Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-2DossierLes esthéticiennes, “petites main...

Dossier

Les esthéticiennes, “petites mains” de l’industrie cosmétique ?

Derrière les soins et la relation de service, les produits, leur commercialisation et leur expertise
Beauticians, “Tiny Hands” of the Cosmetics Industry? Behind Care and its Relationship to Service, Products, their Marketing and their Expertise
Françoise de Barros
p. 109-137

Résumés

L’article traite d’une profession des classes populaires fortement féminisée, les esthéticiennes, en la replaçant dans le secteur économique auquel elle appartient : l’esthétique-cosmétique. Or celui-ci est dominé par l’industrie cosmétique qui produit les différentes substances utilisées dans les soins esthétiques à la fois par les professionnelles (les esthéticiennes) et les consommatrices. Une première partie dessine à grands traits les contours de ces relations entre profession d’esthéticienne et industrie cosmétique : l’histoire de cette relation initiée dans l’invention, au début du 20ème siècle, de la profession d’esthéticienne, la structuration économique et représentative du secteur autour des canaux de distribution de la production cosmétique dont les esthéticiennes et leurs lieux de travail font partie. Les deux parties suivantes sont consacrées à la façon dont ces liens s’incarnent dans le travail des esthéticiennes en s’attachant à la place prise par les produits cosmétiques. D’un côté, le travail de vente, et les relations commerciales avec les marques productrices des produits utilisés dans le cadre des prestations, placent les esthéticiennes dans un rapport de dépendance à l’égard de ces mar­ques, et entrainent un sentiment de déqualification. Mais d’un autre côté, les esthéticiennes se dégagent de l’emprise de l’industrie cométique en développant leur propre expertise cosmétologique.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1« Beauty and business : one might as well say beauty and the beast » (Peiss, 2000 :485) : ce raccourci d’une historienne de l’industrie cosméti­que résume bien la difficulté à montrer les liens pourtant très étroits depuis le début du 20ème siècle entre la production de la beauté, au sens très large (celle des personnes, mais aussi des biens) et le développement d’industries précises et, surtout, de leurs stratégies de commercialisation. Ces dernières, incluant marketing, publicité et distribution, ont en effet des conséquences profondes en termes de production et de diffusion de normes sociales concernant l’entretien des corps et des visages. Les travaux s’inscrivant aujour­d’hui dans la “business history” s’intéressent plus particulièrement à ces effets culturels de l’industrie cosmétique. Et l’on mesure leur pertinence quand on sait qu’en France, cette industrie consacre une proportion de son chiffre d’affaires à la publicité qui est la plus importante de toute la production manufacturière française au début des années 2000 (SESSI, 2004). Cette littérature laisse cependant de côté les implications de ces stratégies commerciales sur les professions du secteur de la beauté au contact direct des clientèles. Or ces implications peuvent être déterminantes, par exemple pour les esthéticiennes.

2En effet, les esthéticiennes évoluent aujourd’hui en France sur un marché du travail diversifié, mais fortement lié à la production cosmétique. Si elles travaillent dans des parfumeries, la vente des produits cosmétiques (parfums, mais surtout maquillage et produits de soins) constitue leur activité exclusive ou essentielle quand l’établissement est équipé d’une cabine destinée aux prestations esthétiques. Tandis que les parfumeries étaient traditionnellement “indépendantes”, au cours des trois dernières décennies se sont développées parallèlement des chaînes de parfumerie (Marionnaud, Nocibé et Séphora étant les plus importantes). Les esthéticiennes peuvent également travailler dans des instituts de beauté : les prestations esthétiques en cabine constituent alors leur activité principale. Tous les instituts ont des liens avec les marques de cosmétiques, car leurs produits sont indispensa­bles aux soins. Certaines marques, à l’instar d’Helena Rubinstein, la fondatrice d’une marque cosmétique éponyme et identifiée par la littérature com­me la “précurseuse” de ce mode de distribution, ont développé leurs propres instituts comme outils de vente de leurs produits dès le début du 20ème siècle. D’autres en ont fait des chaînes, comme la marque Yves Rocher. Ce sont les “marques d’instituts” que l’on ne peut pas acheter dans les grandes surfaces, pharmacies, parfumeries ou autres commerces de détail. D’autres marques d’instituts moins célèbres ont développé également un lien d’exclusivité avec un système de franchise. Et enfin, d’autres encore ne réclament pas de lien d’exclusivité ou de franchise : ce sont juste les fournisseurs d’esthéticiennes artisanes.

3Paradoxalement, les travaux consacrés aux esthéticiennes laissent dans l’ombre ces liens pour étudier les pratiques des esthéticiennes essentiellement au travers de leurs interactions avec les clientes (Cochennec, 2004 ; Jablonka, 2015 ; Arango Gaviria, 2016). Ainsi, alors même qu’elle indique que dans « l’industrie de la beauté », « les femmes occupent une place importante, non seulement en tant que consommatrices, mais aussi en tant qu’entrepreneuses, [et] inventrices » (Arango Gaviria, 2016 :16), Luz Gabriela Arango Gaviria consacre ensuite son article à la relation de service impli­quée par les soins esthétiques. Cette primauté accordée aux relations avec la clientèle par les sciences sociales a sans doute à voir avec le statut aujourd’hui dévalorisé de la profession : abordée d’emblée à travers ce statut, elle trouve une forme de revalorisation dans la dimension non matérielle, relationnelle, du soin. Faite d’écoute et de disponibilité, elle permet en effet des rapprochements avec des professions plus valorisées, intellectuelles, à commencer par les psychologues auxquels certaines esthéticiennes s’identifient explicitement. La dimension relationnelle de leur travail semble également plus fiable pour lui attribuer une forme d’effectivité : à défaut d’efficacité sur le derme, la pilosité ou la silhouette des clientes, dont il n’est jamais question dans ces analyses, celles-ci documentent le “bien-être” prodigué par l’écoute et le cadre d’exclusivité et d’isolement induit par le huis clos des cabines de soins.

  • 1 Voir l’encadré : Une enquête au long cours.
  • 2 Je tiens à remercier les coordonnatrices et coordonateur de ce dossier pour avoir accueilli cet art (...)

4Or, à bien écouter les esthéticiennes qui travaillent actuellement1, il s’a­vère que les produits et outils cosmétiques sont tout autant au cœur de leurs pratiques professionnelles quotidiennes que les clientes et les relations qu’elles entretiennent avec elles. La façon dont elles parlent de ces produits et instruments, leur omniprésence dans toutes leurs activités, qu’elles soient salariées ou à leur compte, en parfumerie ou en institut, donnent à voir l’intrication entre leur profession “de service” et l’industrie cosmétique. Là où Morgane Cochennec insiste sur la domination de la profession d’esthéticienne par des professions médicales (les dermatologues, les chirurgiens esthétiques) et paramédicales (les kinésithérapeutes) dont les prérogatives (intervenir sur le derme, utiliser des aiguilles et autres outils pénétrant dans le corps ou procéder à des massages corporels) bornent celles des esthéticiennes (Cochennec, 2004 :85), nous voudrions éclairer celle qu’a produite le développement de l’industrie cosmétique et la façon dont, en pratique, les esthéticiennes se réapproprient la maîtrise de leur travail par celle des produits2. Comment s’articule une profession de services comme celle des esthéticiennes à une industrie ? Et surtout, quelles en sont les conséquences sur leur travail et leur rapport au travail ?

Une enquête au long cours

  • 3 En fait, trois d’entre elles sont des hommes … nous avons néanmoins conservé le féminin car aucun d (...)

Le corpus central de l’enquête est constitué de 43 entretiens formels menés entre 2014 et 2018 par des étudiantes en deuxième année de licence de sociologie de l’Université Paris 8 auprès d’esthéticiennes3 travaillant principalement en région parisienne. Ils ont de ce fait été sollicités de façon à contourner une difficulté majeure de la réalisation d’entretiens : les refus dans une interaction de face-à-face avec des salariées sur leur lieu de travail. Échaudées par des premières tentatives infructueuses dans des espaces commerciaux, ou effrayées à l’idée de telles déceptions, les enquêtrices se sont souvent réassurées par l’utilisation d’outils numériques de mise en contact (réseaux sociaux ou bottins numériques) qui leur ont permis d’entrer en relation avec des esthéticiennes établies à leur compte “à domicile”. Ces dernières sont dès lors très certainement surprésentées dans le corpus, mais sans qu’il soit possible de dire dans quelle proportion.

  • 4 Quelques étudiantes ont également enquêté “leur” esthéticienne.

J’ai personnellement mené des dizaines d’entretiens informels depuis une quinzaine d’années auprès d’esthéticiennes (surtout salariées) dans les différents instituts, plutôt milieu de gamme, que je fréquente4 en mettant à profit la “relation avec la cliente” mise en avant par les sciences sociales. Lassée de questions souvent standardisées, je me suis en effet mise à les questionner sur leurs trajectoires et formations. Les informations ainsi réunies m’ont conduite au projet pédagogique dans lequel les entretiens devaient servir à nourrir une sociologie des trajectoires professionnelles. C’est le corpus réuni par les étudiantes, caractérisé par la forte présence d’esthéticiennes à leur compte, qui a fait évoluer la problématique vers les pratiques professionnelles et leurs liens avec l’industrie cosmétique. Ces différents entretiens sont enfin complétés par une observation participante “flottante” de ce secteur depuis plus de vingt-cinq ans.

5Bien que fondée sur les propos des esthéticiennes, la mise en évidence de la place de l’industrie cosmétique dans leurs pratiques professionnelles n’est complètement compréhensible qu’en renversant la perspective pour montrer comment le métier d’esthéticienne et les instituts de beauté procèdent de l’évolution de l’industrie cosmétique au 20ème siècle qui en a fait une modalité de distribution de ses produits (II). Cette instrumentalisation des esthéticiennes en tant que profession par les stratégies de commercialisation de l’industrie cosmétique explique que la vente de ces produits constitue un élément incontournable du travail des esthéticiennes, quel que soit le statut d’emploi de ces dernières (III). Toutefois, bien que la production cosmétologique soit désormais captée par l’industrie, la façon dont une partie des esthéticiennes exercent leur profession, montre que ce monopole ne les prive pas totalement de marges d’autonomie à l’égard de l’industrie, voire que certaines esthéticiennes empiètent sur son monopole (IV).

II. Les instituts de beauté et leurs esthéticiennes : un outil moderne de commercialisation au service de l’industrie cosmétique

6L’histoire de la profession d’esthéticienne reste encore à écrire : ce sont bien les travaux historiques sur les cosmétiques qui permettent d’établir l’hypothèse forte que l’invention de cette profession est l’une des consé­quences de l’évolution importante que connaît cette industrie au tout début du siècle dernier. Si cette naissance associe étroitement artisanat de fabrication cosmétique et artisanat de prestations de soins esthétiques, aujour­d’hui, les instituts et les soins qui y sont prodigués apparaissent comme l’une des modalités de distribution des produits cosmétiques fabriqués désormais industriellement.

A. Naissance des esthéticiennes et essor de l’industrie cosmétique

7Le terme d’esthéticienne, absent des dictionnaires au tout début du 20ème siècle (Vigarello, 2004 :185), apparaîtrait en 1949 seulement (Cochennec, 2004 :89). C’est pourtant dès le début du 20ème siècle que cette nouvelle profession est exercée par les employées d’un tout nouveau lieu de soins du corps et du visage : les “instituts de beauté”. Ces derniers proposent des prestations esthétiques visant à la fois le visage, objet de traitements cosmétiques depuis des siècles, mais aussi l’ensemble du corps, en particulier son amincissement, dans une approche globale qui ne serait née que dans les années 1880 (Vigarello, 2004 :183-184). Cependant, les modalités de leur invention ne sont pas encore précisément connues. Dominique Paquet date l’ouverture du premier institut de beauté parisien en 1895 (Paquet, 1997 :81), Georges Vigarello recense leurs publicités dans les revues à partir de 1904 (Vigarello, 2004 :185). Leur apparition en France serait une importation américaine (Paquet, 1997 :81).

