affirme et se diffuse, dès les années 1930, une représentation de la beauté, en particulier féminine, non comme nature, mais comme fruit d’une technique et d’un travail spécifiques des apparences (Gers, 2014). Comptant, de plus, parmi les métiers de service, où la relation à la clientèle est primordiale, le métier de la coiffure exige des corps qui « présentent bien » (Bourdieu, 1979 :267). Comme dans le prêt-à-porter, de luxe ou non, où les identités vestimentaires et corporelles des vendeurs et vendeuses sont de surcroît au centre des interactions commerciales (Péretz, 1992 ; Moreno Pestaña, 2015), le corps et la chevelure des coiffeurs et coiffeuses doivent non seulement pouvoir servir de modèle en étant ajustés à des normes corporelles dominantes (minceur, présentation d’une apparence apprêtée par la coiffure, le maquillage, la tenue vestimentaire, accessoires et bijoux, le maintien, etc.), mais aussi manifester l’habileté des professionnels à travailler la chevelure (Desprat, 2017).

2À partir d’une sociologie de la socialisation (Lahire, 1998 ; Darmon, 2010), il s’agit d’étudier la manière dont des prétendants au CAP coiffure sont transformés au cours de la formation alors même que pour certains d’entre eux, les lycéens, la confrontation à la clientèle est encore réduite (6 semaines de stage en première année de CAP). Nous appréhenderons ainsi la socialisation corporelle et la transmission de cet ethos professionnel, en l’occurrence les injonctions à l’embellissement du corps et la conception de la beauté comme travail et soin de soi (Couvry/Braizaz, 2019). En même temps que les jeunes de cette spécialité apprennent à se mettre au service de l’embellissement des autres et acquièrent les techniques et savoir-faire de cette transformation (les “bases” de la coiffure), ils et elles doivent appren­dre à se soumettre aux normes esthétiques de leur métier et leur chevelure doit refléter le travail d’un professionnel. Cette transformation (chevelure, corpulence et maintien, tenue vestimentaire, maquillage, etc.) intervient sur un corps déjà façonné au cours d’une socialisation primaire qui a en partie favorisé le recrutement dans cette spécialité (Denave/Renard, 2017). Ce sont majoritairement des jeunes filles d’origines populaires qui la fréquentent. Par le biais des relations familiales et amicales (Court, 2010 ; Mardon, 2011), mais aussi de leurs loisirs telles les activités sportives (Mennesson, 2011) et la lecture de magazines (Liotard/Jamain-Samson, 2011), elles ont pu apprendre, avant leur entrée en formation, à “féminiser” leur corps, sans trop le sexualiser pour se démarquer du stigmate collectif de “la pute” (Clair, 2012). À l’articulation de l’éducation et du travail, la préparation au CAP coiffure offre une légitimation et une spécification professionnelle à ces injonctions et témoigne de la manière dont le travail modèle les corps (Guichard-Claudic/Kergoat, 2007) et œuvre à la construction du genre (Lamamra, 2016). La formation infléchit et spécialise les corps placés au centre de relations sociales variées. Celles-ci participent diversement à cette transformation corporelle, mais contribuent à l’efficacité du programme sociali­sateur. Nous analyserons d’abord les modalités par lesquelles cette socialisation s’opère en établissement scolaire et dans les entreprises en soulignant que, contrairement aux savoirs et savoir-faire, elle ne procède pas par un enseignement méthodique et rationnel. Dans le cadre d’une socialisation anticipatrice, les enseignants et formateurs accompagnent un ajustement progressif aux normes esthétiques professionnelles. Ils s’appuient sur les intérêts supposés pour l’apparence des jeunes en formation coiffure et visent à les réformer tout en transmettant les techniques de transformation de la chevelure d’autrui. Dans les salons de coiffure, au sein des relations de travail et par la confrontation avec la clientèle, l’ajustement aux normes esthétiques professionnelles se fait plus impératif : les injonctions sont plus fortes et les transformations peuvent être directes, sous peine d’exclusion. Nous montrerons ensuite que les sociabilités juvéniles offrent une caisse de résonance à cette socialisation corporelle. D’une part, l’entraînement des savoir-faire est mis au service de l’embellissement de soi au sein d’une “forme de camaraderie” mettant en scène la féminité (Skeggs, 2015), quand bien même il tient parfois à distance les techniques professionnelles en cours d’acquisition. D’autre part, les sociabilités amicales accompagnent l’intériorisation des normes esthétiques en permettant l’expression des récriminations. Le travail du corps et l’ajustement aux normes esthétiques professionnelles aiguisent encore les enjeux de la correspondance aux nor­mes de genre et nourrissent les concurrences pour les prétendants à un secteur fermé. Nous évoquerons enfin les conditions familiales de l’appropriation de ces normes esthétiques par les jeunes en formation. S’inscrivant dans le prolongement de leur socialisation primaire, ces formes d’embellissement matérialisent la construction d’une mobilité sociale ascendante ou d’une respectabilité par l’acquisition d’un métier.

Encadré méthodologique

  • 1 Réalisée avec Sophie Denave, la recherche a été financée, dans le cadre de l’appel à projets “L’éga (...)
  • 2 La part des filles est de 91.5 % en CAP coiffure (Bases élèves et apprentis, France métropolitaine, (...)

Cet article s’appuie sur une recherche, conduite au sein de centres de formation d’apprentis (CFA) et de lycées professionnels (LP), interrogeant les processus d’orientation scolaire vers les CAP coiffure et métiers de l’automobile et la socialisation professionnelle qui s’y déroule1. Nous mobilisons ici le matériau produit pour le CAP coiffure dans un CFA de la Chambre des métiers et un lycée professionnel public : des observations des cours, de la vie des établissements (4 semaines d’observation en CFA auprès de 3 classes ; 2 semaines d’observation en LP, y compris en internat, pour 2 classes) et de visites de stage ; des entretiens conduits avec les enseignants ou formateurs et responsables de formation sur leur trajectoire professionnelle, les contenus et modalités d’enseignement, les relations entre établissement de formation et lieux de stage ou d’apprentissage, le public accueilli et leur perception des jeunes en formation. Nous avons aussi réalisé des entretiens approfondis auprès de jeunes en 1ère ou 2ème année de CAP (14 apprentis et 16 lycéens des classes observées) portant sur leurs parcours et orientations scolaires, leur perception de la formation coiffure et leurs aspirations professionnelles, leurs loisirs, relations amicales et configurations familiales. Conformément à la composition sexuée de ces CAP, nous avons rencontré une majorité de filles en CAP Coiffure (7 garçons sur les 30 enquêtés)2. Les jeunes interrogées sont presque toutes issues des classes populaires stabilisées avec des parents en emploi. Les pères travaillent majoritairement comme ouvriers, artisans ou commerçants et les mères comme employées. Les classes observées se distinguent d’autres spécialités professionnelles, par la moindre présence de jeunes d’origine maghrébine ou subsaharienne (Moreau, 2015).

II. La transmission du “travail de la beauté”

3Certains éléments laissent penser que la socialisation corporelle occupe une place secondaire dans la formation au CAP coiffure au sein des établissements scolaires (CFA ou LP). Dans le référentiel de compétences du diplôme, c’est seulement à la compétence 4 “Communiquer” qu’apparaissent les attendus en matière d’apparence : « Tenue adaptée, soignée ; Comportement gestuel et attitude adaptés à la situation ; Attitude avenante ; Qualité de l’écoute ; Mise en confiance du “client” ». En plus de la moindre codification des exigences, ces compétences ne valent que 6 points sur les 20 attribués à l’épreuve Communication (fiche évaluation de la session 2013) qui est elle-même mineure par rapport aux épreuves de “Pratique professionnelle”. Enfin, dans le lycée enquêté, l’évaluation de cette compétence revient aux maîtres de stage à l’occasion des périodes de formation en milieu professionnel et non aux enseignants. Aussi, et contrairement aux savoirs et savoir-faire comme la coupe, la coiffure ou la coloration (Renard, 2015), la socialisation corporelle au cours de la formation au CAP coiffure ne relève ni d’un enseignement méthodique, ni de l’évaluation formelle. Nous souhaitons montrer qu’elle est pourtant loin d’être absente tant des cours de “Pratique” que des lieux de stage ou d’apprentissage. L’ajustement des corps se réalise en réformant des manières d’être jugées juvéniles et populaires, au profit d’une apparence séduisante et apprêtée, sexuée, mais non sexualisée. Porté par le personnel formateur ou les tuteurs de stage et maîtres d’apprentissage ou collègues, il se distingue cependant de la seule moralisation prégnante dans le discours du personnel éducatif de collège (Mardon, 2011), au profit de la construction d’une apparence professionnelle. À l’occasion notamment des enseignements de pratique, les forma­teurs exigent et conseillent des tenues particulières, soulignent et remarquent les choix vestimentaires, cosmétiques et de coiffure ou encore la corpulence, transforment parfois aussi la chevelure des jeunes en formation. Mais, tandis que les uns préparent les jeunes à l’univers professionnel en tentant de leur inculquer des prérequis tant techniques que corporels et esthétiques, les autres exigent que ceux-ci soient maîtrisés.

