Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-2À propos de livresJean-Louis Genard, Marta Roca i E...

À propos de livres

Jean-Louis Genard, Marta Roca i Escoda, Éthique de la recherche en sociologie

Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2019, 255 p.
Jean-Michel Chaumont
p. 183-188
Référence(s) :

Jean-Louis Genard, Marta Roca i Escoda, Éthique de la recherche en sociologie, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2019, 255 p.

Texte intégral

  • 1 À notre connaissance, le dernier ouvrage comparable est : Homan R., The Ethics of Social Research, (...)
  • 2 Sur l’histoire des IRB: Schrag Z. M., Ethical Imperialism: Institutional Review Board and the socia (...)
  • 3 Bosk Ch., “Les nouvelles bureaucraties de la vertu”, dans Fassin D. (éd.), La question morale, Pres (...)

1Le lectorat francophone est pour une fois particulièrement gâté : ce premier livre consacré à l’éthique de la recherche en sociologie est remarquable et le lectorat anglophone n’a plus accès à un équivalent depuis trois décennies1. Contrairement aux affligeants manuels qui ont pour unique mérite d’aider nos collègues anglo-saxons à satisfaire les exigences des Institutional Review Board2, de sinistre réputation, l’ouvrage de Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda invite à réfléchir et peut être lu comme un plaidoyer en acte convaincant pour une éthique réflexive qui remplacerait la caricature d’éthique que représentent les « questionnaires sur l’éthique humaine » (intitulé dénué de sens du formulaire adopté par le FNRS belge) et autres épreuves mises en place par les « bureaucraties de la vertu »3 d’un nombre hélas croissant de nos commanditaires, d’éditeurs de revues et bientôt d’autres acteurs encore. Leur livre ne donne pas de recettes et, pis encore, il force à conclure que face à de nombreux dilemmes éthiques auxquels nous confronte la recherche, il n’y a souvent pas de solution entièrement satisfaisante : on fait ce qu’on peut et on ne peut pas toujours faire aussi bien qu’on le voudrait. Nous verrons cependant qu’il n’y a pas lieu de s’en désoler outre-mesure car l’écrasante majorité de ces dilemmes sont mineurs et largement compensés par d’autres bénéfices.

2Ayant ainsi exprimé toute notre admiration pour l’œuvre de ces deux auteurs, par ailleurs chercheurs chevronnés en sociologie et en anthropologie – ce qui démontre au passage que les chercheurs eux-mêmes sont parfaitement capables de traiter de l’éthique de leur activité – nous sommes plus à l’aise pour manifester aussi nos désaccords. Pour résumer en deux points la substance de nos réserves, nous dirions d’une part qu’ils nous semblent faire trop de place à des obligations éthiques qui rabotent notre liberté d’enquêter et, d’autre part, qu’ils surestiment la capacité de la réflexion à transformer des difficultés éthiques (ou, et nous verrons ce que cela signifie, “esthétiques”) en ressources pour la connaissance. Une autre façon de le dire serait qu’ils font trop peu de place aux bénéfices directs et surtout indirects procurés à moyen et long terme par le cumul de bonnes recherches, ces bénéfices résultant d’une meilleure connaissance du monde social, condition nécessaire à une prise efficace pour que les acteurs sociaux puissent œuvrer à le rendre plus juste, accomplissement éthique s’il en est. C’est la promesse, hélas rarement tenue jusqu’au bout, de ce bénéfice indirect qui compense les petites entorses à l’éthique consubstantielles à nos pratiques d’enquête.

  • 4 Notre propre intérêt pour l’éthique de la recherche a été suscité par de telles pratiques d’enquête (...)
  • 5 Les plus belles pages sur ce cynisme sont à ma connaissance dues à Olivier Schwartz dans un livre q (...)
  • 6 Et l’indignation est parfois légitime quand le chercheur manque du tact requis pour atténuer la vio (...)

