Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42Un demi-siècle de conceptions du ...

Un demi-siècle de conceptions du traitement de la variation dans la lexicographie d’expression française

Pierre Corbin et Nathalie Gasiglia
p. 15-39

Résumés

Cette contribution présente, à l’usage des linguistes de terrain, un survol de l’évolution des prises en compte et des représentations de la variation lexicale dans la lexicographie d’expression française - essentiellement les dictionnaires monolingues généraux - depuis le milieu du XXe siècle, découpage périodique qui se justifie par les données mêmes de l’étude.
Nous laissons de côté les traitements qu’on peut observer dans les articles des dictionnaires, que nous avons examinés dans diverses autres publications, pour nous concentrer sur ce que nous apprennent leurs paratextes de diverses natures (couvertures, préfaces, modes d’emploi, tables de codifications) ainsi que des textes métalexicographiques indépendants des dictionnaires, même si certains sont le fait de lexicographes. Plusieurs jalons ancrés à des moments différents mais pouvant ensuite coexister un certain temps sont successivement repérés : - celui, initial et antérieur à la période étudiée, de la prise en compte de faits de variation sans référence à des critères de classement ni inclusion dans des dénominations génériques ; - celui de l’apparition et de la diffusion, à partir de 1960, de telles déno­minations, dont “niveau(x) de langue” est le prototype mais pas l’unique mani­festation ; - celui de l’affectation des variations prises en compte à différentes va­riables, empiriquement dans divers dictionnaires et des écrits métalexicogra- phiques corrélés à partir de la fin des années 1960 et, plus théoriquement, en référence au “diasystème” du linguiste américain Uriel Weinreich, dans deux synthèses du métalexicographe allemand Franz Josef Hausmann parues en 1977 et 1989 ; - celui des évolutions des représentations lexicographiques des variations spatiales (avec notamment la problématique d’une redéfinition d’un français de référence, dissocié du français normé hexagonal) et sociales (avec notamment le recul des marquages diastatiques au profit des diaphasiques et les incidences de ce transfert) dans les dernières décennies.La contribution s’achève sur quelques réflexions prospectives.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Cadre de l’étude

  • 1 Corbin & Corbin (1980), Corbin (1989, 2005, 2008), Corbin & Gasiglia (2010, 2011), Gasiglia (2008a, (...)

1L’objectif de cette contribution est d’éclairer les chercheurs en linguistique variationnelle sur un domaine connexe au leur en survolant en métalexicographes l’évolution des prises en compte et des représentations de la variation lexicale dans la lexicographie d’expression française, essentiellement monolingue et générale, depuis le milieu du XXe siècle, ce repère chronologique étant motivé par les données de l’étude. Le propos sera axé sur les paratextes des dictionnaires (couvertures, préfaces, modes d’emploi, tables de codifications) et sur des textes métalexicographiques indépendants de ceux-ci (même s’ils peuvent être le fait de lexicographes), les traitements observables dans les articles, examinés dans d’autres publications1, étant ici laissés de côté.

Spécificités de la lexicographie

2Par rapport aux pratiques des linguistes, la lexicographie a plusieurs caractéristiques remarquables :

  • elle est foncièrement lexicale, les divers aspects des fonctionnements linguistiques pris en compte étant référés à des items lexicaux, au sens le plus large (des composants de mots aux séquences lexicalisées) ;

  • elle est analytique, chaque item étant envisagé individuellement, même si certains dictionnaires en relient des sous-ensembles en réseaux ;

  • elle est extensive, puisqu’elle concerne des ensembles, plus ou moins grands et plus ou moins structurés, d’items répondant à des critères de sélection ;

    • 2 Cf. Corbin (2004 : 23).

    elle est diverse dans ses finalités2, qui peuvent être patrimoniales (dans des compilations philologiques comme le Trésor de la langue française [TLF]), scientifiques (dans des prototypes de mise en application formalisée de théories linguistiques comme le Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain (Mel’čuk (dir.) 1984-1999)), pratiques (pour l’orthographe, le sens, la flexion, les constructions…, dans les nombreux répertoires utilitaires qui forment le cœur des catalogues), didactiques (dans les dictionnaires, eux aussi abondants, pour apprenants de natures diverses – natifs ou étrangers, francophones ou allophones) ou distractives (dans des ouvrages dédiés à des variétés de français ou à des ensembles lexicaux supposés susciter la curiosité et propices à l’expression d’une certaine verve, comme, parmi les plus récents, Rey & De Groodt 2015) ;

    • 3 Ceci vaut pour les éditions annuelles depuis la refonte de 2001 du Dictionnaire Hachette encyclopéd (...)
    • 4 Cf. Corbin (1998 : 90 ; 2005 : 130 et n. 19 ; à paraître, § 3) et Corbin & Gasiglia (2010 : 51).

    elle varie également quant à ses moyens quantitatifs et qualitatifs, par ailleurs inégalement connaissables, qui s’échelonnent de considérables (par exemple pour le TLF) à inexistants (par exemple pour l’actuel Dictionnaire Hachette [DH]3), sont communément composites (prélèvements textuels sélectifs, saisies au vol, utilisation de corpus plus ou moins aléatoires, exploration du web…) et présentent des déséquilibres, notamment concernant la représentation de l’oral, volontiers documenté par des sources écrites (cf. Cellard & Rey 1980, Bernet & Rézeau 1989, Colin, Mével & Leclère 1990)4 ;

    • 5 Cf. Corbin (1995 : 89 ; 2002, § 1).

    elle diffère aussi pour ce qui concerne la familiarité des lexicographes avec les travaux des linguistes, qui s’échelonne d’élevée à nulle et n’est plus ce qu’elle a pu être il y a quelques décennies5.

Modalités de la prise en charge lexicographique de faits de variation

3Dans l’activité lexicographique, la variation est appréhendée aux deux niveaux de la sélection des données à faire figurer dans les dictionnaires et des traitements de celles qui sont sélectionnées.

Sélection des données

  • 6 Il ne semble guère en exister pour des ensembles lexicaux associés à un âge de la vie, comme le lex (...)

4La sélection critérisée des données est à la source des nombreux et divers répertoires dédiés à des ensembles lexicaux définis par leur ancrage, qui peut être temporel (ex. : Duchesne & Leguay 1988), géographique (ex. : Rézeau (éd.) 2001), socio-énonciatif (ex. : Cellard & Rey 1980), territorial (ex. : Vincenti 2017), générationnel (ex. : Ribeiro 2014), domanial (ex. : Lesay 2006), institutionnel (ex. : Délégation générale à la langue française 1994), discursif (ex. : Bernet & Rézeau 1989, Rheims 1969), etc.6.

  • 7 Cf. « Présentation du dictionnaire », pp. VI-VII.
  • 8 Par exemple s.v. amoiqué, ée, avec la mention « Néol. d’aut. » ("néologisme d’auteur") et deux cita (...)

5Dans les dictionnaires généraux, ces ancrages fonctionnent comme critères d’inclusion ou d’exclusion d’items ou d’emplois, en fonction des finalités définies pour chaque répertoire. Par exemple, le Dictionnaire général Larousse [DG] de 1993 s’ouvrait, à l’échelle de ses « 38 000 entrées » de langue, aux « régionalismes et mots de la francophonie », aux « domaines terminologiques » et aux « mots familiers et argotiques » appartenant au « vocabulaire courant », proposait systématiquement les « termes recommandés parus au Journal officiel », excluait les « termes rares, désuets, marginaux » et ignorait items générationnels et hapax textuels7 (à l’inverse du TLF, accueillant pour ces derniers8).

Traitements des données

  • 9 Il en va de même dans des dictionnaires spécialisés, mais par rapport à un autre repère neutre, spé (...)
  • 10 Cf. Glatigny (éd.) (1990).

6Les traitements des données considérées comme ayant des ancrages spécifiques prennent, quant à eux, dans les dictionnaires généraux, la forme d’indications, codifiées ou textualisées, qui caractérisent des écarts par rapport au repère posé comme neutre des données présentées comme non ancrées9. Ce dispositif est ancien10 et sa mise en œuvre est relativement homogène dans les dictionnaires actuels. Il n’en va cependant pas de même de leurs discours paratextuels, qui, dans l’explicitation des modes de traitement des faits de variation, manifestent des différences importantes, qui vont être présentées succinctement.

Jalons de l’évolution des discours lexicographiques et métalexicographiques sur la variation lexicale

7Dans la période étudiée, on peut distinguer plusieurs jalons de l’évolution des discours lexicographiques et métalexicographiques concernant la variation des usages lexicaux et constater que les différents paradigmes ne se succèdent pas linéairement, mais que plusieurs modèles peuvent coexister.

Un état initial athéorique

8Un premier état, observé au début de la période mais plus ancien et qui a perduré dans différents répertoires en fonction de paramètres définissant leur profil (projet, positionnement), se rencontre dans des préfaces qui évoquent des faits de variation sans les référer à des critères de classement ni les englober dans des dénominations génériques, et en mettant plus l’accent sur la place qui leur est faite dans la sélection des nomenclatures et des emplois que sur les modalités de traitement de ceux qui sont sélectionnés.

  • 11 Communément, on appelle “dictionnaire encyclopédique” un répertoire qui conjoint des données métali (...)
  • 12 T. 1, p. VI.