8Mais une chose est sûre : leur développement marque une double révolution dans la production de la beauté, accompagnant l’apparition de l’expression “soins de beauté”. Tout d’abord, ils parachèvent la constitution d’un large marché de la beauté entamée dans les années 1880, notamment par la création des grands magasins. Surtout, ils sortent les soins eux-mêmes des espaces intimes auxquels ils étaient cantonnés jusqu’alors, entrainant la création de la profession d’esthéticienne. En effet, les produits cosmétiques, destinés jusqu’alors essentiellement au visage et aux cheveux, étaient produits depuis la Renaissance à la fois de façon domestique, et par certaines corporations, pour être consommés exclusivement dans les espaces privés. D’ailleurs, à la fin du 18ème siècle, leur commercialisation était assurée en partie par les femmes de chambre et autres domestiques (Lanoë, 2008). Un siècle plus tard, la modification des espaces privés consacrés aux soins chez les ménages aisés grâce à la diffusion des miroirs en pied et de l’eau courante permet aux individus, et en particulier aux femmes, de se consacrer pleinement, sans témoins, à un entretien esthétique de toutes les parties de leur corps. L’institut de beauté qui apparaît dans la foulée déplace cet espa­ce dédié à l’entretien du visage et du corps dans un espace commercial inédit. Ce faisant, il offre un nouveau mode de commercialisation à une industrie cosmétique qui ne cesse de se développer dans la première partie du 20ème siècle : les produits cosmétiques ne sont plus vendus exclusivement dans des commerces plus ou moins spécialisés (les parfumeries versus les grands magasins), mais dans des espaces qui proposent à une clientèle très aisée des soins esthétiques utilisant à la fois différentes machines permettant de transformer la silhouette et des produits destinés à améliorer la peau. Les esthéticiennes sont les employées de ces “instituts de beauté”, pour prodiguer les soins esthétiques. En effectuant ces soins, elles font la démonstration des produits proposés à la vente dans ces mêmes instituts. Certaines fabriquent même les produits cosmétiques.

  • 5 Dans la suite de cet article, il ne sera plus guère question de ces machines et instruments uniquem (...)
  • 6 Le statut social valorisé de ces premières “esthéticiennes” plus ou moins illustres va de pair avec (...)

9Pendant la première partie du 20ème siècle, la profession naissante d’esthéticienne articule le travail sur la peau par l’application de produits, mais aussi par la manipulation de machines pour transformer la silhouette, à l’invention de ces produits et machines5. Elle est ainsi associée à un entrepreneuriat féminin prestigieux. Une partie des marques cosmétiques créées à cette époque le sont en effet par des femmes qui inventent, d’abord artisanalement, et fabriquent, rapidement industriellement, des produits cosmétiques qu’elles vendent dans des instituts de beauté extrêmement luxueux. À l’échelle mondiale, les marques américaines Helena Rubinstein (Vigarello, 2004 :185 ; Fitoussi, 2010) et Elizabeth Arden (Woodhead, 2003), créées dans les premières années du 20ème siècle, incarnent cette nouvelle profession. Aux États-Unis, plus généralement, les instituts sont d’abord créés « par des femmes d’affaires et des actrices » (Paquet, 1997 : 81). De même, dans les années 1930, l’écrivaine Colette ouvre un institut à Paris où elle fabrique ses produits et maquille ses clientes. Cette incarnation valorisante des “esthéticiennes” semble circuler jusqu’en 1957 au moins, année où Helena Rubinstein, alors à la tête d’un empire industriel mondial florissant, fait paraître en France un livre intitulé Je suis esthéticienne6.

10Les diplômes nationaux d’esthétique créés en France à partir de 1963 dessinent un contour beaucoup plus modeste à cette profession. D’une part, le certificat d’aptitude professionnelle puis le brevet professionnel d’esthéticienne cantonnent les praticiennes à un métier d’utilisation des produits cosmétiques dans la réalisation de soins esthétiques, leur ôtant ainsi le droit de fabriquer ces produits. D’autre part, à partir de 1990 ces diplômes les éloignent des prestations de soins esthétiques en leur adjoignant des fonctions de vente (Cochennec, 2004). Autrement dit, ils institutionnalisent une définition du travail des esthéticiennes diplômées comme consistant à servir l’industrie cosmétique plutôt qu’à la faire, comme au début du 20ème siècle.

B. L’institutionnalisation des instituts et des esthéticiennes comme outils de distribution des cosmétiques

11Cette position des instituts de beauté et des esthéticiennes par rapport à l’industrie cosmétique s’incarne aujourd’hui très concrètement dans les modalités de commercialisation des produits cosmétiques. En 2003, le secteur d’activité des “parfums et cosmétiques” est réparti par la comptabilité publique en quatre grandes familles

selon le type de produit constituant leur créneau principal d’activité : parfumerie alcoolique, maquillage, produits de beauté et de soins, shampoings et préparations capillaires, produits divers pour l’hygiène corporelle (SESSI, 2004 :3).

12Cette production se distingue parmi l’ensemble des biens de consommation courante notamment par une stratégie dite de « distribution sélective » :

Les producteurs de produits de parfumerie et de cosmétiques […] sélectionnent les distributeurs (parfumeries, instituts …) qui, seuls, seront ainsi habilités à vendre les produits de leurs marques. […] Ce type de contrat client-fournisseur permet aux entreprises de contrôler le renom et la qualité de leur image, mais aussi de mieux contrôler le marché et les prix (SESSI, 2004 :18).

  • 7 À cette époque, les “Soins de beauté et entretien corporel” sont répartis entre les “Soins de beaut (...)
  • 8 Les esthéticiennes peuvent toutefois travailler également dans un cadre moins commercial : celui de (...)

13À côté du commerce de gros, les circuits de commercialisation de l’industrie cosmétique sont ainsi constitués, d’une part du “Commerce de détail – Parfumerie (523E)”, et d’autre part des “Services aux personnes – : Soins de beauté et entretien corporel”7, soit les deux secteurs d’emploi des esthéticiennes8.

  • 9 Cette confédération ne représente que les esthéticiennes indépendantes. Les salariées peuvent se sy (...)
  • 10 Les organismes de formation au secteur de l’esthétique ont cependant par ailleurs leur propre syndi (...)
  • 11 La CNAIB a créé à leur attention un réseau spécifique et cherche à augmenter le nombre de ce type d (...)
  • 12 Ce directeur occupe de nombreuses autres fonctions au sein de la CNEP, montrant l’implication impor (...)

14La structuration de la représentation professionnelle de l’industrie cosmétique et des soins esthétiques auprès des pouvoirs publics confirme cette réduction des instituts de beauté et de leurs employées à un rôle de commercialisation. Des quatre fédérations qui contribuent à cette représentation, une seule, la Confédération nationale artisanale des instituts de beauté et spas (CNAIBspa) fournit des informations sur les effectifs, les revenus et le contenu des diplômes des esthéticiennes9. Mais à l’image des autres organismes représentatifs, elle intègre aux “métiers de la beauté” qu’elle pré­tend représenter, les centres de formation, les écoles10 et les fournisseurs, auxquels elle consacre d’ailleurs des efforts particuliers11. Son concurrent, l’Union des professionnels de la beauté (UPB), réunit des organismes entretenant des liens plus étroits encore avec l’industrie cosmétique, excluant les prestations de soin de la définition du travail des esthéticiennes. L’UPB représente en effet notamment les « chaînistes » et les « franchisés » (CNEP, sd :18) et fait partie de la Confédération nationale de l’esthétique parfumerie (CNEP) aux côtés de l’Union des marques de l’esthétique, qui a pour trésorier un cadre du groupe Rocher12, propriétaire de la marque Yves Rocher. De plus, la CNEB place les “instituts de beauté” dans le secteur de la “distribution” (CNEB, sd :14). Le second organisme de représentation des artisanes-esthéticiennes s’inscrit ainsi explicitement dans une définition de cette profession conforme à celle que lui a réservée l’industrie cosmétique.

  • 13 https://www.febea.fr/fr/la-febea/nos-missions.
  • 14 Il fédère en effet « six syndicats représentant chacun un circuit de distribution spécifique : deux (...)
  • 15 https://ffps.fr/la-federation/la-gouvernance/, consulté le 7 janvier 2021.

15De son côté, la FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté), « unique syndicat professionnel des entreprises fabricantes opérant en France […] représentant plus de 95 % du chiffre d’affaires du secteur »13, est structurée selon le mode de distribution et non des types de produits pourtant très différents (parfums, soins, maquillage, produits d’hygiène ou de toilette, produits capillaires)14. Or, sur les six fédérations qu’elle regroupe, deux concernent la “vente sélective” reposant sur des types d’établissements employant des esthéticiennes (les chaînes de parfumerie et les parfumeries indépendantes), à l’exclusion des “instituts de beauté” dont l’activité principale est fondée sur les prestations esthétiques prodiguées par des esthéticiennes. La représentation des établissements employant des esthéticiennes principalement, voire exclusivement, pour vendre des cosmétiques peut enfin s’appuyer sur la Fédération française de la parfumerie sélective (FFPS), particulièrement investie par les trois plus grosses enseignes de parfumerie présentes sur le territoire français : le directeur général de Sephora France, le président du directoire de Nocibé et le directeur général de Marionnaud15.

16Lorsqu’elle apparaît au début du 20ème siècle et jusqu’à la fin des années 1950 environ, la profession d’esthéticienne jouit du statut social, relativement indéterminé, de professionnelle de la beauté, possiblement valorisé. Cette figure professionnelle est en effet attachée à l’apparition des “instituts de beauté”, liés au très grand essor de l’industrie cosmétique, destinés à une clientèle aisée et créés par des femmes jouissant d’un statut social valorisé. Aujourd’hui, les esthéticiennes apparaissent à la fois comme une profession faiblement valorisée et cantonnée par l’industrie cosmétique à un rôle de vendeuses et promotrices de ses produits dans le cadre de stratégies spécifiques de distribution qui structurent l’organisation de ce secteur. Le corollaire de ce cantonnement est la centralité des produits cosmétiques dans les pratiques des esthéticiennes. Comme nous allons le voir dans le point suivant, les produits sont en effet au cœur du travail des esthéticiennes, de vente, mais aussi de soins.

III. La vente de cosmétiques : la face cachée des soins esthétiques ?

17Interrogées sur leur formation, les jeunes esthéticiennes marquent parfois la surprise qu’elles ont ressentie en découvrant que le CAP d’esthétique les formait également à la vente. Par exemple, cette jeune esthéticienne précisément salariée d’une chaîne de parfumerie :

  • 16 Élodie, 22 ans, salariée Marionnaud Saint-Denis, CAP, 8 novembre 2015.

Q. : Et justement, est-ce que vous pouvez parler un peu plus de ce CAP … en quoi ça consiste ?
R. : […] on voit de tout : du soin, de l’épilation, du maquillage. Mais on voit aussi de la vente ! Je mets le point sur la vente parce que c’est l’une des matières qui m’a vraiment choquée en arrivant. […] je pensais voir […] les étapes de l’épilation et tout, mais j’ai vu de la vente !16.

18La vente, et donc la formation à cette activité, apparaissent logiques compte tenu de la place réservée aux soins esthétiques et aux esthéticiennes dans et par l’industrie cosmétique. Il s’agira de montrer comment, du point de vue des esthéticiennes salariées affectées à cette tâche, la vente apparaît non seulement différente de ce qu’elles estiment être leur “métier”, mais aussi dévalorisante (B). Cependant, les esthéticiennes indépendantes travaillent également à la vente des cosmétiques. Plus difficile à saisir dans les propos de professionnelles qui mettent en avant leurs prestations esthéti­ques, cette place apparaît ambivalente, mais tout aussi centrale que chez les salariées (A).

