Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-2DossierPerformer pour durer

Dossier

Performer pour durer

La beauté corporelle au prisme du travail pornographique gay
Performing to Last. Corporeal Beauty in the Prism of Gay Pornographic Work
Tanguy Dufournet
p. 61-86

Résumés

Faisant le choix d’adopter une approche critique et de partir des discours des acteurs, producteurs et réalisateurs de films pornographiques gay, cet article vise à montrer que les injonctions du travail pornographique et les logiques de professionnalisation produisent des normes de beauté qui s’intègrent sous la forme de compétences corporelles. Ce rapport au travail spécifique tend à produire le “beau pornographique” qui, parfois, tire profit du potentiel de la marge pour produire des contre-discours érotiques et, d’autres fois, réaffirme des normes esthétiques dominantes. L’adoption d’une grille de lecture intersectionnelle permet de donner à voir les processus paradoxaux et les logiques sous-jacentes à ce travail de “la beauté” et des corps à travers, en particulier, le rapport à la santé, à l’alimentation, aux rythmes de vie et au sport ainsi qu’aux rythmiques et cadences pornographiques.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Le titre final de la thèse, soutenue en janvier 2021, est Le travail pornographique gay : jouissanc (...)

1Quand il est question de travail ou de beauté, la pornographie n’est pas ce qui vient à l’esprit en premier. Pourtant, dans le cadre de notre projet de thèse, “Les processus de socialisation et de création des identités dans le rapport au travail pornographique”1, la catégorie du travail s’est imposée ne serait-ce qu’à partir des recherches bibliographiques. La catégorie de la beauté aurait pu nous échapper s’il n’était apparu qu’elle avait un rôle régu­lateur au sein de notre configuration (Elias, 1991), c’est-à-dire le travail pornographique gay. “La beauté” est le résultat d’une production et d’une injonction qui s’impose à chaque acteur. En tant que norme, elle facilite ou empêche les carrières. La beauté agit comme critère de distinction entre les initiés qui possèdent des compétences, et les amateurs qui ne maitrisent pas les codes de cette profession. Cet article vise à répondre à la question de recherche : comment les normes de beauté et leur incorporation traduisent-elles les injonctions du travail pornographique et les logiques de profession­nalisation (Hughes, 1996) ?

2Le beau comme norme professionnelle peut se traduire par un contrôle “informel” (des remarques ou une disqualification des acteurs) des produc­teurs et des réalisateurs. À cela s’ajoute l’autocontrôle des acteurs via une vigilance accrue de leur alimentation, leur rythme de vie, leurs activités sportives, etc. S’il s’inscrit dans des logiques productives, il n’est pas pour autant valorisé comme “temps de travail” alors que la pratique sportive et la non-consommation d’alcool contribueront à produire un “beau corps” (point de vue de la production), mais aussi à produire de “belles images” (point de vue du produit). Par conséquent, “la beauté” est le corolaire de la performance en tant que signe de compétences – tenir une érection (grâce à une gestion “saine” du corps) permet de réaliser des scènes de qualité – ; mais elle est aussi le signe d’une reconfiguration entre les frontières du pro­fessionnel et du privé (Dufournet/Séhili/Rozenblatt, 2018). Jamais défini par les différentes figures (producteur, réalisateur, acteur, etc.), mais mobi­lisé, directement ou indirectement, “le beau” est une catégorie flottante dont le sens évolue et s’adapte selon les situations et les interactions. C’est pour­quoi, cet article cherche à montrer que les formes discursives s’y rattachant peuvent mobiliser cette catégorie esthétique sans en définir le concept, et en utilisant ses antonymes.

  • 2 Nous considérons le corps comme étant une construction anthropologique (au même titre que le genre) (...)

3Les contours de ces normes de beauté sont dessinés affirmativement ou négativement. Elles exercent une pression sur les corps des acteurs qui vont être incités à le “performer” pour “durer”2. Ils devront jouer et maitriser leur apparence pour tenter de faire carrière. Cela dit, la configuration (ho­mo)sexuelle dans laquelle s’insèrent ces normes les rend spécifiques. S’il peut y avoir des recoupements avec la pornographie hétérosexuelle en rai­son d’une activité commune et de normes de beauté parfois transversales, il demeure que leur appropriation et leur mise en image s’intègrent dans des processus sociohistoriques minoritaires et des dynamiques de distinction (Vörös, 2008) entre “hétérosexualité professionnelle” (Trachman, 2013) et homosexualité professionnelle. La pornographie gay, mainstream ou non, met en image une sexualité socialement marginalisée ou considérée comme anormale.

  • 3 La catégorie twinks ou minet désigne de jeunes hommes (entre 18 et 22 ans) ayant encore des traits (...)

4Au-delà d’une affirmation de son identité, la maitrise des codes esthéti­ques devient une compétence qui permettra à un acteur de passer d’une ca­tégorie pornographique à une autre. L’acquisition d’une pilosité va per­mettre de reclasser les corps dans de nouvelles catégories, se traduisant, par exemple, par un passage des twinks ou des “minets” à celle des hairy ou des bears3. Certaines de ces catégories correspondent à des subcultures de “la communauté gay” (Busscher, 2000).

5Il apparaît que les corps des acteurs doivent pouvoir correspondre à plu­sieurs types de “beautés”. Plus un acteur sera en capacité de passer d’une catégorie à l’autre (et donc d’intégrer ou d’intéresser plusieurs sociétés de production) plus sa carrière durera, plus il gagnera en valeur. En somme, les réalisateurs ou les producteurs lui donneront du travail (et un salaire). C’est pourquoi il doit développer des compétences corporelles. Traduisant une maitrise de son apparence, elles jouent sur les caractéristiques esthéti­ques typiques (ou mainstream) et atypiques des corps (underground ou post-pornographique). Elles se définissent et se redéfinissent dans des inter­actions et des articulations entre production et acteurs. Pour autant, ces mê­mes figures sont mouvantes : un réalisateur ou un producteur pouvant, d’une société de production à une autre ou selon les situations, être acteur. Cette mouvance contribue à assouplir les normes du beau, bien que le titre de réalisateur ou de producteur soit la traduction d’un statut qualifiant leur niveau d’insertion au sein de la configuration, et du fait qu’ils possèdent les outils de production.

6Notre analyse se situant au sein d’une configuration spécifique – le tra­vail pornographique gay –, la grille de lecture genrée ne nous semble plus suffisante pour analyser les rapports de travail à l’œuvre. Dans la lignée des travaux de Gayle S. Rubin, nous avons pu constater que les stratifications sexuelles (Rubin, 2011) ne se réduisent pas aux rapports de genre (Ru­bin/Butler, 2002). Les rapports de domination apparaissent réversibles et complexes. La production de normes répond à des injonctions profession­nelles propres et façonne une hiérarchie des corps en fonction de catégories de domination telles que la classe, le genre, la race, l’état de santé, l’appa­rence, etc. De ce point de vue, le corps est objet du pouvoir, aliéné aux processus de production, et sujet de pouvoir (Foucault, 1997). C’est pour­quoi nous adoptons une approche intersectionnelle (Bilge, 2009) qui nous permet de déconstruire des normes de “beautés” hiérarchisées selon le type de masculinité auquel elles s’appliquent. Les imbrications des rapports so­ciaux se font dans le cadre du travail (Holvino, 2008 ; Séhili, 2020) – puis­que le travail est un processus où ils se croisent et se produisent – et dans le cadre du corps – un corps est racisé, masculin ou féminin, perçu en bonne santé ou non, etc.

7Nos propos sont étayés par une enquête de type ethnographique menée, en France (Lyon, Paris, Montpellier) et en Espagne (Madrid) entre 2015 et 2019 auprès de 30 personnes travaillant au sein de l’industrie pornographi­que gay. Des entretiens qualitatifs de type semi-directif ont été réalisés au­près de 25 acteurs, de 18 à 40 ans, étant ou non en activité, mais aussi auprès de 5 producteurs-réalisateurs, de 30 ans et plus. Ces travailleurs exercent ce métier, comme activité principale ou complémentaire, depuis 1 an ou plus (certains travaillant dans la pornographie depuis plus de 10 ans). Aux entre­tiens, nous avons adjoint des moments d’observation in situ incluant des phases participatives (Dunezat, 2015 ; Garcia, 2015 ; Laurent, 2015). Les prises de contact ont pu se faire lors d’une soirée de remises de prix (les “Awards” français du porno gay) au sein d’un bar gay de Paris, confirmant dès le départ une imbrication forte entre médias, commerces, et pornogra­phie gay.

II. La pornographie gay comme catégorie esthétique

8La pornographie comme la production du beau qui en découle sont un enjeu de pouvoir où s’affrontent des intérêts contradictoires : ceux “inter­nes” à la production pornographique, entre acteurs, producteurs et réalisa­teurs, et ceux “externes” entre, par exemple, l’industrie cinématographique, les pouvoirs publics, et l’industrie pornographique. Parmi les intérêts “externes”, il y a ceux se structurant entre homosexualité et hétérosexualité. Les définitions cristallisent ces tensions. Or, il n’existe aucune définition stabilisée de la pornographie (Fleischer, 2000 ; Ogien, 2008), ni en droit ni dans les sciences sociales. À ce titre, il est significatif que parmi les 450 entrées du dictionnaire de la pornographie (Di Folco, 2005) aucune ne se risque à la définir. Ainsi, les définitions de la pornographie rendent compte d’affrontements entre le féminisme prosexe et le féminisme abolitionniste, d’une vision privilégiant la consommation (et ses risques) ou d’une autre privilégiant la production. Et, accoler “beau” ou “travail” à la pornographie ne va pas de soi et implique un positionnement vis-à-vis de cet objet, même si ce positionnement apparaît moins polémique en ce qui concerne la porno­graphie gay qui est invisibilisée par les débats abolitionnistes hétérocentrés. Cela se ressent sur la production scientifique puisque les écrits à ce sujet sont anecdotiques ; et, quand il s’agit de s’intéresser au travail pornographi­que gay, ils sont inexistants.