9Un premier repère est le Nouveau Larousse universel [NLU], dictionnaire “encyclopédique”11 en 2 volumes refondu en 1948-1949, dont l’« Avant-propos »12 évoquait comme répertoriés, sans principe d’ordre, des « néologisme[s] bien constitué[s] », des « mots de valeur douteuse ou d’un emploi vicieux » vis-à-vis desquels le dictionnaire « met[…] […] en garde […] chaque fois que c’est nécessaire », des incidences lexicales des évolutions récentes des « diverses disciplines scientifiques » et de « toutes les branches de l’activité industrielle », des « mots familiers », des « mots étrangers admis dans la langue littéraire ou simplement technique », des « mots de sport » et des « mots dialectaux entrés dans l’usage ».

  • 13 Dans les appellations courantes, “dictionnaire de langue”, en contraste avec “dictionnaire encyclop (...)

10À sa suite, divers dictionnaires “encyclopédiques” et “de langue”13 ont, chacun à sa manière, abordé similairement la variation :

    • 14 NPLI mill. 1949 (© 1948), « Aux lecteurs », p. [VI].
    • 15 PL mill. 1967 (© 1959, 1966), « Aux lecteurs », p. [III].

    les refontes du (Nouveau) Petit Larousse (illustré) [(N)PL(I)] de 1948, 1952 et 1959, éliminant des « expressions désuètes » et s’ouvrant à des termes liés aux innovations techniques, à des mots « dialectaux » et à des « néologismes admis dans le langage courant »14, ainsi qu’à des « mots familiers, populaires ou même argotiques » et à « certains termes étrangers »15 :

    • 16 T. 1, pp. V-VI. Le « langage populaire » n’était évoqué (p. VI) qu’au titre de la documentation bib (...)

    la première édition du Grand Robert [GR] (1953-1964), dont l’« Introduction » (de Paul Robert), très pauvre sur ce point, se limitait à la mention d’un « vocabulaire commun en principe à tous », d’« une série de langues particulières plus ou moins incomprises hors des milieux sociaux ou professionnels qui les emploient » et du « langage populaire »16 ;

    • 17 « Aux lecteurs », p. [IV].

    le Larousse classique [LC] pour lycéens et étudiants refondu en 1957, qui éliminait largement « les mots d’argot et ceux de la langue populaire » ainsi que les termes de « techniques artisanales […] dépassées », au bénéfice de ceux des « techniques modernes », « de la philosophie, du droit et de l’économie politique » ou des « sciences naturelles »17 ;

    • 18 © 1977, « Note de l’éditeur », t. I, p. V (évolution de l’« Avant-propos » de l’édition en 8 volume (...)

    la dernière édition du Dictionnaire encyclopédique Quillet (1985), qui affichait une préférence synchronique souple et accueillait « un certain vocabulaire que tout le monde emploie, mais qu’on est tacitement convenu de ne jamais écrire »18 ;

    • 19 « Avertissement 1992 » (signé par Maurice Druon), t. 1, pp. V-VII.

    et les deux premiers volumes de la 9e édition du Dictionnaire de l’Académie française [DAF9] (1992 et 2000), ouverte aux « mots nouveaux […] des sciences et des techniques », aux mots régionaux et francophones et même aux mots grossiers en usage (assortis de « remarques normatives »), et accueillante pour certaines variantes graphiques19.

Des évolutions conceptualisantes

11Au cours des années 1960 apparurent dans différents dictionnaires, avec des sensibilités propres à certains éditeurs, des discours plus organisés sur la variation lexicale. Sous des formes diverses, cette conceptualisation nouvelle s’est appliquée à des ensembles de faits de variation et de dispositifs textuels adoptés pour en rendre compte (§ 4.2.1), ainsi qu’aux variables impliquées (§ 4.2.2).

Premiers éléments de typologie : des dénominations génériques pour des ensembles de faits de variation et pour des dispositifs textuels

12Apparues chez Larousse, en concomitance avec le renouvellement des responsables et des rédacteurs (dont plusieurs linguistes), les conceptualisations explicites des traitements de la variation lexicale se sont progressivement diffusées dans l’ensemble de l’édition dictionnairique.

  • 20 T. 1, 1960, p. [VIII].
  • 21 Cf. Pilorz (1968).
  • 22 Cf. « Aux lecteurs », p. [V].

13Le point de départ fut le Grand Larousse encyclopédique en dix volumes [GLE] de 1960-1964, dont l’« Avant-propos »20 exposait en détail les choix en matière de sélection du lexique et de traitements qualifiant sa diversité. Pour la sélection, l’accent était mis sur la dimension diachronique de la couverture lexicale, qui remontait jusqu’au XVIe siècle, et sur les limites de la place faite aux dialectalismes, contingentés, et aux emprunts, accueillis de façon raisonnée. Concernant le traitement, le terme niveaux de langue, dont l’usage daterait des années 195021, apparaissait, entre guillemets, pour englober les indications « familier », « populaire » et « argot », que des explicitations, appuyées sur des citations de linguistes, tentaient de discriminer tout en pointant leur porosité, et la dimension diachronique des articles était circonscrite dans une rubrique étiquetée « langue classique » ou « langue classique et littéraire » (déjà introduite en 1957 dans le LC22).

14Niveau(x) de langue s’est ensuite propagé dans d’autres dictionnaires Larousse “encyclopédiques” ou “de langue”, avec parfois d’importants développements sur la variation lexicale :

    • 23 NPL mill. 1970 (© 1968, 1969), « Aux lecteurs », p. [V]. Dans le texte même du dictionnaire, niveau (...)
    • 24 « Préface », t. I, p. [V].

    Parmi les dictionnaires “encyclopédiques”, ce fut le cas pour la refonte de 1968 du PL (mill. 1969), qui entérina la banalisation de niveau(x) de langue sans guillemets pour des usages considérés comme « familier[s] », « populaire[s] » ou « argotique[s] », vis-à-vis desquels on souhaitait « multiplie[r] les indications sur les limitations d’emploi » (ce qui valait aussi pour des emplois considérés comme « litigieux » au regard du « bon usage », assortis à ce titre de « mises en garde »)23, et, en 1969, pour celle du NLU en 2 volumes, où ressortissaient, entre autres, aux « niveaux de langue » des emplois jugés « populaire[s] » ou « argotique[s] »24, dans un paratexte présentant certaines intersections avec celui du PL refondu l’année précédente.

    • 25 « Avant-propos », p. III.
    • 26 « Avant-propos », p. V (texte cité infra).
    • 27 « Préface » (signée par Louis Guilbert, René Lagane & Georges Niobey), t. I, p. II.
    • 28 « Préface », p. VII.
    • 29 « Avant-propos », p. VII.

    Pour les dictionnaires “de langue”, l’initiateur fut le Dictionnaire du français contemporain [DFC] de 1966, nouveau prototype pour apprenants axé sur « l’usage écrit ou parlé du français le plus habituel »25, dans lequel, pour le traitement de certains faits de variation, « niveaux de langue », qui réfère à un type d’information, était coordonné à « marques stylistiques », qui dénomme un codage textuel, sans que cette coordination s’interprète aisément.26 Cinq ans plus tard, dans une formulation non terminologique, le Grand Larousse de la langue française en sept volumes, ouvrage de référence, prenait le « niveau moyen de langue de l’homme cultivé » comme repère par rapport auquel apprécier ce qui est « familier », « populaire » ou « trivial » (et, concomitamment, la « langue commune en usage aujourd’hui » comme étalon par rapport auquel qualifier comme « littéraires » ou « poétiques » des « emplois » évalués comme « trop aberrants »)27. Suivit, en 1975, le Lexis, beaucoup plus riche mais de même inspiration que le DFC, dans lequel, pour le « vocabulaire courant », « une indication de niveau de langue » comme « langue familière, populaire ou, au contraire, langue soutenue, littéraire » devait préciser « la situation de communication »28. Enfin, en 1980, dans le Nouveau dictionnaire du français contemporain illustré [NDFCI], les « marques stylistiques familier, soutenu, littéraire, populaire, argot » apparurent plus nettement que dans le DFC original comme la codification textuelle de « niveaux de langue » ou « registres de langue » dans « l’usage social du français »29.

  • 30 « Introduction », p. viii.
  • 31 « Présentation » (signée par Josette Rey-Debove & Christine de Bellefonds), p. X.
  • 32 « Note de l’éditeur » (signée par Vincent Brugère-Trélat), p. IV.
  • 33 « Note de l’éditeur » (signée par Françoise Guerard), p. [IV].
  • 34 « Note de l’éditeur » (signée par Françoise Guerard), p. VII.
  • 35 Quatrième de couverture pour les trois ouvrages.

15Avec quelques années de décalage, niveau(x) de langue s’est diffusé progressivement dans le catalogue d’autres éditeurs. Au Robert, les points de départ furent, en 1978, la première édition du Robert-Collins français / anglais30 et, pour les monolingues, le didactique Robert méthodique [RM] de 198231. Simultanément, le terme fut intégré directement dans les deux répertoires parents qui incarnèrent, en 1980, le retour de Hachette dans l’édition de dictionnaires généraux de français : le Dictionnaire Hachette. Langue. Encyclopédie. Noms propres [DH-LENp]32 et le Dictionnaire Hachette de la langue française [DHLF]33, avant d’être propagé dans le Dictionnaire de notre temps [DNT], concurrent du PL, en 1988 (mill. 1989)34. Et il est devenu un mot-repère de l’argumentaire commercial des dictionnaires, qui, au même titre que définition, exemple, prononciation ou locution, figure désormais sur les couvertures de divers utilitaires de milieu et d’entrée de gamme, comme, en 2017, le Robert maxi, le Dictionnaire Larousse poche (mill. 2018) ou le Dictionnaire Hachette de la langue française mini, pour ne mentionner que quelques exemples récents35.

16Cette convergence terminologique n’est cependant pas monolithique, deux sortes de discordances, envisagées ici chronologiquement, pouvant être relevées.