A. Les esthéticiennes indépendantes : entre vente et consommation professionnelle

19Bien que ce point n’ait pas été au centre des entretiens menés et ne puisse donc être complètement documenté, les propos de deux esthéticiennes à leur compte selon des modalités très différentes illustrent bien l’échange commercial entre esthéticiennes et marques de produits de soins du visage (et plus marginalement du corps). À la différence des produits et instruments cosmétiques indispensables à certaines prestations, mais non vendus à la clientèle (la cire pour les épilations, les différentes machines utilisées pour des soins du visage et du corps), les crèmes, sérums, nettoyants, démaquillants, gommages et autres masques utilisés pour les soins du visage sont à la fois indispensables à l’activité artisanale (la prestation des soins), mais également la base de l’activité commerciale des instituts. Dès lors, les contrats commerciaux (implicites ou explicites) entre les esthéticiennes indépendantes et les marques de ces produits doivent à la fois permettre aux esthéticiennes de vendre avec profit ces produits à leur clientèle, et aux mar­ques de faire leur publicité. L’une des rares esthéticiennes du corpus installée depuis longtemps à son compte dans un local commercial explique ainsi clairement qu’elle s’est résolue à changer de marque de produits de soins (Phytomer) parce qu’elle estimait qu’elle avait rompu cet accord tacite en vendant leurs produits également hors institut à un prix similaire, réduisant ses possibilités à elle de vendre :

  • 17 Sylvie, 51 ans, École de maquillage (privée), BTS puis CAP, titulaire parallèlement d’un Bac ES, in (...)

Ce n’est pas le produit qui me plaisait plus, ils se sont mis à vendre en parapharmacie et des clientes trouvaient en parapharmacie au prix où moi je les achetais donc, à l’époque on ne vendait presque plus rien en institut. On les payait plus cher que la clientèle sur Paris dans les grandes para17.

  • 18 Idem.

20Inversement, outre les qualités cosmétologiques de ses produits, Sylvie insiste sur les caractéristiques du partenariat commercial avec la marque par laquelle elle a remplacé Phytomer pour expliquer son choix. Elle voulait « surtout une marque française », c’est-à-dire une « petite marque », un « petit labo », garantissant d’une part une meilleure maîtrise de l’acheminement des produits par l’absence d’intermédiaires, un service après-vente plus réactif et, enfin, une exclusivité de la revente : « ils font pas de revente sur internet, […] normalement ils sont là pour travailler avec les instituts »18.

  • 19 Laurence, 30 ans, CAP candidate libre Guinot, esthéticienne à domicile au Bourget (clientes), 15 oc (...)

21Si Sylvie doit donc rechercher des marques qui lui permettent à la fois de « travailler en cabine », donc avec des produits qui répondent à certains critères cosmétologiques, et de faire de la revente avec profit, elle ne semble pas avoir de difficultés à convaincre des marques de travailler avec elle. La situation a été tout autre pour Laurence, qui, lorsqu’elle s’est installée à son compte, mais à domicile, s’est heurtée au refus des marques en raison de l’absence de garantie commerciale qu’elle semblait présenter à leurs yeux : « Bah en fait on avait fait pleins de rendez-vous avec des fournisseurs pour les soins, ils nous ont refusé parce que en fait on n’a pas notre vitrine, notre vitrine c’est quoi ? … C’est l’écran d’ordinateur sur internet19 ». Les esthéticiennes choisissent ainsi autant leurs fournisseurs que ces derniers choisissent leurs clientes. Pour les “fournisseurs”, c’est-à-dire les marques de cosmétiques, la diffusion de leurs produits auprès des esthéticiennes recou­vre donc un double enjeu : à la vente de leurs produits à ces professionnelles s’ajoute la publicité que leur espace commercial est susceptible d’offrir à ces mêmes produits. Ils vendent ces derniers et en même temps obtiennent gratuitement des espaces publicitaires dans les vitrines. Dans ce mécanisme commercial, les esthéticiennes à domicile se trouvent évidemment désavantagées.

22En effet, les produits cosmétiques, au-delà de leur vente par les esthéticiennes, sont indispensables à l’existence même des soins. Plusieurs esthéticiennes interrogées sur la part des différentes prestations dans leur activité répondent ainsi en se basant sur la part des différents types de produits nécessaires à ces prestations dans leurs dépenses de fournitures. Surtout, tou­tes les esthéticiennes interrogées sur le contenu des soins répondent invariablement par la succession des différents produits ou instruments utilisés. Autrement dit, pas de soins sans produits. Cette omniprésence des cosméti­ques dans les soins esthétiques va de pair avec l’idée développée plus haut que les instituts ont été inventés au début du 20ème siècle en partie pour met­tre en scène les cosmétiques afin de mieux les vendre. Pour illustrer cette équation, nous avons choisi de faire entendre Melissa, installée depuis à peine un an à son compte dans un local commercial :

  • 20 Le “vapozone” est une machine qui produit de la vapeur et la projette sur le visage afin que la cha (...)
  • 21 Melissa, 23 ans, CAP et bac pro, indépendante dans son propre institut à Montfermeil depuis 1 ans a (...)

Q. : C’est quoi les soins du visage ?
Melissa : Alors, les soins du visage ça va être [euh...] en fait c’est des produits qu’on va utiliser pour le visage. Donc un soin de visage, c’est tous les mêmes protocoles, en fait ça va être plus les masques et les crèmes qui vont changer. C’est des produits qu’on change en fonction, de… du type de peau qu’on a. Donc les protocoles ça va être le démaquillage, gommage [euh…] ampoules, une ampoule c’est des extraits de comment ça s’appelle… des principes actifs, ça va être des princi­pes actifs pour améliorer la fonction du masque et pour le type de peau, la peau grasse et sèche, ça va être mieux pour sa peau. Ça dépend si elle veut faire les points noirs, si elle veut enlever tous les petits boutons tout ça, là dans ce cas on fait le vapozone20, après c’est masque, modelage, crème de jour, ça va toujours être la même chose. La seule chose qui change ça va être au niveau du gommage, selon le type de peau ça peut être à grain, mécanique, chimique, voilà il y a plusieurs sortes de gommages [euh...] au niveau de la crème du masque, donc au niveau pardon des ampoules donc selon le type de peau […] il y a des huileuses, des aqueuses, tout ça ! Si il y a plein d’ampoules différentes. Au niveau des masques, donc ça peut être très bien un masque crémeux pour les peaux sèches, un masque gélifié pour les peaux sensibles, un masque à l’argile qui va sécher pour les peaux grasses ou une feuille de collagène pour retendre un peu le visage, les tissus pour les rides21.

  • 22 Produit auxquels il faut ajouter certaines machines : ici le vapozone. En revanche, les soins du co (...)

23Interrogée sur la définition de l’un des soins qui réclame le plus de produits (sur 60 à 90 minutes) Mélissa répond ainsi non seulement par la succession des produits utilisés, mais aussi par la déclinaison de chacun des produits selon les caractéristiques de la peau. Elle donne ainsi à voir non seulement qu’un soin du visage se définit par cinq « produits qu’on va utiliser pour le visage »22, mais que, de plus, au moins quatre existent dans trois ou quatre déclinaisons. Après ces dimensions cosmétologiques, les esthéticiennes doivent choisir une marque correspondant au niveau de vie de la clientèle.

24Les produits cosmétiques sont ainsi omniprésents dans le travail des esthéticiennes indépendantes, car, tous les soins requérant ces produits, elles ont à faire à ces derniers à la fois lorsqu’elles effectuent les prestations, comme toute esthéticienne, mais également pour organiser commercialement ces prestations. Elles doivent identifier les producteurs cosmétiques proposant les produits qui leur conviennent (en termes cosmétiques et en termes de positionnement) et les convaincre de leur vendre ces produits selon des modalités leur permettant également de les revendre aux clientes. En retour, l’enjeu pour les producteurs de cosmétiques est de confier leurs produits à des esthéticiennes qui sauront les mettre en valeur non pas uniquement dans leurs prestations, mais également à travers l’espace commercial dans lequel elles travaillent. Cette utilisation commerciale des instituts par certaines marques de cosmétiques explique que les esthéticiennes qui en sont dépourvues parce qu’elles travaillent à domicile, comme c’est le cas pour Laurence, trouvent difficilement des fournisseurs.

25L’utilisation des instituts comme lieu de vente et de promotion des cosmétiques explique également que certaines marques cosmétiques ont créé des instituts pour vendre ces produits. Comme nous allons le voir maintenant, le travail dans ces instituts pour les esthéticiennes qui en sont les salariées s’apparente à celui de celles qui travaillent dans les parfumeries.

B. Des compétences esthétiques soumises à la vente de cosmétiques ?

  • 23 Si l’on compte à la fois celles qui sont salariées au moment de l’entretien, celles qui ont été sal (...)
  • 24 Séphora se distingue en cela des parfumeries traditionnelles qui, si elles sont essentiellement des (...)
  • 25 Yves Rocher propose en effet à la vente de larges gammes de maquillage alors que ce dernier est peu (...)

26Parmi les employeurs des enquêtées23 dominent deux marques pour lesquelles les esthéticiennes doivent être aussi, voire surtout, des vendeuses : Séphora et Yves Rocher. Leurs enseignes sont aisément repérables dans l’environnement urbain français : des boutiques noir et blanc pour Séphora, avec des affichages de visages féminins lourdement maquillés, des vitrines au contraire vert clair, aux affichages de visages féminins “au naturel” pour Yves Rocher. Les deux marques ont pour point commun d’avoir maillé le paysage commercial urbain et périurbain français dans les vingt dernières années de locaux commerciaux consacrés à l’esthétique. Si Séphora est une marque de parfumerie qui ne propose pas de soins esthétiques24 alors que Yves Rocher est une marque de produits cosmétiques dont les “instituts” sont consacrés à la vente exclusive de ses produits et de soins esthétiques utilisant exclusivement les produits de la marque, leurs salariées ont ceci de commun que c’est uniquement dans leurs propos qu’apparaît une dichotomie forte entre, d’une part, “l’esthétique”, c’est-à-dire les soins pratiqués sur une cliente et, d’autre part, la “vente”. Malgré l’existence de cabines de soins dans les “boutiques” Yves Rocher, ces dernières s’apparentent de fait à des parfumeries qui ne se consacreraient qu’à une seule marque. Le nom­bre et les types de produits vendus y dépassent en effet de loin ceux qui sont utilisés en cabine25, contrairement à ce qui se pratique en instituts où les produits vendus à la clientèle s’écartent peu de ceux utilisés en cabine. La vente de produits apparaît ainsi comme débordant largement les soins, même si ces boutiques peuvent parfois employer plusieurs esthéticiennes. De ce fait, les salariées esthéticiennes de Sephora comme de Yves Rocher ont à faire face à la même prépondérance de la vente vis-à-vis de laquelle elles expriment le même rejet lorsqu’elles se sentent dévalorisées par cette activité.

27Tandis qu’elles estiment que “l’esthétique” constitue leur métier, la “vente” apparaît aux esthéticiennes salariées de ces deux grands groupes non seulement comme une activité très différente, mais en même temps pénible, car elles la perçoivent comme visant à “forcer la vente”. Et de fait, si la prestation esthétique est tout aussi commerciale que la vente, à la diffé­rence de celle-ci, les esthéticiennes ne proposent jamais de soins comme les vendeurs proposent des produits. Ce sont toujours les clientes qui prennent l’initiative, soit de prendre rendez-vous à l’avance, soit d’entrer dans un institut pour se faire faire un soin à l’improviste. Les esthéticiennes sont à leurs clientes de cabines ce que les garagistes sont à leurs clients : ils rendent service. Le caractère « sollicitatif » (Barbier, 2012 :35) de la vente et son absence de la relation de clientèle engagée dans les prestations esthéti­ques malgré le caractère tout aussi commercial de celles-ci ressort de la comparaison que formule Melissa, jeune esthéticienne fraichement installée à son compte, entre son attitude commerciale au moment de l’entretien et celle qu’elle avait lorsqu’elle travaillait en parfumerie :

  • 26 Melissa, 21 octobre 2015.

J’ai beaucoup aimé mes stages en parfumerie, c’est les stages que j’ai préférés […] vraiment j’adore ce côté-là, aller vers la cliente, lui proposer des parfums, lui demander ce qu’elle aime, si elle a besoin d’aide. Mais au salon, quand la cliente est dehors et qu’elle regarde les tarifs, je vais avoir du mal à aller vers elle26.

28Si Melissa a « du mal à aller » vers les clientes qui sont à l’extérieur de son institut pour les engager à entrer alors qu’elle trouvait du plaisir à le faire en parfumerie, c’est peut-être parce que ce n’est tout simplement pas dans les codes de l’univers du “soin esthétique” dont les termes mêmes renvoient à l’idée d’un besoin.

