Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-2Trajectoires vers l’illégalité po...

Trajectoires vers l’illégalité politique

L’Italie des années 1960-1980
Trajectories toward political illegality. Italy during the period 1960-1980
Caroline Guibet Lafaye
p. 53-89

Résumés

L’Italie a connu durant les années 1960-1980 plusieurs vagues de terrorisme (extrême droite, extrême gauche, d’État). Afin de comprendre le passage vers le militantisme politique illégal et l’action armée, nous avons mené une enquête de sociologie qualitative auprès de 33 militants d’organisations extra-parlementai­res d’extrême gauche. Nous avons mis en évidence les formes de “travail identitaire” qui les a conduits de l’action politique légale à des entreprises clandestines, ce qui nous a permis de proposer à la fois un regard critique sur les travaux jus­qu’alors réalisés sur les Brigades rouges. Nous avons en outre mis en évidence la prévalence des phénomènes d’“amplification identitaire” sur ceux de l’“appropriation identitaire”, de la “transformation identitaire” voire de la “recherche d’identité”.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

«Je viens d’une famille de prolétaires, donc militer, c’est dans mon ADN. Quand tu nais, soit tu nais fasciste, soit tu nais militant, il n’y a rien à faire» (Paolino).

I. Introduction

  • 1 Brigate Rosse per la costruzione del Partito Comunista Combattente – Brigades Rouges pour la constr (...)
  • 2 Confer Renar M., in Le Monde 2, n°109, 18 mars 2006, p.16.

1Des mouvements contestataires de 1968-1969 à l’enlèvement puis à l’ex­écution d’Aldo Moro le 9 mai 1978 jusqu’à l’attaque de la base américaine d’Aviano le 2 septembre 1993 par les BR-PCC1, l’Italie a connu des phases de violence politique légale et clandestine animées par une multitude de groupes extra-parlementaires ainsi que par la répression d’État. De 1969 à 1982, 13 000 attentats sont recensés (Della Porta/Rossi, 1984 :17). Entre 1969 et 1986, 415 personnes sont tuées au cours de 14 600 attentats menés par l’ensemble des groupes illégaux, toute tendance politique confondue (Le Monde, 15 mai 1998 :15). Entre 1969 et 1984 des groupes néofascistes, tels qu’Avanguardia nazionale (Avant-garde nationale), Ordine Nuovo (Ordre nouveau) et Ordine nero (Ordre noir) sont à l’origine d’attentats particulièrement sanglants, contre des trains et des gares notamment, faisant au total 139 morts et 700 blessés2. L’attaque la plus meurtrière a lieu le 2 août 1980 à la gare de Bologne. Elle tue 85 personnes et en blesse 200.

2On dénombre, entre la fin des années 1970 et 1988 à l’extrême gauche, 47 groupes armés. Des années 1970 au milieu des années 1980, plus de 900 personnes sont accusées d’appartenir aux Brigades Rouges (BR). Entre 1977 et 1987, 923 militants de Prima Linea (Première ligne - PL) sont emprisonnés, dont 722 hommes et 201 femmes (Curcio, 1994 :102). En 1987, 911 Brigadistes sont en prison, dont 683 hommes et 228 femmes (Ibid., 1994 :60). Jusqu’au début des années 1980, 4 087 militants d’extrême gau­che ont été condamnés pour des faits de terrorisme dont 1 337 activistes des BR (Renar, 1996 :60). La violence politique est un phénomène social qui se déploie, en Italie, sur plus de deux décennies.

  • 3 Dont on trouverait une illustration dans l’étude de ce qu’il est convenu d’appeler le nationalisme (...)

3La littérature sur la violence politique et le terrorisme a souvent considéré les individus dans une perspective unidimensionnelle (Gurr, 1970 ; Krueger/Maleckova, 2002 ; Lia/Skjolberg, 2005). Pourtant des facteurs causaux tels la répression ou l’engagement de proches, des contextes sociaux définis ou certaines formes de motivation ne peuvent expliquer à eux seuls pourquoi des individus s’engagent dans la violence politique et dans des groupes armés (voir Viterna, 2006). Les raisons et explications pour lesquelles un individu opte pour ces trajectoires sont multiples, son engagement se résumant rarement à une unique cause que les récits rétrospectifs et les analyses mettraient en avant, qu’il s’agisse de la répression, du militantisme des parents ou de la famille d’origine, d’une volonté de lutter contre un régime dictatorial (ou néo-fasciste dans le cas italien) et répressif. Négliger cette complexité tend à produire une représentation des activistes armés comme des groupes homogènes3, alors même que leurs parcours et leurs motivations varient beaucoup en fonction des circonstances, des contextes locaux et macrosociaux, des dispositions individuelles, des époques de l’engagement (voir Horgan, 2008). Afin de cerner la diversité de ces facteurs et leurs interactions réciproques, nous avons mené une enquête de sociologie qualitative auprès de 33 militants impliqués dans des organisations extra-parlementaires (BR, PL, LC, Potere Operaio, Autonomie ouvrière, Avanguardia Operaia) actives en Italie entre la fin des années 1960 et les années 1980. L’enquête s’est déroulée entre février 2016 et février 2020.

  • 4 Comme l’ont fait avant nous Della Porta D., 1995 ; Weinstein J., 2007 ; White R. W., 2010 ; Fillieu (...)

4Plutôt que d’étudier la violence politique dans l’Italie d’alors à un seul niveau qu’il soit macrosociologique (environnements et contextes sociopolitiques influençant les choix stratégiques des acteurs), microsociologique (valeurs et motivations des militants) ou mésosociologique (groupes armés), nous avons l’envisagée à différents plans4 afin de proposer une analyse des dynamiques de la violence politique et d’offrir une compréhension à la fois plus globale et plus fine de celle-ci. En particulier, les récits recueillis permettent d’analyser finement les interactions entre ces niveaux. Le contexte sociopolitique (niveau macro) exerce une influence sur l’engagement, or cette influence est médiatisée par les perceptions des individus (niveau micro).

  • 5 Les «mécanismes» sociaux peuvent être définis comme des «chaînes d’interaction qui filtrent des con (...)

5En soulignant la diversité des facteurs pesant sur les trajectoires vers l’illégalité politique, nous proposons un éclairage renouvelé sur les microfondements de la violence politique. Notre analyse s’inscrit dans une approche dynamique et interactive des conflits politiques aux niveaux à la fois macro- et mésosociaux, en plus de constituer un complément empirique des études sur les révoltes contemporaines en Italie. Il s’agira de dévoiler la pluralité des mécanismes5 conduisant à ce type d’engagement et l’interaction entre les facteurs impliqués. Seront ainsi mises en lumière les différentes modalités d’engagement dans l’activisme armé ou clandestin.

  • 6 Voir les travaux sur le comportement politique des jeunes et les conflits de générations au sein du (...)

6Notre perspective sera générationnelle. L’intérêt pour les générations, dans l’historiographie italienne, a été tardif et n’a pu se produire qu’à la suite d’un changement dans la perception des dynamiques des classes sociales et des mouvements politiques des XIXème et XXème siècles : ces mouvements ont finalement été appréhendés sous l’angle de la conflictualité entre générations et de l’expression des besoins des jeunes6. Dans les années 1980, une tentative de reconstruction de l’expérience des générations de militants de la lutte armée a été faite, dans le but de percevoir non seulement les éléments de continuité, mais aussi les fractures inscrites dans leur vécu entre 68 et les années suivantes (voir Tranfaglia, 1984 ; Novelli/Tranfaglia, 1988). Les travaux les plus récents sur les parcours des militants illégaux, impliqués dans les luttes italiennes des années 1960-1980, qui ont notamment été réalisés à partir d’une étude comparative avec l’Armée Républicaine Irlandaise Provisoire (PIRA) d’Irlande du Nord, ont mis en évidence trois types de trajectoires correspondant chacune à des idéaux-types (voir Bosi/Della Porta, 2012). Cette comparaison porte sur les BR plutôt que sur une pluralité de groupes clandestins à la différence de l’enquête que nous avons réalisée. Bosi et Della Porta suggèrent cependant que les conclusions de leurs travaux sur les militants armés du PIRA et des BR esquissent des voies de micro-mobilisation susceptibles de se retrouver dans d’autres grou­pes armés. Notre enquête permet toutefois de nuancer la caractérisation des “chemins de l’activisme armé” (dits “idéologique”, “instrumental” et “solidaire”) et de mettre à l’épreuve la trilogie proposée par Bosi et Della Porta (2012) sur le cas italien exclusivement, à partir d’un échantillon plus diversifié de militants clandestins. L’analyse de nos données empiriques suggère notamment qu’une tradition familiale d’appartenance au communisme ou à l’antifascisme, une idéologie fortement charpentée, des événements décisifs, des phénomènes d’instrumentalisation, la répression, la violence d’État ou paramilitaire, un appel à l’action contre la répression constituent autant de mécanismes expliquant l’engagement dans l’illégalité politique.

7Au-delà de l’extension du champ empirique de la recherche existant (Della Porta, 1995 ; Bosi/Della Porta, 2012), notre étude, fondée sur une approche multi-niveaux, présente trois avantages : 1. elle autorise la mise en évidence de plusieurs mécanismes dans l’évolution des trajectoires individuelles ; 2. elle permet d’appréhender la variété des trajectoires d’engagement armé ou clandestin ; 3. elle présente une valeur heuristique supérieure à une approche monodimensionnelle, dans la mesure où un motif uni­que ne peut à lui seul expliquer adéquatement les variations dans les circonstances, les contextes, les dispositions d’acteurs (selon l’époque de leur engagement), les processus de recrutement, les représentations de l’ennemi évoluant au fil du temps, les contextes locaux et l’effet de la répression sur les individus.

8Après avoir, de façon préliminaire, présenté l’enquête, nous envisagerons dans un premier temps les processus d’intégration dans les organisations clandestines. Nous considérerons ensuite l’interprétation de l’engagement illégal sous la modalité de la rupture ou de la continuité biographique pour enfin aborder la socialisation militante des enquêtés. L’ensemble de cette analyse offre au moins trois intérêts : 1. elle constitue, au plan empiri­que, une étude systématique des modalités d’engagement dans les organisations illégales italiennes entre les années 1960 et la fin des années 1980. Elle autorise à ce titre une relecture des conclusions proposées par la littérature secondaire relatives aux raisons de l’engagement illégal violent à partir d’un matériau empirique étendu. Elle assume une perspective générationnelle délaissée notamment dans l’historiographie italienne qui ne s’est intéressée que tardivement à l’histoire de la jeunesse (Dogliani, 1994 :67). 2. D’un point de vue analytique, elle illustre la pertinence d’un cadre interprétatif convoquant plusieurs mécanismes. 3. Enfin, cette étude apporte un complément quant aux sources sur l’activisme clandestin et armé, en proposant une série de nouveaux entretiens avec les membres des mouvements illégaux italiens d’extrême gauche de la seconde moitié du XXème siècle. Elle contribue ainsi à un accroissement des données empiriques sur le terrorisme à partir d’un recueil de données primaires.

II. Présentation de l’enquête

  • 7 Elle a été menée grâce à une équipe de chercheur.e.s rassemblant en plus de l’auteure : Laura di Fa (...)

9L’analyse que nous développons s’appuie sur une enquête réalisée entre février 2016 et février 20207. Elle nous a permis de nous entretenir avec 33 militants impliqués dans des organisations extra-parlementaires (BR, PL, LC, Potere Operaio [PO], Autonomie ouvrière) actives en Italie entre la fin des années 1960 et les années 1980. Ces groupes font partie de ceux qui, dans la péninsule, ont porté le plus loin le recours à la lutte armée ainsi qu’à l’illégalité politique. Les personnes ont été contactées soit de façon directe, soit par la méthode “boule de neige” (Laperrière, 1997). Elles ont été choisies dans une perspective de diversification de leur appartenance organisationnelle militante, géographique et sociale avec pour point commun un usage de la violence politique illégale. Toutes sont nées entre 1933 et 1965. Les entretiens ont été enregistrés, intégralement retranscrits et traduits. Ils ont duré entre 55 mn et 3h, pour une moyenne de 82 mn par entretien. Ils ont été réalisés en face-à-face et, pour deux cas, par vidéo-conférence. Sept personnes ont préféré répondre par écrit. Les entretiens se sont déroulés soit en français soit en italien, en Italie et en France. Le tableau 1 présente la liste des enquêtés et leurs caractéristiques sociodémographiques.

