Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42De l’ambassadrice à la youtubeuse...

De l’ambassadrice à la youtubeuse : ce que disent les dictionnaires de référence sur le féminin des noms d’agents

Anne Dister
p. 41-58

Résumés

Dans cet article, nous analysons de façon systématique la manière dont Le Petit Robert et Le Petit Larousse intègrent et présentent le féminin des noms de professions, titres, grades et fonctions. En nous basant sur quelque 1700 noms de professions, on constate une description lexicographique différente entre ces deux ouvrages pour près de 30 % des formes.
Notre attention se porte également sur des termes qui illustrent l’argumentaire des opposants à la féminisation : l’ambigüité née de l’homonymie entre un objet et un nom au féminin (
cafetière) ou encore le féminin conjugal (l’ambassadrice serait la femme de l’ambassadeur et non la diplomate). En ce qui concerne la péjoration prétendument associée à certains noms féminins, on constate que les dictionnaires l’associent également au nom masculin.
Néanmoins, on remarque que les dictionnaires mentionnent toujours de nombreux noms exclusivement au masculin, comme savant ou grand couturier.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les dictionnaires d’usage courant que sont Le Petit Robert et Le Petit Larousse constituent encore aujourd’hui des références incontournables pour les francophones en matière de langue, et ce malgré la pléthore de ressources disponibles sur la toile. Nombreux sont en effet les locuteurs et les scripteurs qui se tournent vers ces outils de référence, comme en témoigne l’extrait suivant issu du blog des correcteurs du Monde, Langue sauce piquante, à propos de la féminisation linguistique : « Je pense que, pour féminiser un titre de fonction (si tant est qu’il y ait une volonté en France), il faut se tourner vers les recommandations du gouvernement français, vers Le Petit Robert, vers des terminologues, etc. » (23 décembre 2010, réaction à la chronique Camarades du « Figaro », encore un effort pour la féminisation des noms de fonction).

2Dans cet article, nous analysons de façon systématique la manière dont ces deux ouvrages intègrent et présentent les féminins des noms de professions, titres, grades et fonctions (que nous désignons ci-après par l’hypéronyme « noms d’agents »). En effet, depuis plus de trente ans maintenant (le premier guide québécois est paru en 1991), les quatre pays de la Francophonie nord - la Belgique, le Québec, la France et la Suisse - publient des guides de référence en la matière, qui préconisent de féminiser systématiquement tous les noms d’agent (Conseil supérieur de la langue française 2004 ; Office de la langue française 1986 ; Becquer et al. 1999 ; Moreau 2001). Ces répertoires répondent à une vraie demande du public francophone qui s’interroge sur certains féminins, soit parce qu’ils sont nouveaux et encore peu usités, soit parce leur forme pose certaines difficultés (cf. Bouchard et al. 1999 ; Elmiger 2008 ; Houdebine- Gravaud 1998). Mais, comme le font remarquer Arbour et al. (2014 : 32), « la pensée aménagiste ne se contente pas d’observer l’influence de la société sur les formes linguistiques, elle affirme le droit et la nécessité, pour une communauté linguistique donnée, d’agir sur sa langue pour l’harmoniser avec l’évolution sociale ». C’est qu’en effet, si la question de la féminisation des noms de professions relève du domaine de la linguistique, elle est de toute évidence, également, une question sociale. Il s’agit, en utilisant des noms au féminin pour désigner les femmes, de garantir à travers la langue leur visibilité dans l’espace public et notamment dans le monde du travail. Aujourd’hui, les femmes accèdent à toutes les professions, qu’elles soient prestigieuses (les plus hautes fonctions dans les administrations, les entreprises ou l’armée, ou encore dans le monde politique) ou aient été longtemps exclusivement exercées par des hommes, parce que manuelles ou nécessitant une force physique traditionnellement associée aux hommes.

3En anglais, cette volonté de réaménagement linguistique est allée vers l’utilisation d’une forme commune, qui gommait dans la morphologie la différence entre les genres (p. ex. air steward/air stewardess > flight attendant, (Larivière 2004). Le français, hormis pour les termes épicènes (un dentiste - une dentiste) utilise des formes où le féminin est marqué, du moins à l’écrit, avec des alternances morphologiques : ier-ière, eur-euse, teur-trice, etc.

