Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1DossierReconfigurations familiales à tra...

Dossier

Reconfigurations familiales à travers l’espace

Parcours (ethnographiques) entre un quartier diversifié suisse et le Kosovo et le Ghana1
Re-configuring family across space (Ethnographic) pathways from a diversified swiss neighbourhood to Kosovo and Ghana
Ursina Jaeger
p. 71-94

Résumés

Cet article analyse les configurations familiales à travers l’espace transnational, en s’appuyant sur une ethnographie de longue durée. Il examine les liens entre ces configurations et des régimes d’(im-)mobilité spécifiques, et propose un langage analytique qui permet d’étudier les phénomènes observés. L’article se cen­tre plus spécifiquement sur deux femmes et leurs proches, dont les vies quotidiennes et les pratiques familiales s’inscrivent dans un contexte transnational. Au travers de ces deux cas sont abordées deux questions centrales : que signifie être mère d’un “enfant d’école maternelle suisse” au Ghana ; et comment des différences flagrantes de revenus jouent-elles dans des configurations familiales déployées au Kosovo et en Suisse ? Ces deux cas permettent de saisir l’incorporation locale et sociale simultanée non pas comme une incorporation au sein d’une société composée d’autruis antagonistes, mais comme des points de référence qui se constituent et se génèrent mutuellement. L’article développe ainsi la lentille conceptuelle de la multiréférentialité et expose comment une telle approche des familles transnationales peut enrichir la compréhension de configurations familiales diversifiées.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Nous présentons la traduciton française de ce texte initialiement rédigé en anglais pour ce dossier(...)

1En avion, Rose et ses enfants peuvent se rendre de Zurich en Suisse à Cape Coast au Ghana en seulement 12 heures. Un voyage en voiture de Zurich à Prishtinë au Kosovo prend lui aussi moins d’une demi-jour­née – même si le trajet du retour peut être plus long du fait de contrôles frontaliers plus stricts en direction du Nord. Arbnora, son mari et leurs deux filles y passent leurs étés ainsi que la plupart de leurs vacances tout au long de l’année. Pour autant que l’on dispose des ressources nécessaires – c’est-à-dire d’un passeport délivré par certains pays ou, au minimum, d’un titre de séjour, d’argent, de congés scolaires ou professionnels et, plus récem­ment, de l’absence de pandémie – traverser les frontières et voyager est de­venu plus facile avec le temps. La répartition inégale des ressources entraine une répartition inégale de la mobilité, et cette inégalité concerne les person­nes impliquées dans des pratiques familiales transnationales. Ainsi, alors qu’une sœur peut faire des allers-retours entre la Suisse et le Ghana, une autre n’en a pas la possibilité ou en est fortement empêchée. Les asymétries existant dans les pratiques et les régimes d’(im)mobilité ont un impact sur les configurations familiales (Turner, 2007 ; Merla/Kilkey/Baldassar, 2020). L’objectif de cet article est d’examiner de plus près ce phénomène en se concentrant plus particulièrement sur la simultanéité de différents or­dres sociaux. Concrètement, je pose la question suivante : Quel sont les im­pacts de l’espace et de la multiplicité des ordres sociaux sur les pratiques du faire famille ? Pour ce faire, je présente et élabore la lunette conceptuelle de la multiréférentialité. Cette contribution examine ensuite ce que cette lu­nette apporte à l’analyse des liens existant entre (im)mobilité et pratiques du faire famille (transnationale).

2D’un point de vue empirique, ce papier est basé sur les données d’une ethnographie multisituée portant sur la vie quotidienne de personnes vivant dans un quartier diversifié suisse. Deux histoires sont présentées dans cette contribution : celle d’une famille vivant entre la Suisse et le Kosovo, et celle d’une famille vivant entre la Suisse et le Ghana. Dans les deux cas, le focus est placé sur des femmes approchant de la quarantaine, Rose et Arbnora, qui ont toutes deux migré en Suisse, la première à 19 ans et la seconde à 12 ans.

3L’article est structuré comme suit. D’abord (point II), les enquêtes de la présente contribution sont replacées dans leur contexte plus large : celui du projet de recherche et de sa méthodologie, celui du quartier à partir duquel les parcours ethnographiques ont été réalisés et celui des politiques d’immi­gration actuelles en Suisse. Ensuite (point III), je réfléchis aux approches théoriques qui se sont avérées fructueuses pour une meilleure compréhen­sion de la relation entre (im)mobilité et pratiques du faire famille (transna­tionale). Il s’agit d’une réflexion de nature conceptuelle qui met en dialogue des corpus divergents de la littérature sur le faire famille, le transnationa­lisme et l’appartenance, tout en les liant aux questions traitées dans ce papier. Ce faisant, je fais le lien entre les concepts de multiréférentialité et de multisituation. Je propose alors (point IV) des aperçus des parcours ethnographiques de Rose et d’Arbnora en Suisse, au Ghana et au Kosovo. En utilisant les données ethnographiques de ces deux femmes et de leurs familles, je discute ainsi ce que le concept de la multiréférentialité apporte à l’analyse ainsi qu’à l’étude des reconfigurations familiales transnationales (point V).

II. Intégrer la contribution dans le contexte plus large de la recherche

A. Ethnographie d’une école maternelle transnationale, et au-delà

  • 2 Le nom de cette localité est fictif.
  • 3 Financé par la Swiss National Science Foundation (Fonds national suisse de la recherche scientifiqu (...)

4Suivre Rose au Ghana, et rencontrer Arbnora au Kosovo, m’a conduite sur des parcours ethnographiques que je n’avais pas anticipés. J’ai rencontré ces deux femmes dans le cadre d’un projet de recherche qui a débuté dans l’une des écoles maternelles communales de Zurich, à Mühlekon2, un quar­tier peu aisé situé à la périphérie de la riche ville suisse. J’étais membre d’un groupe de recherche qui s’intéressait à l’éducation maternelle et me­nait une étude ethnographique en équipe intitulée “Conspicuous Children. An Ethnography of Processes of Recognition in the Kindergarten”3. Alors que mes collègues examinaient des terrains dans d’autres quartiers, je “cou­vrais” l’école maternelle de Wiesengrund à Mühlekon. Pendant deux bon­nes années, j’ai visité cette école et rencontré ses élèves à maintes reprises, environ 50 fois pendant plusieurs heures. Après environ trois mois de recherches menées exclusivement sur ce terrain, j’ai peu à peu quitté l’éta­blissement scolaire, en même temps que les enfants : je les ai accompagnés à la garderie extra-scolaire (où j’ai rencontré Arbnora), je les ai vus chez eux et j’ai appris à mieux connaître leurs amis et leurs familles (où j’ai ren­contré Rose). Je les ai accompagnés dans leurs déplacements à travers le quartier ainsi qu’aux fêtes religieuses et culturelles, aux bureaux d’aide so­ciale, au McDonald, à la piscine, aux centres commerciaux, etc. Cette exten­sion du terrain de recherche, qui est finalement devenue ma recherche doctorale, vise à comprendre ce qui se joue dans la configuration de l’appar­tenance sociale lorsque les enfants (et leurs familles) transgressent simulta­nément un nombre infini de frontières d’ordres socio-spatiaux (Jaeger, 2019). Suivre ces enfants, bien qu’ils vivent souvent uniquement avec leurs parents et leur fratrie, restreints par les politiques étatiques, a montré qu’ils – leur famille nucléaire et eux – étaient empêtrés dans des configura­tions complexes de pratiques transnationales de faire famille. Cela a suscité mon intérêt.

B. Méthodologie de la “lenteur” (slowness)

5Les différents parcours ethnographiques qui se sont ouverts en accompa­gnant les enfants de cette école maternelle ont permis d’adopter, selon les termes de Pache Huber et Spyrou « une perspective unique avec laquelle explorer le caractère fluide et changeant des interactions quotidiennes des enfants avec leurs pairs et des adultes » (2012 :295). La recherche auprès d’enfants, tout comme la plupart des études menées auprès de personnes moins conscientes des implications et des possibilités analytiques d’un tra­vail ethnographique (c’est-à-dire, une majorité de personnes), doit être éthi­quement justifiable. Dans le présent cas, la recherche et son approche éthi­que ont été formellement examinées et approuvées par le Fonds national suisse de la recherche scientifique. Les tensions existant entre l’éthique pro­cédurale et l’éthique processuelle ne deviennent toutefois évidentes qu’au cours du travail de terrain (Perrin et al., 2018). Comme l’ont souligné Chris­tensen et Prout, dans un texte fondateur autour des questions éthiques dans les études récentes sur l’enfance « les pratiques employées dans la recherche doivent être en accord avec les expériences, les intérêts, les valeurs et les routines quotidiennes des enfants » (2002 :482). Dans cette optique, je me suis régulièrement assurée du consentement des enfants en leur expliquant ce que je faisais et en suivant ce que Maria Kromidas appelle une “méthodo­logie de la lenteur”. La “méthodologie de la lenteur” fait référence à une pratique de la recherche qui « met l’accent sur la patience, la réciprocité et l’humanité de la méthode ethnographique » et qui propose finalement de « s’abandonner à l’agenda des enfants dans le cours quotidien du travail de terrain » (2012 :319). J’ai dès lors attendu, je me suis impliquée dans la vie quotidienne de ces derniers sur base de leurs invitations, et je leur ai laissé l’opportunité de m’assigner un rôle que eux et moi-même, en tant qu’ethno­graphe, serions capables de gérer. Bien que cela soit en quelque sorte contre-intuitif, il est intéressant de noter qu’il a été plus compliqué, d’un point de vue moral, d’établir une relation de recherche avec les parents de ces enfants. Ils devaient, d’une part, prendre des décisions au nom de ces derniers, ce qui impliquait qu’il me fallait systématiquement un double con­sentement éclairé. D’autre part, les parents m’associaient bien plus souvent que leurs enfants à “l’État suisse” et me percevaient, du moins au début, comme une autorité du système éducatif qui était là pour évaluer la manière dont ils élèvent leurs enfants (Kusserow, 2004). Cette immersion intensive auprès de ces familles a demandé du temps et beaucoup de patience. Sur la trentaine d’enfants de l’école maternelle de Wiesengrund, j’ai pu en suivre une vingtaine, partiellement, au sein de leurs activités extra-scolaires. Puis, en me détachant peu à peu de mon étiquette étatique (Feldman-Savelsberg, 2016), j’ai pu avoir un contact intensif avec quatre enfants en particulier, ainsi que leur famille. L’un de ces enfants était Zaylie. Sa mère, Rose, ainsi qu’Arbnora, sa gardienne, font l’objet d’une attention particulière dans cet article.

