Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42Archaïsme, lexicalisation et vari...

Archaïsme, lexicalisation et variation sur le terrain acadien : autour des verbes en re-/ré-/r- et associés

Cristina Petras
p. 59-78

Résumés

L’examen d’une série d’emplois particuliers des verbes en re-lré-lr- (rouvrir « ouvrir », rentrer « entrer », ressembler « sembler ») et des formes anciennes sans re-lré-lr- (garder « regarder », mercier « remercier »), en français acadien, donne lieu à des réflexions sur les mécanismes à l’œuvre dans la dynamique de ce préfixe et sur ses rapports avec la lexicalisation. Ce travail montre bien que l’étude des variétés de français vient enrichir les travaux sur le fonctionnement du préfixe re-l-lr-, contribuant aux débats en morphologie dérivationnelle et en sémantique lexicale. Le point le plus important a été ainsi de constater que des va-et-vient entre le sens compositionnel et le sens non compositionnel, comportant des cas de figure qui pourraient être ramenés à la lexicalisation - entendue, dans l’une de ses acceptions, comme la perte du sens compositionnel -, rythment l’évolution des verbes en re-lré-lr-, qui font surface dans les variétés. De surcroît, il faut observer que le statut ambigu (composi- tionnel ou non) des verbes en re-l-lr- a conduit, dans les variétés de français en contact avec l’anglais, à l’émergence d’un back qui vient marquer les mêmes valeurs que le préfixe. Pour ce qui est de la question du possible en morpho­logie dérivationnelle, des attestations en diachronie témoignent d’un recours plus large au moyen synthétique qu’est le mot construit par rapport au français contemporain, dans lequel des moyens analytiques viennent s’y substituer.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions Gaétane Dostie pour son aimable et judicieuse lecture d’une version antérieure de ce texte. Nos remerciements s’adressent aussi aux lecteurs anonymes. Nous avons pu tirer pleinement profit de leurs commentaires et suggestions fort pertinents dans cette version finale du texte.

Introduction

1La manifestation, en français acadien, d’emplois particuliers de verbes en re-/-/r- (rouvrir « ouvrir », rentrer « entrer », ressembler « sembler ») et la présence de formes anciennes sans re-/-/r- (garder « regarder », mercier « remercier ») permettent de s’interroger sur les mécanismes à l’œuvre dans la dynamique de ce préfixe, ainsi que sur ses rapports avec la lexicalisation (dans ses diverses acceptions, voir ci-dessous). Cette réflexion peut contribuer ainsi aux débats en morphologie dérivationnelle et en sémantique lexicale. Nous nous rapporterons ici à la manière dont se construit/déconstruit/reconstruit le sens (voir la question de la nature compositionnelle ou non du sens), ainsi qu’à la question des lacunes lexicales (voir la distinction entre mots possibles et mots existants de Corbin, 1997).

  • 1 Comme le fait remarquer la même auteure, on assiste en diachronie à un changement des valeurs d’imp (...)

2Pour ce qui est des valeurs sémantiques associées au préfixe re-/-/r-, nous retiendrons notamment la position d’Apothéloz (2005), qui identifie deux sens principaux : « itératif » et « annulatif ». L’itérativité elle-même peut correspondre à trois valeurs/opérations, selon la dimension de la « scène actancielle » qui est envisagée : « itération du procès », « itération de l’événement » et « itération de l’activité ». Le sens annulatif couvre des valeurs diversement appelées dans les dictionnaires « retour en arrière », « retour au point de départ », « retour à un état antérieur », « réciprocité ». Les verbes en re-/-/r- de ce type supposent l’annulation d’un mouvement antérieur, inverse : repartir « partir après qu’on est arrivé », redescendre « descendre après qu’on est monté », remonter « monter après qu’on est descendu ». Les verbes présentant un sens annulatif impliquent aussi presque toujours un sens itératif (remonter « monter après être descendu », mais aussi « monter à nouveau »). L’itérativité est, du point de vue historique, secondaire par rapport à la valeur de retour en arrière, étant en fait une manifestation de cette dernière (Giancarli, 2013 : 75, citant Fuchs, 1992 et Gerhard-Krait, 2010). Le développement de l’une vers l’autre est naturel. Jalenques (2002) identifie différentes valeurs de re-, en fonction de la polysémie de la base. Il en est ainsi du verbe reprendre qui connaît les valeurs suivantes : itération, retour, modification. Ce serait, selon ce dernier auteur, la valeur de modification qui rend le mieux compte du fonctionnement de re-. Une interprétation comme « de son côté, à son tour » (mentionnée par Weill, 2009), qui caractérise l’ancien français, ne subsiste plus en français contemporain1. Selon Weill (2009 : 120), re-/-/r- comporte une valeur aspectuelle qui peut être qualifiée d’« implicative », ce dont rend compte le fait que le préfixe permet au locuteur « de regarder de haut le procès du verbe et d’agir sur lui et de le diriger, vers l’arrière, à nouveau, de le déplacer, de le faire rebondir, de l’échanger, de marquer une certaine intentionnalité (qui peut aller jusqu’à la satisfaction complète ou à l’échec programmé, et c’est ce qui a été compris comme un sens intensif), de faire dupliquer le procès par un autre sujet, et si l’on va trop loin au fond des choses, de l’annihiler ».

  • 2 Petraş (2016) exploite un corpus sur lequel s’appuie sa thèse doctorale soutenue en 2008
  • 3 Édition critique s’appuyant sur l’édition publiée dans le journal l’Évangéline du 15 septembre 1927 (...)

3Le français acadien du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse est notre principal terrain d’investigation, notre démarche s’appuyant notamment sur le corpus Petraş (2016) [2008]2. Les corpus acadiens suivants seront aussi exploités : Arrighi (2005) (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard), Wiesmath (2006) (Nouveau-Brunswick), Falkert (2010) (Îles-de-la-Madeleine). La présence, dans les différents dictionnaires et glossaires, des verbes en re-/-/r- envisagés nous permettra d’évaluer le degré de lexicalisation (voir ci-dessous les éclaircissements sur les différentes acceptions de cette notion). Pour le terrain acadien nous avons consulté Brasseur (2001) (Terre-Neuve), Boudreau (2009) [1988] (Nouvelle-Écosse, Cap-Breton), Cormier (1999). La comparaison avec d’autres terrains s’avère nécessaire pour avoir une image plus générale sur le fonctionnement des verbes en re-/-/r-. Pour ce qui est des corpus de ces autres terrains, nous consulterons le Corpus de français parlé au Québec (= CFPQ) et le Fichier lexical (Trésor de la langue française au Québec) (= FL) pour le français québécois. En ce qui concerne les travaux jouant le rôle de référence, nous exploitons Poirier (dir.) (1998) pour le français québécois, Rézeau (dir.) (1999) pour le français régional de France, ainsi que la Base de données lexicographiques panfrancophone, pour les différentes variétés de français, plus largement. Des dictionnaires/glossaires plus anciens (Dunn, 1880, Poirier (1993)3, Clapin, 1894, Dionne, 1974 [1909], Glossaire du parler français au Canada, 1968 [1930]) permettent d’envisager la dynamique diachronique du fait de langue étudié. Il va de soi que le découpage selon l’axe géographique qui régit les approches à la base de la constitution des corpus et des dictionnaires/glossaires mentionnés n’est pas incompatible avec la manifestation des mêmes phénomènes au niveau diaphasique ou diastratique.