4Dans cet article, nous nous intéressons aux choix faits par Le Petit Robert (PR) et Le Petit Larousse (PL). Les dictionnaires, reflets d’une langue et d’un société (cf. le titre de l‘ouvrage de Jean Pruvost paru en 2006, Les dictionnaires français, outils d’une langue et d’une culture), proposent-ils systématiquement une forme au féminin pour les noms d’agents ? Quelles sont ces formes ? Existe-t-il de la variation dans les formes féminines, comme on peut en trouver entre les différents guides ? Quelles sont les formes qui ne sont mentionnées qu’au masculin ? Pour quelle raison ? Des nuances sémantiques sont-elles attribuées aux formes féminisées, qui donneraient à certains termes une connotation péjorative ? Existe-t-il des distinctions entre certains termes selon qu’ils sont au masculin ou au féminin ?

De nombreuses configurations

5Afin de répondre à ces questions, nous nous sommes basée sur le répertoire publié en Belgique par le Fédération Wallonie-Bruxelles à la fin de l’année 2014 (Moreau et Dister 2014). A partir des quelque 1700 formes au féminin présentes dans le guide, nous avons vérifié systématiquement leur présence dans les deux sources dictionnairiques (éditions de 2015).

6Plusieurs cas de figure peuvent se présenter quant à la présence des féminins des noms d’agents, que nous répertorions ci-dessous. Les exemples qui nous permettent d’illustrer ces différentes configurations illustrent une position commune des deux dictionnaires de référence choisis. Nous verrons pourtant, dans la section suivante, qu’il est loin d’y avoir un consensus entre Le Petit Robert et Le Petit Larousse sur la question.

Le nom d'agent est absent du dictionnaire

7Certains noms de métier, titre, grade ou fonction ne sont pas répertoriés dans les dictionnaires, tant sous leur forme au féminin que sous leur forme au masculin. Pour certains des termes, il s’agit de créations récentes liées à de nouveaux domaines d’activité : kiteseurfeuse, clavardeuse, customiseuse (alors que kitesurf, clavarder, clavardage et le verbe customiser sont repris) ou encore youtubeuse. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce type de cas est loin de constituer la majorité des occurrences. En effet, de nombreuses formes sont absentes comme nom d’agent alors que l’activité est attestée depuis longtemps dans les dictionnaires : anesthésiologiste (mais anesthésiologie), biseauteuse (mais biseauter), caractérologue (mais caractérologie), cométicien (mais cométiques), cryogéniste (mais cryogénie), palynologue (mais palynologie), ressemeleuse (mais ressemeler) ou encore usineuse (mais usiner), etc.

8Certaines absences s’expliquent par le fait que les termes sont des particularités lexicales du français en Belgique (Bal et al. 1994 ; Francard et al. 2010). On peut citer entre autres constatatrice (fonctionnaire qui constate des infractions) ou encore appointée (qui reçoit des appointements) et jobiste (étudiante travailleuse), présents dans le PL mais non dans le PR. Néanmoins, d’autres noms d’agents qui sont aussi des régionalismes sont attestés dans les dictionnaires qui mentionnent l’aire géographique du terme : échevine, kinésiste, légumière, logopède, machiniste (PL), maïeure, préfète (au sens de « directrice d’athénée »), prépensionnée, proviseure, régente, rejointoyeuse (mot absent du PR), réviseuse (PL), rhétoricienne et universitaire pour la Belgique ; adjudante (PL), appointée (absent dans le PR, au masculin dans le PL avec le sens suisse), logopédiste, sommelière, et syndique (au féminin dans le PR sans le sens suisse, au masculin dans le PL avec le sens suisse mentionné), universitaire pour la Suisse ; balayeuse (PR), barista (absent du PL), brigardière (PR), laveuse (PR), marguillière, pourvoyeuse (PR, dans le sens de « Personne qui exploite une pourvoirie ») pour le Canada. D’autres régionalismes sont présents, avec la seule mention REGION., sans explicitation de l’aire (p. ex. couvreuse dans le PR). Notons que ce ne sont pas les formes au féminin qui sont des régionalismes, mais l’unité lexicale.

9Dans les cas où coexistent des variantes pour la même profession, il arrive que seule l’une des deux formes soit présente. Ainsi, optométricienne, immunologue, bactériologue ou léprologiste sont absents alors que optométriste, immuniologiste, bactériologiste et léprologue sont repris (léprologue seulement dans le PR).

