Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-2VariaAnalyser le phénomène controversé...

Varia

Analyser le phénomène controversé de “radicalisation” dans les sciences sociales

Quels concepts sociologiques pour appréhender au plus près le parcours des “jihadistes” en Occident ?
Analysing the Controversial Phenomenon of “Radicalisation” in the Social Sciences. Which Sociological Concepts Provide the Closest Understanding of the Paths of “Jihadists” in the West?
Éric Marlière
p. 163-181

Résumés

L’objectif de cet article consiste à interroger les concepts utilisés par les chercheurs en sciences sociales afin d’appréhender les processus de radicalisations qualifiées d’islamiques. Si certaines disciplines uni­versitaires comme la géopolitique ou la psychologie proposent des explications globales au sujet de la radicalisation, les sociologues se montrent plus réservés ou, en tout cas, plus nuancés sur les analyses à apporter au phénomène. La notion de radicalisation fait d’ailleurs débat au sein de la discipline. En effet, les différentes approches restent trop cloisonnées en sociologie pour faire émerger une analyse consen­suelle sur le jihadisme. Il s’agit donc ici de proposer un inventaire de quelques concepts mobilisés en sciences sociales sur les révoltes urbaines afin de prendre du recul sur les lectures surplombantes du phé­nomène. Ainsi les notions exposées ici peuvent non seulement éclairer certains aspects de cet objet com­plexe en analysant au plus près les parcours de jihadistes, mais aussi faire preuve de complémentarité afin d’enrichir la connaissance d’un phénomène controversé.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1La problématique du terrorisme et de la violence politique est ancienne en France ; elle remonte notamment à l’épisode des attentats anarchistes qui ont secoué l’hexagone à la fin du 19ème siècle. Suite aux attentats récents, les journalistes, experts médiatiques et autres “discoureurs tout terrain” vont alors occuper l’espace de la “petite lucarne” de plus en plus alimenté par les chaînes d’information en continu. Tout d’abord l’approche des psychanalystes, psychologues et psychiatres, qui ont orienté leur interprétation sur le versant mental en invoquant des troubles psychologiques pouvant aller jusqu’à la psychopathologie et le nihilisme. C’est ainsi que les individus empreints de l’idéologie jihadiste continuent de faire l’objet d’enjeux interprétatifs qui consistent à trouver des solutions psychiatriques pour tenter de les “dé-radicaliser”. En second lieu, les cher­cheurs que nous nommons, certes abusivement, “orientalistes” : des politistes qui tentent d’effectuer un travail d’interprétation du phénomène terroriste dont l’islam constitue – parfois de manière contradictoire, voire opposée lorsque nous évoquons les travaux d’Olivier Roy ou de Gilles Kepel – l’enjeu principal. Un troisième “courant”, davantage représenté par les essayistes et les éditorialistes, met en avant la question civilisation­nelle et “ethnoculturelle” en jeu : Alain Finkielkraut ou Éric Zemmour sont les étendards grand public de ce discours relatif au “choc des civilisations”, faisant dorénavant direc­tement écho aux discours invoquant le “problème des banlieues”. Mais force est de constater que, hormis par un ou deux sociologues très médiatiques, les explications so­ciologiques sont très peu mises en avant dans ces histoires de terrorisme par les médias dominants et même des journaux comme Le Monde (Guérandel/Marlière, 2016).

2L’objet de cet article consiste à revenir sur le travail des sociologues, quels que soient les courants et les “obédiences”, au sujet du phénomène dit de “radicalisation” afin de solliciter les notions ou concepts élaborés par ces derniers dans l’optique de montrer les apports et atouts de notre discipline. Si la sociologie, contrairement à d’autres discipli­nes, n’a pas d’explications toutes faites ou d’interprétations “omnibus” à fournir à l’opi­nion publique pour expliquer les processus qui conduisent des jeunes à commettre des attentats en France et ailleurs au nom de l’islam, elle dispose néanmoins de notions pertinentes pour expliquer un ensemble de facteurs, de processus ou de mécanismes qui mènent à la violence politique. C’est pourquoi nous reviendrons ici sur des concepts ayant fait leur preuve dans le champ des révoltes urbaines. À défaut de pouvoir donner une explication surplombante et définitive du phénomène jihadiste, la sociologie, en raison de ses différentes écoles de pensées, ne peut-elle pas apporter des éléments de réponse variés, complexes parfois contradictoires, mais sans doute utiles pour appré­hender des faits, des trajectoires et des situations ?

3Afin de tenter de répondre à la question, nous reviendrons, dans un premier temps, sur les principaux travaux de chercheurs qui ont tenté de circonscrire le phénomène de radicalisation bien que la notion soit sujette à caution et entraîne des controverses, voire des antagonismes sur les manières d’appréhender le phénomène. Dans le souci de saisir plus finement les processus qui conduisent au terrorisme, nous allons ensuite solliciter des concepts qui ont déjà été convoqués en sciences sociales. Ainsi nous aborderons la notion de frustration sociale proposée par Raymond Boudon et ses successeurs. Puis, nous nous intéressons à la question du déni de subjectivité et de reconnaissance des logiques d’acteurs inspirée par l’école dite “tourainienne”. Ensuite, nous tenterons de réfléchir sur le concept de “politicité” proposé par Denis Merklen autour des mouve­ments sociaux radicaux populaires. Enfin, nous nous pencherons également sur la notion d’économie morale initiée par Edward P. Thompson et réhabilitée par Didier Fassin et nous verrons en quoi l’économie morale de l’injustice structure les représentations sociales de certains jeunes des “quartiers” confrontés aux discriminations.

II. La radicalisation en sciences sociales : un champ de bataille ?

A. Un phénomène social total et global

  • 1 Au-delà des attributions physiques, politiques et symboliques qu’offre le territoire, ce dernier es (...)

4Pour beaucoup de sociologues, la radicalisation ou le jihadisme sont des phénomènes sociaux totaux dans la mesure où ils remettent en question les fondements symboliques du vivre-ensemble dans nos sociétés démocratiques (Khosrokhavar, 2018). Ces phéno­mènes interrogent certains chercheurs sur les “logiques” meurtrières qui conduisent de jeunes adultes à agir de la sorte dans les sociétés libres et démocratiques (Van Campen­houdt, 2017). La radicalisation questionne également le succès grandissant depuis plus d’un demi-siècle d’une idéologie totalitaire qui émerge au sein de l’islam et déstabilise non seulement l’Occident, mais surtout sur le monde musulman, notamment sunnite (Dassetto, 2018). En effet, sidération et incompréhension bouleversent nos sensibilités de “modernes” : en quoi une idéologie conservatrice et moyenâgeuse est-elle susceptible de conduire des jeunes à leur propre mort afin de provoquer surtout celle des autres dans des sociétés libérales au début 21ème siècle ? Dans quelle mesure les attentats-suicides de quelques jeunes interrogent la responsabilité de nos sociétés pourtant progressistes et démocratiques (Asad, 2018) ? Ce phénomène n’est pas tout à fait nouveau, mais il s’est amplifié depuis les attentats du 11 septembre 2001. Il a même pris des tournures plus inquiétantes au milieu des années 2010 avec l’émergence de l’État-nation Daech qui concrétise une “utopie” en projet matériel avec l’acquisition d’un territoire et la mise en œuvre d’une gouvernance pour tous les jihadistes du globe (Atran, 2016 ; Luizard, 2015)1.

  • 2 La notion de radicalisation n’est pas sans poser de problèmes en matière d’échelles de compréhensio (...)

5Si ces différents sociologues évoquent bien à leur façon le jihadisme ou la radicali­sation comme une question de premier plan qu’il faut appréhender avec circonspection, mais urgence, les travaux en matière de définitions, de références terminologiques et de sensibilités sont pourtant loin d’être consensuels. L’usage fréquent du terme radicalisa­tion remonte aux attentats perpétrés à Londres en 2005 (Neuman/Kleiman, 2013). Si des chercheurs défendent, malgré ses imperfections, le concept de radicalisation puisqu’il permet de passer du pourquoi au comment (Khosrokhavar, 2014 ; Crettiez, 2016), cer­tains d’entre eux constatent que cette notion est trop imprécise pour analyser le jihadis­me (Raggazi, 2014 ; Kundnani, 2015 ; Health-Kelly, 2016) tandis que d’autres, plus sé­vères encore, appréhendent le suremploi du terme radicalisation comme un “attrape-tout” qui disqualifie définitivement son utilisation (Coolsaet, 2011 ; Mauger, 2016)2. L’absence de consensus est la conséquence de l’hétérogénéité du phénomène observé conduisant ainsi à la controverse voire à l’antagonisme entre chercheurs. De même, la notion de terrorisme qui comprend plus de deux cents définitions à ce jour reste diffici­lement mobilisable en l’état pour décrire également le phénomène (Raflik, 2016). Le terme de jihadisme ne fait pas non plus l’unanimité dans la mesure où il renforce l’amal­game avec la pratique religieuse ordinaire des musulmans du quotidien (Marlière, 2018a). C’est pourquoi le sociologue Luc Van Campenhoudt propose d’utiliser les com­binaisons terminologiques de terrorisme et de jihadisme à travers l’expression de « ter­rorisme jihadiste » afin de mieux circonscrire le phénomène (Van Campenhoudt, 2017 :8). Nous sommes donc, pour le moment, dans une impasse sémantique pour appréhender un phénomène social pourtant essentiel en ce début du 21ème siècle.