3Petites entorses, disions-nous. Entendons-nous : quand, sortant de notre rôle de chercheurs, nous prétendons nous faire policiers ou justiciers, nous pouvons causer beaucoup de mal aux personnes auprès desquelles nous enquêtons et dont la protection est le principal souci de l’éthique de la recherche. On a déjà vu, hélas, des chercheurs dénoncer des informateurs à la police et ces dénonciations aboutir à des privations de liberté4. Mais tant que nous restons dans les limites d’une quête de connaissance, presque tout le mal que nous pouvons faire est de ne pas honorer les attentes, sinon toujours légitimes, du moins compréhensibles que nous avons suscitées. Il y a là une loi qui pourrait désormais s’intituler “loi de Genard et Roca” : plus l’engagement du chercheur sur son terrain est intense, plus les personnes auprès desquelles il s’implique auront tendance à le voir comme un familier, un allié, voire un ami et plus les risques sont grands d’embarras et d’embrasement éthiques lorsque le sociologue se comportera à nouveau comme tel. Puisqu’on se confie souvent plus volontiers à un ami ou un allié qu’à un étranger ou un opposant, le chercheur expérimenté pourra entretenir le flou – les “demi-vérités” (165n) – sur la nature véritable des relations qu’il entretient avec ceux-là qui pour être des sujets n’en sont pas moins ses objets et recueillir avec un certain cynisme5 des informations sur le mode de confidences quasi amicales. Soit que l’objectivation sociologique subséquente ne soit pas du goût des enquêtés6, soit que le chercheur disparaisse ensuite (ce que ne font pas les amis), soit qu’il traite les propos recueillis comme un matériau informatif anonyme, le confident risque de se sentir trahi et blessé à titre personnel ou au titre du rôle professionnel, militant ou autre en raison duquel le chercheur l’a approché. Quelles en sont les conséquences ? Quelle est la sanction d’un embrasement éthique non maîtrisé ? Tout d’abord, il y a le dommage habituel d’une conduite non éthique : elle rend le monde proche un peu moins habitable, voire un peu plus inhabitable si l’enquêté avait déjà de bonnes raisons d’être désillusionné. Ensuite, il y a une conséquence pour l’ensemble des chercheurs avec lesquels le confident refusera probablement de s’entretenir désormais. Ce sont deux bonnes raisons pour s’efforcer de limiter l’étendue de ces terres brulées. Si nous pouvons être pyromanes, nous pouvons aussi être pompiers et, dépendants des circonstances, il y a quantité de moyens à notre disposition pour y parvenir, à commencer par une clarification suffisante du cadre d’interlocution et l’offre, devenue si rare pour beaucoup, à nos interviewés d’une oreille attentive et non normative. Mais cela ne suffit pas toujours et il est donc utile d’être avertis des dégâts moraux – non pas psychologiques – encourus et de réfléchir aux moyens supplémentaires toujours particuliers d’y remédier autant que faire se peut. Les chapitres 2 à 5 du livre cartographient très systématiquement les foyers d’embrasement potentiels et analysent leur composition. Entrer dans le détail d’une seule analyse ferait exploser le nombre de signes impartis à ce compte-rendu et c’est parfaitement normal : chaque cas doit être traité dans toute sa singularité. Mais cela n’empêche pas d’identifier les causes récurrentes d’incendie et les auteurs le font excellemment.

  • 7 Nous disposons de plusieurs moyens d’y remédier, par exemple la constitution de cas fictifs mais si (...)
  • 8 Encore que des dommages “esthétiques” puissent en résulter et une moindre richesse phénoménologique (...)

4Pour prévenir le sentiment de trahison – et nous pouvons l’étendre à nos commanditaires ou à des collègues pouvant aussi se sentir trahis – une option consisterait à trahir plutôt la vérité (confer p. 97). Le mensonge par omission – ou, pour employer un terme plus fort, l’auto-censure – en est sans doute la principale modalité et les auteurs nous donnent licence, voire estiment « moralement obligatoire » (p.87) d’y recourir plus souvent que cela ne nous semble personnellement légitime. Omettre les noms et des attributs d’individus pour garantir leur anonymat et/ou la confidentialité ne diminue pas de façon irrémédiable7 la qualité de nos analyses et telle doit être la règle à notre sens : toute information non pertinente peut être négligée, aux dépens parfois d’« effets de réel » auxquels nous pouvons avoir la faiblesse d’être attachés, mais dont la disparition est sans conséquence cognitive8. Par contre, censurer une information scientifiquement utile pour prévenir « une trahison de ses propres valeurs » (p.86) nous semblerait une faute professionnelle aussi grave que s’il s’agissait de prévenir une infirmation de ses propres hypothèses. Si les résultats nous choquent moralement, on peut renoncer à la recherche, mais pas travestir les résultats d’une enquête et cela même si leur communication par le chercheur peut « porter atteinte aux engagements qui sont les siens, ou à ceux des acteur·trices qu’il·elle étudie » (p.87). C’est la raison aussi pour laquelle le chercheur ne devrait pas se lier les mains d’avance en s’engageant à ne rien publier qui, aux yeux des acteurs ou de leurs représentants, nuirait à leurs causes ou leurs intérêts. Pour résister aux pressions multiples qui s’exercent afin d’obliger le chercheur à “choisir son camp”, l’invocation pragmatico-stratégique de la neutralité axiologique comme réquisit professionnel reste une précieuse ressource dont l’efficacité diminue malheureusement, notamment en raison de sa disqualification au sein même de la discipline. Il en va de même pour l’invocation de la quête de connaissance comme la visée normative animant la recherche (et requérant donc toute notre loyauté) : le rappel des exigences épistémologiques associées à cette quête est une précieuse ressource pour nous défendre des censures liées aux “risques” de publier des vérités prétendument inopportunes que nombre de candidats-censeurs ne manquent pas d’agiter sous nos yeux…