Le mot est présent, les formes au masculin et au féminin sont attestées comme nom d'agent

10Cette catégorie est celle qui contient le plus grand nombre d’items de notre corpus (cf. point 3). Les dictionnaires, comme les guides de féminisation, proposent à côté du masculin, une forme au féminin qui permet de référer à une femme. Ainsi, on a grammairienne, linguiste, députée, garagiste, flic, escrimeuse, bucheronne, etc. Les noms repris dans cette catégorie suivent donc les recommandations officielles en matière de féminisation.

11On a ici des formes qui recouvrent des domaines d’activités très variés, certaines implantées depuis des siècles, d’autres de formation beaucoup plus récente (docteure, manageuse, pédégère).

12En ce qui concerne le Petit Robert, 75 % des noms de la liste sont attestés au féminin dans au moins l’un de leurs sens, contre 71,3% pour le Petit Larousse.

Le nom d'agent est présent uniquement au masculin

13Dans cette catégorie entrent tous les termes que les dictionnaires recensent effectivement comme étant des noms de d’agent, mais celui-ci est attesté uniquement sous la forme du masculin.

14On peut citer entre autres bourreau, catalogueur, carrossier, dalleur, fontainier, forgeron, fourreur, laboureur, malfrat, pirate, plafonneur ou encore zingueur. Ainsi, les deux ouvrages de référence ignorent une bourreau et une bourrelle, une catalogueuse, une carrossière, une dalleuse, une fontainière, une forgeronne, une laboureuse, une malfrate, une pirate, une plafonneuse, et une zingueuse, alors qu’ils proposent couvreuse à côté de couvreur, profession très proche tant du point de vue morphologique que du domaine d’activité.

15Majoritairement, ces termes renvoient à des professions jugées comme essentiellement masculines, mais c’est loin d’être toujours le cas. Ainsi, par exemple, les professions comme assureur, clown, cuistot, écrivain, encaisseur, imposteur, imprésario, qui ne sont pas associées typiquement à des hommes, ne sont déclinées qu’au masculin, tant dans le PR que dans le PL. À l’inverse, des professions relevant de secteurs d’activités considérés comme très masculins sont féminisées : c’est le cas de couvreuse, que nous venons de citer, mais aussi de agricultrice (alors qu’il n’y a pas de laboureuse), de amareyeuse, ambulancière, arboricultrice, brancardière, catcheuse, cigarière, cordonnière, dealeuse, émailleuse, journalière, menuisière, etc.

16Ainsi, on peine souvent à expliquer ce qui justifie l’absence de certains féminins.

Le nom d'agent est présent uniquement au féminin

17Plus rares sont les formes que l’on trouve exclusivement au féminin. Dans nos données, dix cas se présentent : cantatrice, diaconesse, gouvernante, guide, lingère, ménagère, moniale, repasseuse, sommelière (au sens suisse de « serveuse de café ou de restaurant ») et trancheuse.

Le nom d'agent est attesté au féminin, mais pas sous toutes les formes présentes dans le guide

18Le guide belge laisse une part à la variation, et il n’est pas rare que deux formes au féminin coexistent. C’est notamment le cas des féminins en -eure, qui sont proposés à côté des -eur. Ainsi, une docteur et une docteure coexistent, de la même manière que une cheffe et une chef.

19Parmi les doublons du guide, le PR et le PL attestent inventrice, judoka, junior, karatéka, pizzaiolo, reportrice, sculptrice, ou encore sénior, mais pas les variantes inventeuse, juniore, judokate, karatékate, pizzaiola, reportère ou reporteuse, sculpteuse ou séniore.

20Alors que le guide belge donne auteure à côté de auteur, cette dernière forme n’est proposée que comme un nom masculin dans les dictionnaires, auteure apparaissant en remarque dans le PR : « On trouve aussi une auteure sur le modèle du français du Canada. » Le féminin préconisé tant dans le PL que dans le PR est la forme autrice que le guide belge, tout comme la banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française, mentionne comme suisse. Le Petit Robert, de toute évidence à l’appui de son choix du féminin autrice, cite Rémy de Gourmont : « Nous avons fait actrice, cantatrice, bienfaitrice, et nous reculons devant autrice (...) Autant avouer que nous ne savons plus nous servir de notre langue. »

Le nom d'agent est attesté au féminin, mais pas pour tous les emplois

21Pour certains items, un féminin est bien attesté, mais le masculin persiste dans certains emplois. Les sens sont ainsi scindés, certains possibles avec une forme au féminin, d’autres pas. Pour illustrer cela, on peut citer l’exemple emblématique du couple couturière/couturier, que le PR présente même dans deux entrées séparées comme s’il s’agissait d’homonymes.