29Pour certaines esthéticiennes, être placées dans une posture de vendeuses revient à être professionnellement dévalorisées, y compris lorsqu’elles perçoivent une forme de stigmatisation de leur profession : être vendeuse, c’est « pire ». Dans cette perception jouent à la fois le sentiment de ne faire valoir aucun véritable savoir-faire et celui de ne rendre aucun service aux clientes, voire de les “tromper” en les “forçant” à acheter, deux éléments associés à une conception dévalorisante de la vente de détail en général et largement répandue dans l’opinion (Barbier, 2012). À l’inverse, elles perçoivent le travail en cabine sur le corps des clientes comme nécessitant la maîtrise de différentes techniques et produisant un résultat concret qu’elles perçoivent immédiatement, non seulement elles-mêmes, visuellement, (« c’est propre », « c’est net », « c’est beau »), mais aussi dans l’interaction avec la cliente lorsque celle-ci manifeste également une satisfaction identique, voire de la gratitude.

30Chez Séphora, l’articulation des deux métiers (esthéticienne et vendeuse) se fait au moyen d’un management prégnant et pressant qui fixe des objectifs de vente aux “conseillères”. L’abondance de cet encadrement est d’ailleurs l’un des éléments par lesquels la chaîne est présentée spontanément par l’une de ses anciennes salariées :

  • 27 Julie, 34 ans, indépendante dans un salon de coiffure à Aubenas, salariée pendant 4 ans chez Sephor (...)

C’est tout à fait différent ! L’organisation est différente euh là-bas c’était donc y’avait des règles y avait des... des chefs, la directrice, les responsables, les emp… enfin les conseillères, les simples vendeuses voilà donc y’avait une hiérarchie27.

  • 28 L’existence de cet encadrement étoffé, chargé notamment de surveiller et de “motiver” le travail de (...)
  • 29 Amélie, 27ans, salariée Séphora Chatellerault, CAP et BTS d’esthétique, 21 novembre 2014.
  • 30 Idem.

31Les objectifs de vente rythment autant les journées de travail des salariées que leur évolution au sein de l’entreprise28. Les esthéticiennes sont non seulement cantonnées à des activités de ventes, mais, de plus, sur un mode agressif : elles sont « pressées comme des citrons »29. Certaines d’entre elles estiment que le titre officiel de “conseillère” qui leur est attribué sur la base du fait qu’étant toutes détentrices au moins du CAP d’esthétique (voire, pour certaines de nos enquêtées, du BTS esthétique-cosmétiques) elles sont censées conseiller la clientèle dans ses achats et non l’encourager à acheter est contredit par le management des boutiques. Celui-ci fixe en effet des objectifs qualitatifs : selon les semaines, les esthéticiennes doivent vendre plutôt certaines marques que d’autres30. Il en résulte pour certaines d’entre elles le sentiment d’une dépossession de leurs compétences qui visent précisément pour une part (confer infra) à juger de l’adéquation entre les propriétés d’un cosmétique et des particularités cutanées données.

32Chez Yves Rocher, les esthéticiennes peuvent échapper à la vente, car les “boutiques” emploient également du personnel exclusivement affecté à cette tâche. Elles ne doivent remplir cette fonction que lorsqu’elles ne sont pas en cabine. La répulsion de certaines esthéticiennes pour la vente amène ces dernières à commencer leur journée immédiatement par « regarder le planning » afin de vérifier qu’elles passent l’essentiel de la journée « en cabine ». Au moindre trou, elles devront aller « en boutique ». Lorsque les rendez-vous n’étaient pas pris en ligne par les clientes, mais au téléphone, certaines esthéticiennes pouvaient même faire en sorte de remplir « leur » planning pour réduire au maximum le temps passé en boutique.

33Mais les prestations en cabines sont elles-mêmes articulées à la vente : elles sont l’occasion de proposer des achats aux clientes. Une telle démar­che commerciale paraît évidente pour tous les soins du visage : si la cliente est satisfaite du soin, celui-ci fonctionne comme une démonstration des produits utilisés et l’acte d’achat coule alors de source. Mais chez Yves Rocher, cet acte est formalisé dans le “programme beauté” que l’esthéticienne doit proposer à la cliente :

  • 31 Stéphanie, 26 ans, CAP esthétique et bac pro vente, salariée Yves Rocher depuis 8 ans, 22 novembre (...)

Donc moi j’essaye de toujours mettre une crème de jour qui est bien adaptée à leur type de peau. Comme ça après en sortie de cabine je peux leur expliquer aussi donc tout ce qu’il faut qu’elles mettent, vraiment leur programme de beauté31.

34Le processus est le même y compris pour les prestations où les produits cosmétiques paraissent plus discrets comme les épilations :

  • 32 Idem.

Quand on fait une épilation par exemple, on conseille un gommage à la cliente pour enlever les poils de sous la peau, […] on lui conseille une crème hydratante à mettre tous les jours et dans le but qu’elle achète en sortant de la cabine des produits32.

  • 33 Idem.
  • 34 Idem.

35C’est cette même esthéticienne qui explicitera le plus clairement le lien entre prestations en cabine et vente de produit, sans doute parce que, comme elle le répète plusieurs fois, elle « n’aime pas la vente »33 : « Bah oui, un moment il faut toujours faire en sorte que la cliente sorte avec un produit. Mais partout […] normalement quand une cliente vient faire un soin elle doit ressortir en achetant un produit »34.

36Que les esthéticiennes soient indépendantes ou salariées, leur travail et les espaces où elles exercent ce dernier sont donc utilisés par les marques de cosmétiques, selon des modalités variées, pour vendre et faire la promotion de leurs produits. Certaines chaînes de parfumerie, comme Séphora, ou d’esthétique, comme Yves Rocher, font prévaloir dans les activités de leurs esthéticiennes salariées des tâches de vente directe ou indirecte. Mais lors­qu’elles sont indépendantes, les esthéticiennes doivent également faire avec cette dépendance aux marques de cosmétiques en raison de l’omniprésence des produits dans les soins qu’elles effectuent. Nous venons de décrire la relation commerciale ambivalente que les esthéticiennes à leur compte entretiennent avec les marques de cosmétiques qui leur vendent parfois autant qu’elles leur demandent de vendre leurs produits pour montrer comment la profession d’esthéticienne est commercialement instrumentalisée, même sous statut indépendant. Il reste que les esthéticiennes, qu’elles soient dans ou en dehors de la condition salariale, mettent également à distance cette emprise de l’industrie cosmétique sur leur travail en manifestant une forme d’ethos artisanal fondé sur la maîtrise de ces mêmes produits.

IV. Les réverbérations d’un ethos artisanal dans les pratiques et le rapport au travail des esthéticiennes

37L’ethos de l’artisanat se caractérise traditionnellement par une valorisation du “travail bien fait” qui implique une maîtrise de l’ensemble des éta­pes pour conduire au résultat final et l’absence de quantification du temps passé pour atteindre la qualité visée (Zarca, 1986). Cette valorisation du “bien fait” est également manifeste dans les propos de la plupart des esthéticiennes indépendantes, surtout celles qui travaillent à domicile, par exem­ple dans le temps passé à certaines prestations : là où dans des “chaînes” chaque type d’épilation, par exemple, a son timing impératif, bien des esthéticiennes à domicile disent « passer le temps qu’il faut », en fonction de la pilosité de la cliente. Mais ce goût pour “le travail bien fait” réputé être l’apanage de l’artisanat masque chez les esthéticiennes à leur compte com­me chez certaines salariées, un goût pour les produits “bien faits” (ou, pour reprendre leurs termes, les « bons » produits, c’est-à-dire ceux qui « sont efficaces », « marchent vraiment bien »).

  • 35 Julie, 25 ans, CAP et BP, salariée dans un “institut indépendant” du centre de Paris, 18 novembre 2 (...)
  • 36 Bien entendu, cette motivation n’est pas la seule, ni même peut-être la plus déterminante pour tout (...)

38Cette préoccupation semble se traduire jusque dans les trajectoires de certaines esthéticiennes, choisissant leur employeur en fonction des produits qu’il utilise. C’est par exemple le cas de Julie qui, à 25 ans, a déjà 18 mois d’expérience en tant qu’indépendante, a enchaîné des emplois de salariée dans plusieurs instituts dont une “chaîne” spécialisée dans l’épilation dont elle n’appréciait pas la direction qui « ne comprenait rien au métier d’esthéticienne » et qui se trouve enfin satisfaite de sa situation depuis deux ans dans un « institut indépendant », dirigé par une ancienne esthéticienne. Ce qu’elle apprécie ? Le partage d’une même conception du métier avec la « patronne » et l’utilisation de « bons matériels », « de bons produits de bonne qualité »35. La préoccupation relative aux produits utilisés peut même conduire36 certaines esthéticiennes à opter pour un statut indépendant. La possibilité de travailler avec les produits auxquels elles reconnaissent de l’efficacité apparaît comme l’un des motifs fréquemment mis en avant par les esthéticiennes travaillant à leur compte, comme c’est le cas ici pour Audrey :

  • 37 Audrey, 26 ans, CAP et école de maquillage, indépendante au domicile des clientes, 6 octobre 2015.

Q. : Pour toi de toute évidence, quel est le gros avantage d’être son propre patron à domicile ? Est-ce que c’est le salaire, la gérance de son emploi du temps, c’est …
R. : Non, c’est pas du tout le salaire déjà ! Mais c’est plus le côté où faire vraiment ce qu’on aime avec les produits que l’on aime… Enfin, c’est évident de travailler, comment dire… Avant quand j’étais employée, y avait des produits que j’aimais pas forcément avec lesquels travailler. Là le fait d’être à son compte, je fais ce que je veux37.

39Le « je fais ce que je veux » clamé ici par Audrey pour conclure sa réponse montre a contrario ce qui était au cœur de la partie précédente : la dépendance des esthéticiennes à l’égard des marques cosmétiques qui mettent leur travail au service de la vente de leurs produits et la centralité des produits dans leur travail et leur rapport au travail. Nous voudrions à présent souligner certaines conditions de possibilité et modalités de cette proclamation d’autonomie à l’égard des produits cosmétiques. Alors que le marché de la formation esthétique a cantonné les esthéticiennes à un faible niveau de qualification (indexée sur un diplôme de niveau V) depuis les années soixante et que, depuis la création du BTS, la cosmétologie est explicitement exclue des compétences officielles de ces dernières, une partie d’entre elles se constituent cependant une expertise dans ce domaine en dehors de ses savoirs constitués, profane en ce qu’elle repose sur des pratiques domesti­ques ou quasi domestiques (A). Cette expertise s’exprime alors dans des capacités à juger de l’efficacité et de l’innocuité des produits (B) et peut aller jusqu’à la fabrication de ces derniers (C).

A. Une expertise partiellement “profane”

40Cette expertise apparaît fondée soit sur des connaissances théoriques concernant les principes actifs contenus dans les produits, soit sur une expérience qui s’apparente à de la clinique médicale. Cette expérience n’est pas accumulée uniquement dans le cadre professionnel, mais aussi personnel, dans les pratiques esthétiques autoadministrées, ou entre connaissan­ces, pendant l’adolescence.

41Cette autoformation, développée parfois avant même d’intégrer les éco­les, est souvent exprimée par les intéressées comme une « passion » pour le métier, ou plutôt l’une de ses dimensions : le maquillage arrive en tête, mais sont évoqués aussi le fait de « faire des papouilles » (sortes d’embryon de massages) aux proches, ou de « rendre belles » celles qui font partie de ces proches. Apparemment plus souvent mentionnée par les esthéticiennes que par les apprenties coiffeuses qui parlent d’un « goût » (Denave/Renard, 2019), la « passion » ou la « vocation » (terme qui revient aussi beaucoup dans les entretiens) s’incarne dans des pratiques enfantines et adolescentes précises :

  • 38 Élodie, 8 novembre 2015.

