Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-2Le vélo : un objet qui révèle, re...

Le vélo : un objet qui révèle, renforce et perturbe l’ordre du genre

The bicycle: an object that reveals, reinforces and perturbs the gendered order
Margot Abord de Chatillon, Nathalie Ortar et David Sayagh
p. 25-51

Résumés

Le vélo est un objet de conception genrée, qui s’insère dans un paysage majoritairement dessiné et occupé par des hommes et dont l’usage requiert un entretien mécanique, une pratique elle aussi majoritairement masculine. Cet article interroge la question du corps à corps entre genre et technique. En nous appuyant sur les travaux étudiant les rapports sociaux de sexe ainsi que sur les recherches menées au sein de la culture matérielle sur le genre des objets, nous questionnons comment les pratiques sociales et leurs composantes se déploient en fonction de processus corporels genrés et ce faisant contribuent à la construction des réalités et identités genrées des personnes. Cet article s’appuie sur quatre corpus d’enquête réalisés dans les métropoles de Lyon, Saint-Étienne, Montpellier et Strasbourg : des corpus constitués d’observations, d’images et d’entretiens portant sur des parcours cyclistes commentés, la relation au vélo d’adultes et d’adolescent·es, des pratiques de réparation et certaines initiatives féministes liées au vélo. Nous montrons que l’objet-vélo renvoie à des usages ambigus qui à la fois révèlent et renforcent l’ordre du genre, mais peut aussi, dans des contextes particuliers, le questionner.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

A. Femmes et vélo, une histoire mouvementée

1Le vélo est un objet de conception genrée (Sayagh, 2018), qui s’insère dans un paysage majoritairement dessiné et occupé par des hommes (Shaw et al., 2020) et dont l’usage requiert un entretien mécanique, une pratique elle aussi majoritairement masculine (Abord de Chatillon, 2021). Le vélocipède apparaît en France en 1818, mais il faudra attendre une cinquantaine d’années pour que son usage se démocratise chez les femmes. Plus modestes et moins documentées en France, les résistances face au développement du cyclisme féminin sont importantes en Grande-Bretagne, où l’assise sur une selle et les vêtements appropriés à cette pratique sont perçus comme indécents pour une femme (O’Followell, 1900 :63). La pratique cycliste est présentée comme un danger pour la santé physique et mentale des femmes et nuirait à leur fertilité (Demeny, 1903). Une étape importante de la féminisation et démocratisation de l’usage du vélo est l’invention de la bicyclette dite de sécurité, un vélo plus léger, efficace et stable, au prix plus abordable que les modèles précédents.

  • 1 Ndlr : version électronique.

2Le vélo se démocratise dans les années 1890, comme l’illustre l’ouverture en Angleterre du premier club de cyclisme féminin, en 1892 (Ritchie, 1975). C’est aussi la décennie durant laquelle Annie Londonderry réalise un tour du monde à vélo à partir de Chicago. L’année suivante, l’Américaine Maria Ward publie le premier ouvrage sur le cyclisme à destination des femmes : un guide à visée émancipatrice dont l’objectif est de leur apprendre à être autonomes dans l’achat, la conduite et l’entretien d’un vélo (Ward, 1896). Toujours en 1896, Maria Pognon, la présidente du congrès féministe français, célèbre «la bicyclette égalitaire et niveleuse» (Bromberger, 1995 :ve1). Les années 1890 sont aussi celles où les Britanniques créent, développent et partagent des patrons de vêtements permettant de se conformer aux normes assignées à leur genre tout en se déplaçant à vélo (Jungnickel, 2015).

3Ces mouvements d’émancipation rencontrent une forte opposition. On peut en trouver une illustration en 1897 lorsque des étudiant·es de Cambridge protestent contre l’admission des femmes à l’université en y affichant la caricature d’une femme à vélo. Aux États-Unis, Charlotte Smith, fondatrice de la ligue nationale de secours aux femmes, rédige en 1896 une tribune s’insurgeant contre l’usage du vélo, considéré comme un instrument du diable qui corrompt les femmes.

4Au cours des années 1930, les revues cyclistes britanniques débattent des nombreux présupposés entourant les capacités physiques des femmes, de l’incompatibilité entre maternité et pratiques cyclistes et de la rigidité des normes vestimentaires (Cox, 2015). Pendant ce temps, en France la participation des femmes aux compétitions cyclistes est semée d’embûches. En 1914, environ 20 % des sociétés cyclistes acceptent des femmes, et uniquement en tant que membres honoraires. À partir de 1925, des fédérations cyclistes alternatives organisent des championnats non reconnus, et ce n’est qu’en 1948 que les femmes ont à nouveau le droit de concourir (Djepa, 2019). Cette exclusion des femmes du cyclisme en compétition se retrouve au niveau international, puisqu’il faut attendre 1984 pour que les femmes participent pour la première fois aux épreuves olympiques de cyclisme sur route, soit près d’un siècle après les hommes.

  • 2 Confer le Panorama sur les plans de féminisations des fédérations sportives 2016. Version en ligne  (...)

5En 2022, le vélo reste un objet dont l’usage est genré et soumis à controverses : la pratique cycliste est par exemple encore interdite aux femmes en Iran. Même lorsqu’elle est autorisée, les femmes sont moins nombreuses que les hommes à y recourir pour se déplacer (Aldred et al., 2016), notamment dans les territoires peu ou mal aménagés pour le vélo (Garrard et al., 2012). Cet écart entre les participations masculines et féminines est encore plus prononcé dans le cyclisme sportif ou de compétition, où les femmes sont mises à l’écart ou traitées comme figurantes (Fralon, 2016). En France, seulement 10 % des adhérent·es de la fédération française de cyclisme sont des femmes quand, par exemple, la fédération de boxe française en compte un peu plus de 30 %2.

6Dans le cadre de cet article nous souhaitons questionner en quoi le vélo révèle l’ordre du genre, le renforce ou le perturbe. L’ordre du genre désigne ici les normes genrées pesant sur les femmes et les hommes dans leurs rapports sociaux, instituant et naturalisant les différences et la hiérarchie entre le féminin et le masculin (Clair, 2008). Les rapports sociaux de sexe, aussi désignés sous le terme de genre, signalent le processus de construction sociale des différenciations et des hiérarchisations des catégories sexuées, divisées de manière binaire et arbitraire selon l’opposition masculin/féminin (Kergoat, 1992). Cette définition rompt avec les théories essentialistes (Scott, 1988 ; Delphy, 2001), et met en évidence les relations de pouvoir (Scott, 1988) hiérarchisées entre hommes et femmes, à l’intersection d’autres relations de pouvoir (âge, classe, ethnicité, etc.) (Pfefferkorn, 2007). Le genre d’une personne n’est donc pas défini par ses caractéristiques biologiques, mais réalisé au sein de sa vie sociale et de ses interactions quotidiennes (Connell, 2014 ; Butler, 2005 ; Lorber, 1994). Le genre se réalise à travers les pratiques sociales, au sein des actions et représentations qui se construisent en regard des attentes qui existent pour une catégorie de sexe ou une autre (West/Zimmerman, 1987). Or, toutes les pratiques sociales impliquent l’usage d’objets matériels, dont le rôle est central dans la construction des rapports sociaux de sexe.

7L’interaction mutuelle entre genre et pratiques cyclistes est l’objet de cet article. Nous proposons d’aborder cette interaction à travers l’étude de l’artéfact “vélo” et les processus de socialisation et de technicisation genrées qu’il induit.