22L’entrée uniquement au masculin désigne une « personne qui dirige une maison de couture, crée des modèles, les fait présenter par des mannequins, et exécuter dans ses ateliers sur les commandes des clients » et d’illustrer cela par un exemple : Coco Channel fut un grand couturier. Quant à l’entrée pour le féminin couturière : « Celle qui coud, qui exécute, à son propre compte, des travaux de couture. (...) SPECIALT. Ouvrière d’une maison de couture. » Répartition des rôles éculée : le grand couturier et la petite main. Mais si pour certains, ce n’est pas un problème d’appeler une femme un grand couturier (on connait bien la tendance à garder au masculin les fonctions prestigieuses, cf. Dister et Moreau 2009a), il est sans doute plus difficile d’appeler un homme par le féminin la couturière... Et il doit pourtant y voir des petites mains qui appartiennent à des hommes dans les maisons de haute couture. D’ailleurs, selon le PL, seul grand couturier est exclusivement au masculin, l’alternance couturier, ère désignant la « personne qui retouche ou confectionne elle-même des vêtements ».

23Il arrive fréquemment que l’un des sens ne soit pas attesté au féminin parce qu’il réfère à une fonction, un grade ou un métier ancien disparu et n’ayant sans doute été exercé que par des hommes. Ainsi, p. ex., si légiste, au sens de « spécialiste des lois », est épicène, il est mentionné uniquement au masculin dans le PR avec la marque HIST. dans le sens de « conseiller juridique (d’un roi de France) » et dans le PL avec le sens de « dans la France du MA, juriste ». Même chose pour pionnière, féminin de pionnier dans le sens actuel de « scout », mais absent au sens ancien de « soldat ». On peut citer encore entre autres milicienne, mime, bachelière, etc.

24Ceci étant, l’absence de féminin ne se justifie pas toujours par une profession ou un titre disparus. On peut citer entre autres minime (joueur ou joueuse vs religieux), chasseuse (personne qui chasse vs domestique), sacristain, etc.

25Comme pour les autres classes que nous avons dégagées, les sources dictionnairiques sont loin de fournir la même analyse. Ainsi, l’emploi masculin de patron dans le PR est noté HIST ROM au sens de « ancien maitre d’un esclave affranchi » et uniquement pour le métier toujours exercé actuellement de « Commandant d’un bateau de pêche » dans le PL.

Le nom d'agent est au masculin, le féminin est mentionné en remarque

26Certains noms reçoivent uniquement la marque du genre masculin en entrée, mais une forme au féminin est indiquée en remarque. C’est le cas de babysitter - baby-sitter pour lequel le PR mentionne la forme avec l’orthographe francisée et au féminin en fin d’article : On trouve aussi un babysitteur, une babysitteuse. De la même manière, c’est en remarque que les féminins cheffe, imprimeuse ou encore mannequine apparaissent : REM Le fém. La chef est employé par familiarité ou pour des fonctions techniques. En Suisse, le féminin cheffe est courant ; REM. Le féminin (une imprimeuse) semble peu usité ; REM. En ce sens, l’usage actuel hésite entre un mannequin, une mannequin ou une mannequine.

27En ce qui concerne écrivaine, le mot est également mentionné en entrée comme exclusivement au masculin, le féminin apparaissant en remarque. On peut donc d’autant plus s’étonner de voir écrivaine figurer dans la définition de poétesse donnée par Le Petit Larousse (cf. 4.1).

28Dans cette catégorie se rangent notamment les noms terminé en -eure, dont nous reparlerons dans le section 4.3.

Le mot est présent mais pas comme nom d'agent

29Il arrive également que la forme que nous cherchons soit répertoriée dans les ouvrages dictionnairiques, mais pas comme nom d’agent. Le cas se produit pour des formes attestées soit exclusivement au masculin (agrandisseur, boitier, cuiseur, mélangeur), soit uniquement au féminin (agrafeuse, canardière), soit au masculin et au féminin (étuveur-étuveuse). En général, comme on le voit avec les exemples cités, les référents sont des outils ou des machines. Nous reviendrons sur cette classe dans la section 4.1.