J’ai toujours beaucoup aimé le domaine de l’esthétique, prendre soin de moi, de mes proches, de ma maman, faire des soins du visage, quand on était petite, mettre du concombre sur les yeux et tout (petit sourire), ça m’a toujours plu en fait. Et vraiment, je me renseigne sur Youtube en regardant des tutos de Make-up sur internet, essayer de les reproduire sur mes poupées, sur mes cousines, faire des petit “smoky eyes” … des petits trucs comme ça38.

  • 39 Les entretiens ne permettent pas de le montrer, mais on peut faire l’hypothèse que ces apprentissag (...)

42Dès l’enfance, certaines futures esthéticiennes apprennent ainsi sur elles-mêmes et leurs proches certains gestes spécifiques à la profession39.

43Pour les plus jeunes des enquêtées, cette « passion » se manifeste aussi dans une intensité des pratiques esthétiques pendant leurs premières années d’activité professionnelle. Plusieurs d’entre elles, qui sortent à peine ou qui sont encore dans leur période d’apprentissage au moment de l’entretien, révèlent qu’elles cumulent leurs heures « au salon », chez un employeur, et du (travail à) « domicile », parfois rémunéré « au noir ». Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le caractère “domestique”, voire intime, des pratiques d’entretien du corps et du visage se traduit pour certaines jeunes esthéticiennes par une revendication de professionnalisme grâce à l’accumulation d’expérience qu’il permet.

  • 40 Élodie, 8 novembre 2015.

44Cette revendication paraît croître avec la jeunesse des enquêtées car plus elles sont jeunes plus elles s’appuient sur les moyens d’autoformation et de promotion que fournit internet. Les réseaux sociaux leur apportent en effet des “modes d’emploi” (les fameux “tutos”) pour apprendre ou perfectionner des techniques. Ainsi Élodie estime que, lorsqu’elle intègre son CAP, à l’adolescence, elle était « vraiment douée pour faire cela » grâce à un apprentissage « sur le tas » domestique, favorisé par les outils d’autoformation fournis par internet, permettant de s’entrainer et de progresser : « Au début j’ai vu que ce n’était pas si facile que ça, il fallait avoir la main, être manuelle, mais j’ai persévéré […] avant même d’entrer en CAP »40. On peut faire l’hypothèse, qu’en matière d’autoformation, Internet ne fait que démultiplier les ressources qu’offraient déjà aux générations antérieures une presse féminine caractérisée, depuis l’entre-deux-guerres, par la diffusion de divers modes d’emploi des produits cosmétiques, à commencer par le maquillage (Geers, 2014 ; Paquet, 1997). L’apport inédit d’Internet réside surtout dans la possibilité de la publicité qui apporte des clientes aux aspirantes esthéticiennes. Plusieurs parlent d’un « bouche à oreille » qui est en fait numérique et qui permet ainsi à de jeunes esthéticiennes de doubler la formation qu’elles suivent ou ont à peine achevée d’une pratique intensive. Ainsi Gabrielle complète-t-elle son apprentissage dans un institut par du “domicile” tous les soirs dans le pavillon familial :

  • 41 Gabrielle, 23 ans, auto-entrepreneuse chez elle au Plessis-Trévisse, CAP et BP, 23 octobre 2014.

Je sais que voilà 21h30 le temps que la cire elle chauffe j’avais mes clientes jusqu’à… Je sais que des fois on travaillait toute la nuit. Je sais que, avec mes copines, souvent, on avait tellement de travail, je travaillais avec une copine à moi et que euh je sais qu’on faisait des nuits blanches. Moi je sais que quand je sortais d’ici il faisait jour41.

45Les jeunes esthéticiennes s’appuient ainsi sur leur entourage et leur mode de vie juvéniles (dépourvu de contraintes familiales et matérielles quand elles vivent chez leurs parents, reposant sur une forte sociabilité amicale et nocturne) pour augmenter considérablement leurs pratiques des soins esthétiques.

46Les très jeunes esthéticiennes révèlent ainsi spontanément des détails relatifs à cette période, voire à leur enfance qui permettent de comprendre comment s’agencent différents éléments favorisant la constitution très précoce d’une forme d’expertise en dehors, et parfois parallèlement, aux institutions de formation. Le fait que les pratiques esthétiques professionnelles renvoient à des pratiques domestiques d’embellissement est à l’origine à la fois d’une possible socialisation précoce à ces pratiques par celles des mères et/ou des autres membres de l’entourage familial et d’un entrainement sur soi-même et ces mêmes proches. La dimension domestique des pratiques d’embellissement favorise également l’intensification de ces pratiques esthétiques pendant et à la sortie de la formation. Si l’espace domestique fournit ainsi aux jeunes esthéticiennes un cadre tout aussi légitime et bien plus accessible que celui des espaces professionnels pour se familiariser aux pratiques d’embellissement, les médias, et en particulier Internet, leur permettent à la fois de prendre connaissance des produits et des techniques à tester et de multiplier les occasions de s’entrainer en élargissant le cercle de celles auxquelles elles peuvent proposer des soins. Ces jeunes “passionnées” se constituent ainsi avant, parallèlement et après leur formation une expertise “profane” au sens où elle échappe aux organismes officiels de formation. Ce caractère profane n’empêche pas, loin de là, ces esthéticiennes d’engager cette expertise dans leurs pratiques professionnelles.

B. La revendication d’une double expertise cosmétologique …

47Le cumul précoce d’expérience et de connaissances sur certaines prati­ques esthétiques se traduit par une expertise sur les produits eux-mêmes. Nous voulons souligner ici que l’expertise mobilisée n’est donc pas nécessairement ou uniquement celle du “geste”, du “coup de main”, de la techni­que manuelle utilisée, comme c’est souvent le cas dans les métiers artisanaux, mais également celle du choix du “bon” produit. Celui-ci se trouve évalué à la fois dans sa dimension commerciale de “satisfaction de la clientèle” et de rationalité économique, mais également dans sa dimension cosmétologique d’innocuité.

  • 42 Melissa, 21 octobre 2015.

48Les produits jaugés par l’expertise des esthéticiennes ne sont pas uniquement ceux, multiples, nécessaires aux soins destinés au visage. La cire indispensable aux épilations revient presque plus souvent, ce qui est à mettre en relation avec le fait qu’elle est la prestation esthétique la plus importante en volume dans l’activité des instituts. Même relativement jeunes (bien moins d’une trentaine d’années), des esthéticiennes fraîchement installées à leur compte peuvent ainsi affirmer qu’elles ont essayé, par exemple, « vraiment des tonnes de cires »42, pour trouver celle qui est efficace à la fois du point de vue du résultat fourni à la cliente (arrachage du maximum de poils, quelle que soit leur longueur, ce qui permet de ne pas attendre que les poils soient trop longs pour s’en débarrasser, absence d’irritation de la peau), et du point de vue de la rationalité économique (passer le moins de temps possible sur chaque épilation). Cette forme d’expertise s’articule ainsi complètement à l’utilisation professionnelle de ces produits au sens où les esthéticiennes doivent trouver le bon équilibre entre service rendu à la clientèle et rentabilité.

49Mais leur expertise va au-delà de cette logique commerciale dès lors qu’elles revendiquent un rôle de garde-fou à l’encontre des pratiques des fabricants de cosmétiques. Cette position de “recul” par rapport à l’industrie cosmétique s’appuie ainsi sur la réputation de nocivité des produits cosmétiques qui constitue l’une des caractéristiques historiques de ces derniers. L’Ancien Régime voit en effet se développer progressivement la dénonciation de la dangerosité des “fards”. Celle-ci aboutit dès le 18ème siècle au contrôle de leur fabrication et de leur vente par les institutions médicales royales (Lanoë, 2008). De nos jours, la réglementation conditionne la mise sur le marché français de ces produits à leur conformité au code de la Santé publique dont l’examen est confié à l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSPS). À l’instar de cette dernière, les esthéticien­nes prétendent ainsi juger de l’absence de danger des produits cosmétiques pour la peau, et plus généralement pour la santé de leur clientèle. Dans cette expertise, elles expriment plus ou moins explicitement une prudence, voire une méfiance à l’égard de l’industrie cosmétique. Comme le dit l’une d’el­les, Gabrielle, « il y a à boire et à manger » dans une industrie qui propose sans cesse de nouveaux produits chimiques ou mécaniques. Et Gabrielle se donne ainsi à voir comme l’experte, celle qui juge de la qualité et en particulier de l’innocuité des produits proposés par l’industrie pour décider de leur achat ou non. D’une certaine façon, elle se considère, à l’instar de nom­bre d’autres esthéticiennes rencontrées, comme le dernier rempart constitutif du « contrôle de la mise sur le marché ». En tant que professionnelle directement au contact de la clientèle, elle effectue un dernier tri parmi les produits cosmétiques qui ont reçu l’aval des autorités publiques sur la base de leur non-dangerosité : 

  • 43 Gabrielle, 23 octobre 2014.

Q. : Donc tu es obligée d’évoluer avec ton métier et d’apprendre les nouvelles méthodes ?
R. : Moi je suis pas conquise [par l’extension de cils] donc euh je l’ai déjà fait, mais je trouve que ça abime beaucoup. […]. Comme l’épila­tion définitive, ça peut amener à des cancers, etc … […] faut quand même laisser du temps voir si […] c’est sans danger …43.

50Les entretiens avec les esthéticiennes sont ainsi émaillés d’anecdotes malheureuses relatives à l’utilisation de produits qui se sont révélés « catastrophiques » d’un point de vue sanitaire. Malgré la dépendance des esthéticiennes à l’égard de l’industrie cosmétique, celles-ci ne sont donc pas sans ressources pour mettre à distance cette industrie. En s’appuyant à la fois sur l’expertise multiforme qu’elles se constituent dans et en dehors des formations et sur leur position d’intermédiaires entre les marques et la clientèle, certaines esthéticiennes indépendantes vont même jusqu’à se défaire partiellement de cette emprise en fabriquant elles-mêmes certains de leurs produits cosmétiques.

C. … qui peut aller jusqu’à la fabrication artisanale des produits

  • 44 La centralité des produits cosmétiques dans les pratiques professionnelles des esthéticiennes n’éta (...)

51Parmi les enquêtées établies à leur compte, trois esthéticiennes au moins44, travaillant “à domicile” se sont lancées dans la fabrication de leurs propres cosmétiques. Les explications de l’une d’elles, établie à son compte depuis trois ans au moment de l’entretien, permettent de comprendre comment cette initiative repose à la fois sur des compétences cosmétologiques qui semblent spontanées et des relations ambivalentes avec l’industrie révélées par ses tâtonnements pour s’approvisionner au début de son installation. Laurence a ainsi associé des produits industriels (des « sérums ») à des matières premières (des fruits). La description de ce processus de fabrication montre à la fois le caractère élémentaire, voire rudimentaire, de celui-ci et l’efficacité qu’elle dit avoir constatée :

  • 45 Son entreprise est individuelle et elle travaille seule, mais son conjoint, comptable salarié, l’a (...)
  • 46 Il ne s’agit pas de couche de peau à proprement parler, mais des cellules “mortes”, “sèches”. En re (...)
  • 47 Laurence, 30 ans, CAP candidate libre Guinot, esthéticienne à domicile au Bourget (clientes), 15 oc (...)

Là on a trouvé notre produit 98 % de base naturelle donc franchement on a beaucoup cherché et avant de commencer nous45 ce qu’on fait c’est... comment dire… on a pris les fruits et on les mixe et on mélange avec les sérums et on applique. Le premier soin que j’ai fait, ça marchait super bien ! […] chez une cliente qui a la peau grasse, la première fois j’ai enlevé … j’sais pas … trois couches de peau4647.

  • 48 Laurence,15 octobre 2014.

52C’est d’ailleurs cette efficacité dermatologique (réguler une peau jugée trop grasse) qui a conduit Laurence à continuer d’utiliser ses masques “maison” tout en ayant parfaitement conscience de l’interdiction réglementaire relative à l’utilisation de produits fabriqués “artisanalement” : « Ils savent pas… mais nous on les fait chez une cliente qui a la peau grasse »48.

53Après les premières utilisations de ses masques “naturels”, Laurence doit se soumettre à une inspection de l’administration :

  • 49 Idem.