B. Théorie : le genre de la culture matérielle

8Au regard du rôle central des objets dans les dynamiques sociales et la construction de soi, il n’est pas surprenant qu’ils contribuent à transformer, ou renforcer, les processus de genre. Dans Les mains, les outils, les armes, Paola Tabet (1979) rend compte, à travers une relecture d’enquêtes de terrain réalisées dans des sociétés de chasseurs-cueilleurs, d’une exclusion des femmes de l’usage des outils les plus avancés technologiquement. Celles-ci se voient affectées aux tâches les plus difficiles physiquement, et les moins valorisées. Plus récemment, dans Home Truths : Gender, Domestic Objects and Everyday Life (2004), Sarah Pink montre que la relation à l’environnement domestique matériel permet de performer une identité de genre en se positionnant par rapport aux normes de la féminité et de la masculinité. Marie-Pierre Julien et Céline Rosselin ont aussi proposé d’appliquer des réflexions sur les techniques du corps aux dynamiques genrées, affirmant notamment que «les hommes et les femmes ne sont pas pourvus des mêmes techniques du corps, aussi parce qu’ils ne sont pas pourvus des mêmes objets» (Julien/Rosselin 2005 :92). L’ouvrage collectif Les Objets ont-ils un genre ? (Anstett/Gélard, 2012), interroge les liens qui unissent des catégories d’utilisateurs et d’utilisatrices et les modalités d’usage. Cela permet d’interroger la fabrique du genre, les logiques d’assignation genrée de la culture matérielle ainsi que comment l’étude des usages des objets permet de révéler la porosité consciente des genres. Enfin, Anne Monjaret propose une typologie en cinq axes des approches analytiques du genre et des objets dans la recherche ethnographique francophone (2014). Pour Monjaret, les objets contribuent à l’incorporation par les individus des normes genrées et, ce faisant, participent au processus de «socialisation» (Ibid. :155). En outre, le processus de “technicisation” décrit l’action lors de laquelle, au sein de pratiques matérielles, les objets et les corps se fabriquent et se transforment mutuellement, tandis que les frontières du genre se renforcent ou se redessinent (Ibid. :160). Ces deux processus s’appliquent au cas du vélo, qui est un objet technique autant qu’un objet du quotidien.

9Cet article rend compte de rapports de domination genrés qui s’exercent dans le corps-à-corps entre le corps-cycliste et l’objet-vélo à travers les âges de la vie. Nous montrons dans un premier temps que les pratiques cyclistes résultent d’un processus de socialisation genrée à travers l’objet-vélo. Puis, nous explorons la technicisation genrée, soit la (re)construction des identités genrées rendue possible par certaines relations à l’objet vélo depuis sa conception, que ce soit lors du mouvement ou hors de celui-ci. Cela nous permet d’appréhender les dynamiques genrées traversant l’acquisition de compétences, les objets matériels et les représentations qui leur sont associées au sein des pratiques cyclistes utilitaires et sportives. Nous montrons comment la conception et les usages du vélo en font un objet ambigu, qui révèle autant qu’il renforce l’ordre du genre, mais peut aussi le questionner.

C. Méthodologie

  • 3 Projet pluridisciplinaire Véléval, financé par le LabEx Intelligences des Mondes Urbains.
  • 4 Pour en savoir plus sur le dispositif méthodologique, voir Adam M. et al., 2020.

10Cet article s’appuie sur quatre corpus d’enquête réalisés par chacun·e des auteur/autrices. Le premier est constitué d’observations3 collectées en 2018 et 2019 dans les agglomérations de Lyon et de Saint-Étienne, deux villes contrastées tant par la différence de qualité des infrastructures existantes que par la géographie des lieux, lors d’une quarantaine de trajets cyclistes filmés, puis commentés par les participant·es au cours d’entretiens semi-directifs4. L’enquête a porté sur les éléments biographiques et matériels qui influencent le ressenti d’un·e cycliste et participent de son sentiment d’être “à l’aise” ou non en s’intéressant à sa pratique quotidienne ainsi qu’aux différentes socialisations qui ont pu agir pour le devenir cycliste. Les personnes interrogées présentent des profils variés tant sociologiquement qu’en termes de trajets parcourus quotidiennement et de type de vélo utilisé.

  • 5 Dans cet article, les termes “vélo pour filles”, “vélo de filles”, “vélo pour garçons”, “vélos homm (...)
  • 6 Pour plus de détails au sujet de cette démarche, voir Sayagh D., 2018.

11Le deuxième corpus est constitué par des images numériques de vélos explicitement destinés à des filles ou à des garçons5 (n=200) issues du moteur de recherche Google Images. Google opère en fonction de mesures de la qualité du site et de chacune de ses pages, de mesure de poids de chacune des pages indexées, et d’un calcul de la pertinence de la page vis-à-vis de la recherche effectuée. Concernant les mots-clés saisis, la pertinence d’une image est évaluée à partir du nom du fichier ou du texte encadrant l’image dans la page d’origine. Nous avons paramétré le navigateur de recherche afin d’éviter d’obtenir des résultats personnalisés. Puis nous avons lancé deux recherches parallèles à partir des mots-clés “vélo garçon” et “vélo fille”. Nous avons retenu cent images pour chacun des deux corpus, seuil au-delà duquel il apparaissait que plus de deux images par ligne de huit résultats proposés ne correspondaient plus à la recherche6.

12Le troisième corpus se compose de campagnes d’observation et d’entretiens semi-directifs biographiques formels réalisés auprès de 43 garçons et 39 filles âgé·es de 17 ou 18 ans, ainsi que de 26 de leurs parents. Effectuée auprès de milieux géographiques et sociaux très diversifiés des métropoles de Montpellier et de Strasbourg, cette enquête avait pour principal objectif d’étudier pourquoi, notamment durant l’adolescence, les filles font moins de vélo que les garçons.

13Le dernier corpus sur lequel repose cet article est constitué d’entretiens et d’observations réalisés à Lyon auprès de cyclistes. Un questionnaire portant sur le rapport au vélo en tant qu’objet et sur les pratiques de réparation a aussi été complété par 451 cyclistes lyonnai·e·s. Les personnes enquêtées par entretien ont été sélectionnées pour la diversité de leurs niveaux d’expérience par rapport à la mécanique vélo et une attention particulière a été portée aux dynamiques genrées apparaissant au cours des entretiens. Des observations ont également été collectées lors d’initiatives collectives féministes liées au vélo.

II. La socialisation genrée : contribution des vélos à l’incorporation des normes de genre

14Selon Monjaret (2014), la socialisation se traduit – en particulier lors de l’enfance et de l’adolescence – par l’apprentissage de normes genrées à travers l’utilisation d’objets qui incarnent et mettent en valeur ces normes. Ainsi, on peut supposer que les vélos mis à disposition des enfants et adolescent·es jouent ce rôle, en tant que jouets et outils d’initiation à l’autonomie. Par ailleurs, nous montrons que les vélos utilisés par les hommes et les femmes adultes reflètent et incarnent eux aussi des stéréotypes genrés.

A. Enfance : les injonctions des vélos “de fille” et des vélos “de garçon”

15Le vélo d’enfant est un jouet qui sert autant à divertir qu’à développer des compétences proprioceptives (Adam et al. 2022). Ce faisant, comme nombre de jouets, il constitue un agent de socialisation à la future vie d’adulte. La plupart des vélos d’enfants – y compris ceux destinés aux plus jeunes – sont genrés et en cela contribuent à véhiculer et reproduire des stéréotypes qui renforcent les normes de genre. Si les jouets adressés aux garçons «favorisent la mobilité, la manipulation, l’invention et le goût de l’aventure [quand] ceux des filles développent l’intérêt porté à soi et aux autres, dans la mise en avant de la séduction et de la maternité» (Cromer, 2005 :196 ; Golay, 2006), l’analyse effectuée à partir d’images de vélos explicitement destinés à des filles ou à des garçons montre que cette catégorie d’objet ne fait pas figure d’exception.

16En effet, un premier élément quantifiable est la grande différence en termes de caractéristiques, de diversité d’usage et de gamme entre les vélos destinés à des filles et ceux adressés à des garçons. Le tableau 1 montre que de manière statistiquement très significative, les vélos explicitement destinés aux garçons présentent davantage d’éléments ou de décorations valorisant le sport et la compétition, mais aussi incitant à rechercher de la vitesse ou à investir des environnements vastes et/ou accidentés. Les vélos destinés aux filles sont eux bien plus souvent de couleur rose, pourvus de béquilles, de garde-boues, ou encore d’un siège poupon, invitant à se préparer dès le plus jeune âge à la fonction maternelle. À la masculinité valorisée à travers les vélos “de garçon” s’oppose la féminité véhiculée par les vélos “de fille”.

Figure

Figure

Exemples d’images de vélos typiquement “de fille” et typiquement “de garçon”.

Tableau 1

  • 7 Le test exact de Fisher est un test statistique exact utilisé pour l’analyse des tables de continge (...)
  • 8 Un carter de chaîne est une protection située autour de la chaîne d’un vélo qui permet au ou à la c (...)

Total des vélos de l’échantillon concernés

Part des vélos “de garçon” concernés

Part des vélos “de filles” concernés

Tests exacts de Fisher7

%

%

%

P.