Le mot est présent comme nom d'agent et il désigne également un autre référent (avec entrée indépendante ou pas)

30Cette catégorie recouvre de nombreux cas de figure différents. Ainsi le terme est attesté comme nom d’agent

  • variant en genre et désignant un autre référent au masculin (Nprof + M : graveur, rapporteur)

  • variant en genre et désignant un autre référent au féminin (Nprof + F : coiffeuse, fraiseuse)

  • exclusivement au masculin et désignant un autre référent au masculin (Nprof-M + M : céréalier, récepteur)

  • exclusivement au masculin et désignant un autre référent au féminin (Nprof-M + F : carrière, enseigne)

    • 1 Notons que nous n’avons pas trouvé d’attestation de forme qui relèverait d’un nom d’agent exclusive (...)

    exclusivement au féminin et désignant un autre référent au féminin (Nprof-F + F : perforeuse, remmailleuse)1

  • variant en genre et désignant un autre référent au masculin et un autre référent au féminin (Nprof + M + F : laveuse, dépanneuse)

31Les cas de figure repris ci-dessus n’illustrent que certaines des nombreuses possibilités. Ainsi, repasseur, euse dans le PL possède trois emplois différents (Nprof-M + Nprof-F + F), trancheur, euse dans le PR relève de cinq sens séparés en fonction du genre (N + Nprof-M + Nprof-M + Nprof-F + F), etc.

32Comme pour la classe décrite au point 2.8., les termes repris ici participent d’une homonymie entre un nom de personne et un objet. Ils sont fréquents dans notre corpus, et nous y reviendrons dans la section 4.1.

Des dictionnaires qui divergent

33C’est bien connu, Le Petit Robert et Le Petit Larousse sont des dictionnaires aux objectifs différents, qui illustrent la distinction entre dictionnaire de langue (ou de mots) et dictionnaire encyclopédique (ou de choses). Et l’on sait que les différences qui résident entre ces deux sources dictionnairiques sont parfois très importantes. Si l’on ne se préoccupe que d’orthographe, Catach (1989 : 81-82) considère : « Plus d’un mot sur deux a, en France, changé au moins une fois d’orthographe depuis le XVIe siècle et parfois à plusieurs reprises. Aujourd’hui même [...], un bon cinquième du vocabulaire d’un dictionnaire courant de 50000 mots est touché d’une façon ou d’une autre par ces variations, à mon avis tout à fait naturelles. » Et ces variations ne sont pas les mêmes d’un ouvrage de référence à l’autre.

34Les deux ouvrages divergent également en ce qui concerne le féminin des noms de professions. Si les exemples que l’on a donnés ci-dessus illustraient une position commune entre le PL et le PR, on a déjà pu voir, notamment avec l’exemple de couturier/couturière ou au point 2.6, des divergences de choix quant à la féminisation des noms d’agents.

  • 2 Nous n’avons pas pris en considération la différence de classe grammaticale : ainsi, le PR donne ti (...)

35En effet, sur les 1761 formes que nous avons vérifiées, 507 d’entre elles, soit 28,8 %, reçoivent un traitement différent2. Tous les types mentionnés dans la section précédente sont concernés. Souvent, la divergence de traitement est due au fait que le PR est beaucoup plus complet, et qu’il détaille davantage les différents sens ou emplois d’un terme. Le tableau suivant synthétise les différences entre les deux ouvrages :

Petit Robert

Petit Larousse

Nprof-F absents

207 = 11,7 %

257 = 14,6 %

Nprof-F avec un autre féminin attesté

18 = 1 %

17 = 1 %

Féminin dans remarque

29 = 1, 6 %

7 = 0,4 %

Entrées avec un nom/sens au féminin

1321 = 75 %

1255 = 71,3 %

36Tableau 1 : Présence des féminins dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse

37On le voit 12,8% des unités lexicales de notre liste sont absentes du PL, contre 10,5% dans le PR (cf. exemples cités en 2.1). Si cela peut paraitre beaucoup, il ne faut pas oublier que le répertoire, sans être exhaustif, relève aussi des dénominations de professions ou de fonctions parfois rares.

