Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-2À propos de livresLagrave Rose-Marie, Se ressaisir ...

À propos de livres

Lagrave Rose-Marie, Se ressaisir : Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe

Paris, La Découverte, 2021, 431p.
Anne-France Mordant
p. 146-148
Référence(s) :

Lagrave Rose-Marie, Se ressaisir : Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, Paris, La Découverte, 2021, 431p.

Texte intégral

1 Dans cet ouvrage, la sociologue et professeure émérite de l’EHESS Rose-Marie Lagrave mène une enquête autobiographique afin d’identifier les processus sociaux qui lui ont permis de s’inscrire dans une trajectoire de non-reproduction sociale. L’enquête s’appuie sur ses souvenirs, des lectures, des archives et des entretiens familiaux. L’ouvrage bat en brèche le mythe de la méritocratie et met au jour une trajectoire faite d’aléas, d’opportunités liées au contexte de l’après-guerre, d’occasions fortuites et de supports offerts par des alliés (instituteurs, directeur de thèse) et des collectifs d’ascension (le féminisme). Par sa contribution, la sociologue souhaite accroître le corpus des récits de transfuges de classe en amenant des caractéristiques peu présentes dans les récits préexistants : ancrage rural, famille nombreuse, éducation religieuse, omniprésence de la maladie, parcours de femme et de féministe. En découpant l’ouvrage selon les âges de la vie, l’auteure montre le poids des socialisations successives et inscrit celles-ci dans les contextes sociaux qui les ont façonnées.

2 Dans la première partie, consacrée à sa jeunesse, Rose-Marie Lagrave s’intéresse à la manière dont la famille, l’Église, l’École et l’État vont façonner son être social. Née en 1944, neuvième d’une famille de onze enfants, elle connait une trajectoire ascendante qui s’inscrit dans l’émancipation collective de sa fratrie par l’école. Cette émancipation collective est tributaire de sa socialisation familiale aussi bien que du contexte institutionnel et socioéconomique d’après-guerre. Née dans un contexte de politiques natalis­tes, Rose-Marie appartient à une famille nombreuse dont la pente sociale ascendante se trouve brusquement interrompue par la tuberculose du père qui, de traducteur dans une compagnie d’assurance, devient infirme et dépendant de l’assistance publique à vie. La famille déménage de Paris vers un village de Normandie. Bien qu’aussi nécessiteux que les autres villageois, les parents de Rose-Marie utilisent l’éducation pour se distinguer d’eux et camoufler leur déchéance sociale. Le modèle éducatif familial s’appuie sur le catholicisme, omniprésent. Celui-ci sert de méthode et de caution morale à une socialisation familiale rigoriste faite d’interdits et d’apprentissage de l’obéissance. Les enfants de la fratrie développeront ainsi un ethos fait d’exigence, de droiture, d’honnêteté et de travail, propices à la réussite scolaire. Dans ce contexte familial oppressant, l’école est vécue comme la clé des champs, le moyen de s’en sortir. Cet investissement scolaire a pu se convertir en trajectoires sociales ascendantes pour les membres de la fratrie uniquement parce qu’il a coïncidé avec un contexte socioéconomique et des politiques publiques qui ont rendu cette ascension possible. Repérée par les instituteurs locaux dévoués à la cause scolaire et soucieux d’envoyer des enfants du village au lycée, Rose-Marie deviendra boursière et pourra ainsi bénéficier d’un enseignement secondaire de qualité.

3 La seconde partie de l’ouvrage retrace le parcours de transclasse de Rose-Marie à l’âge adulte. Étudiante boursière en sociologie à la Sorbonne en 1968, elle travaille pour financer ses études, découvre les collectifs féministes, milite contre la guerre d’Algérie et épouse un militant dont elle a rapidement deux enfants. Elle s’inscrit en thèse au département de sociologie rurale de l’EHESS puis divorce et se voit forcée de cumuler travail académique, travail de mère et travail alimentaire. Poussée par la nécessité, elle sollicite un emploi auprès de son directeur de thèse, contrevenant de la sorte aux règles de bienséance du milieu. C’est ainsi qu’elle entre à l’EHESS «par la petite porte» (p.380). Cette institution sera le support de son ascension sociale qui sera facilitée par des collè­gues «qui ont décelé tout le profit qu’ils pouvaient tirer d’une ‘oblate’, c’est-à-dire, d’une de ces convertis “voués dès la prime enfance à une École à qui ils ne peuvent rien opposer, puisqu’ils lui doivent tout, à savoir les ‘miraculés’ issus des régions dominées du monde social”(p.197)». C’est cette posture d’oblate qui vaudra à Rose-Marie de prendre la direction des Relations internationales de l’EHESS en 1990. Cette position lui donnera une visibilité nouvelle au sein de l’institution, ce qui lui permettra de co-fonder en 2004 le “Master genre, sexualité, politique” et de terminer sa carrière en tant que directrice d’études. Dans cette deuxième partie, l’auteure insiste sur les aléas et les alliés d’ascension qui jalonnent son parcours. Parmi ces alliés se trouve un collectif d’ascension : le féminisme qui fut pour elle «une école de formation à l’autonomie intellectuelle, à la critique sociale», un «lieu de réassurance et d’accès à la culture» (p.17), tout en orientant ses objets de recherche et en renforçant son ascension sociale.