  • D’abord, pour référer à des modalités d’emploi d’items ou de sens avec une extension plus ou moins équivalente, les formulations alternatives à niveau(x) de langue ne manquent pas :

      • 36 Présentation du dictionnaire » (signée par Alain Rey), respectivement pp. XX XVII
      • 37 « Présentation », p. X.
      • 38 « Préface de la deuxième édition » (signée par Alain Rey), t. 1, pp. XXXIX-XL.

      conditions d’emploi : Petit Robert [PR] de 1967 et 197736, RM (1982)37, deuxième éd. du GR en 198538 ;

      • 39 « Présentation du dictionnaire », respectivement pp. XX-XXI et XVII.
      • 40 « Présentation » (signée par Alain Rey), p. XIII.
      • 41 « Le vocabulaire général », t. 1, p. VI.
      • 42 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XLI.

      valeur(s) d(e l)’emploi : PR de 1967 et 197739, première éd. du didactique Micro Robert [MR] en 197140, Grand dictionnaire encyclopédique Larousse en 15 volumes [GDEL] en 198241, GR de 198542 ;

      • 43 « Présentation du dictionnaire », respectivement pp. XXI et XVII.

      nature de l’emploi : PR de 1967 et 197743 ;

      • 44 « Préface » (signée par Paul Imbs), t. 1, p. XXXIII.

      adjuvant stylistique : TLF en 197144 ;

      • 45 « Logos. Grand dictionnaire de la langue française », t. I, p. XII.

      niveau linguistique et niveau stylistique : Logos, dictionnaire “de langue” en 3 volumes de Bordas (1976)45 ;

      • 46 Quatrième de jaquette.

      niveaux d’emploi : DHLF (1980)46 ;

      • 47 « Préface », t. 1, p. XXXIII.
      • 48 « Avant-propos », p. VII.

      registres de (la) langue : TLF (1971)47, NDFCI (1980)48 ;

      • 49 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XL.

      usage(s) (de la langue) : GR de 198549 ;

      • 50 « Préface » (signée par Claude Hagège), p. [VII]. Le DF était une édition revue du DHLF de 1980.

      niveaux de style : Dictionnaire du français Hachette [DF] (1987)50;

      • 51 « Présentation du dictionnaire », p. VI.

      registres de vocabulaire : DG (1993)51 ;

      • 52 « Le Nouveau Petit Robert » (signé par Josette Rey-Debove & Alain Rey), p. XIII.

      valeurs (sociales d’emploi des mots et des sens) : Nouveau Petit Robert [NPR] (1993)52 ;

      • 53 « Présentation du Petit Larousse », p. 7.

      registres de communication : PLI mill. 2001 (2000)53.

  • D’autre part, on rencontre aussi une large gamme de dénominations des formes discursives que prennent les indications sur les modalités d’emploi d’items ou de sens, soit en combinaison avec l’évocation de celles-ci, soit à sa place :

      • 54 « Avant-propos », respectivement pp. V et VII.

      marque(s) stylistique(s) : DFC (1966) et NDFCI (1980)54;

      • 55 « Présentation du dictionnaire », respectivement pp. XX et XVII.
      • 56 Logos. Grand dictionnaire de la langue française », t. I, p. XII.
      • 57 « Note de l’éditeur », respectivement pp. IV et [IV].
      • 58 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XL.

      marque(s) (d’usage) : PR de 1967 et 197755, Logos (1976)56, DH-LENp et DHLF (1980)57, GR de 198558 ;

      • 59 « Aux lecteurs », p. [V].

      indication(s) sur les limitations d’emploi : NPL mill. 1970 (© 1968, 1969) et PLI mill. 1973 (1972)59 ;

      • 60 « Aux lecteurs », p. [V].
      • 61 « Préface à la neuvième édition 1986 » (signée par Maurice Druon), t. 1, p. IV et « Avertissement 1 (...)

      mention(s) : NPL mill. 1970 (© 1968, 1969) et PLI mill. 1973 (1972)60, DAF9 (1992)61 ;

      • 62 « Préface », t. 1, p. [V] et premier rabat de jaquette.
      • 63 Premier rabat de jaquette.

      indication(s) (d’emploi) : NLU (1969)62, PLI mill. 1981 (1980)63 ;

      • 64 « Préface », t. 1, p. XXXIV.

      caractérisation stylistique : TLF (1971)64 ;

      • 65 « Préface », p. VII.
      • 66 « Liste des abréviations », p. VIII.

      indication(s) de/du niveau de langue : Lexis (1975)65, Larousse pratique [LP], dictionnaire utilitaire (2003)66;

      • 67 « Logos. Grand dictionnaire de la langue française », t. I, p. XII.

      indications du niveau linguistique et indications d’usage relatives au niveau stylistique : Logos (1976)67;

      • 68 « Logos. Grand dictionnaire de la langue française », t. I, p. XII.
      • 69 « Avant-propos », p. VII.

      indication(s) : Logos (1976)68, NDFCI (1980)69 ;

      • 70 « Présentation », p. X.
      • 71 « Présentation du dictionnaire », p. VII.

      marque(s) de niveau(x) de langue : RM (1982)70, DG (1993)71 ;

      • 72 « Présentation », p. XI.
      • 73 « Le Nouveau Petit Robert », p. XIV.
      • 74 « Aux lecteurs », p. 3.

      marque(s) : RM (1982)72, NPR (1993)73, PLI mill. 2001 (2000)74 ;

      • 75 « Dictionnaire : mode d’emploi », pp. IV-V.

      marque de vocabulaire : DNT mill. 1989 (1988)75;

      • 76 « Avertissement », t. 1, p. VI.

      notation(s) : DAF9 (1992)76;

      • 77 Quatrième de couverture.

      précisions sur l’emploi des mots : DF de 199277 ;

      • 78 « Liste des abréviations », p. VIII.
      • 79 « Les pages du Petit Larousse », p. IV.

      marqueur(s) d’usage : LP (2003)78, PLI mill. 2012 (2011)79.

17Les paratextes des dictionnaires distinguent généralement avec netteté ce qui concerne les modalités d’emploi des items et des sens et ce qui a trait aux formes discursives de leur expression, à l’instar, par exemple, de celui du PR de 1967 :

  • 80 « Présentation du dictionnaire », p. XX.

on trouve dans le Petit Robert, avant la définition de très nombreux mots, sens ou expressions, une “marque d’usage” qui précise la valeur de l’emploi […]80

18auquel fit écho la théorisation de Josette Rey-Debove, corédactrice du PR :

  • 81 Rey-Debove (1971 : 91).

On appellera niveau de langue toute caractérisation à l’intérieur de chacun de ces types [de sous-langues], qui constituera un cas marqué ou non marqué. Pour le lexicographe la mention du niveau de langue sera toujours obligatoire dans le cas marqué (“Régional”, “Populaire”, “Technique”, “Vieux”). On appellera de telles mentions des marques (de niveau de langue)81

19Il arrive cependant que la distinction soit moins tranchée, comme dans le DFC (1966), dans lequel niveaux de langue et marques stylistiques étaient coordonnés (cf. supra) et paraissaient référer à deux sous-ensembles d’entités ressortissant à la même classe conceptuelle :

  • 82 « Avant-propos », p. V.

Les niveaux de langue et les marques stylistiques (fam., très fam., pop., argot ; ou langue écrite, soignée, soutenue, littéraire, vieillie, etc.) sont indiqués avec le plus de précision possible82

20On peut être tenté d’interpréter le point-virgule dans la parenthèse comme un séparateur des sous-ensembles couverts par chacune des notions, mais cette lecture n’est pas corroborée par la mise en équivalence des deux termes par Jean Dubois, maître d’œuvre du DFC, et son frère Claude, responsable des dictionnaires “encyclopédiques” Larousse :

  • 83 Dubois & Dubois (1971 : 37).

Les niveaux de langue ou marques stylistiques, par le nom même, indiquent qu’il existe une hiérarchie sociale, diagnostiquée par les comportements verbaux […]83

21Et niveau(x) de langue a même basculé du côté des formes discursives dans le PLI mill. 1998 (1997), pour référer aux codifications des « registre[s] de communication » :

  • 84 « Présentation du Petit Larousse », p. 7.

Les niveaux de langue […] indiquent par une abréviation (Litt., littéraire, Sout., soutenu, Vx, vieux, etc.) le registre de communication dans lequel s’utilise le mot.84

22Ce transfert métonymique a été repris dans le PLI mill. 2012 (2011), avec une coordination de dénominations comparable à celle du DFC de 1966, qui fait de niveau de langue l’une des formes discursives de l’expression du registre :

  • 85 « Les pages du Petit Larousse », p. IV.

Niveau de langue ou marqueur d’usage Ils indiquent le registre auquel appartient le mot.85

23Par ailleurs, l’extension de niveau(x) de langue peut être plus ou moins grande, et ses délimitations plus ou moins précises, comme le montre, chez Larousse, la comparaison de différents paratextes :

  • celui du GLE (1960), où il ne couvrait que des variations sociales et énonciatives :

  • 86 « Avant-propos », t. 1, p. [VIII].

[…] nous nous sommes efforcés d’indiquer pour chaque terme les divers “niveaux de langue”, suivant les rubriques connues : “familier”, “populaire”, “argot”.86

  • celui du GDEL (1982), dans lequel il fut étendu à des variations temporelles et discursives :

    • 87 « Le vocabulaire général », t. 1, p. VI.