B. Des approches antagonistes

  • 3 Pour Félice Dassetto, il s’agit plutôt de la cinquième génération (Dassetto F., op. cit.).

6S’il existe plusieurs courants, écoles et sensibilités, comme nous venons de le cons­tater à l’instant au sujet de la radicalisation, il nous semble important néanmoins de nous concentrer sur la tension opposant les chercheurs qui voient dans l’islam une source de violence et les autres qui montrent que la violence politique a toujours existé antérieure­ment au jihadisme, mais sous d’autres formes. Pour les premiers, nous pouvons y ins­crire les chercheurs, proches “du choc des civilisations”, autour de Gilles Kepel, qui préfère ainsi rechercher les explications de la violence dans la religion musulmane. Ainsi Kepel se réfère au texte de l’ancien bras droit d’Oussama Ben Laden, Abu Musab Al-Suri, « l’architecte du jihad global » (Brynjar, 2008) avec son fameux appel à la révol­te mondiale islamique et note, depuis 2005, l’émergence d’une troisième génération de jihadistes (Kepel, 2015)3. Un peu plus nuancé, mais sur la même ligne, l’ouvrage dirigé par la politiste Anne Muxel et le sociologue Olivier Galland montre, à travers une en­quête dans les lycées, une propension à approuver ou à utiliser la violence chez les ly­céens d’origine musulmane (Galland/Muxel, 2018). Enfin, deux ouvrages très récents de “la mouvance képelienne” réactivent l’idée du “choc des civilisations” : le premier montre le danger que pèse l’islamisme en banlieue sur l’Occident (Rougier, 2020) ; le second anticipe, pour sa part, une probable guerre civile en Europe causée par les salafo-jihadistes incarcérés et souhaitant prendre une revanche plus stratégique depuis la dé­faite de Daech (Micheron, 2020). Enfin, pour Dassetto, l’idéologie de l’islamisme s’est posée comme hégémonique au sens gramscien, procurant progressivement dans le mon­de musulman des « bagages de raisons et de justifications qui rendent la radicalisation plausible et, à partir de là, rendent légitime l’action armée » (Dassetto, 2018 :46).

7La thèse défendue par le politiste Olivier Roy va plutôt dans le sens inverse. L’auteur voit dans l’investissement radical des jihadistes actuels la traduction d’une sorte d’« isla­misation de la radicalité » (Roy, 2016 :73). En effet, pour Roy, les jeunes motivés à faire le jihad, qu’ils soient de “la deuxième génération” ou des “convertis”, rejettent la culture et la religion de leurs parents. Ils adhèrent à un “islam de rupture” ancré dans un indivi­dualisme exacerbé et une idéologie de sécession avec la société. L’« islamisation de la radicalité » se concrétiserait en quelque sorte par une transition entre les communismes révolutionnaires des années 1970-1980 et les jihadismes nouveaux qui s’illustrent au Moyen-Orient, en Europe et en Asie du Sud-est (Lemaire, 2016). La disparition des communismes comme support de la contestation sociale a entraîné un manque de dé­bouchés politiques de la colère qu’il faudrait sans aucun doute questionner aujourd’hui (Marlière, 2019 :98-107). Talal Asad interroge, de son côté, la double éthique des socié­tés modernes, pourtant progressistes, qui exercent des violences physiques, mais légales à travers des guerres préventives sur des populations musulmanes contraintes de répon­dre à leur tour en raison de la dissymétrie des rapports de forces militaires par le terroris­me et les attentats-suicides (Asad, 2018). L’islam n’est pas forcément en cause dans ses fondements théologiques, car il est le symptôme de malaises politiques, sociaux et cul­turels (Liogier, 2016) et répond ainsi à des colères accumulées, ce qui fait dire au socio­logue anglo-saxon Arjun Appadurai que nous sommes davantage dans des civilisations du choc plutôt que dans un “choc des civilisations” (Appadurai, 2009).

C. Au-delà de la question sociale, coloniale et de l’histoire des “quartiers”

8Les parcours des jihadistes paraissent, en fonction des recherches et de la littérature sociologique, assez hétérogènes. Nous pourrions tout d’abord solliciter les chercheurs qui voient dans le jihadisme une continuité historique que ce soit en lien avec le passé colonial ou bien à travers l’histoire sociale des quartiers populaires. Ainsi François Bur­gat repère dans le phénomène de radicalisation une conséquence directe de la colonisa­tion qui n’est toujours pas digérée par les populations originaires des pays du Maghreb et du Moyen-Orient (Burgat, 2016). Il insiste sur la dimension coloniale, mais aussi néocoloniale de l’islamisme politique : le retour d’un islam orthodoxe est à mettre en corrélation avec l’arrivée des puissances européennes en Afrique du Nord au milieu du 19ème siècle ; le jihadisme contemporain est la résultante d’une forme de néocolonialis­me qui prolonge les revendications islamiques passées, mais de façon plus radicale, bien que le jihadisme actuel ait sa dynamique propre et ses enjeux contemporains spécifiques (Dassetto, 2018). Alain Bertho met plutôt en avant la généalogie historique des quartiers populaires urbains. Il note une réelle incapacité des habitants des “quartiers” à être repré­sentés et à défendre leurs droits. En effet, depuis la “Marche pour l’égalité” en 1983, en passant par les “émeutes de 2005”, Bertho insiste sur les désillusions politiques des ha­bitants des cités populaires, désormais nombreuses, menant progressivement, mais irré­médiablement, au phénomène de radicalisation chez les dernières générations (Bertho, 2016). Des chercheurs anglo-saxons se situant à mi-chemin entre passé colonial et his­toire sociale des quartiers populaires urbains font des constats similaires en soutenant l’idée d’une guerre continue entre musulmans et Occidentaux depuis la fin du 19ème siècle (Hussey, 2015 ; Dély/Heargraves, 2016).

9D’autres chercheurs ont plutôt mis en avant l’hétérogénéité plus grande des parcours des jihadistes. Tout d’abord, l’historienne Jenny Raflik a montré, que ce soit pour les anarchistes du 19ème siècle, les communistes révolutionnaires du milieu du 20ème siècle ou les jihadistes d’aujourd’hui, l’importance de la rupture avec l’environnement institu­tionnel, social ou familial qui constitue un des dénominateurs communs à tous les par­cours de terroristes, quelles que soient les époques (Raflik, 2016). L’anthropologue Dounia Bouzar affirme, pour sa part, l’existence de jeunes radicalisés issus des classes moyennes à la fois étrangers au monde musulman et à celui des “quartiers” dans le cen­tre de déradicalisation où elle a effectué son enquête (Bouzar, 2016). L’ethnopsychiatre Tobie Nathan, qui a reçu une centaine de jeunes radicalisés dans son cabinet, s’étonne de voir également des personnes originaires de milieux sociaux aisés (Nathan, 2017). Pour ces chercheurs, l’islam offre un cadre régénérateur pour des jeunes déstabilisés par une société moderne individualiste et compétitive qui aspirent non seulement à une reconstruction personnelle, mais veulent également se rebeller contre un ordre politique, culturel, social et/ou familial. Ainsi, tous les radicalisés ne sont pas originaires des quar­tiers populaires et de familles musulmanes comme tous les jeunes des “quartiers” issus de l’immigration et d’origine musulmane ne sont pas devenus jihadistes (Marlière, 2020 :45-65).

  • 4 Nous parlons ici de notre principal terrain de recherche accompli dans le nord-ouest de la banlieue (...)

10Sur nos terrains effectués dans les quartiers populaires4, nous sommes partis du cons­tat que le sentiment d’injustice structurait les représentations sociales de beaucoup de jeunes rencontrés en entretien (Marlière, 2008). Les capacités politiques, économiques et sociales à répondre à ce sentiment restent limitées dans la mesure où les inégalités sociales et les discriminations persistent au quotidien sans possibilité ou volonté d’y remédier de manière positive et constructive. Ce constat d’impuissance accentue l’amer­tume et les sentiments de revanche (Arendt, 1972) chez les nouvelles générations à la fois des “quartiers”, mais aussi des classes moyennes en voie de déclassement. Si cer­tains chercheurs proposent de suivre le sociologue Claude Dubar sur les dimensions rétributives au niveau symbolique de l’engagement militant afin de structurer un champ de recherche (Fragnon, 2019), il nous paraît opportun de mobiliser, de notre côté, des concepts appliqués en sciences humaines sur les révoltes urbaines afin d’élargir davan­tage le répertoire d’analyses susceptibles d’appréhender un phénomène social total dis­parate, complexe et controversé.