  • 1 Bernard Lahire (dir.) Enfances de classe, Seuil, Paris, 2019, p.1171

4 La troisième partie de l’ouvrage est centrée sur la vieillesse, en tant que période des bilans. La sociologue permet au lecteur d’accéder à la vision que son entourage (collè­gues et enfants) se fait de sa trajectoire de transclasse. Lors de sa cérémonie de départ à la retraite, de jeunes chercheuses résument la place de Rose-Marie à l’EHESS en une trilogie : «Transmettre, penser, lutter» (p.334), la qualifiant de «bonne mère» (p.336), ayant engendré des filles symboliques. En parallèle, ses fils soulignent tout ce qu’elle a pu leur transmettre : acharnement au travail, valeurs républicaines, éducation intellectuelle, politique et non-viriliste. Le cadet, philosophe et chanteur lyrique, conclut ainsi : «Nous faisons partie de la même bourgeoisie intellectuelle, mais je suis héritier et pas toi» (p.344). Ayant été capable par la transmission d’engendrer à la fois des filles symboliques et des héritiers, Rose-Marie conclut son enquête autobiographique par une réflexion autour de «Rester ou ne pas rester soi» (p.387). En reprenant les termes de Bernard Lahire, elle estime être passée d’une «réalité diminuée à une réalité augmentée1» par «les consécrations scolaires et professionnelles, par la fréquentation de milieux socialement très divers», par ses «engagements féministes et politiques»(p.388), par ses nombreux voyages. Elle estime par conséquent n’avoir «rien perdu et tout gagné» (p.388), tout en n’ayant pas gagné l’assurance des héritiers de son univers d’accueil. Plutôt que de vouloir singer l’ethos de cette bourgeoisie cultivée, elle a préféré «marquer l’écart» (p.389) par un travail militant et politique pour ne pas reproduire la violence symbolique dont est porteuse cette noblesse du savoir : «Ne s’en faire ni complice, ni alliée» (p.389). Elle estime ainsi que les transfuges de classe «à la condition de ne pas se laisser récupérer par les prétentions et privilèges de l’univers d’accueil» (p.390), «sont de possibles réfractaires à l’ordre injuste des choses» (p.390). C’est la posture qu’elle a, en tous cas, choisi et tenté d’assumer.

5 Se ressaisir… a pour objectif d’ajouter une contribution au corpus des récits de transfuges de classe en retraçant un parcours de femme et de féministe, née dans une famille nombreuse marquée par le catholicisme et la maladie. C’est en effet tout l’intérêt de cet ouvrage car ces caractéristiques ont été jusqu’à présent peu étudiées. L’ouvrage permet de saisir combien la trajectoire de Rose-Marie s’inscrit dans l’émancipation collective d’une fratrie rendue possible tant par une socialisation familiale rigoriste façonnée par le catholicisme et par le contexte socio-économique et institutionnel de l’époque. Le travail d’archives permet ainsi de comprendre le rôle mené par les instituteurs ruraux et par les bourses de l’État providence.

6 Par ailleurs, l’ouvrage a le mérite de mettre l’accent sur la possible dimension collective des «alliés d’ascension» (p.375) des transclasses en identifiant le féminisme comme le collectif d’ascension qui a accompagné et renforcé la trajectoire ascendante de Rose-Marie Lagrave, de même que la sociabilité gay a pu favoriser celle de Didier Eribon. On peut cependant regretter que l’auteure, qui se présente dès son titre comme une «transfuge de classe féministe» (p.3), ne développe pas une synthèse de la lecture genrée qu’elle se fait de sa trajectoire. Bien que cette dimension soit présente en continu, et qu’un chapitre soit consacré au féminisme, le genre ne fait pas l’objet d’une réflexion articulée.

Haut de page

Notes

1 Bernard Lahire (dir.) Enfances de classe, Seuil, Paris, 2019, p.1171

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-France Mordant, « Lagrave Rose-Marie, Se ressaisir : Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe »Recherches sociologiques et anthropologiques, 52-2 | 2021, 146-148.

Référence électronique

Anne-France Mordant, « Lagrave Rose-Marie, Se ressaisir : Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe »Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 52-2 | 2021, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsa/5170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsa.5170

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search