Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-2À propos de livresPasquali Paul, Héritocratie ?: Le...

À propos de livres

Pasquali Paul, Héritocratie ?: Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020)

Paris, La Découverte, 2021, 320p.
Pol Druart
p. 144-146
Référence(s) :

PASQUALI Paul, Héritocratie ?: Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020), Paris, La Découverte, 2021, 320p.

Texte intégral

1 Dans cet ouvrage, Paul Pasquali s’intéresse à l’historicité des grandes écoles françai­ses de la troisième République à la période actuelle avec une focale sur le haut de la structure sociale. Le chercheur en sociologie au CNRS démontre, par l’analyse fine de 150 ans d’histoire des grandes écoles françaises, comment ces filières d’élite sont parvenues à maintenir la reproduction sociale et à conserver, voire à accroître, leurs privilèges en invoquant le mérite pour légitimer leur pouvoir. Il tente, tout au long de son livre, de dissocier les définitions du sens commun du mérite des usages que l’on en fait en particulier dans les sphères scolaires et politiques. Loin de correspondre à un attribut individuel, le mérite est davantage envisagé par l’auteur comme «un enjeu de luttes et de controverses indissociable de rapports de pouvoir, à la fois entre groupes sociaux et au sein des classes dominantes» (p.13). Le sociologue élabore le concept d’héritocratie en opposition à celui de méritocratie. Le concept d’héritocratie renvoie à «l’ensemble des capacités d’agir, individuelles ou collectives, que les grandes écoles et, plus largement, les filières d’élite mettent en œuvre à chaque période pour conserver ou accroître leurs privilèges et leur légitimité face aux crises, critiques ou réformes susceptibles d’aller contre leurs intérêts» (p.20). Ce concept incite à «repenser la reproduction sociale au-delà de l’opposition usuelle entre le mérite et l’héritage qui ne sont jamais que les deux faces d’une même médaille» (p.20-21).

2 Paul Pasquali a réalisé un important travail de synthèse et de comparaison de multi­ples sources. En passant par un large état de l’art sur la littérature scientifique, par l’analyse exhaustive de la presse nationale et des débats parlementaires ou encore par l’analyse systématique d’une importante littérature grise administrative et juridique et sans oublier l’observation méticuleuse des différentes sources d’ordre politique et l’usage d’entretiens avec des professeurs et des personnels de direction, cette importante collecte de données tant qualitative que quantitative a permis de constituer un corpus documentaire d’un siècle et demi de réformes, débats et combats autour du mérite et des filières d’élite.

3 Le livre est structuré en sept chapitres. Dans les deux premiers chapitres, Paul Pasquali décrit d’abord le système scolaire extrêmement cloisonné qui caractérisait la IIIème République. Derrière la promesse d’une mise en place d’une école gratuite, laïque et obligatoire se maintiennent de lourdes frontières sociales et de grandes inégalités. Si certains enfants du peuple sont parvenus à se hisser socialement, le système scolaire en vigueur n’a pas entraîné une promotion sociale massive. Elle a, au contraire, fait «briller quelques pics superbes, quelques rois nés du peuple, et qui donnent un air de justice à l’inégalité» (p.33).

4 Paul Pasquali revient ensuite sur la victoire du Front populaire et sur la Libération. La lâcheté des élites durant la Seconde Guerre mondiale fait émerger des rangs de la résistance jusqu’aux politiques de reconstructions une volonté de construire une société sur de nouvelles bases et une école émancipatrice pour les enfants du peuple.

5 Bien que les élites aient été discréditées et les grandes écoles menacées, le troisième chapitre démontre comment ces dernières échappent de peu néanmoins à leur suppression au prix de quelques réformes et concessions (création de l’ÉNA et l’École libre des sciences politiques devient l’Institut d’études politiques de Paris). Outre le prestige social et leurs soutiens politiques, leur force a résidé avant tout dans la capacité collective de leurs dirigeants, porte-paroles, élèves et anciens élèves à anticiper les changements, à les freiner et à les orienter à leur profit, plutôt que d’opter pour le statu quo.

6 Le quatrième et le cinquième chapitres reviennent respectivement sur l’avènement de la révolte de mai 1968 et la décennie de batailles décisives menée par les grandes écoles qui a suivi. La contestation portée par les étudiants a mis les grandes écoles à rude épreuve. Pourtant, même si les grandes écoles ont cédé à certaines exigences, com­me Polytechnique qui a ouvert ses portes aux femmes ou comme l’ÉNA à un certain nombre de fils d’ouvriers, Paul Pasquali observe que les filières d’élite ont œuvré – coûte que coûte – en affinant leur stratégie au travers de commissions officielles et en coulisses pour torpiller les revendications des grévistes et en ont profité par la même occasion pour rénover leurs cursus et leur réputation. La Conférence des grandes écoles témoigne de ce tournant stratégique en passant d’un rassemblement d’aristocrates défendant ouvertement une vision méritocratique dont les grandes écoles seraient garantes à un rassemblement beaucoup plus large englobant des think tanks, lobbies et organismes qui se vantent de proposer un enseignement de qualité et de stabilité face au monde universitaire en profonde mutation. La décennie qui a suivi se caractérise par un grand nombre de débats sur la clôture sociale des filières d’élite.