A. La pornographie gay : une catégorie esthético-érotique mouvante du désir minoritaire

9En tant que catégorie esthétique, comme le beau (Kant, 1995), la porno­graphie serait un jugement qui s’appliquerait à des objets spécifiques. Le “jugement pornographique” (Ferrier, 2005) est investi par le désir. Le spectateur est engagé dans le “jugement pornographique” par ce qui suscite ou non du désir et qui n’a de valeur que “pour soi”. C’est pourquoi la porno­graphie se forme à partir de ce que les consommateurs et les travailleurs y projettent. Ainsi, étant entendu que l’hétérosexualité et l’homosexualité ne se sont pas constituées de la même manière, bien qu’elles se soient co-cons­truites, la pornographie hétérosexuelle ne saurait se réduire à la pornogra­phie gay (Aldrich, 2006 ; Wittig, 2007). Une analyse de la pornographie hétérosexuelle ne saurait rendre compte des processus en jeu dans la mise en image d’une sexualité minoritaire (Rubin/Butler, 2002). Le récit de Di­mitri, acteur professionnel, sur la manière différentielle dont est perçue sa bisexualité sur un tournage hétérosexuel ou homosexuel est significatif des représentations d’une sexualité minoritaire comme plus-value ou non à l’aune du rapport à la santé dans un cadre hétéro-cis-sexiste :

Vu que je suis bisexuel, j’ai réussi à faire de l’hétéro […] Puis, le problème, c’est que dès qu’il y a un test qui est positif… chlamydia, syphilis, gonorrhée, etc. tout de suite, ils te voient comme étant pestiféré… alors le fait d’être bisexuel, moi, ça me porte encore plus de préjudices […] j’ai l’impression de marcher sur un fil à chaque fois que je fais mes tests, parce que vu que ce sont des maladies qui sont relativement courantes dans le milieu gay et que dans le milieu gay on nous dit qu’on n’exige pas ce genre de test… ça devient compliqué. […] j’ai appris aussi qu’un autre producteur était assez homophobe… et qu’il interdisait à ses actrices de tourner avec des acteurs bisexuels donc j’ai eu des tournages qui ont été annulés… comme une actrice qu’on a menacée de ne pas faire tourner si elle tournait avec moi avant… J’ai eu des retombées assez négatives (Dimitri, acteur professionnel).

  • 4 D’ailleurs, notons que la pornographie gay avait joué un rôle important dans l’imposition du préser (...)

10Au sein de la pornographie hétérosexuelle, la sexualité minoritaire de Dimitri est en puissance porteuse des “maladies des homosexuels”4. Les rapports au corps et à la maladie sont différents au sein de la pornographie gay où il n’a, lui, jamais rencontré ce type de difficultés. Les normes “d’hy­giène” ne sont donc pas les mêmes et servent, entre autres, à se distinguer, comme nous le verrons (Ribeiro, 2015).

11En revanche, en ce qui concerne la représentation de la virilité (Rivoal, 2017), les représentations semblent circuler de la configuration pornogra­phique gay à celle hétérosexuelle, comme le souligne Florian Vörös dans son mémoire de master 2 :

La production pornographique gay est depuis le début des années 2000 dominée par de nouveaux canons esthétiques mettant davantage en avant les poils, la barbe, les crânes rasés, les muscles et les tatouages. […] De ces entretiens se dégage un goût prédominant pour les représentations d’une masculinité “brute”. Cette attirance ambivalente est prise entre deux dynamiques : d’une part une définition de l’homosexualité comme sexualité “entre hommes” ; d’autre part, la mise en récit d’une attirance polymorphe pour la masculinité “brute” où propriétés masculines et féminines viennent s’hybrider (Vörös, 2008 :470).

  • 5 Nous montrerons plus loin que le rapport au travail pornographique gay produit des dynamiques d’exc (...)

12Selon nous, cela correspond au mouvement d’uniformisation et d’empri­se du cadre hétéro-cis-sexiste sur l’homosexualité mainstream qui impose ses codes esthétiques à la représentation d’un type de masculinité5. De fait, le désir n’est pas pris entre des “propriétés masculines” et des “propriétés féminines”, mais il forme un rapport à la masculinité hégémonique et aux masculinités subalternes, marginales, etc. (Connell, 2014 ; Vörös, 2008). En ce sens, là où la pornographie hétérosexuelle dit quelque chose des rap­ports de genre, la pornographie gay, quant à elle, dit quelque chose du rap­port d’une minorité à sa propre sexualité et à la manière dont elle la projette dans le monde.

B. Les usages sociaux et professionnels du beau : érotisme vs pornographie, injonction au bien-être et exigence au beau

  • 6 Il s’agit de réalisateurs. Virginie Despentes a réalisé le film Baise-moi (2000) ; Bruce Labruce, R (...)

13Ainsi, les normes de beauté ont elles des usages sociaux qui permettent de distinguer le noble du paysan, le pauvre du riche, l’homosexuel de l’hété­rosexuel, etc. La construction de l’opposition entre pornographie et érotis­me y contribue (Ogien, 2008). L’érotisme aurait les qualités esthétiques dont serait dépourvue la pornographie. Cette dernière étant attachée à une “esthétique anti-kantienne” (Bourdieu, 1979), réduite à sa fonction mastur­batoire dont il serait impossible de faire abstraction alors que l’érotisme se donne à voir sous une forme permettant d’imaginer et de susciter le désir. L’érotisme est une œuvre là où la pornographie ne serait qu’obscénité. Or, comme le démontre Bourdieu dans La distinction, cette qualification est classiste. L’empire des sens (1976) de Nagisa Ōshima n’apparaît pas moins sexuel et “obscène” que les productions de Virginie Despentes, de Bruce Labruce ou de Gaspar Noé6. Ces fictions développent une esthétique qui leur est propre, usant des outils et de langages qui leur sont spécifiques. Les polémiques qui entourent leur sortie et les enjeux de classification par la commission du Centre national de la cinématographie (CNC) démontrent les difficultés liées aux définitions visant à classer, mais aussi aux critères explicites et implicites pris en compte dans la construction de ces normes (Simonin, 2015). Parfois, le caractère pornographique est dénié en raison de la mise en image de l’homosexualité comme le décrit l’anecdote qu’Ogien reprend dans son livre Penser la pornographie, où un juge amé­ricain fait perquisitionner l’ensemble des vidéos pornographiques d’un sex­shop, mais ordonne qu’on laisse de côté les vidéos pornographiques gay puisque ne correspondant pas à sa définition hétérocentrée (Ogien, 2008).

  • 7 “Beau et bon” est un principe de la philosophie grecque : la beauté physique serait le signe d’une (...)

14Or, si « l’érotisme est une pornographie de classe » (Escarpit, 2018 :70), le stigmate qui pèse sur ces productions entache ceux qui y contribuent. La qualification érotique apparaît comme un discours disqualifiant qui vise à réaffirmer la stratification sexuelle (Rubin/Butler, 2002) et à faire peser le stigmate de la “pute” sur les travailleurs et travailleuses de cette industrie, le jugement esthétique se muant en jugement moral selon un principe tout platonicien du kalos kai kagatos7. Supportant toute une rhétorique médicale et psychiatrique décrivant les corps marginaux (Foucault, 1997 ; Schaffau­ser, 2014) comme des corps difformes et monstrueux, “le beau” est le signe de qualités comme l’intelligence, la sociabilité, etc. (Amadieu, 2005). Le critère de l’apparence devient signifiant et permet, à l’aune du rapport au travail, de dessiner les contours des normes de beauté.

15Par ailleurs, si les imbrications entre produit et réalisation contribuent à catégoriser les corps, notre analyse vise à comprendre le rapport au travail pornographique et à la professionnalisation qui y est liée. Les normes de beauté sont utilisées au sein de diverses configurations de travail à des fins productives. Nous pensons à certaines entreprises qui érigent comme dog­me le “bien-être” en mettant en place des séances de fitness ou de yoga pendant la pause déjeuner, en faisant livrer des fruits et des légumes en libre-service pour promouvoir une alimentation saine, ou en affichant leurs “collaborateurs” sur des photos d’un mètre sur deux, induisant des normes corporelles et vestimentaires. L’injonction au bien-être, corolaire de la mise en place d’une hygiène de vie, se double en réalité d’une exigence au “beau” (Dufournet/Séhili/Rozenblatt, 2018). Or, l’investissement du beau comme norme professionnelle accroit l’emprise du travail sur les corps en totalisant les sphères de l’intime et du professionnel.

III. La production du beau par la pornographie gay : une beauté canonique de classe blanche

16Bien qu’il y ait des tendances lourdes observables au sein de nos sociétés, les normes du beau et ses usages sont spécifiques aux configurations qui les produisent. C’est pourquoi Dubois écrit dans son Introduction aux porn stu­dies qu’il est difficile

d’imaginer ce que peut être une pornographie intersexuelle où de jolies blondes à fortes poitrines et longs pénis pénètrent de musculeux plombiers passifs à partir du discours platement sexiste et ô combien con­ventionnel de la pornographie hétérosexuelle de Siffredi (Dubois, 2014 :10).

  • 8 Le bareback n’est pas à confondre avec “la barbaque”, c’est-à-dire le morceau de viande. Il désigne (...)

17Le “beau pornographique” est parfois synonyme de plaisir, de sensualité ou de naturel dont les enjeux sont liés soit à des positionnements au sein de l’industrie pornographique (amateur ou professionnel, safe ou bareback8, etc.), soit à la promotion de normes subversives ou conservatrices du beau et des corporéités.

A. La pornographie gay : une beauté hybride ?

18Certains acteurs mêlent leurs représentations de “l’érotisme” et de la “pornographie” en s’appuyant sur leurs expériences esthétiques afin de for­mer le “beau pornographique” :

  • 9 Matt Lambert est cinéaste, photographe et directeur créatif travaillant entre Berlin, Londres, Pari (...)