III. La notion de frustration relative

A. La frustration relative : une généalogie américaine

11La question de la frustration sociale est, semble-t-il, déterminante dans la mesure où l’intériorisation des normes égalitaires démocratiques est assimilée chez la plupart des citoyens en Occident. Le sociologue Gérald Bronner tente d’articuler, à la suite de Ray­mond Boudon et de Walter Gary Runciman, les thématiques de discrimination et d’hu­miliation, véhiculant l’idée d’une adhésion au terrorisme en raison des frustrations so­ciales des jeunes radicalisés (Bronner, 2016). Il y développe le point suivant : le concept de frustration relative émerge aux États-Unis pour tenter de comprendre les attitudes des populations en difficultés économiques évoluant dans une société plus ou moins pros­père. Cette notion trouve ses racines chez Tocqueville (Tocqueville, 1985) autour des questions de démocratie qui ouvrent davantage de “possibilités” et donc d’espoir parmi le peuple. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’ouverture plus grande de moyens d’émancipation peut également être la source de sentiments de désillusions et donc d’in­satisfactions susceptibles de conduire au désespoir. Ainsi, le phénomène du suicide chez Durkheim, fait social qui incite un individu à se supprimer dans un contexte de dérégu­lation des normes sociales le plus souvent en période d’amélioration des conditions de vie résulte le plus souvent de désirs inassouvis occasionnant un sentiment de “vide” qui résulte de frustrations sociales accumulées (Durkheim, 2007). En effet, le concept de frustration relative tient compte de manière plus approfondie de l’importance du con­texte social, de la conjoncture économique et de la primauté des interactions et des possi­bilités qui sont offertes aux individus, notamment dans le cadre d’une société perçue comme libre. Pour le sociologue Raymond Boudon, les normes équitables des sociétés démocratiques ont paradoxalement engendré de la frustration sociale chez un grand nombre de personnes qui ont intériorisé des normes égalitaires, mais qui estiment pour­tant ne pas bénéficier des idéaux affichés par les sociétés démocratiques (Boudon, 1977). Robert K. Merton insiste davantage sur l’individualisation des inégalités et l’im­pact moteur de la société de consommation dans les sociétés démocratiques : ces phéno­mènes sont à l’origine de la concurrence entre des personnes et accentuent la frustration relative à l’origine de conflits personnels et de frustrations multiples (Merton, 1997). Le sociologue Walter Runciman oriente son analyse dans le contexte des sociétés démo­cratiques et multiculturelles en montrant que le sentiment de frustration est plus aigu encore lorsque l’individu assimile son “échec”, non à titre personnel, mais comme le résultat d’une discrimination de la communauté à laquelle il appartient (Runciman, 1966). C’est pourquoi, selon Gérald Bronner, le fait d’adhérer à des idées extrêmes sou­lage l’individu de ses déconvenues en lui donnant une vision plus claire et plus simple des injustices. Ce constat, par certains aspects, dédouane la personne en souffrance de son échec personnel, lui permettant ainsi de désigner un ennemi identifié comme respon­sable de ses malheurs. La question des possibilités de réussite dans les sociétés démocra­tiques est donc un élément potentiellement déclencheur de protestation sociale, voire de révolution. L’exemple le plus frappant étant que l’on assiste à une augmentation des protestations, voire des révolutions, à la suite d’une sortie de dépression économique et de “crise” (Davies, 1962).

B. De l’espoir à la désillusion

  • 5 Dans la majorité des entretiens effectués auprès des jeunes, les questions relatives à la démocrati (...)

12Pour Bronner, de manière plus circonstanciée, c’est la problématique de l’adéquation possible ou non entre l’aspiration individuelle et la satisfaction personnelle qui entre en jeu. Or, s’il y a une trop forte disproportion entre les deux, la frustration relative peut être non seulement déterminante dans les représentations quotidiennes, mais également dans la conduite des actions (Gurr, 1971). La notion de frustration relative a déjà été développée par Dietmar Loch au sujet des révoltes urbaines, notamment pour expliquer que la France se réclamant des valeurs égalitaires républicaines est confrontée à un grand nombre d’émeutes, contrairement à l’Allemagne où le rapport avec l’immigration turque est nettement plus distant, car sans réelles promesses d’égalité. Autrement dit, les Français issus de l’immigration maghrébine ayant été socialisés en fonction des va­leurs républicaines en France s’accommodent mal des injustices qui leur sont faites, contrairement aux enfants d’immigrés turcs qui se sont préparés, en quelque sorte, à mieux se conformer aux situations inégalitaires en raison de leurs origines ethniques. Ainsi, l’idéal républicain français “Liberté, égalité, fraternité” ayant été plus ou moins intériorisé (Loch, 2008)5 sur nos terrains d’enquête par les jeunes Français des cités po­pulaires urbaines issus de l’immigration, celui-ci devient particulièrement intolérable lorsqu’il n’est pas respecté, contrairement à l’Allemagne où les promesses d’égalité à la reconnaissance à l’égard de la seconde génération turque n’existent pas en tant que telles. Pour Hugues Lagrange, ces jeunes des quartiers populaires urbains issus des an­ciennes colonies se comparent plus volontiers aux jeunes des classes moyennes des centres-villes pour qui « tout ce qui alimente leur sentiment d’être des citoyens de secon­de classe suscite des réactions fortes » (Lagrange, 2008 :377). La frustration relative est donc, pour ses auteurs, à l’origine des violences urbaines.

13Cependant, la question de la radicalisation est dans une certaine mesure plus com­plexe. En effet, à travers la notion de frustration relative, Gérald Bronner s’est interrogé sur le rôle des sociétés occidentales dans la montée des colères, des illusions perdues, mais aussi de la radicalisation en montrant que ces sociétés, à travers un ensemble de valeurs telles que la liberté, l’égalité, la reconnaissance et la consommation ont déve­loppé chez la plupart des personnes un ensemble d’aspirations et de rêves auquel très peu pourront en fin de compte accéder (Bronner, 2016). La colère et l’amertume sont donc d’autant plus fortes pour certains acteurs, car la frustration vient du fait qu’ils se sont construits au moyen des valeurs de liberté et d’égalité promues par les institutions.

14Ainsi, la course à la consommation et à la reconnaissance représente-t-elle de nos jours le nouveau Graal pour une majorité de personnes :

L’équation aboutit à un taux de frustration optimal qui est d’autant plus iné­vitable que l’aspiration pour la distinction est toujours relative, ce qui signi­fie qu’il ne nous suffit pas d’obtenir beaucoup pour être heureux, mais sur­tout d’obtenir un peu plus que les autres (Bronner, 2016 :261).

15L’aspiration à la réussite, quels que soient les domaines dès lors intériorisés comme inaccessibles, crée du ressentiment vis-à-vis du système social et de ses institutions. Le passé colonial, les discriminations ordinaires, les stigmatisations du quotidien ont cons­truit des personnalités spécifiques chez certains jeunes adultes désormais réceptifs à des faisceaux idéologiques de revanche et de vengeance qui sont d’autant plus forts qu’ils apparaissent et se développent dans une société démocratique appréhendée comme défaillante pour les jihadistes. C’est pourquoi ces jeunes radicalisés ont élaboré progres­sivement des systèmes de pensée qui fustigent, selon eux, l’aspect corrompu et menson­ger des systèmes sociaux, leur permettant ainsi de rationaliser la destruction des institu­tions et de codifier des meurtres de masse au nom d’une idéologie extrême. En effet, pour Bronner, l’adhésion par frustration peut constituer un levier puissant pour la radica­lisation des esprits dans la mesure où elle « résulte d’une situation biographique et de mécanismes sociaux liés aux systèmes démocratiques » (Bronner, 2016 :335). La frus­tration relative résonne avec les transformations sociales, économiques et culturelles qui ont cours en Europe de nos jours notamment à travers l’augmentation des inégalités structurelles et la mise à l’écart d’une partie croissante des classes populaires dans une société compétitive et hautement consumériste.

IV. Des subjectivités déniées et des identités dédaignées

A. Le jihadiste : un jeune méprisé qui répond par la violence

16Une seconde approche consiste à interroger le rôle de la subjectivité de l’acteur ou de l’individu. Cette notion possède une généalogie théorique moins étendue que la précédente, mais elle peut également permettre d’apporter des éléments de réponse sur les raisons qui conduisent des personnes à produire des violences au nom d’une idée ou d’une croyance. Pour le sociologue Jérôme Ferret, la radicalisation amène à la violence politique extrême et interroge la nature du contrat social de la modernité tardive en rai­son de l’apparition de nouvelles subjectivités générant leur propre système autoréféren­tiel (Ferret, 2015). Ainsi, la question des représentations sociales identitaires multiples qui semblent entrer en concurrence constitue un enjeu nouveau pour nos sociétés. C’est pourquoi les subjectivités identitaires qui subissent un ostracisme ou un déni d’existence n’ont pas d’autres recours que la violence pour se faire entendre ou reconnaître. Elle pose la question de la reconnaissance pour un certain nombre d’acteurs dénigrés dans l’espace public.

17À la suite d’Alain Touraine et de Michel Wieviorka, Jérôme Ferret explique que la violence est le produit de l’incapacité d’une communauté politique à instaurer les con­ditions d’un rapport conflictuel entre les citoyens et les institutions : l’impossibilité de développer une expression appropriée engendre une violence symbolique et sociale pour des populations stigmatisées, faute de médiation institutionnelle ou organisationnelle reconnue ou efficace (Ferret, 2015). C’est pourquoi le terme de terrorisme n’est pas une expression pertinente et, dans ce cas, il préfère parler de

violence totale entendue comme stratégie délibérée de violence aveugle, frappant la population civile suivant le principe de disjonction entre les vic­times de l’attentat […] et la cible politique visée (Ibid. :21).