C. Mühlekon : un quartier diversifié suisse et ses régimes d’(im)mobilité

6Étant donné que cet article s’intéresse à la manière dont différents ordres sociaux déterminent les pratiques du faire famille au travers de l’espace, et que Mühlekon, en tant que lieu de référence, a toujours été présent dans mon travail de terrain même à l’étranger, il convient de présenter le quartier et sa configuration.

  • 4 A cet égard, les statistiques sont bien entendu à double tranchant, dans la mesure où elles identif (...)

7Dans le contexte suisse, Mühlekon est un quartier pauvre et souffre d’une mauvaise réputation. Il s’agit d’un quartier essentiellement ouvrier, et même si le taux de chômage n’est pas considérablement plus élevé que dans d’autres parties de la ville, les bureaux d’aide sociale sont plus nombreux. D’après les statistiques de la ville, les écoles et autres institutions font davantage appel aux services de protection de l’enfance, l’aide financière est plus importante pour les parents isolés et les signalements pour violence conjugale sont plus nombreux que dans les autres quartiers, pour ne citer que quelques indicateurs4. Au cours des dernières décennies, la composition du quartier a changé. Les appartements relativement bon marché ont été de plus en plus souvent loués à des personnes ayant immigré en Suisse, et le quartier compte désormais l’un des pourcentages les plus élevés de person­nes sans passeport suisse, soit un peu plus de 40 %. En effet, comme c’est souvent le cas dans les villes d’Europe du Nord et de l’Ouest, les emplois ouvriers sont majoritairement occupés par des immigrants de première ou de seconde génération, originaires de pays plus pauvres et/ou de pays qu’ils ont fuis pour diverses raisons. Cela ressemble à la composition de l’école maternelle de Wiesengrund : tous les enfants parlent au moins une autre langue que le (suisse) allemand à la maison, aucun de leurs parents n’a été scolarisé en Suisse, beaucoup d’entre eux ont une histoire migratoire liée à l’expérience de conflits et la plupart sont employés comme ouvriers pour gagner leur vie. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, selon moi, le “mar­queur migrant” a peu à peu effacé le “marqueur ouvrier” des discours publics, politiques et même universitaires. Le quartier est vu comme multi­culturel, comme un quartier de migrants plutôt qu’un quartier d’ouvriers. En mobilisant la lunette conceptuelle de la multiréférentialité, mon étude vise à déconstruire cette optique de deux façons : d’abord, en réintroduisant la question de la classe sociale et, ensuite, en adoptant une perspective trans­nationale qui permette de brouiller une fois de plus la notion d’appartenance à la classe ouvrière en réintroduisant – ironiquement – à nouveau la ques­tion migratoire, mais sous un angle différent.

8Les deux femmes dont le quotidien fait l’objet de cet article vivent à Mühlekon depuis longtemps, et toutes deux ont obtenu la nationalité suisse. Rose a accepté la nationalité de son ex-mari il y a quelques années tandis qu’Arbnora et son mari se sont fait naturaliser en 2019 après presque 20 années de résidence à Mühlekon. Comparativement à ses pays voisins, la Suisse compte une forte proportion d’étrangers. Cette caractéristique est principalement dûe au fait que la citoyenneté est basée sur le principe de la descendance : jusqu’à la troisième génération, les étrangers peinent souvent à obtenir la nationalité suisse et, alors que la Suisse se veut multiculturelle, les politiques migratoires sont plus strictes et hostiles que presque partout ailleurs (Dahinden, 2016 ; Riaño/Baghdadi, 2007 ; Wimmer, 2011). Ce contexte, combiné aux salaires comparativement élevés dans le pays – même pour l’emploi non qualifié – a une influence décisive sur les pratiques transnationales du “faire famille”, « ancrant la relation dynamique entre les situations d’installation et celles de mobilité dans des rapports de pouvoir inégaux » (Glick Schiller/Salazar, 2013 :188). D’un point de vue théorique, il est nécessaire de privilégier une compréhension relationnelle des régimes d’(im)mobilité suisses qui accorde une plus grande attention à leurs « relations contingentes » (contingent relatedness) (Adey, 2006 :90).

III. Approche conceptuelle. Saisir le lien entre multisituation et multiréférentialité au sein des familles transnationales

9Pour permettre une meilleure compréhension de la relation entre (im)mobilité et pratiques du faire famille (transnationale), l’approche con­ceptuelle doit – selon moi – porter sur l’appartenance familiale, l’espace et la simultanéité des ordres sociaux. Les recherches ethnographiques et quali­tatives qui ont étudié les familles transnationales ont déjà fourni d’intéres­santes réflexions sur lesquelles ce travail peut se baser. Je souhaite dès lors développer davantage la question de la simultanéité d’ordres sociaux diver­gents mais aussi celle du fonctionnement et de l’articulation des différents modes d’appartenance sociale. Pour y répondre, je soutiens qu’il est perti­nent de développer la lunette conceptuelle de la multiréférentialité. Voici quelques aperçus des travaux sur lesquels s’appuie mon argumentation.

A. Familles transnationales : ce que l’espace fait aux pratiques du faire famille

10Il existe un paradoxe intéressant concernant la question de l’appartenan­ce familiale. L’attribution presque toujours claire d’une appartenance fami­liale (ainsi que les descriptions exactes des relations concernées jusqu’aux cousins et tantes de troisième degré) ne précise pas vraiment de quoi ces appartenances sont faites, ni qui peut exiger quoi dans le cadre d’une rela­tion familiale donnée. Selon moi, c’est en partie pour cette raison que l’é­tude des pratiques du faire famille suscite autant d’intérêt. Ce mélange de sens, de sentiments et de pratiques de l’appartenance familiale est bien sûr toujours une question de négociations et se réfère à des régulations, des idées culturelles, des formations sociales et des ordres moraux particu­liers – et nationaux (Bryceson/Vuorela, 2002 ; Grillo, 2008 ; Gammeltoft, 2018 ; Thelen/Alber, 2018).

11De même, la représentation intellectuelle des pratiques du faire famille est étroitement liée à la perspective de recherche choisie et aux intérêts intellectuels identifiés. Même dans les constellations familiales au sein d’un même village, elle dépend fortement de la personne qui est étudiée ainsi que de la période de vie dans laquelle se trouve cette personne. La recherche ethnographique d’Ida Wetzel Winther (2015) sur les enfants pratiquant une mobilité à petite échelle après le divorce de leurs parents et leur installation dans des lieux différents en est un exemple éloquent. Elle montre la manière dont les enfants sont impliqués dans des négociations familiales différentes de celles de leurs parents séparés, et ce que la mobilité pendulaire fait aux configurations et pratiques familiales. Si l’enfant peut avoir de nouveaux demi-frères et s’adonner à des pratiques du faire famille avec eux lors de ses déplacements entre ses différents foyers, sa mère biologique ne doit pas pour autant se sentir concernée par les enfants de la nouvelle épouse de son père (oui, cela peut effectivement être compliqué !). Cette recherche, notamment, montre que la notion de famille peut ne pas avoir la même signification pour toutes les personnes concernées, qu’elle est loin d’être une question facile en termes d’appartenance sociale et qu’elle doit être négociée. C’est dans ces négociations, qui ont été décrites comme des prati­ques du faire famille, que l’appartenance est créée. Elles permettent aux personnes de poser des exigences et des obligations morales les unes aux autres. Plutôt que d’être simplement limitatives ou contraignantes, ces attentes et obligations morales sont socialement productives (Gammeltoft, 2018). Dans le cas étudié par Winther, le focus sur une petite échelle a per­mis de capturer de manière plus intense l’espace dans l’étude des pratiques du faire famille – ce constat étant différent dans le cas d’enfants vivant dans un seul foyer. Si l’on transpose cette approche au cas présent, qui plutôt que de se focaliser sur une petite échelle se concentre sur la mobilité transnatio­nale (encore une fois, seulement pour certains membres d’une configuration familiale donnée), l’on se doit de reconnaître que la transnationalité ne mo­difie pas non plus de manière absolue les négociations au sein des familles, mais en dynamise plutôt les configurations. Une analyse telle que celle-ci, qui se concentre sur les membres de la famille qui se déplacent au sein de régimes d’(im)mobilité, s’ancre davantage dans la littérature liée aux migrations et au “tournant spatial” en sciences sociales (Löw/Weidenhaus, 2017 ; Schier et al., 2015).