4Le fonctionnement des verbes en re-/-/r- en français du Canada n’a fait l’objet d’études que par rapport à la particule back (voir, par exemple, Chaudenson et al., 1993,Perrot,1994,1995, Tremblay, 2005, Giancarli, 2013). Invoquer cette dernière nous permettra d’identifier et en même temps de rendre compte de l’emploi de certains des verbes en re-/-/r-. Par ailleurs, une approche des divers cas de figure qu’offre le fonctionnement de ces verbes dans les différentes variétés de français, par le recours à l’ancrage diachronique, montre bien la nécessité de l’analyse des faits envisagés selon plusieurs plans.

5Les deux premières sections de l’article (2 et 3) porteront sur la dynamique du préfixe re-/ré-/r-, à travers une analyse des verbes en re-/ré-/r- qui ne présentent pas un sens compositionnel et de ceux qui, sans comporter le préfixe re-/ ré-/r-, ont un sens proche de celui des verbes avec préfixe. Dans la section 4, l’examen du rapport avec la particule back et avec d’autres moyens de codification des valeurs « à nouveau » et « annulation » viendra apporter un autre éclairage sur la valeur des verbes en re-/ré-/r- en français acadien. Finalement, dans la section 5, les rapports entre morphologie et lexique seront interrogés à travers la présence des unités soumises à l’examen dans les dictionnaires.

6Pour ce qui est des différentes acceptions du terme lexicalisation, nous retiendrons trois des quatre catégories identifiées par Apothéloz (2005) – qui renvoient selon cet auteur à des « processus diachroniques distincts » –, tout en élargissant la deuxième catégorie : (a) la lexicalisation1 = inscription d’un usage plus ou moins généralisé d’une unité lexicale dans les inventaires lexicaux ; (b) lexicalisation2 = processus qui rend compte des non coïncidences entre forme (compositionnelle) et sens (non compositionnel) ; (c) lexicalisation3 = « codage d’un signifié par une forme lexicale » (Apothéloz, 2005 : 61). Les non coïncidences que couvre la lexicalisation2 peuvent se manifester par 1) « la diminution ou la perte de la compositionnalité sémantique » (Apothéloz, 2005 : 61) ; 2) des survivances, des va-et-vient entre sens compositionnel et sens non compositionnels des verbes en re-/ré-/r- et des verbes sans re-/ré-/r-. Il s’agit d’emplois idiomatiques selon Jalenques (2001, 2002).

Lorsque le verbe en re-/ré-/r- n’en est pas vraiment un

7D’entrée de jeu, nous précisons que seuls seront pris en considération ici les emplois attestés, dans les différents corpus /inventaires consultés. L’analyse proposée n’exclut aucunement des emplois non attestés, mais qui pourraient néanmoins exister.

8Une première interrogation part de l’existence dans le corpus analysé de mots construits, dont seule la morphologie est compositionnelle. Il s’agit des verbes en re-/ré-/r- suivants, qui, dans certains de leurs emplois, sont équivalents des verbes sans re-/ré-/r- : rouvrir « ouvrir », rentrer « entrer », réexpliquer « expliquer », ressembler « sembler », se ressouvenir « se souvenir », renourrir « nourrir ». Certains semblent être des éléments anciens, ayant survécu dans les parlers dialectaux et dans le français populaire, d’autres des emplois propres.

9Nous touchons ici à la question de la compositionnalité du sens, qui a fait l’objet de débats importants en morphologie dérivationnelle. Ainsi, Corbin (1987) identifie, dans son modèle de morphologie dérivationnelle, ce qu’elle appelle les « irrégularités de façade », parmi lesquelles les « distorsions apparentes entre la forme et le sens ». Apothéloz (2005) qualifie ce genre de situation d’ « obsolescence », résultat de l’action de processus qui peuvent être ramenés à la lexicalisation2. Pour ce qui est des mécanismes rendant compte de cet état de faits, les positions des linguistes se rangent entre, d’une part, une hypothèse qui voit dans l’émergence de ces verbes sans sens compositionnel un processus diachronique en plusieurs étapes, et, d’autre part, une remise en question de cette hypothèse à partir d’analyses de données historiques (Jalenques, 2000, 2001). Le « scénario diachronique traditionnel », dans les termes de Jalenques (2001), avance une évolution en trois étapes : depuis la valeur itérative jusqu’à la synonymie entre le verbe en re-/ré-/r- et sa base, à la suite de la perte de la valeur itérative, avec comme étape intermédiaire un passage par une valeur intensive (le verbe rentrer, par exemple) ; la synonymie se serait résolue soit par la disparition de la base (c’est le cas de ralentir/*alentir), soit par une dissociation entre le sens du verbe en re-/ré-/r- et sa base (c’est le cas de regarder/garder).

10Parmi les verbes qui nous intéressent, rentrer est attesté comme équivalent de entrer « pénétrer dans » (sans impliquer l’idée d’être sorti avant) dans le TLFi avec la marque « populaire ». Les exemples ci-dessous, tirés du corpus Petraş (2016) [2008], illustrent ce même emploi pour le français acadien :

(1)

là ça qu’arrive avec ça c’est / quand-ce que tu rentres dans les SHOP /qui, qu’i/ participont / y a tout le temps / bien sûr y a tout le temps des exclusions / des affaires qu’i pouvont point (dans une discussion sur une campagne de réduction de prix à laquelle participent les magasins de la région)

(2)

des temps je me demande quand-ce qu’i commençont à rentrer / oh oh h’ai-ti assez de jus (dans une émission portant sur l’organisation d’une activité pour les petits enfants ; l’animatrice raconte ce qui se passe à chaque séance)

11Répandu de nos jours dans l’espace acadien, en général, ainsi qu’en français québécois (comme en témoigne sa présence dans les corpus Arrighi (2005), Falkert (2010), Wiesmath (2006), ou dans le FL), le verbe rentrer « pénétrer dans » jouit d’une continuité diachronique, reflétée par sa présence dans les dictionnaires/glossaires plus anciens suivants : Dunn (1880), Clapin (1894), Dionne (1974) [1909], Glossaire du parler français au Canada (1968) [1930].

  • 4 Exemple littéraire daté 1979, tiré du FL.
  • 5 Provenant d’une chanson, datée 1983.
  • 6 Dans un exemple littéraire de 2007.
  • 7 Paraphrase proposée par TLFi, pour entrer.

12Nous avons enregistré la même équivalence (rentrer = entrer) dans les constructions rentrer en contact (3), rentrer au pouvoir (4)4 ou dans l’emploi du verbe rentrer paraphrasable par « devenir, être admis comme membre d’une institution, d’une communauté »(TLFi) (5), ainsi que dans rentrer dans police dans une attestation du FL5 ou rentrer chez les sœurs, dans le même FL6. Cette dernière construction est enregistrée aussi par le TLFi. De là émerge la construction rentrer+substantif attribut du sujet rentrer (= entrer) peut être paraphrasé par « s’engager dans un état, une activité »7 (6).

  • 8 Exemple tiré de Petraş (2016) [2008].