  • 9 Confer Larouche J-M., “Les sciences sociales et l’éthique en recherche en contexte canadien”, Revue (...)
  • 10 Olivier de Sardan J.-P., “Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de (...)
  • 11 Ainsi par exemple Grimard C., “Sur la corde raide de la recherche : entre réflexivité, méthode et t (...)
  • 12 Favret-Saada J., Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, Bib (...)

5Forgé par Jean-Marc Larouche9, le concept d’éthicocratie condense tout ce à quoi une éthique de la recherche digne de ce nom devrait échapper et les auteurs consacrent deux chapitres forts à mettre en évidence les liens entre le « nouvel esprit de la recher­che » (chap. 6) – on aura reconnu le clin d’œil au nouvel esprit du capitalisme – et « la montée des régulations éthiques » (chap. 7). Quand il traite des conséquences de la contractualisation croissante des projets de recherche – le commanditaire devenant un “client” dont la satisfaction devient prioritaire pour les fournisseurs de services que deviennent alors les chercheurs – le chapitre 8 approfondit ces développements. Les constats et diagnostics posés dans ces trois chapitres ne sont pas nouveaux, mais ils montrent bien que ces évolutions tendent vers un état d’équilibre inédit du système dont la recher­che fait partie. On pourrait s’interroger sur la viabilité à terme du nouvel éthos scientifique qui se profile tant il semble en rupture avec l’éthos mertonien, mais on suivra plutôt les auteurs qui se transportent déjà mentalement dans une configuration idéale où une réflexivité collégiale serait la réponse normale aux conflits de valeurs (dimension éthique) et aux émotions (dimension esthétique) générés en cours de recherche. Les auteurs, comme tant de collègues, craignent que le nouvel esprit de la recherche n’érode à la fois la qualité de notre travail et les conditions de vie des chercheurs (de plus en plus souvent comparables à celles de catégories aux statuts précaires comme les intermittents du spectacle…). Mais ils ne plaident pas pour autant en faveur d’un retour au positivis­me mandarinal d’antan auquel ils reprochent d’avoir institué, sous prétexte de neutralisation axiologique, une séparation intenable entre le cognitif d’une part, l’éthique et l’esthétique d’autre part. Plutôt que de refouler la présence des valeurs ou des émotions, ils prônent non seulement leur prise en compte réflexive, mais leur métamorphose en outils pour la connaissance, ce qui revient à faire de la subjectivité du chercheur un instrument de recherche. C’est envers cette dernière ambition que plusieurs raisons incitent à un certain scepticisme. Tout d’abord, la critique de la posture positiviste est un fait acquis depuis plus longtemps que les auteurs ne le donnent à croire. Par exemple, concernant le recours à la réflexivité et à une écriture scientifique “en je”, l’article remarquable d’Olivier de Sardan qu’ils sollicitent à plusieurs reprises date d’il y a plus de 20 ans… Et, contrairement à ce que l’on pourrait penser à la seule lecture des extraits sollicités, cet article mettait en garde contre une réflexivité excessive néfaste à la connaissance10. Il avait pour cela plusieurs arguments forts qui auraient mérité d’être débattus : la profondeur et l’étendue de la réflexivité sont fonction de compétences très inégalement réparties entre les chercheurs et qui, jusqu’à preuve du contraire, ne sont ni généralisables ni passibles d’une formation disciplinaire ; l’exercice de la réflexivité ris­que – on connait des départements où ce risque est cultivé – de tomber dans le piège narcissique où le chercheur finit par passer plus de temps à ausculter ses états d’âme que de décrire et comprendre les objets de sa problématique. S’il est indéniable que parfois la réflexion sur des difficultés éthiques ou émotionnelles éprouvées peut servir un approfondissement de la connaissance et/ou des compétences relationnelles nécessaires au sociologue, plusieurs exemples cités par les auteurs indiquent plutôt une submersion par des conflits de loyauté ou des émotions fortement nuisibles à l’intérêt de connaissance11. De même, l’immersion “corps et âme” dans les collectifs étudiés – dont la recherche de Favret-Saada (1977) sur la sorcellerie dans le bocage demeure le modèle12 – ne doit pas faire oublier les risques de noyade associés à une immersion trop profonde : combien de Castenada et autres chercheurs-chamanes de moindre notoriété pour une Favret-Saada ?