7 L’avant-dernier chapitre se concentre sur la réaction des grandes écoles face à la va­gue de massification scolaire qui s’est opérée dans les universités françaises. À partir des années 1980, face à cette massification, les grandes écoles vont au contraire relever leurs exigences scolaires pour gagner en prestige et en visibilité. Pour atténuer les criti­ques des effets entraînés par la hausse de la sélectivité scolaire, une voie d’admission spécifique réservée à des bacheliers en zones d’éducation prioritaire (ZEP) est créée. Cette stratégie vise à déplacer les projecteurs des filières d’élite qui ne sont plus conçues comme un problème, mais qui deviennent pour l’opinion publique la solution tout en incarnant à la fois l’excellence scolaire et les vertus républicaines.

8 Le dernier chapitre, enfin, revient sur les récentes réformes de l’accès aux grandes écoles que Paul Pasquali associe à un volontarisme en trompe-l’œil. Fermement opposées aux quotas et à toute régulation de l’État, les grandes écoles multiplient leurs dispositifs d’ouverture sociale : les classes préparatoires spécifiques, les programmes de tutorat et les admissions parallèles. Cependant, derrière cette mise en scène d’un volontarisme, le pourcentage de boursiers dans ces filières d’élite reste minoritaire. Pourtant, les grandes écoles assument ce faible, mais progressif, pourcentage qui témoigne d’une preuve d’excellence, «contrairement à une ouverture trop rapide ou trop franche, synonyme de laxisme et de démagogie» (p.222).

9 En conclusion, Paul Pasquali parvient à démontrer que le concept d’héritocratie a un grand potentiel pour dévoiler les enjeux de pouvoir qui se jouent derrière l’idéal de mérite communément partagé et légitimé, mais qui voile des mécanismes utilisés par les élites pour conserver leur pouvoir et asseoir leur légitimité. Il démontre également que les grandes écoles ont un pouvoir d’adaptation sans faille. En effet, les grandes écoles ouvrent leurs portes lorsqu’elles sont «contraintes sous la pression des événements, des autorités ou de la demande sociale» (p.265) lors des périodes de guerres ou de grosses crises majeures ; ou bien, lorsqu’elles en ont directement l’intérêt. Il explique que les grandes écoles s’unissent quand leurs intérêts convergent ou s’allient avec leurs concurrents lorsque le contexte l’impose.

10 Nous pouvons remarquer que Paul Pasquali est profondément attaché à la théorie bourdieusienne. Il inscrit d’ailleurs personnellement ce livre dans la continuité de l’œu­vre de Bourdieu. Le concept d’héritocratie, qui fait subtilement référence à l’ouvrage Les Héritiers, de Bourdieu et Passeron, est d’ailleurs «une tentative d’actualisation et d’approfondissement de celui de la noblesse d'État» (p.21). Cependant, à l’instar des critiques adressées par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron à Bourdieu, nous pouvons reprocher à Paul Pasquali de surestimer la culture scolaire, d’exagérer le trait de l’élitisme des classes aisées et de réduire les classes populaires au misérabilisme. L’auteur semble avoir été fortement marqué par la dystopie de Michael Young, ouvrage paru en 1958 et intitulé La Méritocratie en mai 2033, auquel il fait d’ailleurs référence pour introduire et conclure son ouvrage. Dans cette dystopie, la méritocratie est décrite comme la tendance des élites à asseoir de plus en plus leur légitimité sur leur intelligence et leurs compétences. Michael Young invente ce néologisme pour décrire, non pas un système et encore moins un idéal, mais bien un cauchemar où le sort s’acharne sur une population tout entière. Ce cauchemar entraîne la société à l’autoritarisme et à l’accroissement des inégalités. Paul Pasquali n’hésite pas à souligner la ressemblance de ce récit dystopique, où le peuple est méprisé par une élite technocratique, à l’allure que prend la société française ces dernières années. À tellement faire référence à cette dystopie qui ne présente qu’un trait saillant d’une société à la dérive, Paul Pasquali néglige la complexité des sociétés modernes caractérisées tant par une pluralité des normes et des légitimités que par une complexification des logiques sociales. Loin de prôner un relativisme intégral où il ne serait plus possible d’analyser la société par ses structures socia­les, la critique est davantage méthodologique. Il aurait été intéressant de faire usage d’un relativisme méthodologique plus large prenant en compte une approche davantage qualitative de ces logiques sociales.

  • 1 Pasquali P., Passer les frontières sociales. Comment les «filières d’élite» entrouvrent leurs porte (...)

11 Loin de remettre en cause la pertinence de ce concept d’héritocratie, cet ouvrage doit être mis en perspective avec l’ouvrage précédent de l’auteur1 (Pasquali, 2014) dans lequel il a réalisé une large enquête qualitative de cinq années rassemblant plus de 82 entretiens de jeunes bénéficiaires de l’ouverture sociale.

Haut de page

Notes

1 Pasquali P., Passer les frontières sociales. Comment les «filières d’élite» entrouvrent leurs portes, Paris, Fayard, 414 p., 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pol Druart, « Pasquali Paul, Héritocratie ?: Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020) »Recherches sociologiques et anthropologiques, 52-2 | 2021, 144-146.

Référence électronique

Pol Druart, « Pasquali Paul, Héritocratie ?: Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020) »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 52-2 | 2021, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rsa/5164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.5164

Haut de page

Auteur

Pol Druart

UCLouvain.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search