(3)

H292 : pis s’il avont le dernier ClareShoper j’ai mon e-mail là-dedans itou mon e-mail et mon phone number

H291 : ok si qu’i voudriont rentrer en contact avec toi8

(4)

« En tout cas moé je te le dis encore une fois: j’ai voté pour Duplessis, pis si y se représenterait un autre Duplessis aujourd’hui pour demain, je revoterais pour lui. Pis je serais pas tout seul à part de d’ça. Emmène-nous un vré cheuf pour la Province, pis je t’en passe un papier qu’y rentre au pouvoir avec une grosse majorité; le monde sont tannés de pas trop savoir ousqu’on s’en va. » (FL, 1979)

(5)

mais c’est point aisé coumme que ça paraît je crois ben [bͻn] pour rentrer dans vos foyers je crois ben [bͻn]

(6)

« Dans l’automne suivante, papa était tanné de moi. Ça fait qu’il m’envoya passer l’hiver dans le bois pour les Price, avec Prudent Fournier comme foreman. J’y ai été yinque un hiver. Après ça, j’ai rentré apprenti cordonnier chez Joseph Kelly, un métis sauvage. » (FL, 1962, document ethnographique)

  • 9 Il faut signaler que le verbe entrer est attesté en ancien et en moyen français avec le sens « fair (...)

13Par ailleurs, dans d’autres emplois, rentrer fonctionne avec un sens compositionnel (voir, par exemple, rentrer « entrer après être sorti » dans Petraş (2016) [2008] et dans le FL ou, en emploi transitif direct, rentrer sa récolte, rentrer le foin dans FL). Si en français contemporain le verbe entrer n’apparaît plus en emploi transitif, des attestations plus anciennes du français de France (voir dans le TLFi entrer le foin chez Giono, mais aussi entrer avec d’autres noms comme complément d’objet direct chez d’autres auteurs) montrent que dans ce cas ce n’est pas forcément la préfixation qui implique la transitivation9. Le TLFi précise pourtant que c’est davantage le verbe rentrer qui se retrouve dans des constructions transitives.

14On est donc avec le couple de verbes rentrer/entrer dans une situation de coexistence d’un verbe en re-/ré-/r- idiomatique et de sa base. L’idiomaticité peut être invoquée à des degrés différents dans les emplois du verbe rentrer. Ainsi, si dans les contextes dans lesquels il fonctionne avec le sens « pénétrer dans » l’emploi est clairement idiomatique, dans d’autres (rentrer en contact, rentrer au pouvoir), une certaine compositionnalité du sens peut être invoquée : lorsqu’on rentre en contact avec quelqu’un (ici par téléphone ou par courriel),un premier contact peut déjà avoir eu lieu (par exemple en apprenant le numéro de téléphone ou le courriel de celui avec lequel on rentre en contact) ; la valeur « de son côté, à son tour » (qui caractérisait l’ancien français, voir la section 1) du préfixe re-/ré-/r- pourrait être attachée à la construction rentrer au pouvoir. D’ailleurs le Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500) enregistre cette valeur de rentrer (qq. part) « pénétrer à nouveau ou à son tour (qq. part) » dans la synthèse des différentes sources. Pourtant, une recherche dans la section « Articles complet » fait apparaître un emploi du verbe rentrer « [Sans idée de répétition] “Entrer” », renvoyant au Lexique des Miracles Nostre Dame par personnages de Pierre Kunstmann. Remettant en question l’hypothèse longtemps soutenue, selon laquelle une usure sémantique du préfixe aurait conduit à la synonymie entre rentrer et entrer, Jalenques (2000) interprète cette synonymie – qui ne saurait être que contextuelle – en s’appuyant sur les propriétés sémantiques de la base et du préfixe : c’est la proximité sémantique entre le verbe correspondant à la base et le préfixe qui rend compte de la synonymie se manifestant dans certains contextes entre entrer et rentrer. Le sémantisme du verbe entrer suppose le franchissement d’une frontière d’un espace, si bien que l’avant et l’après de ce processus, ainsi que les deux localisations respectives (« similaires », mais séparées par la frontière) peuvent être ramenés à l’idée d’une « altérité ». Ceci correspond au fonctionnement du préfixe, défini dans les mêmes termes de l’altérité (ou de la modification, selon Jalenques, 2002) : celui-ci renvoie à l’actualisation par le procès (auquel se rapporte la base verbale) d’une situation, en rapport d’altérité avec une autre situation, similaire. La forme préfixée donne lieu non pas à une concaténation (entre les deux éléments), mais à une superposition de leurs propriétés sémantiques.

15Comme le montrent les données historiques, la synonymie entre entrer et rentrer n’est pas nouvelle. Tout au contraire, sans être le résultat d’une usure du préfixe, elle caractérise des états anciens du français. Les données sur lesquelles nous avons travaillé viennent fournir des arguments en faveur de l’hypothèse avancée par Jalenques (2000) : les exemples tirés de corpus canadiens illustrent des survivances d’états anciens de langue, dans lesquels les deux verbes entrer/ rentrer présentaient déjà une relation de synonymie.

16L’emploi transitif direct du verbe ressembler « ressembler à », comme dans l’exemple (7) ci-dessous, ne nous intéresse ici que dans la mesure où il présente une particularité de régime, perpétuant un emploi ancien (voir son attestation en ancien français, selon FEW, 11 : 624b). Brasseur (2001 : 395a) le signale pour Terre-Neuve, TLFi le cite comme régional (Belgique et Thiérache). Selon Dubois et al. (1993 : 701a), le régime transitif se maintient jusqu’au 17e siècle.

(7)

quoi-ce que le portrait ressemble là pour l’avenir

17Dans la construction impersonnelle, ça (me) ressemble, illustrée ci-dessous, le verbe ressembler « sembler » doit être envisagé du point de vue de son rapport avec le sens non compositionnel.

(8)

alle a point juché / mais alle disait fort assez pis ça me ressemble c’était non

(9)

i pouvont être assis là tout la journée pis ça ressemble qu’i faisont rien / mais dans ieu tête là / ça va et ça va

(10)

ça me ressemble que h’en avais vu

(11)

mais quand j’étions petits BOYS et ça ça me ressemble h’avions des plus’ gros hivers que h’avons asteure

18Le même emploi est recensé par Brasseur (2001), avec comme sujet impersonnel, ça ou i : ça ressemble, i ressemble « il semble », ça me ressemble que « il me semble que ». L’emploi qui fait l’objet de ces remarques est probablement une survivance ancienne : on le retrouve dans Godefroy paraphrasé par « sembler, paraître ». Le Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes enregistre même l’emploi impersonnel « il semble (bien) que ».

19En fait, le couple sembler-ressembler offre un exemple de coexistence jusqu’à une certaine époque de deux verbes apparentés qui ne se distinguent pas du point de vue sémantique. Selon Dubois et al. (1993), dans la Chanson de Roland, sembler et ressembler coexistent avec le même sens « ressembler » (continuant le sens de l’étymon similāre« ressembler »). En plus, ils possèdent tous les deux le sens « paraître ». Sembler fonctionnera avec les deux sens « ressembler » et « paraître » jusqu’au 16e siècle. Pour ce qui est du verbe ressembler, Furetière (1727) n’enregistre déjà plus l’emploi « sembler, paraître ». Cet emploi s’est pourtant maintenu dans les français régionaux, comme le montrent les données provenant du terrain acadien. Le cas de figure qui se présente avec le couple sembler-ressembler peut être rapproché d’un autre (garder-regarder), qui a été examiné ailleurs (voir la section 3).