A. L’encadrement professoral d’une transformation des apparences

4Revenant sur son propre parcours, la responsable des enseignements coiffure du LP raconte sa découverte de la coiffure sur les conseils de sa sœur aînée. Elle donne à voir l’évidence d’une orientation scolaire sexuée vers une filière féminisée et son pré-ajustement par une socialisation genrée qui conduit à prêter attention à son apparence :

J’étais une fille ! J’étais coquette. J’aimais la mode, la beauté, machin… À 16 ans, t’aimes te regarder dans une glace, te maquiller et puis tout. Et ben tout à coup on te demande de le faire pour les autres… Voilà ! Moi j’ai découvert la coiffure après l’avoir choisie, en réalité (Mme Meyer, enseignante de coiffure en LP).

5C’est à partir de ce souvenir et des préoccupations supposées de ses élè­ves pour l’entretien de soi que cette enseignante entreprend avec ses collè­gues d’encadrer leur transformation corporelle afin de les conformer aux normes esthétiques professionnelles, en mobilisant, notamment, les savoir-faire de la coiffure.

6Dès la réunion d’information proposée aux élèves de 3ème prétendant au CAP coiffure et à leurs parents, les enseignants formulent des attentes concernant l’apparence. La première période de formation (septembre à décem­bre) est présentée comme une période de transformation où les jeunes de CAP manifestent leur professionnalité en construction et apprennent à ne plus « ressemble[r] à des collégiens ». Devant un public composé majoritairement de jeunes filles et s’agissant de présenter la professionnalité d’une spécialité féminisée, les conseils professoraux se font encore moralisateurs, pointant le discrédit d’un travail de la féminité dont les codes ne seraient pas maîtrisés (Liotard/Jamain-Samson, 2011). Celui-ci se marque par le port, dans les cours de “Pratique”, d’une tenue professionnelle, caractérisée en premier lieu par le fait d’être « décente ». La responsable des enseignements de coiffure ironise à cet égard sur « la mode des sous-vêtements apparents » (culotte dépassant du pantalon, décolletés plongeants ou chemisiers transparents par exemple) et « les jupes trop courtes », proscrites dans l’établissement. Elle déclare un peu plus tard qu’il s’agit de rompre avec l’image de la « coiffeuse blonde (et bête, amatrice de Closer et People) comptant sur les atouts des infirmières ». Elle explicite les attendus vestimentaires de la filière : dès la 2ème année de CAP, les lycéennes sont invitées à porter, en cours de “Pratique”, un bas noir (pantalon coupe droite ou jupe) et un haut de couleur, la couleur étant décidée par les enseignants et élèves (blanc, bleu, bordeaux ou rose poudré…). De la sorte, les enseignants sou­haitent à la fois habituer les élèves à une vie professionnelle dans des salons franchisés qui imposent des tenues spécifiques, « empêcher les défilés de mode de ceux qui ont les moyens [financiers] », mais aussi encadrer les choix vestimentaires.

7Rejoignant les craintes et critiques du personnel éducatif de collège, certains enseignants des disciplines non professionnelles sont plus prompts à redouter que l’attention esthétique ne prenne le dessus sur le reste de la formation. Une formatrice de français et une conseillère tutrice d’insertion indiquent que certaines des jeunes de coiffure « se croient en CAP mode ou mannequinat ! ». Mais, pour les enseignants de pratique, l’attention prêtée à l’apparence et à son façonnement ne vaut pas en soi (Couvry/Braizaz, 2019). Elle n’est justifiée que par sa visée professionnelle et est, de la sorte, légitimée. Aussi, invitent-ils les élèves à proscrire les baskets et à investir dans l’achat de chaussures de ville. Dans le lycée, cette recommandation est impérative pour le premier stage en salon (mois de février), mais les enseignants conseillent aux élèves de les porter en cours de “Pratique” pour s’y habituer et valorisent celles qui s’y plient. L’une des enseignantes se réjouit de la « métamorphose » de l’un des garçons de la promotion, passé du survêtement-baskets au pantalon noir et chaussures de ville. Au CFA, l’une des formatrices interdit les tenues jugées inadaptées (jeans à trous, baskets) dans le cadre de ses cours et reprend vertement devant ses camarades une des apprenties qui ignore cette injonction, avant de l’autoriser, finalement, à participer à la séance. Les enseignants livrent aussi des astuces et ficelles concernant les tenues vestimentaires : acheter dans des magasins proposant des vêtements pensés peu onéreux, mais aux styles recherchés (Zara) ; équiper de semelles ses chaussures de ville pour prévenir le mal de dos. Parallèlement, les élèves de coiffure se voient incitées à policer leur langage pour se préparer aux échanges avec la clientèle : dans les couloirs, une enseignante reprend des élèves qui nous disent « B’jour m’dames » au lieu de « Bonjour mesdames » ; dans les salons pédagogiques, les termes grossiers ou familiers sont repris et corrigés, de même que les expressions sujettes à malentendus « on ne dit pas “je vous lave le derrière [de la tête]” ».

  • 3 Pendant l’entretien, une enseignante de “Pratique” indique de manière euphémisée le décalage de ma (...)

8Les élèves et apprenties sont également invitées à présenter une chevelure professionnelle. Les injonctions se doublent parfois d’une transformation. Les changements de coiffure sont remarqués et commentés, valorisés lorsque jugés adéquats. Ainsi, une enseignante de “Pratique” félicite Sylvie pour sa nouvelle coupe, « désormais travaillée », réalisée par une collègue du lycée : elle portait des cheveux très longs et a opté pour un dégradé mi-long. Les transformations sont à l’inverse critiquées lorsqu’elles s’écartent des attendus professionnels. La nouvelle coiffure de Gaël, un apprenti, est passée au crible par la formatrice. Si elle manifeste à l’évidence recherche et originalité (côtés rasés et dessus plus long, couleur violine), elle ignore trop les savoir-faire professionnels : un dégradé serait plus ajusté que le rasé net. Sont aussi pointées du doigt les jeunes qui utilisent des techniques non conformes, ou celles qui « abusent » du lisseur ou des colorations bon marché et ont les cheveux « secs ». De la sorte, enseignants et formateurs soutiennent et encadrent l’engagement des élèves et des apprenties dans une certaine transformation de soi. Apparaissent négligées, non seulement les chevelures sales et non coiffées, mais aussi celles qui le seraient « mal », c’est-à-dire qui ne mobilisent pas des savoir-faire professionnels3. L’ajustement de la chevelure aux normes esthétiques professionnelles requiert des techniques qualifiées : suivi des tendances des magazines professionnels, bon usage des bases de la coupe peigne-ciseaux et de la coiffure (les brushings plutôt que le lisseur), mobilisation de produits et outils professionnels et non de grande distribution, etc.

9Les conseils et injonctions des enseignants et formateurs portent encore sur l’odeur et la corpulence. La veille d’une épreuve de “Pratique”, une enseignante rappelle aux élèves qu’elles ne doivent pas fumer avant l’examen. Une formatrice du CFA indique quant à elle son souci d’énoncer des règles d’hygiène en raison des contraintes de la forte promiscuité et d’un travail physiquement éprouvant qui doit être imperceptible pour la clientèle : « On insiste bien sur la douche. Sur l’utilisation d’un déodorant. On travaille […] les bras levés, on est proche de la cliente. Donc dès que y a une petite odeur, ça se sentira ». Dans une profession où le corps est mis à l’épreuve, l’injonction faite aux jeunes de masquer les traces de l’effort physique empêche la reconnaissance professionnelle de l’ethos populaire du dépassement (Dena­ve/Renard, 2019) au profit d’une valorisation de l’apprêtement (Moreno Pestaña, 2015) qui renforce les stéréotypes de genre. Ce processus se perçoit, enfin, dans des remarques, allusions et métaphores qui accompagnent les enseignements de coiffure et dont la répétition peut façonner les représentations juvéniles de ce qu’est un corps de coiffeuse : un corps résistant et féminin. À l’occasion d’un cours de brushing où les lycéennes se plaignent de douleurs dans les épaules et les bras, l’enseignante suggère que, façonnant la musculature, cette activité permet d’« éviter les blancs de poulet quand vous serez vieilles », invisibilisant de la sorte, les quelques garçons présents.

10Ainsi, à l’occasion des cours, les enseignants et formateurs de coiffure explicitent les attendus professionnels en matière d’apparence et œuvrent à réformer des manières d’être jugées inadaptées par des conseils, allusions, métaphores. Dans une formation qui évalue peu l’apparence à proprement parler, ces incitations professorales visent la préparation des élèves et ap­prenties à l’univers professionnel par la transmission de son ethos tout en œuvrant à l’enseignement des savoir-faire techniques concernant le travail de la chevelure.