  • 13 Par exemple les controverses suscitées par la recherche de Humphreys L., Tearoom Trade. Impersonal (...)
  • 14 Par exemple les débats déjà anciens mais toujours pertinents sur les enquêtes incognito dans l’exce (...)

6Nous arrivons au bout de l’espace alloué à ce compte-rendu et nous n’avons pas rendu justice à quantité d’aspects importants : pas un mot sur l’innovant chapitre 9 consacré au big data, rien non plus sur la grammaire des pronoms personnels qui étaye théoriquement tout l’ouvrage, rien sur les choix méthodologiques et l’appareil critique, la dimension esthétique. Pour renouer sur un mode légèrement distancié avec la tradition des comptes-rendus érudits, attachons-nous en finale à ces aspects plus formels. On saura gré aux auteurs d’avoir multiplié les exemples d’exercices réflexifs empruntés à la littérature francophone récente. Un dénombrement grossier nous fait compter pas moins de 70 chercheurs dont les expériences dûment réfléchies ont été mises à profit. Certes, on pourrait s’étonner que quelques controverses13 et débats14 anglo-saxons fameux en sciences sociales ne soient pas mentionnés, mais tout bien considéré, le choix de ces textes généralement accessibles en ligne et au plus près de notre actualité se justifie pleinement. On regrettera par contre que plusieurs textes mentionnés dans l’ouvrage ne figurent pas dans la bibliographie. Ensuite un mot sur le choix de l’écriture inclusive. En l’occurrence, ce n’est pas seulement parce que celle-ci rend la lecture du manuscrit plus fastidieuse qu’il nous semble malheureux, mais parce qu’il occulte un fait peut-être très significatif. L’écriture inclusive vise à garantir la représentation du genre féminin, or, en l’occurrence, un phénomène très rare est observable : si l’on fait abstraction des références théoriques où les mâles blancs occupent sans surprise pour quelques années encore leur position quasi monopolistique, l’essentiel des références bibliographiques concerne des textes réflexifs. Parmi eux, un comptage approximatif permet de voir que sur les 78 auteures et auteurs dénombré·e·s, il y a 53 femmes et 25 hommes, plus de deux fois donc plus de femmes que d’hommes. D’un point de vue purement esthétique, tant qu’à bousculer les règles apprises à l’école, l’usage généralisé du féminin ici majoritaire nous aurait semblé plus frappant et éclairant que celui de l’é­criture inclusive. Mais surtout, cette disproportion conduit à se demander si les chercheuses sont plus réflexives que les chercheurs et, plus encore, si ce surcroît de réflexivité provient d’une attention ou d’une socialisation plus grande au bien-être de leurs sujets/objets ; en un mot, si elles en prennent davantage soin – care – et que les chercheurs masculins ont ici quelque chose à apprendre de leurs collègues féminines. Sous le règne de l’éthicocratie, le focus est porté sur le consentement libre et éclairé de sujets supposés autonomes et, comme les auteurs le montrent bien, il est grand temps de « problématiser le monopole de l’autonomie comme horizon de l’éthique » (p.157). C’est vrai en éthique de la recherche, mais c’est vrai aussi pour l’éthique tout court. Ce par où la portée de ce livre pourrait bien être considérablement plus grande que le titre ne l’annonce et, à la croisée féconde de la sociologie et de la philosophie, ouvrir des chemins novateurs à l’action et la pensée.

Haut de page

Notes

1 À notre connaissance, le dernier ouvrage comparable est : Homan R., The Ethics of Social Research, Londres, Longman, 1991.

2 Sur l’histoire des IRB: Schrag Z. M., Ethical Imperialism: Institutional Review Board and the social sciences, 1965-2009, John Hopkins University Press, 2010. Sur les leçons à tirer de cette histoire: Schrag Z. M., “The case against ethics review in the social sciences”, Research Ethics, vol. 7, n° 4, 2011, pp. 120-131.

3 Bosk Ch., “Les nouvelles bureaucraties de la vertu”, dans Fassin D. (éd.), La question morale, Presses Universitaires de France, 2013, pp. 563-577.