12Cela dit, il convient de noter que l’(im)mobilité et les notions de famille sont mutuellement interreliées. Les migrations ne sont pas les seules à bou­leverser et à réassembler les constellations familiales, les liens familiaux aussi conditionnent et façonnent les migrations. L’étude de Pamela Fel­dman-Savelsberg, Mothers on the Move (2016), propose une analyse soignée de cette interrelation en se penchant sur le cas des mères migrantes camerounaises à Berlin. Elle explore la manière dont la reproduction (en contexte d’insécurité) est entrelacée à la fois avec les négociations sur les pratiques familiales ainsi qu’avec leur vie quotidienne de migrantes vivant loin de l’endroit qu’elles appellent leur maison. Certaines configurations familiales les ont poussées à migrer au départ, à rester à un certain endroit ou à prendre des décisions concernant leurs trajectoires de vie futures, tandis que ces décisions, et les circonstances dans lesquelles elles sont pri­ses, sont elles-mêmes imbriquées dans des pratiques familiales. Feldman-Savelsberg déploie un langage analytique qui met en évidence différents modes d’appartenance sociale, qui peuvent être ressentis, performés ou rattachés à ces femmes dans différents contextes sociaux. Comme dans l’étude de Feldman-Savelsberg, la recherche se concentre ici sur les femmes dont la vie est située dans plusieurs contextes, tout en étant liée aussi avec des membres de leur famille qui sont physiquement beaucoup moins mobiles. Ce sont précisément ces différents modes d’appartenance sociale qui ont attiré mon attention et dont j’essaie de saisir l’interaction en utilisant l’approche multiréférentielle.

B. De l’appartenance à la multiréférentialité

13Les études sur les configurations familiales transnationales ont claire­ment montré la manière dont les structures étatiques et les ordres sociaux et moraux influencent la création, la compréhension mais aussi la mise en actes situationnelle des familles (Lavanchy, 2014 ; Dahinden, Moret/Jasha­ri, 2020 ; Olwig/Valentin, 2015 ; Baldassar/Merla, 2014 ; Killias, 2018). Certaines de ces études ont également abordé la question de l'appartenance sociale : elles ont examiné la façon dont celle-ci est filtrée, transformée et réinterprétée lorsque les personnes traversent des frontières, tant sur le plan social que physique ; elles ont par ailleurs analysé de quelle manière ses configurations sont impactées (d’un point de vue familial) par le transnatio­nalisme (Abu El-Haj, 2015 ; Yuval-Davis, 2016 ; Feldman-Savelsberg, 2016 ; Mandel, 2008). Elles ont ainsi enrichi la conceptualisation de l’ap­partenance sociale et de la différenciation humaine (Hirschauer, 2017 ; Bru­baker, 2015) en accordant davantage d’attention à la dimension socio-spa­tiale et à la simultanéité des ordres sociaux (Levitt/Glick Schiller, 2004). En tenant compte de la manière dont différents modes d’appartenance sociale fonctionnent au travers de l’espace, je soutiens que l’approche multiréfé­rentielle permettra d’acquérir une compréhension plus nuancée des pra­tiques du faire famille à travers l’espace. Mais qu’est-ce que cela signifie ?

14Faire référence à la multiréférentialité suppose que les personnes impli­quées dans des pratiques familiales se réfèrent à plusieurs ordres sociaux pour négocier leur appartenance sociale (familiale). L’ascription à des caté­gories d’appartenance sociale, leur performance et l’attachement ressenti envers celles-ci doivent s’appuyer sur des concepts culturels, des territoires politiques et des manières d’être et de faire partagés. Ce n’est que dans ce cas que les catégories d’appartenance (familiale/sociale) attribuées peuvent être porteuses de sens mais aussi être ressenties et performées. Mon matériel empirique montre très clairement que le sens des catégories d’appartenance évolue au fur et à mesure que les configurations familiales changent dans l’espace. L’appartenance familiale n’est donc pas remplacée dès lors que les gens sont mobiles. L’incorporation simultanée, au niveau social et local, ne doit pas être appréhendée comme une incorporation à des autruis anta­gonistes, mais comme un processus dans lequel les uns et les autres se cons­tituent et se génèrent mutuellement. La multiréférentialité renvoie donc, d’une part, à la connaissance de la contingence des ordres sociaux (par exemple, la famille et l’appartenance familiale peuvent être pensées et ressenties très différemment selon les endroits) et, d’autre part, à la négoci­ation simultanée d’ordres sociaux divergents dans une seule et même situa­tion. Elle encourage à penser de manière relationnelle les configurations familiales à travers l’espace. Si le rattachement à une appartenance familiale peut rester le même au-delà des frontières, la manière dont elle est perfor­mée peut être fortement modifiée. Les personnes impliquées se réfèrent cependant constamment aux autres ordres sociaux avec lesquels elles entre­tiennent également une relation. Les pratiques du faire famille sont dès lors compliquées du fait de la confrontation de modes d’appartenance diver­gents. Le prisme de la multiréférentialité fournit un langage analytique per­mettant de saisir ces conditions d’appartenance sociale dans leur reconfigu­ration et leur reconstitution à travers l’espace. Dans les pages qui suivent, je souhaite mettre le langage analytique de la multiréférentialité en pratique et étudier la manière dont des cadres de référence divergents entrent en con­currence, guident et dynamisent les constellations familiales, et la manière dont les configurations transnationales offrent à la fois des marges de manœuvre et de nouveaux défis pour les reconfigurations familiales.

IV. Exploration empirique à travers deux parcours ethnographiques

  • 5 J’ai pris les frais liés à mon séjour au Kosovo à ma charge. Les frais liés à mon séjour au Ghana o (...)
  • 6 Lorsque je parle de parcours ethnographiques, j’emprunte délibérément le langage analytique des spé (...)

15Comme déjà mentionné, j’ai rencontré Rose et Arbnora à Zurich, en 2016. L’année suivante, j’ai également pu leur rendre visite dans le pays où elles ont grandi. J’ai donc passé du temps avec Arbnora au Kosovo pendant les vacances scolaires d’été et j’ai rejoint Rose et ses enfants au Ghana aux alentours de Noël5. Je ne connais pas aussi bien ces deux femmes. Rose est la mère de Zaylie, que j’ai accompagnée ethnographiquement dans de nom­breux lieux de son enfance pendant environ deux ans. Je l’ai connue avant tout en tant que maman de la petite fille. Toutefois, le fait de suivre Zaylie m’a également rapprochée de Rose, et j’ai passé de nombreuses heures avec elle, seule ou en groupe. Ainsi, j’ai des centaines de pages de notes issues de divers terrains en Suisse et au Ghana mais aussi des photos, des retrans­criptions d’entretiens, des copies de décisions délivrées par les services so­ciaux, des formulaires d’évaluation de l’école, et bien plus encore. Je suis toujours en contact avec Rose et, grâce aux réseaux sociaux, je suis infor­mée de la façon dont elle rend compte du quotidien de sa famille en ligne. Quant à Arbnora, j’ai appris à la connaître dans son milieu professionnel. Elle travaillait comme assistante dans l’une des garderies de Mühlekon. Elle aidait à la cuisine et s’occupait des enfants de 4 à 12 ans qui fréquentaient la garderie l’après-midi. Elle est apparue dans mes notes de terrain en tant que femme possédant des liens familiaux transnationaux lorsque je lui ai parlé de mon prochain séjour au Kosovo où je souhaitais, entre autres, ren­dre visite, pendant les vacances d’été, à des enfants de l’école maternelle. Elle m’a immédiatement invitée à lui rendre visite également et j’ai accepté avec plaisir. J’ai séjourné deux jours avec elle et sa famille au cours de ce voyage. Je l’ai revue quatre ou cinq fois depuis, à la garderie. Grâce aux réseaux sociaux, j’obtiens également quelques informations supplémentai­res, quoique moins nombreuses, sur sa vie quotidienne à (entre) Prishtinë et Zurich. Bien que le focus soit placé sur ces deux femmes, l’analyse s’inspire d’un nombre bien plus important de reconfigurations familiales et d’inter­locuteurs, rencontrés tout au long des parcours ethnographiques réalisés à Mühlekon et au-delà6.

A. Schatzi-Monat à Prishtinë

16Arbnora est venue nous chercher dans une petite ville proche de Pristhinë et nous avons roulé, en convoi, jusqu’à un restaurant qui propose un panora­ma sur la ville. Les plaques d’immatriculation suisses ne sont pas rares au Kosovo. En juillet et au début du mois d’août, elles sont partout, souvent sur les voitures les plus onéreuses. D’après le dernier titre à la une d’un journal suisse, et qui est réutilisé en permanence dans le langage courant, cette période de l’année serait le “Schatzi-Monat” du Kosovo : le mois pen­dant lequel les Kosovars d’Allemagne et de Suisse, appelés Schatzi (“chéri” en allemand), rentrent au pays. Durant ce mois, on ne compte pas les réu­nions familiales et les célébrations de mariage, pendant lesquels l’exubérance et l’ambiance sont à leur comble.