B. Des exigences plus impératives sur les lieux de travail

11Dans les salons de coiffure, lieu de stage ou d’apprentissage, les jeunes apprennent à accueillir et servir la clientèle. À cette fin, elles doivent arborer un sourire avenant et vaincre leur « timidité ». La plupart des lycéennes mentionnent cette difficulté initiale dans le travail de la coiffure, assez souvent reprochée par les tuteurs de stage qui les enjoignent à aller au-devant de la clientèle, la saluer, la « débarrasser » et l’installer. Les apprenties évoquent moins cette difficulté, sans doute parce qu’au moment de l’entretien, elles travaillent en salon depuis plusieurs mois. En revanche, certaines, telles Zohra et Angélique, mettent en avant la nécessité d’apprendre à être « hypocri­te », « double-face ». Dans un lexique porteur de stéréotypes de genre, elles associent l’attitude affable attendue d’elles à des manières de feindre la soumission (Kergoat, 2006), à une forme de travail des émotions propre à leur métier (Desprat, 2015), ainsi qu’à l’injonction à masquer la pénibilité morale, mais aussi physique de leur travail. Il s’agit d’ailleurs de ne paraître ni fatiguée ni inactive (Barbier, 2019). Natacha ne prend plus appui sur le comptoir de caisse pour soulager ses jambes et ses pieds, estimant désormais que « c’est pas professionnel ».

  • 4 Il s’agit peut-être d’une spécificité liée à la formation (Desprat D., 2017, pp. 220-221).

12L’expérience en salon de coiffure conforte les incitations professorales quant au type d’apparence exigée. Préparées à un métier de service féminin, les jeunes de CAP coiffure doivent présenter un corps séduisant et apprêté. Il s’agit, pour les garçons, de mettre à distance des modèles de masculinité virile (pantalons et chaussures de ville plutôt que jogging et baskets) au profit d’une masculinité qui, marginale face aux garçons d’autres spécialités professionnelles, pourrait être “hégémonique hybride” au sein de la profession et permettrait de se distinguer d’autres hommes de classes populaires. Le professionnalisme se manifeste notamment par le “soin de soi” (par un rasage de près, une tenue vestimentaire impeccable…) (Beaumont, 2019). Dans leur salon, Grégory et Léo ont aussi été confrontés à l’exigence d’une chevelure « naturelle, non colorée » et d’une coupe courte (incarnant ainsi la différence des prestations en direction des clientèles masculines et fémini­nes). Pour les filles, cela implique le travail d’une féminité non neutralisée (Molinier, 2004) : il s’agit de présenter un corps sexué, mais non sexualisé4. Concernant la tenue vestimentaire, le maquillage et même le parfum, les collègues et patrons dévalorisent une mode juvénile jugée « vulgaire » et enjoignent de se conformer à des normes esthétiques caractérisées comme étant « professionnelles », « adultes », « classiques », « correctes », « propres » et « soignées ». Outre le refus des baskets, le port de jupes courtes et de décol­letés échancrés est prohibé et le maquillage, « obligatoire », doit être « léger ». Rebecca, apprentie, raconte ainsi :

[La patronne] veut pas qu’on soit vulgaire, habillée vulgairement, mais on peut être habillée en couleur comme là [beige et noir], ça passe […]. L’été, on a le droit aux robes, mais […] faut pas que ce soit mini, bon ce qui est normal ! Parce qu’elle a dit “Tu coiffes quand même des hommes, donc euh…” ’fin ce qui est normal… Après […] il faut que je sois maquillée, elle veut pas que j’arrive pas maquillée par contre (Ouais ?) Parce que pour elle c’est obligatoire. Mais il faut que ce soit léger, faut pas non plus que je sois un pot de peinture quoi (Rebecca, CFA).

13La présentation des jeunes de CAP coiffure doit être discrète. Il ne s’agit ni d’importuner la clientèle en portant des parfums trop prononcés, ni d’attirer, par les vêtements et le maquillage, des réactions ou regards, en particulier masculins, inopportuns. Mélissa se voit ainsi demander par sa patronne de changer de parfum parce que « les clientes se plaignent ». Rebecca, quant à elle, justifie le renoncement aux décolletés : « ben oui parce que ben… on se penche donc les clients… ils ont tout de suite un œil… dessus et cetera ». À suivre les propos de Mélissa, il faut se démarquer du stigmate de la prostituée (Clair, 2012) : « P’t-être qu’on aurait des clients, mais [rire]. On va éviter quand même ». Mais, comme dans la restauration, le prêt-à-porter ou l’accueil (Monchatre, 2014 ; Moreno Pestaña, 2015 ; Schütz, 2018), il s’agit d’être séduisante en se conformant aux normes corporelles dominantes de la minceur. Mélissa évoque les discussions de ses collègues au sujet du poids et des régimes ; Rebecca, le corps « maigre » de l’une de ses collègues. Certaines apprenties mentionnent les incitations explicites à perdre du poids. Chloé, par exemple, raconte que sa patronne la « traite de “grosse” ». Par son apparence, il faut surtout affirmer sa professionnalité et en convaincre la clientèle. À ce titre, en tant que jeunes filles, elles doivent présenter une chevelure reflétant les prestations proposées à une clientèle féminine. À l’occasion de la visite de stage d’une lycéenne, la patronne, coupe courte dégradée, blond-platine, regrette le naturel de la chevelure de Perrine (blonde naturelle, cheveux mi-longs et bouclés, rassemblés par un élastique) et l’incite à la modifier : « On doit donner envie aux clientes, servir de modèles ».

14Outre leurs recommandations et un “contrôle rapproché” (Trémeau, 2019), les collègues du salon apportent un soutien appuyé à cette transformation de l’apparence, notamment pour les apprenties. Chiara a ainsi été « invitée » par une collègue à faire du lèche-vitrine pour acheter des vêtements. Mélissa mentionne les « bons d’achat » reçus pour son anniversaire qui l’ont amenée à changer de standing de magasins de vêtement, passant de Cache-Cache à Imajeans (Lee Cooper, Levis…). Pour Noël, la patronne de Natacha lui a offert un kit pour réaliser des ongles en gel, plus résistants au travail de la coiffeuse. Enfin, les collègues prennent aussi souvent en charge la coupe, la coloration et le coiffage des apprenties ou des stagiaires afin que leur coiffure, élaborée, incarne le travail du professionnel. Marie s’est vue contrainte de couper et teindre ses cheveux pour paraître « plus adulte ». Natacha profite, quant à elle, de son statut d’apprentie pour bénéficier de prestations gratuites : « Maintenant je fais… tout faire au salon parce que c’est dur de se le faire soi-même. […] la couleur […] la coupe, c’est au salon aussi ». Par ces “cadeaux”, les collègues de travail lèvent aussi des obstacles économiques que peuvent rencontrer les apprenties et élèves dans la transformation de leur apparence.

15Ainsi, les sociabilités professionnelles portent une injonction à la conformation à des normes corporelles dominantes de féminité ou de masculinité, en même temps qu’à des normes esthétiques professionnelles. Elles paraissent plus pressantes que les incitations professorales dans la mesure où elles peuvent décider de l’accès ou du maintien des jeunes dans un secteur d’emploi fermé. Elles agissent encore par anticipation dans la mesure où les prétendantes au BP coiffure redoutent l’usage du “physique” comme critère de recrutement (Hidri Neys, 2011 ; Amadieu, 2002). Certaines ont, selon leurs dires, déjà éprouvé cette situation. Il en va ainsi d’Angélique qui se souvient avoir été qualifiée de « grosse » par une patronne auprès de qui elle sollicitait, en vain, un contrat d’apprentissage pour son CAP. En recherche de contrat pour préparer son brevet professionnel, Mélissa craint, en fin de CAP, de se voir concurrencée par ses comparses non seulement au regard de ses évaluations, mais aussi de son physique :

[Les patrons] vont prendre un CV, ils vont regarder… les appréciations […] ils vont prendre les meilleurs, c’est obligé. […] Mais après nous… Faut se battre… Puis ils vont regarder le physique après. (Ah ouais, tu crois ?) Oui ! C’est… ce que ma patronne fait donc je pense que les autres vont le faire aussi. […] Mais y en a carrément un salon il m’a dit : “Nous on regarde le physique, donc tu mets une photo sur ton CV”. Bon, d’accord [sourire]. Ça c’est fait [sourire]. (Hum hum hum […] C’est quoi le physique qu’ils attendent du coup ?) […] Ben souvent ce que j’entends… [sourire] […] c’est faut pas être gros… [sourire] Faut être mince […] J’allais dire ‘bien foutue’ [rire] (Mélissa, CFA).

16Sachant l’importance attachée à l’apparence lors des recrutements, Émilie s’est fait refaire les dents de devant dès sa 1ère année de CAP : « Tout de suite ils regardent tout le temps la motivation… et aussi ton apparence, beaucoup l’apparence ! ».

17Par des injonctions impératives, des accompagnements soulageant l’investissement économique que requiert le travail de l’apparence, mais aussi par la menace d’un recrutement sur des critères physiques, les sociabilités professionnelles conduisent plus expressément les jeunes à transformer leur apparence et à l’ajuster aux normes esthétiques professionnelles.

