Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Le rôle de l’énoncé exclamatif en...

Le rôle de l’énoncé exclamatif en gbaya, une langue oubanguienne de R.C.A

Paulette Roulon-Doko
p. 145-154

Résumés

Cet article présente le cas d’une langue orale tonale, le gbaya, où l’intonation n’intervient pas dans l’expression de l’exclamation. Celle-ci est par contre prise en charge par une forme verbale spécifique basée sur une réduplication de la base verbale. Je situe cette forme au sein des autres formes rédupliquées de la langue et en étudie les valeurs sémantiques ainsi que les cadres d’emploi. Deux types sont à distinguer selon que la forme exclamative est associée à une interrogation ou non. Le premier cas exprime une exclamation de contestation qui manifeste un contexte polémique lors d’une interaction entre plusieurs protagonistes. Le second cas décrit plutôt le point de vue du locuteur sur une situation qu’il apprécie de façon toujours positive, c’est l’exclamation d’admiration.

Haut de page

Texte intégral

1En gbaya l’énoncé exclamatif est assez peu fréquent dans le discours, contrairement à l’emploi d’interjections utilisées dans l’interaction verbale et aussi de façon courante dans les récits au sein du discours rapporté. Celles-ci bien qu’elles manifestent au sein d’un énoncé diverses attitudes – surprise, colère, contestation, douleur, etc. – n’en modifient pas la structure et ne produisent pas à proprement parler d’énoncés exclamatifs. Elles ne seront pas traitées ici. L’exclamation exprimée par une construction verbale spécifique se décline en deux types dont je détaillerai les cadres d’emploi. Le premier toujours associé à une interrogation marque la contestation et ne peut être employé que dans une interaction. Le second qui exprime l’évaluation positive du locuteur ou de l’acteur sur la situation mentionnée n’est pas lié à une interaction. Il convient de présenter brièvement les spécificités du gbaya.

2Le gbaya est une langue oubanguienne (Niger-Congo, Adamawa oriental). C’est une langue isolante, avec une très faible morphologie et aucun accord (pas de genre, et pas de nombre à l’exception des pronoms personnels). L’ordre des mots est très strict (SVO). Il comprend des verbes, des prédicats non verbaux, des noms et plusieurs catégories d’adjectifs. Le système verbal est distribué sur trois modes (Réel, Virtuel et Impératif) et deux aspects (Inaccompli et Accompli). C’est une langue tonale à deux niveaux, soit quatre tons : deux tons simples (b, h) et deux tons modulés (bh, hb). Il comporte trois consonnes glottalisées, trois labio-vélaires et une série complète de nasales et de semi-nasales. Il comporte également des voyelles nasales.

3Le corpus analysé pour cet article est un corpus spontané recueilli sur le terrain. Il comprend 31 contes, 1 heure de jugement et un récit (enregistrés entre 1969 et 1995) et 1 conte et 6 récits (enregistrés en 2011) transcrits, analysés et traduits.

1. Une forme verbale spécifique pour l’exclamation

4En gbaya, au sein d’une proposition contenant un verbe, celui-ci occupe toujours la fonction prédicative et prend en charge l’expression d’un procès. De fait, il n’y a pas en gbaya d’opposition entre verbe d’action et verbe d’état, tout verbe exprime par le recours à des aspects différents, tant le déroulement d’un procès que l’état qui peut en résulter. J’appelle cette prédication dont le verbe est le noyau la ‘prédication processive’ qui se distingue des prédications dont le prédicat est un élément non verbal comme l’identificateur ou le locatif. Le verbe gbaya porte des marques obligatoires de conjugaison (TAM) qui se placent toutes avant la forme verbale. Il peut également porter des marques facultatives ou expansives qui se placent, elles, après la forme verbale conjuguée. Je ne présenterai ici que les formes expansives qui font, comme l’exclamatif, usage d’une reprise ou réduplication de la base verbale (BV), à savoir :

Tab.1 Les formes rédupliquées du syntagme verbal gbaya (b = ton bas, h = ton bas)

SyntagmeVerbal (SV) expansif

forme structurelle

Valeur sémantique

Factuel

tam.BV bhi.BV

Marque de vérité ou générique

Miratif

tam.BV ha.BV-à.h

Marque un procès inattendu

Exclamatif

tam.BV nɛ̀-b.BV adv/ gè

Marque d’exclamation sp.