17Arbnora nous a présenté son mari, Shefik, et sa fille adolescente, Anesa. Elle s’est assurée que nous ayons une bonne table à la terrasse du restaurant. Leur fille ainée, Jasmin, avait préféré rester à la maison pour nous rencon­trer plus tard ; elle souhaitait se reposer pour être en forme pour les festivités du soir. Ils semblaient tous heureux d’être ici pour quatre semaines, de re­voir tout le monde et d’avoir la possibilité de continuer à travailler dans leur maison en construction. Toutefois, d’après Arbnora, l’été serait malgré tout difficile car le Schatzi-Monat s’accompagne toujours d’attentes. Les prix flambent pour les personnes immatriculées en Suisse : « Ils pensent que par­ce que nous vivons en Suisse, nous sommes millionnaires ! ». Les rencontres sont caractérisées par beaucoup d’envie et de malentendus, même au sein de la famille. Malgré cela, Arbnora était fière de leur maison et de son avan­cement et, même avant de la voir en vrai et de rencontrer Jasmin, elle nous a montré quelques photos sur son smartphone. La maison se situe sur un terrain appartenant à la famille, juste à côté de la maison du frère de Shefik et de sa famille, qui accueillent également une tante et un oncle d’une soix­antaine d’années. Alors que la maison du beau-frère d’Arbnora aurait grand besoin d’une rénovation, du moins aux yeux de la classe moyenne suisse, Shefik et elle discutaient de la possibilité d’installer une piscine entre les deux terrains. Ils en ont discuté en tenant compte des souhaits de leurs enfants ; souhaits qui, selon eux, ne pourraient pas être exaucés en Suisse. Jasmin, en particulier, venait de traverser une période compliquée. Elle s’était mariée l’été dernier, au Kosovo, mais la relation n’avait pas fonc­tionné et elle était rentrée chez elle. Shefik aurait souhaité la ramener avec eux en Suisse. A ses yeux, elle n’aurait pas dû se marier, mais c’était son rêve. Heureusement, le mariage s’était limité à une célébration festive et n’avait pas été enregistré sur le plan administratif, ce qui a permis à Jasmin de mettre un terme à la relation sans que cela ait un impact sur sa demande de naturalisation en cours en Suisse.

18Plus tard, nous nous sommes assises dans le salon de la nouvelle seconde résidence d’Arbnora. Arbnora et son mari prévoient de s’installer ici pour de bon et de profiter de la vie, dans une vingtaine d’années, lorsqu’ils seront retraités. Ils aspirent à jouer un rôle moins sporadique au sein de leur famille et souhaitent pouvoir étaler les célébrations familiales tout au long de l’an­née plutôt que de les condenser en quelques semaines. Durant leur séjour au Kosovo, chaque soir, ou presque, est un grand événement avec de nom­breux invités, de la musique, des fêtes, des célébrations de mariage. Tout le monde se marie durant ce mois particulier. Quand vous faites partie des Schatzis, il est d’ailleurs attendu que vous soyez là et que vous participiez. Anesa nous a raconté les préparations élaborées pour les nombreuses fêtes, les vêtements, les maquillages. Mais elle a d’autres projets pour l’avenir : elle veut elle aussi vivre au Kosovo à l’âge adulte, devenir politicienne et lutter contre la corruption.

19Le soir venu, nous nous sommes baladées dans le centre. Une des routes principales est fermée à la circulation le soir et est transformée en prome­nade. Il y avait une banderole souhaitant la bienvenue aux migrants de pas­sage. Nous avons rencontré un autre frère du père de Shekif. Il avait un petit chariot en bois et vendait tout un tas de petites choses dans la rue animée : des sucreries, des balles magiques, des jouets et plus encore. Sa femme se tenait un peu plus loin et faisait rôtir du maïs sur un petit feu ouvert en nous souriant avec quelques-unes de ses dents restantes. « Ce sont des gens biens », commenta Arbnora, « ils nous ont beaucoup aidé lorsque les enfants étaient petits ». D’après elle, on les a privés du bonheur d’avoir des enfants. Arbnora et Shekif leur ont payé une insémination artificielle mais elle n’a pas fonctionné. La situation financière inégale pèse sur la famille, et l’argent est souvent au centre des discussions. Arbnora suspecte les membres de la famille restés au Kosovo de ne pas voir qu’ils travaillent dur pour toute la famille et combien il est couteux de cofinancer les factures médicales et les besoins journaliers d’un nombre si important de personnes. Ils ne se rendent pas compte que la vie en Suisse n’est pas toute rose et ne voient que les voitures et les maisons. Ils ne voient pas leurs sacrifices pour soutenir la famille. En fait, Arbnora travaille souvent additionnellement les weekends dans une entreprise de ménage tandis que son mari, bien que sans emploi, gagne de temps en temps de l’argent comme intérimaire sur des chantiers de construction. « Ce n’est jamais assez, ils veulent toujours plus ». Quand nous avons voulu prendre congé et rejoindre notre hôtel avant la tombée de la nuit, Arbnora nous a retenues. Son neveu allait nous raccompagner. Après tout, elle payait pour son éducation.

B. Liberté à Cape Coast

20« Ici, au Ghana, je suis libre », dit Rose dans un soupir de soulagement. Laissant Zaylie (6 ans) et Debby (4 ans) avec sa sœur, elle nous a emmenés, deux de ses frères et moi, l’ethnographe, dans un pub en plein-air du quartier pour boire un verre. Mère célibataire et sans emploi à ce moment-là, Rose a vécu à Mühlekon avec ses deux enfants durant toute l’année. Son aînée, Zaylie, est entrée à l’école maternelle l’année précédente. L’inscription dans un système éducatif national s’accompagne de l’obligation tant pour les enfants que pour l’autorité parentale de rester physiquement sur place une grande partie de l’année. Cette obligation est aussi banale que capitale. Si les enfants comme Zaylie, qui ont des liens familiaux transnationaux, ont encore la possibilité de faire la navette entre différents pays avant l'âge sco­laire, celle-ci est réduite par le nombre important de jours de présence obli­gatoire à l’école. Cela affecte également leurs parents. Dans le cas de Zay­lie, Rose a non seulement dû demander aux autorités scolaires quelques jours de congé supplémentaires, mais elle ne peut par ailleurs se rendre au Ghana que durant les vacances de Noël, alors que les vols sont plus chers et que le trajet pour Cape Coast est beaucoup plus long en raison des embouteillages.

21Pendant les dix jours que j’ai passés auprès d’eux, nous sommes restés principalement dans une maison de plein pied à la périphérie de Cape Coast et nous avons effectué de petites sorties dans les magasins et sur les marchés voisins. Deux des frères de Rose vivent dans la maison tout au long de l’an­née, mais à l’approche des fêtes de Noël, celle-ci était remplie de monde : Rose, ses enfants et moi-même, une de ses sœurs et sa fille ainsi qu’une autre de ses nièces. Une dame du quartier était également engagée pour aider à la cuisine, au nettoyage et à la lessive, ainsi qu’une couturière, une coiffeuse et une maquilleuse, embauchées par Rose pour des visites à domi­cile. Le résultat était un mélange intéressant – du moins à mon sens – et paradoxal d’agitation détendue et d’effervescence. Zaylie et son cousin du même âge étaient occupés à trouver leur rôle dans la vie quotidienne de la maisonnée. Sa cousine, plus insolente et espiègle, se déplaçait dans le quar­tier de manière beaucoup plus indépendante et confiante. Rose, quant à elle, voulait rattraper ce qui lui manquait depuis longtemps. La liberté à laquelle Rose faisait référence n’est pas seulement liée à sa vie de mère célibataire à Zurich et à l’aide familiale dont elle bénéficiait par ailleurs au Ghana et qui lui permettait de sortir en soirée sans avoir à s’occuper de ses enfants. En réalité, ce n’est qu’ici qu’elle comprend « à quel point » elle est stressée de devoir remplir les obligations perçues comme étant celles d’une mère à Zurich : l’insistance des Suisses sur la ponctualité, la nécessité de préparer le goûter pour la cantine de l’école maternelle, « toujours des factures et encore des factures, des assurances à payer, les frais de crèche et des trans­ports publics ». Elle évoquait sa peur constante que l’État lui enlève ses fil­les, au point qu’à Mühlekon, elle les gardait toujours près d’elle en les tenant par la main lorsqu’elle faisait des courses et ne les laissait jamais jouer seules dehors. Bien que je les connaissais toutes les trois depuis environ 18 mois, ce n’est qu’ici que Rose a commencé à évoquer le fardeau d’être une mère célibataire et les attentes d’avoir à faire tout à la manière suisse. Ses ressentis vis-à-vis des pratiques familiales suisses ont pris de l’ampleur une fois que nous étions à Cape Coast. Il n’y a qu’ici qu’elle avait le droit d’apprendre à ses filles à être indépendantes, qu’elle pouvait leur montrer leur place dans la société et, plus important encore, dans la famille élargie. A maintes reprises, elle a refusé de passer trop de temps avec elles en les envoyant s’occuper seules, en laissant les disputes entre cousins non résolues, en les incitant à faire preuve de respect envers les adultes qui dis­cutent ou encore en présentant leur oncle comme la personne en charge de l’autorité.