En fait c’est préférable … pour eux, hein … d’avoir un truc mixé… dans ce truc-là [elle me tend un sachet, sans marque apparente, qui contient un produit prêt à l’emploi], que les produits naturels. […] ça marchait super bien, mais on n’a pas le droit c’est pour ça … et maintenant j’suis obligée d’acheter mes masques49.

54Comme nous l’avons mentionné dans la partie précédente, ce recours à la fabrication artisanale est conditionné par le fait que Laurence, au début de son activité, ne trouvait pas, parmi les marques correspondant au standing sur lequel elle voulait se positionner, de partenaire prêt à lui fournir ses produits en raison de l’absence d’espace commercial tenant lieu de vitrine publicitaire pour cette dernière. Laurence n’est pas une « militante du home made » : la fabrication artisanale est davantage le résultat d’une contrainte exercée par les conditions commerciales imposées par les marques auxquelles elle s’adresse.

  • 50 Idem.

55Dans ses explications, Laurence donne d’ailleurs clairement à voir la domination qu’exercent ces marques en imposant leur monopole de la fabrication. En effet, de façon très surprenante, elle ne justifie pas l’interdiction qui lui est faite de fabriquer elle-même les produits qu’elle utilise par des questions d’hygiène ou de protection de la clientèle contre des produits défectueux, voire dangereux, mais par celle des intérêts de l’industrie cosmétique : « On n’a pas le droit, parce que sinon tout le monde peut le faire »50. Sous-entendu : si les esthéticiennes fabriquent leurs propres produits, les marques de cosmétiques ne pourront plus leur vendre au moins une partie de leurs produits.

  • 51 Laurence,15 octobre 2014.

56Elle dénonce ainsi implicitement un monopole de fabrication. Mais en même temps, elle s’accommode de ce monopole en raison des avantages commerciaux qu’elle trouve aux produits cosmétiques industriels. En effet, les « masques tout faits » font gagner du temps : « c’est pratique [le masque tout prêt], on met dans l’eau, on tourne […] ». Quelques minutes suffisent pour obtenir un masque, là où la fabrication artisanale implique non seulement un temps de préparation plus long, mais aussi un approvisionnement en matières premières : « après, faut faire les courses, acheter ça, voir ça… ». De plus, les produits industriels assurent une meilleure image de marque auprès des clientes : « quand on les fait chez nous ça va, mais quand on les ramène chez les clientes… c’est pas très présentable on va dire »51. Laurence reconnait ainsi aux produits industriels deux avantages pour une pratique professionnelle : répondre à une contrainte économique (rentabiliser le temps de travail) et commerciale (ne pas donner à voir à la clientèle des produits aux aspects non hygiéniques). Après avoir trouvé un produit industriel qui convient à sa pratique et à sa clientèle, la fabrication artisanale est devenue exceptionnelle, réservée à une seule cliente.

57Le cas de Laurence montre ainsi que la fabrication artisanale de produits cosmétiques se glisse dans un interstice de la pratique esthétique professionnelle : celui ouvert entre, d’une part, une contrainte commerciale exercée par les marques industrielles sur les esthéticiennes indépendantes et, d’autre part, un mode d’exercice de cette indépendance qui favorise une fabrication illégale. En effet, l’absence de local commercial ayant “pignon sur rue”, de même que la prestation des soins au domicile des clientes permettent une certaine dissimulation des opérations de fabrication artisanale. Reste que, quels que soient son ampleur (exceptionnelle) et son statut (illégal), cette fabrication artisanale, par sa seule existence, manifeste les compétences cosmétologiques que s’approprient les esthéticiennes contre le monopole des industries en la matière.

58Ainsi, les esthéticiennes aménagent et modifient la place de “simple” utilisatrices et vendeuses de produits à laquelle l’industrie cosmétique les a cantonnées. En s’appuyant sur des compétences cosmétologiques renforcées par une pratique intense et précoce des soins esthétiques, elles revendiquent une expertise multiforme sur les produits qu’elles doivent acquérir. Elles évaluent en effet à la fois leurs performances économiques (des produits efficaces en termes de résultats obtenus sur la clientèle et économiques en temps) et leur innocuité. Privées de produits répondant à leurs exigences du fait des conditions imposées par les marques pour nouer des partenariats commerciaux, certaines esthéticiennes n’hésitent pas à fabriquer elles-mêmes les produits dont elles ont besoin, à l’image des artisans qui “bidouillent” un outil qui leur fait défaut.

V. Conclusion

59En montrant les liens historiques, structurels et pratiques existant entre le métier d’esthéticienne et l’industrie cosmétique, nous avons cherché à donner toute sa place à une certaine dimension matérielle du métier d’esthéticienne, incarnée par les produits et instruments. Il ne s’est donc pas agi de mettre en valeur une autre dimension matérielle du travail des esthéticiennes, celle que soulignent Marie Cartier et Marie-Hélène Lechien pour les assistantes de puériculture (Cartier/Lechien, 2012), une autre profession féminisée “de services”, et qu’il aurait été possible de décrire également pour les esthéticiennes : des actes concrets (piétiner, porter, masser, épiler, etc.) et des conditions de travail (chaleur, confinement, etc.) mettant à l’é­preuve les corps et imprimant un caractère ouvrier à leur situation. En revanche, comme ces auteures, il s’est agi de mettre à distance la représentation de ce métier “féminin” comme strictement ou principalement relationnel. À vrai dire, il suffit de fréquenter les instituts, et donc d’observer des esthéticiennes au travail, pour constater qu’aucune de leurs prestations ne se passe de produits et/ou d’outils. Ignorer cette réalité, faire comme si leur travail manuel se faisait réellement “à main nues” revient à redoubler la naturalisation dont le travail féminin est victime de façon générale, le recours à la technique et aux outils incarnant cette dernière étant réservé aux hommes (Tabet, 1979). En donnant à voir le travail des esthéticiennes comme essentiellement relationnel, les travaux consacrés jusqu’à présent en France à cette profession semblent ainsi alimenter le processus historique de dépossession de ce métier de toute technicité et de toutes connaissances cosmétologiques et donc de la reconnaissance sociale et salariale associée à ces dernières.

60Cet article s’est aussi attaché à montrer comment certaines esthéticiennes mettent à distance cette industrie, en particulier lorsqu’elles quittent le salariat. En travaillant à leur compte, elles sont en effet à même de recouvrer une position de relative indépendance par rapport aux multiples produits cosmétiques qu’elles utilisent. Elles peuvent en effet alors faire des marques de simples “fournisseurs” qu’elles mettent en concurrence en fonction de paramètres variables selon leurs priorités ou contraintes : efficacité cosmétique des produits, adéquation du prix avec le niveau de la clientèle, conformité avec certaines de leurs convictions (comme celles du bio), ensemble des prestations commerciales (achats regroupés, livraisons, proximité géographique, etc.). Cette prise de distance à l’égard de l’industrie cosmétique peut même aller, pour quelques-unes, jusqu’à la fabrication de certains produits de soins.

61Ces processus de dépendance et d’autonomisation des esthéticiennes à l’égard de l’industrie cosmétique soulignent la position professionnelle singulière qu’elles occupent au sein des classes populaires et qui tient au partage de ce groupe professionnel entre deux statuts d’emplois : le salariat d’exécution et l’indépendance. En effet, alors que les “classes populaires” ne se limitent pas aux ouvriers/ouvrières et aux employé·e·s, mais intègrent également la “petite indépendance”, de fait, cette dernière est très peu enquêtée (Siblot/Cartier/Coutant/Masclet/Renahy, 2015). À la différence d’autres groupes professionnels fortement féminisés des classes populaires, celui des esthéticiennes permet ainsi d’analyser ce que la différence de statut fait à la position professionnelle. Sans surprise, lorsqu’elles ne sont pas salariées, cet article a montré que les esthéticiennes peuvent développer des pratiques d’autonomisation plus ou moins grande à l’égard de l’industrie cosmétique. Mais celles qui demeurent salariées ne sont pas non plus complètement dépourvues de possibilités d’autonomisation. Certaines d’entre elles choisissent leur employeur en fonction des produits cosmétiques (et donc des marques) les plus valorisants pour elles. À l’instar d’autres employés et ouvriers dont la position professionnelle se caractérise également comme celle des esthéticiennes salariées par la quasi-absence de perspecti­ves de promotion au sein de leur entreprise, elles trouvent donc des voies d’évolution et de satisfaction professionnelles dans une forme de “mobilité horizontale” (Barbier/Seiller, 2016) qui s’appuie sur la variété des marques cosmétiques. Ainsi, la position professionnelle des esthéticiennes, qu’elles soient indépendantes ou salariées, est en partie influencée par le rapport qu’elles établissent concrètement avec l’industrie cosmétique.

Haut de page

Bibliographie

Arango Gaviria L.G.,
2016 “Le travail de soin dans les salons de beauté en Colombie et au Brésil : rapports de genre, de classe et de race”, dans Calderon J.-A., Demailly L., Muller S., Eds., Aux marges du travail, Toulouse, Octarès Editions, pp. 15-26.

Avril C.,
2014 Les aides à domicile : un autre monde populaire, Paris, La dispute.

Barbier P.,
2012 “Contrainte relationnelle et résistance au travail. Les vendeurs des grands magasins”, Sociétés contemporaines, 86, pp. 31-57.

Barbier P., Seiller P.,
2016 “Le salariat intégré exclu de la promotion interne : le cas des jeunes ouvriers et employé·e·s du privé”, dans Calderon J.-A., Demailly L., Muller S., Eds., Aux marges du travail, Toulouse, Octarès Editions, pp. 175-186.

Cartier M., Lechien M.H.,
2012 “Vous avez dit « relationnel » ? Comparer des métiers de service peu qualifiés féminins et masculins”, Questions féministes, 31-2, pp. 32-48.

Cochennec M.,
2004 “Le soin des apparences. L’univers professionnel de l’esthétique-cosmétique”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 154, pp. 80-91.

Court M.,
2007 “La construction du rapport à la beauté chez les filles pendant l’enfance : quand les pratiques entrent en contradiction avec les représentations du travail d’embellissement du corps”, Sociétés et représentations, 24, pp. 97-110.

Denave S., Renard F.,
2019 “Des corps en apprentissage. Effets de classe et de genre dans les métiers de l’automobile et de la coiffure”, Nouvelles questions féministes, 38/2, pp. 68-84

Fitoussi M.,
2010 Helena Rubinstein : la femme qui inventa la beauté, Paris, Grasset.

Gerbod P.,
1981 “Les coiffeurs en France (1890-1950)”, Le mouvement social, 114, pp. 71-84.

Geers A.,
2014 “Un magazine pour se faire belle. Votre Beauté et l’industrie cosmétique dans les années 1930”, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 40, pp. 249-269.

Jablonka I.,
2015 Le corps des autres, Paris, Le Seuil.

Jones G. G.,
2010
Beauty Imagined: a History of the Global Beauty Industry, Oxford, Oxford University Press.

Lanoe C.,
2008 La poudre et le fard : une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, Champ Vallon.

Paquet D.,
1997 Miroir mon beau miroir. Une histoire de la beauté, Paris, Gallimard.

Peiss K.,
2000 “On Beauty … and the History of Business”,
Enterprise & Society, 1(3), pp. 485-506.
2011
Hope in a jar: The making of America’s beauty culture, University of Pennsylvania Press [1998].

Rubinstein H.,
1957 Je suis esthéticienne, Paris, Editions Le Conquistador, collection « Mon métier ».

SESSI (Ministère de l’Industrie),
2004 Parfums et cosmétiques en chiffres, Paris, la documentation française.

Siblot Y., Cartier M., Coutant I., Masclet O., Renahy N.,
2015 Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin.

Tabet P.,
1979 “Les mains, les outils, les armes”, L’Homme, vol. 19, n° 3-4, pp. 5-61.

Vigarello G.,
2004 Histoire de la beauté : le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Le Seuil.

Woodhead L.,
2003
War Paint. Elizabeth Arden and Helena Rubinstein, London, Vigaro Press.