    Les niveaux de langue (littéraire, familier, populaire, argotique, vieux, vieilli, poétique) sont donnés avant la définition ou la construction s’il s’agit de sens généraux, immédiatement après la définition s’il s’agit d’expressions ou de la notation “langue soutenue”.87

  • et celui du PLI mill. 1989 (1988), qui élargissait l’association indistincte de niveaux et registres à des évaluations :

  • 88 « Aux lecteurs », p. 6.

L’analyse en niveaux et en registres a été affinée par l’introduction de nouvelles rubriques (distinctions entre vieux, vieilli et ancien ; entre familier, populaire, argotique et vulgaire ; entre littéraire et didactique ; entre péjoratif et injurieux, etc.) ;88

Seconds éléments de typologie : distinctions de variables

24Qu’ils utilisent ou non des classifieurs comme ceux évoqués au § 4.2.1, les paratextes mentionnent couramment certaines valeurs assignées à des faits de variation répertoriés, mais beaucoup ne les réfèrent pas à des variables explicitées, comme on le voit dans l’extrait du GDEL cité supra, qui énumère en vrac certaines indications de « niveaux de langue ».

  • 89 « Présentation du dictionnaire », pp. XX-XXI.

25C’est dans les dictionnaires Robert que l’identification de variables auxquelles référer les valeurs assignées à des items et des sens a trouvé son expression la plus systématique, à partir du PR de 196789, dans lequel les « marques d’usage » typant des « valeurs d’emploi » étaient distribuées sur les cinq paramètres « temps », « espace », « société », « fréquence » et « style », ce dernier recouvrant les usages spécialisés. Les quatre variables autres que la fréquence, qui n’est pas un facteur de variation des usages, correspondent aux perturbateurs de « l’homogénéité du lexique » identifiés par Rey-Debove (1971 : 91) sous les dénominations d’« états de langue » (pour le « temps »), de « langues régionales » (« espace »), de « langues sociales » (« milieu ») et de « langues thématiques » (« activité »).

  • 90 « Le Nouveau Petit Robert », p. XIV.
  • 91 « Présentation du dictionnaire », p. XVII.
  • 92 « Présentation », p. XI.
  • 93 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XL.
  • 94 « Le Nouveau Petit Robert », p. XIV.

26Dans l’histoire ultérieure des dictionnaires Robert, les deux variables « temps » et « espace » sont restées stables, deux autres l’ont moins été (« société » remplacée par « niveaux de langue » et « fréquence » supprimée dans le NPR en 199390) et la dernière a été très instable dans sa dénomination (« style », relayé par « conditions d’emploi selon les situations » (PR de 197791), « domaine d’activité » (RM en 198292), « usages et discours spécialisés » (GR de 198593) puis « domaine particulier de la communication », « type de discours » et « domaines du savoir » (NPR de 199394)).

  • 95 P. XIV.
  • 96 P. XIII.
  • 97 P. 7.

27Par ailleurs, chez Hachette, trois variables de cet ordre (« lieu », « temps » et « faits de société ») sont venues structurer en 1993 la table des « Marques d’usage » du DHE mill. 199495, nouvelle édition du DNT (cf. infra § 5.1.1) et précurseur de l’actuel DH. La refonte de 2001 (mill. 2002) fit disparaître le « lieu »96, mais, en 2007 (DH mill. 2008), le dispositif fut redéployé sur les quatre variables « temps, « espace », « groupe social » et « situation de communication » (cette dernière seule étant associée à la notion de « niveau de langue »)97.

Typologies de métalexicographe référées au « diasystème »

28Après les premiers cadrages émanant des dictionnaires Robert, deux typologies analytiques plus complexes des variables régissant les marques ont été élaborées, dans des cadres métalexicographiques, par Hausmann (1977 et 1989), en référence au « diasystème » de Weinreich (1954) :

29La typologie de 1977, huitième chapitre d’un manuel pour germanophones apprenant le français, distinguait huit types de marquage. Ceux correspondant aux cinq variables du PR de 1967 étaient dénommés respectivement diachronique (pour des usages vieillissants (§ 8.1.1) ou émergents (§ 8.1.2)), diatopique (pour des usages de régions françaises ou de pays francophones (§ 8.2)), diastratique (pour des usages propres à des groupes sociaux ou spécifiques du parlé ou de l’écrit (§ 8.4.1), qui circonscrivaient les « niveaux de langue » (§ 8.4.2)), diafréquentiel (pour des usages singulièrement fréquents ou rares (§ 4.7)) et diatechnique (pour des usages spécialisés (§ 8.6)). S’y ajoutaient les marquages dia-intégratif (pour les emprunts, qui, en tant que tels, ne ressortissent pas à la variation (§ 8.3)), diaconnotatif (pour diverses formes d’expressivité ou de conventions énonciatives (§ 8.5)) et dianormatif (pour des usages faisant l’objet d’appréciations prescriptives (§ 8.8)).

30La typologie de 1989, introduction à huit autres articles sur le marquage d’une encyclopédie de lexicographie qui en détaillaient la matière, élargissait celle de 1977 à onze variables (§ 4), par le redéploiement de certaines composantes du diastratique en diamédial (pour le canal) et diaphasique (pour le degré de formalité des énoncés) et l’autonomisation dans le diatextuel de genres discursifs précédemment rapprochés du diaconnotatif, lui-même rebaptisé diaévaluatif.

  • 98 Rézeau (éd.) (2001 : 16). Même option terminologique, dans le champ sociolinguistique, chez Gadet ( (...)

31Les typologies hausmanniennes et la terminologie diasystématique n’ont pas pénétré significativement la lexicographie française. On en trouve cependant un sous-ensemble adapté dans le « Glossaire terminologique » du Dictionnaire des régionalismes de France [DRF], incluant diatopique, diastratique, diaphasique et diamésique (préféré à diamédial)98.

Évolutions remarquables de représentations lexicographiques de variations

32Durant les dernières décennies, des évolutions notables ont eu lieu dans la prise en charge lexicographique de faits de variation relevant des variables spatiale et sociale.

Variable spatiale

33À la suite de l’institutionnalisation de la francophonie dans les années 1960, l’intérêt porté aux variétés de français hors de France s’est accru de diverses manières. Dans le même temps, la lexicographie des régionalismes de France a connu un certain essor.

Pénétration dans les dictionnaires généraux français

  • 99 « 1 709 francophonismes (mots ou sens) affectés d’un marqueur géographique, y compris les régionali (...)
  • 100 Selon Garnier (2005 : 234), quand le tirage du PLI se situait « entre 700 000 et 1 000 000 d’exempl (...)

34Des données lexicales non hexagonales furent introduites progressivement dans les dictionnaires généraux français à partir des années 1970, avec mesure99 mais parfois avec une annonce appuyée, en partie du fait de la diffusion de ces ouvrages hors de France100.

  • 101 Pp. 1303-1310.
  • 102 P. 1303.
  • 103 « Préface », p. VIII.
  • 104 « Préface » (signée par Jean Girodet), t. I, p. IX. Les « expressions argotiques ou triviales » éta (...)
  • 105 « Présentation du dictionnaire », p. XIX.
  • 106 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XXIII.
  • 107 « Le Nouveau Petit Robert », p. XIII.

35Parmi les dictionnaires “de langue”, le didactique Dictionnaire du français vivant (Davau, Cohen & Lallemand 1972), constitue un premier repère, avec son annexe répertoriant les « mots, locutions et tournures propres à la Belgique, au Canada, à la Suisse romande »101 jugés « les plus typiques »102. Le Lexis suivit en 1975 en faisant état d’une place modeste accordée à des usages propres à ces trois aires (dont les « canadianismes de bon aloi » de l’Office québécois de la langue française), conjoints à des régionalismes de France sous l’intitulé « français “marginal” »103, un an avant que le Logos (1976) n’argue du manque de place pour exclure « les mots dialectaux ou régionaux, les vocables ou les emplois propres à la Suisse, à la Belgique, au Canada »104. C’est le terme « régionalismes » même qui fut choisi comme classifieur pour les spécificités diatopiques non hexagonales aussi bien que françaises dans le PR de 1977, dont le paratexte comportait des développements méthodologiques substantiels et faisait état, outre les canadianismes, belgicismes et helvétismes, d’une ouverture complémentaire à des africanismes105. La réflexion fut prolongée et étoffée dans le GR de 1985, notamment par l’affirmation des principes de « représentativité » et d’« intérêt socio-culturel » présidant au choix des francophonismes intégrés dans le dictionnaire106, reformulés en « usages [qui] présentent un intérêt pour tout le monde » dans le NPR de 1993, qui étendit la couverture géographique au Maghreb, aux Caraïbes et à l’océan Indien107.

  • 108 « Aux lecteurs », p. 6.
  • 109 « Note de l’éditeur », p. VII.
  • 110 « Les francophones et le français », pp. 1693-1703.
  • 111 « Avant-propos », p. V.

36Dans les dictionnaires “encyclopédiques”, la variation diatopique a donné lieu à un pic d’affichage en 1988, simultanément dans le PLI (mill. 1989), où était soulignée la « part très importante […] faite […] à la francophonie hors de France (Belgique, Suisse, pays d’Afrique, Québec, Louisiane) ainsi qu’aux vocabulaires français régionaux »108, et dans son nouveau concurrent, le DNT Hachette, qui était assorti d’un cahier de « mots français des francophones »109 d’Afrique, de Belgique, du Canada et de Suisse110, élargi dans le mill. 1991 (1990) aux Mascareignes et Seychelles et aux Petites Antilles, et conservé jusqu’au mill. 1993 (1992) inclus. Les éditions ultérieures de ces deux dictionnaires ne mirent plus le même accent sur la variation diatopique, celui-ci ne trouvant un écho différé qu’en 2008, dans le Larousse des noms communs, version enrichie de la composante “de langue” du PLI, qui « donne de nombreux mots de la francophonie et accueille les régionalismes »111.