5Il s’agit de trois formes qui visent à manifester le point de vue du locuteur sur le contenu de son énoncé. Elles sont compatibles avec diverses formes de conjugaison. Sans m’y attarder, je mentionnerai le factuel (ex.1) qui valide le procès en lui assignant une valeur de vérité ou une valeur générique selon les contextes et le miratif (ex.2) qui indique que le procès est inattendu pour celui qui parle ou pour ceux qui l’écoutent, exprimant la surprise ou l’étonnement.

  • 1 Les abréviations utilisées dans les gloses sont : ACC = accompli, D = déterminatif tonal, DEM = dém (...)
  • 2 Il s’agit d’un fruit.

1.

dɔ̂n

hɛ̰̀

ɲɔ̀ká

ɲɔ̀kí

 

landolphia

DEM.PROX1

ACC.être sucré.D

FACTUEL.être_sucré

 

Cette landolphia est vraiment sucrée2.

6Les deux personnages s’affrontent en jouant de la sanza, celui qui a proposé cette épreuve croyant gagner aisément, découvre que la tortue joue très bien et que sa victoire n’est pas aussi assurée qu’il le croyait.

2.

tánáà

báá

sàŋzì

 

tortue.INS

INAC.prendre

MIRATIF.prendre

sanza

 

La tortue joue vraiment bien de la sanza / sait jouer de la sanza.

7La présence du miratif insiste sur l’effet de surprise qu’apporte cette information qui modifie la donne et ne constitue pas un jugement appréciatif positif comme le ferai l’exclamatif.

8Enfin il existe une forme dédiée à l’expression de l’exclamation. Formellement, cette forme consiste à postposer directement au verbe conjugué une reprise de la base verbale affectée d’un ton bas [b-BV] introduite par le relateur nɛ̀ : [nɛ̀-b.BV] glosé excl. Ce relateur nɛ̀ qui introduit la répétition de la base verbale est un terme polyfonctionnel et polysémique (cf. Roulon-Doko, 2003) dont je présente les principaux emplois dans l’annexe. La valeur résultante de tous ces emplois est une valeur circonstancielle qui se module en fonction du co-texte et du contexte. Cette construction est nécessairement suivie d’un élément qui va déterminer la valeur de l’exclamation. Deux cas sont attestés, selon que l’élément qui suit est l’interrogatif gè « quoi », ou un adverbe de manière (adv) qui apporte un élément d’évaluation permettant un jugement appréciatif.

Tab.2. Les formes de l’exclamatif

SV exclamatif

forme

Valeur sémantique

Forme 1

tam.BV nɛ̀-b.BV gè

Exprime une contestation, un doute

Forme 2

tam.BV nɛ̀-b.BV adv

Exprime un degré apprécié de réalisation du procès

9Je distinguerai de ce fait deux sous-types d’exclamatif que je vais présenter maintenant.

1.1 L’exclamatif de contestation

10Lorsque l’expansion [nɛ̀-b-BV] du verbe est suivi par l’interrogatif gè « quoi » l’exclamatif exprime une contestation qui manifeste l’incrédulité du locuteur. Dans tous les cas il s’agit d’une interaction entre deux protagonistes qui portent un jugement différent sur une situation précise. Je distinguerai trois cas.

1.1.1. L’expression d’une impossibilité

11Il s’agit d’une situation inconcevable, impensable, inimaginable qui n’a jamais été attestée. C’est une situation indiscutablement impossible comme dans le cas du conte où la panthère vient réclamer les enfants que son bouc aurait mis au monde en moins de vingt-quatre heures. L’exclamation marque l’impossibilité de cette situation contre nature.

3.

vàlá

dùà

kó

nɛ̀-kò

gè

hégè

ndé

 

mâle.D

cabri

INAC.accoucher

EXCL.accoucher

quoi

comment

est-ce-que

 

Quel bouc peut mettre bas, comment ! / Comment un bouc peut-il mettre bas !

1.1.2. L’expression d’une incompréhension

12Il s’agit d’une situation dont la réalité n’est pas contestée, mais qui est jugée comme incompréhensible ou inexplicable, en référence à l’univers cognitif partagé. L’exclamation marque ici une situation jugée hors norme.