Matt Lambert9, qui fait des livres avec des gars, jeunes, punks, c’est trash, assez abrupt… pour moi c’est une vision du sexe sans être de la pornographie, ça reste excitant, c’est beau à voir (Arthur, acteur professionnel).

19Arthur a accepté de travailler avec cet artiste en raison des techniques et de la construction du script esthétique qu’implique son travail : érotisme et pornographie se mêlent comme deux visions du sexe où le beau se mélange au désirable. La composition distingue et met en valeur ce qui est de l’ordre du “trash”, du “fétichisme”, etc. Le travail d’agencement comme produc­tion d’un sens peut se retrouver dans l’écriture scénaristique :

Est-ce que ça demande à la pornographie de tendre vers le scénario plus réaliste et de faire des films moins straight to the porn, moins crus, et d’y rajouter un côté plus scénarisé, sûrement, pour faire un beau mélange… Est-ce que le spectateur attend ça ? Aujourd’hui la plupart des gens qui regardent du porno c’est pour satisfaire des besoins de manière assez rapides (Pascal, acteur).

  • 10 Néanmoins, une objection pourrait être formulée à l’aune du succès des productions post-pornographi (...)

20La pornographie serait un potentiel non exploité en raison des logiques productives contradictoires entre esthétique et consommation. Le travail serait orienté vers son produit (le film) et sa consommation. Or, les attentes des consommateurs ne font l’objet que de spéculations… puisqu’elles ne sont pas déterminantes10 dans la construction de la forme pornographique. En effet, elle tire son esthétique de la mise en images de pratiques sexuelles marginalisées ou non (Di Folco, 2005) vers lesquelles les consommateurs s’orienteront en fonction de leurs fantasmes et de leurs goûts.

B. Les normes blanches du beau pornographique à l’intersection de la classe

21Pour les acteurs, le “beau mélange” est une façon de qualifier leur prati­que professionnelle et de la spécifier vis-à-vis, entre autres, du cinéma éroti­que. De plus, l’esthétique pornographique mobilise les goûts personnels des acteurs et des producteurs (Trachman, 2013) visant, consciemment ou non, à reproduire la suprématie blanche et ses logiques racistes :

Q. : Tu as déjà travaillé avec en France des acteurs de couleur ?
R. : Oui… je ne suis pas raciste, pourtant je le suis dans la vie, mais pas dans le porno. […] Après ce ne sont pas de bonnes expériences… parce que ça pue, parce que ce n’est pas mon style… (Martin, acteur professionnel).

22Au fil de l’entretien, en opérant une distinction entre un “racisme person­nel” et un “racisme professionnel”, Martin nous dira que sa “déontologie” lui impose, malgré ses préjugés, de travailler avec des acteurs racisés. Le refus de tourner avec un acteur de couleur en cohérence avec ses goûts (« ce n’est pas mon style ») serait vécu comme un manque de professionnalisme. Dès lors, le travail pornographique produit-il des processus racistes ? La production gay française est majoritairement blanche dans son contenu et s’appuie sur une valorisation du coming out. Or, la norme sous-tendue par le “dévoilement” de l’homosexualité (et, par extension, du métier d’acteur) sur le mode de “l’aveu” est une norme occidentale et blanche (Foucault, 1997) produisant, de facto, un effet d’exclusion, et venant redoubler le “stigmate pornographique” pour les acteurs racisés. Cet effet est renforcé quand certains producteurs, comme Alexandre, érigent ce “principe de dévoilement” comme un impératif supplantant – au moins dans le dis­cours – le critère de beauté dans la sélection des acteurs :

  • 11 Ici, le producteur oppose travail du sexe et pornographie. Pour lui, le travail du sexe ou l’escort (...)

Moi, je ne veux pas de gens qui regrettent. Je demande une lettre de motivation, quelques lignes, il y en a qui s’appliquent beaucoup. Mais, celui qui me marque qu’il a besoin d’argent, je lui dis “non”, même s’il est très beau. […] S’ils veulent de l’argent, ils peuvent être escorte ou justement travailleurs du sexe11, proprement dit, où ils resteront anonymes et discrets, où ils gagneront plus. Ils n’auront pas toutes les contraintes du film (Alexandre, producteur-réalisateur).

23“L’envie” devient un critère de sélection qui s’oppose au “besoin d’ar­gent”, signe de “précarité”. Dans l’ensemble des entretiens avec les produc­teurs et les réalisateurs, le plaisir d’exercer le métier d’acteur est une preuve de consentement, et, pour les producteurs, de non-exploitation. Or, le besoin d’argent ou la précarité perçue – « il faisait pauvre » (Jérôme, producteur) ou « il venait d’un quartier » (Stéphane, réalisateur) – seraient un frein au plaisir. Faut-il comprendre que ces jeunes hommes n’ont pas besoin d’argent ? Il serait naïf de le croire. Néanmoins, le fait qu’ils exercent une activité princi­pale sera un gage supplémentaire d’engagement volontaire dans cette pro­fession par laquelle « il est devenu impossible de vivre » (Arthur, acteur de­venu producteur). Or, si les logiques économiques justifient la mise en place d’un investissement par la passion afin de réduire les cachets des acteurs et la délégation de plus en plus de missions, les producteurs préfèreront mettre en avant leur lutte contre l’exploitation :

Tout ce qui est en mode gonzo ou pays de l’Est. Tout ce qui est traite […] ils ne sont pas gays, qu’ils font semblant. Il n’y a pas un sourire… c’est ce côté exploitation, une fois de plus montré dans Pornocratie puisque l’influence des tubes… c’est du porno d’usine que je n’aime pas (Alexandre, producteur-réalisateur).

C. Le beau pornographique à l’aune des logiques économiques et de classe

24La stratégie de contournement du stigmate liée à la représentation du tra­vail sexuel comme forme d’aliénation (Naville, 1967) s’allie à des logiques de restrictions économiques. Mais, les marques de l’exploitation (absence de sourire, simulation, etc.) sont utilisées pour disqualifier la concurrence et s’en distinguer. Alexandre exprime qu’il ne produit pas du “porno d’usi­ne” en réactivant des stéréotypes chauvins liés aux “pays de l’Est” (Cour­bet/Ovidie, 2013 ; Lieber/Hertz/Dahinden, 2010 ; Schaffauser, 2014). Le beau qu’il produit est un “beau de classe” en tant que cette esthétique sert à réaffirmer des normes marginalisant les pauvres et les précaires, mais déva­lorise aussi une esthétique produite par des groupes précarisés. C’est en ce sens que la mobilisation de la figure “pays de l’Est” revêt un caractère ra­ciste et classiste.

25Alexandre valorise “un beau” naturalisé où la sexualité intime des ac­teurs devient une garantie de leur plaisir et de l’authenticité des scènes pro­duites. Ce faisant, il détermine une part irréductible que les acteurs ne peu­vent pas stimuler ou apprendre à maitriser techniquement… et donc impos­sible à valoriser (Séhili, 2003). Au travers d’une anecdote de tournage d’une scène fétichiste et “uro”, Stéphane établit aussi un lien entre plaisir éprouvé par les acteurs et beauté. Lors de ce tournage entre deux actifs (dont “maitre Max”) et un passif, ce dernier s’est retrouvé « les fesses rouge cramoisi » comme « une route goudronnée », « malmené » au point d’être à la limite de l’évanouissement. Pourtant, le plaisir pris par le passif a révélé au réalisa­teur-producteur toute la dimension esthétique de la scène qu’il qualifiera de « réussie » et « belle » :

Alors, il a eu la cravache, ligoté, renifler chaussures et chaussettes, pisser dessus, il a tout fait en m’expliquant, et j’ai senti l’intérêt et peut-être même que j’étais un peu excité… donc c’est qu’il y avait un intérêt. Où était le désir, le plaisir ? Il le fait compter. Un. Deux. Il y a un rythme… et l’autre est en attente. C’est là qu’il faut filmer encore plus. […] J’ai appris tout un truc, et après ils ont joui, et ils s’en vont. Je les suis, ils s’en vont. Je reviens vers mon petit passif que je continue à filmer comme ça… mais en fait c’est ça qui était intéressant. Encore dans son trip, il était en train d’enlever ses cordages, il est plein de pisses, il y en a par terre, son tee-shirt […] il est en train de repasser tout ce qu’il a subi. C’est là où il prend son pied […] tu te dis que ça doit lui faire mal, mais non il prenait du plaisir, il bandait tout le temps. Il reprend son truc, puis il soulève son tee-shirt, comme ça, puis il jouit. Je ne m’y attendais pas ! J’ai failli louper ça ! (Stéphane, producteur).

26Quand Stéphane raconte cette anecdote, il n’oublie pas de préciser que ce sont des pratiques dont il ne se sent pas proche, qu’il a besoin de les comprendre pour qu’elles lui paraissent excitantes et belles. La fin de son récit témoigne de sa relative ignorance puisqu’il captera l’élément essentiel de cette scène par accident. Comme le souligne Ferrier : « La question pornographique n’est pas “est-ce beau ? Est-ce laid ?”, mais “tel objet sus­cite-t-il mon désir, oui ou non ?” » (Ferrier, 2005 :56). Le travail du réalisa­teur, pour réussir une belle scène ou un beau film, consiste à jouer d’empa­thie pour saisir ce qui plait ou déplait aux consommateurs. Ici, ce qui pour­rait susciter du dégout est investi d’une dimension érotique : « un jugement pornographique pourra tirer parti [d’une] difformité, faisant d’une “laideur” qui choque et attire l’œil une source de désir chamboulant la hiérarchie es­thétique » (Ibid.). De ce point de vue, le “beau pornographique” tire profit du potentiel de la marge, de ce qui est hors des normes esthétiques dominan­tes pour produire des contre-discours érotiques.