Zarca B.,
1986 L’artisanat français : du métier traditionnel au groupe social, Paris, Economica.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Les esthéticiennes évoluent aujourd’hui en France sur un marché du travail fortement lié à la production cosmétique. Si elles travaillent dans des parfumeries, la vente des produits cosmétiques (parfums, mais surtout maquillage et produits de soins) constitue leur activité essentielle, voire exclusive quand l’établissement n’est pas équipé d’une cabine destinée aux prestations esthétiques. Elles peuvent également travailler dans des instituts de beauté : les prestations esthétiques en cabine constituent alors leur activité principale. Mais tous les instituts ont des liens avec les marques de cosmétiques, car leurs produits sont indispensables aux soins. Ces liens peuvent être très étroits avec ces “marques d’instituts” que l’on ne peut pas acheter ailleurs. Comment s’articule une profession de services comme celle des esthéticiennes à une industrie ? Et surtout, quelles en sont les conséquences sur leur travail et leur rapport au travail ?

Théorie : La problématique développée dans cet article croise deux approches théori­ques. La première est une sociologie des rapports de domination, attentive aux phénomènes structurels et à leur construction historique. La seconde, qui correspond aussi à une méthodologie, est celle de la grounded theory : c’est de façon inductive, à partir des entretiens dans lesquels quelques dizaines d’esthéticiennes travaillant sous des statuts très différents nous ont décrit leur travail de façon très concrète qu’a émergé l’omniprésence des produits cosmétiques dans leurs activités professionnelles.

Méthodologie : Le corpus central de l’enquête est constitué de 43 entretiens formels menés entre 2014 et 2018 par des étudiantes en deuxième année de licence de sociologie de l’Université Paris 8 auprès d’esthéticiennes travaillant principalement en région parisienne, en tant qu’indépendantes (souvent à domicile) ou comme salariées dans des parfumeries et des instituts. Il est complété par des dizaines d’entretiens informels que je mène depuis une quinzaine d’années auprès d’esthéticiennes (surtout salariées) dans les différents instituts, plutôt moyens de gamme, que je fréquente. Ces différents entretiens sont complétés par une observation participante “flottante” de ce secteur depuis plus de vingt-cinq ans.

Résultats : Alors que la profession d’esthéticienne est considérée comme un métier “de service” et qu’elle est d’ailleurs classée dans les services à la personne par la nomencla­ture nationale des activités économiques, cet article a montré qu’elle est très étroitement liée à l’industrie cosmétique. Tout d’abord historiquement et institutionnellement, puis­que la profession d’esthéticienne apparaît avec les instituts de beauté au début du 20ème siècle pour proposer des prestations d’embellissement corporel et du visage en utilisant et en vendant des substances et des outils cosmétiques produits par une industrie qui ne cesse de se développer depuis le dernier quart du 19ème siècle. Des instituts sont même créés par certaines marques de cosmétiques haut de gamme en tant qu’outils de promo­tion et de vente de leurs produits. Aujourd’hui, les instituts de beauté apparaissent insti­tutionnellement dans la description des activités économiques comme un “service à la personne” qui est en même temps un circuit de distribution de l’industrie cosmétique qui est elle-même structurée en fonction de ses canaux de distribution. Cette instrumentali­sation des esthéticiennes et de leur travail par l’industrie cosmétique se traduit dans leur activité professionnelle quotidienne de multiples façons. La plus manifeste apparaît dans le travail des esthéticiennes affectées exclusivement à la vente dans certaines parfume­ries, ou employées dans des instituts où la vente est prépondérante. Une partie de ces esthéticiennes estiment en effet que les activités de vente ne correspondent pas à leur métier et qu’elles dévalorisent ce dernier. Cependant, les esthéticiennes indépendantes travaillent également à la vente des cosmétiques : ceux qui sont utilisés surtout dans les soins du visage (5 à 6 types de produits différents qui peuvent chacun connaître des déclinaisons). Dès lors, les contrats commerciaux (implicites ou explicites) entre les esthéticiennes indépendantes et les marques distribuant ces produits doivent à la fois permettre aux premières de vendre ces produits avec profit à leur clientèle, et aux secondes de faire leur publicité. Dans ce mécanisme commercial, les esthéticiennes à domicile se trouvent évidemment désavantagées. Il reste que ces professionnelles, qu’elles soient ou non salariées, mettent également à distance cette emprise de l’industrie cosmétique sur leur travail en manifestant une forme d’ethos artisanal fondé sur la maî­trise des produits cosmétiques. Le goût artisanal pour le “travail bien fait” cohabite chez les esthéticiennes avec un goût pour les “produits bien faits” que certaines apprennent à reconnaître très jeunes, au cours de leur socialisation au travail de l’apparence. Grâce au caractère domestique des opérations d’embellissement du corps et du visage, des esthé­ticiennes se constituent ainsi parfois très jeunes une forme d’expertise non seulement des gestes, mais également des produits indispensables à l’exécution des gestes : rien ne vaut le “coup de main” pour épiler si la cire est de mauvaise qualité. Le “bon” produit se trouve évalué à la fois dans sa dimension commerciale de “satisfaction de la clientèle” et de rationalité économique, mais également dans sa dimension cosmétologique d’in­nocuité. Certaines esthéticiennes indépendantes vont même jusqu’à fabriquer elles-mêmes certains de leurs produits cosmétiques.

Discussion : Paradoxalement, les travaux consacrés jusqu’à présent aux esthéticiennes, réduisent leurs pratiques à leurs interactions avec les clientes (Cochennec, 2004 ; Jablonka, 2015 ; Arango Gaviria, 2016). Cette primauté accordée au “travail relationnel” a sans doute à voir avec le statut aujourd’hui dévalorisé de la profession : abordée d’em­blée à travers ce statut, elle trouve une forme de revalorisation dans la dimension non matérielle, relationnelle, du soin. Faite d’écoute et de disponibilité, elle permet en effet des rapprochements avec des professions plus valorisées, à commencer par les psycho­logues, auxquels certaines esthéticiennes s’identifient explicitement. La dimension rela­tionnelle de leur travail semble également plus fiable pour lui attribuer une forme d’ef­fectivité : à défaut d’efficacité sur le derme, la pilosité ou la silhouette des clientes, dont il n’est jamais question dans ces analyses, ces publications documentent le “bien-être” prodigué par l’écoute et le cadre d’exclusivité et d’isolement induit par le huis clos des cabines de soins. À vrai dire, il suffit d’observer des esthéticiennes au travail pour cons­tater qu’aucune prestation esthétique ne se passe de produits et/ou d’outils, comme leurs propos rapportés dans cet article le montrent d’ailleurs. Ignorer cette réalité, faire comme si leur travail manuel se faisait réellement “à mains nues” revient à accentuer la natura­lisation dont le travail féminin est victime de façon générale, le recours à la technique et aux outils incarnant cette dernière, étant réservé aux hommes (Tabet, 1979). En donnant à voir le travail des esthéticiennes comme essentiellement relationnel, les travaux con­sacrés jusqu’à présent en France à ces dernières semblent ainsi alimenter le processus historique de dépossession de ce métier de toute technicité et de toutes connaissances cosmétologiques et donc de la reconnaissance sociale et salariale associée à ces derniè­res. Les processus de dépendance et d’autonomisation des esthéticiennes à l’égard de l’industrie cosmétique que décrit cet article soulignent aussi la position professionnelle singulière qu’occupent ces dernières au sein des classes populaires en raison du partage de ce groupe professionnel entre deux statuts d’emploi : le salariat d’exécution et l’indé­pendance. En effet, alors que les “classes populaires” ne se limitent pas aux ouvriers/ou­vrières et aux employé·e·s, mais intègrent également la “petite indépendance”, celle-ci est, de fait, très peu enquêtée (Siblot/Cartier/Coutant/Masclet/Renahy, 2015). À la diffé­rence d’autres groupes professionnels fortement féminisés des classes populaires, celui des esthéticiennes permet ainsi d’analyser ce que la différence de statut fait à la position professionnelle. Sans surprise, lorsqu’elles ne sont pas salariées, cet article a montré que les esthéticiennes peuvent développer des pratiques d’autonomisation plus ou moins grande à l’égard de l’industrie cosmétique. Mais les esthéticiennes qui demeurent sala­riées ne sont pas non plus complètement dépourvues de possibilités d’autonomisation. Certaines d’entre elles choisissent leur employeur en fonction des produits cosmétiques (et donc des marques) les plus valorisantes pour elles. Ainsi, la position professionnelle des esthéticiennes, qu’elles soient indépendantes ou salariées, est en partie influencée par le rapport qu’elles établissent concrètement avec l’industrie cosmétique.

Structured summary

Presentation: Beauticians in France today are progressing in a labour market closely linked to cosmetics production. If they work in perfumeries, the sale of cosmetic products (perfumes but above all make-up and care products) represents their essential, or even their exclusive, activity if their establishment is not equipped with rooms intended for aesthetic services. They may also work in beauty salons: there individual aesthetic services in rooms is their main activity. But all of the salons have links to cosmetic brands as their products are essential to the care offered. Ties may be very close with the “salon brands” – which cannot be bought elsewhere. How does the relationship of a service profession like beauticians to an industry work? And above all, what are the consequences on their work and their relationship to work?

Theory: The problematic developed in this article crosses two theoretical approaches. The first is a sociology of relationships of domination, attentive to structural phenomena and their historical construction. The second, which also amounts to a methodology, is that of grounded theory: This the inductive route. Based on interviews wherein several dozen beauticians working under very different statuses describe their work to us in a very concrete way, the omnipresence of cosmetic products in their professional activities becomes apparent.

Methodology: The central corpus of the investigation consists of 43 formal interviews carried out between 2014 and 2018 by female students in their second license year of sociology at the University of Paris 8, with beauticians, mainly in the Paris region, working as independent (often at home) or as salaried employees in perfumeries and salons. It is supplemented by dozens of informal interviews I have been carrying out for about fifteen years with beauticians (above all employees) in various salons, more or less mid range, that I frequent. These various talks have been supplemented by a “floating” participant observation of this sector ranging over twenty-five years.

Results: Whereas the profession of beautician is considered to be a “service” trade and is moreover classified as “services to a person” by the national nomenclature of economic activities, this article shows that it is very closely related to the cosmetics industry. First of all historically and institutionally, since the profession of beautician appeared with beauty parlours early in the 20th century to propose services of body and facial beautification in using and selling cosmetic substances and tools produced by an industry which has never ceased developing since the last quarter of the 19th century. Salons were even created by certain top-of-the-line cosmetic brands as promotional tools and to sell product. Today, beauty parlours appear institutionally in the description of economic activities as a “service to the person” while being at the same time a distribution system of the cosmetics industry, which is itself structured according to its distribution channels. This instrumentalisation of beauticians and their work by the cosmetics industry comes across in their daily professional activity in many ways. The most manifest appears in the work of beauticians assigned exclusively to sales in certain perfumeries, or employed in salons where sales dominate. Some of these beauticians in fact considered that the sales activities do not correspond to their trade and that they devalorize it. However, independent beauticians also work in cosmetics sales: those which are predominantly used in facial care (5 to 6 different types of products which may each have co-products). Consequently, commercial contracts (implicit or explicit) between independent beauticians and the brands distributing those products must at once make it possible for the first to profitably sell the products to their clients, and for the second to advertise them. In this commercial mechanism, the at-home beauticians are obviously handicapped. Yet the fact remains that these professionals, whether they are employees or not, do keep the cosmetics industry’s influence on their work at a distance in manifesting a form of artisanal ethos founded on mastery of the cosmetic products. The artisanal taste for “work well done” coexists with beauticians with a flair for “well made products” which some learn to recognize very early on in their socialisation in working on appearance. Thus, sometimes, thanks to the domestic character of the operations beautifying the body and face, beauticians – very early on – acquire a form of expertise not only of gestures but also of the products essential to the execution of those gestures: nothing is worth a “knack” for depilating when the wax is of poor quality. “The good” product ends up being evaluated at once in its commercial dimension for “client satisfaction” and economic rationality, but also in its cosmetological dimension of wholesomeness. Certain independent beauticians go so far as to manufacture their own cosmetic products.