18Cette violence interroge donc la nature du contrat social qui fonde les sociétés démo­cratiques dans lesquelles nous évoluons. Elle pose la question des rapports sociaux et des interactions du quotidien à l’origine d’une co-construction de violence et d’animo­sité réciproque, que ce soit entre personnes et institutions ou entre individus. Cette ana­lyse de Jérôme Ferret retient notre attention dans la mesure où elle consiste à appréhen­der deux formes de violence au sein du contrat social : 1/ l’état du monopole de la vio­lence légitime des institutions étatiques dans la société moderne au cœur de la globalisa­tion et la capacité à empêcher les idées concurrentes ou à contrer ces nouveaux projets violents ; 2/ la forclusion de la violence dans les sociétés modernes tardives et l’appari­tion des nouvelles subjectivités émergentes, en particulier de jeunes adultes pris dans cette modernité. Autrement dit, la violence extrémiste des seconds est une réponse à la violence institutionnelle de l’État, conséquence d’une réciprocité entre terreur, répres­sion et négation qui atteint dès lors des extrémités que nous connaissons lors des attentats.

19Les études de Jérôme Ferret sont intéressantes dans la mesure où elles introduisent l’idée d’une dialectique opérationnelle selon laquelle la violence des terroristes répond à la négation symbolique des institutions qui ne reconnaissent pas l’existence de ces derniers en tant que sujets : la violence destructrice répond ainsi à une violence politique symbolique ordinaire. Ainsi déshumanisés par les pouvoirs en place, certains jeunes peuvent dédaigner, voire réprouver à leur tour les institutions et les personnes censées les représenter. Ils peuvent alors monter des insurrections contre les porteurs de l’uni­forme, voire se radicaliser en commettant des attentats meurtriers à l’encontre de toute personne perçue comme alliée d’un système appréhendé comme inique et illégitime. La négation réciproque entre ces deux acteurs (acteurs institutionnels versus acteurs privés) conduit à un cercle vicieux infernal entre violence, répression, vengeance, etc. La non-reconnaissance d’une identité et les humiliations que cela comporte peuvent orienter également une piste de réflexion dans le cadre de notre programme de recherche. Cette dernière peut donc être en quelque sorte suivie jusqu’aux travaux d’Alain Touraine et montrer que l’acteur discriminé est donc en incapacité d’agir individuellement ou collectivement.

B. À la recherche d’une reconnaissance éphémère, mais éclatante

20Selon les lectures effectuées autour de notre objet d’étude, nous pouvons nous demander si nous ne sommes pas en mesure, à travers les mutations sociales, culturelles et sociétales récentes, d’assister à une sorte de transformation des processus de sociali­sation qui favorise l’individualisme, mais aussi la reconnaissance comme en témoignent l’ampleur des réseaux sociaux et l’attitude des nouvelles générations concernant le pa­raître et la compétition individuelle. Il faudrait ainsi orienter les recherches au niveau d’une volonté de reconnaissance passagère visant à attirer l’attention d’une société qui vous méprise au quotidien. Le sociologue Didier Lapeyronnie au sujet des révoltes urbaines de 2005 a montré que

l’émeute est une sorte de court-circuit : elle permet en un instant de franchir les obstacles, de devenir un acteur reconnu, même de façon négative, éphé­mère et illusoire, et d’obtenir des “gains” sans pour autant pouvoir contrôler et encore moins négocier ni la reconnaissance ni les bénéfices éventuels (Lapeyronnie, 2006 :445).

21Autrement dit, les émeutes urbaines revigorent les subjectivités méprisées ou déniées de certains jeunes de quartier afin de se venger passagèrement des institutions, de pou­voir occuper la rue un temps limité et d’attirer momentanément l’attention de l’opinion publique et donc du pouvoir.

22Mais il semblerait au sujet du jihadisme que l’attente envers les enjeux de reconnais­sance soit portée à son paroxysme. Pour le politiste Olivier Roy, c’est la quête du héros qui motive certains jeunes radicalisés : refonder l’estime de soi par l’image d’un conqué­rant pour une cause, qu’elle soit juste ou pas, quitte à paraître pour un “héros négatif”. Olivier Roy insiste donc davantage sur l’aspect narcissique du jihadisme où la mise en avant de l’ego l’emporte sur les dimensions géopolitiques ou politiques pour certains jeunes (Roy, 2016). Pour le sociologue Farhad Khosrokhavar, cela va même au-delà du désir de reconnaissance, d’avidité de gloire et de succès : « La promotion de soi en émir par exemple qui remplace le rêve d’être président » (Khosrokhavar, 2018 :552). Pour certains jeunes radicalisés des classes populaires en Occident en situation d’échec sco­laire ou social et donc voués à un “avenir sans avenir” ou pour d’autres (les jeunes des classes moyennes déclassés) destinés à un “futur sans aventure”, Daech proposerait fina­lement des formes d’ascension sociale rapide, pour les premiers, et une échappatoire stimulante et dépaysante, pour les seconds.

V. La “politicité” pour réhabiliter le politique

A. L’engagement politique des désespérés

23Introduit et développé plus récemment en France par le sociologue Denis Merklen, le concept de politicité peut également nous permettre de réfléchir sur la notion de radi­calisation ou de violences politiques extrêmes. La politicité apparaît ici comme un néo­logisme susceptible de proposer une alternative ou un complément d’analyse aux no­tions précédemment développées. Denis Merklen propose d’examiner les nouvelles for­mes de mobilisation des classes populaires depuis la déstabilisation de la société sala­riale (Castel, 1995). L’entrée par le territoire du quartier permet de prendre en compte les solidarités locales, le capital d’autochtonie et les supports sociaux, territoriaux et culturels qui vont avec. La politicité ouvre une perspective nouvelle, celle de conférer à ces phénomènes terroristes une dimension indéniablement politique. En effet, au sein des classes populaires, que cela soit en France ou en Argentine, Denis Merklen retrace les germes et les configurations dans les changements au sujet des comportements poli­tiques qui se radicalisent, d’où la notion de politicité pour démontrer que « la grande majorité des démocraties est confrontée à un resurgissement de ses classes populaires et [que] leur avenir se trouve compromis par une crise profonde des systèmes d’intégration sociale » (Merklen, 2009 :257).

24Autrement dit, la notion de politicité introduit une dimension politique et plus généra­lement sociale qui ne fait pas forcément l’unanimité. Mais cette perspective peut appor­ter sur le plan heuristique un éclairage supplémentaire : en effet, l’auteur propose de décliner cette notion de “politicité” selon trois registres distincts, mais complémentai­res : 1/ la survie ; 2/ le fait de protester ; 3/ l’action partisane (Ibid.). Si Denis Merklen note un changement dans les rapports des classes populaires vis-à-vis des élites disquali­fiées à leurs yeux, les classes populaires élaborent de nouvelles formes de représenta­tions politiques et symboliques, le plus souvent dans une radicalité plus prononcée (Mer­klen, 2012 :57-73). À l’instar d’Alain Bertho, pour qui la dégradation des conditions de vie des classes populaires depuis plus de trente ans dans l’espace public se manifeste par le passage récurrent aux révoltes urbaines, Denis Merklen pense en quelque sorte que le mouvement social et la politicité des classes populaires sont entièrement marqués par une tension fondamentale entre la lutte pour la survie et la lutte pour l’intégration (Merklen, 2012). Or, pour l’auteur, les questions relatives à la survie et à l’intégration économique sont en jeu, d’où le besoin de trouver des stratégies plus énergiques à tra­vers une organisation politique cohérente générant un antagonisme politique plus effi­cace pour accéder aux biens et aux services et ainsi donner un sens aux luttes symboliques (Ibid.).

B. Des mobilisations spécifiques et isolées en Europe

  • 6 Voir l’exemple du mouvement des “gilets jaunes”.

25Dans les pays d’Amérique du Sud, les classes populaires peinent à trouver leur place dans une société néolibérale. Une politicité radicale s’est donc structurée au niveau des espaces populaires et ne cesse de viser le système politique et l’espace public afin que ces classes populaires paupérisées puissent manifester leur existence (Merklen, 2012). En France, la fragmentation des classes populaires est davantage prononcée et concerne une partie des habitants des quartiers populaires urbains déjà isolés des autres milieux populaires du point de vue identitaire et ethnique pour des raisons analysées précédem­ment6. Du fait d’un isolement ethnico-social, ces jeunes des quartiers populaires urbains voient leurs revendications politiques et sociales par l’action émeutière totalement dis­créditées. En effet, leurs doléances se transforment en “incivilités”, voire en menaces pour la République, car elles ne se voient pas prises en compte par les partis politiques et les syndicats. La contestation se trouve ainsi dépolitisée et aboutit le plus souvent à des formes de violence comme celle qui consiste par exemple à brûler des bibliothèques (Merklen, 2015). Même si ces jeunes héritiers de l’histoire sociale des quartiers popu­laires urbains évoluent dans un pays plus confortable du point de vue économique et social qu’en Argentine, les stratégies de résistance et d’organisation sont beaucoup moins aisées, car ces derniers restent minoritaires parmi les classes populaires en France. Ainsi la situation politique d’une partie des habitants des quartiers populaires urbains se distingue de la politicité des classes populaires analysée en Amérique du Sud, ces der­nières étant plus unitaires à l’image de la classe ouvrière française dans les années 1960 :

La politicité ouvrière fondée sur la figure d’un travailleur qui trouve sa place grâce à son effort et à sa peine au travail va ainsi se retourner sur les héritiers de cette même classe ouvrière lorsqu’ils en sont écartés par le chômage […] C’est dans ce cadre que cette fraction des classes populaires qui se constitue par le territoire autour des figures du “quartier” et de l’“habitant” essaie de reconstituer des modalités d’action et de participation politique face à la perte de puissance des formes jusqu’alors dominantes de la mobilisation po­pulaire (Béroud/Bouffartigue/Eckert/Merklen, 2016 :159).