D. Les normes de beauté comme production et injonction du travail

27L’ensemble des éléments que nous venons de voir structurent, à diffé­rentes échelles, le travail pornographique gay. Le “plaisir”, le “naturel”, la “sensualité”, etc. sont autant de normes qui sont produites dans et par le travail pornographique gay. C’est pourquoi, selon nous, le travail est pro­ducteur de normes (Holvino, 2008). S’il est admis que le travail produit la classe, il n’en va pas de même concernant la race, le genre, etc. (Séhili, 2020). Or, les normes de beauté qui en sont une production et une injonction permettent de rendre compte des représentations de race, de genre, de classe, etc.

28Les logiques productives et la pression économique qui pèsent sur l’in­dustrie impliquent des dynamiques de rationalisation du travail. Or, celles-ci recouvrent un processus raciste et sexiste comme pour la science du tra­vail ou le taylorisme : « L’objectif de la science du travail était de fournir des bases scientifiques à la division du travail » (Frader/Sofio, 2006 :138). Ainsi, le corps est-il conçu comme une “machine” dont la “race” et le “genre” définissent le modèle et les performances. « L’architecture du corps » c’est-à-dire

la forme du corps, est souvent un guide pour le choix d’ouvriers propre à tel ou tel travail […] normalement, les hommes sont organisés et agencés pour travailler d’une certaine façon parce que c’est ainsi que leur travail est le plus économique (Amar J., cité dans Frader/Sofio, 2006 :119).

29Cette science du travail se compose à l’intersection de discours médi­caux, scientifiques, psychiatriques, et de l’État (Frader/Sofio, 2006), les mê­mes instances qui ont contribué à construire les catégories sexuelles moder­nes et, en particulier, les figures de l’homosexualité et des travailleurs du sexe (Foucault, 1997).

30Les personnes noires pourront ainsi être considérées, par les réalisateurs et les producteurs, comme étant “à risque” ou plus endurantes, c’est-à-dire plus aptes à maintenir une érection, et mieux bâties. Or, le travail pornogra­phique peut produire d’autres normes comme le souligne Alexandre :

Il y a une partie physique très importante […] je sais tout de suite si l’acteur va plaire à la clientèle, si c’est ce que je recherche, etc. C’est la partie un peu discriminante qui est assez difficile à gérer, mais comme dans tout casting… il faut avoir le physique. Au niveau mental, il faut être assez fort pour pouvoir assumer les choses (Alexandre, producteur-réalisateur).

31Alexandre produit un type de pornographie qui met en avant des physi­ques de jeunes hommes imberbes, les twinks. Les images produites sont travaillées et proches de ce qui peut être fait aux États-Unis par certaines sociétés de production, avec lesquelles il lui arrive de collaborer et là où il s’est formé. Sur son site, aux couleurs nationales (bleu, blanc, rouge) les acteurs racisés sont les grands absents :

Il n’y a pas de demande de ces acteurs-là […] Les blacks et les beurs, jeunes, ne s’assument pas comme gays déjà à titre personnel, ou très peu. Donc, gay plus porno… c’est pour ça qu’on va trouver des gens un peu plus âgés en général, plutôt dans une trentaine d’années qui ne sont plus dans le cadre familial, religieux, ou social ou scolaire, etc., qui sont un peu débarrassés de cette pression-là, et qui peuvent faire ce qu’ils veulent. Moi, j’ai extrêmement peu de candidatures de non-Français ou de non-blancs […] depuis très longtemps je veux intégrer un black parce que je trouve ça superbe, mais 5 ans que je le cherche, (Alexandre, producteur-réalisateur).

32Comme nous l’avons vu, le coming out est une norme blanche, mais cette norme se combinant avec le profil recherché (des jeunes) et la nécessité d’une indépendance financière accentue les processus d’(auto-)exclusion. Les hommes gays racisés vivent des situations spécifiques (Trawalé, 2017) et les normes appliquées dans le cadre du travail pornographique peuvent être d’autant plus excluantes. La pornographie gay devient alors un espace blanc qui rend impossible l’identification des jeunes gays racisés puisque cette identité leur paraît éloignée de leur expérience.

  • 12 Quand nous parlons de processus racistes, nous utilisons le concept dans un cadre sociologique. Tou (...)

33Si l’absence est perçue comme raciste12 (donc moralement condamna­ble), le producteur tente de faire bonne figure en précisant qu’il « trouve ça superbe ». Or, cette fétichisation des personnes racisées qui les réduit à un attribut particulier (comme la couleur de peau, la taille de leur sexe, etc.) est une forme de racisme en tant qu’elle fait de ces caractéristiques indivi­duelles une généralité applicable à l’ensemble d’un groupe. Cette négrophi­lie (dont l’hypersexualisation est une forme) est le pendant d’une négropho­bie. Le désir est pris dans une histoire et des rapports de domination que cela soit, ou non, conscient.

34De plus, Alexandre développe la figure du racisé “rare” qu’il « cherche depuis 5 ans », ce qui tend à l’exotiser. L’exotisation des corps racisés est une forme d’altérisation qui s’ancre dans l’imaginaire colonial du “sau­vage” (Fanon, 1971) comme cela est, par exemple, rendu visible par des photos de l’époque coloniale (Bancel/Blanchard, 2007).

35D’autre part, si Alexandre met un point d’honneur à filmer des scènes « safes », puisqu’il impose le port du préservatif, cet impératif lui permet de travailler avec les associations pour promouvoir sa société de production (ou du moins de ne pas avoir de mauvaise publicité) et de vendre ses films aux distributeurs. Néanmoins, le préservatif, qui met en jeu une représenta­tion du tabou lié au SIDA, a aussi un rôle d’altérisation (Ribeiro, 2015) : il met à distance la “maladie” de la santé, cette dernière étant associée à la blanchéité que cette société de production perpétue. Inversement, selon des préjugés ancrés dans l’imaginaire collectif, les acteurs racisés représente­raient, quant à eux, le risque, les porteurs de maladies. De ce point de vue, les normes liées à la santé ont un usage raciste (Brun/Simon, 2020 ; Séhi­li/Dufournet, 2000).

E. Le rapport paradoxal à la santé

36Comme nous avons pu l’observer, il n’est pas rare que des acteurs soient écartés en raison d’une suspicion de maladie. Le beau est sain, les stigmates d’une maladie, réelle ou fantasmée, sont recherchés et conduisent à des ex­clusions :

Je ne voyais que ça, c’était laid… comment veux-tu bander là-dessus ? […] J’ai refusé un tournage, l’autre fois, parce que le passif avait un trou du cul… est-ce qu’il avait une maladie vénérienne, des champignons, de l’herpès ou je ne sais pas quoi… je ne sais pas. J’ai dit non. L’actif n’avait pas vu. On a refusé aussi un tournage, parce qu’on est conscient. C’est peut-être un travail, mais il faut quand même qu’il y ait du plaisir. Après tu as des naïvetés (Gabriel, réalisateur).

  • 13 Prep : Prophylaxie Pré-exposition est un traitement préventif contre le VIH.

37Ces prises de position reposent sur une représentation de la maladie comme production de difformités qui marqueraient le corps. Ces représen­tations ne sont pas sans rappeler la campagne de prévention de l’association AIDES, “Le sida est beau”, menée en 2006 pour lutter contre ces préjugés. Or, faire du regard orienté par les logiques de l’esthétique pornographique un instrument de prévention organise et normalise une forme de prise de risque, d’autant plus que les scènes bareback deviennent fréquentes en raison du fait qu’elles sont jugées plus excitantes et de la montée en puis­sance de la “Prep”13. Dans l’extrait qui suit, cet acteur construit un lien entre sa séropositivité et la pratique de son travail, mais n’en fait pas un élément limitant pour ses pratiques professionnelles :

Q. : Tu souhaites faire du bareback ?
R. : Oui.
Q. : Tu en as déjà fait ?
R. : Oui.
Q. : Pourquoi ?
R. : J’en ai déjà fait, parce que je suis séropositif (Louis, Acteur professionnel).

38De plus en plus, la pornographie gay accuse un retard dans la mise en place de dispositifs de prévention. Si cela s’explique en partie par les pro­grès médicaux et un essoufflement de la prévention dite “traditionnelle”, le fait que le préservatif soit considéré comme un élément indésirable puisque marqueur de la maladie (Ribeiro, 2015) – a fortiori pour les personnes racisées et trans – est un élément pris en compte dans le cadre de l’esthéti­que pornographique et dans le cadre de la cadence du travail, comme nous avons pu l’observer :

Très longtemps, je filmais aussi comment on met le préservatif. […] D’abord, tu interromps l’action pour ça… tu l’as mis à l’endroit, à l’envers… puis il a du lubrifiant, ça glisse, tu n’arrives pas à l’ouvrir… (Stéphane, producteur).

39Ici, le préservatif apparaît comme une contrainte se combinant mal avec l’impératif de l’érection durant plusieurs heures de tournage, mais il vient aussi perturber la rythmique pornographique en cassant la cadence imposée par l’action (voir partie IV.C.). La valorisation de la performance comme norme du beau a une incidence sur la santé en imposant aux acteurs de gérer les paradoxes des normes du travail. Les acteurs malades seront disquali­fiés. Par conséquent, ils doivent mesurer leur prise de risque aussi bien au niveau de la santé (des préservatifs sont mis à disposition, mais il leur est dit qu’une scène bareback sera mieux payée ou mieux vendue et que c’est important pour leur carrière) qu’au niveau professionnel (l’acteur sera jugé responsable de sa prise de risque alors que cela devrait être, légalement, à la société de production de veiller à la sécurité et à la santé de ses employés). Ce paradoxe entre la beauté “saine” comme canon de la pornographie gay et le tabou lié à la séropositivité montre la tension qu’il peut y avoir entre une beauté idéalisée et attendue par le producteur et la discipline des corps (et leur résistance) dans la professionnalisation des acteurs.