Rose ou partiellement rose

44,5

8

81

<0,0001

VTT

35

46

24

0.0018

BMX

5,5

10

1

0.0097

Garde-boue avant

66,5

55

78

0.0009

Garde-boue arrière

71

60

82

0.0010

Carter8 de chaîne

69,5

60

79

0.0055

Panier

21

4

38

<0,0001

Béquille

18,5

6

31

<0,0001

Suspension avant

17,5

26

9

0,0025

Suspension arrière

7

12

2

0,0101

Siège poupon

15

1

29

<0,0001

Vitesses

37,5

34

41

0,3809

Gourde

4,5

8

1

0,0349

Plaque avant “style BMX race/bicross”

10

20

0

<0,0001

Cornes (rallonges de guidon)

3

5

0

0,0289

Guidon à pompons

3,5

0

7

0,0140

Lecture : 81 % des vélos “de fille” sont roses ou partiellement roses, contre seulement 8 % des vélos “de garçon”.

17Précisons que les vélos proposés aux enfants ne sont pas tous genrés, et que ces dernières années ont été marquées par une amélioration en termes de neutralité des jouets, du côté de l’offre comme de la demande (Ben Ssi et al., 2020). Toutefois, le marketing genré subsiste et l’approche à visée égalitaire de certains parents est le plus souvent freinée par les influences de l’environnement dans lequel évoluent les enfants (famille, pairs, médias, éducateurs/éducatrices, etc.), au point que les jouets genrés restent un choix de prédilection pour la plupart des acheteurs·ses (Ben Ssi et al., 2020).

  • 9 Par féminin et masculin nous entendons ce qui est associé par la société à ces deux sexes et, parfo (...)

18Les entretiens réalisés auprès d’adolescent·es confirment une répartition genrée des usages. Pour la plupart des garçons et des filles rencontré.es, le vélo de ville est le seul type de cycle assimilé au genre féminin9, quand les autres types de vélos identifiés par ces jeunes tendent à être associés au genre masculin, comme l’illustre cet extrait d’entretien avec Célia (17 ans) :

Moi je ne sais pas, je ne me sens vraiment pas à l’aise sur un vélo de garçon.

Nous : Vélo de garçon ? C’est-à-dire ?

Pas de garçon, mais… Vous voyez, c’est quand même plus des garçons qui… ben les BMX ça fait très garçon ? Mais même les VTT, enfin je veux dire, surtout avec les amortisseurs partout [rires]. Il y en a on dirait des motos ! et puis même euh, les vélos pour le cyclisme, c’est quand même presque que des hommes qui en font j’ai l’impression ?

19La présence d’éléments induisant une pratique éprouvante ou risquée (comme les suspensions) renforce l’attribution au domaine masculin des vélos ainsi équipés. De fait, les VTT comme les BMX et leurs versions dérivées (flat, street, park, trail, dirt, etc.), qu’ils soient dédiés à la course (race/bicross), ou à l’occupation d’un lieu extérieur (spot) pour réaliser des acrobaties (freestyle), les vélos de course et demi-course sont perçus comme masculins. En outre, les différentes caractéristiques intégrées dans le design des vélos destinés à des filles ou à des garçons induisent des postures corporelles distinctes qui sont elles-mêmes associées à des normes de genre par certain·e·s jeunes rencontré·e·s. Claire (17 ans) perçoit différemment les positions adoptées et leur élégance suivant le genre du ou de la cycliste.

Personnellement, je trouve que c’est vraiment trop élégant d’être à vélo, après ça dépend du vélo, si sur ton vélo t’es tout courbé c’est moche ! Mais si t’es assise, droite sur ton vélo : ah y’a une élégance qui se dégage moi je trouve ? […] ben Sylvain [qui vient au lycée avec un vélo de course] par exemple sur son vélo il est pas droit c’est quand même bien, je le trouve élégant quand il est à vélo donc euh je sais pas.

20La conception des vélos s’avère ainsi pensée selon des normes posturales genrées, et leur utilisation participe à entretenir ces normes.

B. Maintien de la division genrée des types de vélos et d’usages à l’âge adulte

21Alors que les enfants et adolescent·es se voient proposer des vélos genrés, cette division se maintient à l’âge adulte. En effet, les rapports sociaux de sexe sont fortement incarnés dans les vélos dont disposent les hommes et les femmes. D’une part, les hommes possèdent davantage de vélos que les femmes et de l’autre, certaines catégories de vélos sont plus répandues parmi les hommes que les femmes. Enfin, des travaux récents ont montré que les femmes sont moins nombreuses à avoir accès à un vélo personnel (Abasahl et al., 2018). En moyenne, leurs vélos sont aussi plus anciens : en France «61,5 % [des femmes] ont un vélo de plus de 5 ans contre 53,4 % des hommes, et 34,8 % des hommes ont un vélo qui a entre 2 et 5 ans (27,8 % des femmes)» (Observatoire des mobilités actives, 2013 :8). Elles sont aussi plus nombreuses à posséder un vélo équipé pour le transport d’enfants ou de marchandises (Raibaud, 2015 :35).

22Ces éléments sont concordants avec les résultats de l’enquête par questionnaire menée à Lyon qui montre que 53 % des femmes interrogées possèdent un seul vélo, contre 32 % des hommes qui en revanche sont 34 % à en posséder plus de trois, contre 15 % des femmes. Les hommes ont donc une probabilité deux fois plus élevée de posséder un nombre de vélos supérieur à trois que les femmes. Cet écart s’élargit encore lorsqu’il s’agit de la possession d’un très grand nombre de cycles. En effet, 9 % des cyclistes hommes possèdent plus de cinq vélos, alors que ce n’est le cas que de 3 % des femmes.

Figure 2

Figure 2

Nombre de vélos par personne en fonction du genre.

23Ce décalage est notamment visible au sein des couples hétérosexuels, dans lesquels il est fréquent que la femme possède moins de vélos que l’homme malgré une forte homogamie.

Alban : Mon épouse a un vélo et j’en ai sept ! Elle a un vélo de ville style cruiser, moi j’en ai deux comme ça, j’ai un vélo de course, j’ai voulu me remettre au vélo de course il y a deux trois ans, j’ai voulu m’en racheter un, euh et puis j’ai un petit peu laissé tomber cette année, faut que je m’y remette maintenant qu’il va faire meilleur, et puis on a aussi des VTT, des vélos pas chers qui servent pour les vacances en fait, qu’on a achetés d’occase.

24Notre enquête par questionnaire auprès de cyclistes lyonnais·es met aussi en évidence que les vélos des hommes sont en moyenne en meilleur état que ceux des femmes. Toutefois, l’état du vélo diffère fortement en fonction de l’usage qui en est fait. Ainsi, parmi les cyclistes strictement utilitaires, les femmes utilisent un vélo en meilleur état que les hommes (38 % des femmes, 27 % des hommes disposent d’un vélo en excellent état). Ce résultat s’inverse pour la pratique sportive ou de loisir, où les hommes sont plus nombreux à posséder un vélo en très bon ou en excellent état (50 % des hommes, 32 % des femmes). De plus, les femmes sont légèrement plus nombreuses à utiliser comme véhicule principal un vélo d’occasion plutôt qu’un neuf (53 % des femmes contre 48 % des hommes).

25Outre le nombre de vélos possédés, les femmes et les hommes se distinguent aussi par le type de cycles utilisés dans leurs pratiques utilitaires et sportives. D’après un rapport de l’Observatoire des mobilités actives (2013 :8), les hommes sont nettement plus nombreux à utiliser un VTT ou un vélo de course que les femmes, qui elles, privilégient les VTC (Vélo tout chemin) ou les vélos de ville. Comme l’illustre le Tableau 2, notre enquête conduit à des résultats similaires. Les VTT et vélos de route sont fortement préférés par les hommes, tout comme les vélos à pignon fixe ou “fixies”, tandis que les vélos électriques, cargos et pliants sont plébiscités par les hommes comme les femmes.

26Enfin, dans la continuité de nos observations sur les enfants et adolescent·es, les hommes tendent à privilégier les vélos offrant la possibilité de développer force et vitesse. C’est par exemple le cas de Léonard, un jeune adulte qui se déplace à vélo régulièrement depuis un an. Léonard a souhaité acquérir un vélo sportif qui ne correspond pas à l’usage qu’il en fait (un usage utilitaire de son vélo pour parcourir de courtes distances en ville), car il valorise la vitesse et la rapidité :

Le VTT, je n’ai pas pris parce que pour les trajets urbains c’est quand même compliqué, c’est lourd, t’es pas aussi agile qu’avec un vélo de course. Un cousin qui bosse dans le milieu du sport, notamment dans le milieu du vélo m’a dit “VTC ça t’ira pas parce que si tu veux faire des sorties avec un VTC tu n’auras pas la sensation de vitesse”. Et moi c’est ce que je cherche, la sensation de vitesse-rapidité, et du coup je suis parti sur un vélo de course. […] Mais c’était un truc qui faisait 8 kilos, qui était vif quoi. Vif c’est ce que j’appréciais.