20Si le verbe se ressouvenir est attesté en français selon le TLFi (comme vieilli ou littéraire), son sens n’est pas le même que celui enregistré dans les corpus acadiens. À part l’emploi impersonnel, le sens y est compositionnel (« continuer à se souvenir d’une chose ancienne ou retrouver le souvenir d’une chose plus ou moins lointaine qui avait été oubliée ») alors que dans ces derniers le verbe est équivalent de son couple sans préfixe dans l’emploi pronominal (se ressouvenir = se souvenir « avoir, garder, se mettre en mémoire ») (12)

(12)

je me ressouvins avec : / avec : [P1N1] là quand-ce qu’i m’avait demandé de venir jouer de la guitare pour lui / dans la veillée h’avions mis des XX pour une quinzaine de TUNE dans la veillée (contexte qui ne présuppose pas l’idée d’une itération)

21Cet emploi se retrouve en moyen français et en français classique, selon FEW (12 : 377a, « avoir mémoire de ») et se maintient dans les dialectes (Brasseur, 2001). Le verbe se ressouvenir ne semble pas usuel de nos jours en français québécois, les attestations de FL s’arrêtant au 18e siècle (1717) pour le verbe et au 19e pour le nom.

22Au contraire des verbes antérieurement étudiés, rouvrir ne connaît pas de sens non compositionnel en français. Comme le remarque Brasseur (2001 : 405b), à partir des données fournies par FEW (25, 3b-4a), en français, le préfixe dans rouvrir sera toujours interprété comme itératif. Rouvrir = ouvrir est enregistré tant sur le terrain acadien (voir Petraş, 2016 [2008], Arrighi, 2005, Falkert, 2010), que sur le québécois (voir FL, CFPO). Le même emploi est inventorié aussi en français réunionnais, selon Brasseur, qui cite Carayol (1985 : 160).

23Dans notre corpus rouvrir apparaît tant en emploi transitif direct, dans (13) et (14), qu’en emploi intransitif, dans (15).

(13)

lui est dans le danger qu’i sait comment rouvrir les portes / pis si qu’i sort /pis qu’i timbe / c’est fini

(14)

un grand merci pour venir nous faire un tour et pis un grand merci pour : / euh rouvrir ton cœur / et pis mettre / l’effort que ça prend pour organiser ène activité

(15)

crois-tu que la porte va rouvrir avant neuf heures

24Dans l’exemple suivant il est difficile de dire si la présence du verbe sans préfixe dans la reformulation est déclenchée par l’expression d’une incompréhension de la part de l’interlocuteur (pardon). Si c’était le cas, ceci pourrait indiquer que le locuteur en question se reprend pour proposer le mot supposé connu (ouvrir) par son interlocuteur.

(16)

H301 : pis c’est-ti prévu que ça va rouvrir c’t été ça ou

H302 : pardon

H301 : c’est-ti prévu que ça va ouvrir cet été ou

25Le verbe réexpliquer n’est inventorié ni dans le TLFi ni dans le GLLF, mais on le retrouve dans l’usage (voir par exemple Il faut réexpliquer la loi de 1905 sur la laïcité, http://rmc.bfmtv.com/​emission/​il-faut-reexpliquer-la-loi- de-1905-sur-la-laicite-645935.html). Par ailleurs, son absence dans un dictionnaire comme GLLF ne signifie aucunement qu’il n’existe pas. En effet, comme le remarque Guilbert (1989 : 4727) dans l’article consacré au préfixe re-/ré-/r- dans le même dictionnaire, ce préfixe peut se combiner dans sa valeur itérative avec tous les verbes, mais seules seront retenues comme entrées les unités ayant donné lieu à des constructions particulières, du fait de la grammaticalisation de ce préfixe. Cette idée d’emploi généralisé du préfixe est partiellement remise en question par Grevisse (1993) : il existe des verbes qui ne sont pas compatibles avec ce préfixe – des verbes qui commencent par une voyelle et qui ont un corps phonique réduit. Si de tels verbes sont pourtant enregistrés avec le préfixe re-/ré-/r-, c’est dans des situations qui se caractérisent à la fois par le caractère populaire et régional.

26Dans la série d’exemples suivants tirés de notre corpus, réexpliquer fonctionne sans valeur itérative, chez une même locutrice (la discussion portant sur la maladie d’Alzheimer ne suppose aucunement l’itération, vu que la locutrice en question essaie de donner une définition, répondant ainsi à la question de l’animatrice) :

(17)

c’est coumme beaucoup de la misère à réexpliquer / moi / quand j’ai starté dedans / euh [P3] avait déjà passé dans beaucoup d’affaires / SO ielle m’a beaucoup aidée à moi / à coper avec la maladie

(18)

on peut point réexpliquer Alzheimer c’est que / l’affaire i faut garder pour le ben [bͻn]

(19)

h’ai parlé au docteur DOCTOR DOCTOR [N4] m’a vraiment réexpliqué tout’ ça / ça ça a rien à faire avec ça

27Nous le retrouvons dans FL, dans un conte :

(20)

Mon tit-Jean part. Il se guidait sur la lueur. Il arrive là. Il frappe. C’est une femme qui lui rouvre. Elle dit :

Qu’est-ce que tu fais dehors à cette heure-là, mon petit gars?

Ah, je suis assez fatigué, madame, gardez-moi pour la nuit, je suis écarté. [...] Le lendemain matin, quand Tit-Jean s’est réveillé, là, la femme l’a fait manger, puis elle lui a donné des galettes pour suivre son chemin. Toujours

Tit-Jean prend la lettre. Il part.

Là, ils (lui) ont réexpliqué comme (il) faut pour pas qu’il se récarte encore une autre fois.

28Pour ce qui est de la forme se récarter, r- a une valeur itérative, comme il ressort de la présence dans le même contexte (non repris ici) du verbe s’écarter (avec le sens de « s’égarer ») et de l’emploi passif je suis écarté. Par ailleurs, l’attestation même de ce mot construit rend compte de la lexicalisation3.

29Si un verbe comme renourrir ne semble pas possible en français actuel (il est absent dans les dictionnaires, ainsi que, selon toute apparence, dans l’usage - une recherche sur google.com, par exemple, n’a donné aucun résultat), sa présence en français acadien peut témoigner de la survivance d’un emploi ancien (voir les attestations dans le FEW, 7, 251 : renourrir est enregistré pour l’ancien français avec le sens « nourrir qn à son tour », alors qu’en moyen français il connaît le sens « nourrir », Liège, 14e siècle ; les sens itératif et intensif sont attestés en français classique « nourrir sans relâche », « nourrir à nouveau » ; Godefroy l’enregistre avec le sens « alimenter, nourrir, remettre en état »). Dans (17) ci-dessous l’appel à un moyen analytique pour exprimer l’idée de répétition semble montrer que re- n’est pas perçu comme ayant une valeur itérative (voir 4).

(21)

penses-tu que tu vas renourrir une deuxième fois

Lorsque le verbe sans re-/ré-/r- a le sens d’un verbe en re-/ré-/r-

  • 10 Selon Jalenques (2002 : 78), si, conformément à la perception des locuteurs qui ne voient pas de se (...)

30Avec les formes garder « regarder » ou mercier « remercier » on est apparemment dans une situation opposée à celle exposée plus haut, puisque le verbe sans préfixe comporte la signification que nous associons en général au verbe préfixé. En synchronie le sens compositionnel de regarder n’est plus évident, le sens actuel de garder étant très éloigné de celui de regarder10. Équivalant à regarder dans certains de ses emplois en ancien français, le verbe garder a ensuite cédé le pas aux dérivés esgarder et regarder pour ces mêmes emplois (TLFi). Si dans le « scénario diachronique traditionnel » on a pu interpréter la différentiation sémantique entre garder et regarder comme un processus historique s’étant produit comme réaction à la synonymie signalée, Jalenques (2001) montre, à travers un examen de données de différentes époques, qu’on ne saurait parler d’un tel processus. En effet, les deux verbes comportaient dès les premières attestations des valeurs communes et d’autres, propres (voir dans Godefroy, garder « prendre garde à, regarder, être chargé de la garde » et regarder « examiner, apprécier, décider »). Nous dirions que si quelque chose se produit vraiment, il s’agit plutôt du fait que le verbe garder cesse de fonctionner dans l’emploi synonyme avec le verbe regarder (voir ci-dessus). Il n’existe pas non plus d’attestation qui rende compte du premier passage prévu par les tenants de l’approche diachronique, de la valeur itérative vers la synonymie : la valeur itérative initiale n’est pas confirmée, comme c’est le cas aussi de la valeur intensive ; une synonymie pour certains des emplois est attestée déjà dans les premières données. Comme nous le faisions remarquer à la section 2, le couple sembler-ressembler illustre le même cas de figure. Si dans le cas de garder-regarder, c’est le verbe sans préfixe qui se maintient en français acadien avec le sens ancien, dans l’autre, c’est le verbe en re- qui fonctionne avec ses valeurs anciennes dans la même variété.