22La plupart du temps, Rose s’allongeait sur un matelas dans sa cham­bre – c’était la seule à être climatisée – et discutait au téléphone avec des amis et des connaissances au Ghana. Elle leur envoyait des photos de nous deux et me demandait de me montrer lors d’appels vidéo. Souvent, elle uti­lisait le fait d’être accompagnée par une femme blanche à la fois comme une excuse pour ne pas préciser si elle allait pouvoir les rencontrer en per­sonne et à la fois comme un signe qu’elle avait réussi à s’intégrer en Suisse. Finalement, les rencontres qui étaient prévues étaient reportées, voire annu­lées. Alors qu’elle disposait de peu d’argent en Suisse, elle pouvait se per­mettre beaucoup plus de choses au Ghana et endossait le rôle d’une géné­reuse donatrice. Mais à Cape Coast, ses moyens restaient en réalité aussi limités. Si elle pouvait s’offrir un soin cosmétique et une coupe de cheveux dernier cri et ainsi – comme elle le disait – avoir le sentiment « d’être la princesse pour une fois », la visite de la partie de la famille qui vivait plus loin, à Kumasi, (et qui attendait certainement aussi son soutien) était repor­tée à l’année suivante. Rose espérait que la demande de visa (qui avait déjà été rejetée à deux reprises) de son frère préféré, Joe, allait être acceptée cette fois-ci afin qu’il puisse enfin venir en Suisse. Ses frères et sœurs ne s’étaient jamais rendus en Europe. Pour qu’ils puissent se voir et que ses deux enfants vivent réellement le fait de faire partie d’une grande famille, c’est Rose qui devait venir au Ghana.

V. Discussions

A. Analyse instantanée

23Il semble évident que la composante transnationale « a des effets sur le tissu social des familles » (Halatcheva-Trapp/Montanari/Schlinzig, 2019 :3). Rose et Arbnora ont toutes deux vécu une vie entrecoupée de ce qui a été analysé comme le paradoxe du statut en migration, qui décrit une « dynamique transnationale de perte et de gain simultané de statut social, qui se produit en parallèle de formes mutuellement conditionnées d’incon­sistance de statut » (Nieswand, 2011 :3). Bien qu’elles gagnent toutes les deux leur vie, ou peuvent bénéficier d’une aide sociale, elles vivent assez frugalement en Suisse mais sont généreuses avec leurs proches dans leur pays d’origine. Du fait d’une (im)mobilité, leur position dans les configura­tions familiales s’est modifiée. Elles ont bénéficié de certains aspects d’une mobilité sociale ascendante au Ghana et au Kosovo, ainsi qu’au sein du tissu familial. Certains aspects de leur vie ont traversé les frontières nationa­les avec elles, même de manière invisible, alors que d’autres aspects ont changé selon le contexte ou que d’autres encore ne sont simplement pas transférables ou transmissibles (j’y reviendrai plus tard). Dans tous les cas, elles parlent par exemple très rarement et de manière imprécise de la façon dont on peut gagner de l’argent en Suisse, ou de ce à quoi leur maison et leur vie ressemblent réellement. Il n’y a dès lors pas qu’un seul répertoire de pratiques ici et là-bas, ou une certaine position sociale en Suisse et une autre au Ghana ou au Kosovo. Comme le laissent entrevoir les parcours ethnographiques, il s’agit plutôt d’un réseau complexe de relations familia­les, qui est renégocié selon les situations et les lieux, notamment lorsque les membres d’une famille franchissent, à leur manière, les frontières physiques et les ordres sociaux.

B. Analyse en profondeur

24Le fait que Rose et Arbnora vivent dans un pays différent de celui d’une grande partie de leurs proches leur confère un rôle particulier dans la négo­ciation de leur appartenance aux configurations familiales. En raison du fonctionnement particulier des régimes d’(im)mobilité, les rencontres phy­siques ont lieu presque exclusivement dans le pays d’origine, ce qui, dans un sens, privilégie les femmes migrantes comme Rose et Arbnora. En effet, elles disposent soudainement de beaucoup plus d’argent lorsqu’elles traver­sent la frontière suisse pour se rendre au Kosovo ou au Ghana. De retour “chez elles”, elles vivent les interactions quotidiennes comme des invitées, qui sont en vacances et qui peuvent (ou doivent) soutenir généreusement les membres de leur famille. Le fait qu’elles ne fassent pas partie du quotidien de leur famille leur confère une plus grande souveraineté interprétative sur l’ordre social. Puisqu’un soutien financier s’accompagne d’obligations mo­rales, les autres personnes sont non seulement financièrement dépendantes, mais la contingence des ordres sociaux différents dans lesquels elles s’ins­crivent facilite également leur passage de l’un à l’autre. La vie quotidienne à Mühlekon, éloignée d’un « tissu social dense d’obligations, d’attentes, de responsabilités et de dépendances » (Gammeltoft, 2018 :92) qui accom­pagne l’appartenance à une famille, leur offre une certaine liberté dans leurs choix professionnels, relationnels et amoureux. La performance de l’appar­tenance familiale ayant des lignes directrices moins claires, Rose et Arbnora bénéficient d’une plus grande marge de manœuvre.

25Pendant le séjour de Rose et Arbnora au Ghana et au Kosovo, l’étiquette de “migrant” prend une autre dimension et leur permet de réaliser des rêves propres à la classe moyenne, de construire des piscines, d’avoir de belles coiffures, d’acheter des robes sur-mesure et de décorer leur maison avec de belles mosaïques. Sur internet, cette appartenance à la classe moyenne peut aussi être ramenée à Mühlekon ; le petit appartement et le travail d’ouvrier sont mis en contexte par rapport à leur vie quotidienne ailleurs. Alors qu’en Suisse, le fait de “venir d’ailleurs” renvoie souvent à une position sociale hiérarchiquement inférieure, confrontée aux discriminations et au racisme quotidien, cela peut devenir un contre-pied au moment des congés. C’est la référence aux difficultés et aux opportunités de la vie quotidienne, tant en Suisse qu’à l’étranger, qui maintient la dynamisation des pratiques familia­les. Le rôle prépondérant de Rose et Arbnora au sein de leur réseau familial compense émotionnellement les opportunités manquées tout au long de l’année à Mühlekon. Cette dynamisation et la compensation émotionnelle deviennent toutefois plus explosives lorsque les individus traversent ensemble les frontières.

C. Attribution identique, performativité différente de l’appartenance familiale

26La relation familiale qu’entretiennent Rose et sa fille Zaylie est confron­tée au défi d’avoir à naviguer entre différents modes d’appartenance sociale à travers l’espace. Dans sa vie quotidienne en Suisse, Rose se sent tenue d’exercer sa maternité selon la référence suisse de la “bonne famille”. Le lien émotionnel entre Rose et sa fille est fort et leur relation est stable et fiable. Rose se sent toutefois sous pression pour répondre aux exigences de ce qu’est une bonne mère. Elle connaît les contrôles effectués par le bureau d’aide à la jeunesse et les histoires horribles de connaissances à qui on a enlevé les enfants la pressent quotidiennement à “élever correctement” les siens. Le fait d’être une bonne mère est moralement très chargé dans de nombreux endroits, et les concepts liés à ce que cela implique circulent au travers des ordres sociaux (Thelen/Haukanes, 2010). Lorsqu’elle séjourne au Ghana, par exemple, la performativité liée aux attentes suisses en matière de bonne maternité peut être partiellement levée. En Suisse aussi, la “bonne maternité” est mise sous tension. Elle ne se résume pas à se conformer à une vision “purement suisse”. Rose souhaite également apprendre à sa fille à être fière de sa peau noire et de ses origines, afin de la rendre plus forte face aux humiliations et au sentiment de non-appartenance. Rose nourrit ainsi une certaine rancœur à l’égard de ce système qui lui semble trop strict et en même temps peu émancipateur. Elle a l’impression de devoir rattraper beaucoup de choses pendant le peu de temps que dure leur relation mère-fille au Ghana. Sur place, certaines pratiques familiales s’apparentent alors à une rééducation forcée. Une certaine performativité de la relation mère-fille peut profondément façonner la manière dont Zaylie se connecte émo­tionnellement à sa mère, et s’éloigner de ce qu’elle a appris jusque-là peut être décevant et bouleversant. Par ailleurs, lorsqu’elle est en présence de ses frères et sœurs, Rose utilise les autres attributs de ce que doit être une bonne mère précisément pour situer l’appartenance émotionnelle différemment et faire d’autres demandes à Zaylie comme, par exemple, être autonome et responsable.

27Ces changements d’appartenance sociale sont mis en lumière par l’ap­proche multiréférentielle, tout comme la façon dont l’inscription simultanée dans des configurations familiales différentes s’accompagne d’attentes et de positions morales divergentes. L’interaction des différents modes d’ap­partenance devient visible ; comment se font les liens entre le niveau émo­tionnel et le niveau performatif ainsi que le niveau normatif ? L’approche multiréférentielle révèle l’émergence de réparations performatives pour les privations ressenties tout au long de l’année. Rose – et Arbnora – montrent qu’il est possible d’être une bonne mère différemment, et cela est émotion­nellement compensé en renvoyant à d’autres cadres de références ainsi qu’à d’autres possibilités financières et pratiques, qui rendent possible une pra­tique différente du faire famille. Ainsi, lorsque Rose s’écrie joyeusement qu’au Ghana, elle est libre, cela doit être compris en lien avec les différents ordres sociaux dans lesquelles elle s’inscrit.