III. Quand les sociabilités amicales offrent une caisse de résonance aux injonctions corporelles et esthétiques

18À côté des incitations professorales et des injonctions professionnelles à la transformation de soi, les sociabilités amicales prennent part à la socialisation corporelle au cours de la préparation du CAP en la réinvestissant. Si elles offrent, dans une certaine mesure, une caisse de résonance aux incitations et injonctions, elles s’appuient sur des normes esthétiques qui ne sont pas toujours ajustées aux normes professionnelles, mais renvoient aux habitudes d’entretien et d’embellissement de soi constituées par ces jeunes filles d’origines populaires au cours de la socialisation primaire (Mardon, 2011). D’une part, les premiers savoir-faire professionnels sont mis au service des entraides pour l’apprêtement de soi : les jeunes se coiffent, se lissent, se coupent les cheveux… en dehors des heures de cours en vue de mettre en scène la féminité (Skeggs, 2015). D’autre part, les sociabilités amicales viennent apporter réconfort et réassurance face aux pressions des injonctions esthétiques professionnelles. Enfin, le travail des corps est progressivement constitué comme l’un des critères à partir desquels les groupes de pairs jaugent l’avenir des autres prétendantes à la coiffure en fonction de la correspondance des corps aux normes esthétiques professionnelles. La fermeture du marché du travail dans ce secteur à niveau CAP, mais aussi du marché de l’apprentissage pour la préparation d’un brevet professionnel coiffure (Moreau, 2003 ; Ilardi/Sulzer, 2015) contribue à exacerber la concurrence entre les prétendantes et à nourrir les rivalités (Clair, 2017).

A. La réappropriation des savoir-faire par une camaraderie mettant en scène la féminité

19Les savoir-faire de la coiffure sont investis par les sociabilités amicales pour travailler à l’embellissement de soi et des autres. Cette “forme de camaraderie” est, d’une certaine manière, portée par la formation, autant qu’elle s’y invite. En effet, si dans les cours de “Pratique”, les élèves et apprenties travaillent principalement sur des têtes implantées, elles sont occasionnellement amenées à s’occuper de la chevelure de leurs camarades. C’est pour cette raison que Margot apprécie particulièrement certains cours intitulés “Projet pluridisciplinaire à caractère professionnel” :

En PPCP […] On voit les produits, les soins, on se l’applique […] Tout le jeudi après-midi, on n’a que de la coiffure donc c’est bien. (Hum) On se fait les shampoings. ’Fin… [sourire] On fait notre brushing […] On se fait belles [rires] Et euh… Voilà. (Vous vous faites le… les unes sur les autres en fait ?) Ouais ! On se sert tous de modèle… (Margot, LP).

20Ces cours donnent alors indissociablement l’opportunité de s’entraîner sur des “vrais cheveux”, mais aussi celle de s’apprêter. Ils nourrissent ainsi l’entre-soi autour des pratiques d’embellissement (Couvry/Braizaz, 2019). Par ailleurs, le lycée professionnel organise un défilé lors de ses journées portes ouvertes. Il invite les élèves à mobiliser leurs savoir-faire professionnels en construction pour cet événement. Il sollicite les lycéennes de coiffure et d’esthétique pour préparer les élèves volontaires qui, en plus d’être coiffés et maquillés, apprennent à se déplacer sur un podium.

21C’est de manière plus subreptice parfois, sans recommandation expresse des enseignants ou formateurs, que ces pratiques prennent place. Elles peuvent être condamnées lorsqu’elles perturbent le suivi des enseignements. Une formatrice de “Pratique” réprimande des apprenties qui se recoiffent au lieu de réaliser les exercices demandés et les invite à mettre leur personne au second plan « ce n’est pas votre coiffure qui importe, c’est celle du client. C’est lui que vous devez rendre beau ». Mais les pratiques d’embellissement de soi au sein des salles de cours sont tolérées lorsqu’elles n’entament pas l’apprentissage des savoir-faire. Ainsi, après avoir terminé l’activité proposée (un brushing galbé sur tête implantée) et s’être fait féliciter par son enseignante (« bien, avec peu de cheveux tu as réussi à faire une Mamie Nova, tu as bien fait gonfler, très belles mèches, regardez toutes »), Lucie s’autorise une activité annexe et réalise une tresse en cascade sur une camarade. À l’exception de Margot, fille de coiffeuse, qui commente la faible originalité de cette tresse présente depuis quelques mois déjà dans les magazines professionnels, les élèves de la classe et l’enseignante s’émerveillent devant cette technique et complimentent le modèle pour sa nouvelle coiffure. Lors d’un cours de “Pratique”, après avoir terminé et réussi leur exercice, des élèves discutent “onglerie” et se conseillent sans se faire reprendre par l’enseignante. L’une d’elles explique, tout en le faisant, la manière dont elle procède pour éviter que le vernis ne s’écaille : elle applique deux couches de vernis, puis une couche de durcisseur. Dans les couloirs, entre deux cours, ce sont aussi des conseils qui s’échangent sur les bonnes affaires, afin de trouver à moindre coût vêtements et tenues recommandés : unetelle informe avoir trouvé des ballerines à 5 €.

22Les sociabilités amicales autour des savoir-faire de la coiffure débordent aussi les temps de cours, tout en visant à se préparer pour ceux-ci. Aussi, elles ne consistent pas seulement dans des apprêtements réciproques, mais aussi en l’émulation à la transformation de soi en vue d’une conformation aux normes esthétiques professionnelles. Ainsi, Léna raconte qu’avec Océane, elles avaient une très longue chevelure (comme de nombreuses autres élèves et apprenties). C’est en commun qu’elles ont pris la décision de se couper les cheveux pour avoir une apparence plus travaillée : l’une a opté pour un carré plongeant et une coloration blonde, l’autre pour une coupe courte et une coloration brune. À l’instar des remarques professorales portant sur les tenues, coiffures ou coupes, les élèves ou apprenties rencontrées ne laissent pas sans commentaires une transformation de l’apparence de leurs camarades. Ainsi, un lundi, les élèves arrivent progressivement devant la salle de classe. L’une d’elles constate la nouvelle coupe de Nicolas et le complimente. Comme il est fils de coiffeur, elle commente « ça pouvait pas être raté ».

23Par ailleurs, les sociabilités amicales constituent une ressource pour perfectionner ensemble les techniques et savoir-faire de la coiffure en cours d’acquisition. Ainsi, Glwadys raconte qu’à l’internat, elle « s’entraîne » sur ses copines à couper « les pointes » ou « les franges ». Pendant un entretien réalisé avec Priscillia dans sa chambrée, l’une de ses camarades se fait coiffer sous le regard des autres filles qui discutent et commentent la prestation. Priscillia précise aussi qu’apprenant les brushings, elle en réalise un tous les dimanches sur sa mère qui profite de son savoir-faire.

24Mais les sociabilités amicales autour de l’embellissement ne s’arrêtent pas à l’entraînement des savoir-faire passibles d’évaluation. À l’internat du CFA, les apprenties expérimentent des coiffures et se lissent les cheveux le soir, contrevenant aux recommandations professorales. Leurs formatrices critiquent l’usage d’outils non professionnels qui abîment les cheveux (« le lisseur, c’est pas du travail professionnel »). Par ailleurs, les sociabilités amicales autour de l’embellissement de soi ne s’arrêtent pas seulement aux techniques de coiffure. Elles portent aussi sur les façons de s’habiller, ou encore de se maquiller. Inspirée, voire conseillée par les élèves esthéticien­nes de l’établissement, Priscillia évoque ainsi le soin pris au maquillage avant les sorties entre copines : « Quand on sort c’est encore pire ! [sourire] […] je mets mes yeux en valeur [rires] […] j’en mets un peu… tout là [fard à paupières et crayon ou liner]. Mais […] j’essaie de faire ça quand même… pas choquant ! ».

25Ainsi, pour les jeunes qui préparent un CAP coiffure, l’apprentissage des savoir-faire vaut au-delà de la seule préparation et validation du diplôme. Il permet de perfectionner des compétences mobilisées dans l’entre-soi. Il nourrit les sociabilités amicales tout en étant réapproprié : il ne s’agit pas simplement, ou pas seulement, de se conformer aux normes esthétiques portées par la formation, mais aussi de mettre en scène la féminité, de prendre plaisir à ces transformations (Couvry/Braizaz, 2019), voire de constituer une ressource auprès de l’entourage pour la transformation des chevelures, ou de bénéficier, gratuitement, de ces savoir-faire comme de ceux des élè­ves d’esthétique-parfumerie. L’engagement partagé et attendu dans le travail de présentation de soi rend les transformations vestimentaires et corporelles motifs à valorisation, supports de satisfaction et susceptibles de cimenter le groupe de pairs tout en se conformant aux attendus de genre.