  • 11 Voir une survivance de cet emploi en français de Belgique : selon Bal et al. (1997), regarder à (un (...)

31Selon Weil (2009), garder et regarder n’étaient pas tout à fait équivalents en ancien français, puisque dans la Chanson de Roland, une différence sémantique peut être dégagée entre eux : garder « jeter un œil sur quelque chose », regarder « porter son attention sur…», « regarder attentivement partout, se retourner pour voir »11. La présence du verbe garder avec le sens mentionné dans les dialectes de Normandie, du Bas-Maine, du Poitou (voir Brasseur, 2001 : 219b, citant FEW, 17, 510a) permet d’envisager la possibilité d’un héritage dialectal en français acadien. Dans notre corpus le verbe est employé en régime direct, en régime prépositionnel ou de manière absolue :

(22)

tu gardes quelque chose et tu diras ben / ça c’est le RADIO mais

(23)

quand-ce que tu gardes l’album toi asteure / quoi-ce que tu dirais qu’est / est / est / qui va être ton souvenir de c’t album

(24)

il étiont dans la cuisine en frais de garder à la vitre

(25)

j’ai point j’ai j’ai rien devant moi icitte à garder dessus

(26)

i garderont à toutes sortes d’autres affaires et / i pouont t’envoyer pour un MRI ou un BRAIN SCAN

(27)

ben garde / h’ai la chance de rencontrer tous : / les enfants / à leur meilleur dans Clare

32À l’impératif, on trouve la forme garde dans le FL dans un document ethnographique de l’Ontario (sous l’entrée regarder).

33Dans (28) ci-dessous, l’emploi impersonnel semble être un emprunt sémantique (un calque) :

(28)

ça garde comme si la / la neige est en frais de / en frais de s’amasser / euh / plus’ en dedans

34Par rapport à garder qui subsiste en français contemporain – avec pourtant un sens éloigné de celui de regarder –, mercier n’est plus employé en français après le 17e siècle (« disparu fin XVIIe s. », selon Dubois et al., 1993 : 469b), mais se maintient dans les dialectes (FEW, 6/2, 16-17). Remercier, qui est attesté depuis le 12e siècle, l’emporte complètement sur sa base en français contemporain. Mercier est pourtant présent dans notre corpus :

(29)

de mercier CIFA / beaucoup pour tout leu-z-aide qu’i nous ont donné

(30)

JUST mercier tous vous autres pour tout vous faisez pour nous autres

(31)

WELL t’étais bienvenu et / je te mercie pour / pour ça que toi tu fais pour assayer à joindre les deux / je sais que tu fais beaucoup et / j’entends tout le temps sus CIFA et j’entends parler de toi beaucoup dans Argyle icitte

Verbes en re-/ré-/r- avec d’autres moyens de codification des valeurs « à nouveau », « annulation »

35Une série de verbes en re-/-/r- se retrouvent dans notre corpus en présence d’autres éléments linguistiques (back, adverbes) qui codifient les valeurs exprimées par le préfixe re-/-/r-. Si l’hypothèse d’une redondance de marquage n’est pas complètement à exclure (Giancarli, 2013 : 76 y voit un renforcement réciproque des deux éléments l’un sur l’autre), elle est beaucoup moins vraisemblable du point de vue du principe d’économie du langage. Les éléments avec lesquels se combinent les verbes en re-/-/r- semblent contribuer à une codification de la valeur « à nouveau » ou « annulation », ce qui pourrait être ramené à la lexicalisation3.

36Si le verbe en re-/-/r- est un verbe de mouvement, back aura la valeur « annulative ». Avec des verbes qui acceptent l’idée d’itération back sera itératif. Le verbe anglais (to call) connaît le double marquage de l’itérativité par la particule back (voir l’anglais to call back) et par le préfixe re-.

(32)

nous autres les TRUCK étiont sortis hier soir [...] / il avont sablé et rattrapé BACK / et poussé une miette de neige

(33)

tous les fois que h’y allons he nous en revenons BACK

(34)

ou bendon les jeunes qui sont en train de quitter / et pis s’en revenont point BACK

(35)

nous autres je revenions BACK

(36)

quand que nous avons rentré BACK en grous groupes

(37)

pis je te recallerai BACK

(38)

h’espère que tu as une belle journée et pis c’est sûr qu’on se reparlera BACK

37Le verbe revenir représente un cas à part. Il ne s’agit pas là d’un mot construit, mais bien d’un héritage du latin (selon FEW, 10 : 353b, l’hypothèse d’une dérivation est très peu probable). La lexicalisation2, dans le sens de la perte des valeurs spécifiques de re-, est un fait documenté (voir les attestations dans FEW, 10 : 350b – picard renir « venir » ou pour Lyon revenir « venir »), qui semble s’être maintenu en français acadien. Si dans les exemples antérieurs, c’est back qui vient marquer les valeurs annulative et itérative, dans (39) la présence de l’expression pour la première fois montre bien que (tu) revins ne saurait être interprété que dans un sens non compositionnel.

(39)

pis quand-ce tu revins pour la première fois

  • 12 L’émergence de ce type d’adverbes est due au statut de re-/-/r- « phonologiquement peu saillant » (...)

38Pour ce qui est de la tentative d’établissement d’un rapport de causalité entre re-/-/r- et back, en général, selon Chaudenson et al. (1993), la particule anglaise vient résoudre une défaillance du système français : si au préfixe re-/-/r- correspond un équivalent adverbial dans le sens itératif (revenir « venir de nouveau »)12, ce n’est pas le cas dans le sens de mouvement inverse (annulatif, dans les termes d’Apothéloz, 2005) (donner back « rendre », retourner back « revenir en arrière »). L’exemple de la particule back permet à ces auteurs d’étayer l’hypothèse sur le rapport entre le français zéro et les facteurs intersystémiques du changement linguistique : en tant que participant au processus d’autorégulation du français, la particule back s’inscrit dans le français zéro. Par rapport à la variété ontarienne sur laquelle travaillent les auteurs cités, dans les variétés acadiennes, les deux valeurs – itérative et annulative – semblent avoir été reprises par back (Perrot, 1994, 1995, Tremblay, 2005, Giancarli, 2013). Selon ce dernier auteur, on pourrait y voir le même type d’évolution qui sous-tend le fonctionnement de re-/-/r- (voir la section 1). Nous avons qualifié ailleurs le transfert de back d’« emprunt lexical », accompagné d’un « enrichissement sémantique » (Petraş, 2005/2006). Contrairement à back anglais et à re-/-/r- français, le nouveau back a en chiac, selon Giancarli (2013 : 76), la propriété de pouvoir « porter sur tous types de verbe quel que soit l’aspect lexical ». Sa valeur sémantique peut être formulée, selon le même auteur, de la façon suivante : il « construit une occurrence de procès repérée par rapport à une première occurrence préconstruite de ce même procès ». Une autre hypothèse voit dans la particule back une relexification en français acadien à partir de la particule arriere du français médiéval (qui présente une double valeur, de retour en arrière et itérative) (Tremblay, 2005). La présence conjointe de re-/-/r- et de back (ou arriere en français médiéval) est possible, selon Tremblay (2005 : 270), citant Tremblay, Dupuis et Dufresne (2003), puisque le processus de lexicalisation2 des préfixes amorcé en moyen français permet d’envisager une interprétation non compositionnelle des verbes en re-/-/r-. La valeur itérative est marquée, avec les verbes en re-, rarement par les expressions une deuxième fois ou de nouveau.