Tableau 2

  • 10 Les rapports de cotes représentent le rapport pourcentage des hommes sur pourcentage des femmes. Un (...)
  • 11 Les astérisques représentent la significativité de la différence de moyenne des échantillons “homme (...)

Type de vélo

VTT

Vélo de ville

Vélo de route

Fixie

Vélo électrique

Vélo cargo

Vélo pliant

Pourcentage des femmes

22 %

50 %

17 %

4 %

7 %

3 %

2 %

Pourcentage des hommes

31 %

28 %

40 %

12 %

6 %

3 %

2 %

Rapport de cotes (odds ratio)10

1,4*11

0,6***

2,4***

3**

0,9

1

1

Type de vélo utilisé comme vélo principal en fonction du genre. Données collectées en 2019 à Lyon, n=447.

C. Entre fonctionnalité et esthétique : une attention qui tend à être différente

27Hommes et femmes tendent à ne pas mettre en avant les mêmes éléments dans ce qu’ils considèrent être un beau vélo. Quand Albane a souhaité acquérir un vélo pour ses déplacements quotidiens, elle a effectué un compromis entre différentes offres pour finalement porter son choix sur un vélo qui la satisfait esthétiquement autant que pour les performances attendues :

Ce que j’aurais pu acheter en concurrence allemande, donc costaud, machin, c’était dans les 2000, quoi. Voilà, donc moi j’étais contente de mon achat. Et puis, esthétiquement, il est un peu beau. Parce que tous ces vélos bien noirs, mats, carrés… Je trouve que pour les femmes, on a envie de quelque chose de joli.

28Cette attention à l’esthétique se retrouve également chez Sabine, qui parle même de gourmandise à propos de son vélo, qu’elle apprécie autant pour son confort que ses performances et son esthétique :

Il est joli, plus joli que le précédent, donc moi je trouve ça sympa, les gosses l’aiment beaucoup, c’est sympa aussi. [rires] Ils font : “madame, t’as un beau vélo!” [rires] Donc ça, je trouve ça mignon, il y a un côté où ça fait un peu Fisher-Price, donc ça doit leur plaire. Et il est jaune, donc ça j’aime bien aussi, donc voilà ça vraiment on se sent bien sur ce vélo. […] Donc tout ça, c’est des éléments qui font que c’est comme si je mangeais des, du chocolat quand je suis sur le vélo, il y a un côté vraiment gourmandise très nette.

29La conception que se fait Sabine d’un beau vélo diffère beaucoup de celle de Lionel, qui valorise les caractéristiques techniques dans l’appréciation esthétique qu’il s’en fait :

Alors, quand je dis “beau” c’est pas l’esthétique c’est le confort en fait, c’est surtout ça, que je puisse changer de vitesse facilement, que ce soit confortable quand même, comme j’ai pas de voiture je veux prendre plaisir sur le vélo, mais j’aime bien quand ça tourne sans faire de bruit, quand je peux freiner quand j’ai envie, enfin changer les vitesses facilement.

30L’importance accordée à la qualité de la mécanique est très présente dans les discours masculins. Toutefois, le soin accordé à l’esthétique contribue aussi à l’image de compétence du cycliste. C’est par exemple le cas de Renaud, qui pratique le BMX depuis des années :

  • 12 Sur un BMX, les pegs sont des embouts fixés sur les moyeux de roue qui permettent au ou à la cyclis (...)

J’aime bien l’idée que ce soit neuf, et j’aime bien l’idée que ce soit propre et symétrique. Ça veut dire que si j’ai des pegs12 argentés à l’arrière bah j’aurai des pegs argentés à l’avant. J’aime pas avoir deux noirs deux d’une autre couleur… j’aime bien que ce soit propre.

31Renaud associe notamment une apparence soignée à un certain professionnalisme et niveau de compétence :

Je sais que quand j’ai commencé, ce qui m’a fait vibrer, ce qui m’a fait kiffer le truc c’est de voir les vélos des pros briller, ils étaient nickel, pros quoi. Carrés. Moi je me suis toujours dit “t’auras un vélo nickel”.

Figure 3

Figure 3

Le BMX de Renaud et ses pegs argentés assortis.

32Ces attentions différenciées à l’esthétique sont dans certains cas un facteur important de reproduction des normes de genre. Elles encouragent notamment à la séparation entre vélos pour filles et pour garçons, comme l’illustrent les réflexions de Marina, une adolescente pourtant bien consciente qu’il existe des “VTT pour filles” : 

Ce que j’aime pas c’est genre les VTT et tout euh, je trouve pas ça joli sur une fille. J’aime pas, je me sens pas à l’aise dessus, c’est trop sportif pour moi, je préfère un beau vélo.

33Dès l’enfance, les hommes et les femmes sont ainsi socialisé·es à pratiquer sur des vélos dont les caractéristiques techniques incorporées dans le design vont exercer une influence sur les manières de penser et de pratiquer, notamment concernant le développement de compétences proprioceptives. Cela se traduit notamment à l’âge adulte par des acquisitions inégales en termes d’aisance sur des voiries partagées avec d’autres véhicules. D’autre part, ces relations différenciées à l’esthétique reflètent un rapport genré à la mécanique vélo : tandis que les hommes sont encouragés à s’approprier leur vélo mécaniquement en le réparant, en le bricolant et en le modifiant à leur gré, les femmes acquièrent rarement ces compétences dans la sphère familiale et sont souvent exclues des espaces de mécanique vélo (Abord de Chatillon, 2021).

III. La technicisation genrée : des pratiques cyclistes en regard du genre

34Les femmes et les hommes disposent dès l’enfance d’équipements différents pour leurs pratiques cyclistes utilitaires et de loisir, lesquels contribuent à leur socialisation à des normes de genre stéréotypées. La technicisation genrée consiste en la transformation et la fabrication mutuelle des objets et des corps au sein de pratiques matérielles suivant des normes genrées (Monjaret, 2014 :160). Dans cette section, nous abordons ce processus et la manière dont les équipements différents dont disposent les femmes et les hommes s’accompagnent de la valorisation de caractéristiques physiques, de pratiques ou d’attitudes genrées. En effet, à travers l’accès à une culture matérielle différente, ce n’est pas seulement une relation symbolique qui se joue, mais aussi une différence de possibilités d’action (Dant, 2005).

35Nous montrons que les pratiques cyclistes masculines sont centrées sur la valorisation de la force, l’agilité physique et la prise de risque alors que les femmes mettent l’emphase sur l’équipement et la fiabilité de leur artéfact. Enfin, à travers le cas du vélo à assistance électrique (VAE), nous abordons la manière dont la transformation des qualités techniques d’un artéfact, en l’occurrence l’ajout d’un moteur destiné à assister la ou le cycliste dans l’effort, peut favoriser un ajustement aux normes de genre.

A. Vélos masculins et mise en scène des masculinités

36Essentiellement utilisé par des hommes le fixie permet de mettre en valeur des facultés perçues comme masculines. Contrairement à la roue libre, qui permet d’interrompre momentanément le pédalage, le pignon fixe contraint à pédaler sans interruption. Aussi, bien que la loi française l’interdise, un fixie véritable ne possède pas de frein et nécessite pour être arrêté un blocage sec et puissant du pédalier qui entraine le dérapage de la roue arrière du vélo. Ce freinage technique périlleux est désigné par l’anglicisme skid (dérapage). La difficulté d’utilisation des fixies requiert ainsi à la fois puissance, endurance et goût du risque, comme le décrit Jérémy, un adolescent qui pratique cette activité physique.

C’est vrai que c’est pas facile, la première fois c’est vraiment impressionnant, parce que t’as le réflexe de laisser la roue tourner, et finalement ça t’entraîne, tes jambes elles sont tout le temps entraînées, du coup tu fais plus [davantage] d’effort, ça travaille les jambes en permanence en fait… et ça te rend beaucoup plus endurant à vélo aussi ?! […] Mais maintenant que je sais skidder, c’est des sensations d’adrénaline de ouf, tu as du mal à repasser sur un vélo normal après.