C. La radicalisation : une dynamique antagoniste

26Les jeunes des quartiers populaires urbains n’ayant plus directement leur place dans les rapports de production, leur engagement moral et politique ne se situe plus que dans leur espace local, un espace urbain, rappelons-le, disqualifié. Cette solitude politique, traitée précédemment, montre que la politicité des adolescents et des jeunes adultes reste circonscrite à leur propre perception des situations et à leur territoire, car elle ne peut s’exporter à l’ensemble plus vaste des classes populaires françaises aujourd’hui. C’est pourquoi les revendications politiques à travers cette politicité localisée au quartier et uniquement dans ces espaces sociaux urbains désindustrialisés ne peuvent s’exercer ailleurs et apparaissent du même coup comme une forme d’impasse politique expliquant les émeutes à répétition, les “incivilités” en boucle ou les tensions chroniques avec les institutions. Cette nouvelle forme de politicité de territoire, circonscrite aux quartiers populaires urbains, s’est orientée à force d’isolement, de récupération politique (notam­ment le Parti socialiste) et de manipulations diverses et variées vers des formes ethnico­religieuses, dont l’islam qui joue un rôle de plus en plus fédérateur (Piettre, 2013 :89-129). L’isolement s’accentue davantage encore lorsque certains “jeunes de cité” partici­pent directement à des actions terroristes révélant indéniablement l’équation entre islam et quartiers populaires. Ces constats montrent que le conflit structurel avec les institu­tions est donc impossible et que face à ces échecs répétés en matière de reconnaissance institutionnelle ou de revendication politique, la radicalisation islamique apparaît com­me l’ultime recours de transformation civilisationnelle, mais surtout sociale et prend ainsi définitivement le relais d’autres formes de médiations politiques épuisées ou inef­ficaces.

VI. Pour une économie morale de la radicalisation ?

A. Une concurrence des normes et des valeurs

27Un autre point de vue intéressant pourrait tout aussi bien être mobilisé autour des questions morales ou de valeurs : celui de l’économie morale. Cette notion introduite récemment en France serait susceptible de nous apporter également des éléments d’ana­lyse et de compréhension au sujet des violences politiques et autres phénomènes de radicalisation. La production de normes et de valeurs est le fait de toutes les sociétés et plus ces dernières sont nombreuses, plus la complexité augmente au sein des rapports sociaux, car ces normes et valeurs produisent un système d’usages et de coutumes qui entrent en concurrence. Nos sociétés dites “post-industrielles” ou “hypermodernes” ne produisent plus de normes univoques, mais bien plurielles et parfois contradictoires. De plus, les personnes qui vivent dans ces sociétés se déterminent en fonction de ces normes et valeurs et agissent en conséquence : « elles sont donc amenées à prendre des décisions au nom de critères moraux, rencontrant parfois des dilemmes, et à éprouver des affects, voire à entrer en conflit les unes avec les autres » (Fassin/Eideliman, 2012 :10).

  • 7 Le profil de certains “jihadistes” ou radicalisés correspond à ce télescopage parfois incontrôlé de (...)

28Ces arbitrages entre normes et valeurs concurrentes conduisent au mieux à des com­positions, au pire à des tensions, voire à des conflits. D’ailleurs, même au niveau indivi­duel, la personne est également censée opérer des choix entre son éthique individuelle et la morale collective. Dans des sociétés hypermodernes et complexes comme les nô­tres, connectées et globalisées, l’exacerbation de la concurrence des valeurs et des nor­mes est donc à son comble et nous pouvons aisément imaginer alors les tensions qui traversent non seulement les groupes sociaux, mais aussi les acteurs eux-mêmes7. Autant dire que cette notion peut contenir une dimension transversale permettant d’appréhender au plus près les valeurs et normes que mobilisent les phénomènes sociaux liés à la radi­calisation.

29Afin d’élaborer la notion d’économie morale, Didier Fassin se réfère à deux courants distincts : 1/ les travaux d’Edward Thompson, et accessoirement de James C. Scott, relatifs au monde paysan (Thompson, 1968 ; Scott, 1976) et à la défense des droits et des usages susceptibles de mener à la révolte si les puissants ne les respectent pas ; 2/ un deuxième courant qui met plutôt en avant les arrangements avec les régularités et les règles, interrogeant les règles morales et l’éthique, notamment pour les besoins de la recherche. Pour Fassin, ces deux approches a priori différentes sont essentielles, car si nous parvenons à les réunir, nous pouvons élaborer une notion d’économie morale plus opératoire. Ainsi, il est indispensable de prendre en compte les perceptions du quotidien des acteurs étudiés, en l’occurrence les classes populaires, pour comprendre à la fois les colères, les déceptions ou les révoltes, mais aussi les résistances qui consistent à tricher, dissimuler, chaparder, saboter ou bien commettre des violences comme le terrorisme.

30Ainsi, pour Didier Fassin, la notion d’économie morale comprend « la production, la répartition, la circulation et l’utilisation des émotions et des valeurs, des normes et des obligations dans l’espace social » (Fassin, 2012 :37). Pour mieux comprendre cette notion, il insiste sur quatre points essentiels : 1/ l’économie morale est morale ; 2/ con­trairement à l’approche philosophique, les travaux empiriques ont montré que nous pou­vons associer valeurs et normes ; 3/ les émotions ne sont pas séparées des valeurs et des normes (colères, plaisirs, etc.) ; 4/ les économies morales peuvent concerner l’ensemble des mondes sociaux à la fois à l’échelle locale et globale (Fassin, 2012). Pour ainsi dire, la notion d’économie morale comprend une dimension sociologique qui analyse le jeu des acteurs et l’orientation des mouvements sociaux, en plus d’une dimension anthropo­logique qui permet une compréhension des contextes et du cadre dans lesquels les normes et les valeurs trouvent un sens. Un peu plus loin, l’auteur nous explique que cette notion peut comporter un regard analytique plus général sur les raisons d’être et de faire des individus :

En généralisant le propos, on comprend que l’étude des économies générales implique d’analyser à la fois leur sociologie, c’est-à-dire le jeu des acteurs qui influent sur le cours des faits moraux, en l’occurrence depuis les activités qui se mobilisent au nom des principes jusqu’aux médecins qui s’emploient à leur donner un sens concret, et leur anthropologie, au sens de transforma­tions des valeurs, des normes et des émotions, avec les confrontations aux­quelles elles donnent lieu, ici entre compassion et répression (Ibid. :43).

31La notion d’économie morale offre ainsi l’occasion au chercheur de pouvoir dégager une analyse des rapports de force et une compréhension des manières d’agir des acteurs en les situant à la fois dans un contexte, mais aussi en leur attribuant un sens et une orientation.

B. Des normes et valeurs contraignantes et spécifiques

32En se référant également à la notion sans doute plus centrée autour de l’approche proposée par Edward P. Thompson au sujet des quartiers populaires et des questions relatives à la discrimination, Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie exposent les situ­ations tolérées ou non par une partie des habitants des quartiers :

L’économie morale des quartiers est marquée par une rupture profonde entre l’univers politique et institutionnel et la population. Elle mêle un sentiment d’injustice et d’humiliation à un ressentiment exacerbé envers les institu­tions : “La République ne tient pas ses promesses, elle est un mensonge dont les habitants des cités payent le prix”. Ces derniers partagent la conviction qu’ils ne participent pas à la vie sociale et, plus encore, que la société est un univers étranger qui leur est hostile, qui les met à l’écart et les stigmatise. Les émeutes sont une des expressions les plus spectaculaires de ce divorce (Kokoreff/Lapeyronnie, 2013 :83).

33Ainsi, une économie morale spécifique aux habitants des quartiers populaires nous conduit irrémédiablement à la question déjà traitée de l’injustice, ce qui nous amène à un moment ou un autre à la thématique abordant celle des révoltes urbaines. À ceci près toutefois que les auteurs y distinguent une focalisation plus importante sur la justice “civique” que sur la justice sociale, à savoir que les discriminations sont plus intoléra­bles que les inégalités sociales (Ibid. :81), car la question ethnique et identitaire l’em­porte sur les motivations liées à l’appartenance de classe. Cette remarque est d’autant plus importante qu’elle enferme les “jeunes des cités” et une partie des habitants des quartiers dans une posture revendicative autour de notions identitaires, religieuses et ethniques clivantes. Ainsi, pour Kokoreff, quatre éléments essentiels peuvent définir en quelque sorte une économie morale spécifique aux révoltes urbaines : « l’identification aux victimes, faire partie du quartier, négocier sa place, régler ses comptes » (Kokoreff, 2008 :201). Les économies morales qui structurent et orientent les représentations socia­les des jeunes rencontrés sur le terrain témoignent d’une perception singulière des injus­tices en fonction d’un vécu qui les distingue de la majorité de la population française d’une manière générale. Cette perception les mène plus ou moins à un isolement social et donc à une impasse qui accentue leur conception de l’injustice et accroît l’amertume.