4.

ʔà̰

ɲɔ́ŋ

nɛ̀-ɲɔ̀ŋ

gè

ndé

 

3S

INAC.manger

EXCL.manger

quoi

est-ce-que

 

Comment peut-il manger ça ! / Il mange ça !

5.

mɔ̀í

mbɔ̀rá

nɛ̀-mbɔ̀r

gè

ndé

 

chose.ANAPH

ACC.pourrir.D

EXCL.pourrir

quoi

est-ce-que

 

Comment cela a-t-il pu pourrir !

1.1.3. L’expression d’un doute

13Le procès intervient dans un contexte qui est perçu culturellement comme non compatible avec une réalisation correcte de celui-ci. Peut-on être capable de voir précisément quelque chose alors qu’on a peur (ex. 6), ou peut-on dormir correctement alors qu’il y a un fort orage (ex. 7), par exemple. L’aptitude exprimée par le locuteur est ainsi mise en cause voire contestée. L’exclamation manifeste l’existence d’un doute raisonnable sur lequel il peut cependant y avoir discussion.

6.

kíì

nɛ̀

dɛ̀áà

ʔà̰

zɔ́k

nɛ̀-zɔ̀k

gè

ndé

  

peur

REL

ACC.faire.D. 3S

3S

INAC.voir

EXCL.voir

quoi

est-ce-que

  

Avec la peur qu’il a eue, qu’a-t-il pu voir !

14Avec toute cette pluie d’orage qui est tombée cette nuit,

7.

mɛ́

ʔɔ̀ɔ́

nù

nɛ̀-ʔɔ̀

gè

ndé

  

2S

ACC.s’étendre.D

sol

EXCL.s’étendre

quoi

est-ce-que

  

Comment as-tu fait pour dormir ! / Tu as pu dormir !

1.1.4. L’association entre exclamation et interrogation

15Dans cette construction exclamative de contestation, l’interrogatif « quoi » se place immédiatement après l’expansion exclamative du verbe, que le verbe soit construit intransitivement (ex. 5 et 7) ou transitivement (ex. 3, 4 et 6). Dans ce dernier cas se trouve occuper la place de l’objet. Cependant la place occupée par l’interrogatif gè dans cette construction exclamative est différente de celle qu’il a au sein d’une simple interrogative. Cette construction exclamative ne peut donc en aucun cas être confondue avec une construction interrogative.

  • 3 Il est employé seul uniquement lorsqu’il est introduit par l’identificateur nɛ́ comme dans l’énoncé (...)

16Dans une interrogation, gè est le plus souvent répété3. Il doit ainsi encadrer le terme sur lequel porte l’interrogation (ex. 8) et, lorsqu’il est le SUJET (ex. 9) ou le COD du verbe (ex. 8), doit être également systématiquement répété en fin de proposition.

8.

gé

wěn

gè

nàm

tɔ̰́

gè

  

quoi

parole.D

quoi

RELATIF.1S

INAC.dire

quoi

  

Quelle parole ai-je dite ? / Qu’est ce que j’ai dit ?

9.

gèé

dɛ̀ɛ́

wàntò

gè

ndé

  

quoi.TOP

ACC.faire.D

Wanto

quoi

est-ce-que

  

Qu’est-il arrivé à Wanto ?

17Dans tous ces cas d’énoncé interrogatif comportant gè, l’ajout possible comme dans l’ex. 9 de l’interrogation totale ndé « est-ce-que » n’est pas nécessaire, cf. ex. 8. Par contre, dans les phrases exclamatives, la présence de l’interrogatif total ndé « est-ce-que » en fin de phrase est systématique dans mon corpus. Sa présence suffit à elle seule pour donner à l’énoncé une valeur interrogative. En conséquence, le terme gè doit dans ce contexte être considéré comme un élément complémentaire de la forme exclamative du verbe auquel s’ajoute l’interrogatif total ndé qui prend en charge l’interrogation. L’élément a donc selon son cadre d’emploi deux valeurs : (i) une valeur interrogative en tant que pronom interrogatif, (ii) une valeur exclamative en tant qu’élément de la forme verbale exclamative.