37C’est aussi le cas des BMX, vélos aux roues de petite taille permettant des activités acrobatiques dans l’espace public, dont Renaud est adepte :

Regarde, mes pneus sont gonflés à 9 bars. Si ça pète, c’est comme un coup de fusil ! Je gonfle fort parce que j’aime bien que mon pneu, quand je lui demande un truc il le fasse direct. C’est plus réactif.

38L’utilisation de vélos plus standards n’empêche pas des appropriations très masculines au point que l’objet est parfois appréhendé comme un appareil de musculation. Depuis environ deux ans (période correspondant à ses premiers flirts), Gabriel a d’une part transformé ses pratiques récréatives en leur conférant un objectif sportif, et d’autre part adjoint à ses usages utilitaires une visée athlétique, ce qui le conduit par exemple à limiter les changements de vitesses de son VTT, pour forcer davantage et ainsi accroître ses capacités physiques :

Maintenant je le prends aussi pour, euh pour rester en forme, pour essayer de travailler un peu tout ce qui est jambes et tout ça, plus [davantage] dans une optique plus sportive que, que loisir balade […]. Les vitesses, je les change pas tellement en fait, je… reste toujours sur la vitesse maximum, pour essayer je sais pas, d’ajouter une difficulté, pour essayer de pédaler assez fort, pour justement entretenir on va dire ma forme physique…

B. Vélos féminins, s’équiper pour se rassurer et rassurer

39Tandis que les vélos masculins incitent à la vitesse et à l’exercice de la force physique, pour les femmes, le modèle privilégié est celui dit de ville, qui comporte un guidon relevé et incliné vers l’arrière pour permettre de conduire avec le buste droit, une selle large, souvent rembourrée, offrant souplesse et confort, une sonnette et des éclairages gage de sécurité pour soi et autrui la nuit, une béquille et un panier, appelant un usage utilitaire, et enfin, le nécessaire de protection contre les salissures : un carter de chaîne, des garde-boues avant et arrière. Il s’agit de vélos conçus à l’origine pour permettre à son utilisatrice de rester élégante et distinguée (Vallet, 1998) tout en offrant confort et sécurité lors de pratiques utilitaires ou de promenades, et dont le design a peu évolué. Ces facteurs de confort, stabilité et sécurité sont fréquemment relevés comme étant parmi les plus importants pour les cyclistes femmes lors d’un usage quotidien, comme l’illustre par exemple la situation d’Éliette. Celle-ci dispose d’un vélo de course, qu’elle a renoncé à utiliser en ville lorsqu’elle s’est rendu compte que le type de vélo sur lequel elle circulait avait une influence sur l’agressivité des automobilistes :

Je trouve que les gens sont moins agressifs quand on est en vélo de ville plutôt qu’en vélo de course… […] Et du coup, là, j’ai acheté un vélo de ville, qui est très bien équipé. Donc ça permet d’être un peu plus haut. Alors je sais pas si c’est que les gens nous voient plus haut donc ils nous voient mieux… Je me sens un peu mieux, plus en sécurité qu’avec le vieux vélo de course à l’ancienne. […] C’est un truc qui est bien équipé, j’ai des phares assez puissants, j’ai des freins à disque histoire de pouvoir freiner pile.

40La position induite par le design de l’artéfact expose moins le corps tout en le surélevant, ce qui lui a procuré un sentiment de sécurité, renforcé par la possibilité d’investir dans des accessoires qu’elle n’aurait pas pu ajouter sur son vélo de course. Le besoin de sécurité sur la chaussée, ici associé à une volonté de se rendre visible aux autres usagers de la voirie potentiellement dangereux pour elle, fait écho à un autre besoin, celui de la fiabilité que doit procurer le deux-roues. À travers ce besoin s’expriment deux autres peurs de natures différentes. La première est celle de la défaillance technique qui est identifiée comme une source potentielle d’accident et a minima de désagréments alors même que la cycliste ne se sent pas totalement à l’aise sur la chaussée. C’est par exemple le cas d’Aline, qui pourtant pratique le vélo utilitaire depuis l’enfance :

Oui, et en fait j’ai vraiment envie de me sentir en sécurité et déjà même là avec un vélo que je considère comme idéal en termes de tous les points, de protection ou quoi, je me sens pas forcément très sûre de moi sur la route, et du coup… enfin, si j’ai pas tout ce confort-là avec au moins l’objet-vélo, je crois que j’ai du mal à me sentir à l’aise.

41L’autre peur que la fiabilité de l’objet vélo vient rassurer est celle éprouvée lors de la traversée d’espaces peu denses ou perçus comme dangereux pour les femmes. Chloé vit actuellement à Lyon, mais a commencé à pratiquer le vélo utilitaire dans une ville peu densément peuplée des États-Unis :

C’était aussi important [d’avoir un vélo fiable], surtout pour moi, une jeune fille toute seule aux États-Unis, parfois tu fais de grandes distances à des endroits où il n’y a rien. Et tu vois, un vélo bas de gamme ou dont tu ne contrôles pas trop l’origine, s’il te lâche au bout d’un moment tu vas plus aimer le vélo quoi. Et puis surtout tu risques d’avoir des problèmes. Comme à vélo tu peux faire de grandes distances, tu peux te retrouver dans des endroits où il n’y a rien, et éventuellement être dans la merde s’il se passe quelque chose. D’où l’intérêt d’avoir un vélo fiable.

42La sécurité recherchée dans les qualités de l’artéfact renvoie ainsi à des peurs identifiées, mais représente aussi un moyen de contourner des interdits imposés aux femmes (Coutras, 1996 ; Jarrigeon, 2009) en leur permettant de s’engager dans des pratiques longues distances ou aventurières. Il s’agit là de dépasser le cadre social et spatial qui leur est assigné tout comme leurs craintes et celles de leur entourage.

C. Le VAE, un artéfact de contournement des normes de genre ?

43Au cours de nos entretiens, le vélo à assistance électrique (VAE) a été mentionné par plusieurs femmes comme un artefact permettant d’échapper à certaines contraintes causées par les normes de genre associées au vélo. En effet, ces artéfacts répondent au besoin de fiabilité, mais permettent aussi de surmonter des obstacles liés à la géographie des lieux comme d’allonger les cheminements parcourus. Sabine a acquis un VAE pour ces qualités techniques, alors qu’elle réside à Saint-Étienne, une ville vallonnée. Le VAE lui a aussi permis de performer une norme genrée, celle de l’absence de sudation du corps féminin, en particulier sur les lieux d’emploi :

J’ai essayé, je trouvais ça absolument génial, j’aime bien le côté où on va vite, moi je fonce sur mon vélo, j’aime bien et je trouve ça du coup très pratique parce qu’il y a des distances que je n’aurais pas faites en vélo parce que je me serais dit : “ah ouais attends il faut que tu ailles à l’hôtel de ville et ensuite là-bas” et du coup avec le vélo électrique c’est beaucoup plus simple, c’est plus rapide et donc je fais beaucoup plus de vélo. Je me suis dit que si je voulais passer de la voiture au vélo c’était un moyen sympa de faire du vélo sans arriver suante [rires] et complètement en transpiration ici. C’est un truc tout bête, mais ici il y a pas d’endroit où prendre une douche donc ça me permet d’arriver fraîche et dispose.

44Le détournement des normes de genre permis par la technicisation de l’objet porte aussi sur la place prise sur la chaussée. L’impulsion donnée par la batterie lors de chaque redémarrage favorise ainsi une facilité d’insertion dans la circulation que nombre des femmes enquêtées présentent comme un frein à leur pratique comme le relate Béatrice, une cycliste chevronnée qui pratique le vélo utilitaire depuis son enfance :

Le vélo électrique m’a donné de l’assurance, et un confort dans l’insertion. Que ça soit pour se mettre au milieu, quand t’es dans des espaces comme ça, hyper denses en voitures, et aux feux.

IV. Utiliser le vélo pour renforcer ou dépasser les normes de genre

45Nous avons décrit le processus de technicisation, qui consiste en la transformation genrée des vélos et des corps des cyclistes à travers les pratiques cyclistes. Ce processus renvoie aux modalités de renforcement, de définition ou de transformation des catégories de genre, soit ce que Monjaret qualifie de «frontière du genre» (2014 :160).