B. L’entre-soi amical comme soupape aux pressions corporelles

26Les sociabilités amicales constituent aussi un entre-soi sécurisé permettant de relâcher ou d’exprimer la pression ressentie face aux injonctions corporelles et esthétiques : en exagérant les injonctions ou en formulant des récriminations qui provoquent l’ordre social. L’entretien sociologique, par­fois réalisé avec deux jeunes, permet de saisir cet usage des sociabilités comme soupape, d’autant plus nécessaire que le “contrôle” de l’ajustement aux normes est “rapproché” – en établissement scolaire ou en entreprise, les élèves et apprenties sont sans cesse sous le regard des enseignants ou collè­gues – et que l’expression des revendications et la contestation ouverte sont rares dans cet univers professionnel (Trémeau, 2019). Dans l’enquête, ce sont plutôt des apprenties qui expriment la pression des normes esthétiques. Plus directement confrontées à l’application sans souplesse de ces normes dans le cadre du travail, les apprenties de coiffure ont aussi, relativement aux lycéennes, un parcours scolaire antérieur plus heurté, fait de confrontations avec le personnel enseignant, de redoublements, d’orientations dans des classes atypiques du collège (3ème DP6 ou prépa-professionnelle). Enfin, les jeunes qui ont laissé entrevoir cet usage des sociabilités se caractérisent par le fait d’être en apprentissage dans des salons de “standing”, accueillant une clientèle aisée, ou de se sentir plus fortement désajustées par rapport à l’univers professionnel (issues de fractions plus précarisées des classes populaires, ou plus distantes de l’univers des métiers de service et de l’artisanat). En contestant les normes imposées, en s’en moquant, en insulant, les jeunes retournent le stigmate en même temps qu’ils se rassurent mutuellement sur leur valeur et sur leur ajustement aux normes.

27Durant l’entretien et devant Chloé, Angélique imagine une manière de signifier son refus de finalement travailler chez la patronne qui l’a traitée de “grosse” lors d’un essai : « Moi je voulais lui dire “Ben vous savez quoi ? Votre ‘t’es grosse’ ça restera chez vous, mais pas chez moi donc euh… Au revoir !” Et je suis partie ! ». Chloé renchérit en se moquant de sa patronne qui lui reproche aussi ses rondeurs : elle la qualifie d’« anorexique » qui « mange des graines pour les oiseaux ». Angélique, Chloé et Grégory se soulagent également en entretien, et se rassurent, à propos de la confrontation à une clientèle aisée qui rend tangible leur propre écart aux normes dominantes d’apprêtement malgré les efforts consentis. Elles et il retournent le mépris de classe éprouvé à l’encontre de ces « bourgeoises », vêtues de chemisiers onéreux qu’il ne faut pas tâcher lors des couleurs ou des shampoings, portant des « bagues en or partout », « des montres de Dior », des « ballerines Chanel », des « sacs Louis Vuitton ». Et de conclure : « Moi ça m’écœure… c’est du genre “Regardez, moi j’ai de l’argent” quoi » (Grégory), « tu te sens pour de la merde à côté quoi [rire] » (Chloé).

28Mais, si ces contestations constituent des réactions relatives à la domination d’un modèle corporel auquel élèves et apprenties ne correspondent pas toujours, ou pas encore, elles ne sont pas moins représentatives de la force avec laquelle ces normes esthétiques s’imposent à elles. À cet égard, il est intéressant de constater que Grégory n’a accepté la réalisation d’un entretien qu’en deuxième année, une fois “transformé”, après avoir ostensiblement refusé de s’y prêter tout au long de la première année. Fils d’un cuisi­nier de collectivité décédé lorsqu’il avait 14 ans et d’une mère longtemps sans travail et depuis une dizaine d’années aide à domicile, il décrit rétrospectivement les difficultés de son orientation, puis de son entrée en apprentissage. Après une 3ème DP6 au cours de laquelle il participe à des stages dans différents univers professionnels (électricité, bâtiment, puériculture, vente et comptabilité), il s’oriente « sans trop savoir » dans la filière paysagisme d’un lycée agricole. Il y passe une très mauvaise année (« Moi j’ai très mal vécu ben… comme je vous disais là-bas ils sont racistes, ils sont homophobes, ils sont machos ! ») à l’issue de laquelle il « se résout » à chercher un apprentissage en coiffure bien que « ce [soit] mal vu » pour un garçon. Mais cette entrée en apprentissage est aussi éprouvante : sentiment d’être méprisé par ses collègues qui l’assignent au ménage et aux shampoings, comme par la clientèle aisée qui refuse ses prestations au profit de coiffeurs plus expérimentés. Il mentionne encore son ajustement progressif aux attendus de présentation de soi. Alors qu’il s’habillait « très féminin », portait des pantalons « vraiment slim slim » et arborait une chevelure décolorée lorsqu’il a été recruté comme apprenti, sa chevelure est désormais « naturelle » et il porte en salon des tenues plus conformes à une masculinité hégémonique hybride qui, tout en soulignant l’importance accordée à l’entretien de soi, se construit avec des accessoires des rayons hommes. De surcroît, il a bénéficié du soutien de son patron lors d’une altercation avec une cliente réclamant le remboursement de son chemisier supposément tâché lors d’une couleur : prenant le relai de l’échange et proposant à Grégory de se mettre en retrait, il a contesté la responsabilité de son apprenti, avant d’accorder un bon de réduction à la cliente, pour l’apaiser et la fidéliser.

29On le voit, la mise à distance par l’insulte ou la ridiculisation ainsi que le soutien des pairs, voire de l’entourage, apaisent la violence de la situation et permettent d’y faire face ; l’entre-soi amical constitue un espace de répit relatif à l’expérience de la domination (Clair, 2017), tout en accompagnant l’ajustement aux normes esthétiques professionnelles.

C. Reformulation des enjeux de l’apparence à l’aune d’une respectabilité professionnelle

30En braquant le regard des adolescentes sur leur apparence et l’ajustement de cette dernière aux normes professionnelles, la formation et les modes supposés de recrutement dans la spécialité conduisent aussi à faire du corps et des justifications formulées sur les transformations de l’apparence un objet d’attention et de critique. Tout comme l’insulte sexiste entre jeunes filles de milieux populaires recouvre divers usages (Clair, 2017), l’importance accordée à l’apparence permet non seulement d’éprouver les amitiés, mais aussi de mettre à distance les filles extérieures au groupe.

31S’arroger le droit de stigmatiser l’apparence des autres permet alors de se démarquer du stigmate collectif de la “pute”, moins par la revendication de pratiques sexuelles moralement acceptables que par l’affirmation d’une conformation esthétique aux exigences d’une profession “respectable” au regard du décalage du corps des autres. De cette manière, le discrédit porté sur les pairs extérieurs au groupe d’amies est aussi une manière de déstabiliser des concurrentes potentielles pour l’accès à des postes rares : ceux d’apprenties en BP auxquels la majorité des jeunes rencontrées aspirent à l’issue du CAP. Certaines d’entre elles ont subi ces mises à l’écart. Chiara évoque ainsi les insultes émises par certaines camarades de classe : « T’as pas une tête de coiffeuse, bah t’es pas une coiffeuse quoi ». Julie raconte la manière dont elle se sent scrutée, mais aussi évaluée par certaines de ses camarades de classe : « Des fois en coiffure on dirait que y en a […] ils nous regardent de haut et ça c’est… vachement déstabilisant aussi parfois ». Cette appropriation juvénile des injonctions à l’embellissement de soi témoigne de l’intériorisation de l’ethos professionnel, mais reste hétérodoxe : elle oblitère, dans le même temps, la nécessaire maîtrise des savoirs et savoir-faire professionnels de la coiffure dans l’accès à l’emploi.

32Mais les critiques portent encore sur les pairs de promotion qui ne maîtrisent pas les codes de l’apparence et font encourir le risque du stigmate collectif par contamination : telle apprentie qui porte des hauts en dentelle fluo ou des talons très hauts, tel autre qui prétend être « gogo danseur » dans une boîte de nuit, telle autre qui aurait « couché » à l’internat. Objet de ce dernier soupçon d’immoralité, Mélissa mentionne les insultes, mais aussi les tentatives de découragement, dont elle et son amie, toutes deux d’origi­nes populaires rurales, faisaient l’objet au CFA :

(Tu peux me raconter un peu comment ça se passe dans la classe ?) Entre nous ? […] Et ben… [sourire] on s’entendait pas avec les autres, moi et Lydie [rire]. […] Souvent on nous dit… “Vous êtes bizarres, vous puez, vous êtes gnin-gnin…” Ou “On dirait pas des coiffeuses” ou des trucs comme ça. Maintenant on fait plus attention, depuis le temps qu’on est là… Pff’… Mais c’est vrai que… Je sais pas ! On n’est pas bizarres, on est des gens normal [sic] ! (Mélissa, CFA).

33Se distinguer du stigmate de la “pute” en désignant les autres, c’est affirmer que le travail du corps et de présentation de soi ne sert pas les jeux de séduction, mais vise l’accès à l’emploi et manifeste les premiers signes d’une professionnalité respectable.