IV. Discipliner les corps : performer pour durer

40Au-delà de ces normes, le travail pornographique gay va agir par incor­poration de codes de conduite répondant à des logiques productives. Malgré la croyance en un “talent”, le métier d’acteur s’acquiert. Que les attendus des réalisateurs soient explicites ou non, il s’agit de s’y conformer, le corps des acteurs, objet et sujet du pouvoir (Foucault, 1997), est ainsi engagé dans un processus productif et professionnalisant (Hughes, 1996).

A. Le corps, un travail au quotidien

41Le corps est le principal outil de travail pour ces professionnels. Il fait l’objet d’un apprentissage dans ses usages, en particulier sexuels, mais aussi dans l’affirmation d’une certaine esthétique de soi, comme homosexuel ou travailleur du sexe. Il ressort des entretiens que l’orientation et les pratiques sexuelles participent à l’affirmation de soi, davantage que dans le cadre de l’hétérosexualité. Il apparaît qu’être acteur “va de soi”. La plupart des acteurs ont investi l’industrie pornographique par des connaissances ou des réseaux amicaux. Certains nous diront « on a tous déjà tourné ou fait de l’es­cort », « c’est classique de faire du porno quand t’es gay », etc. Nous ignorons si tous les hommes homosexuels se reconnaissent et adhérent à cette repré­sentation de l’homosexualité, mais elle est, au moins, une part constitutive de cette pratique professionnelle. Ainsi, que cela soit conscientisé ou non, elle participe à une représentation et à une esthétique des corps gays, et à leur politisation. Reproduisant des normes, entre autres sexuelles, d’une communauté minorée, elle concourt à la socialisation et à l’incorporation de certaines formes d’homosexualité et de masculinité.

42En raison de cet ancrage “identitaire”, le travail pornographique gay déborde la configuration professionnelle. La centralité du corps au travail fait éclater l’unité traditionnelle de temps et d’espace, et exerce une emprise sur l’ensemble des domaines de la vie quotidienne, comme nous l’obser­vons avec l’essor multisitué du travail chez soi (Dufournet/Séhili/Rozen­blatt, 2019). Cette mise en disponibilité forcée du corps face aux logiques productives pose des problèmes juridiques et n’est pas sans rappeler des métiers comme mannequin, sportif de haut niveau, etc. (Mazuyer, 2015). Les acteurs pornographiques comme les mannequins ou les sportifs de haut niveau doivent ainsi surveiller leur alimentation, leur rythme de vie, avoir une activité sportive, etc. La mise en œuvre de ces dispositifs découle du rapport au travail et va aussi impacter les corps, dans leur esthétique, et déterminer la réussite des scènes.

B. Le beau comme compétence corporelle

43Contrairement à Mathieu Trachman qui postule que « le capital corporel est dépendant d’un capital esthétique sans qu’on puisse l’y réduire » (Trach­man, 2013 :197) et que « ce n’est pas seulement la beauté des actrices qui est déterminante, ce sont les compétences professionnelles acquises au cours de leur carrière » (Ibid.), comme si esthétique et compétence étaient deux choses distinctes, il nous semble que le “beau” est une compétence professionnelle. En tant que compétence, il s’acquiert et se traduit par la mise en place et la maitrise de techniques corporelles (Mauss, 1934) et, de ce point de vue, constitue une compétence corporelle valorisée et produite dans le cadre du travail pornographique gay et modulé par les rapports à la race, à l’apparence physique, au genre, au handicap, etc. Cette compétence corporelle est co-construite à l’intersection de catégories de dominations qui la rendront facilement mobilisable ou, au contraire, limitante. Pour le dire de manière plus claire encore, le “capital corporel” (Trachman, 2013) se distingue du concept de compétence corporelle que nous développons en cela que le premier est attribué de manière relativement durable en raison de son positionnement social et de la reconnaissance d’un corps aux normes dominantes de beauté, alors que le second s’acquiert et est coproduit au sein de la chaine productive qui le réévalue continuellement.

44La compétence corporelle est coproduite au sens où elle peut être une délibération contradictoire entre les attendus d’un producteur et les propo­sitions ou les résistances d’un acteur. Si la compétence corporelle est recon­nue à un individu, elle participe, à son niveau, à définir la structure de la qualification (Naville, 1956) d’un groupe tout entier et donc à faire bouger les lignes. C’est pourquoi le développement d’une “contre-culture” porno­graphique et l’émergence de nouveaux canons de beauté portés par d’an­ciens réalisateurs ou acteurs pornographiques gays en sont l’une des mani­festations. Cela se traduira par la capacité à passer d’une niche pornogra­phique à une autre :

Par contre, dans le milieu du porno, je suis assez atypique, parce que banal… C’est d’être normal, d’être mignon dans l’ensemble, être entretenu sans être bodybuildé, d’être poilu sans être un ours. Je n’ai pas un sexe surdimensionné, je suis vraiment quelqu’un dans la moyenne. […] Je peux aussi bien faire le rôle d’un businessman ou d’un avocat comme je pourrai faire le rôle d’un clochard. Je suis complètement adapté, alors qu’une personne qui a un look, un peu marginal, on en trouve beaucoup dans le porno, mais il ne peut pas être dans tout type de scénario. Il lui faut presque un rôle sur mesure (Dimitri, acteur professionnel).

45L’adaptation de Dimitri est rendue possible par la mobilisation de toute une série de “capitaux”, dont l’un est le “capital corporel”, mais aussi de compétences professionnelles liées à la pornographie. Néanmoins, cette “adaptabilité” traduit un privilège permis par son genre, sa race, sa classe. Ces rapports sociaux façonnent dans l’interaction avec les producteurs-réalisateurs ses compétences corporelles. Dans certaines productions, nous avons pu observer des disqualifications d’acteurs racisés ayant contracté une IST alors que les acteurs blancs se retrouvant dans cette situation pou­vaient, eux, continuer avec quelques arrangements. Plus simplement, leur maitrise s’exprimera par la possibilité de tourner :

Je refuse de tourner avec Momo, un handicapé mental. C’est un garçon qui doit avoir des tocs d’hygiène, donc un garçon qui ne supporte pas qu’il y ait du sperme sur lui, qui touche sa peau, etc. Il est silencieux. Il n’y a rien de sensuel (Stéphane, producteur).

46L’absence de “sensualité” est le corolaire de l’absence de maitrise du beau comme compétence corporelle. Les tocs imposent des rythmes diffé­rents de ceux du travail pornographique. La dimension asynchrone des pres­tations de “Momo” empêche la construction d’une forme de sensualité et donc la perception de ce dernier comme étant beau. Autrement dit, produire une rythmique corporelle en synchronicité avec le processus de production pornographique est une forme de compétence corporelle (Lefebvre, 2019) qui participe à son esthétique. La rythmique et les jeux entre synchrone et asynchrone relèvent des normes de beauté. C’est pourquoi nous estimons que Mathieu Trachman, dans son analyse, passe à côté de la spécificité de la professionnalisation pornographique comme développement de compé­tences corporelles qui dépassent le seul “capital corporel” ou les seules “compétences professionnelles”. Elles se trouvent à la jonction des deux et les dépassent.

C. Rythmiques et cadences du travail pornographique comme esthétique

47Dans l’exemple ci-dessus, la rythmique pornographique est une norme validiste implicite qui donne le tempo aux acteurs qui doivent s’y confor­mer. Or, la cadence du travail ne se limite pas au tournage d’une scène ou d’un film :

À la base, j’ai commencé le porno par curiosité, et j’ai continué parce que c’était un bon complément avec mon autre métier. Ça me permettait de balancer le stress, les tensions de mon travail et finalement aujourd’hui avec le recul des 9 et 10 mois que j’ai pu faire en tant qu’acteur porno professionnel, j’ai une hygiène de vie qui s’est améliorée. Vraiment. J’ai des horaires plus souples donc je peux faire plus de sport. C’est aussi obligatoire dans le métier. Un peu comme une activité ou une contrainte professionnelle, c’est quelque chose que j’aime beaucoup, c’est quelque chose que j’aime alors je ne le vois pas comme une contrainte forcée et puis surtout j’ai le temps de me faire à manger, prendre soin de moi, un sommeil sain, c’est mon hygiène de vie qui s’est améliorée dans l’ensemble pour un salaire un peu moins élevé, mais par rapport aux gains sur ma manière de vivre… franchement, ça va. Je pense que l’inconvénient du porno c’est qu’on est payé au cachet, comme les intermittents, sans le statut d’intermittent et donc il y a des mois plus durs que d’autres. Les revenus sont irréguliers, pour l’instant j’arrive à m’en sortir financièrement, je ne suis pas très dépensier, ça se passe bien… (Dimitri, acteur professionnel).

48L’investissement de Dimitri lui a permis d’acquérir le statut de “profes­sionnel” et de vivre de la pornographie (étant bisexuel, il tourne aussi bien pour des productions gays qu’hétéros). Il établit un lien entre l’amélioration de son hygiène de vie et la pratique de son métier puisque faire du sport, avoir une meilleure alimentation, un sommeil sain, etc. sont des “contrain­tes professionnelles”. Or, cette contrainte n’est pas perçue comme telle puisqu’il aime pratiquer du sport et qu’il estime les avantages supérieurs aux inconvénients. Nous pouvons parler “d’aliénation heureuse” (Dufour­net/Séhili/Rozenblatt, 2019). En effet, il s’agit d’aliénation (Naville, 1967) puisque ces activités orientées par des logiques de performance et de pro­ductivité sont invalorisées (Rozenblatt, 2017) et que la rémunération est précaire.

49De plus, Dimitri explicite les attendus du travail pornographique gay en ayant saisi ses contraintes et ce qu’elles impliquent, ce qui témoigne d’une capacité à décrypter et à maitriser les codes, capacité que l’intéressé estime être en lien avec son niveau d’étude (bac+5). Par conséquent, l’exercice du métier d’acteur implique pour Dimitri de clarifier son rapport à son hygiène de vie à travers son alimentation, ses rythmes (sommeil, organisation de son temps, etc.), sa pratique sportive, et la gestion de son état de santé. Cette vigilance est construite par des techniques (pour gérer l’usure du corps, pour simuler, pour mobiliser l’intime, pour gérer la prise de risque) qui sont autant de manifestations de ses compétences corporelles et de sa capacité à “produire du beau”.