34C’est pourquoi la notion d’économie morale peut également être utilisée pour les questions de radicalisation. En effet, ces jeunes radicalisés qui décident de partir en Syrie ou de tirer à la kalachnikov sur le public du Bataclan répondent aussi à des normes et des valeurs. Les travaux de Farhad Khosrokhavar nous donnent des pistes allant en ce sens. Même si ce dernier ne mobilise pas à proprement parler la notion d’économie morale et se réclame plutôt de la phénoménologie inspirée par le philosophe Edmund Husserl et est très proche des courants tourainiens, la problématique de la radicalisation soulevée par celui-ci s’en rapproche. En effet, Khosrokhavar montre que le jihadiste tente de se démarquer de la société occidentale, qu’il juge froide, autour de trois points essentiels : 1/ individu humilié qui vit dans les cités et ghettos ; 2/ individu victimisé confronté à la frustration, au peu de perspectives d’avenir et au racisme quotidien ; 3/ individu appartenant à un groupe agressé : la communauté musulmane ou la oumma, le conflit israélo-palestinien avec Gaza, etc. (Khosrokhavar, 2014 :26-28). L’auteur résume en quelque sorte l’économie morale du jihadiste de cette façon :

Dans la radicalisation, les deux couples de sentiments les plus répandus sont l’humiliation subie et le désespoir d’un côté, la volonté d’infliger une humi­liation encore plus grande à l’adversaire et la conviction de pouvoir réaliser l’utopie à partir d’une “théologie de la folle expérience” qui justifie la vision irénique d’un avenir indéterminé dans le temps de l’autre (Ibid. :32).

C. Imposer ses valeurs et convertir le “système” ?

35Pour tenter de conclure sur ce point, l’économie morale pourrait permettre de mieux appréhender le contexte dans lequel émergent les processus de radicalisation, notam­ment par la compréhension des ressorts de l’action qui correspondent à une poursuite de reconnaissance et d’égalité, bien que les institutions négligent ou méprisent les doléan­ces politiques ou les revendications sociales des jeunes rencontrés sur le terrain (Mar­lière, 2018 :43-50). Ces ressorts pourraient dans une certaine mesure s’articuler en fonc­tion de quatre dimensions : 1/ spirituelle et mystique (quête d’égalité et d’idéal) ; 2/ individuelle et personnelle dans un monde qui paraît à la fois s’aseptiser et se corrompre (recherche de justice et de réparation) ; 3/ sociale à travers une identité de substitution (quête de reconnaissance en matière de spécificité culturelle autour d’une valeur absolue qu’est l’islam orthodoxe) et enfin ; 4/ politique à travers l’adhésion à “l’islam” en tant que système de valeurs structuré et dogmatique (l’islam comme idéologie de substitu­tion) susceptible de faire face aux inégalités, de s’armer face à la domination ordinaire et de fustiger les inégalités économiques et autres formes d’injustices. Des valeurs en confrontation en quelque sorte avec les valeurs de la société dominante.

VII. Conclusion

36Le phénomène du terrorisme islamique, du jihadisme ou de la radicalisation joue un rôle essentiel dans nos sociétés, car il interroge les fondements mêmes de nos démocra­ties. Mais il reste toujours la difficulté à définir et à circonscrire les processus sociaux qui conduisent de jeunes Occidentaux à la radicalisation. Cet obstacle accentue les oppo­sitions sur la manière d’approcher et de concevoir le phénomène parmi les chercheurs. Il est donc urgent de saisir la complémentarité de ces approches afin de structurer un domaine de recherche dans la mesure où le jihadisme constitue un sous-système struc­turant au sein du sunnisme et un champ spécifique avec ses règles d’appartenance, de reproduction et de représentation sociales (Dassetto, 2018). Il s’avère utile de multiplier les enquêtes statistiques et les recherches empiriques de première main pour appréhen­der plus finement les parcours, les étapes et les sensibilités des jihadistes.

37Les concepts appliqués jusqu’ici aux révoltes urbaines ne permettent pas d’expliquer le phénomène qualifié de radicalisation islamique dans sa généralité, mais ils pourraient nous faciliter, selon les trajectoires des jihadistes étudiées, l’élaboration de classifica­tions et de typologies de trajectoires spécifiques. En effet, ces concepts seraient suscepti­bles de nous proposer des analyses circonstanciées sur les parcours sociaux de jihadistes en essayant d’appréhender de manière plus empirique les contextes de ruptures ou de bifurcations biographiques : par exemple, la frustration relative pourrait expliquer des formes d’exclusion vécues ou ressenties en fonction d’un contexte social où la consom­mation ostentatoire et la compétition individuelle constituent les normes de réussite ; les identités déniées seraient susceptibles de montrer en quoi l’islamophobie ou la non-reconnaissance du rôle colonial par nos institutions est à l’origine d’un sentiment d’in­justice qui structure les colères chez certains jeunes ; la “politicité” permettrait d’appré­hender en quoi l’ostracisme politique des habitants des quartiers populaires depuis plu­sieurs décennies est à l’origine non seulement des révoltes urbaines, mais aussi de nou­velles formes de radicalisation politique ; enfin, l’économie morale de l’injustice dévoi­lerait dans quelle mesure la ségrégation urbaine et les discriminations subies au quo­tidien engendrent des représentations sociales parallèles se manifestant progressivement par des formes d’incompréhensions et de colères. Des ressentiments susceptibles de se concrétiser en violence politique à long terme.

38Autrement dit, la convocation de ces différents concepts de “moyenne portée”, pour reprendre Merton, pourrait nous aider à tenir compte, au plus près du terrain, des trajec­toires sociales de jihadistes. C’est à ce stade que nous pourrions construire et élaborer des typologies de ruptures biographiques dans les parcours. Nous pourrions être en meil­leure situation pour identifier certains facteurs sociaux déterminants dans la façon dont un jeune peut basculer vers le jihadisme. Et c’est sans aucun doute le rôle des sciences sociales que d’apporter des analyses permettant le recul, la nuance et la réflexion sur la complexité de cet objet. Une distance nécessaire pour analyser un phénomène qui inter­roge définitivement le fondement symbolique de nos sociétés progressistes et libérales.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai A.,
2009 Géographie de la colère, La violence à l’âge de la globalisation, Paris, Édi­tions Payot et Rivage.

Arendt H.,
1972 Du mensonge à la violence. Essai de politique contemporaine, Paris, Cal­mann-Lévy.

Asad T.,
2018 Attentats-suicides. Questions anthropologiques, Kremlin-Bicêtre, Zones sen­sibles.

Atran S.,
2016 L’État Islamique est une révolution, Paris, Les Liens qui Libèrent.

Béroud S., Bouffartigue P., Eckert H., Merklen D.,
2016 En quête des classes populaires, Un essai politique, Paris, La dispute.

Bertho A.,
2016 Les enfants du chaos. Essai sur le temps des martyrs, Paris, La découverte.

Beunas C.,
2019 “Du « radical » au « radicalisé ». Les usages médiatiques de la notion de déra­dicalisation en France (2014-2017)”, Déviance et société, 1, 43, p. 3-39.

Boudon R.,
1977 Effets pervers et ordre social, Paris, PUF.

Bouzar D.,
2015 Comment sortir de l’emprise “djihadiste” ?, Paris, Les éditions de l’Atelier.

Bronner G.,
2016 La pensée extrême. Comment des hommes ordinaires deviennent des fanati­ques, Paris, PUF.

Brynjar L.,
2008
Architect of global jihad: The life of Al-Qaida strategist Abu Mus’ab Al-Suri, New-York City, Columbia University Press.

Burgat F.,
2016 Comprendre l’islam politique. Une trajectoire de recherche sur l’altérité isla­miste, Paris, La découverte.

Castel R.,
1995 Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Coolsaet R. (Dir.),
2011
Jihadi terrorism and radicalisation challenge European and American expe­riences, Surrey, Ashgate Publishing.

Crettiez X.,
2016 “Penser la radicalisation. Une sociologie processuelle des variables de l’en­gagement violent”, Revue française de sciences politiques, 5, 66, p. 709-727.

Dassetto F.,
2018
Jihad u Akhbar. Essai de sociologie historique dans le sunnisme contempo­rain (1970-2018), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

Daston L.,
1995 “The moral Economy of Science”,
Osiris, vol. 10, n° 1, p. 2-24.

Davies J-C.,
1962 “Vers une théorie de la révolution”, American sociological review, 27, pp. 5-29.

Dély R., Hargreaves A.,
2016 “De la discrimination à la disqualification : les minorités postcoloniales et la tentation djihadistes”, dans Blanchard P., Bancel N., Thomas D. (Dir.), Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultrana­tionale, Paris, La découverte, p. 239-249.

Doosje B., Mogghaddam F.M., Kruglanski A.W., De Wolf A.,
2016 “Terrorisme, radicalisation and deradicalisation”, Current Opinion in Psy­chologie, 11, 2016, p. 79-84.

Durkheim E.,
2007 Le suicide, Paris, PUF.

Fassin D.,
2012 “Vers une théorie des économies morales”, dans Fassin D., Eideliman J.-S. (Dir.), Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte, pp. 17-49.

Fassin D., Eideliman J-S.,
2012 “Introduction. Défense et illustration des économies morales”, dans Fassin D., Eideliman J.-S., Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte, pp. 9-18.

Ferret J.,
2015 Violence politique totale. Un défi pour les sciences sociales, Paris, Lemieux éditeur.

Fragon J.,
2019 “Revue de littérature. Penser « l’engagement radical »”, Les champs de Mars, 2, 33, pp. 115-134.

Galland O, Muxel A. (Dir.),
2018 La tentation radicale. Enquête auprès des lycéens, Paris, PUF.