Adaptations de dictionnaires didactiques et généraux pour des pays francophones

  • 112 « En tout, ce sont 529 unités “africaines” qui ont été ajoutées, soit un peu plus d’un dixième du n (...)
  • 113 Cf. Corbin (1985, § 2).
  • 114 Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française – Université des Résea (...)
  • 115 Quatrième de couverture. Elle stipulait aussi que 3 500 des 14 000 noms propres de la nomenclature (...)

37Dans les mêmes décennies, différents éditeurs ont produit, pour des publics d’aires francophones particulières, des versions adaptées, parfois très légèrement, de certains dictionnaires, dont l’ossature restait le français de France. La plupart étaient destinés à des apprenants (de différents niveaux), du Dictionnaire du français fondamental pour l’Afrique (David 1974), qui remaniait significativement le Dictionnaire fondamental de la langue française (Gougenheim 1958) à l’intention de son public particulier112, aux versions peu retouchées en 2004 pour le Maghreb du Dictionnaire Larousse des débutants de 2000 (Mon premier dictionnaire au Maroc, le Nouveau dictionnaire des débutants en Algérie et Tunisie) en passant par le Dictionnaire moderne (1981), qui, pour l’Afrique, apportait des ajustements contingents au Nouveau Larousse des débutants de 1977113, le Dictionnaire CEC jeunesse (1986), dérivé, pour le Québec, du Dictionnaire Hachette juniors, et l’édition nord-américaine en 1994 du Robert junior illustré de 1993. Mais il y eut aussi, plus substantiellement, l’adaptation, coordonnée par l’AUPELF-UREF114, du DHE à l’intention de l’Afrique francophone en 1995 sous le nom de Dictionnaire universel [DU], puis de l’ensemble de la francophonie en 1997 sous celui de Dictionnaire universel francophone [DUF], avant un retour vers le premier public ciblé et le premier titre dans une refonte en 2008, pour laquelle il était fait état de plus de 6 000 définitions qui « rendent compte de la variété du français parlé en Afrique » sur les 111 000 que comporte le dictionnaire115.

Recherches lexicographiques dédiées

  • 116 Cf. p. II des différentes éditions.
  • 117 Cf. Pauleau (2016, § 3.1.1).

38Le DU(F), par l’apport des spécialistes de diverses aires de la francophonie116, donnait un écho à des recherches documentaires engagées dans celles-ci sous des formes variées : constitution de l’équipe du Trésor de la langue française au Québec dans les années 1970, débouchant sur un Dictionnaire historique du français québécois (Poirier (dir.) 1998) et la coordination de la Base de données lexicographiques panfrancophones, conçue par Bernard Quemada dans les années 1980 et en ligne depuis 2004 ; publication du Bulletin de l’observatoire du français contemporain en Afrique noire à partir de 1980 et de l’Observatoire du français dans le Pacifique à partir de 1983117, année qui fut aussi celle de la première édition de l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire ; création, en 1989, du centre Valibel (« Variétés linguistiques du français de Belgique »), préfigurant le Dictionnaire des belgicismes de Francard & al. (2010), appuyé sur des enquêtes de terrain ; travaux, dans les années 1990, de l’équipe « Images et marges du français contemporain » de l’INaLF, axée sur la diatopie et la diaphasie, que suivit le DRF en 2001 ; publication d’un inventaire de particularités lexicales du français calédonien (Pauleau 1995), puis d’un Dictionnaire suisse romand de référence (Thibaut & Knecht (dir.) 1997).

Problématique du français de référence

  • 118 Cf. Corbin & Gasiglia (2010 : 44-45 ; 2017 : 487).
  • 119 Rey (1983 : 553, n. 11).
  • 120 Rey (2010 : X).

39La prise en charge lexicographique croissante, sous les diverses formes évoquées, de la variation lexicale dans l’espace francophone s’est accompagnée d’une réflexion critique sur l’assimilation en vigueur entre français de France et français de référence118, qu’il s’agisse d’envisager un dictionnaire francophone qui prendrait pour repères « l’un quelconque des “français régionaux” »119 ou qui serait « polycentrique »120. Le Québec apparaît en première ligne pour porter cette aspiration, tant au titre de l’expression des principes (par exemple par Poirier 2003 et 2005) qu’à celui des réalisations, avec deux dictionnaires généraux prenant le français canadien, essentiellement québécois, comme cœur de leurs nomenclatures et situant comme tels par rapport à lui des usages d’autres aires francophones, et notamment ceux de France : en 1992 le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui, exploitant la matrice du MR plus de 1988, et, depuis 2013, Usito, élaboré ex nihilo à l’université de Sherbrooke et conçu directement pour la consultation en ligne, qui fait aussi leur place à des acadianismes, des belgicismes et des helvétismes.

Variable sociale

  • 121 Cf. Rey (1983 : 564) et GR de 1985, « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XL.
  • 122 Cf. Corbin & Gasiglia (2010 : 50 ; 2011, § 1.3).

40L’autre évolution récente majeure des approches lexicographiques de la variation a affecté la variable sociale, avec la remise en cause de la notion aussi idéologisée que répandue de lexique “populaire”, qui a trouvé son expression première la plus affirmée dans le GR de 1985121 avant de se diffuser dans la production dictionnairique ultérieure, par une substitution plus ou moins importante du marquage diaphasique “familier” à ce marquage diastratique destinée à traduire des évolutions des usages suscitées par les modifications du corps social et des modes de communication, mais induisant en retour un certain déficit de prise en charge des variations entre groupes sociaux et une laxité patente de la notion de familiarité.122

Perspectives

  • 123 Pour les régionalismes, cf. le blog Français de nos régions et son émanation imprimée, Avanzi (2017 (...)

41Les développements qui précèdent proposent une représentation de l’évolution, lente et améliorable mais effective, des approches de la variation dans les dictionnaires généraux francophones durant le dernier demi-siècle, en corrélation avec les changements de la société et sous l’impulsion de certains lexicographes. D’autres ajustements suivront probablement, mais à quel rythme et avec quelle ampleur ? Les freins ne manquent pas : crise de l’édition lexicographique induisant manque de moyens et d’ambitions ; coupure accentuée entre les pratiques lexicographiques de l’édition commerciale et les recherches (socio)linguistiques ; difficultés inhérentes de la connaissance fine des pratiques lexicales effectives, en dépit des moyens d’investigation nouveaux permis par le traitement automatique des langues et la documentation participative via Internet (“crowdsourcing”)123 ; obstacle constitué par une certaine doxa, centralisatrice et normative, en matière de représentation mentale des usages et des variations, malgré des prises de position fortes, mais isolées, pour un changement de paradigme. Aussi la probabilité est-elle faible de voir prochainement les étiquettes réifiantes des marquages être remplacées par des indications textualisées évolutives de ce que l’on croit savoir sur les distributions discursives des usages décrits, qui tireraient profit de la souplesse de paramétrage des affichages dans un environnement électronique pour s’ouvrir, optionnellement, à une certaine polyphonie épilinguistique sur les usages sans faire prévaloir de point de vue, ce qui reviendrait à étendre au diaphasique la problématique diatopique du français “de référence”. Mais peut-être, sur ce terrain comme sur d’autres, des initiatives universitaires seront-elles à la source de prototypes dictionnairiques innovants.

Haut de page

Bibliographie

Dictionnaires

Avanzi, M. (2017), Atlas du français de nos régions, Paris : Armand Colin.

Base de données lexicographiques panfrancophone, http://www.bdlp.org/.

Bernet, C. & Rézeau, P. (1989), Dictionnaire du français parlé. Le monde des expressions familières, Paris : Seuil.

Brami, É. & Le Grand, C. (1994), Dico des bébés, Paris : Hachette jeunesse.

Bulletin de l’observatoire du français contemporain en Afrique noire, Paris : DidierÉrudition, à partir de 1980.

Cellard, J. & Rey, A. (1980), Dictionnaire du français non conventionnel, Paris : Hachette.

Colin, J.-P., Mével, J.-P. & Leclère, C. (1990), Dictionnaire de l’argot, Paris : Larousse.

DAF9 = Dictionnaire de l’Académie française, 9e éd.

Davau, M., Cohen, M. & Lallemand, M. (1972), Dictionnaire du français vivant, Paris / Bruxelles / Montréal : Bordas.

David, J. (1974), Dictionnaire du français fondamental pour l’Afrique, Paris : Didier.

Délégation générale à la langue française (1994), Dictionnaire des termes officiels de la

langue française, Paris : Journal officiel de la République française.

DF = Dictionnaire du français : voir Dictionnaire Hachette de la langue française. DFC = Dictionnaire du français contemporain.

DG = Dictionnaire général.

DH = Dictionnaire Hachette : voir Dictionnaire de notre temps.

DHE = Dictionnaire Hachette encyclopédique : voir Dictionnaire de notre temps. DH-LENp = Dictionnaire Hachette. Langue. Encyclopédie. Noms propres.

DHLF = Dictionnaire Hachette de la langue française.

Dictionnaire CEC jeunesse, Montréal : Centre éducatif et culturel, 1986.

Dictionnaire de l’Académie française, 9e éd., t. 1, Paris : Imprimerie nationale Éditions, 1992 ; t. 2, Librairie Arthème Fayard / Imprimerie nationale Éditions, 2000.