38Les noms d’agents donnés exclusivement au masculin sont également plus nombreux dans le PL (14,6% des entrées), contre 11,7 % dans le PR. Ces chiffres dépendent du mode de calcul : si, pour une entrée lexicale, on tenait compte des sens pour lesquels un féminin est absent, on aurait beaucoup plus de féminins absents dans le PR dans la mesure où celui-ci, beaucoup plus complet, liste davantage de sens différents et donc de possibilités que l’un des sens - notamment pour une fonction ancienne n’ayant été exercée que par des hommes - ne soit pas décliné au féminin.

39Vérifiant la présence de 48 termes (correspondant à 241 variantes) dont les féminins sont relativement récents ou problématiques au Québec et en Europe (p. ex. chercheuse/chercheure), Arbour et al. (2014 : 41-42) constatent :

« Les résultats montrent que, de façon générale, il y a une bonne adéquation entre les formes qui sont proposées par l’Office et celles trouvées dans les ouvrages dictionnairiques. Le dictionnaire ayant la plus forte adéquation est Usito (95 %), tandis que le TLFi montre la plus faible correspondance (59 %). Lorsque nous rassemblons les données par aire géographique, nous remarquons que l’adéquation est plus grande du côté des ouvrages canadiens (90 %) que du côté des ouvrages européens (74%). »

L'argumentaire des opposants à la féminisation linguistique

40Les arguments des opposants à la féminisation linguistique sont de plusieurs types, et nous les avons développés ailleurs (Dister et Moreau 2009a). Dans cette section, nous voudrions revenir sur trois d’entre eux, souvent mis en avant pour justifier l’emploi d’un masculin pour désigner des femmes : la péjoration, l’emploi d’un féminin pour désigner l’épouse de l’homme dont c’est la profession ou porte le titre (et non la femme qui exerce cette fonction), et enfin les féminins en -eure, considérés par certains comme non conformes à la morphologie du français.

La péjoration

  • 3 Tous les extraits de Langue sauce piquante sont issus des réactions des lecteurs à la chronique pub (...)

41Parmi la panoplie des raisons de s’opposer à la féminisation, on trouve celle-ci : certains termes seraient péjoratifs au féminin. Sous prétexte de vouloir l’égalité, les femmes seraient nommées avec des mots jugés inadéquats. Péjoratifs, dépréciatifs, connotés négativement ou sexuellement, voire vulgaires, certains féminins se voient donc disqualifiés, jetant aussi le discrédit sur toute la démarche de féminisation linguistique. Les propos de lecteurs glanés sur le blog Langue sauce piquante illustrent cet état d’esprit3 :

« Au fait connaissez vous le féminin de cafetier ? C’est la cafetière. Vous avez dit « féminisons à tout prix » ? »

« Mais il y a aussi le sport : un entraîneur, une entraîneuse ? Hum... Je sais, selon plusieurs commentaires, je suis un vieux con. »

« Je n’apprécie pas du tout cette féminisation systématique de mots qui, pour la plupart, s’accommoderaient très bien, sémantiquement parlant, de demeurer dans leur graphie première. Pour moi, « auteur » est un mot neutre qui peut aussi bien désigner un homme ou une femme... Quand je vois le mot « écrivaine », j’ai plutôt tendance à penser qu’il doit s’agir de quelqu’un - ou quelqu’une ! - qui écrit vainement. »

42On retrouve cette opposition qui existe, dans l’imaginaire collectif des locuteurs, entre un masculin prestigieux et un féminin dépréciatif dans la chanson du groupe Fatal Bazooka, C’est une pute : « Un homme à femmes, c’est un séducteur, et une femme à hommes, c’est une pute. (...) Un allumeur, ça allume le gaz, une allumeuse, c’est une pute. » Et ainsi de suite, avec les couples entraineur/entraineuse, gars/garce, coureur/coureuse, masseur/masseuse, maitre/ maitresse, etc. C’est ce que Yaguello (2002 (1978) : 179) note également dans certaines oppositions : « Une femme légère l’est de mœurs. Un homme s’il lui arrive d’être léger, ne peut l’être que d’esprit. »

  • 4 Pour les attestations dans les ouvrages de référence, voir Dister et Moreau, 2009a, p. 34.

43Ainsi, le mot cafetière est érigé par les détracteurs en symbole d’absurdité (« Un nom d’objet utilisé pour désigner une femme ! »), et ils le convoquent fréquemment afin de railler la féminisation, à tel point que l’on a parlé d’une « guerre de la cafetière » (Miesse 1996), tant les passions se sont dechainées autour de la question dans les années 1990, aussi bien en Belgique qu’en France. Beaucoup de bruit, somme toute, pour un mot attesté au féminin depuis le 18e siècle dans le sens de « celle qui tient un café »4.