  • 8 38 % des militants des groupes armés italiens sont issus d’organisations comme LC ou PO, et 84 % on (...)
  • 9 Le cas de LC est quelque peu distinct car le groupe n’a procédé qu’à une seule exécution et a évolu (...)

10Le choix des organisations illégales étudiées tient à l’importance qu’elles ont revêtue durant ces années en Italie. L’intérêt que nous leur avons porté tient, d’une part, au rôle qu’elles ont joué dans l’histoire événementielle de l’Italie d’alors. L’Autonomie ouvrière est une pièce maîtresse des mouvements sociaux du “long 68 italien”8. D’autre part, l’ensemble des formations étudiées permet de couvrir toute la période des tensions sociopolitiques et du terrorisme de l’époque. Les BR constituent l’organisation à la plus lon­gue durée de vie. Le mouvement de l’Autonomie s’étend sur plus d’une décennie. PO, LC, PL se succèdent chronologiquement entre 1969 et 1981. Les BR, PL et LC, dans une moindre mesure, ont fait le choix de l’exécution politique à la différence de PO et des mouvements autour de l’Autonomie ouvrière, néanmoins toutes ces formations sont frappées par une législation d’exception (antiterroriste), leurs membres condamnés à de lourdes peines de prison et nombre d’entre eux contraints à l’exil. Si la militarisation et les formes de vie clandestine ont été plus développées dans les BR et PL, ni l’illégalité, ni la violence politique, ni la clandestinité ne sont étrangères aux autres groupes. Le modus operandi des BR et de PL permet un rapprochement pertinent entre leurs membres9. Tous les militants de ces collectifs adhèrent à un programme «révolutionnaire» qui «cherche à attaquer le pouvoir d’État suivant une idéologie de changement social radical» (Sommier, 2008 :19).

11Les entretiens semi-directifs s’organisaient en deux temps. Dans une per­spective de recueil d’histoires orales (Passerini, 1987 ; Thompson, 1988), il était d’abord demandé aux personnes de raconter leur parcours politique. Dans un second temps, des questions spécifiques leur étaient posées. Celles-ci s’articulaient en plusieurs parties respectivement consacrées aux motivations de l’engagement politique, au processus de radicalisation et à la répression, à la construction du sens et à la production normative, enfin à l’actualité. Nous avons exploité une méthode biographique pertinente pour «étudier les représentations et en dégager des modèles mentaux intégrateurs de savoirs et orientés vers l’action» (Filion/Akizawa, 2012 :119 ; voir aussi Jeneff, 1990 ; Chamberlayne et al., 2000). Cette méthode s’avère utile pour aborder les représentations individuelles d’acteurs sociaux ainsi que leurs actions individuelles (niveau micro), lesquelles peuvent influencer une organisation ou des institutions (niveaux macro et méso). Elle permet de saisir de quelle façon ces organisations et institutions (niveau macro et méso) peuvent influencer activités, choix d’activités, acteurs sociaux, choix des acteurs sociaux (niveau micro), l’ensemble participant à l’intelligibilité des évolutions sociales (niveau macro).

  • 10 Les tableaux sont présentés à la fin de ce texte, en annexe.

12La collecte de données primaires a été complétée par une étude systématique des documents écrits publiés par les groupes étudiés, tels les communiqués des BR, les documents du procès de PL (1980), les statuts des Formazioni Comuniste Combattenti (1970) mais aussi les revues Quaderni Rossi (1961-1966), Classe Operaia (1964-1967), Quaderni Piacentini (1962-1970). Plusieurs fonds d’archives ont été consultés notamment les histoires de vie et les documents judiciaires relatifs à la période et rassemblés à l’Istituto Carlo Cattaneo (Bologne) ; les Archives historiques du Sénat de la République, à partir de la documentation informatisée des Commissioni stragi (commission parlementaire d’enquête sur le terrorisme) et la documentation de la Commissione d’inchiesta per la strage di via Fani ; le Fonds Avanguardia operaia ; le fonds Lotta Continua conservés à la fondation Erri de Luca (Rome) ; le fonds Vittorio Foa (ACS) ; les Archives Pezzi, Secours rouge à l’Istituto storico Ferruccio Parri. Nous avons également procédé à la consultation d’archives gouvernementales et non gouvernementales ainsi qu’à tout document pertinent en italien, anglais, français et espagnol sur le sujet. La triangulation à partir de documents de plusieurs origines permet de contextualiser les propos des enquêtés concernant le rôle de la famille, des réseaux, des amis, etc. ainsi que des événements transformatifs dont ils ont fait l’expérience. Elle contribue à la mise en perspective de leurs discours à partir de la prise en compte de leur place et de leurs fonctions dans les groupes considérés. Enfin, en comparant les trajectoires biographiques et les autobiographies, il est possible de dégager des dimensions de la mémoire collective communes à certains groupes d’enquêtés. Il demeure que chaque entretien et chaque autobiographie reflètent la façon dont enquêtés et acteurs veulent être appréhendés et se présentent après que cette étape de la violence politique dans leur pays a pris fin. De chacune de ces organisations, nous avons interrogé plusieurs membres qui se répartissent numériquement comme présenté dans le tableau 210, sans prétendre constituer un échantillon représentatif.

13Afin d’étudier les trajectoires individuelles, nous avons procédé à une double répartition générationnelle tenant compte soit des générations civiles (tableau 3) soit des générations ou de l’âge d’engagement (tableau 4). La G 1 a 18 ans ou se trouve dans le jeune âge adulte au moment du “long 68”, alors que la G 2 ne pourra commencer une socialisation politique que dans la seconde moitié des années 1970. Nous verrons que ce décalage générationnel a des incidences sur l’articulation des facteurs macro- et micro- de l’engagement individuel.

14Le tableau 1 permet de saisir la congruence entre générations civiles et générations d’engagement politique. Notre échantillon comporte un certain nombre conséquent de militants (N = 24) ayant eu des responsabilités qu’ils aient participé à la création de leur groupe, se soient trouvés à son origine ou qu’ils aient eu la responsabilité d’une sous-structure au sein du groupe armé (branche ou colonne). L’analyse qui suit donc doit se lire en tenant compte des trois limites attachées à notre enquête : celle-ci s’appuie sur des récits rétrospectifs, elle ne nous a permis de rencontrer qu’un nombre restreint d’acteurs dont une large part a eu un rôle moteur dans les groupes politiques étudiés.

III. Trajectoires des militants extra-parlementaires vers la clandestinité

A. Trois voies d’intégration dans la lutte illégale ?

15L’étude comparée du PIRA et des BR met en évidence trois voies d’entrée dans la lutte politique illégale, décrites comme des chemins “idéologi­que”, “instrumental” et “solidaire”. Chacun se caractérise par des interactions entre les motivations individuelles d’intégration dans les groupes clandestins (niveau micro), les réseaux qui facilitent le recrutement (niveau méso) et les effets de la répression sur les individus (niveau macro) (Bosi/Della Porta, 2012 :361). Ces dimensions interagissent également avec les contextes dans lesquels les luttes s’inscrivent (niveau macro). Constituant des idéaux-types, ces chemins n’excluent pas des passages entre les trois descriptions ni n’épuisent l’ensemble des parcours possibles de militants des organisations armées.

  • 11 Pour Raffaele Fiore, Alvaro Lojacono, Alessio Casimirri et Rita Algranati.
  • 12 Parmi ces Brigadistes, on compte le “célèbre” repenti Patrizio Peci et Valerio Morucci soupçonné d’ (...)

16L’enquête que nous avons menée permet de préciser les caractéristiques de ces parcours idéaux-typiques qui tendent à recouvrir des différences générationnelles entre militants. Elle enrichit le travail de Bosi et Della Porta (2012) en particulier du fait des limites empiriques dans lesquelles celui-ci s’inscrit. Si, pour une part, 25 entretiens semi-directifs ont été réalisés avec d’anciens membres du PIRA (militants ordinaires plutôt que cadres), les parcours des Brigadistes ont été abordés à partir de l’exploitation d’entretiens réalisés dans le cadre d’un programme de recherche mené par l’Institut Carlo Cattaneo de Bologne depuis 1981 (voir Della Porta, 1995). Les auteurs ont exploité sept entretiens dont l’analyse a été complétée par celle de huit biographies et autobiographies d’ex-Brigadistes (Peci/Guerri, 1983 ; Curcio/Scialoja, 1993 ; Moretti, 1994 ; Balzerani, 1998 ; Franceschini, 1988 ; Morucci, 2004 ; Gallinari, 2006 ; Grandi, 200711)12.

  • 13 Tels le coup d’État au Chili en 1973 ou l’attentat de la Piazza Fontana.

17L’étude proposée par Bosi et Della Porta met en lumière trois voies d’intégration dans les BR et, plus largement, dans la lutte illégale : les voies “idéologique”, “instrumentale” et “solidaire” dont nous allons rappeler brièvement les caractéristiques. Les acteurs dont le parcours s’explicite à partir du prisme idéologique sont issus de traditions familiales et/ou locales enracinées dans une conscience contre-hégémonique. Ils ont progressivement intégré les organisations ou groupes clandestins jusqu’à se porter vers des actions armées. Ils adhèrent à une représentation du monde et du contexte sociopolitique perçus comme propices à un basculement révolutionnaire. Ils y perçoivent des événements transformatifs dont ils considèrent qu’ils confirment leurs convictions antérieures13 et tendent à justifier le choix de l’activisme armé (voir Bosi/Della Porta, 2012 :362).

18Alors que le groupe ayant emprunté la voie idéologique s’inscrit dans une forme de continuité avec son milieu d’origine, les militants ayant suivi la “voie instrumentale” connaissent une rupture plus marquée avec leur passé, lorsqu’ils entrent dans les groupes armés. Leur principale motivation est pragmatique et se résumerait à une interprétation de l’action politique “efficace”. À leurs yeux, seul l’activisme armé semble à même de conduire à des résultats concrets. Cette conviction s’est en particulier nourrie d’événements qui ont joué un rôle crucial dans leurs histoires de vie. Leur entrée dans ces groupes se serait opérée par le biais d’un contact personnel avec le(s) recruteur(s) qu’ils ont connu(s) grâce à leurs expériences antécédentes d’activisme sociopolitique.

  • 14 Nous verrons que notre échantillon permet de prendre des distances avec cette interprétation quand (...)

19Enfin, nombre de militants ont été poussés, dans la lutte clandestine, par la “voie solidariste” dans un contexte où le recours à la violence politique est le fruit d’une escalade du conflit. La principale motivation pour rejoin­dre les groupes clandestins n’est – ou plutôt, ne serait comme nous le verrons – alors ni idéologique ni pragmatique mais elle résiderait dans la nécessité (et/ou dans le sentiment) d’avoir à se défendre voire à venger les siens14. Ces acteurs sont généralement entrés dans les groupes armés à des phases ultérieures de leur développement, à la différence des militants des deux premiers groupes.

  • 15 Nous reviendrons sur la définition de ces catégories à partir des travaux de M. Voëgtli (2010) ulté (...)

20Ces idéaux-types se distinguent donc à partir de plusieurs dimensions que sont : le passé familial, les modalités de recrutement dans les groupes illégaux (selon que les modalités de l’ “amplification identitaire”, de la “recherche d’identité”, de l’ “appropriation identitaire”15), leurs représentations du monde, leur conception de l’action politique illégale voire violente, la place des événements transformatifs dans les trajectoires individuelles, le contexte de leur engagement, le rapport à la répression, les mobiles ayant présidé à ce dernier (idéologique vs. émotionnel ou affectif), les liens sociaux et affectifs ou le rapport aux pairs, les sentiments d’injustice qu’ils ont pu ou non éprouver. Afin de vérifier la pertinence de cette grille de lecture, non pas seulement pour les BR, mais pour les acteurs de la gauche extra-parlementaire engagés dans des actions politiques violentes, nous avons systématiquement retracé le parcours de chacun des individus interrogés et apprécié la place de chacune de ces dimensions dans sa trajectoire. Nous soulignerons la limite de la valeur heuristique de ces idéaux-types s’agissant en particulier des motivations et des trajectoires politiques.