D. Mariage et pluralisme légal

28La lunette conceptuelle de la multiréférentialité permet une autre piste d’analyse fructueuse en abordant les liens existant entre pluralisme juridi­que et pratiques familiales. Rose, Arbnora et leurs proches mobilisent leur conscience juridique afin d’opter pour différentes stratégies du faire famille (Feldman-Savelsberg, 2016). Comme l’a montré le cas de Jasmin, un mariage peut être célébré symboliquement, mais retardé administrativement lorsqu’une procédure de naturalisation est en cours en Suisse. Dans le cas d’Arbnora, un mariage rapide avec Shefik lui a permis d’échapper à la guerre en toute sécurité. Se marier peut dès lors permettre de contrecarrer des régimes migratoires stricts ou de sécuriser un séjour. Le mariage de Jasmin avec son ex-mari montre, toutefois, que la référence à des ordres sociaux différents n’influence pas seulement les pratiques familiales d’inté­gration du petit-ami dans la famille (le choix du type de célébration, du pays dans lequel le mariage sera célébré, la question de l’emménagement du couple) mais que les configurations familiales à travers l’espace ouvrent également la voie à de nouveaux développements. La règle administrative selon laquelle les époux doivent se défendre mutuellement devant la loi d’un pays peut être suspendue sans renoncer à la valeur symbolique du mariage ; ce qui ressemble à une période probatoire pour les jeunes mariés est alors possible et une séparation ne laisse plus aucune trace juridique. Une jeune femme peut ainsi se conformer à des ordres sociaux et des sys­tèmes juridiques différents sans être véritablement confrontée à un dilemme. Jasmin et Anesa développent une manière d’être au monde qui s’accommode des divers ordres sociaux sollicités et adaptent leur pouvoir d’action selon ces ordres respectifs grâce à la multiréférentialité de leur appartenance sociale. La citoyenneté suisse lui ayant été refusée pendant toute son enfance, l’appartenance politique de Jasmin au Kosovo est d’au­tant plus forte et effective. Sa performativité en tant que jeune femme enga­gée et désireuse de s’impliquer dans la politique peut se jouer dans des ca­dres de référence divergents et se nourrit, entre autres, de son quotidien transnational à travers l’espace.

29Bref, les possibilités de reconfigurations familiales transnationales sont ainsi conditionnées par des ordres sociaux divergents. En raison des régimes actuels d’(im)mobilité, les femmes migrantes telles que Rose et Arbnora ne peuvent pas choisir les membres de leur famille qui pourront vivre avec elles en Suisse ; et la “bonne vieille” définition de ce qu’est une famille nucléaire a un impact beaucoup plus important sur les familles trans­nationales qu’elle n’en a sur les familles n’ayant, par exemple, qu’un pas­seport suisse. Les réglementations déterminant les membres de la famille qui peuvent obtenir un visa touristique, ceux qui peuvent obtenir une autori­sation de rejoindre leur famille, ceux qui peuvent être naturalisés et ceux qui sont considérés comme des membres légitimes de la famille dans le pays de résidence sont décisives.

30Bien qu’Arbnora n’ait pas à dire à sa sœur qui est restée au Kosovo à quel point leur appartement de Mühlekon est exigu, qu’ils y luttent contre la moisissure mais aussi contre les discriminations, ses enfants subissent les contradictions de statut avec leurs parents – une situation que l’on retrouve aussi dans le cas de Rose. En tant que famille, ils doivent dès lors tisser de nouveaux rapports entre eux au sein de ce maillage d’ordres sociaux diver­gents. Zaylie est l’enfant d’une femme noire au chômage à Mühlekon mais elle est aussi l’enfant d’une femme qui soutient financièrement sa famille élargie et connait une ascension sociale au Ghana. Rose et Zaylie doivent trouver des moyens de gérer ces contradictions seules et ensemble, au sein de configurations sociales situées.

31Étant donné la multiplicité des configurations familiales mais aussi des frontières et des ordres sociaux (l’article ne donne qu’un bref aperçu de cette diversité au travers des deux cas empiriques présentés), la question de l’unification, ou encore de la convergence et de la cohérence, semble inutile et trompeuse. Parler de cohérence ne contribue pas, à mon avis, à compren­dre les reconfigurations familiales à travers l’espace (il s’agit le plus sou­vent d’une idée floue des manières d’être et de faire dans des sociétés natio­nales potentielles). Le défi intellectuel le plus intéressant porte sur l’étude de la manière par laquelle les individus utilisent et négocient une multitude d’ordres sociaux, et selon laquelle ils trouvent une compatibilité entre ceux-ci. Une telle approche, que j’encourage en privilégiant la lunette de la multi­référentialité, permet d’accorder plus d’attention aux liens entre sociétés diversifiées et pratiques familiales.

VI. Conclusion

32Cet article utilise les données empiriques récoltées au cours des parcours ethnographiques de Rose et d’Arbnora afin d’examiner les reconfigurations familiales transnationales lorsque leurs membres migrent seuls ou en groupe à travers des ordres socio-spatiaux. Il montre comment la contin­gence des pratiques du faire famille à travers l’espace est davantage caracté­risée par la notion de compatibilité plutôt que par celle de la cohérence des ordres sociaux. Il est intéressant de noter que l’inscription dans des régimes d’(im)mobilité impacte plus fortement les catégories d’appartenance qui sont a priori les plus clairement formulées, soit les relations au sein des familles. Pour mieux comprendre la manière dont ces pratiques familiales se constituent, en lien avec les régimes d’(im)mobilité, j’encourage à mobiliser la multiréférentialité. Suivre les membres d’une famille à travers l’espace permet de mettre en lumière le fait que les ordres socio-spatiaux ne coexistent pas simplement mais se créent plutôt mutuellement selon une approche relationnelle. La simultanéité des ordres sociaux ne doit donc pas être considérée comme un problème a priori mais plutôt comme un point de départ pour négocier des pratiques familiales (transnationales).

33La contribution se concentre donc sur la simultanéité et l’interdépen­dance de différents ordres sociaux, et développe la lunette analytique de la multiréférentialité afin d’explorer les liens entre (im)mobilité et pratiques familiales (transnationales). Elle permet de montrer que l’appartenance familiale est négociée à travers différents modes du faire famille, et d’ana­lyser l’impact de l’espace sur les configurations familiales. Les femmes migrantes comme Rose et Arbnora sont confrontées à un paradoxe du statut dans leur vie quotidienne spatialement dispersée, ce qui affecte leurs prati­ques du faire famille. Malgré le fait d’être physiquement absentes, grâce – entre autres – au soutien financier qu’elles fournissent, ces femmes s’inscrivent dans leurs réseaux familiaux au Ghana et au Kosovo de manière normative et y acquièrent une position morale tout au long de l’année (Gam­meltoft, 2018). La connaissance de la contingence des ordres sociaux s’est avérée empiriquement fondamentale pour comprendre les pratiques du faire famille, et est dynamisée et complexifiée lorsque plusieurs membres d’une famille se déplacent à travers des ordres socio-spatiaux ensemble ou selon différents modes.

34Les membres de la famille qui les accompagnent – et, en arrière plan, l’ethnographe également – sont non seulement témoins des contradictions inhérentes à l’appartenance familiale et sociale, mais doivent également simultanément transférer leur relation à travers des ordres socio-spatiaux différents. Il s’agit d’une combinaison de différents modes d’appartenance. L’analyse montre aussi que tout ne change pas lorsque des membres de la famille bougent, mais que la configuration de l’appartenance ressentie, réalisée et attribuée se modifie en fonction du déplacement des cadres de référence. Les contradictions inhérentes à des cadres de référence divergents sont perçues comme une réalité sociale qui, plutôt que d’être un problème en soi, offre aussi plus de marges de manœuvre. Il s’est donc avéré plus fructueux de déplacer l’analyse de la notion de la cohérence vers celle de la compatibilité entre des ordres sociaux différents lorsque les individus négocient leur appartenance familiale à travers l’espace (transnational).

Haut de page

Bibliographie

Abu El-Haj T. R., 2015 Unsettled Belonging: Educating Palestinian American Youth after 9/11, Chicago, London, University of Chicago Press.

Adey P., 2006 “If Mobility is Everything Then it is Nothing: Towards a Relational Politics of (Im)mobilities”, Mobilities, 1,1, pp. 75-94.

Baldassar L., Merla L., 2014 “Introduction: Transnational Family Caregiving Through the Lens of Circulation”, in Baldassar L., Merla L. Eds.,Transnational Families, Migration and the Circulation of Care: Understanding Mobility and Absence in Family Life, New York, Routledge, pp. 3-24.

Brubaker R., 2015 Grounds for Difference, Cambridge, Harvard University Press.

Bryceson D. F., Vuorela U., 2002 “Transnational Families in the Twentyfirst Century”, in Bryceson D. F., Vuorela U. Eds., The Transnational Family: New European Frontiers and Global Networks, Oxford, New York, Berg, pp. 3-30.

Dahinden J., 2016 “Switzerland”, in Stone J., Dennis R. M., Rizova P. S., Smith A. D., Hou X., The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Race, Ethnicity and Nationalism, Wiley, Hoboken, pp. 1-3.