34Que l’apparence et les pratiques d’embellissement soient au centre d’une camaraderie mettant en scène une féminité plus ou moins conforme aux normes esthétiques portées par la formation ou qu’elles cristallisent la concurrence pour un devenir professionnel incertain, elles apparaissent au centre des sociabilités amicales. Celles-ci relaient les injonctions à la transformation de soi portées par la formation et participent à leur efficacité, même si elles s’affranchissent encore parfois des normes imposées (mode juvénile, faibles ressources économiques, etc.) et offrent une soupape aux pressions éprouvées.

IV. Être prises au jeu de l’embellissement de soi

  • 5 Lors de l’enquête, je portais le plus souvent des jeans et baskets ; mes cheveux longs, non colorés (...)

35On l’a vu, les sociabilités amicales permettent parfois l’expression de la violence ressentie face aux exigences de présentation esthétique. Pour autant, la grande majorité des jeunes rencontrées tendent plutôt à déclarer en entretien leur adhésion à ces attendus et ce, d’autant plus sûrement peut-être qu’elles marquent par là leur distance avec une adulte qui y déroge5. Cette adhésion se manifeste dans l’euphémisation des exigences portées par les professionnels de la coiffure. Ainsi Lise qualifie de « normale » l’interdiction des baskets et des décolletés ; Margot estime qu’il « faut pas être non plus totalement excentrique » ; Marylou et Chiara mettent toutes deux en avant leur liberté vestimentaire (« on s’habille comme on veut »), atténuant de la sorte les injonctions auxquelles elles sont invitées à se soumettre : « Du moment que c’est pas trop vulgaire » ; « on a juste la tunique, ’fin le haut comme tout le monde. Après on peut se mettre en jupe blanche, comme on veut hein ! Voilà. Mais du blanc ou du noir ». Dans le même mouvement, ces déclarations participent à revendiquer leur adéquation aux attendus et leur intériorisation de la bonne maîtrise des codes de la féminité.

36À côté des sociabilités amicales et des préparations professorales, les jeu­nes d’origines populaires rencontrées trouvent dans leur entourage familial les conditions sociales d’une adhésion aux normes et aux exigences esthétiques professionnelles. Sous l’effet de l’orientation en coiffure de leurs enfants, les parents se résolvent ou souscrivent aux exigences de transformations esthétiques. La formation apporte en quelque sorte une légitimation professionnelle à l’attention prêtée à l’apparence et à l’entretien de soi. Il en va ainsi des colorations qu’admettent désormais les parents d’Aline (« ils me disent “Maintenant que t’es en école de coiffure tu fais ce que tu veux” »), comme du maquillage auquel la mère de Lise, qui a été cuisinière en collectivité avant la naissance de ses enfants, finit par consentir malgré ses réticences initiales :

(Je me demandais pour le maquillage… et tout. Depuis quand tu te maquilles… ?) Euh… ben en fait je me… J’ai commencé à me maquiller en fin de 3ème. Bon ma mère voulait pas. (Ah bon ?) Mais je lui disais qu’il fallait que… je m’habitue parce que… en coiffure on est en quelque sorte obligée ! (Hum hum) Parce qu’on doit montrer une belle image de nous (Lise, LP).

37Plus souvent même, les jeunes en formation bénéficient d’un encouragement et d’un accompagnement familial à cette transformation sous la forme de cadeaux. Margot évoque ainsi les « poudres » ou « vernis » que sa mère et sa sœur lui offrent régulièrement ; Priscillia mentionne « un cadeau de Noël pour apprendre à se maquiller ». À la différence d’un travail de l’apparence qui n’aurait pour fin que des enjeux de séduction et se ferait au détriment de l’engagement scolaire des jeunes, les exigences esthétiques et corporel­les de la spécialité paraissent justifiées par l’acquisition d’un métier au travers d’une formation scolaire et des fins professionnelles respectables. En se conformant aux normes esthétiques des métiers de service, les jeunes de CAP se construisent des apparences qui matérialisent les aspirations familiales à une mobilité sociale ascendante et à une respectabilité (Skeggs, 2015 ; Mardon, 2011) et donnent à ces dernières des motifs de satisfaction. Cela se perçoit par exemple dans les adjectifs mobilisés pour décrire les styles vestimentaires, « plus classes », désormais adoptés.

38De surcroît, l’adhésion à la demande d’une mise en scène de soi dans le cadre d’un métier de service est favorisée par le fait que les exigences esthétiques ne sont ni étrangères ni contraires à une socialisation primaire familiale en milieux populaires qui, comme nous avons pu l’analyser ailleurs (Renard, 2015 ; Denave/Renard, 2015), a encouragé une attention à l’embellissement de soi pour les filles comme pour les garçons qui préparent un CAP coiffure. Si les normes esthétiques auxquelles les jeunes sont désormais confrontées conduisent à une évolution et à une transformation des pratiques d’apprêtement et des objectifs visés, elles s’inscrivent dans la continuité d’une attention portée à l’apparence (recherche vestimentaire et souhait affiché d’élaboration d’un “look”, soin, et pour certains, transformation de la chevelure, pratiques de maquillage, activités sportives permettant de travailler le maintien…), particulièrement affirmée dans les situations de représentation (fêtes, sorties…). Ainsi, en plus des couleurs que sa mère lui a fait dès l’école primaire, Loïc apprécie depuis longtemps de « s’habiller » pour les anniversaires et associe ses actuelles tenues de travail à cet apprêtement :

La prof elle m’avait dit… “Chaussures de ville… pantalon noir…” C’était soit tout en noir, ou soit noir et blanc. Et des fois… je mets ma chemise blanche avec… un boléro noir dessus. Ou des fois je mets une chemise noire. Ça dépend. […] Comme il s’habille monsieur Lemonnier [enseignant de “Pratique”]. Moi j’aimerais bien m’habiller com­me ça tous les jours hein. […] J’aime bien, ça fait classe, ça fait mieux. […] Avec une chemise et tout ça, ça fait… un peu plus habillé. Moi j’aime bien ça. (Hum) À chaque fois que… quand j’ai des anniversai­res et tout ça là, je m’habille tout le temps comme ça (Loïc, LP).

39Dans cette perspective, si l’alternance, parfois marquée, entre apparence travaillée en salon et apparence relativement relâchée en établissement scolaire peut être lue comme l’emprunt d’un modèle de présentation et comme une manière de jouer le jeu sans y adhérer (Kergoat, 2017), elle peut aussi apparaître comme une manière ordinaire de travailler l’apparence en milieux populaires. Dans cette logique, le “relâchement” peut être autorisé dans les situations de relatif entre-soi : la scène scolaire pour certaines des jeunes rencontrées, ou le domicile (relativement au lieu de stage ou d’apprentissage). Ainsi, lorsque Natacha me reçoit chez elle pour l’entretien, un matin où elle ne travaille pas, elle est légèrement maquillée et simplement coiffée (queue de cheval), mais en tenue d’intérieur (pyjama, peignoir douillet et pantoufles). Mélissa précise que, dans la cour de la ferme de ses parents où, dit-elle « y a v’là [sic] la boue là-dedans ! », elle ne s’habille pas « en top modèle » et ne porte ni les jupes ou pantalons ni chaussures de ville, exigés en salon. Il en va de même au CFA, où, parce « que là [elle] en peu[t] plus des cours », elle prend moins d’énergie et de temps à apprêter sa chevelure (brushing) et à se maquiller (rouge à lèvres, vernis). Loïc, quant à lui, s’autorise à porter des « joggings » au LP les jours où il n’a pas cours de “Pratique” : « je me décontracte un peu ».

40Ces mises à distance temporaires et contextuelles ne signent pas, semble-t-il, une moindre adhésion aux normes esthétiques professionnelles, ni une moindre efficacité de la socialisation corporelle portée par la formation.