21Dans ce qui suit, nous mobiliserons la notion de trajectoire plutôt que celle de “carrière” pour autant que les trajectoires individuelles se structurent, tout au long d’une biographie, par des déplacements au sein d’espaces sociaux et, dans le cas traité, au sein du champ de la contestation sociale. Ces changements de position advenant en fonction des évolutions de la structure sociale et des positions intergénérationnelles, la notion est opératoire pour élucider les parcours biographiques des acteurs. Néanmoins la mise en évidence des modalités de l’engagement, c’est-à-dire du processus d’engagement (son “comment” au détriment de son “pourquoi”), pourrait également s’expliciter en termes de “carrière” conformément au «modèle séquentiel» de Becker (1985 :46 ; voir aussi Fillieule, 2012 ; Sommier, 2012). L’élucidation des interactions entre niveaux micro-, méso- et macrosociaux s’inscrit dans une démarche interactionniste qui place en son cœur l’analyse des carrières dans l’étude sociologique des mouvements sociaux (voir Fillieule et al., 2010 ; Sommier, 2012 :20). Notre approche y fait écho, dans la mesure où elle part des individus et de leur parcours de vie pour tenter de comprendre l’effet sur ces derniers des facteurs structurels de niveaux méso et macro mais également parce que nous convoquons l’analyse contextuelle pour comprendre les trajectoires. Or cette analyse articule les biographies aux groupes, aux réseaux d’appartenance et plus largement aux contextes sociopolitiques (voir Hairgrove/MacLead, 2008).

B. “Recherche d’identité”, “appropriation” et “amplification” identitaires

22Pour réaliser cette exploration des trajectoires militantes, nous nous som­mes appuyées sur les travaux menés par D. A. Snow et D. McAdam (2000). Ceux-ci ont mis en évidence des modes d’adaptation des individus aux collectifs ainsi que les remaniements qu’ils impliquent. Snow et McAdam distinguent plusieurs types de “travail identitaire”, lequel consiste dans l’ensemble des discours et des pratiques par lesquels l’individu se façonne lui-même (voir Alvesson/Willmott, 2002 ; Sveningsson/Alvesson, 2003). La première sous-catégorie, dite “convergence identitaire”, désigne la rencon­tre entre des individus ayant une identité sociale quasiment isomorphe avec l’identité collective d’un mouvement (voir Voëgtli, 2010 :216). Cette convergence s’opère soit par “appropriation identitaire”, soit par “recherche d’identité” : les individus s’engagent dans des mouvements dont l’identité collective est congruente avec leur identité sociale. On l’observe dans l’engagement au sein de certains mouvements religieux, pour des militants issus de traditions communiste ou antifasciste. L’ “appropriation identitaire” procède, pour sa part, de l’appropriation par des “entrepreneurs de mouvements sociaux” de réseaux de solidarité préexistants, les disposant à partager une identité commune.

23Le travail identitaire peut également passer par une construction identitaire (Snow/McAdam, 2000). Dans ce second cas, l’alignement entre identité sociale et identité collective nécessite un travail plus conséquent, allant d’un processus transformant de manière marginale la conception de soi d’un acteur à un changement radical. Dans le modèle de Snow et McAdam, la construction identitaire peut être le fruit de plusieurs processus qu’il s’agisse de l’ “amplification identitaire”, de la “consolidation identitaire”, de l’ “extension identitaire” ou enfin de la “transformation identitaire”.

24Le processus d’ “amplification identitaire” consiste dans le renforcement d’une identité préexistante congruente avec l’identité collective d’un mouvement, la première n’ayant jusqu’alors pas été suffisamment saillante pour garantir la participation et l’activisme. Le processus de “consolidation identitaire” renvoie, pour sa part, à l’adoption d’une identité qui combine deux identités personnelles préalables, jusqu’alors jugées incompatibles. Tel est le cas, par exemple, des collectifs homosexuels chrétiens. L’ “extension identitaire”, quant à elle, fait référence au déploiement d’une identité spirituelle qui devient congruente avec celle d’un mouvement social. Cette nouvelle identité embrasse pratiquement tous les aspects de la vie d’un indivi­du, qu’il soit question de religion ou d’engagement politique comme au sein du Parti communiste français (voir Pudal, 1989 ; Leclercq, 2008). Enfin, la “transformation identitaire” renvoie au phénomène d’engagement où l’acteur est en situation de “reconstruction biographique” (Snow/Machalek, 1984) ou d’ “alternation” (Berger/Luckmann, 1966), provoquant une césure nette entre l’identité préalable et celle du “converti” entré dans le mouvement.

25Afin de saisir comment le “travail identitaire” s’est opéré parmi les militants interrogés, nous avons codé les récits de l’engagement politique et exploité systématiquement les réponses aux questions suivantes : «Quand avez-vous rejoint votre organisation ?», «Comment ça s’est passé – i.e. grâce à une personne en particulier ? Dans quel contexte ?», «Pourquoi avez-vous choisi de vous engager ? Quelle signification avait pour vous l’engagement ? Quel était votre but en rejoignant cette organisation ?». L’analyse révèle que les catégories de l’«extension identitaire» et de la “transformation identitaire” n’émergent pas des récits recueillis. Les parcours s’organisent de façon prévalente autour de la “recherche d’identité”, de l’ “appropriation” et de l’ “amplification” identitaires (tableau 5).

26Le corpus étant de taille réduite, nous ne pouvons que proposer des pistes d’analyse demandant à être confirmées à partir d’une étude de type quantitatif. Il ne prétend pas à la représentativité – impossible à atteindre à partir dans une enquête qualitative d’accès difficile – mais permet d’esquisser des tendances éclairantes sur l’engagement politique armé dans le contexte étudié. En particulier, se dessine une prédominance du phénomène d’ “amplification identitaire” dans les parcours militants, suivi par celui de “recher­che d’identité”. Ces processus identitaires varient à la fois en fonction des générations d’acteurs (générations civiles) et des groupes politiques (voir en annexe respectivement tableau 6 et tableau 7).

27D’un point de vue générationnel, il apparaît que les activistes nés avant 1950 (G 1) se sont plutôt placés dans une démarche d’ “amplification” identitaire, ce qui s’explique du fait de l’absence de structure, à l’époque de leur engagement, susceptible de donner de l’envergure à leur projet ou à leurs actions. En revanche, la génération née à partir de 1950 (G 2) s’est à la fois inscrite dans un processus de “recherche d’identité” et d’ “amplification” identitaire. Cette conjonction tient, d’une part, à ce que nombre d’organisations clandestines occupent déjà, au début des années 1970, l’espace de la contestation. En ce sens, les phénomènes de “radicalisation” doivent être appréhendés de manière contextuelle, à la fois à partir des caractéristiques du groupe ou de l’individu, mais aussi à partir de «configurations sociales» plus larges (Barbut, 2012 :98). D’autre part, le phénomène d’ “amplification” identitaire vers des organisations illégales s’explique par la perception d’une forme de clôture des opportunités politiques avec, d’un côté, la constitution du “compromis historique” (septembre 1973) et le rapprochement entre le Parti communiste italien (PCI) et la Démocratie chrétienne (DC), qui marginalise politiquement la gauche extra-parlementaire. Il prend sens, d’un autre côté, au regard de la stratégie de la tension et du terrorisme d’extrême droite, se développant depuis la fin des années 1960. Ces phénomènes macrosociaux convainquent les militants d’extrême gauche de la nécessité de recourir aux armes face à la violence politique illégale de l’ennemi historique. Concernant les générations civiles, le tableau 6 vérifie les conclusions de Bosi et Della Porta : l’amplification identitaire caractérise la génération la plus ancienne (militants nés avant 1950, génération des fondateurs) et la recherche d’identité celle qui suit (militants nés après 1950).

  • 16 La méthodologie employée peut en partie expliquer cette dimension, dans la mesure où elle est tribu (...)

28L’ “appropriation identitaire” semble avoir assez peu marqué les parcours d’engagement (tableau 5 et tableau 6). Les récits biographiques font peu état de l’intervention d’ “entrepreneurs de mouvements sociaux” dans la cooptation au sein des groupes illégaux16. On peut toutefois douter que tel n’ait jamais été le cas. En effet le prestige de certains groupes comme les BR a eu pour effet d’attirer les militants à eux (selon une logique de “recherche d’identité” ; voir le témoignage de Margareth infra).

29Les Brigadistes de la “voie instrumentale” se seraient placés dans une posture de “recherche d’identité” : ils auraient

cherché le contact avec des organisations politiques violentes, approch[é] des milieux militants ou devenus plus susceptibles d’être recrutés en vue de se joindre à un militantisme armé (Bosi/Della Porta, 2012 :375 ; voir tableau 7).

30Le parcours de Margareth, née en 1950 (G 2), vers les BR est illustratif de cette démarche de “recherche d’identité“ plutôt que d’instrumentalisation de l’organisation :

À peine arrivée à Milan en 1969, de toute façon, j’avais en tête d’entrer tout de suite en communication avec les groupes politiques de ces années-là : Lotta Continua, le Movimento Studentesco ou Avanguardia Operaia. Je n’avais pas de grande préparation politique, mais le désir de m’impliquer dans tout cela était pour moi quelque chose de très important. […] À la fin de l’année 1970, par l’intermédiaire de certains amis, je me rapproche de ce qui sera par la suite l’organisation des Brigades Rouges. Ce sont les Brigades Rouges naissantes, elles ne portent pas encore ce nom, elles existent sans exister, elles n’ont pas encore d’existence publique.

31Alors que les BR, dans les années 1970 et pour les militants de la G 2, ont pu avoir un effet d’attraction, d’autres groupes, comme PL, ont été considérés, par les militants, comme un moyen de conférer plus d’ampleur opé­rationnelle à leur projet politique, dans une logique d’instrumentalisation du groupe. Dans un contexte de conflits sociaux exacerbés et de répression des groupes extra-parlementaires, des membres de LC et de Senza Tregua convergent pour se constituer en structure opérationnelle et contribuer à armer les masses. Revenant sur le premier tract constituant l’acte de naissance de PL, S. Segio souligne :

Notre intention déclarée, c’était donc non pas de devenir un contenant, mais le catalyseur d’un processus d’armement ouvrier, processus qu’on supposait déjà en acte. Si les Brigades rouges cherchaient à se légitimer en tant que direction politique des mouvements sociaux et ouvriers, en tant que guides stratégiques, depuis l’extérieur, de la classe ouvrière, au contraire, PL revendiquait, dès le premier tract, sa vocation et sa détermination à tisser un lien fort avec le mouvement, à être à l’intérieur du mouvement.

  • 17 Rappelons que les BR sont actives jusque dans les années 1980-1990 via les BR-PCC.

32Si, sur le plan individuel, les phénomènes de “recherche d’identité” et d’ “amplification” identitaire semblent prévaloir, y a-t-il selon les groupes politiques des modalités spécifiques d’intégration dans ces derniers qui justifieraient, par exemple, l’ “instrumentalisation” du collectif illégal en vue d’un projet politique particulier ? Du côté des BR, les militants rencontrés ont rejoint le groupe entre sa fondation et 197817. Ils se partagent entre fondateurs et militants “ordinaires”, principalement de la G 1 et de la G 2, ce qui peut expliquer que la catégorie “recherche d’identité” y soit plus récurrente. En revanche, du côté de PL dont les membres rencontrés sont principalement issus de la G 2, la catégorie de l’ “amplification” identitaire est davantage présente, confirmant au niveau organisationnel la logique décrite par S. Segio (voir tableau 7). L’absence d’occurrences de la “recherche d’i­dentité” ne s’explique pas que par un biais d’échantillonnage mais également parce que les membres de PL sont pour l’essentiel tous issus de grou­pes aux activités illégales, tels LC, ou d’extrême gauche comme le Comitato Comunisto per il Potere Operaio (Comité Communiste pour le Pouvoir Ouvrier – COCOPO). En 1976-1977, époque de la création de PL, ces militants de la G 2 sont rarement dans une recherche d’identité au vu du contexte sociopolitique et de la tension qui règne en Italie. Les positionnements politiques sont affirmés et tranchés.

  • 18 Sachant que parmi les organisations auxquelles appartiennent les militants rencontrés, PL est la de (...)
  • 19 À l’exception d’un enquêté né en 1933 et d’un autre né en 1944, tous les acteurs de la G 1 sont nés (...)
  • 20 Sur la notion, centrale dans la théorie des mouvements sociaux, nous renvoyons à Eisinger P. K., 19 (...)