1.1.5. Valeur sémantique

18Cet exclamatif qui exprime dans tous les cas une contestation est toujours associé à une interrogation prise en charge par l’interrogatif ndé placée en fin d’énoncé. Il se rencontre « dans un contexte polémique, avec grande différenciation entre les positionnements respectifs des co-énonciateurs » comme dans le cas des QTag étudiés par Guillaume et Baumer (2014 : 11). Il ne peut donc apparaître que dans l’interaction.

1.2 L’exclamatif d’admiration

19Lorsque l’expansion [nɛ̀-b-BV] du verbe est suivie par un adverbe de manière (adv) celui-ci apporte un élément d’évaluation permettant un jugement appréciatif. Cette valeur circonstancielle dite de manière est très largement prise en charge en gbaya par l’emploi adverbial des adjectifs auxquels il faut ajouter 17 ‘adverbes de manière’ spécifiques. Il convient de mentionner que le gbaya comporte trois catégories d’adjectifs, à savoir l’adjectif (A), l’adjectif-verbal (AV) et l’adjectif-adverbe (AA) qui ne permettent jamais d’exprimer une gradation. Le degré est de fait intégré lexicalement dans des adjectifs qui n’ont aucun lien entre eux. Ainsi à côté de l’adjectif-verbal pésá « large » il y a deux adjectifs-adverbes fɛ̀ɓɛ̀lɛ̀ « très large » et dɛ́sɛ́k-dɛ́sɛ́k « peu large », comme en français si on rapprochait par exemple ‘énorme’ et ‘gros’. Tous ces adjectifs peuvent être employés comme des adverbes qui n’ont, pas plus que les adjectifs, de propriétés de degré. Il n’y a pas en gbaya de construction évaluative au sens donné par Jessica Rett et le terme ‘évaluation’ est ici employé « to describe instances in which the speaker evaluates a situation with respect to his expectations », ce qu’elle désigne comme « expectation adverbs » (Rett, 2008 : 76).

20L’exclamation d’admiration qui porte sur le procès est plutôt rare dans le discours. Il existe aussi une autre construction plus commune centrée sur un adjectif que je présenterai ensuite.

1.2.1. La construction par réduplication verbale

  • 4 C’est la construction courante pour employer un adjectif ou un adjectif-verbal comme adverbe. L’adj (...)

21L’exemple 10 utilise l’adverbe de manière « comme ça » hɔ̰́́gɔ̰́ et l’exemple 11 l’adverbe « bien » nɛ̀díà (en_tant_que/bon.nominalisateur) construit à partir de l’adjectif-verbal4 dí « bon ». Dans cette construction c’est l’adverbe qui spécifie la nature de l’appréciation exprimée par le locuteur.

10.

ʔó

béí

yɔ́

kàá

nɛ̀-yɔ̀

hɔ̰́gɔ̰́

PL

personne

INAC.danser

REPETITIF-ADDITIF

EXCL.danser

comme_ça

Comme d’habitude qu’est ce que les gens dansent ici !

11.

ʔɛ́tíɛ̀n

mbɛ̀rá

nɛ̀-mbɛ̀r

sàŋzì

nɛ̀

díà

Etienne

ACC.jouer.D

EXCL.jour

sanza

en_tant_que

bon.NOMIN

Comme il joue bien de la sanza Etienne ! / Qu’est-ce qu’il joue bien de la sanza Etienne !

22Le COD du verbe transitif de l’ex. 11, sàŋzì « sanza » est reporté après l’expansion exclamative, comme cela se produit également dans le cas du miratif (ex. 2). Tandis que, dans le cas du factuel par contre, le COD est toujours introduit entre les deux éléments de la construction verbale.

1.2.2. Valeur sémantique

  • 5 Il s’agit d’une construction spécifique des adjectifs verbaux qui se placent directement après le v (...)

23Cette expression exclamative n’entre pas dans une interaction. Elle exprime le ressenti du locuteur et a, dans tous les exemples recueillis, toujours une valeur méliorative, contrairement à l’expression du haut degré5 qui en gbaya est, elle, minorative, car elle souligne toujours un excès qui dans cette culture est le plus souvent perçu négativement (rendu par ‘trop’ plutôt que par ‘très’). Par contre ici l’appréciation exprimée par cette construction est toujours admirative et donc perçue positivement.