46Comment se positionnent les cyclistes dans leurs catégories sociales de sexe à travers leur pratique ? Que nous disent les usages politiques qui en sont faits sur la capacité d’un artéfact à faire bouger les frontières du genre ? Ainsi que nous l’avons rappelé en introduction, le vélo a dès ses débuts été perçu et utilisé par les femmes comme un moyen d’émancipation et un levier d’action politique ou militante alliant féminisme et, plus récemment, écologie. Le vélo, qui souvent renforce les hiérarchies sociales de sexe, peut aussi les remettre en question. Cette confrontation des individus aux normes de genre à travers la relation à l’objet-vélo est parfois individuelle, mais elle a aussi lieu dans des espaces sociaux, et notamment au sein des couples hétérosexuels.

A. Quand le vélo questionne les catégories sociales de sexe

47Dès les années 1890, l’association du vélo à la masculinité conduit certains auteurs à s’interroger sur le genre des femmes qui en font usage. Boutet et Montorgueil écrivent ainsi :

La bicyclette a créé un troisième sexe. Ce n’est pas un homme, que ce passant en culottes bouffantes, le mollet libre, la taille dégagée et coiffé d’un canotier ou d’une Tyrolienne, ou même d’une simple casquette de chef de gare. Est-ce une femme ? Le pied hardi, la démarche vive, les mains dans les poches, vaquant à son gré et sans compagnon, s’attablant aux terrasses, les jambes croisées, le verbe osé : c’est un bicycliste (1897 :14-15).

48Le dépassement du genre évoqué par Boutet et Montorgueil de façon négative et dénonciatrice est toujours présent aujourd’hui. L’argument est toutefois retourné par les femmes qui l’utilisent, comme Julie, une adolescente qui associe à la pratique cycliste sa libération de certaines contraintes associées à son genre.

Je pense qu’une fille sur un vélo ça fait… C’est pas vraiment une fille. Enfin, dans la tête de ceux qui pourraient faire des remarques sexistes, qui sont un peu cons, une fille sur un vélo c’est pas vraiment une fille, donc… Pour moi, une fille sur un vélo, elle est trop indépendante, trop libre.

49Plusieurs femmes rencontrées affirment apprécier les déplacements à vélo, dont l’usage, grâce à la rapidité procurée, les protège du harcèlement de rue dont elles sont coutumières lors de leurs déplacements à pied. Il arrive aussi que certains garçons qui se sentent vulnérables en raison de leur petit gabarit ou d’un handicap physique soient concernés par ce même type d’appropriation du vélo. Par ailleurs, lorsque le vélo est particulièrement assimilé à l’enfance (c’est notamment le cas en milieu populaire), il ne permet pas toujours aux garçons de construire des identités viriles dans la mesure où il est souvent éclipsé par la moto ou l’automobile (Balkmar, 2012). Ainsi, il n’est pas rare d’observer des garçons en moto traiter des garçons à vélo de “tapette”, notamment lorsque ces derniers utilisent le vélo pour faire autre chose que des acrobaties.

50Mais en permettant le développement de la force musculaire et de l’endurance, le vélo constitue un support idéal pour répondre aux normes de la masculinité hégémonique. Sa pratique intensive peut ainsi porter atteinte aux normes de la féminité. Très majoritairement masculins, les journalistes sportifs participent à la diffusion d’une image du cyclisme hétéronormée et antinomique de la féminité (Louveau, 2004). En pratiquant le vélo à haut niveau, les femmes s’exposent à un “procès de virilisation”, comme cela a été le cas pour la championne Jeannie Longo (Louveau, 2004).

51Lors de ses enquêtes, David Sayagh (2018) a été consulté à plusieurs reprises par des jeunes filles soucieuses, qui souhaitaient savoir si faire du vélo “en forçant” faisait vraiment grossir les cuisses. Aussi, si le vélo est utilisé par certaines comme un instrument d’amincissement, il peut également incarner la menace d’une masculinisation de l’apparence corporelle.

B. Mettre en scène sa féminité à travers ses pratiques cyclistes

52La pratique cycliste constitue pour certaines femmes l’opportunité de changer le regard porté sur elles. Julie qui a passé sa jeunesse dans un quartier «qui craignait» selon ses propres dires, a trouvé dans le vélo «un outil de libération, de liberté». Notamment «la liberté de pas me faire emmerder dans la rue. […] je le conseille à toutes les copines qui ont peur dans la rue… on est quand même nombreuses à se mettre au vélo. Parce qu’on échappe à tout». Julie est même partie avec des amies en voyage à vélo, une première pour elle, avec le désir de faire passer ce qu’elle considère être un message politique à la fois féministe et écologique. Voyager en groupe leur a permis de dépasser certaines normes vestimentaires imposées aux femmes et renforcées par le harcèlement dans l’espace public, de visibiliser leur présence de femme à vélo, et d’autre part de publiciser tout en l’expérimentant une façon non polluante de voyager.

Le premier voyage en vélo que j’ai fait avec des copines, Lyon-Marseille, notre objectif, pour rire, c’était de dire que le vélo c’est sexy, que des filles sur un vélo c’est sexy, donc on se mettait des petits shorts, des petits tops, on faisait un peu les machines comme ça, pour dire : “On peut être durable et désirable”. C’était notre slogan. On voulait faire changer les perceptions… […] Donc faire du vélo pour moi ça fait partie du truc de dire : “Ben en fait c’est hyper valorisant”, et en plus ça pollue pas, et c’est vertueux, donc ça apporte aussi du plaisir mental et éthique.

53Si cette démarche non dépourvue de naïveté peut aussi être associée à une sexualisation du corps des femmes en vigueur dans les lieux publics et à une intégration des normes en vigueur associant vélo à masculinité, s’habiller comme elles le souhaitent sans crainte d’être harcelée est un enjeu pour la plupart des femmes enquêtées.

54À rebours de cette démarche, d’autres féministes revendiquent une émancipation des femmes par le vélo qui passe par une remise en question des codes de la féminité. Le Chant des clous, diffusé par des militantes cycloféministes strasbourgeoises, en est une illustration :

Dans la vallée nucléaire/un peu hostile, un peu austère/moi je n’ai peur de rien du tout/je partage le pain, le pistou.

(Refrain) La campagne noire d’été/les sacoches, la liberté/avec deux amixs pour chanter, je sais/qu’aucun connard n’pourra nous entraver.

Comme on insulte les autos/qui passent trop près de nos vélos/Lever le doigt au trou du cul/qui se permet d’siffler nos corps nus.

Dans mes mollets bronzés, poilus/assez de colère et d’amertume/pour des années de luttes à pédales/et de sueurs anti-patriarcales.

Le Chant des clous, 2019.

55Dans un cas comme dans l’autre, la lutte et les symboles écologistes incarnés par le vélo sont associés à une féminité libre et en lutte contre les codes, notamment ceux qui portent sur les corps des femmes. Comme dans l’exemple ci-dessus, cette chanson présente des femmes et personnes transgenres (dont la présence est signalée par le x dans “amixs”) qui refusent d’avoir peur. Que les corps cherchent à échapper aux stéréotypes de genre (“poilus”, “sueur”) ou au contraire les revendiquent (vêtements courts et “sexy”), il s’agit dans un cas comme dans l’autre de s’affranchir d’une domination exercée sur les corps. Cependant, cette lutte contre la place assignée à leur genre prend des formes diamétralement opposées : tandis que le groupe de Julie recherche le regard masculin, les autrices de la chanson des clous revendiquent une nudité qui n’est que pour elles et pas pour les passants. L’objet-vélo permet ainsi une redéfinition de la manière dont les personnes vivent leur genre, tant personnellement que politiquement.

C. Les relations hétérosexuelles, espaces de la négociation de l’ordre du genre à travers les pratiques cyclistes

56La relation entre une personne et son vélo est donc l’occasion d’une négociation des normes de genre au sein d’un espace social. Les relations hétérosexuelles sont l’un des espaces privilégiés de négociation de l’ordre du genre (Rich, 1981), car c’est en leur sein que femmes et hommes échangent, répartissent leur temps et les tâches, organisent leur espace et des projets communs tels que des voyages à vélo. En outre, les vélos, objets souvent individuels, sont aussi traversés par des usages plus collectifs. Comme nombre d’objets domestiques, ils sont fréquemment offerts par un conjoint, voire possédés en commun, puis utilisés dans le cadre de pratiques de couple ou familiales et leur entretien peut être réalisé par une autre personne du ménage. Les couples hétérosexuels constituent ainsi des espaces importants de négociation des rapports sociaux de sexe qui se renforcent ou sont contestés, ainsi que des normes de genre mobilisées autour de l’objet-vélo.