33Si les militants à l’origine des premiers groupes clandestins (les Brigadistes de la “voie idéologique” appartenant à la G 1) ont utilisé leurs réseaux de militants pour constituer des groupes armés, les militants de la “voie instrumentale” auraient davantage exploité leur contact dans des démarches individuelles de “recherche d’identité” (Bosi/Della Porta, 2012). La logique du rapprochement avec les organisations clandestines suppose toutefois de distinguer deux dimensions : d’un côté, les modalités de cette association qui peuvent notamment passer par l’exploitation d’un “contact” avec les groupes clandestins et, d’un autre côté, les intentions et motivations. Celles-ci conduisent l’individu à chercher le contact pour des raisons d’identité individuelle mais aussi de moyens et d’actions. Parmi les militants les plus âgés que nous avons rencontrés (G 1), au sein desquels se rassemblent deux fondateurs des BR, trois de PL, un de LC, un de PO, deux leaders du mouvement autonome, respectivement à Rome et à Milan, la démarche est majoritairement celle de l’ “amplification identitaire”. En revanche, parmi les militants de la G 2, nés dans les années 1950 (N = 19), la démarche relève à la fois de cette logique mais également de la “recherche d’identité” (voir tableau 6). La majorité de ces acteurs (N = 13) a été à l’origine d’un groupe (PL en général18 mais aussi Lotta Armata per il Comunismo) ou responsable d’une colonne au sein d’une organisation plus tentaculaire (telle les BR). Parmi eux, seuls quatre individus ont “recherché” le contact au moment de rejoindre le groupe clandestin. Notre échantillon permet donc de dire que les modalités de l’intégration des groupes clandestins ne coïncide pas tant avec des formes de rapport à la violence (idéologique, instrumental ou solidariste) qu’avec des phases générationnelles (G 1, G 2) (voir tableau 6) et des époques de la lutte clandestine, avec un pivot au milieu des années 1970, à une époque où les clivages politiques et la tension en Italie sont déjà très marqués. Pour la génération née au cours de la décennie 1950, les modalités d’intégration dans les groupes clandestins s’avèrent plus diversifiées. En revanche, pour la génération précédente (décennie 1950), qui a à peine vingt ans au moment où se déclenchent les premiers mouvements sociaux en 196719, la mise sur pied de structures extra-parlementaires, dans un contexte de clôture des opportunités politiques20, est vécue comme une nécessité.

IV. L’engagement illégal individuel : rupture ou continuité ? (niveau micro)

A. L’“engagement par défaut”, une catégorie marginale

34Faut-il en déduire que l’engagement de ces militants doit être envisagé sous la modalité de la rupture plutôt que de la continuité, c’est-à-dire d’un “engagement par défaut” (Becker, 2006), dont certains auteurs ont considéré qu’il caractérisait les militants d’extrême gauche italiens (voir Sommier, 2008) ? Cette forme d’implication est caractéristique de

tout engagement réalisé sans que l’acteur en ait conscience […] [et qui] survient au travers d’une série d’actes dont aucun n’est capital, mais qui, pris tous ensemble, constituent pour l’acteur une série de paris subsidiaires d’une telle ampleur que ce dernier se trouve dans une situation où il ne veut pas les perdre (Becker, 2006 :188).

  • 21 L’entretien rétrospectif est quasi inévitable avec d’anciens membres d’organisations dites terroris (...)

35L’enquête menée s’appuie sur des récits rétrospectifs ou des autobiographies tributaires d’un inévitable effet d’illusion rétrospective21. Il n’a pas été possible de suivre les acteurs au cours de leur militantisme, pour des raisons évidentes dues à leur statut, ce qui rend délicate la mise en évidence de l’ “engagement par défaut”, c’est-à-dire d’un engagement progressif qui se serait fait sans réelle prise de conscience. Bien que l’enquête rétrospective ménage des phénomènes de mises en scène de soi et de reconstruction biographique, certains acteurs reconnaissent avoir été emportés par le flux des événements. A. Soldati (G 3) est sur ce point clairvoyante :

Si vraiment je remonte ma conscience au moment où j’ai fait des choix, je n’arrive pas à trouver le moment : je pense que c’est des choses qui se sont déroulées de façon instinctive, sans se rendre compte des conséquences : on s’engage dans ce qui nous paraît juste à ce moment-là.

  • 22 Guillermo est mineur au moment de sa première manifestation de soutien au Vietnam organisée par le (...)

36Cette réflexivité, à l’époque, limitée ne caractérise pas exclusivement les plus jeunes générations de militants (G 3), dans un contexte où des dizaines de milliers de personnes ont rejoint les mouvements extra-parlementaires, puisque Guillermo (G 2), qui entre dans le mouvement étudiant à 17 ans et dans LC à 20 ans, le reconnaît également, lorsqu’il évoque sa première action illégale22.

B. Mise en récit de soi et production d’identité

37Au-delà de ces deux occurrences, la mise en récit rétrospective suggère plusieurs modalités d’engagement coïncidant avec une articulation des temporalités individuelles, familiales et historiques. Le récit biographique est alors l’occasion d’une production d’identité. Celle-ci consiste dans la mise en cohérence d’une identité personnelle et d’une identité sociale, dans laquelle deux axes centraux interviennent : l’analyse réflexive de l’individu sur sa propre trajectoire, d’une part, et la mise en perspective – temporelle et historique – par l’acteur de cette dernière, dans le contexte sociohistori­que de son engagement passé, d’autre part. Les discours recueillis, dans le cadre d’entretiens rétrospectifs, permettent de saisir la façon dont l’acteur se construit à la fois dans un rapport réflexif, introspectif à lui-même et dans un rapport à l’histoire et au collectif qui fait de lui un acteur politique à part entière et pas seulement un “terroriste”. La mise en récit de sa propre trajectoire produit une trame temporelle, où s’opère «une mise en cohérence et une mise en perspective du récit de parcours» (Demazière, 2007 :20 ; Ricœur, 1984).

  • 23 La lutte pour le communisme menée dans la résistance au fascisme aurait été trahie par l’élite poli (...)
  • 24 Nous proposons ici des catégories idéal-typiques, alors même que certains individus ont connu un “e (...)

38Les mises en récit recueillies dessinent des types d’engagement distincts se distribuant le long d’un axe allant de la continuité à la rupture. En matière de continuité et plus précisément d’héritage, la mise en cohérence s’articule en référence à la “Résistance trahie”23. Ce motif est une constante des discours recueillis et constitue un narratif central dans les représentations des militants d’extrême gauche. Il leur permet d’inscrire leur engagement dans la continuité d’une histoire familiale24. La radicalisation violente relève alors d’un mécanisme d’interprétation de l’environnement qui justifie et/ou encourage le recours à la violence (Crettiez, 2011). Ce mécanisme se nourrit de représentations et de cadres de lecture mobilisés par les militants pour interpréter leur expérience vécue. Du côté de la rupture, une double modalité émerge faisant soit coïncider l’engagement avec un choix explicite et conscient, soit avec des phénomènes de “prise de conscience”. Chacune de ces catégories s’associe à des mises en perspective temporelles des parcours. Y sont décisifs aussi bien le choix des événements considérés comme significatifs que leur qualification. De la sorte, s’articulent respectivement les dimensions syntagmatique (choix des épisodes à raconter) et paradigmatique (choix des catégories pour les raconter) (voir Benveniste, 1974). La qualification des attentats de la Piazza Fontana (1969) et de la gare de Bologne (1980) sous la terminologie des “massacres” d’État joue un rôle central, comme le récit de Margareth le met en exergue :

  • 25 Le terme de strage (massacre) en italien est passé dans le langage courant pour désigner les attent (...)
  • 26 Sur cette thématique, voir Matard-Bonucci M-A., 2010.

Il y a eu aussi, c’est sûr, le “massacre”25 de Piazza Fontana, qui est un tournant, surtout en ce qui concerne le sujet de la violence, c’est-à-dire sur la quasi nécessité de recourir à la violence pour affirmer ses droits et un projet politique. Oui, c’est ça, une sorte d’obligation, sans quoi rien n’est possible. Ce sont les années pendant lesquelles on parle de “Résistance trahie”, qui renvoie à toutes les années depuis la Libération. Il y a donc pendant ces années, disons, une grande identification avec le mouvement de la Résistance et avec certains résistants26.

39Aux antipodes de l’ “engagement par défaut”, certains récits rétrospectifs font valoir la décision collective du choix de la lutte armée. Cette décision concerne aussi bien le fait de rejoindre une organisation clandestine que le recours aux armes. Dans les deux cas, il s’agit d’un choix réactif conçu et posé comme une réponse à une situation donnée dans un contexte de tension sociale exacerbée. Évoquant la succession de coups d’État à travers le monde entre 1969 et 1973, Federico (BR) estime qu’

en ce qui [me] concerne moi et les gens que j’ai connus à l’époque, c’était une décision rationnelle. Bien entendu une décision rationnelle fondée sur une indignation absolue. Car la décision rationnelle ne suffit pas, on doit être vraiment fâché pour dire “je vais vous montrer”. Dans certaines limites évidemment, car ça c’est l’autre aspect : chacun était conscient de signifier peu, et d’être faible, donc ce n’est pas comme si l’on s’opposait par arrogance [iattanza], on s’opposait parce qu’on ne voyait pas d’autres solutions.

  • 27 Voir tableau 6.
  • 28 Y compris lorsque les individus se sont dissociés (plutôt que repentis), ils assument fréquemment l (...)

40Ce “choix rationnel” est au principe d’une rupture biographique ou, plus précisément, d’une bifurcation biographique (Tarragoni, 2012). Cependant il s’agit moins d’une rupture que de l’émergence d’une nouvelle identité, perçue comme difficilement réversible ou questionnable, dans le contexte où la décision se trouve prise. La bifurcation coïncide avec l’adhésion à une croyance “totale” que l’on peut saisir dans le cadrage de l’Italie de l’époque. Les tensions sociales et politiques aussi bien dans le contexte de l’usine, entre factions politiques comme sur le plan politique national conduisent à des logiques, à des clivages représentationnels majeurs (i.e. à des “cadra­ges”). Cette bifurcation biographique donne parfois lieu à une reconversion identitaire (Tarragoni, 2012). On peut toutefois douter que, dans le cas de militants au très long parcours politique27 et en dépit de leur jeunesse, on se trouve face à un processus d’ “alternation”, c’est-à-dire à une transformation “quasi-totale” de la réalité subjective qui conduit l’individu à “devenir autre”, en adhérant à un “nouveau monde” subjectif. Les analyses précédemment proposées (confer III.) contribuent à écarter cette hypothèse. La transformation subjective de soi, mise en mots, constitue plutôt une étape dans une dynamique qui se veut irréversible, au moment où elle advient, mais dont la création de la figure du repenti a montré que tel est loin d’être toujours le cas28.

41Ce serait omettre la complexité de l’engagement illégal, avec tous les risques et les coûts qu’il implique, ainsi que les mécanismes dont il résulte que de considérer qu’il peut être rapporté à une date ou à un événement clef qui serait susceptible, en soi, d’expliquer l’engagement. Dès lors, il n’y a pas lieu de s’étonner que certains militants peinent à mettre en exergue cette date ou cet événement décisif dans leur trajectoire politique. Ce sont le plus souvent plusieurs événements, “une série d’actes” qui prennent sens les uns par rapport aux autres, à la manière de sédiments qui façonnent une carrière atypique par des effets de seuil mais aussi parfois de hasard. Même lorsque l’acteur institue au principe de son engagement un événement paradigmati­que, tel l’attentat de la Piazza Fontana fondateur de la stratégie de la tension, le récit montre qu’il s’inscrit dans un faisceau de faits et d’incidents, construisant une représentation du monde et nourrissant une disposition à l’action. Le discours de M. F. (LC), répondant au sens de son engagement, permet de le saisir :

L’organisation illégale armée, ce n’est pas quelque chose que nous avons choisi. Du moins c’est comme ça qu’on le vivait. C’était quel­que chose qui nous était imposé par les circonstances historiques. Rends-toi compte que Piazza Fontana était considérée de manière universelle comme le début de tout, l’origine de toute cette histoire. Un truc particulièrement vrai dans mon cas. Je suis né véritablement ce jour-là, quand la bombe a explosé, c’était le jour de mes 14 ans. […] C’était vraiment la perte de l’innocence.