(40)

crois-tu crois-tu qu’y en a qui reveniont une deuxième fois ou

(41)

penses-tu que tu vas renourrir une deuxième fois

(42)

à matin les TRUCK sont tout’ ressortis de nouveau

En guise de conclusion : verbes en re-/-/r- de la morphologie au lexique et au dictionnaire

39Dans cette dernière section nous aborderons les rapports qui existent entre l’attestation d’une unité lexicale dans un corpus et sa lexicalisation1 (rappelons-le, dans le sens d’inscription dans les inventaires lexicaux), qui ressortiront de la manière dont les différents recueils de régionalismes et les dictionnaires généraux rendent compte des unités analysées. Tout en gardant à l’esprit l’idée que les dictionnaires offrent une image partielle, forcément incomplète, du lexique, d’autant plus s’il s’agit de mots construits (Corbin, 1987), on ne saurait nier le fait que la représentation qu’ils en proposent est très utile pour un examen de la lexicalisation1. Les néologismes, pour être intégrés dans les dictionnaires et accéder au statut d’éléments du lexique, doivent passer par le filtre du codage (Corbin, 1987).

40Selon les constantes qu’on relève, les verbes analysés peuvent être regroupés comme suit :

  • certains représentent des survivances dans leur sens non compositionnel en français acadien, alors qu’ils fonctionnent en français contemporain hexagonal avec un sens compositionnel : rentrer, ressembler, se ressouvenir, dont rentrer encore présent en français populaire de France ;

  • d’autres sont des survivances dans leur sens non compositionnel en français acadien, mais restent inconnus du français contemporain hexagonal : renourrir ;

  • il existe aussi des unités propres dans leur sens non compositionnel au français acadien, mais présentant un sens compositionnel en français contemporain hexagonal : rouvrir, réexpliquer ;

  • pour ce qui est du verbe revenir, il s’agit d’une survivance d’un emploi non compositionnel d’un héritage latin ;

  • finalement, on enregistre des survivances de formes sans re-/-/r-, ne s’étant pas maintenues en français contemporain hexagonal mais dont le sens peut y être associé (garder, mercier).

41Pour ce qui est de la présence dans d’autres corpus des unités examinées, le tableau ci-dessous montre bien que seules certaines d’entre elles sont attestées, de manière inégale, dans nos sources. Les verbes rentrer et rouvrir sont ainsi les mieux représentés.

Corpus

Verbes

Petraş (2016)
[2008]

Falkert
(2010)

Wiesmath (2006)

Arrighi
(2005)

FL

CFPQ

rentrer

+

+

+

+

+

+

ressembler

+

-

-

-

-

-

se ressouvenir

+

-

-

-

+ ?

-

renourrir

+

-

-

-

-

-

rouvrir

+

+

+

+

+

+

réessayer

+

-

-

-

-

-

réexpliquer

+

-

+

-

-

-

revenir

+

-

+

+ (back)

+ (back)

+ (back)

garder

+

-

-

-

-

-

mercier

+

-

-

-

-

-

42Tout en comparant des recueils de natures très diverses, nous sommes consciente que les données qu’ils fournissent ne sont que partiellement comparables, tant leurs visées sont différentes : ainsi, par exemple, Dunn (1880 : xvii) se place de façon programmatique dans une perspective de ce qui est bon et ce qui est mauvais dans le parler, lorsqu’il affirme que son « glossaire », comprend parmi d’autres, «[l]es mots du crû canadien, les locutions bonnes et mauvaises qui nous sont propres ». L’établissement d’une nomenclature est certes une question de choix gouverné par des sensibilités et des conceptions très variées de ce que représentent une langue/un parler, ainsi que par les modes de l’époque. Il n’en reste pas moins que, quel que soit le profil de ces ouvrages, ils peuvent rendre compte de la lexicalisation1.

  • 13 Le verbe abrier figure dans le TLFi avec la remarque qu’il n’est plus utilisé au 20esiècle sauf com (...)
  • 14 Ce verbe est recensé par le TLFi avec la marque « populaire ».
  • 15 Selon Gaétane Dostie (communication personnelle), la définition du verbe renlaidir pourrait être af (...)
  • 16 Alors que le verbe raconter émerge à partir du 12esiècle avec la signification « conter dans tous s (...)

43Si les unités qui ont fait l’objet de notre démarche semblent peu représentées dans les recueils consultés, qui se déploient dans la diachronie (voir le tableau ci-dessus), d’autres recherches dans les mêmes recueils font voir d’autres verbes en re-/-/r- intéressant à plusieurs égards. Il existe, d’une part, une série de verbes en re-/-/r- avec un sens compositionnel, inconnus du français contemporain (ce qui permet d’élargir l’ensemble des mots possibles et, partant, celui du lexique actuel, envisagé trop souvent en dehors des variétés de français). D’autre part, on remarque le fonctionnement non compositionnel de certains verbes en re-/-/r-. Pour la première catégorie, citons rabrier13 « abrier (couvrir) de nouveau », raligner « aligner de nouveau », raller « aller de nouveau, retourner », rarriver14 « arriver de nouveau », renlaidir « enlaidir de nouveau »15, rentendre « entendre de nouveau » (Glossaire du parler français au Canada, 1968 [1930]), ramarrer « attacher, amarrer de nouveau » (Dionne, 1974 [1909] , Glossaire du parler français du Canada, 1968 [1930]), reconsoler « consoler de nouveau » (Dionne, 1974 [1909] , Glossaire du parler français du Canada, 1968 [1930] , Poirier, 1993), reconter16 « conter de nouveau » (Clapin, 1894 , Dionne, 1974 [1909]).

  • 17 L’acception véhiculée ici, fût-elle non compositionnelle, est liée à se remparer « s’emparer de nou (...)
  • 18 Ce verbe n’est pas attesté dans le TLFi. Dunn (1880) indique le centre de la France comme endroit d (...)
  • 19 Ce verbe est attesté dans le TLFi tant avec le sens itératif qu’avec la valeur annulative. Dunn (18 (...)
  • 20 Ce verbe est attesté dans le TLFi avec des acceptions liées tant à l’itération, qu’à des valeurs dé (...)
  • 21 Ce verbe est mentionné dans le TLFi non pas en entrée mais dans l’article d’un autre verbe.

44Pour ce qui est des verbes en re-/ré-/r- dont le sens n’est pas compositionnel, on relève : (se) remparer17 « s’emparer », rempirer18 « aller plus mal », rengraisser19 « engraisser » (Dunn, 1880) ; rajouter20 « ajouter » (Clapin, 1894 , Dionne, 1974 [1909] , Glossaire du parler français au Canada, 1968 [1930]), rachever21 « achever » (Clapin, 1894 , Dionne, 1974 [1909]), ramarrer « amarrer », redédommager « dédommager », rembellir « devenir plus beau, embellir », renfoncer « enfoncer » (Glossaire du parler français au Canada, 1968 [1930]), ramoindrir « amoindrir » (Dionne, 1974 [1909]), redresser « dresser » (Dionne, 1974 [1909] , Glossaire du parler français au Canada, 1968 [1930]), relarguer « larguer » (Dionne, 1974 [1909]).