D. Le rapport à l’alimentation

50Les acteurs prêtent attention à la qualité de leur alimentation. Comme en témoignent ces deux extraits d’entretien, celle-ci dépasse le cadre d’un “souci de soi” et vise à se préparer aux tournages :

Il faut beaucoup boire. J’ai déjà remarqué que quand j’ai trop chaud, je débande… en particulier après avoir beaucoup sué. Quand je bois de l’alcool, ça a tendance à me faire débander, parce que l’alcool déshydrate […] C’est pareil pour la consommation de drogue… les dro­gues, certaines, font suer et sont responsables des pannes (Dimitri, acteur professionnel).

Évidemment pour être propre, je fais mon lavement, même plusieurs, avant les tournages […] Il faut manger. Il y en a qui pensent qu’en mangeant, ils vont être sales, mais pas du tout (Philippe, acteur).

51Tout d’abord, nous voyons que selon le “rôle” sexuel occupé, passif ou actif, l’alimentation ne vise pas les mêmes effets. Dans un cas, il s’agit d’être en capacité de maintenir une érection de qualité pour satisfaire aux exigences du métier et produire de “belles scènes” dont les tournages peu­vent nécessiter plusieurs heures. Dans l’autre cas, l’alimentation est asso­ciée à la pratique du lavement dans une perspective de “propreté”, c’est-à-dire ne pas laisser de traces perceptibles par la caméra et qui dégraderaient la qualité de la scène. L’alimentation revêt ainsi des enjeux en rapport avec le propre et le sale, et des techniques corporelles visant à gérer la fatigue et l’usure (“la panne”) en vue de produire du “beau”.

E. Le rapport au propre et au sale

52Si le rapport à la maladie peut se lire à travers le prisme du rapport au propre et au sale (Lhuilier, 2005) – en tant qu’un corps racisé subira avec d’autant plus de force la disqualification professionnelle et le stigmate du “corps sale” s’il est infecté par une maladie sexuellement transmissible (et particulièrement le VIH) – il s’agit ici de questionner ce que la caméra montre ou non et les compétences corporelles qui en découlent. Ici, le sale est une référence au “sale boulot” développé par Hughes (1996). Le sale fait référence à tout ce qui est salissant, avilissant, ou en lien avec des imper­fections ou des émissions corporelles comme les excréments. La dialectique du propre et du sale s’intègre ainsi dans une production des hiérarchies pro­fessionnelles et de l’esthétique pornographique gay.

53Un acteur amateur peut penser que « chacun fonctionne différemment et a un corps différent ; [que] pas grand-chose n’est universel comme conseil : souris et sois beau peut-être » (Paolo, ex-acteur), pourtant nous observons des transmissions de savoirs :

Oui, on parle vachement. Il y en a un qui avait des problèmes de peau parce que visuellement ce n’est pas top, on se donne nos astuces “beauté”… ou on échange des bons plans comme pour les outils à acheter pour un bon lavement (Pascal, acteur).

54Les acteurs travaillent sur et à partir de leur corps pour améliorer leur apparence. Ils acquièrent un savoir corporel qui participe à façonner la qua­lité esthétique d’une scène. Par conséquent, le travail pornographique con­siste à gérer la confrontation au sale (Lhuilier, 2005) :

Bon, quand il y a un petit incident, je le coupe. Les détails sales […] ce n’est pas beau, et que la personne qui a sali, le passif, est déjà dans un état de confusion (Stéphane, producteur).

55Une perte anale va se gérer à plusieurs niveaux : en amont, avec les lave­ments et l’alimentation, sur le tournage (coupure, changement d’angle de la caméra, etc.), au moment du montage (sélection des rushs, etc.). Aussi, le corps est le lieu d’arrangements esthétiques plus ou moins subtils comme le choix des sous-vêtements ou la présence de poils :

Moi je me prépare, je passe chez l’esthéticien […] Puis, ils nous demandent d’avoir un minimum de poils pour paraitre minet, c’est le principe de la production (Pascal, acteur).

56Le corps lisse répond en miroir à une production professionnelle c’est-à-dire à une production qui respecte les codes et les normes esthétiques de la pornographie. Il s’agit de donner une image “propre” de soi qui participe à une mise en scène de la sexualité.

F. Le rapport à l’hygiène de vie : une reconfiguration des frontières entre vie privée et vie professionnelle

57Lors des entretiens, la sexualité est apparue comme une sorte de perfor­mance qui impose un rythme et un cadre de vie “sains”. Il s’agit pour les acteurs de surveiller leur sommeil, de faire du sport (en raison de l’image qu’ils doivent montrer face à la caméra, mais aussi de leur hygiène de vie). Loin de représentations libidineuses et “sales” qui sont véhiculées autour de la pornographie, des acteurs renvoient l’image d’un environnement qui permet d’assurer les performances face à la caméra :

Au contraire, le fait de faire du porno, ça donne une meilleure hygiène de vie. Moi, ça me permet de gérer mon sommeil de manière plus intelligente et être bien en forme (Jason, acteur).

58L’un des “fléaux” reconnus par la profession est la difficulté à se trouver en érection face à la caméra. Les acteurs, qu’ils débutent ou non, peinent à se trouver et à se maintenir dans cet état dans ce contexte. Il s’agit portant d’une condition sine qua non pour produire ce qu’un réalisateur nommera “de belles images”. Or, l’érection n’est pas seulement attendue des acteurs occupant un rôle actif, mais aussi des acteurs jouant les passifs. Étant la manifestation du plaisir qu’ils prennent, elle est la mise en image d’une possible inversion des genres : le pénétré gay n’étant alors plus cantonné à une figure féminine.

59L’une des méthodes les plus développées est la pause. Il s’agit d’attendre et de dédramatiser la situation « en attendant que ça vienne » (Stéphane, pro­ducteur). Ceci constitue une bonne partie du tournage et participe à la mise en condition. La pause n’est pas un “temps mort”, elle participe au rythme pornographique. Or, cette cadence doit être maintenue sur un temps long, ce qui érige l’endurance comme valeur masculine. Elle participe à la cons­truction du corps masculin (Frader/Sofio, 2006) et à son esthétique dans le rapport au travail et dans la maitrise des rythmes :

C’est là où depuis les années 1990, il y a une véritable révolution des mœurs… c’est-à-dire que, dans le porno hétéro, même si le mec n’est pas mis en avant, on a des critères physiques pour les acteurs. Pas des mecs jeunes, mais beaux. Ce n’est pas le critère premier… le critère premier c’est de pouvoir bander devant une caméra. C’est un critère très éliminatoire (Dimitri, acteur professionnel).

60L’activité sportive soulève des enjeux quant au conditionnement et à l’endurance, mais joue aussi un rôle dans la socialisation corporelle. La pratique d’un sport va permettre une meilleure gestion de la respiration et du rythme cardiaque ce qui participera au maintien d’une érection ou de positions corporelles contre-intuitives. L’objectif est, selon un réalisateur, de produire de “belles images”, c’est-à-dire des images où les mouvements sont amples, l’angle de vue permettant de saisir l’expression du visage et les sexes en érection ou la pénétration, etc. Les réalisateurs confirment que la taille du pénis importe peu dans la production d’images de qualité puis­que « avec un bon angle et une bonne position corporelle, il est possible d’avoir assez d’amplitude pour donner l’impression qu’un sexe de 13 centi­mètres en fait 22 » (un réalisateur). Toutefois, l’apparence et le tour de taille peuvent avoir une incidence sur la bonne exécution de ces codes esthétiques :

Après, moi les modèles, je veux que ça soit des modèles de tous les jours pour ainsi dire… donc y’a des grassouillets, des types pas grassouillets… enfin, des petites bites, des grosses bites, comme dans la vie. Mais, à un moment donné, tu lui dis : “tu t’es laissé aller quand même… fais attention”, “oui, mais…”, “est-ce qu’on va se branler sur toi, maintenant que tu as ton gros ventre bien grassouillet ou…” (Stéphane, producteur).

61Le paradoxe soulevé par cet extrait témoigne des tensions qui traversent le travail pornographique. En effet, tantôt dans la promotion du potentiel érotique de corps “de tous les jours” et de “beautés banales”, tantôt aux prises avec les normes dominantes du “beau”, le “jugement pornographi­que” (Ferrier, 2005) fait l’objet d’arbitrages encouragés par la fonction masturbatoire du film (« se branler sur toi ») ou par le non-respect d’un enga­gement dans une activité sportive (« tu t’es laissé aller »). Toutefois, ce dis­cours niant le potentiel érotique des corps ne répondant pas aux “canons de beauté” s’appuie sur des stéréotypes grossophobes impliquant que les personnes “grassouillettes” seraient apathiques – donc responsables de leur morphologie – et non désirables.

V. Conclusion

62Le corps du travail est aussi le corps de l’intime. Cet ancrage corporel participe à l’articulation et à la circulation des compétences corporelles dans et par le travail pornographique gay qui fait éclater l’unité traditionnelle de temps et d’espace. Non seulement la centralité du corps permet au travail pornographique gay d’exercer une emprise sur l’ensemble des domaines de la vie quotidienne, mais elle participe aussi à la circulation de connaissances ancrées entre la configuration “professionnelle” et celle de “l’intime”. C’est pourquoi, le beau pornographique, en traduisant les injonctions du travail impose aux acteurs de développer ces compétences corporelles au sein d’une chaine productive élargie (incluant la “sphère privée”). En tant que compétence, il s’acquiert et se traduit par la mise en place et la maitrise de techniques corporelles modulées par les rapports à la race, à l’apparence physique, au genre, au handicap, etc.