Dictionnaire de notre temps = Le dictionnaire de notre temps, mill. 1989, Paris : Hachette, 1988 ; mill. 1991, 1990 ; mill. 1993, 1992 ; nouv. éd., Dictionnaire

Hachette encyclopédique, mill. 1994, 1993 ; éd. refondue, mill. 2002, 2001 ; Dictionnaire Hachette, mill. 2008, 2007 ; dernière éd. parue, mill. 2018, Hachette Éducation, 2017.

Dictionnaire du français contemporain, Paris : Librairie Larousse, 1966 ; nouv. éd.,

Nouveau dictionnaire du français contemporain illustré, 1980.

Dictionnaire encyclopédique Quillet, 8 vol., Paris : Librairie Aristide Quillet, 1968 ; nouv. éd., 10 vol., 1985.

Dictionnaire général = Dictionnaire général pour la maîtrise de la langue française, la culture classique et contemporaine, Paris : Larousse, 1993.

Dictionnaire Hachette : voir Dictionnaire de notre temps.

Dictionnaire Hachette de la langue française, Paris : Hachette, 1980 ; nouv. éd.,

Dictionnaire du français, 1987 ; nouv. éd., Le dictionnaire du français, 1992. Dictionnaire Hachette de la langue française mini, Paris : Hachette Éducation, 2017. Dictionnaire Hachette encyclopédique : voir Dictionnaire de notre temps.

Dictionnaire Hachette juniors, Paris : Hachette, 1980 ; nouv. éd., 1986.

Dictionnaire Hachette. Langue. Encyclopédie. Noms propres, Paris : Hachette, 1980.

Dictionnaire Larousse des débutants, nouv. éd., Paris : Larousse, 2000.

Dictionnaire Larousse poche, mill. 2018, Paris : Larousse, 2017.

Dictionnaire moderne, Paris : Larousse Afrique, 1981.

Dictionnaire québécois d’aujourd’hui, Saint-Laurent (Québec) : DicoRobert, 1992.

Dictionnaire universel, Paris : Hachette / EDICEF / AUPELF-UREF, 1995 ; nouv. éd., Dictionnaire universel francophone, 1997 ; 5e éd., Dictionnaire universel, Vanves : Hachette / EDICEF / Agence universitaire de la francophonie / Organisation internationale de la francophonie, 2008.

Dictionnaire universel francophone : voir Dictionnaire universel. DNT = Dictionnaire de notre temps.

DRF = Dictionnaire des régionalismes de France : voir Rézeau (éd.) (2001).

Duchesne, A. & Leguay, T. (1988), L’obsolète. Dictionnaire des mots perdus, Paris : Larousse.

DU(F) = Dictionnaire universel (francophone) : voir Dictionnaire universel.

Francard & al. = Francard, M., Geron, G., Wilmet, R. & Wirth, A. (2010), Dictionnaire des belgicismes, Bruxelles : De Boeck Duculot.

GDEL = Grand dictionnaire encyclopédique Larousse. GLE = Grand Larousse encyclopédique en dix volumes.

Gougenheim, G. (1958), Dictionnaire fondamental de la langue française, Paris : Didier.

GR = Grand Robert.

Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, 15 vol., Paris : Librairie Larousse, 1982-1985.

Grand Larousse de la langue française en sept volumes, Paris : Librairie Larousse, 1971-1978.

Grand Larousse encyclopédique en dix volumes, Paris : Librairie Larousse, 1960-1964.

Grand Robert = Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 6 vol., Paris : Société du Nouveau Littré, 1953-1964 ; 2e éd. entièrement revue et enrichie, Le Grand Robert de la langue française. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 9 vol., Le Robert, 1985.

Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique Noire, Montréal : AUPELF / Paris : ACCT, 1983.

Larousse classique. Dictionnaire encyclopédique, nouv. éd., Paris : Librairie Larousse, 1957.

Larousse des noms communs = Le Larousse des noms communs, Paris : Larousse, 2008.

Larousse pratique. Dictionnaire du français au quotidien, Paris : Larousse, 2003.

LC = Larousse classique.

Lesay, J.D. (2006), Les mots du football, Paris : Belin.

Lexis. Dictionnaire de la langue française, Paris : Librairie Larousse, 1975. Logos. Grand dictionnaire de la langue française, 3 vol., Paris : Bordas, 1976. LP = Larousse pratique.

Mel’čuk, I. (dir.) (1984-1988-1992-1999), Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain. Recherches lexico-sémantiques, 4 vol., Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.

Micro Robert. Dictionnaire du français primordial, Paris : S.N.L. - Le Littré, 1971.

Micro-Robert plus = Le Micro-Robert langue française plus noms propres - chronologie - cartes, Paris : Dictionnaires Le Robert, 1988.

Mon premier dictionnaire, Paris : Larousse, 2004.

MR = Micro Robert.

MR plus = Micro-Robert plus.

NDFCI = Nouveau dictionnaire du français contemporain illustré : voir Dictionnaire du français contemporain.

NLU = Nouveau Larousse universel.

Nouveau dictionnaire des débutants, Paris : Larousse, 2004.

Nouveau dictionnaire du français contemporain illustré : voir Dictionnaire du français contemporain.

Nouveau Larousse des débutants, Paris : Larousse, 1977.

Nouveau Larousse universel. Dictionnaire encyclopédique en deux volumes, Paris : Librairie Larousse, 1948-1949 ; nouv. éd., Nouveau Larousse universel, 2 vol., 1969.

Nouveau Petit Larousse illustré : voir Petit Larousse. Nouveau Petit Robert : voir Petit Robert.

NPL(I) = Nouveau Petit Larousse (illustré) : voir Petit Larousse. NPR = Nouveau Petit Robert : voir Petit Robert.

Observatoire du français dans le Pacifique, Paris : Didier-Érudition, à partir de 1983.

Pauleau, C. (1995), Le français de Nouvelle-Calédonie - Contribution à un inventaire des particularités lexicales, Paris : EDICEF / AUPELF.

Petit Larousse = Nouveau Petit Larousse illustré. Dictionnaire encyclopédique, mill. 1949, Paris : Librairie Larousse, 1948 ; mill. 1953, 1952 ; Petit Larousse. Dictionnaire encyclopédique pour tous, mill. 1964, © 1959, 1963 ; mill. 1967, © 1959, 1966 ; Nouveau Petit Larousse. Dictionnaire encyclopédique pour tous, mill. 1969, 1968 ; mill. 1970, © 1968, 1969 ; Petit Larousse illustré. Dictionnaire encyclopédique pour tous, mill. 1973, 1972 ; mill. 1981, 1980 ; Petit Larousse illustré, mill. 1989, 1988 ; Le Petit Larousse illustré, mill. 1998, éd. entièrement nouvelle, Larousse, 1997 ; mill. 2001, 2000 ; mill. 2005, 2004 ; mill. 2007, 2006 ; mill. 2012, 2011.

Petit Robert = Le Petit Robert. Dictionnaire alphabétique & analogique de la langue française, Paris : Société du Nouveau Littré, 1967 ; nouv. éd., 1977 ; nouv. éd. remaniée et amplifiée, Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, 1993.

PL(I) = Petit Larousse (illustré) : voir Petit Larousse.

Poirier, C. (dir.) (1998), Dictionnaire historique du français québécois. Monographies lexicographiques de québécismes, Sainte-Foy (Québec) : Les Presses de l’Université Laval.

PR = Petit Robert.

Rey, A. & De Groodt, S. (2015), 200 drôles d’expressions que l’on utilise tous les jours sans vraiment les connaître, Paris : Le Robert.

Rézeau, P. (éd.) (2001), Dictionnaire des régionalismes de France. Géographie et histoire d’un patrimoine linguistique, Bruxelles : DeBoeck Duculot.

Rheims, M. (1969), Dictionnaire des mots sauvages (écrivains des XIX e et XX e siècles), Paris : Librairie Larousse.

Ribeiro, S. (2014), Dictionnaire ados français, Paris : First Éditions.

RM = Robert méthodique.

Robert-Collins = Robert-Collins Dictionnaire français-anglais anglais-français, Paris : Société du Nouveau Littré / London - Glasgow - Cleveland - Toronto : Collins, 1978.

Robert junior illustré = Le Robert junior illustré, Paris : Dictionnaires Le Robert, 1993 ; éd. nord-américaine, 1994.

Robert maxi = Le Robert maxi, éd. mise à jour, Paris : Le Robert, 2017.

Robert méthodique = Le Robert méthodique. Dictionnaire méthodique du français actuel, Paris : Le Robert, 1982.

Thibault, A. & Knecht, P. (dir.) (1997), Dictionnaire suisse romand. Particularités lexicales du français contemporain, Carouge-Genève : Éditions Zoé.

TLF = Trésor de la langue française.

Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du XIX e et du XX e siècle (1789- 1960), 16 vol., Paris : Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique (t. 1-10) / Gallimard (t. 11-16), 1971-1994.

Usito, https://www.usito.com/dictio/.

Vincenti, A. (2017), Les mots du bitume. De Rabelais aux rappeurs, petit dictionnaire de la langue de la rue, Paris : Le Robert.

Autres références

Bauche, H. (1946), Le langage populaire. Grammaire, syntaxe et dictionnaire du français tel qu’on le parle dans le peuple avec tous les termes d’argot usuel, nouv. éd., Paris : Payot.

Corbin, D. & Corbin, P. (1980), « Le monde étrange des dictionnaires (1). Les “marques d’usage” dans le Micro Robert », Bulletin du Centre d’analyse du discours 4, 237-324.

Corbin, P. (1985), « Le monde étrange des dictionnaires (6). Le commerce des mots », Lexique 3, 65-124.