Dahinden J., Moret J., Jashari S., 2020 “The Reconfiguration of European Boundaries and Borders: Cross-Border Marriages from the Perspective of Spouses in Sri Lanka”, Migration Letters, 17, 4, pp. 511-520.

Feldman-Savelsberg P., 2016 Mothers on the Move. Reproducing Belonging between Africa and Europe, Chicago, London, University of Chicago Press.

Gammeltoft T. M., 2018 “Belonging”, Social Analysis, 62, 1, pp. 76-95.

Glick Schiller N., Çaglar A., Guldbrandsen T. C., 2006 “Beyond the Ethnic Lens: Locality, Globality, and Born-Again Incorporation”, American Ethnologist, 33, 4, pp. 612-633.

Glick Schiller N., Salazar N. B., 2013 “Regimes of Mobility Across the Globe”, Journal of Ethnic and Migration Studies, 39, 2, pp. 183-200.

Grillo R., 2008 “The Family in Dispute: Insiders and Outsiders”, in Grillo R. Ed., The Family in Question: Immigrant and Ethnic Minorities in Multicultural Europe, Amsterdam, Amsterdam University Press, pp. 15-35.

Halatcheva-Trapp M., Montanari G., Schlinzig T., 2019 “Introduction. Rethinking Family and Space in Mobile Times”, in Halatcheva-Trapp M., Montanari G., Schlinzig T. Eds., Family and Space: Rethinking Family Theory and Empirical Approaches, New York, Routledge, pp. 1-8.

Hirschauer S., 2017 “Humandifferenzierung. Modi und Grade sozialer Zugehörigkeit”, in Hirschauer S. Ed.,Un/doing differences: Praktiken der Humandifferenzierung, Weilerswist, Velbrück, pp. 29-54.

Jaeger U., 2019 “Vom Schweizer Kindergarten ins Außerschulische, nach Ghana, und wieder zurück: Wenn Kinder und eine Ethnografin gemeinsam‚ Grenzen’ überschreiten”, in Hedderich I., Reppin J., Butschi C., Perspektiven auf Vielfalt in der frühen Kindheit. Mit Kindern Diversität erforschen, Bad Heilbrunn, Julius Klinkhardt, pp. 334-347.

Katz J., 1999 How Emotions Work, Chicago/London, The University of Chicago Press.

Killias O., 2018 Follow the Maid: Domestic Worker Migration in and from Indonesia, Copenhagen, NIAS Press.

Knoll A., Jaeger U., 2020 “Lost in Diglossia? (Un-)Doing Difference by Dealing with Language Variations in Swiss Kindergartens”, Ethnography and Education, 15, 2, pp. 238-53.

Kromidas M., 2012 “Affiliation or appropriation? Crossing and the Politics of Race among Children in New York City”, Childhood, 19, 3, pp. 317-331.

Kusserow A., 2004 American Individualisms: Child Rearing and Social Class in Three Neighborhoods, New York, Palgrave Macmillan.

Lavanchy A., 2014 “Les millefeuilles du pouvoir : Une recherche auprès des officiers d’Etat civil en Suisse”, Cultures & Sociétés, 30, pp. 75-80.

Levitt P., Glick Schiller N., 2004 “Conceptualizing Simultaneity: A Transnational Social Field Perspective on Society”, The International Migration Review, 38, 3, pp. 1002-1039.

Löw M., Weidenhaus G., 2017 “Borders That Relate: Conceptualizing Boundaries in Relational Space”, Current Sociology, 65, 4, pp. 553-570.

Mandel R., 2008 Cosmopolitan Anxieties: Turkish Challenges to Citizenship and Belonging in Germany, Durham, Duke University Press.

Merla L., Kilkey M., Baldassar L., 2020 “Examining Transnational Care Circulation Trajectories within Immobilizing Regimes of Migration: Implications for Proximate Care”, Journal of Family Research, 32, 3, pp. 514-536.

Nieswand B., 2011 Theorising Transnational Migration: The Status Paradox of Migration, New York, Routledge.

Ogbu J., Simons H., 1998 “Voluntary and Involuntary Minorities: A Cultural-Ecological Theory of School Performance with Some Implications for Education”, Anthropology & Education Quarterly, 29, 2, pp. 155-188.

Olwig K. F., Valentin K., 2015 “Mobility, Education and Life Trajectories: New and Old Migratory Pathways”, Identities, 22, 3, pp. 247-257.

Pache Huber V., Spyrou S., 2012 “Children’s interethnic relations in everyday life – beyond institutional contexts”, Childhood, 19, 3, pp. 291-301.

Perrin J., Bühler N., Berthod M.-A., Forney J., Kradolfer S., Ossipow L., 2018 “Searching for Ethics. Legal Requirements and Empirical Issues for Anthropology”, Tsantsa, 23, pp. 138-153.

Riaño Y., Baghdadi N., 2007 “Understanding the Labour Market Participation of Skilled Immigrant Women in Switzerland: The Interplay of Class, Ethnicity, and Gender”, Journal of International Migration and Integration, 8, 2, pp. 163-183.

Schier M., Hilti N., Schad H., Tippel C., Dittrich-Wesbuer A., Monz A., 2015 “Residential Multi-Locality Studies – The Added Value for Research on Families and Second Homes”, Tijdschrift voor economische en sociale geografie, 106, 4, pp. 439-452.

Sieber Egger A., Unterweger G., Maeder C., 2019 “Producing and Sharing Knowledge with a Research Field”, in Hoveid M., Ciolan L., Paseka A., Marquez da Silva S. Eds., Doing Educational Research: Overcoming Challenges in Practice, London, Thousand Oaks, New Dehli, Sage Publications, pp. 72-88.

Suarez-Orozco M. M., 2001 “Globalization, Immigration, and Education: The Research Agenda”, Harvard Educational Review, 71, 3, pp. 345-365.

Thelen T., Alber E. Eds., 2018 Reconnecting State and Kinship, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Thelen T., Haukanes H. Eds., 2010 Parenting after the Century of the Child: Travelling Ideals, Institutional Negotiations and Individual Responses, Farnham, Ashgate.

Turner B. S., 2007 “The Enclave Society: Towards a Sociology of Immobility”, European Journal of Social Theory, 10, 2, pp. 287-303.

Werbner P., 1999 “Global Pathways. Working Class Cosmopolitans and the Creation of Transnational Ethnic Worlds”, Social Anthropology, 7, 1, pp. 17-35.

Wimmer A., 2011 “A Swiss Anomaly? A Relational Account of National Boundary-Making”, Nations and Nationalism, 17, 4, pp. 718-737.

Winther I. W., 2015 “To Practice Mobility – On a Small Scale”, Culture Unbound: Journal of Current Cultural Research, 7, pp. 215-231.

Yuval-Davis N., 2016 “Those Who Belong and Those Who Don’t: Physical and Mental Borders in Europe”, Green European Journal, 12, pp. 44-49.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Sur base des données d’une ethnographie de long terme, cet article étudie les reconfigurations familiales au travers de l’espace transnational. Il examine les liens entre ces configurations et des régimes d’(im-)mobilité spécifiques et propose un lan­gage analytique qui permet d’étudier les phénomènes observés. Les chemins ethnogra­phiques qui se sont ouverts lorsque j’ai accompagné deux femmes et leurs proches m’ont permis de poser les questions suivantes : que signifie être mère d’un “enfant d’école maternelle suisse” au Ghana ? Comment des différences flagrantes de revenus jouent-elles dans les configurations familiales qui se déploient au Kosovo et en Suisse ? Ces deux cas permettent de saisir l’incorporation locale et sociale simultanée non pas comme une incorporation au sein d’une société composée d’autruis antagonistes, mais comme des points de référence qui se constituent et se génèrent mutuellement. L’article déve­loppe ainsi la lentille conceptuelle de la multiréférentialité et expose comment une telle approche des familles transnationales peut enrichir la compréhension de configurations familiales diversifiées.

Théorie : Pour analyser le cas empirique, je m’appuie sur des écoles de pensée issues de la recherche sur l’enfance, la migration et l’éducation. En particulier, je fais référence aux théories de l’appartenance sociale (par exemple Gammeltoft, 2018 ; Feldman-Savelsberg, 2016 ; Hirschauer, 2017), à la différenciation sociale et à la théorie sociale (par exemple Brubaker, 2015 ; Nieswand, 2011). Dans cette contribution, la théorie est comprise, à la suite de Jack Katz, non seulement comme « un ensemble de propositions logiquement liées qui résument et généralisent à partir de ce qui a été documenté sous la forme de généralisations empiriques [mais aussi] utiles au sens d’un ensemble de guides qui permettent d’explorer l’inconnu » (1999 :225). De cette façon, différentes théories sont utilisées pour développer la lentille conceptuelle de la multiréférentialité et ainsi créer une perspective différente sur les pratiques du “faire famille” dans l'espace trans­national.