2. Une autre forme pour l’exclamation d’admiration

  • 6 Il s’agit d’une construction sans pronom personnel sujet.

24Pour exprimer une exclamation d’admiration, il existe une autre construction que la réduplication verbale présentée ci-dessus. Il s’agit d’un énoncé verbal dont l’élément d’évaluation permettant un jugement appréciatif est ici un adjectif. Ce peut être un adjectif ou un adjectif verbal mais pas un adjectif-adverbe. Cet adjectif (A ou AV) détermine un nom, formant un syntagme nominal qui est placé après le verbe ɲɛm « suffire, convenir à » spécialisé pour exprimer une aptitude. Ce verbe conjugué de façon impersonnelle6 à l’inaccompli supporte la négation ná signifiant littéralement « ne convient pas » pour indiquer une valeur supérieure à ce qui est exprimé par le syntagme nominal. L’association de ce verbe et de la négation forme par ailleurs un adverbe qui exprime une très grande quantité, ɲɛ́m-n « énormément ». La construction attestée est donc :

tam.ɲɛm [A~AV] N négation

25qu’illustre l’exemple suivant.

12.

ɲɛ́m

dí

kóò

ná

INAC.convenir

beau

femme

NEGATION

Quelle belle femme !

26Cette construction, comme la précédente, est toujours méliorative. Sa valeur littérale « ne suffit pas » pourrait être rendue par « plus que... » marquant une valeur importante voire très importante mais qui reste toujours perçue positivement et exprime une exclamation d’admiration. Comme la précédente cette exclamation n’entre pas dans une interaction mais procède d’une appréciation exprimant le ressenti du locuteur.

3. Exclamation et intonation

27Enfin, en gbaya, il n’y a aucune manifestation intonative particulière pour les constructions exclamatives qui ont été présentées. L’énoncé exclamatif de l’ex. 3 analysé dans Praat suit strictement la courbe intonative tonale, sans autre manifestation particulière, comme on le voit dans le tableau ci-après. [cf. Praat 2011-II-4 062].

Tab.3. Courbe intonative de l’exclamation de contestation

Tab.3. Courbe intonative de l’exclamation de contestation

28Le phénomène de descente finale qui est systématique en gbaya, est bien net à la fin de cet énoncé où le dernier ton haut est dans l’absolu plus bas que les tons bas précédents. Par contre aucune intonation particulière ne se superpose à la courbe attendue reproduisant la suite des tons.

4. Conclusion

29Le gbaya est une langue qui prend en charge par des constructions spécifiques l’expression de l’exclamation. Pour ce qui est de l’exclamation supportée par un verbe, deux formes sont produites sur une même base expansive de la forme conjuguée [nɛ̀-b-BV] qui se distinguent en fonction du terme qui suit nécessairement la forme redoublée. La première qui associe exclamation et interrogation exprime une exclamation de contestation. Elle ne peut apparaître que dans une interaction et un cadre polémique. La seconde qui est complétée par la présence d’un adverbe de manière n’est pas liée à une interaction. Elle manifeste le point de vue du locuteur qui profère une appréciation positive, validant une qualité comme fortement marquée sans pour autant atteindre l’excès, et exprime une exclamation d’admiration, comme le fait également la construction avec le verbe ɲɛm centrée sur un adjectif. Enfin, dans cette langue tonale, aucune manifestation intonative spécifique n’est associée aux constructions grammaticales qui prennent en charge l’exclamation.

30C’est donc au niveau prédicatif, que le locuteur peut choisir d’exprimer une exclamation, non pas comme une information qui s’ajoute à prédication qu’elle ne modifie pas, comme le font certaines interjections, mais comme une expansion du verbe spécifiant ladite prédication comme exclamative. Ces expressions de l’exclamation manifestent soit une contestation, soit une admiration, deux attitudes qui sont ici bien distinguées de l’étonnement qui est cependant lui aussi pris en charge par une expansion verbale, le miratif. L’exclamation en gbaya est donc une expression verbale spécifique dédiée à la contestation ou à l’admiration.

Haut de page

Bibliographie

Rett, J. (2008), Degree modification in natural language, Rutger University dissertation.

Chernilovskaya, A. (2014), Exclamativity in Discourse. Exploring the exclamative speech act from a discourse perspective, Utrecht: LOT.