63C’est pourquoi les compétences corporelles peuvent participer à la cons­truction de la qualification du groupe professionnel par l’acquisition des canons de beauté d’une homosexualité blanche construite par les pratiques de production et de réalisation en lien avec des dynamiques sociohistoriques spécifiques à l’identité gay (Grmek, 1989 ; Tamagne, 2002).

64Ici, il nous semble que le rapport au travail pornographique gay met au jour les logiques néo-libérales qui intègrent ces compétences corporelles dans une dynamique visant à faire disparaître les sociétés de production. Les “innovations capitalistiques” transforment le modèle de production por­nographique, paupérisent les acteurs en même temps que les imaginaires érotiques, et conduisent paradoxalement les premiers à investir d’autres canaux de diffusions afin de proposer des contenus autoproduits sur leur “chaine”, sur des plateformes de webcam ou OnlyFan©. Ces autoproduc­tions, directement en lien avec le public, peuvent devenir un espace de créa­tion renouvelant les compétences corporelles des acteurs. Elles permettent la production de contre-discours pornographiques (post-porn, etc.) et con­tribuent à l’émergence de nouvelles figures développant par de nouvelles incorporations les identités queers, féministes, etc.

65En somme, ces processus paradoxaux de jouissance et d’aliénation parti­cipent pleinement à qualifier le corps des acteurs (Naville, 1956) et à leur permettre d’en jouir (Naville, 1967).

Haut de page

Bibliographie

Aldrich R. (Dir.),
2006 Une histoire de l’homosexualité, trad. par Saint-Jean P., Lepic P., Paris, Seuil (Beaux livres).

Amadieu J-F.,
2005 Le Poids des apparences : Beauté, amour et gloire, Paris, Odile Jacob.

Bancel N., Blanchard P.,
2007 “La Fracture coloniale : retour sur une réaction”, Mouvements, n° 51, pp. 40-51.

Bilge S.,
2009 “Théorisations féministes de l’intersectionnalité”, Diogène, n° 225, p. 70-88.

Bourdieu P.,
1979 La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit (Le Sens commun).

Brun S., Simon P.,
2020 Inégalités ethno-raciales et coronavirus, Paris, Institut des Migrations (De facto).

Busscher P-O. De,
2000 “Le monde des bars gais parisiens : différenciation, socialisation et masculinité”, Journal des anthropologues, 82-83, p. 235-249.

Connell R.,
2014 Masculinités : enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam.

Courbet D., Ovidie,
2013 Féminismes et pornographie, Paris, France, La Musardine.

Di Folco P. (Dir.).,
2005 Dictionnaire de la pornographie, Paris, France, Presses Universitaires de France.

Dubois F-R.,
2014 Introduction aux porn studies, Paris, Les Impressions nouvelles (Réflexions faites).

Dufournet T., Sehili D., Rozenblatt P.,
2018 L’essor du travail chez soi et les modalités spécifiques d’organisation du travail multi-situé, Rapport de recherche, France, Centre Max Weber - CNRS, Université Lumière Lyon 2, Leroy Merlin Source.

Dunezat X.,
2015 “L’observation ethnographique en sociologie des rapports sociaux : sexe, race, classe et biais essentialistes”, SociologieS, Ethnographie du genre, La recherche en actes, https://journals.openedition.org/sociologies/5075.

Elias N., Heerma Van Voss A. J., Stolk B. Van,
1991 Norbert Elias par lui-même, traduit par CapÈle J-C., Paris, France, Fayard (Pluriel).

Escarpit R.,
2018 Lettre ouverte au diable, Paris, Albin Michel (Lettre ouverte).

Fanon F.,
1971 Peau noire, masques blancs, Paris, France, Seuil (Points).

Ferrier B.,
2005 “Beau/Laid”, Dictionnaire de la pornographie, p. 57-58.

Fleischer A.,
2000 La pornographie : une idée fixe de la photographie, Paris, France, La Musardine (L’attrape-corps).

Foucault M.,
1997 Histoire de la sexualité : L’usage des plaisirs, Paris, France, Gallimard (Collection Tel).

Frader L. L., Sofio S.,
2006 “Depuis les muscles jusqu’aux nerfs ? : le genre, la race et le corps au travail en France, 1919-1939”, Travailler, n° 16, 2, p. 111-144.

Garcia M-C.,
2015 “Approche critique de l’observation de dispositions genrées”, SociologieS, Ethnographie du genre, La recherche en actes, https://journals.openedition.org/sociologies/5102.

Grmek M. D.,
1989 Histoire du sida : début et origine d’une pandémie actuelle, Paris, Payot (Médecine et sociétés Payot).

Holvino E.,
2008 “Intersections: The Simultaneity of Race, Gender and Class in Organization Studies”,
Gender, Work & Organization, 17, 3, p. 248-277.

Hughes E. C.,
1996 Le regard sociologique : essais choisis, traduit par Chapoulie J-M., Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Recherches d’histoire et de sciences sociales).

Kant E.,
1995 Critique de la faculté de juger, traduit par Renaut A., Paris, Flammarion (GF).

Katz J.N.,
2002 L’invention de l’hétérosexualité, Paris, EPEL.

Laurent É.,
2015 “Éthique et ‘participation sexuelle’ lors d’un travail de terrain en milieu gay au japon”, Journal des anthropologues, 136-137, pp. 81-103.

Lefebvre H.,
2019 Éléments de rythmanalyse et autres essais sur les temporalités, Paris, Etérotopia Éditions (Rhizome).

Lhuilier D.,
2005 “Le « sale boulot »”, Travailler, 14, p. 73-98.

Lieber M., Hertz E., Dahinden J. (dirs.),
2010 Cachez ce travail que je ne saurais voir : ethnographies du travail du sexe, Lausanne, Suisse, Antipodes (Existences et société).

Mauss M.,
1934 Les techniques du corps, France, Journal de Psychologie.

Mazuyer E.,
2015 “Le corps et le droit du travail : au cœur d’un paradoxe”, La Revue des droits de l’homme. Revue du Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux, n° 8, https://journals.openedition.org/revdh/1730.

Naville P.,
1967 “De l’aliénation à la jouissance”, L’Homme et la société, 3, 1, pp. 69-81.
2012 Essai sur la qualification du travail, Paris, Syllepse (Sens dessus dessous) [1956].

Ogien R.,
2008 Penser la pornographie, Paris, France, Presses Universitaires de France (Questions d’éthique).

Ribeiro K.,
2015 “Les politiques straight du préservatif : VIH, pornographie et technologies du genre”, Genre, sexualité & société, 14, https://doi.org/10.4000/gss.3698.

Rivoal H.,
2017 “Virilité ou masculinité ? L’usage des concepts et leur portée théorique dans les analyses scientifiques des mondes masculins”, Travailler, n° 38, p. 141-159.

Rubin G. S.,
2011
Deviations: A Gayle Rubin reader, Durham, Duke University Press.

Rubin G. S., Butler J.,
2002 Marché au sexe, trad. par Sokol E., Paris, EPEL (Grands classiques érotologie).

Schaffauser T.,
2014 Les luttes des putes, Paris, La Fabrique.

Sehili D.,
2003 La castration sociale, Paris, Syllepse (Le présent avenir).
2020 Pour une sociologie intersectionnelle du travail, Paris, Syllepse (Présent Avenir).

Sehili D., Dufournet T.,
2000 “Épidémie de COVID-19 : des vulnérables et des invincibles - Première partie : Rhétoriques et pratiques discriminatoires du VIH au COVID-19 à l’aune du genre et de l’âge”, Médecine, 16, 7, p. 296-300.

Simonin D.,
2015 “Problèmes de définition ou définitions du problème ? La ‘pornographie’ dans ‘l’affaire Baise-moi’ ”, Genre, sexualité & société, 14, https://doi.org/10.4000/gss.3672.

Tamagne F.,
2002 “Figures de l’étrange et de l’étranger : la peur de l’homosexuel(le) dans l’imaginaire occidental (1880-1945)”, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest. Anjou. Maine. Poitou-Charente. Touraine, 109/2, p. 129-142.

Trachman M.,
2013 “Le travail pornographique : enquête sur la production de fantasmes”, Sociologie, 2013/3, vol. 4, pp. 349-352.

TrawalÉ D.,
2017 “Être interpellé en tant que gay noir dans la France contemporaine. Tensions subjectives et hiérarchisations identificatoires”, Les cahiers du CEDREF, 21, p. 103-129.

Vörös F.,
2008 Les usages sociaux du film pornographique gay : la consommation de pornographie au prisme de l’homo/hétérosexualité, mémoire de master 2, Paris, IEP de Paris.

Wittig M.,
2007 La pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Cet article vise à montrer que les injonctions du travail pornographique et les logiques de professionnalisation produisent des normes de beauté qui s’intègrent sous la forme de compétences corporelles. Ce rapport au travail spécifique tend à pro­duire le “beau pornographique” qui, parfois, tire profit du potentiel de la marge pour produire des contre-discours érotiques et d’autres fois réaffirme des normes esthétiques dominantes. Nous tentons de mettre en évidence les processus paradoxaux et les logi­ques sous-jacentes à ce travail de “la beauté” et des corps à travers, en particulier, le rapport à la santé, à l’alimentation, aux rythmes de vie et au sport ainsi qu’aux rythmi­ques et cadences pornographiques. Dès lors, “la beauté” semble être le résultat d’une production et d’une injonction qui s’impose à chaque acteur. Or, comment les normes de beauté et leur incorporation traduisent-elles les injonctions du travail pornographique et les logiques de professionnalisation (Hughes, 1996) ? Dans la suite de l’article, nous montrons que “la beauté” est, non seulement le corolaire de la performance en tant que signe de compétences, mais aussi le signe d’une reconfiguration entre les frontières du professionnel et du privé (Dufournet/Séhili/Rozenblatt, 2018). Jamais défini par les dif­férentes figures, mais mobilisé, directement ou indirectement, “le beau” est une catégo­rie flottante dont le sens évolue et s’adapte selon les situations et les interactions.