Méthodologie : J’ai accompagné ethnographiquement, mais avec une intensité variable, les enfants d’une classe de maternelle dans leur vie quotidienne à l’intérieur et à l’extérieur de leur école maternelle située dans une banlieue suisse diversifiée. Cette ethnographie multisites centrée sur l’enfant s’est principalement intéressée à 33 enfants âgés de 4 à 7 ans qui ont fréquenté l’école maternelle Wiesengrund dans les années 2016-2018. Le corpus de données ainsi constitué se compose de centaines de pages de protocole de terrain, de transcriptions d’entretiens narratifs et semi-structurés avec des enfants, des parents et des éducateurs, de photos, des vidéos et documents de terrain de l’école maternelle, du quartier et de divers autres sites de terrain en Suisse et au-delà. Au sein de ce corpus, l’article se concentre sur deux femmes, Rose et Arbnora, et leurs familles dont la vie quotidienne se déroule respectivement entre la Suisse et le Ghana et la Suisse et le Kosovo.

Résultats : L'utilisation de la lentille conceptuelle de la multiréférentialité a mis en lumière la façon dont l'appartenance familiale est négociée à travers différents modes de faire famille (Turner, 2007 ; Merla/Kilkey/Baldassar, 2020). La réflexion sur les deux cas empiriques a permis d’analyser ce que l'espace fait à la configuration familiale : dans leur vie quotidienne à travers l’espace, les femmes migrantes comme Rose et Arbnora se retrouvent dans des positions statutaires paradoxales qui affectent également leurs pratiques familiales. Notamment, grâce au soutien financier qu’elles prodiguent à leurs proches, elles s’intègrent dans les réseaux familiaux au Ghana et au Kosovo de manière ascriptive, même si elles sont physiquement absentes, et assoient des positions morales dans le collectif familial, et ce tout au long de l’année. La mise en exergue de la contingence de l'ordre social s'est avérée empiriquement fondamentale pour les pratiques du faire famille, qui se dynamisent et se complexifient lorsque plusieurs membres d'une famille se déplacent ensemble à travers l'ordre socio-spatial ou dans des constellations différentes. Non seulement les membres de la famille qui les accompagnent – tout comme l'ethnographe – sont témoins des incongruités de l'appartenance familiale et des autres appartenances sociales, mais ils doivent conjointement transférer la relation à travers des ordres socio-spatiaux divergents.

Discussion : Cette analyse a permis de démontrer comment la contingence des pratiques du faire famille à travers l'espace est bien plus ancrée dans des questions de compatibilité que de cohérence entre des ordres sociaux divergents. De manière tout à fait intéressante, les différentes incorporations dans des régimes d’(im-)mobilité, conduisent selon moi à ce que les catégories d’appartenance les plus ébranlées sont précisément celles qui peuvent en principe être formulées le plus clairement : les relations au sein des familles. Je soutiens que la lunette de la multiréférentialité est indispensable pour mieux comprendre comment ces pratiques familiales sont constituées et liées à des régimes d’(im-)mobilité spécifiques.

Structured summary

Presentation: Sustained by data of a long-term ethnography, the article scrutinizes family re-configurations across transnational space. It asks how the configurations are related to respective (im-)mobility regimes, and what analytical language allows access to the phenomena. Along the ethnographic pathways that opened up in accompanying two women and their relatives across different socio-spatial orders, I ask: What does it mean to be a mother of a “Swiss kindergarten child” in Ghana; or how do blatant differences in income play into family configurations between relatives living in Kosovo and Switzerland? The simultaneous incorporation in social and local respects is thereby not understood as incorporation into antagonistic others, but as mutually generating and constituting reference points. A conceptual lens of multi-referentiality is developed and how such an approach to (transnational) families can fruitfully enrich the understanding of diversified family re-configurations is shown.

Theory : To analyse the empirical case, I draw on figures of thought from childhood, migration and educational research. In particular, I refer to theories of social belonging (e.g. Gammeltoft, 2018 ; Feldman-Savelsberg, 2016 ; Hirschauer, 2017), social differentiation and social theory (e.g. Brubaker, 2015 ; Nieswand, 2011). In this contribution theory is understood, following Jack Katz, not only as « a set of logically related propositions that summarize and generalize from what has been documented in the form of empirical generalizations [but as also] useful in the meaning of a set of guides when exploring the unknown » (1999 :225). In this way, different theories are used to develop a conceptual lens of multi-referentiality and thus to create a different perspective on practices of doing family in transnational space.

Methodology : I ethnographically accompanied, though with different intensities, the children of a given kindergarten class through their everyday life inside and outside of their kindergarten in a diversified Swiss suburb. The main focus of this child-centred multi-sited ethnography was on some of the 33 children aged 4-7 who attended the Wiesengrund kindergarten in the years 2016-2018. The resulting data corpus consists of hundreds of pages of field protocol, transcripts of various semi-structured and narrative interviews with children, parents and educators, photos and videos and respective field documents from the kindergarten, the neighbourhood and various other field sites in Switzerland and beyond. Within this corpus, however, the article focuses on two women, Rose and Arbnora, and their families whose everyday lives take place between Switzerland and Ghana and Switzerland and Kosovo respectively.

Results: Using a conceptual lens of multi-referentiality brought to light how familial belonging is negotiated through different modes of doing family (Turner, 2007; Merla/Kilkey/Baldassar, 2020). Reflecting on the two empirical cases made it possible to analyse what space does to the family configuration: Migrant women like Rose and Arbnora find themselves in status paradoxes in their everyday life across space, which also affect their practices of doing family. Through their financial support, among other things, they not only weave themselves into family networks in Ghana and Kosovo in an ascriptive way – even while physically absent, but also attain moral positions in the familial collective throughout the year. The knowledge of the contingency of social order has empirically proved to be fundamental to practices of doing family, becoming dynamized and further complicated when more members of a family move across socio-spatial order together or in different constellations. Not only do the accompanying family members – and, by the way, the ethnographer, too – witness incongruities of familial and other social belongings. They must jointly transfer the relationship through diverging socio-spatial orders.

Discussion: I was able to show how the contingency of practices of doing family across space is much more embedded in questions of compatibility rather than the coherence of divergent social orders. Interestingly, the different incorporations into regimes (im-)mobility, I argue, result in the categories of belonging that have been most shaken being the ones that can seemingly be formulated most clearly: the relations within families. I argue that to better understand how these family practices are constituted and entangled into the respective (im-)mobility regimes, we have to think of multi-referentiality.

Haut de page

Notes

1 Nous présentons la traduciton française de ce texte initialiement rédigé en anglais pour ce dossier.

2 Le nom de cette localité est fictif.

3 Financé par la Swiss National Science Foundation (Fonds national suisse de la recherche scientifique), le projet (2016-2019) était dirigé par Anja Sieber Egger, Gisela Unterweger et Christoph Maeder, et hébergé à la Zurich University of Teacher Education. Il portait sur les pratiques de différenciation des enseignants dans le quotidien de l’enseignement maternel afin d’appréhender les normes de reconnaissance véhiculées par ces pratiques ainsi que l’ordre social qui en résulte (Knoll A., Jaeger U, 2020 ; Sieber Egger A., Unterweger G., Maeder C., 2019). En ce qui concerne l’enseignement maternel : depuis 2008, celui-ci fait partie des onze (auparavant au nombre de neuf) années de scolarité obligatoire pour les enfants zurichois. Cela signifie que les enfants sont désormais tenus de fréquenter l’école à partir de l’automne suivant leur quatrième anniversaire. Ils fréquentent généralement une école maternelle durant deux ans avant d’entrer à l’école primaire. La réforme scolaire a été impulsée, entre autres, selon l’argument qu’une inscription plus précoce à l’école conduirait à une plus grande égalité des chances.

4 A cet égard, les statistiques sont bien entendu à double tranchant, dans la mesure où elles identifient sobrement des situations problématiques supposées claires, et prétendent ne les répertorier qu’en conséquence. Connaître les raisons pour lesquelles la pauvreté, la violence familiale ou d’autres problèmes sociaux apparaissent, et s’ils sont ensuite reconnus et traités politiquement comme des maux sociaux, est bien sûr beaucoup plus complexe. Il est clair qu’il est plus aisé de vivre du bon côté de la prospérité, et que disposer de plus de ressources permet d’être moins exposé à la surveillance (des institutions sociales, par exemple) : plus les murs avec les voisins sont fins, plus vite ils peuvent se plaindre.

5 J’ai pris les frais liés à mon séjour au Kosovo à ma charge. Les frais liés à mon séjour au Ghana ont quant à eux été pris en charge par le Fonds national suisse de la recherche scientifique. J’aimerais tout spécialement remercier mon amie Heike, qui a accepté de combiner notre road trip estival avec mon travail de terrain.

6 Lorsque je parle de parcours ethnographiques, j’emprunte délibérément le langage analytique des spécialistes des études transnationales qui parlent de parcours migratoires afin de décrire les différentes trajectoires d’incorporation des personnes migrantes (Glick Schiller N., Çaglar A., Guldbrandsen T.C., 2006, p.614 ; Werbner P., 1999). Le volume alloué à cet article ne me permet pas de développer davantage la question du rapprochement épistémologique entre parcours ethnographique et parcours migratoire. Cette question est traitée en profondeur dans ma thèse à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ursina Jaeger, « Reconfigurations familiales à travers l’espace »Recherches sociologiques et anthropologiques, 52-1 | 2021, 71-94.

Référence électronique

Ursina Jaeger, « Reconfigurations familiales à travers l’espace »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 52-1 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4656

Haut de page

Auteur

Ursina Jaeger

Social Pedagogy, Institute of Educational Science, University of Tuebingen.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search