Guérandel C., Marlière E.,
2016 “Les djihadistes à travers Le Monde. Pluralité des analyses et impensés”, Hommes § Migrations,1315, pp. 9-16.

Gurr T.,
1971
Why men rebel, Princeton, Princeton University Press.

Heath-Kelly C.,
2016
Death and security. Memory and mortality, Manchester, Manchester University Press.

Honneth A.,
2006 La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte.

Hussey A.,
2015 Insurrections en France. Du Maghreb colonial aux émeutes de banlieues. Histoire d’une longue guerre, Paris, Éditions du Toucan.

Kepel G. (avec Jardin A.),
2015 Terreur dans l’hexagone. Genèse du jihad français, Paris, Gallimard.

Khosrokhavar F.,
2014 Radicalisation, Paris, Maison des sciences de l’homme.
2018 Le nouveau jihad en Occident, Paris, Robert Laffont.

Kokoreff M.,
2008 Sociologie des émeutes, Paris, Payot.

Kokoreff M., Lapeyronnie D.,
2013 Refaire la cité. L’avenir des banlieues, Paris, Le Seuil.

Kundnani A.,
2015
A decade lost. Rethinking radicalisation and extremism, London, Clayton.

Lagrange H.,
2008 “Émeutes, ségrégation urbaine et aliénation politique”, Revue française de sciences politiques, 3, 58, pp. 377-401.

Lapeyronnie D.,
2006 “Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de no­vembre 2005”, Déviance et société, 4, 30, pp. 431-448.

Lemaire M.,
2016 Dans le piège de la guerre insurrectionnelle. L’Occident à l’épreuve du com­munisme hier, de l’islamisme aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.

Lia B.,
2014
Architect of global jihad: the life of Al-Quaida strategist Abu Mus’ab Al-Suri, Oxford, Oxford University Press.

Liogier R.,
2016 La guerre des civilisations n’aura pas lieu. Coexistence et violence au 21ème siècle, Paris, CNRS Edition.

Loch D.,
2008 “Pourquoi n’y a-t-il pas d’émeutes urbaines en Allemagne ? Les jeunes issus de l’immigration en France et en Allemagne entre (absence de) protestations et politique de la ville”, Revue suisse de sociologie, 34, 2, pp. 281-306.

Luizard P-J.,
2015 Le piège Daech. L’État islamique ou le piège de l’histoire, Paris, La décou­verte.

Marlière E.,
2005 Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?, Paris, L’Har­mattan.
2008 La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes de cité, Paris, Fayard.
2018a Des ouvriers en résistances aux jeunes radicalisés : Métamorphoses des con­flits dans les quartiers populaires urbains, habilitation à diriger des recher­ches, Université de Lille.
2018b “Pistes pour une économie morale du sentiment d’injustice parmi les jeunes des quartiers populaires urbains”, L’Année du Maghreb, 18, 1, pp. 43-50.
2019 “Du communisme à l’islam. Réflexions sur la violence politique”, Esprit, 460, 12, pp. 98-107.
2020 “Les radicalisé(e)s : des parcours multiples aux convergences”, dans Bou­cher M. (Dir.), Radicalités identitaires. La démocratie face à la radicalisa­tion islamiste, indigéniste et nationaliste, Paris, L’Harmattan, p. 45-65.

Mauger G.,
2016 “La rhétorique réactionnaire. Islamophobie (2). Sur la radicalisation isla­miste”, Savoir/Agir, 3, 37, pp. 91-99.

Merklen D.,
2009 Quartiers populaires, quartiers politiques, Paris, La Dispute.
2012 “De la violence politique en démocratie”, Cités, 2, 50, pp. 57-73.
2015 Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?, Paris, Presses de L’Enssib.

Merton R.K.,
1997 Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, A. Colin.

Micheron H.,
2020 Le jihadisme français. Quartiers, Syrie, Prisons, Paris, Gallimard.

Nathan T.,
2017 Les âmes errantes, Paris, Éditions iconoclastes.

Neuman P.R., Kleiman S.,
2013 “How rigourous is radical research”,
Democracy and security, 9, 4, pp. 360-382.

Piettre A.,
2013 “Islam (im)politique et quartier (im)populaire. Retour critique sur les émeutes de novembre 2005”, L’Homme et la société, 1, 187-188, pp. 89-129.

Raflik J.,
2016 Terrorisme et mondialisation. Approches historiques, Paris, Gallimard.

Raggazi F.,
2014 Vers un « multiculturalisme policier » ? La lutte contre la radicalisation en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, Sciences-Po, CERI-CNRS, Paris, Les études du CERI, n° 206.

Rougier B. (Dir.),
2020 Les territoires conquis de l’islamisme, Paris, PUF.

Roy O.,
2016 Le djihad et la mort, Paris, Le Seuil.

Runciman W.G.,
1966
Relative deprivation and social justice: A study of attitude to social inequality in twentieth-century England, London, Routledge and Kegan Paul.

Scott J.,
1976
The Moral Economy of the Peasant. Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, Yale University Press, New Haven.

Sommier I.,
2012 “Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lig­nes de fractures”, Lien social et politique, 68, pp. 15-35.

Thompson E.P.,
1968
The making of the English Working Class, Penguin Books, London.

Tocqueville A.,
1985 L’Ancien Régime et la révolution, Paris, Gallimard.

Van Campenhoudt L.,
2017 Comment en sont-ils arrivés là ? Les clés pour comprendre le parcours des jihadistes, Paris, A. Colin.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Lorsque nous abordons la question du jihadisme, il est bien difficile au­jourd’hui de comprendre les véritables enjeux conceptuels tant les approches, les cou­rants et les auteurs diffèrent les uns des autres sur l’orientation sociologique du phéno­mène. Autrement dit, si les processus de radicalisation sont devenus depuis quelque temps un sujet d’actualité en raison des attentats récents, les différents termes pour le caractériser ne font toujours pas l’unanimité pour expliquer les faits de violence ter­roriste dans les sciences sociales. À d’autres périodes, les termes d’ “extrémistes”, d’as­sassins ou de terroristes auraient suffi à identifier les personnes à l’origine des actes meurtriers de masse au nom d’une cause ou d’une idéologie. C’est pourquoi cette contri­bution tente de clarifier les enjeux et de montrer en quoi les sciences humaines, par souci de complémentarité et non de discorde, peuvent nous amener aujourd’hui à comprendre plus finement les parcours des jihadistes avec des concepts ayant déjà fait leurs preuves sur le terrain.

Théorie : Les pistes envisagées ici se concentrent autour des concepts de frustrations sociales, de subjectivités déniées, d’économie morale, de “politicité” car ils fournissent des éléments d’analyse empiriques sur les processus de radicalisation. La question du passage du communisme à l’islam peut également apporter un éclairage fécond pour comprendre les racines contemporaines du terrorisme islamique. Il est sans aucun doute essentiel de considérer l’importance des colères, des frustrations, des formes de déses­poir, du sentiment d’injustice envers les institutions, mais aussi d’appréhender la faible marge de manœuvre politique dont disposent les personnes radicalisées pour se faire entendre. Avec la mobilisation de concepts de “moyenne portée”, nous pourrions envi­sager une approche analytique plus en adéquation avec la compréhension des trajectoi­res sociales où le sentiment d’injustice apparaît comme le réceptacle des inégalités et du racisme pour beaucoup de jeunes en voie de radicalisation.

Méthodologie : Cet article repose essentiellement sur un état des lieux effectué au sujet de la question du jihadisme dans le cadre d’une habilitation à diriger des recherches soutenue en 2018. Ce passage en revue de la littérature abondante produite par les cher­cheurs en sciences sociales à la suite des attentats de 2015 en France nous interroge sur les perspectives à envisager pour la suite. Ce travail consiste également à conduire un véritable travail de repérage des concepts forgés sur le terrain des révoltes urbaines afin de mieux concevoir l’objet qualifié de terrorisme islamique, objet de recherche con­fronté aujourd’hui à une pluralité d’interprétations et d’analyses qui contrarient consi­dérablement sa compréhension et son étude.

Résultats : Les grandes théories ou les grilles de lecture généralistes sont souvent attra­yantes du point de vue philosophique. Elles peuvent contenter parfois d’autres discipli­nes comme la psychologie ou la géopolitique. Mais la plupart des ouvrages sociologi­ques qui ont proposé une analyse surplombante du phénomène de la radicalisation isla­mique ne permettent pas d’appréhender l’objet dans toute sa complexité. C’est pourquoi l’emploi de concepts déjà convoqués pour les révoltes urbaines comme ceux de frustra­tion relative, de subjectivité déniée, de “politicité” et, enfin, d’économie morale est essentiel pour comprendre au plus près du terrain les trajectoires sociales des jihadistes. Autrement dit, leurs mobilisations ayant fait leurs preuves dans un contexte empirique où la violence est également présente au sujet des révoltes urbaines, ces concepts pour­raient ainsi nous aider à construire et élaborer des typologies de ruptures biographiques dans les parcours de jeunes en voie de radicalisation. En d’autres termes, nous pourrions être en situation plus favorable pour identifier certains facteurs sociaux déterminants à l’origine de scission dans les parcours juvéniles. Nous serions plus en capacité d’envi­sager avec plus de pragmatisme la façon dont certains jeunes peuvent basculer vers le jihadisme.