Dagnac, A. (2014), « Les exclamatives non standard en français », https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-00988602

Guillaume, B. et E. Baumer (2014), « Expression de l’exclamation en anglais au moyen de marqueurs atypiques », Corela, vol. 12 n° 2, [en ligne, consulté le 14 septembre 2015 URL : http://corela.revues.org/3654]

Marandin, J-M. (2010). « Les exclamatives de degré en français ». Langue Française 2010/1 (N° 165) : 35-52.

Prignitz, G. (1995), « Exclamation et intensité en français écrit au Burkina Faso : liaison entre lexique et syntaxe », Faits de langues n° 6 : 131-142

Roulon-Doko, P. (2003), « la polysémie du terme ̀ en gbaya bodoe (langue oubanguienne de Centrafrique) », in S. Robert, Perspectives synchroniques sur la grammaticalisation (Polysémie, recatégorisation et échelles syntaxiques), Louvain, Peteers : 217-229

Zanuttini, R and P. Portner (2003), « Exclamative clauses: At the syntax-semantics interface », Language 79: 39-81.

Haut de page

Annexe

La polyfonctionnalité et la polysémie du relateur ̀ sont schématiquement présentées dans le tableau suivant :

Tableau 4. Emplois du relateur nɛ̀

Niveau syntagmatique : Préposition à valeur

Instrumentale

« avec, au moyen de » [moyen, outil]

Cumulative

« et »,lorsque N1 et N2 désignent deux unités référentielles distinctes

Fonctive

« en tant que, comme », lorsque N1 et N2 représentent chacun une face d’une même unité référentielle

Qualificative

« en tant que »,lorsque N2 est un qualificatif pronominalisé

Simultanéité

̀ + NV « en + gérondif »

Localisation spatiale

« par, de, en » localisateur [espace], il indique soit un lieu où l’on passe, soit un lieu d’où l’on vient, soit encore un lieu où l’on se déplace

Localisation temporelle

« en, pendant », localisateur [temps]

Niveau des propositions

Coordination

Sans hiérarchie, valeur séquentielle

Coordinatif

« dans ces conditions » en tête de P

Conjonction

Hiérarchie entre P1 et P2

Causale

« puisque » en P2, motivation de P1

Temporelle

« depuis que » en P2, origine temporelle de P1

Conséquence

« de telle sorte que » en P2, explicite le procès non spécifié en P1

Relatif

« que » introduit une proposition en la reliant à l’élément nominal la
précédant directement

Haut de page

Notes

1 Les abréviations utilisées dans les gloses sont : ACC = accompli, D = déterminatif tonal, DEM = démonstratif, EXCL = exclamatif, H = ton haut, INAC = inaccompli, INS = insistance, NOMIN = nominalisateur, PROX = proximal, REL = relatif.

2 Il s’agit d’un fruit.

3 Il est employé seul uniquement lorsqu’il est introduit par l’identificateur nɛ́ comme dans l’énoncé « C’est quoi ? » nɛ́ (etre-essentiel/quoi).

4 C’est la construction courante pour employer un adjectif ou un adjectif-verbal comme adverbe. L’adjectif-adverbe est, lui, utilisé comme adverbe, sans modification.

5 Il s’agit d’une construction spécifique des adjectifs verbaux qui se placent directement après le verbe d’état ʔɔ « être » : ̀ ʔɔ́ dɔ́ká (durée/inac.être/beaucoup) « ça fait trop longtemps » ou « Tellement de temps a passé ». Cet expression du haut degré porte une valeur d’exclamation dépréciative, marquant toujours un excès.

6 Il s’agit d’une construction sans pronom personnel sujet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tab.3. Courbe intonative de l’exclamation de contestation
URL http://journals.openedition.org/rsp/docannexe/image/336/img-1.png
Fichier image/png, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Le rôle de l’énoncé exclamatif en gbaya, une langue oubanguienne de R.C.A »Revue de Sémantique et Pragmatique, 40 | 2017, 145-154.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Le rôle de l’énoncé exclamatif en gbaya, une langue oubanguienne de R.C.A »Revue de Sémantique et Pragmatique [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsp/336 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsp.336

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

LLACAN (UMR 8135 du CNRS) – INALCO

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de Sémantique et Pragmatique

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search