Théorie : Notre analyse s’inscrit dans la lignée des travaux de Gayle S. Rubin pour qui les stratifications sexuelles ne se réduisent pas aux rapports de genre. C’est pourquoi les rapports de domination sont réversibles et complexes, comme les processus d’aliénation et de jouissance de soi. En ce sens, nous nous distinguons de l’approche navilienne en posant l’aliénation comme la condition de possibilité de la jouissance. L’analyse des corporéités, en tant que techniques corporelles mais aussi comme forme de catégorisa­tion et de construction des corps eux-mêmes, permet de rendre compte de ces processus paradoxaux. Ainsi, contrairement à Mathieu Trachman qui constitue la “beauté” comme un capital corporel faisant de l’esthétique et des compétences deux choses distinctes, nous montrons qu’elle se construit comme compétence professionnelle à part entière.

Méthodologie : Cet article s’appuie sur une recherche doctorale durant laquelle nous avons mené une enquête de type ethnographique en France (Lyon, Paris, Montpellier) et en Espagne (Madrid) entre 2015 et 2019 auprès de 30 personnes travaillant au sein de l’industrie pornographique gay. Des entretiens qualitatifs de type semi-directif ont été réalisés auprès de 25 acteurs, de 18 à 40 ans, étant ou non en activité, mais aussi auprès de 5 producteurs-réalisateurs, de 30 ans et plus. Ces travailleurs exercent ce métier, comme activité principale ou complémentaire, depuis 1 an ou plus (certains travaillant dans la pornographie depuis plus de 10 ans).

Résultats : L’orientation et les pratiques sexuelles participent à l’affirmation de soi, davantage que dans le cadre de la pornographie hétérosexuelle. En raison de cet ancrage “identitaire”, le travail pornographique gay déborde la configuration professionnelle. La centralité du corps au travail fait éclater l’unité traditionnelle de temps et d’espace. Non seulement, elle exerce une emprise sur l’ensemble des domaines de la vie quotidienne, mais elle participe aussi à la circulation de connaissances ancrées entre la configuration “professionnelle” et celle de “l’intime”. C’est pourquoi le beau pornographique, en tra­duisant les injonctions du travail pornographique gay, impose aux acteurs de développer des compétences corporelles au sein d’une chaine productive élargie (incluant la “sphère privée”). En tant que compétence, il s’acquiert et se traduit par la mise en place et la maitrise de techniques corporelles et, de ce point de vue, est une compétence corporelle valorisée et produite dans le cadre du travail pornographique gay et modulé par les rap­ports à la race, à l’apparence physique, au genre, au handicap, etc.

Discussion : Le rapport au travail pornographique gay met au jour les logiques néo-libérales qui intègrent ces compétences corporelles dans une dynamique visant à faire disparaître les sociétés de production. Les “innovations capitalistiques” transforment le modèle de production pornographique, paupérisent les acteurs en même temps que les imaginaires érotiques, et conduisent paradoxalement les premiers à investir d’autres canaux de diffusions afin de proposer des contenus autoproduits sur leur “chaine”, sur des plateformes comme OnlyFan©. Ces autoproductions pouvant devenir un espace de création renouvelant leurs compétences corporelles et contribuant à l’émergence de nouvelles figures pornographiques.

Structured summary

Presentation: This article aims to show that the directives of pornographic work and logics of professionalisation produce standards of beauty which become blended in the form of body competencies. This relationship with the specific work tends to produce “the pornographically handsome”, sometimes profiting from potentials on the margins to produce erotic counter-discourses and, at other times, reaffirming prevailing aesthetic standards. We will attempt to shed light on the paradoxical processes and logics subjacent to this work on “beauty” and bodies particularly through their relation to health, food, life rhythms and sports as well as to pornographic rhythms and rates. Hence “beauty” seems to be the result of a production and injunctions each actor is bound to. But how do the standards of beauty and their incorporation reflect the injunctions of pornographic work and existing logics of professionalisation (Hughes, 1996)? In the rest of this article, we will show that “beauty” is not only the corollary of the performance as a sign of competencies, but also the sign of a reconfiguration between the borders of the professional and private (Dufournet/Séhili/Rozenblatt, 2018). Never defined by the various figures, but directly or indirectly mobilized, “handsome” is a floating category whose sense evolves and adapts depending on the situations and interactions.

Theory: Our analysis aligns with the work of Gayle S. Rubin for whom sexual stratifications are not reducible to gender relationships. That’s why relationships of domination are reversible and complex, like the processes of alienation and enjoyment of self. In this sense, our approach is to be distinguished from the Navilian: in posing alienation as the condition of the possibility of pleasure. The analysis of corporeities, as corporeal techniques but also as a form of categorisation and construction of the bodies themsel­ves, allows us to take these paradoxical processes into account. Thus, unlike Mathieu Trachman who represents “beauty” as corporeal capital, making aesthetics and competencies two distinct things, we show that “beauty” constructs itself as a full-fledged professional competency.

Methodology: This article is based on doctoral research during which we carried out a survey of an ethnographic type, in France (Lyon, Paris, Montpellier) and in Spain (Madrid) between 2015 and 2019 with 30 people working in the gay pornography industry. Qualitative interviews of a semi-structured type were carried out with 25 actors, from 18 to 40 years old, whether or not in activity, as well as with 5 producer-directors, 30 and over. These workers have exercised this trade, as a principal or complementary activity, for a year or more (some having worked in pornography for over 10 years).

Result: Sexual orientation and practices participate in self-affirmation, more than in the context of heterosexual pornography. Because of this “identitary” anchoring, gay pornographic work overflows the professional configuration. The centrality of the body at work explodes the traditional unity of space and time. Not only does it have a hold on an ensemble of domains of everyday life, it also participates in the circulation of know­ledge anchored between the “professional” configuration and that of “the intimate”. That’s why “the pornographically handsome”, in reflecting the injunctions of gay pornographic work, forces its actors to develop corporeal competencies within a widened productive chain (including the “private sphere”). As a competency, it is acquired and reflected in the implementation and control of corporeal techniques and, from that point of view, is a corporeal competency developed and produced within the context of gay pornographic work and is modulated by relationships to race, physical appearance, gender, handicaps, etc.

Discussion: The relationship to gay pornographic labour brings neo-liberal logics to light integrating these corporeal competencies into a dynamics aimed at making production companies disappear. Capitalistic innovations transform the pornographic production model and pauperize the actors along with the erotic imaginaries, paradoxically leading them to seek other channels of dissemination in order to propose self-produced contents on their “network”, on platforms like OnlyFan©. These self-productions are capable of becoming a space of creation renewing their corporeal competencies and contributing to the emergence of new pornographic figures.

Haut de page

Notes

1 Le titre final de la thèse, soutenue en janvier 2021, est Le travail pornographique gay : jouissance et aliénation.

2 Nous considérons le corps comme étant une construction anthropologique (au même titre que le genre) soumise aux possibilités d’invention, de création, etc.

3 La catégorie twinks ou minet désigne de jeunes hommes (entre 18 et 22 ans) ayant encore des traits juvéniles (en lien avec un certain culte de la jeunesse) et généralement imberbes. La catégorie des hairy peut se confondre en partie aux bears, les hairy étant les “nounours” musclés alors que les bears peuvent parfois avoir des carrures plus imposantes.

4 D’ailleurs, notons que la pornographie gay avait joué un rôle important dans l’imposition du préservatif sur les tournages et avait fait pression sur la pornographie hétérosexuelle qui ne l’avait utilisé, dans un premier temps, que pour les scènes de sodomie.

5 Nous montrerons plus loin que le rapport au travail pornographique gay produit des dynamiques d’exclusion de certains types de corps à l’aune des rapports de race et du handicap. Cela contribue non seulement à fragmenter l’apparente homogénéité du groupe “homme” (c’est pourquoi nous lui préférons le terme de “masculinité”), mais aussi, paradoxalement, à uniformiser les représentations selon des logiques hétéro-cis-sexistes.

6 Il s’agit de réalisateurs. Virginie Despentes a réalisé le film Baise-moi (2000) ; Bruce Labruce, Refugee’s Welcome (2017) ; Gaspar Noé, Love (2018).

7 “Beau et bon” est un principe de la philosophie grecque : la beauté physique serait le signe d’une grandeur morale. Dans La distinction (1979), Bourdieu effectuait déjà ce constat.

8 Le bareback n’est pas à confondre avec “la barbaque”, c’est-à-dire le morceau de viande. Il désigne une catégorie pornographique et une pratique sexuelle consistant à avoir des rapports sans préservatif. Littéralement le terme signifie “monter à cru”.

9 Matt Lambert est cinéaste, photographe et directeur créatif travaillant entre Berlin, Londres, Paris et Los Angeles (http://www.dielamb.com/).

10 Néanmoins, une objection pourrait être formulée à l’aune du succès des productions post-pornographi­ques comme celles d’Antonio Da Silva ou de Noel Alejandro.

11 Ici, le producteur oppose travail du sexe et pornographie. Pour lui, le travail du sexe ou l’escorting renvoyant directement à la prostitution.

12 Quand nous parlons de processus racistes, nous utilisons le concept dans un cadre sociologique. Toutefois, nous précisons ici que le racisme est “moralement condamnable” en raison de la rhétorique “moralisatrice” du producteur.

13 Prep : Prophylaxie Pré-exposition est un traitement préventif contre le VIH.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanguy Dufournet, « Performer pour durer »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-2 | 2020, 61-86.

Référence électronique

Tanguy Dufournet, « Performer pour durer »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4259 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4259

Haut de page

Auteur

Tanguy Dufournet

Docteur de sociologie. ATER à l’Inspé de Reims, Université de Reims Champagne-Ardenne ; Centre d’études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations (CEREP), Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber (CMW).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search