V. Conclusion

41Si la coiffure est un métier qui produit l’embellissement des autres, l’apprendre consiste, en partie, à s’embellir. Les jeunes préparant un CAP coiffure sont très majoritairement des filles d’origine populaire. Au cours de cette préparation, les élèves comme les apprenties sont confrontées à un travail du corps visant une mise en conformité avec des normes corporelles dominantes (un corps mince qui sait se maintenir et dissimuler l’effort, une chevelure travaillée, un visage maquillé et souriant, un style vestimentaire apprêté). L’efficacité de cette socialisation corporelle tient au fait qu’elle s’opère par transformation et renforcement. Elle renforce en effet l’intérêt pour des pratiques d’embellissement de soi aiguisé au cours de la socialisation primaire. Cependant, les pratiques et les normes auxquelles les élèves et apprenties sont amenées à se conformer ne correspondent pas exactement aux habitudes acquises. Il s’agit de construire une apparence apprêtée, sexuée, mais non sexualisée et de manifester un ethos professionnel comme la maîtrise des savoir-faire de la coiffure. Aussi, cette socialisation corporelle s’opère de manière complexe au sein de relations sociales variées sous-tendues par des enjeux multiples : acquérir les savoir-faire d’une formation et en montrer la maîtrise sur sa propre chevelure ; se faire une place parmi les pairs en se conformant aux normes de genre tout en se démarquant du stigmate collectif de la “pute” ou en s’approchant d’une masculinité hégémonique hybride ; prétendre à un secteur professionnel fermé et correspon­dre à ses normes esthétiques et corporelles. En formation, cette socialisation corporelle ne procède pas par un enseignement méthodique comme les savoir-faire en font l’objet. Elle est portée par les incitations des enseignants et leurs encouragements à transformer l’apparence en mobilisant notam­ment les savoir-faire de la coiffure. Elle est plus impérative dans les salons de coiffure, sous l’effet des injonctions des maîtres d’apprentissage et des tuteurs de stage. Elle s’opère aussi par transformations directes lorsque la chevelure est modifiée en salon. Les sociabilités amicales offrent une caisse de résonance à cette socialisation corporelle en s’emparant des savoir-faire nouvellement acquis et en offrant des occasions de camaraderie mettant en scène la féminité. Elles constituent aussi, après les enseignants et professionnels, une deuxième instance d’évaluation de la transformation corporelle. Le redoublement des incitations aux pratiques d’embellissement de soi contribue à l’efficacité du programme socialisateur qui, pour l’entoura­ge, recouvre une légitimité nouvelle et affirmée : la respectabilité d’un métier.

Haut de page

Bibliographie

Amadieu J-F.,
2002 Le poids des apparences, Paris, Odile Jacob.

Barbier P.,
2019 Au bonheur des clients, Rennes, PUR, 2019.

Beaumont A.,
2019 “Servir en tant qu’homme. Les stratégies corporelles des employés de l’hôtellerie de luxe”, Nouvelles questions féministes, n° 38, pp. 34-50.

Bourdieu P.,
1979 La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Clair I.,
2012 “Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel”, Agora débats/jeunesses, n° 60, pp. 67-78.
2017 “S’insulter entre filles. Ethnographie d’une pratique polysémique en milieu populaire et rural”, Terrains et travaux, n° 31, pp. 179-199.

Court M.,
2010 Corps de filles, corps de garçons, Paris, La Dispute.

Couvry C., Braizaz M.,
2019 “Optimiser sa beauté, s’approprier esthétiquement son corps”, Ethnologie française, n° 176, pp. 687-700.

Darmon M.,
2010 La socialisation, Paris, Armand Colin.

Denave S., Renard F.,
2015 “Aspirants mécaniciens, aspirants coiffeurs, la construction de masculinités populaires différenciées”, Terrains et travaux, n° 27, pp. 59-77.
2017 “L’orientation en CAP métiers de l’automobile et coiffure. Entre élaboration d’aspirations et conditions d’affectation”, Éducation & formations, n° 93, pp. 43-66.
2019 “Des corps en apprentissage. Effets de classe et de genre dans les métiers de l’automobile et de la coiffure”, Nouvelles questions féministes, n° 38, pp. 68-84.

Desprat D.,
2015 “Une socialisation au travail émotionnel dans le métier de coiffeur”, La nouvelle revue du travail, 6, http://nrt.revues.org/2149, consulté le 02 mai 2015.
2017 “Qu’est-ce qu’on vous fait aujourd’hui ?”. Un ethos professionnel des coiffeurs. Entre travail émotionnel, relation de service et dispositions genrées et de classe, Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris Nanterre.

Dumoulin C., Renard F.,
2019 “La coiffure, une filière sans baccalauréat”, in Maillard F., Moreau G. (dir.), Les 30 ans du bac pro, Toulouse, Octarès, pp. 187-197.

Fusulier B.,
2011 “Le concept d’ethos. De ses usages classiques à un usage renouvelé”, Recherches sociologiques et anthropologiques, n° 42/1, pp. 97-109.

Gers A.,
2014 “Un magazine pour se faire belle. Votre Beauté et l’industrie cosmétique dans les années 1930”, Clio. Femmes, genre, histoire, n° 40, mis en ligne le 26 novembre 2017, consulté le 19 avril 2019, pp. 249-269.

Guichard-Claudic Y., Kergoat D.,
2007 “Le corps aux prises avec l’avancée en mixité”, Cahiers du genre, n° 42, pp. 5-18.

Hidri Neys O.,
2011 “Le jeu des apparences : Piège ou profit ? Enquête auprès des hôtesses d’accueil et de caisse de la distribution sportive”, Travail et Emploi, n° 134, pp. 75-89.

Ilardi V., Sulzer E.,
2015 CAP-BEP : des difficultés d’insertion encore aggravées par la crise, Bref du Céreq, n° 335, Marseille, Céreq.

Kergoat P.,
2006 “De l’indocilité au travail d’une fraction des jeunesses populaires. Les apprentis et la culture ouvrière”, Sociologie du travail, n° 48, pp. 545-560.
2017 “Jeunesses populaires et répertoires culturels”, La nouvelle revue du travail, n° 10, http://journals.openedition.org/nrt/3038, consulté le 02 septembre 2019.

Lahire B.,
1998 L’homme pluriel, Paris, Nathan.

Lamamra N.,
2016 Le genre de l’apprentissage, l’apprentissage du genre. Quand les arrêts prématurés révèlent les logiques à l’œuvre en formation professionnelle initiale, Zurich et Genève, Éditions Seismo.

Liotard P., Jamain-Samson S.,
2011 “La ‘Lolita’ et la ‘sex bomb’, figures de socialisation des jeunes filles. L’hypersexualisation en question”, Sociologie et sociétés, vol. 43, n° 1, pp. 45-71.

Mardon A.,
2011 “La génération Lolita. Stratégies de contrôle et de contournement”, Réseaux, n° 168-169, pp. 111-132.

Mennesson C.,
2011 “Socialisation familiale et investissement des filles et des garçons dans les pratiques culturelles et sportives associatives”, Réseaux, n° 168-169, pp. 87-110.

Molinier P.,
2004 “Psychodynamique du travail et rapports sociaux de sexe”, Travail et emploi, n° 97, pp. 79-91.

Monchatre S.,
2014 “Petits arrangements avec la diversité. Le recrutement entre marché et mobilisation salariale”, Revue française de sociologie, n° 55, pp. 41-72.

Moreau G.,
2003 Le monde apprenti, Paris, La dispute.
2015 “L’apprentissage, un bien public ? ”, Orientation scolaire et professionnelle, n° 2, vol. 44, pp. 147-169.

Moreno Pestaña J.L.,
2015 “Souci du corps et identité professionnelle. Enquête sur les “jeux esthétiques” au travail et les troubles alimentaires”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 208, pp. 88-101.

Péretz H.,
1992 “Le vendeur, la vendeuse et leur cliente. Ethnographie du prêt-à-porter de luxe”, Revue française de sociologie, n° 33, pp. 49-72.

Renard F.,
2015 “Entre revanche scolaire et subordination salariale. Les appropriations ambivalentes du statut d’apprenti chez des coiffeurs en CAP”, Orientation scolaire et professionnelle, n° 44, pp. 235-267.

Schütz G.,
2018 Jeunes, jolies et sous-traitées : les hôtesses d’accueil, Paris, La dispute.

Skeggs B.,
2015 Des femmes respectables. Classe et genre et en milieu populaire, Marseille, Agone.

Trémeau C.,
2019 “Des ‘arrangements’ à la confrontation. Les jeunes coiffeuses et ouvriers du bâtiment face à leur·s employeur·s”, La nouvelle revue du travail, n° 15, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 05 novembre 2019.

Zarca B.,
1988 “Identité de métier et identité artisanale”, Revue française de sociologie, n° 29, pp. 247-273.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : La coiffure constitue l’un des métiers du soin et des services aux person­nes promouvant l’embellissement des individus et une conception de la beauté comme un travail de soi et des apparences. En même temps, le corps et la chevelure des coiffeurs et des coiffeuses sont placés au centre des interactions commerciales et doivent non seu­lement servir de modèles en étant ajustés à des normes corporelles et esthétiques domi­nantes (minceur, présentation d’une apparence apprêtée par la coiffure, le maquillage, la tenue vestimentaire, accessoires et bijoux, le maintien, etc.), mais aussi témoigner de l’habileté de ces professionnel·le·s. Mais comment sont-ils/elles amené·e·s à construire et à partager cet ethos professionnel ? En France, la formation professionnelle est très ségréguée et les spécialités qui accueillent des jeunes filles sont peu nombreuses. Parmi elles, la coiffure apparaît comme une spécialité attractive, accessible après le collège pour la préparation d’un Certificat d’aptitudes professionnelles (1er diplôme profession­nel). Cette spécialité est fréquentée majoritairement par des jeunes filles d’origines po­pulaires ayant pu rencontrer des difficultés scolaires au collège. La formation au CAP coiffure participe-t-elle à la transmission de cet ethos professionnel à ces jeunes filles et, si oui, de quelle manière ?