42La «perte de l’innocence», que Margareth souligne également (voir supra), est certes incarnée par l’attentat du 12 décembre 1969 mais elle s’inscrit surtout sur l’horizon de la prise de conscience d’une collusion de l’État avec l’ennemi politique (l’extrême droite), de la partialité de la justice, du rôle des services secrets et des États-Unis en Italie, de la forclusion des opportunités politiques pour toute contestation extra-parlementaire (macro→micro). Les récits tendent donc à placer en exergue une séquence temporelle singulière, investie d’une signification spécifique. S’y associe une “croyance totale” qui s’incarne, pour les personnes interrogées, de façon récurrente dans l’adhésion à une idéologie révolutionnaire, la croyance en la possibilité d’un basculement politique majeur, dans le rôle conféré à l’extrême droite et au danger du redéploiement du fascisme dans l’Italie de l’époque (macro→micro).

43Dans ces récits, la mise en cohérence de la signification du passé, du récit biographique et de l’engagement repose soit sur la référence à la résistance soit sur l’évocation du “massacre” d’État dont l’attentat de 1969 est emblématique. Les catégories convoquées dans les récits ne sont pas purement descriptives mais sont associées à des normes et à des valeurs, affectées de jugements de possibilité et de volonté. «La trame temporelle n’est pas seulement une évocation du passé, du présent, de l’avenir, elle est aussi une narration, “un processus créateur de valeurs” (Greimas, 1970), elle implique des prises de position sur les catégories et leurs relations : jugements de valeur, de condition, de possibilité, etc.» (Demazière, 2007 :12). Lorsque la mise en cohérence produit une mise en perspective, elle confère un rôle spécifique aux effets de contextualisation qu’ils soient familiaux ou sociohistoriques, en l’occurrence relatifs à l’engagement familial ou au contexte soit “prérévolutionnaire”, soit de danger du retour imminent du fascisme. L’agencement temporel – qui résulte de la sélection de certains événements par le locuteur qu’il s’agisse des “massacres” d’État, des attaques de l’extrême droite ou d’épisode de répression – permet de donner une significa­tion à ce qui est arrivé, en l’occurrence à son engagement. Toutefois la convergence des récits et les effets de triangulation dévoilent le rôle particulier joué par certains événements.

44Ces mises en récit et en cohérence permettent à la fois de dégager les catégories de sens à partir desquelles les acteurs confèrent une signification à leurs parcours individuels – telles la résistance –, de relire de façon criti­que les interprétations sociologiques courantes de l’entrée en radicalité, en remettant en cause la thèse de l’ “engagement par défaut” dans le cas italien. Ils contribuent également à ouvrir l’analyse vers une étude du travail identitaire s’opérant à travers les mises en mots de la continuité des parcours ou de leur rupture. Ces mises en mots imposent de reconsidérer la catégorie de “rupture” pour aborder les “carrières” militantes, y compris lorsqu’elles impliquent le passage à la clandestinité et l’usage des armes. En effet, on ne “bascule” pas dans la lutte armée ni ne “tombe” dans le terrorisme mais on y «arrive par paliers successifs», «consécutifs à de “petits” choix successifs» (Sommier, 2012 :23).

45Pourtant l’adhésion aux BR a souvent été lue comme une rupture avec le milieu familial (Bosi/Della Porta, 2012 :371). Il est pourtant assez rare, dans les récits biographiques, que cette notion fasse l’objet d’une réappropriation par les principaux intéressés. Pour cette raison, elle demanderait à être reconsidérée : 1. d’une part, parce qu’une partie des membres des BR et des autres groupes illégaux provenaient de familles communistes ou résistantes (Guibet Lafaye, 2021). Ce bain familial intervient de façon récurrente, au sein des groupes illégaux, à quel que soit le niveau de responsabilité des acteurs et jusque dans les plus jeunes générations, comme A. Soldati (G 3), “simple” membre de PL, le rappelle. 2. Ensuite si le fait d’entrer dans la clandestinité constitue certes une rupture, il s’agit surtout d’une disjonction fonctionnelle imposée par des exigences de sécurité, dans la logique militaire et clandestine de ces groupes. 3. Enfin d’un point de vue biographique, il n’y a pas lieu de parler de “rupture” car le choix de la lutte armée, pour l’extrême gauche européenne au moins, s’inscrit toujours dans la continuité de parcours d’engagement politique de longue durée (voir tableau 8 ; Guibet Lafaye, 2019 ; Guibet Lafaye, 2021 : hal-03340003). Si donc, pour une part, on peut parler de “rupture avec le milieu familial”, dans la mesure où la clandestinité interdit ou presque de rencontrer sa famille, en revanche, pour une autre part, on ne peut parler d’une telle “rupture”, dès lors que l’individu s’inscrit, par son engagement, dans une histoire familiale de lutte et de résistance.

V. Structuration horizontale et réseaux affinitaires (niveau méso)

A. Continuité des parcours vs. rupture

46La continuité de ces trajectoires s’explique également par le fait que la quasi-totalité des militants rencontrés a eu une formation politique avant d’entrer dans les réseaux clandestins et étaient insérés antérieurement dans un maillage militant particulièrement actif sur la scène politique (voir tableau 8).

47On ne peut donc considérer que les militants de la “voie idéologique” qui, dans la recherche de Bosi et Della Porta coïncide avec la première génération des activistes clandestins, bénéficient de meilleures ressources méso-organisationnelle (i.e. en termes de réseaux) ainsi que d’une meilleure formation politique du fait de leur mobilisation politique antérieure (Bosi/Della Porta, 2012 :371). Les militants de cette voie n’étaient pas nécessairement, pour ces raisons, «mieux disposés pour devenir les leaders de ces groupes» (Ibid.) sauf à vouloir proposer une représentation du leader de groupe clandestin comme “chef de bande”, usant de ses réseaux pour parvenir à ses fins. En revanche, il est indéniable que les groupes à l’échelle locale aussi bien que sur le maillage territorial se sont constitués à partir de réseaux d’affinité, que ce soit à la fin des années 1960 ou au cours des années 1970. Le plus souvent, leurs racines remontaient assez loin dans le passé des acteurs (voir par exemple la constitution de la branche milanaise de PO évoquée par M. F.).

  • 29 Revenant sur l’émergence de PL, S. Segio conclut : «En ce qui me concerne, il n’y a pas eu d’“entré (...)

48Certains militants vont même jusqu’à mettre en question la référence à “l’entrée” dans le groupe clandestin, tant la continuité des parcours prévaut sur les effets de rupture, surimposés par une approche analytique extrinsè­que29. On observe, y compris parmi des individus qui ont pris des distances avec leur engagement passé, l’expression très marquée d’un sentiment de continuité dans les trajectoires. De même au vu de l’ampleur du mouvement social et de la multiplicité des organisations extra-parlementaires, on peut douter que les “leaders” ou acteurs de la “voie idéologique” (G 1) aient, à eux seuls, «assuré aux groupes armés une continuité idéologique et organisationnelle avec les luttes précédentes» (micro→méso) (Bosi/Della Porta, 2012 :371). Les activistes qu’ils soient cadres ou simples militants passent continûment d’une organisation à l’autre. La “continuité” idéologique et organisationnelle ne relève pas exclusivement des cadres des organisations d’autant que nombre d’entre elles se donnaient aussi pour objectifs l’intégration des lycées et des usines, dans le but de venir en appui aux revendications de la base sociale. Les acteurs passent d’une organisation à l’autre, la continuité se construisant plutôt au niveau méso. L’élucidation de la continuité des engagements et les transitions organisationnelles (PL est formé par des militants venant de LC et de Senza Tregua ; certains membres de l’Autonomie ou de PO ont rejoint les BR ; une large part de PO est passée à l’Autonomie) souligne la complexité des interactions entre niveaux micro- et méso. La dynamique collective, sur laquelle les événements de niveau macrosocial ont un effet de catalyseur, pèse très fortement sur les engagements individuels.

B. Fluidité et continuité organisationnelles

49En effet, à la fin des années 1960 des formations opéraïstes comme PO et LC voient le jour. Elles mènent une critique du PCI et du parlementarisme, tout en promouvant une stratégie révolutionnaire. À la suite à leur dissolution, respectivement en 1973 et en 1976, se structure, dès 1975, un espace politique autour de la revue Senza Tregua et des Comités communistes pour le pouvoir ouvrier (Comitati comunisti per il potere operaio). Après l’éclatement de Senza tregua et de sa mouvance politique, dont la rupture est formalisée en octobre 1976, plusieurs militants créent le Comitato dei Comunisti Rivoluzionari (CoCoRi - Comité des Communistes Révolutionnaires) et d’autres les Unità Comuniste Combattenti (UCC - Unités Communistes Combattantes). Certains partent vers le mouvement de l’Au­tonomie ouvrière tandis qu’une partie des militants de LC fonde, en 1976, PL à la suite des congrès de Salò et de San Michele a Torri.

50Paolino, par exemple, est passé par la Federazione Giovanile Comunista Italiana (FGCI - Fédération de la Jeunesse Communiste Italienne), le PDUP (Parti d’unité prolétarienne pour le communisme), Autonomia Operaia, puis à Milan par le Circolo del proletariato giovanile. Ensuite «avec quel­ques camarades», il a construit Lotta armata per il comunismo, puis les Nuclei armati comunisti (NAC) – l’interaction entre les niveaux micro et méso étant ici encore à l’œuvre. Lorsque les NAC se sont dissous, Paolino a constitué, avec d’autres, la Brigata Antonio Lomuscio. Puis il est entré dans le Progetto Metropoli, en lien avec les Nuclei Armati per il contropotere territoriale de Bergame. De même, Melchior témoigne de la constitution des Comiati Comunisti per il potere operaio, en 1975, avec certains membres de LC, ce qui atteste à la fois d’une dynamique collective de niveau méso et d’une incontestable continuité organisationnelle via les migrations militantes. E. B. souligne également que c’est «avec tout un courant [une mouvance]» qu’il a quitté LC et s’est organisé autour de la revue Senza Tregua puis qu’il a, avec “son groupe”, formé le Comitato dei Comunisti Rivoluzionari (CoCoRi).

51On peine donc à identifier, à partir des récits rétrospectifs, des figures de leaders qui se dégageraient et auraient un rôle moteur, d’entraînement sur la mobilisation. L’effet du micro sur le méso est moins net que les interrelations et les synergies entre ces plans. Le schéma d’une influence directe et exclusive d’un leader est d’autant moins crédible, dans le cas de l’Italie, que chaque groupe extra-parlementaire est doté d’une sous-branche dans les villes politiquement les plus actives du pays (Milan, Rome, Naples, Bo­logne, Turin, Florence, Gênes, Bergame, Brianza). On note, en revanche, au niveau opérationnel une continuité des fonctions, les acteurs persistant à mettre au service de la lutte les compétences qu’ils ont développées dans leurs activités passées (micro→macro). Le passage d’E. B. des services d’ordre lycéens aux formations armées est, de ce point de vue, illustratif.

  • 30 Qui coïncide pour une large part avec les militants de la “voie idéologique” de l’étude de Bosi L. (...)

52La façon dont les activistes de la décennie 1950 (G 2) s’organisent est donc comparable à celle de la première génération de militants (G 1)30 : un groupe d’amis, l’interconnaissance constitue la base à partir de laquelle va émerger une nouvelle structure, une dynamique collective à laquelle d’au­tres acteurs viendront s’agglomérer. Ces processus ne dépendent pas tant d’effets générationnels qu’ils ne sont appelés par les exigences qu’imposent l’illégalité et la clandestinité. M. F. en témoigne :

Quand je regarde rétrospectivement mon histoire, je me dis : “moi, d’une manière ou d’une autre, je ne pouvais pas ne pas finir dans la lutte armée”. À l’école par les ex- de PO, et dans mon quartier par mes amis de LC. On parle d’amis que je connaissais depuis le catéchisme, des amis d’enfance, qui avaient mis sur pied un collectif de LC qui adhère ensuite au projet qui portera à la naissance de PL. Des amis très proches, des gens que je fréquentais après les cours.

  • 31 Voir Margareth, Alexandra, M. B., Guillermo, Paolino, P. Margini. Comme le souligne Alberto Frances (...)