  • 22 Ce verbe est attesté dans le TLFi dans son sens itératif.

45On remarquera en troisième lieu des situations dans lesquelles la lexicalisation2 semble ne pas être allée uniquement dans le sens d’une « obsolescence » mais s’être orientée vers une reparticularisation/spécialisation sémantique : raugmenter22 « augmenter de prix », mais aussi « augmenter de nouveau » (Dunn, 1880) et même « augmenter » (Glossaire du parler français au Canada, 1968 [1930]). Le même phénomène se manifeste dans des unités comme raccuser « dénoncer » (enregistrée par BDLP et TLFi pour la Belgique, le nord-est de la France et la Suisse), ravoir « prendre sa revanche sur (qqn) » (dans BDLP pour la Belgique et la France), (se) rechanger « changer de vêtements » (recensé dans BDLP pour la Belgique, la France, la Suisse romande, le Québec et la Louisiane, propre au français populaire du 19e et du 20e siècle), relaver « laver (des ustensiles ménagers) », mais aussi « laver à grandes eaux (une superficie) » (enregistré par BDLP pour la Belgique, la France et la Suisse romande).

46Les quelques considérations avancées dans cet exposé, à partir de données somme toute restreintes, montrent bien que l’étude des variétés de français vient enrichir les débats sur le fonctionnement du préfixe re-/-/r-. Il y a tout d’abord le questionnement sur le possible en morphologie dérivationnelle. Des attestations en diachronie témoignent d’un recours plus large au moyen synthétique qu’est le mot construit (voir ci-dessus) par rapport au français contemporain, dans lequel ce sont les moyens analytiques qui prennent le dessus. Pourtant, un verbe comme rattaquer « lancer de nouveau des attaques contre (qqn), recommencer à (faire telle action) » (BDLP, pour la Belgique et la France) montre que le mécanisme est encore vivant en synchronie. Le point le plus important a été de constater, à travers les exemples qui se présentaient dans les corpus acadiens, que des va-et-vient entre le sens compositionnel et le sens non compositionnel, comportant des cas de figure qui pourraient être ramenés à la lexicalisation2, rythment l’évolution des verbes en re-/-/r-, qui font surface dans les variétés du français. De surcroît, il faut observer que le statut ambigu (compositionnel ou non) des verbes en re-/-/r- a conduit, dans les variétés de français en contact avec l’anglais, à l’émergence d’un back qui vient marquer les mêmes valeurs que le préfixe. Par ailleurs, un double marquage ou un affaiblissement des valeurs de re- (ou encore une « obsolescence » dans les termes d’Apothéloz, 2005) est aussi à noter dans des constructions comme revenir en arrière, revenir sur ses pas.

Haut de page

Bibliographie

Apothéloz, D. (2005), « re- et les différentes manifestations de l’itérativité », Pratiques, 125-126, pp. 48-71.

Bal, W. et al. (1997), Belgicismes. Inventaire des particularités lexicales du français en Belgique, Louvain-la-Neuve : Duculot.

BDLP : Base de données lexicographiques panfrancophone, www.bdlp.org.

Boudreau, É. (2009) [1988], Glossaire du vieux parler acadien. Mots et expressions recueillis à Rivière-Bourgeois (Cap-Breton), Saint-Jean-sur-Richelieu : Éditions Lambda.

Brasseur, P. (2001), Dictionnaire des régionalismes du français de Terre-Neuve, Tübingen : Max Niemeyer Verlag.

Chaudenson, R., Mougeon, R., Beniak, É. (1993), Vers une approche panlectale de la variation du français, Paris : Didier-Érudition.

Clapin S. (1894), Dictionnaire canadien-français, Montréal : C. Beauchemin.

Corbin, D. (1987), Morphologie dérivationnelle et structuration du lexique, Tübingen : Max Niemeyer Verlag, 2 vol.

Cormier, Y. (1999), Dictionnaire du français acadien, Montréal : Éditions Fides.

Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500), 2015, http://www.atilf.fr/dmf/.

Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes, http://atilf.atilf.fr/scripts/dect.exe.

Dionne N.-E. (1974), Le parler populaire des Canadiens français, Québec : Les Presses de l’Université Laval (reproduction en fac-similé de l’édition de 1909, Québec, Laamme & Proulx, Imprimeurs).

Dubois, J., Mitterand, H., Dauzat, A. (1993) [1964], Dictionnaire étymologique et historique du français, Paris : Larousse.

Dunn O. (1880), Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada, Québec : Imprimerie A. Côté et Cie.

FEW = Von Wartburg, W., FranzösischesEtymologischesWörterbuch. EineDarstellung des galloromanischenSprachschatzes, Basel : Zbinden, 1968-1989.

Furetière, A. (1727), Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et les arts, tome quatrième, La Haye, P. Husson.

Giancarli, P.-D. (2013), « Back en chiac : une particule anglaise en français chiac du Nouveau-Brunswick (Canada) », Travaux du CLAIX, 24 (« Contacts de langues, langues en contact »), S. Kriegel& D. Véronique (dir.), Presses Universitaires de Provence, pp. 73-89.

GLLF = Guilbert, L., Lagane R. et Niobey, G. Grand Larousse de la langue française, 1989, tome 6, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1200556r.r=.langFR.

Glossaire du parler français au Canada, 1968 (préparé par la Société du parler français au Canada), Québec : Les Presses de l’Université Laval (reproduction en fac-similé de l’édition de 1930, Québec, L’Action sociale).

Godefroy, Frédéric, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, http://micmap.org/dicfro/search/dictionnaire-godefroy/.

Grevisse, M. (1993), Le Bon usage. Grammaire française, treizième édition par André Goosse, Paris / Louvain-la-Neuve : Duculot.

Guilbert, L. (1989), « r(e), ré », in Grand Larousse de la langue française, tome 6, pp. 4727-4728, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1200556r.r=.langFR.

Jalenques, P. (2000),« Pour une approche non concaténatoire de la construction du sens des verbes préfixés : analyse de l’emploi dit “explétif” du préfixe re- en français contemporain », dans A. Englebert, M. Pierrard, L. Rosier & D. Van Raemdonck (éds.), Des mots aux dictionnaires : travaux de la section « Lexicologie, lexicographie,onomastique, toponymie», Actes du XXIIe Congrès international de Linguistique et Philologie romanes (Bruxelles, 23-29 juillet 1998), volume IV, Tübingen, M. Niemeyer, pp. 305-316.

Jalenques, P. (2001), « Quand la diachronie renvoie à la synchronie : étude des emplois idiomatiques du préfixe re en français (renier, remarquer, regarder, etc.) », Recherches linguistiques de Vincennes, 30, pp. 39-62.

Jalenques, P. (2002), « Étude sémantique du préfixe RE en français contemporain : à propos de plusieurs débats actuels en morphologie dérivationnelle », Langue française, 133, pp. 74-90.

Perrot, M.-E. (1994), « Le chiac ou … whatever. Le vernaculaire des jeunes d’une école secondaire francophone de Moncton », Études canadiennes, 37, pp. 237-246.