Théorie : À partir d’une sociologie de la socialisation, il s’agit d’étudier la manière dont des prétendant·e·s au CAP coiffure sont transformés au cours de leur formation alors même que la confrontation à la clientèle peut être réduite. Nous appréhendons cette transformation comme socialisation corporelle et appropriation d’un ethos profession­nel, en l’occurrence les injonctions à l’embellissement du corps et la conception de la beauté comme travail et soin de soi. À l’articulation de l’éducation et du travail, la pré­paration au CAP coiffure offre une légitimation et une spécification professionnelle à ces injonctions et témoigne de la manière dont le travail modèle les corps et œuvre à la construction du genre.

Méthodologie : Une enquête de type ethnographique a été conduite entre 2013 et 2015 au sein d’établissements de formation en France préparant au 1er diplôme de la coiffure, le Certificat d’aptitudes professionnelles (CAP) : un Centre de formation d’apprentis de la Chambre des métiers et un lycée professionnel public. Le croisement des matériaux a été privilégié : des observations des cours, de la vie des établissements et de visites de stage ; des entretiens et échanges informels avec les enseignants ou formateurs et res­ponsables de formation ; des entretiens auprès de 30 jeunes en 1ère ou 2ème année de CAP correspondant à la composition sociale et sexuée de ces formations : une majorité de filles issues des classes populaires stabilisées.

Résultats : Si la coiffure est un métier qui participe à l’embellissement des autres, son apprentissage induit, en partie, l’embellissement de celles/ceux qui la pratiquent. Les jeunes préparant un CAP coiffure sont confronté·e·s à un travail du corps visant une mise en conformité avec des normes corporelles et esthétiques dominantes. Cette socialisation corporelle s’opère de manière complexe au sein de relations sociales variées sous-tendues par des enjeux multiples : acquérir les savoir-faire d’une formation et en montrer la maîtrise sur sa propre chevelure ; se faire une place parmi les pairs en se conformant aux normes de genre tout en se démarquant du stigmate collectif de la “pute” ou en s’approchant d’une masculinité hégémonique hybride ; prétendre à un secteur profes­sionnel fermé et correspondre à ses normes esthétiques et corporelles. En formation, cette socialisation corporelle ne procède pas par un enseignement méthodique comme les savoir-faire en font l’objet. Elle est portée par les incitations des enseignants et leurs encouragements à transformer l’apparence en mobilisant notamment les savoir-faire de la coiffure. Elle est plus impérative dans les salons de coiffure, sous l’effet des injonc­tions des professionnels du secteur et des transformations directes de la chevelure des jeunes en formation. Les sociabilités amicales offrent une caisse de résonance à cette socialisation corporelle en s’emparant des savoir-faire nouvellement acquis et en offrant des occasions de camaraderie mettant en scène la féminité. Elles constituent aussi, après les enseignants et professionnels, une deuxième instance d’évaluation de la transforma­tion corporelle. Pour l’entourage familial, cette dernière recouvre une légitimité nouvelle et affirmée : la respectabilité d’un métier.

Discussion : Plus qu’un simple “vernis” ou un jeu avec les normes de féminité, la préparation au CAP constitue un programme socialisateur facilitant la transformation corporelle des jeunes filles d’origines populaires en formation. Cette efficacité tient d’une part au redoublement des incitations aux pratiques d’embellissement de soi. Elle tient d’autre part au fait que cette socialisation corporelle s’opère par transformation et renforcement. Elle renforce en effet l’intérêt pour des pratiques d’embellissement de soi aiguisé au cours de la socialisation primaire des élèves et des apprenti·e·s. Cependant, les pratiques et les normes auxquelles les élèves et apprenties sont amenées à se confor­mer ne correspondent pas exactement aux habitudes acquises. Il s’agit de construire une apparence apprêtée, sexuée, mais non sexualisée, de manifester un ethos professionnel comme la maîtrise des savoir-faire de la coiffure, et par là même une ascension sociale en construction.

Structured summary

Presentation: Hairstyling represents one of the personal care and service professions promoting the beautifying of individuals and a conception of beauty as working on oneself and appearances. At the same time, the female and male hairdresser’s body and hairstyle are placed at the centre of commercial interactions and must not only serve as a model in being aligned with prevailing corporeal and aesthetic standards (slimness, presentation of a finished appearance set off by a hairstyle, make-up, appropriate dress, accessories, jewelry and maintenance, etc.), but also testify to the skill of those professionals. But how are they led to construct and share this professional ethos? In France, professional training is quite segregated and the specialities welcoming young girls are few in number. Among them, hairstyling seems to be a gravitational speciality, accessible after college for the preparation of a vocational training certificate (1st professional degree). The speciality is mostly chosen by young girls of working class origin having encountered academic difficulties in college. Does CAP hairstyling training contribute to transmitting this professional ethos to these young girls and if so how?

Theory: Based on a sociology of socialisation, the goal is to study how CAP hairstyling trainees are transformed during their formation, despite the fact that at that time, their meetings with clientele may be reduced. We understand this transformation as a corporeal socialisation and appropriation of a professional ethos, involving directives on beautifying the body and a conception of beauty as work and care of self. As to the articulation of education and work, preparation in CAP hairstyling offers a legitimisation and a professional specification to these directives and testifies to how the work models bodies and contributes to gender construction.

Methodology: Investigations of an ethnographic type were carried out in France between 2013 and 2015 in training establishments offering a 1st degree in hairstyling, the Vocational Training Certificate (CAP): a chamber of commerce training centre for apprentices and a public vocational school. A crossing of materials was privileged: course observations, life in the establishments and work placement visits; interviews and exchanges with teachers or instructors and persons in charge of training; as well as interviews with 30 youths in their 1st or 2nd year of CAP, corresponding to the social and gender composition of these programmes: with most of these girls coming from stabilized working classes.

Results: If hairstyling is a trade which contributes to beautifying others, learning it induces, in part, a beautifying of the women and men who practice it. The young people preparing a hairstyling CAP are confronted with body work whose aim is ensuring conformity with prevailing corporeal and aesthetic standards. This corporeal socialisation takes place in a complex way within varied social relationships underpinned by several issues at stake: acquiring the know-how of a training course and showing mastery of it on one’s own hair; taking one’s place among peers in conforming to the standards of gender while dissociating oneself from collective stigma like “whore”, or in approaching a hybrid hegemonic masculinity; aspiring to a closed professional sector and corresponding to its aesthetic and body standards. In training, this body socialisation does not proceed by a methodical teaching since know-hows are its object. It is born of the incentives of the teachers and their encouragements to transform appearances, notably in mobilizing know-hows of hairstyling. It is still more imperative in hairdressing salons, under the effect of directives of professionals in the sector and direct transformations of the hair of the young people in formation. Friendly sociabilities offer a sounding board on this body socialisation in grasping newly acquired skills and in offering occasions of friendship showcasing femininity. After the teachers and professionals, they also constitute a second instance for evaluation of body transformation. For the family entourage, the latter takes on a new and affirmed legitimacy: the respectability of a trade.

Discussion: More than a simple “varnish” or a play with norms of femininity, CAP preparation amounts to a socializing programme facilitating the corporeal transformation of the young, working class origin girls in this formation. Effectiveness here is on the one hand due to a redoubling of incitations to practices for beautifying oneself. On the other hand, it is due to the fact that this body socialisation takes place through transformation and reinforcement. It in fact reinforces interest in practices aimed at beautifying oneself sharpened during the initial socialisation of the students and apprentices. However, the practices and standards the students and apprentices are led to conform to do not correspond exactly to the habits acquired. This involves constructing a finished appearance, sexed, but not-sexualized, expressing a professional ethos as the mastery of hairstyling skills, and, for that very fact, a social ascension in construction.

Haut de page

Notes

1 Réalisée avec Sophie Denave, la recherche a été financée, dans le cadre de l’appel à projets “L’égalité des chances à l’école”, par la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, par le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET, anciennement Acsé) et par le Défenseur des droits.

2 La part des filles est de 91.5 % en CAP coiffure (Bases élèves et apprentis, France métropolitaine, 2012, Ministère de l’Éducation nationale-DEPP, Base centrale de pilotage). Au vu du sex-ratio, nous emploierons le féminin “général” pour désigner les enquêtées.

3 Pendant l’entretien, une enseignante de “Pratique” indique de manière euphémisée le décalage de ma propre coiffure avec les attendus professionnels en s’offusquant qu’une technicienne d’un laboratoire de soins capillaires ait reçu sa classe coiffée d’un crayon dans les cheveux : « moins bien que toi ! ».

4 Il s’agit peut-être d’une spécificité liée à la formation (Desprat D., 2017, pp. 220-221).

5 Lors de l’enquête, je portais le plus souvent des jeans et baskets ; mes cheveux longs, non colorés et peu coiffés, étaient relevés en faux chignon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Renard, « S’embellir en apprenant à se mettre au service de l’embellissement des autres »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-2 | 2020, 37-60.

Référence électronique

Fanny Renard, « S’embellir en apprenant à se mettre au service de l’embellissement des autres »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4208

Haut de page

Auteur

Fanny Renard

GRESCO (ÉA 3815), Université de Poitiers.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search