53Nombreux sont les acteurs, à travers toutes les générations, à reconnaître le rôle clef de ces amitiés31. Les récits rétrospectifs permettent de saisir la façon dont se constituaient le maillage des organisations illégales sur le territoire italien. Ils soulignent, en premier lieu, l’interaction réciproque entre niveaux micro et méso et permettent d’enrichir l’appréhension des parcours individuels vers l’illégalité. Comme Paolino et P. Margini le mettent en exergue, «on ne décide pas en tant qu’individus mais en tant que groupe» d’entrer dans la lutte armée.

C. Dissolution de l’individuel dans le collectif

54P. Margini (G 2) confirme ce fonctionnement collectif. Ce dernier traduit une inscription voire une résorption du choix individuel dans une logique collective, fondamentale dans l’émergence des groupes illégaux italiens (micro→méso et méso→micro) que l’on retrouve de la fin des années 1960 aux années 1980 :

Ça n’a pas été un choix seulement personnel. J’ai vraiment mûri avec les autres, et en pratique, on disait : “aujourd’hui, on va faire ça…”, on discutait : “c’est le moment de faire ceci”, donc les facteurs personnels n’ont peut-être pas joué.

  • 32 Dont la mesure emblématique est la loi n°34 du 18 février 1987 (Misure a favore di chi si dissocia (...)

55L’engagement dans l’action illégale voire violente peut alors résulter de l’interaction avec les membres du groupe, d’une forme d’isolement avec la société globale – notamment lorsque sont embrassées des stratégies clandestinité – ou encore de la dynamique interne du groupe (Khosrokhavar, 2014 :23). Avant que les lois spéciales ne rompent les solidarités et n’introduisent les dissociations à partir des années 198032 (macro→méso ; macro→micro), les organisations militantes se sont nourries de ces interactions, des liens d’amitiés et d’interconnaissance, persistant au fil des années. D’une structure à l’autre, on retrouve les mêmes noyaux militants participant souvent à leur émergence puis à leur développement. P. Margini qui, au début des années 1970, passât de l’Autonomie ouvrière à LC puis PL retrace ces évolutions :

On a fondé ensemble l’organisation. Enfin ça concerne le groupe de Sesto, une partie de ceux qui étaient dans le cercle Lénine, des personnalités qu’on va retrouver ensuite à chaque étape du processus. On utilisait des sigles comme Lotta Armata per il Comunismo, des choses de ce genre-là, pour revendiquer des opérations diverses, à commencer par l’incendie des voitures de certains contremaîtres, des choses de ce genre-là d’abord, puis de plus en plus importantes. […] Au final, c’est à ce groupe d’origine que ce sont ensuite ajoutés les autres, et donc c’est petit à petit qu’on a ensemble fondé… à tel point qu’on pourrait dire en quelque sorte que PL a été non seulement une organisation révolutionnaire, mais aussi une expérience de communauté combattante.

  • 33 Une fois le pas de la clandestinité passé ainsi que de l’action risquée, l’amitié se voit entretenu (...)

56L’amitié constitue un opérateur et une médiation dans les interactions entre les niveaux micro et méso. Elle est mentionnée dans 12 entretiens sur 33 (i.e. un tiers d’entre eux) comme ayant eu un rôle central dans les trajectoires militantes (méso→micro). Ainsi ce ne sont pas que dans leurs phases initiales que «les groupes armés ont exploité les liens sociaux et affectifs préexistants aux processus de recrutement» (Bosi/Della Porta, 2012 :371). Ces liens sont opérationnels à toutes les époques du recrutement et de la vie des groupes illégaux (voir le témoignage d’A. Soldati). Dans certains cas, l’amitié facilite la convergence du militant vers le groupe. Dans d’autres cas, les “groupes d’amis” sont au principe de la création de cellules ou de formations, telles Circolo Lenin ou Senza Tregua en 1975. Ces dynamiques ont conduit à conclure que les dispositions individuelles des acteurs importent moins que les liens qui les relient aux «autruis significatifs» (Foote, 1951)33. Si l’amitié et les rapports avec le groupe endogène sont forts, il convient toutefois de ne pas négliger l’inscription de ces dynamiques microsociales dans un mouvement plus général, porteur d’un désir de réforme sociale qui a marqué l’ensemble de l’Italie de la fin des années 1960 et des années 1970 (macro→micro ; macro→méso).

  • 34 Le cas des BR est notoire. Nous l’avons également vérifié pour PL.
  • 35 Voir les souvenirs d’A. Stella (2016).

57De ce point de vue, on ne peut attribuer aux seuls militants de la “voie solidariste” l’appréhension du groupe de pairs en termes de “seconde famille” (Bosi/Della Porta, 2012 :381), cette figure étant également présente chez les militants “idéologiques” à l’origine de la constitution des groupes clandestins34. De la même façon, les modes de vie imposés soit par ces for­mes de “professionnalisation de la militance”35, soit par les choix de vie portés par le contexte de l’époque tendent à faire du groupe de pairs la “nouvelle famille” avec laquelle l’ensemble de l’existence des acteurs s’organise que ceux-ci soient avancés dans la préparation des actions militaires ou, plus simplement, adhèrent aux modes de vie en vogue dans l’Autonomie. Giuseppe retrace bien l’esprit propre aux années 1960-1970 :

Peut-être l’une des choses les plus déterminantes de mon engagement politique, c’était le fait qu’à l’époque en même temps, on construisait une vie complétement différente et nouvelle. Donc c’était… la dynamique du groupe, les tentatives de renouveler nous-mêmes, à partir déjà de la fin des années 60, les réseaux avec les autres, et de vivre différemment, de se sentir essayer de compléter notre vie qui a été peut-être l’un des facteurs les plus importants de mon engagement au niveau personnel. Après au niveau idéologique, évidemment l’injustice sociale, la situation des ouvriers, des jeunes dans les banlieues – parce qu’il y avait déjà là des problèmes, la drogue, etc. – était un moteur moral [il souligne] très très important. Donc il y avait pour moi, deux moteurs, un directement personnel : comment vivre différemment ; et l’autre, évidemment, idéologique : il faut [idem] changer la société.

58Cette dimension doit être prise en compte afin de ne pas projeter une vision mythifiée de la communauté illégale fermée. Le groupe de pairs est appréhendé comme une “nouvelle famille”, pas seulement du fait d’une réduction des liens sociaux, imputable à la clandestinité et à une forte dépendance structurelle à l’organisation. Les groupes extra-parlementaires sont, pour la plupart, des collectifs où s’organisaient la vie et les luttes politiques quotidiennes en un nouvel environnement de vie plus général.

59Le fonctionnement identitaire imposé par le recours à des moyens illégaux n’induit pas des formes de lutte exclusivement constituées autour de la «défense de cette communauté» (Bosi/Della Porta, 2012 :381), y compris parmi les plus jeunes générations. Quand bien même cette communauté serait définie comme l’univers des militants d’extrême gauche, ce serait oublier qu’une large part des luttes menées est avant tout orientée vers le soutien et la défense de la classe ouvrière (macro→méso ; méso→macro). Cette intentionnalité est explicite dans PO, dont l’un des fondateurs estime que «Nous, on suivait les ouvriers» (Théodore), mais aussi dans PL et l’Autonomie. La reconnaissance de l’appartenance à une “nouvelle famille” ne signifie pas un repli sur cette dernière. L’Autonomie ouvrière s’est constituée de façon horizontale, à partir de comités ouvriers ou de quartiers, dans les villes du nord de l’Italie en particulier, sans structure pyramidale, mais autour de comités dirigeants de type collectif. Le parcours d’un de ses fondateurs, Giuseppe, montre bien cette présence constante à l’usine : sorti de PO en 1973, Giuseppe «[…] contribue, avec d’autres camarades, au mouvement de l’Autonomie ouvrière à Milan»,

J’étais déjà en contact dans PO avec les groupes ouvriers autonomes, c’était des comités autonomes de la Pirelli, Siemens. J’ai travaillé avec l’Assemblé autonome de l’Alfa Roméo : j’étais médecin du travail, donc particulièrement impliqué du point de vue moral et éthique dans la situation ouvrière.

  • 36 Sur la constitution de PL à partir de l’usine, voir Galmozzi C., 2019, p.32.

60Ainsi Giuseppe participa au renforcement organisationnel des collectifs de base de l’Autonomie, qui existaient dans les grands pôles industriels, ainsi qu’à leur coordination sur le plan national. Il fut également l’un des fondateurs du journal de l’Assemblée autonome de l’Alfa Romeo, Senza Padroni36. Ainsi le poids du collectif sur l’option individuelle de l’illégalité paraît assez notable dans les trajectoires de nombre de militants italiens de l’époque (méso→micro).

VI. Conclusion

61L’analyse des trajectoires des acteurs des luttes extra-parlementaires italiennes des années 1960-1980 contribue à mettre en lumière le travail identitaire qui sous-tend le passage d’un engagement politique légal vers la clandestinité. Bien que l’ “appropriation identitaire” par les organisations clandestines ait eu une réalité, notre enquête n’a pu mettre en évidence son rôle secondaire, tout en soulignant a contrario et de façon originale la prégnance des dynamiques collectives d’engagement. Le passage vers la clandestinité semble ainsi reposer majoritairement sur des logiques d’ “amplification identitaire” et, dans une moindre mesure, de “recherche d’identité”. L’importance de la première tient, dans le cadre de notre enquête, au fait d’avoir rencontré nombre de cadres ou de responsables de ces collectifs mais se comprend également du fait de l’engagement initial des acteurs : ceux-ci embrassent l’action illégale en vue de se donner d’autres moyens politiques que ceux autorisés par la voie démocratique.

62La recherche menée permet de réévaluer les conclusions d’études précédemment réalisées sur des échantillons plus restreints de militants clandestins italiens ainsi que sur le type de récit que la littérature secondaire tend à proposer de la formation et de l’évolution des groupes armés illégaux dans la péninsule. En particulier, notre enquête suggère que les modalités de l’intégration dans les groupes clandestins ne coïncide pas tant avec des formes de rapport à la violence (idéologique, instrumental ou solidariste ; Bosi/Del­la Porta, 2012 :362) qu’avec des phases de la lutte politique et des vagues générationnelles, selon que les acteurs sont nés à la fin des années 1940 ou dans les années 1950 (voir tableau 6).

63Le fait que la participation au Mouvement soit facilitée par des liens familiaux ou amicaux puis s’intensifie avec l’expérience quotidienne de confrontations violentes avec la police et les groupes d’extrême droite coïncide avec des caractéristiques communes à d’autres processus de radicalisation, mis en évidence par la littérature secondaire (Della Porta, 2013 :117 ; Guibet Lafaye, 2020). On observe, dans le cas italien, que les fondateurs de groupes clandestins viennent souvent de familles engagées politiquement, dans lesquelles ils ont été socialisés à des valeurs spécifiques et qui les ont nourris de récits et de narratifs spécifiques (Guibet Lafaye, 2021). En revanche, l’engagement dans l’extrême gauche illégaliste italienne ne permet pas de conclure que le recrutement dans le groupe de pairs, au sein de la seconde génération, se produit à un rythme plus soutenu, impliquant des activistes souvent très jeunes (Della Porta, 2013 :117). En effet, l’ensemble des individus rencontrés ont commencé leurs activités politiques durant l’adolescence ou le jeune âge adulte, comme il était commun à l’époque.

64S’il existe bien une “continuité” idéologique et organisationnelle entre groupes extra-parlementaires et au sein de la lutte elle-même, elle est loin d’être uniquement le fait des cadres des organisations. Les acteurs se déploient d’une organisation à l’autre (confer V.B) mais la continuité se joue plutôt au niveau méso, via les collectifs ayant émergé et se perpétuant au fil du temps. L’organisation et le fonctionnement collectifs ont joué un rôle structurant dans le déploiement des luttes illégales italiennes des années 1960-1980. En particulier, nombre d’enquêtés attestent de décisions collectives d’engagement dans la clandestinité, au point de laisser se dessiner une résorption du choix individuel dans des dynamiques collectives d’engagement. On perçoit ainsi l’influence du niveau méso sur le plan micro. Ce sont alors bien des dynamiques qui ont un rôle structurant et moteur dans les options individuellement prises vers la clandestinité et les bifurcations biographiques.