Perrot, M.-E. (1995), Aspects fondamentaux du métissage français / anglais dans le chiac de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada), thèse pour le doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle.

Petraş, C. (2005/2006) « La particule back en français acadien du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse : emprunt lexical et enrichissement sémantique », Analele ştiinţifice ale Universităţii Alexandru Ioan Cuza Iaşi, Limbi şi literaturi străine, tom VIII-IX, pp. 395-409.

Poirier C. (dir.) (1998), Dictionnaire historique du français québécois. Monographies lexicographiques de québécismes, Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval.

Poirier P. (1993), Le Glossaire acadien (édition critique établie par P. M. Gérin), Moncton : Les Éditions d’Acadie / Centre d’études acadiennes, Université de Moncton.

Rézeau, P. (dir.) (1999), Variétés géographiques du français de France aujourd’hui. Approche lexicographique, Paris / Bruxelles, Duculot.

TLFi : Trésor de la langue française informatisé, conception et réalisation informatiques Jacques Dendien, http://atilf.atilf.fr.

Tremblay, M. (2005), « Back en français acadien : archaïsme ou innovation ? », in Patrice Brasseur, Anika Falkert (éd.), Français d’Amérique : approches morphosyntaxiques, Paris : L’Harmattan, pp. 263-273.

Weill, I. (2009), « Re- dans tous ses états, un «préfixe» marquant l’aspect implicatif, Linx, 60 (Nonne scripta manent ?), pp. 119-140.

CORPUS

Corpus Arrighi (2005) = Arrighi L., 2005, Étude morphosyntaxique du français parlé en Acadie : une approche de la variation et du changement linguistique en français, thèse de doctorat, Université d’Avignon, tome II : corpus (1), tome III : corpus (2).

Corpus Falkert (2010) = Falkert A., 2010, Le français acadien des Îles-de-la-Madeleine.Étude de la variation phonétique, Paris : L’Harmattan, Corpus (CD-ROM).

CFPO = Corpus de français parlé au Québec, 2006-2015, G. Dostie et al., Université de Sherbrooke, Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois renommé en 2016 Centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec, https://recherche.sh.usherbrooke.ca/cfpq/.

FL = Fichier lexical (Trésor de la langue française au Québec), http://www.tlfq.ulaval.ca/fichier/.

Corpus Petraş (2016) [2008] = Petraş C., 2016, Contact de langues et changement linguistique en français acadien de la Nouvelle-Écosse. Les marqueurs discursifs, Paris : L’Harmattan, Corpus (CD-ROM).

Corpus Wiesmath (2006) = Wiesmath R., 2006, Le français acadien. Analyse syntaxique d’un corpus oral recueilli au Nouveau-Brunswick /Canada, Paris : L’Harmattan, Corpus (CD-ROM)

Haut de page

Notes

1 Comme le fait remarquer la même auteure, on assiste en diachronie à un changement des valeurs d’implication de re-, qui se perdent dans le mouvement général de disparition des marques de subjectivité. En même temps, re- n’est plus utilisé comme élément indépendant

2 Petraş (2016) exploite un corpus sur lequel s’appuie sa thèse doctorale soutenue en 2008

3 Édition critique s’appuyant sur l’édition publiée dans le journal l’Évangéline du 15 septembre 1927 au 4 mai 1933, sous forme de feuilleton, édition incomplète (une pre- mière édition imprimée – partielle – a été celle du journal Le Moniteur acadien, publiée du 15 janvier 1925 au 7 janvier 1926).

4 Exemple littéraire daté 1979, tiré du FL.

5 Provenant d’une chanson, datée 1983.

6 Dans un exemple littéraire de 2007.

7 Paraphrase proposée par TLFi, pour entrer.

8 Exemple tiré de Petraş (2016) [2008].

9 Il faut signaler que le verbe entrer est attesté en ancien et en moyen français avec le sens « faire entrer quelque chose » (FEW, 4, 774), ce qui rend compte de l’emploi transitif direct.

10 Selon Jalenques (2002 : 78), si, conformément à la perception des locuteurs qui ne voient pas de sens compositionnel dans un verbe comme regarder, celui-ci peut être rattaché à la classe des mots non construits, l’emploi de re- dans cet exemple pourrait être considéré comme « idiomatique ». Cet auteur remet en question l’idée de l’existence d’une dichotomie entre, d’une part, les mots construits en re-, et, d’autre part, les mots non construits présentant un re- (du type regarder). C’est une représentation sous forme d’échelle qui est proposée, avec des degrés différents d’« idiomaticité ».

11 Voir une survivance de cet emploi en français de Belgique : selon Bal et al. (1997), regarder à (une partie du corps) « prendre grade à ».

12 L’émergence de ce type d’adverbes est due au statut de re-/-/r- « phonologiquement peu saillant », selon Giancarli (2013 : 74).

13 Le verbe abrier figure dans le TLFi avec la remarque qu’il n’est plus utilisé au 20e siècle sauf comme régionalisme.

14 Ce verbe est recensé par le TLFi avec la marque « populaire ».

15 Selon Gaétane Dostie (communication personnelle), la définition du verbe renlaidir pourrait être affinée. Ainsi, deux interprétations sont possibles : il s’agit soit de l’itération (X s’est renlaidi = X est devenu laid à nouveau), moins spontanée, soit de la poursuite d’un processus (d’enlaidissement) déjà en cours (X s’est renlaidi = X est devenu plus laid qu’il ne l’était).

16 Alors que le verbe raconter émerge à partir du 12e siècle avec la signification « conter dans tous ses détails », reconter connaît un sens non compositionnel en ancien français « ra- conter, exposer », pour prendre un sens compositionnel en français classique « conter de nouveau » (FEW, 2 : 995 a).

17 L’acception véhiculée ici, fût-elle non compositionnelle, est liée à se remparer « s’emparer de nouveau » (v. Dubois et al., 1993), emploi premier par rapport à celui enregistré par le TLFi, avec la marque « vieilli » par ailleurs, où se remparer est directement lié à rempart « constituer un rempart qui protège quelque chose, établir, dresser un rempart autour de quelque chose afin de le protéger ». Dunn (1880) indique le centre de la France comme endroit de provenance de cet emploi.

18 Ce verbe n’est pas attesté dans le TLFi. Dunn (1880) indique le centre de la France comme endroit de provenance de cet emploi.

19 Ce verbe est attesté dans le TLFi tant avec le sens itératif qu’avec la valeur annulative. Dunn (1890) avance que l’emploi signalé est attesté dans le centre de la France.

20 Ce verbe est attesté dans le TLFi avec des acceptions liées tant à l’itération, qu’à des valeurs dérivées.

21 Ce verbe est mentionné dans le TLFi non pas en entrée mais dans l’article d’un autre verbe.

22 Ce verbe est attesté dans le TLFi dans son sens itératif.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rsp/docannexe/image/451/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina Petras, « Archaïsme, lexicalisation et variation sur le terrain acadien : autour des verbes en re-/ré-/r- et associés »Revue de Sémantique et Pragmatique, 41-42 | 2017, 59-78.

Référence électronique

Cristina Petras, « Archaïsme, lexicalisation et variation sur le terrain acadien : autour des verbes en re-/ré-/r- et associés »Revue de Sémantique et Pragmatique [En ligne], 41-42 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsp/451 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsp.451

Haut de page

Auteur

Cristina Petras

Centre d’Études Canadiennes, Université Alexandru Ioan Cuza Iasi

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de Sémantique et Pragmatique

Haut de page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo Laboratoire Ligérien de Linguistique
  • Logo Presses Universitaires d'Orléans
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search