4 Notre propre intérêt pour l’éthique de la recherche a été suscité par de telles pratiques d’enquête réalisées pour le compte de la Société des Nations durant l’entre-deux-guerres : confer Chaumont J-M., Le mythe de la traite des blanches. Enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009. Pour un exemple contemporain, voir Scheper-Hughes N., “Parts unknown : Undercover ethnography of the organs-trafficking underworld”, Ethnography, 5 (1), 2004, pp. 29-73 ; on a vu heureusement aussi des collègues se laisser emprisonner plutôt que de dénoncer leurs informateurs.

5 Les plus belles pages sur ce cynisme sont à ma connaissance dues à Olivier Schwartz dans un livre qui eût mérité de figurer dans la bibliographie Le monde privé des ouvriers, Paris, Presses Universitaires de France, 1990. N’oublions pas toutefois qu’à côté des techniques manipulatrices utilisées dans quantité de professions nous sommes des enfants de cœur et qu’à côté des soignants en milieu hospitalier, nous sommes des novices en objectivation. Le défi à relever est énorme d’une réflexion méthodico-stratégique sur les profils de chercheurs les mieux adaptés pour tels et tels terrains sachant qu’il n’y a plus de passe-partout, c’est-à-dire d’apparence neutre, qui vaille : plus encore que par le passé, nous devons être des caméléons.

6 Et l’indignation est parfois légitime quand le chercheur manque du tact requis pour atténuer la violence de l’objectivation surtout si les “données” ont été mal-traitées comme on le voit dans la principale analyse de cas proposée par Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda : l’article de Naudier D., “Sociologie d’un miracle éditorial dans un contexte féministe”, Genèses, n° 64 (3), 2006, pp. 67-87.

7 Nous disposons de plusieurs moyens d’y remédier, par exemple la constitution de cas fictifs mais significatifs en amalgamant plusieurs cas réels (voir par exemple p. 92).

8 Encore que des dommages “esthétiques” puissent en résulter et une moindre richesse phénoménologique qui, dans le cadre d’une sociologie des émotions, serait préjudiciable. Voir Genard J-L., “Une sociologie des émotions ‘modo aesthetico’ ? ”, dans Kaufmann L., QuÉrÉ L., Les émotions collectives, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020, pp. 9-43.

9 Confer Larouche J-M., “Les sciences sociales et l’éthique en recherche en contexte canadien”, Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 13-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 10 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1203.

10 Olivier de Sardan J.-P., “Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain”, Revue française de sociologie, 41(3), 2000, p. 417-445. Il est vrai qu’en la matière les jugements restent très peu objectivables : en 2011, Jean-Guy Goulet, également cité par les auteurs (p.63), pouvait encore écrire que « “le ‘je’ occupe peu de place dans les travaux de ceux et celles qui pratiquent cette forme de réflexivité qui vise d’abord et avant tout à épurer les données avant qu’elles ne soient publiées, de manière à ce qu’elles apparaissent comme objectives et fiables” (Goulet, 2011a :20) ».

11 Ainsi par exemple Grimard C., “Sur la corde raide de la recherche : entre réflexivité, méthode et théorie. Les limites méthodologiques d’une enquête-terrain auprès d’hommes itinérants de Montréal”, Actes du colloque « Le chercheur et son objet : entre distance et proximité », 2009, p. 33-50, URL : http://socio.umontreal.ca/fileadmin/Documents/FAS/sociologie/Documents/5-Departement/Actes-colloque_volume-final.pdf.

12 Favret-Saada J., Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Sciences humaines, 1977.

13 Par exemple les controverses suscitées par la recherche de Humphreys L., Tearoom Trade. Impersonal Sex in Public Places (enlarged edition with a retrospect on Ethical Issues, 1975), New Brunswick, AldineTransaction, 2008 [1970].

14 Par exemple les débats déjà anciens mais toujours pertinents sur les enquêtes incognito dans l’excellente anthologie de Bulmer M. (ed.), Social Research Ethics. An Examination of the merits of Covert Participant Observation, London, The MacMillan Press, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Chaumont, « Jean-Louis Genard, Marta Roca i Escoda, Éthique de la recherche en sociologie »Recherches sociologiques et anthropologiques, 51-2 | 2020, 183-188.

Référence électronique

Jean-Michel Chaumont, « Jean-Louis Genard, Marta Roca i Escoda, Éthique de la recherche en sociologie »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 51-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4509

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Chaumont

Chercheur qualifié du FNRS, Cirfase/Chaire Hoover - IACCHOS - UCLouvain.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search