65Dans le cas italien au moins, la catégorie de “rupture” biographique doit donc être maniée avec précaution. Là où une description extrinsèque ou analytique envisage l’émergence d’une nouvelle identité – du nom d’un passage à la clandestinité et de l’usage des armes –, les acteurs interprètent leur parcours et ces choix en termes de continuité, que celle-ci s’enracine dans un horizon familial marqué par l’engagement ou bien dans des adhésions politiques prises très jeunes. Au cours de l’entretien semi-directif même rétrospectif, l’enquêté procède à une mise en récit et en cohérence. Il esquisse des catégories de sens à partir desquelles il confère une signification à son parcours, qu’il s’agisse de la résistance, de la révolution, de la défense de la classe ouvrière, de la lutte contre le fascisme ou du désir de vivre une vie meilleure. Ces mises en récit autorisent une relecture critique des interprétations sociologiques courantes de l’entrée en radicalité, telles l’“engagement par défaut” qui, dans le cas italien, semble fortement minoritaire eu égard à l’“amplification identitaire”.

Haut de page

Bibliographie

Alvesson M., Willmott H., 2002, “Identity regulation as organizational control: producing the appropriate individual”, Journal of Management Studies, vol.39, n°5, pp.619-644.

Balzerani B., 2017, Camarade Lune, Paris, éditions Cambourakis [1998].

Barbut M., 2012, “ ‘Qui sont les terroristes ?’ Lutte de classement autour de la radicalité mapuche”, Lien social et Politiques, n°68, automne, pp.79-100.

Becker Howard S., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 [1963].

Becker Howard S., 2006, “Notes sur le concept d’engagement”, Tracés. Revue de Sciences humaines, vol.11, mis en ligne le 28 septembre 2008.

Benveniste E., 1974, Problèmes de linguistique générale, tome II, Paris, Gallimard.

Bobbio L., 1988, Storia di Lotta Continua, Milan, Feltrinelli.

Bosi L., Della Porta D., 2012, “Micro-mobilization into Armed Groups: Ideological, Instrumental and Solidaristic Paths”, Qual. Sociol., vol.35, pp.361-383.

Bottger A., Strobl R., 2003, “Potentials and limits of qualitative methods for research on violence”, in Heitmeyer W., Hagan J. (eds.), International Handbook of Violence Research, Dordrecht, Kluwer, p.1203-1218.

Chamberlayne P., Bornat J., Wengraf T., 2000, “Introduction: the biographical turn”, in Chamberlayne P., Bornat J., Wengraf T. (eds.), The Turn to Biographical Methods in Social Science, Oxon, Routledge, pp.1-30.

Crettiez X., 2006, Violence et nationalisme, Paris, Odile Jacob.

Crettiez X., 2011, “ ‘High risk activism’: essai sur le processus de radicalisation violente (première partie)”, Pôle Sud, vol.1, n°34, pp.45-60.

Curcio R., 1994, La mappa perduta, Rome, Edizioni Sensibili alle foglie.

Curcio R., Scialoja M., 1993, À visage découvert : entretiens avec Mario Scialoja, Paris, Éditions Lieu commun.

Della Porta D., 1995, Social Movements, Political Violence and the State, Cambridge, Cambridge University Press. 2013, Clandestine Political Violence, Cambridge, Cambridge University Press.

Demazière D., 2007, “À qui peut-on se fier ? Les sociologues et la parole des interviewés”, Langage et société, vol.3, n°121-122, pp.85-100.

Dogliani P., 1982, “Una nuova generazione di militanti tra Prima e Seconda Interazionale: il caso delle Giovani guardie belghe (1886-1914)”, Movimento operaio e socialista, n°2, pp.187-207. 1994, “Générations et révoltes au XXème siècle dans l’histoire et l’historiographie italiennes”, L’Homme et la société, n°111-112, pp.67-76.

Eisinger P. K., 1973, “The Conditions of Protest Behavior in American Cities”, American Political Science Review, vol.67, 1973, pp.11-28.

Filion L. J., Akizawa H., 2012, “La méthode biographique. Méthodes de recherche”, Revue internationale de psychosociologie, vol.XVIII, n°44, pp.117-146.

Fillieule O., 2012, “Le désengagement d’organisations radicales. Approche par les processus et les configurations”, Lien social et Politiques, n°68, pp.37-59.

Fillieule O., 2015, “Disengagement from radical organizations: A Process and Multi Level Model of Analysis”, in Klandermans B., van Stralen C. (dir.), Movements in times of transition, Minnesota, University of Minnesota Press.

Fillieule O., Agrikoliansky É., Sommier I., 2010, Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, 2010.

Foote N. N. 1951, “Identification as a basis for a theory of motivation”, American Sociological Review, vol.16, pp.14-21.

Franceschini A., 2005, Brigades rouges. L’histoire secrète des BR racontée par leur fondateur, (entretien avec Giovanni Fasanella), Paris, Éditions du Panama [1988].

Gallinari P., 2009, Un contadino nella metropoli. Ricordi di un militante delle Brigate Rosse, Milan, Bompiani.

Galmozzi C., 2019, Figli dell’officina. Da Lotta continua a Prima linea: le origini e la nascita (1973-1976), Rome, Derive e approdi.

Gardella É., Monnet É., 2006, “Éditorial”, Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 11 | 2006, mis en ligne le 11 février 2008, consulté le 27 mai 2017.

Gozzini G., 1979, Alle origini del comunismo italiano. Storia della Federaziotu! giovanile socialista (1907-1921), Bari, Dedalo.

Grandi A., 2007, L’Ultimo Brigatista, Turin, BUR.

Greimas A. J., 1970, Du sens, Essais sémiologiques, Paris, Seuil.

Guerri G., 1983, Patrizio Peci. Io, lInfame, [Guerri G. B. a cura di], Milan, Mondadori.

Guibet Lafaye C., 2019, Armes et principes. Éthique de l’engagement politique armé, Paris, éd. du Croquant.

Guibet Lafaye C., 2020, Conflit au pays basque : regards des militants illégaux, Bruxelles, Peter Lang.

Guibet Lafaye C., 2021, “L’engagement illégal : facilitating et precipating factors. Le cas de l’Italie des années 1960-1980”, Terrains/Théories, n°13, juin, https://doi.org/10.4000/teth.3573.

Gurr T. R., 1970, Why Men Rebel?, Princeton, Princeton University Press.

Hairgrove F., Maclead D., 2008, “Circles Drowing Toward High Risk Activism”, Studies in Conflict and Terrorism, n°31, pp.399-411.

Horgan J., 2006, “Understanding Terrorism: Old Assumptions, New Assertions, and Challenges for Research”, in Victoroff J., (ed.), Tangled Roots: Social and Psychological Factors in the Genesis of Terrorism, Amsterdam, IOS Press/NATO Public Diplomacy Division, (Nato Security through Science Series – E: Human and Societal Dynamics, vol.11), pp.74-84.

Horgan J., 2011, “Interviewing the terrorists: reflections on fieldwork and implications for psychological research”, Behavioral Sciences of Terrorism and Political Aggression, iFirst Article, pp.1-17.

Khosrokhavar F., 2014, Radicalisation, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Krueger A. B., Maleckova J., 2002, Education, Poverty, Political Violence and Terrorism: Is there a Causal Connection?, Cambridge, National Bureau of Economic Research.

Laperrière A., 1997, “Les critères de scientificité des méthodes qualitatives”, in Poupart J. et al. (dir.), La recherche qualitative : enjeux épistémologiques et méthodologi­ques, Boucherville (Québec), Gaëtan Morin éd, pp.376-389.

Lia B., Skjolberg K., 2005, Causes of Terrorism: An Expanded and Updated Review of the Literature, FFI/RAPPORT-2004/04307, rapport déclassifié, Norvège, 28/06/2005.

Matard-Bonucci M-A., 2010, “Des usages de l’antifascisme et de la Résistance par les Brigades rouges”, in Lazar M., Matard-Bonucci M-A. (dir.), L’Italie des années de plomb : le terrorisme entre histoire et mémoire, Paris, Autrement, pp.15-35.

Moretti M., 1994, Brigate rosse una storia italiana, avec Mosca Carla et Rossana Rossanda, Milan, Anabasi.

Morucci V., 2004, La peggio gioventù. Una vita nella lotta armata, Milan, Rizzoli.

Novelli D., Tranfaglia N., 1988, Vite sospese. Le generazioni del terrorismo, Milan, Garzanti.

Passerini L., 1987, Fascism in Popular Memory, Cambridge, Cambridge University Press.

Peneff J., 1990, La méthode biographique, Paris, Colin.

Renar M., 1996, Les infractions de terrorisme contemporain au regard du droit pénal, thèse de doctorat, Univ. Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Snow D. A., McAdam D., 2000, “Identity Work Processes in the Context of Social Movements: Clarifying the Identity/Movement Nexus”, in Stryker S., Owens T., White R. (dir.), Self, Identity, and Social Movements, Minneapolis, University of Minnesota Press, pp.41-67.

Sommier I., 2008, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po.

Sommier I., 2012, “Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lig­nes de fracture”, Lien social et Politiques, n°68, pp.15-35.

Stella A., 2016, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone.

Sveningsson M., Alvesson S., 2003, “The Great Disappearing Act Difficulties in Doing ‘Leadership’ ”, The Leadership Quarterly, vol.14, n°3, pp.359-381.

Tarragoni F., 2012, “Se radicaliser au pays des radicalités : les bifurcations populaires au Venezuela de Chávez”, Lien social et Politiques, n°68, pp.101-117.

Tarrow S., 1994, Power in Movement. Social Movements, Collective Action and Politics, Cambridge, CUP.

Thompson P., 1988, The voice of the past: oral history, Oxford, Oxford University Press.

Tilly Ch., 1978, From Mobilization to Revolution, Londres, Addison-Wesley Publishing Company (Mass.).

Tranfaglia N., 1981, “La crisi italiana e il problema storico del terrorismo”, in Galleni M. (dir.), Rapporto sul terrorismo. Le stragi, gli agguati, i sequestri, le sigle 1969-1980, Rizzoli, 1981, pp.477-544.

Viterna J., 2006, “Pulled, pushed, and persuaded: Explaining women’s mobilization into the Salvadoran guerrilla army”, American Journal of Sociology, vol.112, n°1, pp.1-45.

Voegtli M., 2010, “ ‘Quatre pattes oui, deux pattes, non !’. L’identité collective comme mode d’analyse des entreprises de mouvement social”, in Fillieule O. et al. (dir.), Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, pp.203-223.

Wanroojj B., 1987, “The Rise and Fall of Italian Fascism as a Generational Revoit”, Journal of Contemporary History, XXII, pp.401-418.

Weinstein J., 2007, Inside Rebellion: The Politics of Insurgent Violence, Cambridge, Cambridge University Press.

White R. W., 2010, “Structural Identity Theory and the Post-Recruitment Activism of Irish Repu­blicans: Persistence, Disengagement, Splits, and Dissidents in Social Movement Organizations”, Society, vol.57, n°3, pp.341-370.