Corbin, P. (1989), « Les marques stylistiques / diastratiques dans le dictionnaire monolingue », in F.J. Hausmann, O. Reichmann, H.E. Wiegand & L. Zgusta (Hrsg.), art. 57, 673-680.

Corbin, P. (1995), « L’articulation entre la pratique lexicographique, la métalexicographie et la linguistique dans la formation et dans l’activité des lexicographes », in

J. Pruvost (éd.), Les dictionnaires de langue. Méthodes et contenus. La journée des dictionnaires 1994, Université de Cergy-Pontoise : Centre de Recherche Texte / Histoire, 81-112.

Corbin, P. (1998), « La lexicographie française est-elle en panne ? », in Cicle de conferències 96-97. Lèxic, corpus i diccionaris, Barcelona : Institut Universitari de Lingüística Aplicada, Universitat Pompeu Fabra, 83-112.

Corbin, P. (2002), « Lexicographie et linguistique : une articulation difficile. L’exemple du domaine français », in F. Melka & M. Celeste Augusto (eds), De la lexicologie à la lexicographie / From Lexicology to Lexicography, Utrecht : Utrecht Institute of Linguistics OTS, 8-37.

Corbin, P. (2004), « Théorie et pratique de la formation professionnelle de lexicographes : treize ans d’expérience lilloise », in G. Williams & S. Vessier (eds), Proceedings of the Eleventh EURALEX International Congress, EURALEX 2004, Lorient, France, July 6-10, 2004, vol. 1, Université de Bretagne-Sud, 13-35.

Corbin, P. (2005), « Des occurrences discursives aux contextualisations dictionnairiques. Éléments d’une recherche en cours sur l’expression en français d’expériences du football », in M. Heinz (éd.), L’exemple lexicographique dans les dictionnaires français contemporains. Actes des “Premières Journées allemandes des dictionnaires” (Klingenberg am Main, 25-27 juin 2004), Tübingen : Max Niemeyer Verlag, 125-156.

Corbin, P. (2008), « Peut-on parler d’une langue du football ? Réflexions sur une expérience de constitution et d’exploitation d’une ressource discursive informatisée », in F. Maniez, P. Dury, N. Arlin & C. Rougemont (éds), Corpus et dictionnaires de langues de spécialité, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 271-300.

Corbin, P. (à paraître), « The lexicography of French (including Belgian, Swiss and Canadian French) », in P. Hanks & G.M. de Schryver (eds), International Handbook of Modern Lexis and Lexicography, Berlin : Springer.

Corbin, P. & Gasiglia, N. (2010), « Représentations lexicographiques actuelles du lexique français : aperçus sur les choix de nomenclatures », Cahiers de lexicologie 96, 35-65.

Corbin, P. & Gasiglia, N. (2011), « Éléments pour un état de la description de la variété des usages lexicaux dans les dictionnaires français monolingues (1980-2008) », in

F. Baider, E. Lamprou & M. Monville-Burston (éds), La marque en lexicographie. États présents, voies d’avenir, Limoges : Lambert-Lucas, 17-37.

Corbin, P. & Gasiglia, N. (2017), « “Ce qu’il faut mettre dans le dictionnaire” », in

N. Flaux, P. Haas, V. Mostrov, K. Paykin & F. Tayalati (éds), De la passion du sens en linguistique. Hommages à Danièle Van de Velde, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes, 467-507.

Dubois, J. & Dubois, C. (1971), Introduction à la lexicographie : le dictionnaire, Paris : Librairie Larousse.

Français de nos régions, https://francaisdenosregions.com/.

Gadet, F. (2003), La variation sociale en français, Gap / Paris : Ophrys.

Garnier, Y. (2005), « Les francophonismes dans le Petit Larousse », in M.C. Cormier & A. Francœur (dir.), Les dictionnaires Larousse. Genèse et évolution, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal, 219-248.

Garnier, Y. (2008), « Les francophonismes dans Le Petit Larousse », Cahiers parisiens / Parisian Notebooks 4, 55-67.

Gasiglia, N. (2008a), « Le traitement des emprunts dans les dictionnaires d’apprentissage français : options descriptives et choix rédactionnels », in J. Pruvost (dir.), Les Journées des dictionnaires de Cergy. Dictionnaires et mots voyageurs. Les 40 ans du Petit Robert, Éragny-sur-Oise : Éditions des Silves, 153-212.

Gasiglia, N. (2008b), « Le traitement des anglicismes dans quelques dictionnaires français pour jeunes lecteurs », in F. Maniez & P. Dury (dir.), Lexicographie et terminologie : histoire de mots. Hommage à Henri Béjoint, Gap : Louis Jean Imprimeur, 157-174.

Gasiglia, N. (2008c), « Description of loan words in French school dictionaries: treatment of words of foreign origin in Dictionnaire Hachette junior (2006) and Le Robert junior illustré (2005) », in E. Bernal & J. DeCesaris (eds), Proceedings of the Thirteenth EURALEX International Congress, EURALEX 2008 (Barcelona 15-19 july 2008), Sèrie Activitats 20, Barcelona, Institut Universitari de Lingüística Aplicada, 1115-1122, http://www.euralex.org/elx_proceedings/Euralex2008/109_ Euralex_2008_Gasiglia_Description%20of%20Loan%20Words%20in%20French%20School%20Dictionaries_Treatment%20of%20Words%20of%20 Foreign%20Origin%20i.pdf.

Gasiglia, N. (2011), « Étude des marquages d’emplois lexicaux identifiés comme relevant du “parler enfantin” dans quatre dictionnaires Robert monolingues contemporains », in C. Rey & P. Reynés (éds), Dictionnaires, norme(s) et sociolinguistique, Carnets d’atelier de sociolinguistique 5, 161-184.

Glatigny, M. (éd.) (1990), Lexique 9 (« Les marques d’usage dans les dictionnaires (XVIIe-XVIIIe siècles) »).

Hausmann, F.J. (1977), Einführung in die Benutzung der neufranzösischen Wörterbücher, Tübingen : Max Niemeyer Verlag.

Hausmann, F.J. (1989), « Die Markierung im allgemeinen einsprachigen Wörterbuch: eine Übersicht », in F.J. Hausmann, O. Reichmann, H.E. Wiegand & L. Zgusta (Hrsg.), art. 53, 649-657.

Hausmann, F.J., Reichmann, O., Wiegand, H.E. & Zgusta, L. (Hrsg.) (1989), Wörterbücher / Dictionaries / Dictionnaires. Ein internationales Handbuch zur Lexikographie / An International Encyclopedia of Lexicography / Encyclopédie internationale de lexicographie, t. 1, Berlin / New York : Walter de Gruyter.

Pauleau, C. (2016), « La description du français calédonien : état des lieux », Langages 203, 21-36.

Pilorz, A. (1968), « Notion de niveau de langue et analyse de style », in A. Quilis,

R.B. Carril & M. Cantarero (coord.), Actas XI Congreso internacional de lingüística y filologia románicas, Madrid : Revista de Filología Española, 355-364.

Poirier, C. (2003), « Variation du français en francophonie et cohérence de la description lexicographique », in M.C. Cormier, A. Francœur & J.-C. Boulanger (dir.), Les dictionnaires Le Robert. Genèse et évolution, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal, 189-226.

Poirier, C. (2005), « La dynamique du français dans l’espace francophone à la lumière de la base de données lexicographique panfrancophone », Revue de linguistique romane 69, 483-516.

Rey, A. (1983), « Norme et dictionnaires (domaine du français) », in É. Bédard &

J. Maurais (éds), La norme linguistique, Gouvernement du Québec : Conseil de la langue française / Paris : Le Robert, 541-569.

Rey, A. (2010), « Avant-propos », in A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, nouv. éd. augmentée, Paris : Le Robert, IX-X.

Rey-Debove, J. (1971), Étude linguistique et sémiotique des dictionnaires français contemporains, The Hague / Paris : Mouton.

Weinreich, U. (1954), « Is a structural dialectology possible? », Word. Journal of the Linguistic Circle of New York 10.2-3, 388-400.

Haut de page

Notes

1 Corbin & Corbin (1980), Corbin (1989, 2005, 2008), Corbin & Gasiglia (2010, 2011), Gasiglia (2008a, 2008b, 2008c, 2011).

2 Cf. Corbin (2004 : 23).

3 Ceci vaut pour les éditions annuelles depuis la refonte de 2001 du Dictionnaire Hachette encyclopédique [DHE] (mill. 2002).

4 Cf. Corbin (1998 : 90 ; 2005 : 130 et n. 19 ; à paraître, § 3) et Corbin & Gasiglia (2010 : 51).

5 Cf. Corbin (1995 : 89 ; 2002, § 1).

6 Il ne semble guère en exister pour des ensembles lexicaux associés à un âge de la vie, comme le lexique dit “enfantin”, pour lequel un imagier alphabétique comme le Dico desbébés (Brami & Le Grand 1994) est à la lisière de la lexicographie.

7 Cf. « Présentation du dictionnaire », pp. VI-VII.

8 Par exemple s.v. amoiqué, ée, avec la mention « Néol. d’aut. » ("néologisme d’auteur") et deux citations de Huysmans.

9 Il en va de même dans des dictionnaires spécialisés, mais par rapport à un autre repère neutre, spécifié dans la vocation de chacun d’eux, qui peut être une variété de français identifiée comme propre à telle période, telle aire géographique, tel groupe social, etc.

10 Cf. Glatigny (éd.) (1990).

11 Communément, on appelle “dictionnaire encyclopédique” un répertoire qui conjoint des données métalinguistiques et des données d’autres natures (développements sur les référents des items, nomenclature de noms propres, inserts culturels…). Nous utilisons les guillemets anglais pour connoter le caractère convenu de cette dénomination.