57L’équipement en vélos utilisés par les femmes et les hommes ainsi que leur morphologie peuvent être l’objet de négociations au sein d’un couple. Par exemple, Noël a beaucoup modifié le tandem qu’il utilise avec sa femme pour tenir compte notamment de la moindre «habitude de faire du vélo» et «de changer les vitesses» de sa conjointe :

J’ai changé aussi la position des dérailleurs, j’ai déplacé les vitesses à l’arrière, déjà ça fait des trucs plus courts, en plus c’est moi qui gère les vitesses et elle la direction et le frein principal. Elle a moins l’habitude de faire du vélo, bon les gaines sont plus courtes, ça donne plus de force, mais en plus j’ai le pédalier juste devant donc je vois très bien où est passé le… et en plus elle a moins l’habitude que moi de changer les vitesses, et comme sur le tandem c’est moi qui suis le plus puissant, j’ai tendance à régler les vitesses pour pédaler quoi.

58Ce faisant, cette dernière utilise un vélo qui, tout en lui évitant de prendre certaines décisions, limite sa capacité à développer des compétences utiles à la pratique cycliste, telles que la gestion du passage de vitesse.

59L’entretien et la réparation des cycles sont également des tâches majoritairement prises en charge par les hommes au sein des couples hétérosexuels, comme le conjoint de Marie, en charge du gonflage des pneus :

Euh… non je le vois faire, je le vois faire, ça m’est arrivé de moi lui demander parce que c’était vraiment à plat, il m’a montré pour que je sache faire, mais ça s’est pas représenté parce que la fois suivante c’est lui qui a regonflé tous les vélos. Je le sais parce qu’il est descendu avec la pompe à vélo juste avant qu’on sorte tous ensemble à vélo. […] Pourtant, lui est moins manuel que moi !

60Le couple hétérosexuel est toutefois aussi un espace social au sein duquel, à travers des pratiques communes, les conjoints peuvent confronter leurs expériences des normes de genre et les remettre en question. L’amie de Justin fait du vélo artistique, un sport très majoritairement féminin, à un très bon niveau. Justin avait eu l’occasion de la voir pratiquer, mais cela n’avait pas remis en question son adhésion aux stéréotypes de genre. Il avait simplement été «assez impressionné» par son «adresse et son équilibre» et «sa souplesse». Seule la confrontation directe de leurs aptitudes respectives lors de sorties en VTT, une pratique qu’il associait alors à un «truc de garçon», l’a conduit à modifier ses croyances :

Elle a pas peur de tomber, elle est habituée, du coup [à VTT] des fois elle passe des obstacles vraiment improbables, où moi je passe pas… pourtant je suis pas du genre à avoir peur […] au début j’avoue ça me foutait un peu les boules… de me faire mettre à l’amende par une fille, surtout à vélo ! et pas que sur le plan technique, elle a une puissance dans les jambes, de ouf ! en plus, elle me disait genre “t’es pas cap”, elle le fait toujours aujourd’hui elle aime bien provoquer… ça perturbe au début, une fille qui te fait ça, qui te dit des trucs comme “c’est normal si t’as peur parce que t’es un mec !” [rires] je rigole, mais ça fait pas mal réfléchir… quand tu vois ce qu’elle fait, ou sa sœur aussi ! Limite des fois je me dis que les filles sont vraiment moins peureuses que nous en fait !

V. Conclusion

61L’étude du design de l’objet vélo et des pratiques cyclistes en cours associées à différents types d’artéfacts permet de mettre à jour les effets d’une socialisation associée à une technicisation genrée. Ces normes de genre sont, d’une part, incarnées par la possession dès l’enfance par les femmes et les hommes d’un équipement cycliste différent en type et en nombre. D’autre part, ces artéfacts rendent possibles l’expression d’identités de genre et la réalisation de celles-ci au regard des normes perçues de la masculinité et de la féminité. Toutefois, l’étude des pratiques entourant l’usage de cet objet nous renseigne également sur la manière dont, par le biais d’un artéfact, se (re)négocient tant des normes que des catégories de genre à travers la fabrique et la mise en scène des corps. Tout en incarnant et renforçant les normes de genre, l’appropriation toujours en cours de la pratique comme de l’objet vélo par les femmes contribue à la remise en question des formes d’assignation tant à un niveau individuel, que politique et symboli­que. De fait, la forte féminisation en cours de la pratique quotidienne du vélo contribue à cette transformation du regard porté par et sur les femmes sur la pratique cycliste.

62Ainsi, l’étude des usages comme du design d’un artéfact du quotidien ouvre sur une réflexion, à notre sens encore trop peu fréquente, sur le rôle de la conception de la matérialité du quotidien dans la construction et l’expression des identités de genre. Elle permet de comprendre la manière dont les normes de genre s’exercent au quotidien, et sont incarnées par des objets dont les fonctions et les caractéristiques sont conçues et perçues comme genrées. Ce faisant, les objets sont souvent porteurs d’injonctions masculi­nes plus ou moins prégnantes à forcer, endurer, se risquer, s’afficher et/ou s’aventurer, ou d’injonctions féminines plus ou moins prégnantes à se protéger, à prendre soin de soi et de ses enfants.

63Enfin, l’entrée par la matérialité est à poursuivre pour élargir les réflexions en cours en France et à l’étranger sur la lutte contre l’exclusion des femmes de certaines pratiques physiques et sportives, et pour leur accès aux mobilités actives. Cette entrée mériterait d’être croisée avec une analyse des réglementations et programmations sportives genrées. À l’heure où des femmes comme Fiona Kolbinger remportent – contre des hommes – des courses cyclistes d’ultra-endurance de près de 4000 kilomètres13, comment justifier que le “parcours officiel de l’édition 2022 du Tour de France féminin” soit trois fois moins long que celui de l’édition masculine (1029 contre 3328 kilomètres) ?

Haut de page

Bibliographie

Abasahl F., Kelarestaghi K. B., Ermagun A., 2018, “Gender Gap Generators for Bicycle Mode Choice in Baltimore College Campuses”, Travel Behaviour and Society, n°11, pp.78-85.

Abord de Chatillon M., 2021, “Feminine Velonomy: Women’s Experiences of Bicycle Repair and Maintenance within Patriarchal Contexts (in France and Australia)”, in Zuev D., Psarikidou K., Popan C. (éd.), Cycling societies: emerging innovations, inequalities and governance, Routledge Studies, pp.137-155.

Adam M., Ortar N., Merchez L., Laffont G.-H., Rivano H., 2020, “Susciter la parole des cyclistes : traces GPS et vidéos au service de l’entretien”, EspacesTemps.net [En ligne], Travaux, 2020 | Mis en ligne le 26 octo­bre 2020, DOI : 10.26151/espacestemps.net-z2wh-1074.

Adam M., Ortar N., Poisson A., 2022, “Compétent-e-s, mais exposé-e-s : du tricycle au vélo utilitaire, socialisations et trajectoires des cyclistes urbain-e-s”, Espaces et sociétés, 1-2, à paraître.

Aldred R., Woodcock J., Goodman A., 2016, “Does More Cycling Mean More Diversity in Cycling?”, Transport Reviews, n°36, 1, pp.28-44.

Anstett É., Gélard M.-L., 2012, Les objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et production sociale des identités sexuées, Paris, Armand Colin.

Appadurai A., 1986, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Balkmar D., 2012, On Men and Cars: An Ethnographic Study of Gendered, Risky and Dangerous Relations, thèse de doctorat, Linköping University, Linköping.

Bartholeyns G., Govoroff N., Joulian F., 2010, Cultures matérielles. Anthologie raisonnée de Techniques & Culture, Techniques & Culture, 54-55 (2 vol.).

Ben Ssi M., Drouglazet F., Durand L., 2020, “Les stéréotypes de genre sur le marché du jouet, un marché en pleine mutation”, in Benoit-Moreau F. (éd.), Genre et marketing. L’influence des stratégies marketing sur les stéréotypes de genre, EMS Éditions, pp.156-181.

Boutet H., Montorgeuil G., 1897, Les Parisiennes d’à présent, Paris, H. Floury.

Bromberger C., 1995, “De quoi parlent les sports ?”, Terrain. Anthropologie & sciences humaines, 25, pp.5-12, https://journals.openedition.org/terrain/2837.

Butler J., 2005, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Traduit de l’anglais par C. Kraus. Paris, La Découverte [1990].

Clair I., 2008, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Éditions Armand Colin.

Connell R., 2014, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam.

Coutras J., 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Éditions Armand Colin.