Discussion : Nous proposons dans ce texte de prendre un peu de hauteur par rapport aux tensions qui opposent certains chercheurs en sciences sociales lorsqu’ils s’affrontent sur un objet aussi polémique et controversé que le terrorisme. En effet, le jihadisme ou la radicalisation sont des termes qui ne font pas consensus au sein du monde scientifique aujourd’hui. C’est pourquoi l’état des lieux autour de la littérature sociologique restitué pour le besoin de cette contribution a pour objectif essentiel de montrer qu’il est non seulement urgent de s’entendre sur le sujet traité ici, mais surtout de dire en quoi les différents concepts mobilisés dans ce texte sont à la fois nécessaires, mais aussi complé­mentaires. Il est désormais vital de proposer un débat serein au sein de notre champ disciplinaire afin d’être en capacité d’élaborer des analyses pertinentes avec la prise de recul devenue salutaire pour concevoir le terrorisme actuel. De plus, il nous paraît fon­damental de prendre en compte le rôle de nos sociétés dans “la fabrique du jihadisme”, à travers les “défaillances” du capitalisme, de l’individualisme, du consumérisme ainsi que des difficultés quotidiennes liées au racisme, à la stigmatisation, aux injustices et aux frustrations sociales à l’origine trop souvent de désillusions et de ruptures. Autre­ment dit, les “effets pervers” de ces situations sociales incommodantes pour des jeunes en souffrance peuvent se conjuguer les uns aux autres et créer de manière complexe des éléments moteurs, parfois déterminants, pour infléchir des trajectoires vers des formes de radicalisation violente. Il est donc urgent pour les chercheurs en sciences humaines de travailler de concert afin de réfléchir ensemble sur les réponses à apporter dans le souci d’une rivalité stimulante, mais constructive.

Structured summary

Presentation: When we address the question of jihadism, it is quite difficult today to understand the real conceptual issues in that the approaches, the currents and the authors differ from one another on the sociological orientation of the phenomenon. In other words, if the processes of radicalisation have for some time become a subject of topica­lity due to the recent attacks, the various terms used to characterize it to explain acts of terrorist violence are still not unanimously supported in the social sciences. In other periods, the terms “extremists”, assassins or terrorists would have sufficed to identify the people at the origin of acts of mass murder in the name of a cause or an ideology. That is why this contribution will try to clarify the issues and show how the social sciences – through concern for complementarity and not discord – can today lead us to a finer understanding of the paths of the jihadists, using concepts that have already proven their reliability in the field.

Theory: The avenues considered here are concentrated around concepts of social frustrations, denied subjectivities, moral economy and “politicking” as they provide empirical elements of analysis on the processes of radicalisation. The question of the passage from communism to Islam may also shed helpful light in understanding the contemporary roots of Islamic terrorism. It is undoubtedly essential for us to consider the importance of anger, frustrations, forms of despair, and feelings of injustice towards institutions, but also to understand the narrow margin for political manoeuvre available to radicalized people to make their voices heard. With the mobilisation of medium range concepts, we might consider an analytical approach more suited to understanding social trajectories wherein the feeling of injustice seems the receptacle of inequalities and racism for many of the young people on the path to radicalisation.

Methodology: This article is essentially reliant on a situational assessment carried out on the question of jihadism in the context of an accreditation to supervise research, supported in 2018. This passage in review of the abundant literature produced by researchers in the social sciences following the 2015 attacks in France challenges us on the perspectives to be considered today. This work also consists in carrying out a real work of identification of concepts forged in the field of urban revolts in order to acquire a more accurate conception of the object described as Islamic terrorism, an object of research confronted today with a multiplicity of interpretations and analyses that considerably thwarts its comprehension and study.

Results: The great theories or general interpretational grids are often attractive from the philosophical point of view. They may sometimes satisfy other disciplines like psychology or geopolitics. But most of the works in sociology proposing an overarching analysis of the phenomenon of Islamic radicalisation do not allow us to understand the object in all its complexity. That’s why using concepts already invoked for urban revolts, like those of relative frustration, denied subjectivity, “politicking” and, finally, moral economy is essential for understanding the social trajectories of jihadists as close to the terrain as possible. Otherwise put, their mobilisations having proven reliable in an empirical context where violence is also present – on the subject of urban revolts, these concepts can thus also help us in building and elaborating typologies of biographical ruptures in the life courses of young people on their way to radicalisation. In other words, we would then be in a more favourable position for identifying certain determining social factors leading to a scission in juvenile life courses. We would be better able to pragmatically consider the ways in which certain youths may tip towards jihadism.

Discussion: In this text, we propose stepping back a bit from the tensions which oppose certain researchers in the social sciences when they clash on an object as polemical and controversial as terrorism. Indeed, neither jihadism nor radicalisation are terms which find consensus in the scientific world today. That’s why a situational assessment involving the sociological literature, restituted for the purpose of this contribution, has as its key objective showing that it is not only urgent to reach agreement on the subject covered here, but above all to say how the various concepts mobilized in this text are at once necessary, but moreover complementary. It is henceforth vital that we propose a serene debate within our disciplinary field, so as to be better enabled to work out relevant analyses – with a salutary step backwards – to conceive of today’s terrorism. In addition, it appears fundamental to us to take into account the role of our societies in “fabricating jihadism”, through the “failures” of capitalism, individualism and consumerism, as well as daily difficulties linked to racism, stigmatisation, and the injustices and social frustrations too often at the origin of disillusions and ruptures. In other words, the “perverse effects” of these irksome social situations for young people in pain may combine with one another and, in a complex way, create driving forces, sometimes determinant, in turning trajectories towards forms of violent radicalisation. It is thus urgent for social sciences researchers to work in concert in order to reflect together on the responses to be provided in the interest of a stimulating, but constructive competition.

Haut de page

Notes

1 Au-delà des attributions physiques, politiques et symboliques qu’offre le territoire, ce dernier est égale­ment producteur de ressources financières et facilite par conséquent une certaine indépendance politique et diplomatique (Dassetto F., 2018).

2 La notion de radicalisation n’est pas sans poser de problèmes en matière d’échelles de compréhension, que ce soit en termes d’analyses micro (individu), méso (groupes) et macro (société), comme le montrent des chercheurs néerlandais, même si le méso (groupes de pairs ou compagnons d’armes) joue un rôle prépondérant dans les processus de radicalisation (Doosje B., Moghaddam F.M., Kruglanski A.W., De Wolf A., 2019). De plus, l’occurrence de la terminologie de déradicalisation dans les médias est venue brouiller définitivement les perspectives cognitives du terme radicalisation réduit à néant depuis les tentatives d’application infructueuses au niveau des politiques publiques et associatives (Beunas C., 2019).

3 Pour Félice Dassetto, il s’agit plutôt de la cinquième génération (Dassetto F., op. cit.).

4 Nous parlons ici de notre principal terrain de recherche accompli dans le nord-ouest de la banlieue parisienne au début des années 2000. Dans le cadre de cette recherche effectuée pour une thèse de docto­rat, nous avons suivi 122 jeunes ayant grandi dans un ancien quartier de “banlieue rouge” et désormais confronté à un contexte post-industriel avec la fermeture des usines locales, la montée de la précarité et du chômage structurel, le racisme et les discriminations sur un marché du travail de plus en plus concur­rentiel et les tensions avec les institutions, dont les forces de l’ordre. Durant plus d’un an et demi en immersion avec les jeunes dans leur espace résidentiel, nous avons mené vingt-cinq entretiens formels, cinquante-cinq entretiens informels et une centaine d’observations participantes. Ainsi nous avons pu restituer des scènes sociales, des interactions jeunes-police, des déplacements entre groupes de pairs dans les quartiers “branchés” de la capitale, des moments de discussions politiques ou de “charriages” et de plaisanteries entre “copains”, des temps passés dans les halls d’immeubles, des extraits d’observations de matchs de foot en salle, etc. Nous avons montré qu’il existait à la fois plusieurs groupes de jeunes de cité en fonction des parcours scolaires, des différences de pratiques culturelles et de classe d’âge ou de cohor­tes, mais aussi que ces jeunes mobilisaient des références culturelles communes autour des traditions familiales, de l’islam, des pratiques sociales de la rue, des “normes” républicaines à travers la socialisation scolaire, des valeurs consuméristes et individualistes, de l’intérêt certes sélectif pour la culture “américano-hollywoodienne” et d’un fort sentiment d’injustice comme vecteur d’identité (Marlière E., 2005).

5 Dans la majorité des entretiens effectués auprès des jeunes, les questions relatives à la démocratie ou à l’égalité sont omniprésentes lorsque nous évoquons les discriminations, les contrôles au faciès, l’accès à l’emploi ou au logement.

6 Voir l’exemple du mouvement des “gilets jaunes”.

7 Le profil de certains “jihadistes” ou radicalisés correspond à ce télescopage parfois incontrôlé de normes et de valeurs : parti hier en Syrie, aperçu il y a encore dix jours en discothèque. Voir les trajectoires alambiquées de Mohammed Merah ou de Mehdi Nemmouche, par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Marlière, « Analyser le phénomène controversé de “radicalisation” dans les sciences sociales »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-2 | 2020, 163-181.

Référence électronique

Éric Marlière, « Analyser le phénomène controversé de “radicalisation” dans les sciences sociales »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4449

Haut de page

Auteur

Éric Marlière

Maitre de conférences HDR en sociologie à l’université de Lille, chercheur au CeRIES LR 3587 – Centre de Recherche “Individus, Épreuves, Sociétés”.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search