12 T. 1, p. VI.

13 Dans les appellations courantes, “dictionnaire de langue”, en contraste avec “dictionnaire encyclopédique” (cf. n. 11) dénomme, un répertoire qui est supposé exclure les noms propres et n’associer aux adresses des articles que des informations métalinguistiques. Nos guillemets anglais ont la même valeur de prise de distance vis-à-vis de cette terminologie.

14 NPLI mill. 1949 (© 1948), « Aux lecteurs », p. [VI].

15 PL mill. 1967 (© 1959, 1966), « Aux lecteurs », p. [III].

16 T. 1, pp. V-VI. Le « langage populaire » n’était évoqué (p. VI) qu’au titre de la documentation bibliographique (par une référence à Bauche 1946).

17 « Aux lecteurs », p. [IV].

18 © 1977, « Note de l’éditeur », t. I, p. V (évolution de l’« Avant-propos » de l’édition en 8 volumes de 1968, t. I, p. VII).

19 « Avertissement 1992 » (signé par Maurice Druon), t. 1, pp. V-VII.

20 T. 1, 1960, p. [VIII].

21 Cf. Pilorz (1968).

22 Cf. « Aux lecteurs », p. [V].

23 NPL mill. 1970 (© 1968, 1969), « Aux lecteurs », p. [V]. Dans le texte même du dictionnaire, niveau de langue avait été enregistré, s.v. niveau, dès le PL mill. 1964 (1963), avec pour définition « caractère stylistique d’une langue défini d’après le degré de culture ou le groupe social ».

24 « Préface », t. I, p. [V].

25 « Avant-propos », p. III.

26 « Avant-propos », p. V (texte cité infra).

27 « Préface » (signée par Louis Guilbert, René Lagane & Georges Niobey), t. I, p. II.

28 « Préface », p. VII.

29 « Avant-propos », p. VII.

30 « Introduction », p. viii.

31 « Présentation » (signée par Josette Rey-Debove & Christine de Bellefonds), p. X.

32 « Note de l’éditeur » (signée par Vincent Brugère-Trélat), p. IV.

33 « Note de l’éditeur » (signée par Françoise Guerard), p. [IV].

34 « Note de l’éditeur » (signée par Françoise Guerard), p. VII.

35 Quatrième de couverture pour les trois ouvrages.

36 Présentation du dictionnaire » (signée par Alain Rey), respectivement pp. XX XVII

37 « Présentation », p. X.

38 « Préface de la deuxième édition » (signée par Alain Rey), t. 1, pp. XXXIX-XL.

39 « Présentation du dictionnaire », respectivement pp. XX-XXI et XVII.

40 « Présentation » (signée par Alain Rey), p. XIII.

41 « Le vocabulaire général », t. 1, p. VI.

42 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XLI.

43 « Présentation du dictionnaire », respectivement pp. XXI et XVII.

44 « Préface » (signée par Paul Imbs), t. 1, p. XXXIII.

45 « Logos. Grand dictionnaire de la langue française », t. I, p. XII.

46 Quatrième de jaquette.

47 « Préface », t. 1, p. XXXIII.

48 « Avant-propos », p. VII.

49 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XL.

50 « Préface » (signée par Claude Hagège), p. [VII]. Le DF était une édition revue du DHLF de 1980.

51 « Présentation du dictionnaire », p. VI.

52 « Le Nouveau Petit Robert » (signé par Josette Rey-Debove & Alain Rey), p. XIII.

53 « Présentation du Petit Larousse », p. 7.

54 « Avant-propos », respectivement pp. V et VII.

55 « Présentation du dictionnaire », respectivement pp. XX et XVII.

56 Logos. Grand dictionnaire de la langue française », t. I, p. XII.

57 « Note de l’éditeur », respectivement pp. IV et [IV].

58 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XL.

59 « Aux lecteurs », p. [V].

60 « Aux lecteurs », p. [V].

61 « Préface à la neuvième édition 1986 » (signée par Maurice Druon), t. 1, p. IV et « Avertissement 1992 », t. 1, p. VI.

62 « Préface », t. 1, p. [V] et premier rabat de jaquette.

63 Premier rabat de jaquette.

64 « Préface », t. 1, p. XXXIV.

65 « Préface », p. VII.

66 « Liste des abréviations », p. VIII.

67 « Logos. Grand dictionnaire de la langue française », t. I, p. XII.

68 « Logos. Grand dictionnaire de la langue française », t. I, p. XII.

69 « Avant-propos », p. VII.

70 « Présentation », p. X.

71 « Présentation du dictionnaire », p. VII.

72 « Présentation », p. XI.

73 « Le Nouveau Petit Robert », p. XIV.

74 « Aux lecteurs », p. 3.

75 « Dictionnaire : mode d’emploi », pp. IV-V.

76 « Avertissement », t. 1, p. VI.

77 Quatrième de couverture.

78 « Liste des abréviations », p. VIII.

79 « Les pages du Petit Larousse », p. IV.

80 « Présentation du dictionnaire », p. XX.

81 Rey-Debove (1971 : 91).

82 « Avant-propos », p. V.

83 Dubois & Dubois (1971 : 37).

84 « Présentation du Petit Larousse », p. 7.

85 « Les pages du Petit Larousse », p. IV.

86 « Avant-propos », t. 1, p. [VIII].

87 « Le vocabulaire général », t. 1, p. VI.

88 « Aux lecteurs », p. 6.

89 « Présentation du dictionnaire », pp. XX-XXI.

90 « Le Nouveau Petit Robert », p. XIV.

91 « Présentation du dictionnaire », p. XVII.

92 « Présentation », p. XI.

93 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XL.

94 « Le Nouveau Petit Robert », p. XIV.

95 P. XIV.

96 P. XIII.

97 P. 7.

98 Rézeau (éd.) (2001 : 16). Même option terminologique, dans le champ sociolinguistique, chez Gadet (2003 : 15).

99 « 1 709 francophonismes (mots ou sens) affectés d’un marqueur géographique, y compris les régionalismes » dans le PLI mill. 2005 (2004) selon Garnier (2005 : 231), qui précise également que ceux-ci « sont au nombre de 264, dont 169 uniquement métropolitains, les 95 autres étant affectés d’un autre marqueur géographique » (cf. aussi Garnier 2008 : 58). Rapportés à l’ordre de grandeur de « 150 000 définitions » affiché par l’éditeur (PLI mill. 2007 (2006), première de couverture), les francophonismes ainsi entendus avoisinent donc 1 % des emplois répertoriés.

100 Selon Garnier (2005 : 234), quand le tirage du PLI se situait « entre 700 000 et 1 000 000 d’exemplaires », 100 000 étaient mis en vente au Canada, 60 000 en Belgique, 25 000 en Suisse et 45 000 dans le reste du monde, France exclue (cf. aussi Garnier 2008 : 61).

101 Pp. 1303-1310.

102 P. 1303.

103 « Préface », p. VIII.

104 « Préface » (signée par Jean Girodet), t. I, p. IX. Les « expressions argotiques ou triviales » étaient similairement « rejetées » (ibid.).

105 « Présentation du dictionnaire », p. XIX.

106 « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XXIII.

107 « Le Nouveau Petit Robert », p. XIII.

108 « Aux lecteurs », p. 6.

109 « Note de l’éditeur », p. VII.

110 « Les francophones et le français », pp. 1693-1703.

111 « Avant-propos », p. V.

112 « En tout, ce sont 529 unités “africaines” qui ont été ajoutées, soit un peu plus d’un dixième du nombre total. En compensation, des mots du français fondamental moins utiles en Afrique ont été supprimés. » (« Introduction », p. VIII).

113 Cf. Corbin (1985, § 2).

114 Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française – Université des Réseaux d’Expression Française.

115 Quatrième de couverture. Elle stipulait aussi que 3 500 des 14 000 noms propres de la nomenclature « se rapportent à l’Afrique ». Dans l’édition non proprement africaine de 1997, les valeurs annoncées étaient respectivement de 10 000 définitions et 3 000 noms propres provenant de « l’univers francophone » (quatrième de couverture ; cf. Corbin & Gasiglia 2010, n. 51).

116 Cf. p. II des différentes éditions.

117 Cf. Pauleau (2016, § 3.1.1).

118 Cf. Corbin & Gasiglia (2010 : 44-45 ; 2017 : 487).

119 Rey (1983 : 553, n. 11).

120 Rey (2010 : X).

121 Cf. Rey (1983 : 564) et GR de 1985, « Préface de la deuxième édition », t. 1, p. XL.

122 Cf. Corbin & Gasiglia (2010 : 50 ; 2011, § 1.3).

123 Pour les régionalismes, cf. le blog Français de nos régions et son émanation imprimée, Avanzi (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Corbin et Nathalie Gasiglia, « Un demi-siècle de conceptions du traitement de la variation dans la lexicographie d’expression française »Revue de Sémantique et Pragmatique, 41-42 | 2017, 15-39.

Référence électronique

Pierre Corbin et Nathalie Gasiglia, « Un demi-siècle de conceptions du traitement de la variation dans la lexicographie d’expression française »Revue de Sémantique et Pragmatique [En ligne], 41-42 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsp/444 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsp.444

Haut de page

Auteurs

Pierre Corbin

UMR STL

Nathalie Gasiglia

Université Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de Sémantique et Pragmatique

Haut de page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo Laboratoire Ligérien de Linguistique
  • Logo Presses Universitaires d'Orléans
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search