Discussion: Paradoxically, the work devoted to beauticians so far reduces their practi­ces to their interactions with their clients (Cochennec, 2004 ; Jablonka, 2015 ; Arango Gaviria, 2016). The primacy granted to “relational work” undoubtedly has to do with the now devalorized status of the profession : approached from the start through that status, it finds a form of revalorisation in the intangible, relational dimension of care. Made up of listening and availability, it in fact allows rapprochements with more valorized professions, beginning with psychologists, with whom certain beauticians explicitly identify themselves. The relational dimension of their work also seems more reliable in attributing a form of effectiveness to it : in the absence of efficacy on the skin, pilosity or silhouettes of their clients, which is never questioned in those analyses, those publications document the “well-being” provided by listening and the context of exclusiveness and insulation induced by the closed doors of care rooms. Quite frankly, one need only observe beauticians at work to notice that no aesthetic service is done without products and/or tools, as the activities reported in this article show for that matter. To ignore that reality, to act as if their manual work were really done “with bare hands” amounts to accentuating the naturalizing that women’s female work is, generally, victim to, recourse to technique and the tools “incarnating” that technique, being reserved to men (Tabet, 1979). In showing the work of beauticians as primarily relational, the work so far done in France and devoted to it thus seems to feed the historical process of dispossessing this trade of any technicity and all cosmetological knowledge and thus of the social and salarial recognition associated with such knowledge. The processes of dependence and autonomisation of beauticians with regard to the cosmetics industry, which this article describes, also underline the singular professional position the latter occupy within working classes because of the division of this professional group between two employment statuses : salaried employment and independent status. In fact, whereas the “working class” are not limited to female and male workers and employees but also include “small-scale independent statuses”, this latter is, in fact, very little investigated (Siblot/Cartier/Coutant/Masclet/Renahy, 2015). Unlike other, strongly feminized professional working class groups, that of beauticians thus allows us to analyse what the difference in status does to the professional position. Unsurprisingly, when they are not salaried employees, this article has shown that the beauticians can develop greater or lesser autonomisation practices with regard to the cosmetics industry. Yet beauticians who remain salaried are not completely deprived of possibilities for autonomisation either. Some of them choose their employers depending on the cosmetic products (and thus the brands) more advantageous for them. Thus, the professional position of these beauticians, whether they are independent or salaried, is in part influenced by the relationship they establish in practical terms with the cosmetics industry.

Haut de page

Notes

1 Voir l’encadré : Une enquête au long cours.

2 Je tiens à remercier les coordonnatrices et coordonateur de ce dossier pour avoir accueilli cet article qui pose un premier jalon problématisé d’une enquête encore en cours, et tout particulièrement Pascal Barbier dont les remarques sur les premières versions de ce texte ont été déterminantes pour consolider et affiner son propos.

3 En fait, trois d’entre elles sont des hommes … nous avons néanmoins conservé le féminin car aucun de ces cas masculins n’est utilisé pour cet article. L’un d’eux est en fait un entrepreneur qui possède quelques instituts mais n’est pas lui-même diplômé et ne pratique pas de soins esthétiques, et un second les pratique de façon marginale auprès d’une clientèle masculine en parallèle de son salon de coiffure.

4 Quelques étudiantes ont également enquêté “leur” esthéticienne.

5 Dans la suite de cet article, il ne sera plus guère question de ces machines et instruments uniquement pour des raisons de place. En effet, ces machines sont tout autant au centre des pratiques actuelles et de l’histoire de la profession des esthéticiennes que les produits. À titre d’exemple, citons le cas de Jeanne Piaubert, dont une marque de cosmétique haut de gamme porte encore le nom. En 1925, cette jeune ingénieure chimiste et chercheuse en “électrothérapie à destination médicale” crée ainsi à Paris à la fois des appareils de modelage du corps et de l’ovale du visage (des types de machines encore utilisés aujourd’hui en institut) et un espace commercial où elle utilise elle-même ces appareils sur une clientèle féminine.

6 Le statut social valorisé de ces premières “esthéticiennes” plus ou moins illustres va de pair avec celui de la clientèle visée, constituée par exemple pour les instituts extrêmement luxueux d’Helena Rubinstein du gotha mondain de New York, Paris et Londres (Fitoussi M., 2010).

7 À cette époque, les “Soins de beauté et entretien corporel” sont répartis entre les “Soins de beauté (930E)” ; “Thermalisme et thalasso-thérapie (930K)” ; “Autres soins corporels (930L)”.

8 Les esthéticiennes peuvent toutefois travailler également dans un cadre moins commercial : celui de l’enseignement et celui du travail sanitaire et social en tant que socio-esthéticiennes.

9 Cette confédération ne représente que les esthéticiennes indépendantes. Les salariées peuvent se syndiquer dans les différentes organisations salariales, mais en étant noyées dans des fédérations beaucoup plus larges : commerces et services à la CGT, services à la personne à la CFDT, qui, bien que moins “représentative” parmi ces salariées, semble leur destiner plus d’actions spécifiques.

10 Les organismes de formation au secteur de l’esthétique ont cependant par ailleurs leur propre syndicat, la FIEPPEC (Fédération Internationale des Écoles Professionnelles de la Parfumerie, de l’Esthétique et de la Cosmétique), souvent considéré comme représentant également la “profession”.

11 La CNAIB a créé à leur attention un réseau spécifique et cherche à augmenter le nombre de ce type d’adhérents.

12 Ce directeur occupe de nombreuses autres fonctions au sein de la CNEP, montrant l’implication importante de la marque de cosmétique Yves Rocher dans la représentation des “marques d’instituts”.

13 https://www.febea.fr/fr/la-febea/nos-missions.

14 Il fédère en effet « six syndicats représentant chacun un circuit de distribution spécifique : deux syndicats représentant la distribution sélective (produits vendus dans les chaînes de parfumerie, parfumeries indépendantes, stands des grands magasins), un syndicat pharmaceutique (produits vendus en pharmacies, parapharmacies et espaces de conseil pharmaceutique), un syndicat de la grande distribution (produits vendus en hypermarchés, supermarchés, supérettes), un syndicat pour les produits destinés à la vente dans les salons de coiffure et par les coiffeurs à domicile, et un syndicat de la vente directe (vente à domicile, vente par correspondance, vente par internet » : https://www.febea.fr/fr/la-febea/notre-organisation.

15 https://ffps.fr/la-federation/la-gouvernance/, consulté le 7 janvier 2021.

16 Élodie, 22 ans, salariée Marionnaud Saint-Denis, CAP, 8 novembre 2015.

17 Sylvie, 51 ans, École de maquillage (privée), BTS puis CAP, titulaire parallèlement d’un Bac ES, indépendante à la tête de son institut depuis 24 ans à Bessancourt (Val d’Oise), 24 octobre 2017.

18 Idem.

19 Laurence, 30 ans, CAP candidate libre Guinot, esthéticienne à domicile au Bourget (clientes), 15 octobre 2014.

20 Le “vapozone” est une machine qui produit de la vapeur et la projette sur le visage afin que la chaleur de la vapeur dilate les pores de la peau.

21 Melissa, 23 ans, CAP et bac pro, indépendante dans son propre institut à Montfermeil depuis 1 ans au moment de l’entretien, 21 octobre 2015.

22 Produit auxquels il faut ajouter certaines machines : ici le vapozone. En revanche, les soins du corps mobilisent peu de produits différents simultanément : un type d’huile par modelage par exemple. Ils reposeront en revanche plus systématiquement sur des machines.

23 Si l’on compte à la fois celles qui sont salariées au moment de l’entretien, celles qui ont été salariées avant d’être à leur compte, et celles qui ont été formées en alternance, une moitié environ des enquêtées ont une expérience avec l’une ou l’autre de ces deux marques.

24 Séphora se distingue en cela des parfumeries traditionnelles qui, si elles sont essentiellement des lieux de commercialisation cosmétique multi-marques, comportent néanmoins aussi des cabines de soins esthétiques. Les quelques enquêtées en fin de carrière, ayant commencé à travailler dans les années 1970 ont toutes évolué au sein de ces parfumeries “traditionnelles” proposant également des soins. La marque de parfumerie Marionnaud, tout en étant une chaîne comme Séphora, se rapproche de ce modèle traditionnel : certaines de leurs “boutiques” proposent également des prestations esthétiques.

25 Yves Rocher propose en effet à la vente de larges gammes de maquillage alors que ce dernier est peu inclus dans ses prestations, ainsi que différentes gammes de produits pour le bain et pour le corps absents des soins.

26 Melissa, 21 octobre 2015.

27 Julie, 34 ans, indépendante dans un salon de coiffure à Aubenas, salariée pendant 4 ans chez Sephora Marseille, 22 novembre 2015.

28 L’existence de cet encadrement étoffé, chargé notamment de surveiller et de “motiver” le travail de vente des esthéticiennes est sans doute un élément qui distingue cette chaîne d’une autre chaîne de parfumerie, Marionnaud, dont des salariées figurent également parmi les enquêtées, mais qui ne manifestent pas la même aversion pour la vente.

29 Amélie, 27ans, salariée Séphora Chatellerault, CAP et BTS d’esthétique, 21 novembre 2014.

30 Idem.

31 Stéphanie, 26 ans, CAP esthétique et bac pro vente, salariée Yves Rocher depuis 8 ans, 22 novembre 2015.

32 Idem.

33 Idem.

34 Idem.

35 Julie, 25 ans, CAP et BP, salariée dans un “institut indépendant” du centre de Paris, 18 novembre 2015.

36 Bien entendu, cette motivation n’est pas la seule, ni même peut-être la plus déterminante pour toutes : combiner travail professionnel et travail domestique, en particulier l’éducation des enfants en ajustant les horaires, échapper aux prestations esthétiques les moins appréciées (et éventuellement à d’autres tâches imposées aux salariées des instituts), ou au contraire accéder à un marché de l’emploi que les employeurs leur refusent et, enfin, connaître une promotion professionnelle et sociale impossible en restant salariée, constituent d’autres ressorts de l’installation.

37 Audrey, 26 ans, CAP et école de maquillage, indépendante au domicile des clientes, 6 octobre 2015.

38 Élodie, 8 novembre 2015.

39 Les entretiens ne permettent pas de le montrer, mais on peut faire l’hypothèse que ces apprentissages enfantins ont à voir avec les modes de socialisation aux normes et au travail de l’apparence par l’entourage amical et surtout familial, les jeunes filles apprenant très tôt à être sensibles et à reproduire des “pratiques d’embellissement” dont elles sont les destinataires et les témoins (Court M., 2007).

40 Élodie, 8 novembre 2015.

41 Gabrielle, 23 ans, auto-entrepreneuse chez elle au Plessis-Trévisse, CAP et BP, 23 octobre 2014.

42 Melissa, 21 octobre 2015.

43 Gabrielle, 23 octobre 2014.

44 La centralité des produits cosmétiques dans les pratiques professionnelles des esthéticiennes n’étant apparue qu’ex post, par une récurrence non anticipée de l’importance de ces derniers dans les entretiens, ils n’ont pas fait l’objet d’interrogations systématiques dans la plupart des entretiens. De plus, cette fabrication étant illégale, elle n’est pas révélée facilement par les enquêtées.

45 Son entreprise est individuelle et elle travaille seule, mais son conjoint, comptable salarié, l’a aidée dans les dimensions gestionnaires de son entreprise, surtout au lancement.

46 Il ne s’agit pas de couche de peau à proprement parler, mais des cellules “mortes”, “sèches”. En restant sur la peau “vivante”, ces cellules sèches bouchent les pores de la peau qui conserve alors son sébum (sa graisse naturelle), éventuellement en trop grosse quantité. En découlent un aspect luisant et parfois des boutons.

47 Laurence, 30 ans, CAP candidate libre Guinot, esthéticienne à domicile au Bourget (clientes), 15 octobre 2014.

48 Laurence,15 octobre 2014.

49 Idem.

50 Idem.

51 Laurence,15 octobre 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise de Barros, « Les esthéticiennes, “petites mains” de l’industrie cosmétique ? »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-2 | 2020, 109-137.

Référence électronique

Françoise de Barros, « Les esthéticiennes, “petites mains” de l’industrie cosmétique ? »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4384 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4384

Haut de page

Auteur

Françoise de Barros

Maîtresse de conférence en sociologie, Université Paris 8, CRESPPA-CSU, fde-barros[at]univ-Paris8.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search