Cox P., 2015, “Women, gendered roles, domesticity and cycling in Britain, 1930-1980 ”, in Cox (P.), Cycling Cultures, Chester, University of Chester Press, pp.174-202.

Cromer S., 2005, “Vie privée des filles et garçons : des socialisations toujours différentielles ? ”, in Maruani M. (éd.), Femmes, genre et sociétés, Paris, La Découverte, pp.192-199.

Dant T., 2005, Materiality and society, Maidenhead, Open University Press.

Dassié V., 2010, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime, Paris, Éditions du CTHS.

Delphy C., 2001, L’Ennemi principal 2, Penser le genre, Paris, Syllepse, Nouvelles Questions féministes.

Demeny G. É. J., 1903, Mécanisme et éducation des mouvements, Paris, Félix Alcan.

Djepa I., 2019, Le genre à la Fédération Française de Cyclisme, vu par son journal officiel (1946-1952), Mémoire de master, Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1.

Fralon J.-A., 2016, Les secrets du tour de France, Paris, Vuibert.

Garrard J., Handy S., Dill J., 2012, “Women and Cycling”, in Pucher J., Buehler R. (éd.), City Cycling, MIT Press, pp.211-234.

Golay D., 2006, “Et si on jouait à la poupée… Observations dans une crèche genevoise”, in Dafflon Novelle A. (éd.), Filles-garçons : Socialisation différenciée ?, Grenoble, PUG, pp.85-102.

Jarrigeon A., 2009, “Les passantes considérables. Les espaces publics urbains à l’épreuve du genre”, Urbanisme, n°365, pp.85-89.

Julien M.-P., Rosselin C., 2005, La Culture matérielle, Paris, La Découverte.

Julien M.-P., Warnier J.-P., 1999, Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan.

Jungnickel K., 2015, “ ‘One needs to be very brave to stand all that’ : Cycling, rational dress and the struggle for citizenship in late nineteenth century Britain”, Geoforum, n°64, pp.362-371.

Kergoat D., 1992, “A propos des rapports sociaux de sexe”, Revue M, n°53-54, pp.16-19.

Lorber J., 1994, Paradoxes of gender, New Haven, Yale University Press.

Louveau C., 2004, “Sexuation du travail sportif et construction sociale de la féminité”, Cahiers du genre, n°36, pp.163-183.

Miller D., 1987, Material Culture and Mass Consumption, Blackwell.

Monjaret A., 2014, “Objets du genre et genre des objets en ethnologie et sociologie françaises”, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 40, pp.153-170.

Observatoire des mobilités actives, 2013, Les Français et le vélo en 2012 – Pratiques et attentes, rapport du Club des Villes et Territoires Cyclables, Paris.

O’Followell L., 1900, Bicyclette et organes génitaux, Paris, Baillière et Fils.

Pfefferkorn R., 2007, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute.

Pink S., 2004, Home Truths: Gender, Domestic Objects and Everyday Life, 1ère édition, Oxford, New York, Routledge.

Raibaud Y., 2015 , La ville faite par et pour les hommes, Paris, Belin.

Rich A., 1981, “La contrainte à l’hétérosexualité et l’existence lesbienne”, Nouvelles Questions Féministes, 1, pp.15-43.

Ritchie A., 1975, King of the Road, an Illustrated History of Cycling, Berkeley, Ten Speed Press.

Sayagh D., 2018, Pourquoi les adolescentes ont moins de possibilités réelles de faire du vélo que les adolescents. Approche sociologique, thèse de doctorat, Université Paris-Est, Paris.

Scott J., 1988, “Genre : une catégorie utile d’analyse historique”, Les Cahiers du Grif, n°37-38, pp.125-153.

Segalen M., Le Wita B., 1993, “Éditorial”, in Segalen M., Le Wita B., Chez-soi : objets et décors, des créations familiales, Bordeaux, Mollat, Autrement n°137, pp.11-23.

Shaw C., Russell M., Keall M., MacBride-Stewart S., Wild K., Reeves D., Bentley R., Woodward A., 2020, “Beyond the bicycle: Seeing the context of the gender gap in cycling”, Journal of Transport & Health, n°18, https://doi.org/10.1016/j.jth.2020.100871.

Tabet P., 1979, “Les mains, les outils, les armes”, L’Homme, n°19, 3-4, pp.5-61.

Vallet O., 1998, “Vélo, bicyclette : histoire des mots”, Les cahiers de médiologie, n°1, pp.15-18.

Ward M.E., 1896, The Common Sense of Bicycling, Brentano’s.

Warnier J.-P., 1999, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, Presses Universitaires de France.

Wateau F., 2011, Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues, Paris, Éditions De Boccard.

West C., Zimmerman D. H., 1987, “Doing Gender”, Gender & Society, n°1, 2, pp.125-151.

Haut de page

Notes

1 Ndlr : version électronique.

2 Confer le Panorama sur les plans de féminisations des fédérations sportives 2016. Version en ligne : http://sports.gouv.fr/autres/PlanFeminisationFedes2016.pdf

3 Projet pluridisciplinaire Véléval, financé par le LabEx Intelligences des Mondes Urbains.

4 Pour en savoir plus sur le dispositif méthodologique, voir Adam M. et al., 2020.

5 Dans cet article, les termes “vélo pour filles”, “vélo de filles”, “vélo pour garçons”, “vélos hommes”, etc. font référence à des vélos fortement associés aux catégories de sexe désignées, dans les représentations sociales ou dans les usages courants. L’usage de ces termes ne signifie pas que nous pensons que l’usage de certains types de vélos est plus approprié pour certains groupes sociaux que pour d’autres.

6 Pour plus de détails au sujet de cette démarche, voir Sayagh D., 2018.

7 Le test exact de Fisher est un test statistique exact utilisé pour l’analyse des tables de contingence, notamment dans le cas de faibles effectifs. Ici, seule la variable vitesses (p=0,3809) n’est pas significative au seuil de 5 %, ce qui s’explique par le fait que les BMX, qui représentent 10 % des vélos “de garçon” contre seulement 1 % des vélos “de fille”, sont dépourvus de vitesses.

8 Un carter de chaîne est une protection située autour de la chaîne d’un vélo qui permet au ou à la cycliste de préserver ses vêtements de tâches de cambouis lors du pédalage.

9 Par féminin et masculin nous entendons ce qui est associé par la société à ces deux sexes et, parfois, incorporé par les individus.

10 Les rapports de cotes représentent le rapport pourcentage des hommes sur pourcentage des femmes. Un rapport de cote de 2 signifie que les hommes ont deux fois plus de chances que les femmes d’utiliser ce type de vélo.

11 Les astérisques représentent la significativité de la différence de moyenne des échantillons “hommes” et “femmes” selon le test de chi 2 corrigé de la continuité de Yates, suivant la relation suivante :

* : 0,01 < p-value < 0,05 ; ** : 0,001 < p-value < 0,01 ; *** : p-value < 0,001.

12 Sur un BMX, les pegs sont des embouts fixés sur les moyeux de roue qui permettent au ou à la cycliste de reposer ses pieds, mais lui servent aussi d’appui pour réaliser de nombreuses figures.

13 À ce sujet, lire par exemple https://www.bbc.com/sport/cycling/52151401.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure
Légende Exemples d’images de vélos typiquement “de fille” et typiquement “de garçon”.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/4963/img-1.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 2
Légende Nombre de vélos par personne en fonction du genre.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/4963/img-2.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure 3
Légende Le BMX de Renaud et ses pegs argentés assortis.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/4963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margot Abord de Chatillon, Nathalie Ortar et David Sayagh, « Le vélo : un objet qui révèle, renforce et perturbe l’ordre du genre »Recherches sociologiques et anthropologiques, 52-2 | 2021, 25-51.

Référence électronique

Margot Abord de Chatillon, Nathalie Ortar et David Sayagh, « Le vélo : un objet qui révèle, renforce et perturbe l’ordre du genre »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 52-2 | 2021, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsa/4963 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.4963

Haut de page

Auteurs

Margot Abord de Chatillon

Laboratoire Aménagement Économie Transports (LAET), ENTPE-Université de Lyon, Laboratoire interdisciplinaire de recherches en sciences de l’action, Cnam de Paris

Nathalie Ortar

Laboratoire Aménagement Économie Transports (LAET), ENTPE-Université de Lyon, nathalie.ortar@entpe.fr

David Sayagh

Laboratoire Complexité, Innovation, Activités Motrices et Sportives (CIAMS), faculté des sciences du sport, Université Paris-Saclay.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search