Wood E. J., 2003, Insurgent Collective Action and CivilWar in El Salvador, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 

Pseudo­nyme

Sexe

Année

de nais­sance

Généra­tions civiles

Organisation

Générations d’engagement

Années de détention

Profession du père

Alberto Franceschini

M

1947

G 1

Brigades Rouges

 1

18 ans

Ouvrier

Paola

F

1947

G 1

BR

 3

17 ans

Petit commerçant

Alexandra

F

1950

G 2

BR

 2

15 ans

Avocat

Margareth

F

1950

G 2

BR

 2

3 ans et demi

Commerçant

F. P.

M

1951

G 2

BR

 3

23 ans et demi

Maçon

Aloys

M

1956

G 2

BR

 3

1 ans et demi

Ouvrier

Pietro

M

1957

G 2

BR

 2

18 ans

Fonctionnaire

Melchior

M

1948

G 1

Prima Linea

 1

17 ans

Ouvrier

S. R.

F

1950

G 2

PL

 1

7 ans et demi et 20 ans de mesure de substitution

Artisan à son compte

Paolo Margini

M

1950

G 2

PL

 2

5 ans

Chef de petite entreprise

B. L.

M

1953

G 2

PL

 2

11 ans

Ouvrier

Jeronimo

M

1953

G 2

PL

 2

30 ans

Ouvrier

Sergio Segio

M

1955

G 2

PL

 2

24 ans

Ouvrier

M. F.

M

1955

G 2

PL

 1

7 ans et demi

Employé administratif d’entreprise (employé de banque)

Paolino

M

1956

G 2

PL

 1

14 ans

Ouvrier

Massimo Battisaldo

M

1956

G 2

PL

 1

11 ans

Commerçant

Mathias

M

1959

G 2

PL

 1

10 ans

Petit commerçant

Anna Soldati

F

1962

G 3

PL

 1

2 mois et demi

Entrepreneur

Marco Boato

M

1944

G 1

Lotta Continua

 3

6 jours

Artisan

Patrizia Pistagnesi

F

1951

G 2

LC

 1

12 h

Général de l’armée de l’air

Guillermo

M

1953

G 2

LC

 1

-

Réalisateur de cinéma, scénariste

E. B.

M

1954

G 2

LC

 1

5 ans

Ouvrier

Théodore

M

1933

G 1

Potere Operaio, Autonomie ouvrière

 3

11 ans

Employé

Guillem

M

1947

G 1

PO

 2

4 ans et 9 mois

Ouvrier du bâtiment

Saro

M

1948

G 1

PO, Autonomie ouvrière

 2

3 mois

Avocat

Emilia

F

1951

G 2

PO

 2

1 an

Ingénieur

Alessandro Stella

M

1956

G 2

PO, Autonomie ouvrière

 1

exil

Enseignant

Demis

M

1946

G 1

Autonomie

 3

10 ans

Médecin

Guiseppe

M

1947

G 1

Autonomie ouvrière

 2

1 mois et demi

Menuisier

Paloma

F

1947

G 1

Autonomie ouvrière

 3

1 an

Coiffeur

Gihen

M

1948

G 1

Autonomie ouvrière

 3

-

Responsable d’usine

Mateus

M

1954

G 2

Autonomie

 1

-

Ingénieur

Martin

M

1957

G 2

Autonomie

 1

Quelques mois

Ouvrier

Données sociodémographiques. Liste des enquêtés avec leurs caractéristiques sociodémographiques37.

Tableau 2

Groupes

Effectifs

BR

7

PL

11

LC

4

PO

5

Autonomie ouvrière

6

Total

33

Répartition des enquêtés dans les groupes politiques38.

Tableau 3 : Données sociodémographiques. Répartition des enquêtés selon les générations civiles

Groupes

G 1

G 2

G 3

Effectifs

BR

2

5

7

PL

1

9

1

11

LC

1

3

4

PO

3

2

5

Autonomie ouvrière

4

2

6

Total

11

21

1

33

G 1 : génération née avant 1950 ; G 2 : génération née avant 1960 (décennie 1950) ; G 3 : génération née après 1960 (décennie 1960).

Tableau 4 : Données sociodémographiques. Répartition des enquêtés selon l’âge de l’engagement militant

Groupes

 1

 2

 3

Effectifs

BR

1

3

3

7

PL

7

4

11

LC

3

1

4

PO

1

3

1

5

Autonomie ouvrière

2

1

3

6

Total

14

11

8

33

 1 : engagement entre 15 et 17 ans ;  2 : 18-20 ans ;  3 : après 20 ans.

Tableau 5

Recherche d’identité

Appropriation identitaire

Amplification identitaire

Total

12

4

17

33

Travail identitaire des militants italiens.

Tableau 6 : Travail identitaire selon les générations d’engagement

Générations

Recherche d’identité

Appropriation identitaire

Amplification identitaire

Effectifs

G 1

2

1

8

11

G 2

10

2

9

21

G 3

1

1

 1

5

2

7

14

 2

4

1

6

11

 3

3

1

4

8

G 1 : génération née avant 1950 ; G 2 : génération née avant 1960 (décennie 1950) ; G 3 : génération née après 1960 (décennie 1960).  1 : engagement entre 15 et 17 ans ;  2 : 18-20 ans ;  3 : après 20 ans.

Tableau 7

Groupes

Recherche d’identité

Appropriation identitaire

Amplification identitaire

Effectifs

BR

4

1

2

7

PL

2

9

11

LC

3

1

4

Potere Operaio

2

1

2

5

Autonomie ouvrière

3

3

6

Total

12

4

17

33

Travail identitaire selon les groupes politiques.

Tableau 8

Socialisation politique antérieure

G 1

G 2

G 3

Effectif organisationnel total

BR

2

4

7

PL

1

9

1

11

LC

1

3

4

PO

3

1

6

Autonomie ouvrière

3

2

5

Total

10

19

1

30

Effectif générationnel total

11

21

1

33

Socialisation politique antérieure à l’engagement illégal selon les générations civiles de militants.

 

Haut de page

Notes

1 Brigate Rosse per la costruzione del Partito Comunista Combattente – Brigades Rouges pour la construction du Parti Communiste Combattant.

2 Confer Renar M., in Le Monde 2, n°109, 18 mars 2006, p.16.

3 Dont on trouverait une illustration dans l’étude de ce qu’il est convenu d’appeler le nationalisme basque ou corse (Crettiez X., 2006).

4 Comme l’ont fait avant nous Della Porta D., 1995 ; Weinstein J., 2007 ; White R. W., 2010 ; Fillieule O., 2015.

5 Les «mécanismes» sociaux peuvent être définis comme des «chaînes d’interaction qui filtrent des conditions structurelles et produisent des effets» (Della Porta D., 2013, p.8).

6 Voir les travaux sur le comportement politique des jeunes et les conflits de générations au sein du mouvement ouvrier italien et international (Dogliani P, 1982 ; Gozzini G., 1979 ; Wanroojj, 1987).

7 Elle a été menée grâce à une équipe de chercheur.e.s rassemblant en plus de l’auteure : Laura di Fabio (Univ. de Rome), Alexandra Frénod (CNRS) et Grégoire Le Quang (IHTP, CNRS - Univ. de Paris VIII).

8 38 % des militants des groupes armés italiens sont issus d’organisations comme LC ou PO, et 84 % ont participé au mouvement de l’Autonomie (Bobbio L., 1988).

9 Le cas de LC est quelque peu distinct car le groupe n’a procédé qu’à une seule exécution et a évolué vers des structures parlementaires.

10 Les tableaux sont présentés à la fin de ce texte, en annexe.

11 Pour Raffaele Fiore, Alvaro Lojacono, Alessio Casimirri et Rita Algranati.

12 Parmi ces Brigadistes, on compte le “célèbre” repenti Patrizio Peci et Valerio Morucci soupçonné d’être un collaborateur du Servizio per le Informazioni e la Sicurezza Democratica (Sisde - Service d’Information et de la Sécurité Démocratique).

13 Tels le coup d’État au Chili en 1973 ou l’attentat de la Piazza Fontana.

14 Nous verrons que notre échantillon permet de prendre des distances avec cette interprétation quand bien même elle pourrait être valable pour le PIRA.

15 Nous reviendrons sur la définition de ces catégories à partir des travaux de M. Voëgtli (2010) ultérieurement (confer IV.).

16 La méthodologie employée peut en partie expliquer cette dimension, dans la mesure où elle est tributaire d’un biais d’individualisme méthodologique. D’autres enquêtes, notamment auprès d’organisations clandestines basques (Guibet Lafaye C., 2020), sont parvenues à mettre en évidence les phénomènes d’appropriation identitaire ce qui laisse penser que, dans le cas des mouvements extra-parlementaires italiens, un trait caractéristique serait plutôt l’incorporation collective.

17 Rappelons que les BR sont actives jusque dans les années 1980-1990 via les BR-PCC.

18 Sachant que parmi les organisations auxquelles appartiennent les militants rencontrés, PL est la dernière en date créée.

19 À l’exception d’un enquêté né en 1933 et d’un autre né en 1944, tous les acteurs de la G 1 sont nés entre 1946 et 1948 (N = 9).

20 Sur la notion, centrale dans la théorie des mouvements sociaux, nous renvoyons à Eisinger P. K., 1973, p.11-12 ; Tilly Ch., 1978 ; Tarrow S., 1994.

21 L’entretien rétrospectif est quasi inévitable avec d’anciens membres d’organisations dites terroristes. Sur les biais et limites inhérents à cette méthodologie ainsi que les possibilités d’en atténuer les effets, la littérature est abondante. Nous nous permettons d’y renvoyer ici (Bottger A., Strobl R., 2003 ; Wood E. J., 2003 ; Horgan J, 2008, 2011 ; Guibet Lafaye, 2019).

22 Guillermo est mineur au moment de sa première manifestation de soutien au Vietnam organisée par le PCI à Rome en 1968.

23 La lutte pour le communisme menée dans la résistance au fascisme aurait été trahie par l’élite politique (le PCI) au sortir de la deuxième guerre mondiale (Matard-Bonucci M-A., 2010).

24 Nous proposons ici des catégories idéal-typiques, alors même que certains individus ont connu un “engagement corps et âme” (Gardella E., Monnet E., 2008), tout en étant issus de familles de militants, marquées par un engagement politique.

25 Le terme de strage (massacre) en italien est passé dans le langage courant pour désigner les attentats de la “stratégie de la tension”.

26 Sur cette thématique, voir Matard-Bonucci M-A., 2010.

27 Voir tableau 6.

28 Y compris lorsque les individus se sont dissociés (plutôt que repentis), ils assument fréquemment la continuité du parcours qui les a conduits à ce qu’ils sont aujourd’hui, comme en témoigne Margareth (BR) : «Moi, je ne renie rien, parce que ce que je suis est de toute façon le fruit de tout ce que j’ai fait pendant ces années-là, jusque dans les moindres détails». Voir aussi Sophie et Emilia.

29 Revenant sur l’émergence de PL, S. Segio conclut : «En ce qui me concerne, il n’y a pas eu d’“entrée” dans l’organisation, et même pour PL, il est difficile de donner des dates et des moments précis de cristallisation de l’organisation, puisqu’elle s’est définie progressivement et dans une dynamique à la fois de continuité et de rupture par rapport aux formes politiques et aux organisations précédentes : Senza tregua, et avant cela, Lotta Continua et Potere Operaio» (nous soulignons).

30 Qui coïncide pour une large part avec les militants de la “voie idéologique” de l’étude de Bosi L. et Della Porta D. (2012).

31 Voir Margareth, Alexandra, M. B., Guillermo, Paolino, P. Margini. Comme le souligne Alberto Franceschini, «nous étions tous des camarades de confiance : nous nous connaissions depuis longtemps et nous étions de très bons amis» (cité dans Franceschini A., 2005, p.44).

32 Dont la mesure emblématique est la loi n°34 du 18 février 1987 (Misure a favore di chi si dissocia dal terrorismo).

33 Une fois le pas de la clandestinité passé ainsi que de l’action risquée, l’amitié se voit entretenue et renforcée par les risques encourus ensemble dans une dynamique de petit groupe.

34 Le cas des BR est notoire. Nous l’avons également vérifié pour PL.

35 Voir les souvenirs d’A. Stella (2016).

36 Sur la constitution de PL à partir de l’usine, voir Galmozzi C., 2019, p.32.

37 Six des enquêtés ont refusé l’anonymat, en l’occurrence Marco Boato, Patrizia Pistagnesi, Paolo Margini, Sergio Segio, Alessandro Stella et Anna Soldati. Deux personnes ont accepté que leur identité soit révélée, lorsque la question de l’anonymat a été abordée en début d’entretien (Massimo Battisaldo et Alberto Franceschini). Les huit figurent donc dans le tableau sous leur véritable identité.

38 Dans les analyses qui suivront et du fait du statut particulier d’Avanguardia Operaia dans le paysage des luttes extra-parlementaires italiennes, nous n’inclurons pas sa militante dans les analyses proposées mais la citerons à une occasion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Guibet Lafaye, « Trajectoires vers l’illégalité politique »Recherches sociologiques et anthropologiques, 52-2 | 2021, 53-89.

Référence électronique

Caroline Guibet Lafaye, « Trajectoires vers l’illégalité politique »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 52-2 | 2021, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsa/5005 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.5005

Haut de page

Auteur

Caroline Guibet Lafaye

Directrice de recherche au CNRS (Lisst – Université Jean Jaurès, Toulouse), caroline.guibetlafaye@univ-tlse2.fr ou c.guibetlafaye@wanadoo.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search