44Qu’en est-il dans les deux dictionnaires de référence ? Certains féminins sont-ils accompagnés d’une marque d’usage qui ferait que le francophone aurait intérêt à privilégier le masculin pour désigner une femme ?

45Pour ce qui est du mot cafetière, les deux dictionnaires consultés divergent : le PR le mentionne comme rare au féminin, là où le PL ne donne que le masculin comme nom de profession. On peut s’en étonner, le terme étant attesté dans les dictionnaires depuis la fin du 18e siècle. Par ailleurs, si le féminin est considéré comme rare par le PR, aucune marque d’usage n’y est attachée.

46Si l’on se penche sur ce phénomène général de l’homonymie entre un nom d’agent et un objet, un outil ou une machine, on se rend compte, en fait, que cette homonymie concerne davantage les mots au masculin qu’au féminin. Notre dépouillement systématique donne en effet les résultats suivants :

Petit Robert

Petit Larousse

Nom d’agent au féminin ET machine

123

97

Nom d’agent au masculin ET machine

166

162

47Tableau 2 : Homonymie entre nom d’agent et machine dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse

48On le voit, tant Le Petit Robert que Le Petit Larousse listent plus de noms d’agents au masculin qu’au féminin qui participent d’une ambigüité avec des noms d’outils ou de machines. On peut citer les masculins coureur, coursier, décolleur, détacheur, descendeur, diffuseur, distributeur, échantillonneur, éditeur, espion, finisseur, gestionnaire, graveur, greffier, lanceur, lapidaire, légumier, mixeur, modérateur, moniteur, navigateur, nettoyeur, opérateur, organisateur, patrouilleur, pilote, etc. Ainsi, convoquer l’homonymie comme un frein à la féminisation relève non seulement d’une méconnaissance des mécanismes de la langue, où le fait est omniprésent, mais se retourne immanquablement contre les détracteurs, confrontés au fait que plus de noms d’agents sont concernés lorsqu’ils sont au masculin qu’au féminin.

49Pour ce qui est de la marque « péjoratif », lorsqu’elle accompagne un nom d’agent - et cela ne concerne que de rares mots repris ci-après -, elle le fait :

  • soit sans distinction du masculin et du féminin. C’est le cas de : calculateur/calculatrice (PL), littérateur/littératrice (PR), avorteur/ avorteuse (PL), colporteur/colporteuse (PL), tâcheron/tâcheronne (PL et PR), pour lesquels autant les formes au masculin qu’au féminin sont connotées ;

  • soit uniquement au masculin, le féminin étant absent : mandarin (PL- PR), littérateur (PL).

50On peut citer aussi amateur/amatrice : péjoratif dans ses deux genres pour le PR, mais uniquement au masculin pour le PL (« n.m. Péjor. Personne qui manque de zèle et d’application ») et le couple faiseur/faiseuse dont seul le masculin est péjoratif (PR : « n.m. Absolt, péj. Celui qui cherche à se faire valoir »).

51Parmi les 1700 mots que nous avons analysés, le seul cas pour lequel une marque de connotation négative se voit associée uniquement au féminin est le mot poétesse, dont le PR nous dit en remarque : « REM. Poétesse est considéré comme péj. On dira plutôt : cette femme est une grande poète, parfois un grand poète. » Pour le PL par contre, aucune connotation : il s’agit simplement d’une « écrivaine qui pratique la poésie ».

52En ce qui concerne les termes connotés sexuellement, on ne voit apparaitre aucune remarque d’usage dans les dictionnaires. Ainsi, aucun frein, par exemple, à ce qu’une coureuse, une sauteuse ou une entraineuse désignent des sportives.

53Ajoutons encore l’exemple de courtisane qui possède une entrée indépen­dante pour un usage exclusivement au féminin, qualifié d’ancien ou littéraire, mais auquel aucune marque de péjoration n’est attachée : « Femme entretenue, d’un rang social assez élevé. » (PR)

Le féminin conjugal

54Nous désignons par féminin conjugal la pratique qui consiste à réserver le féminin d’un nom de profession pour désigner l’épouse de l’homme qui exerce lui-même la fonction. Ainsi, suivant en cela une pratique ancienne, ambassadrice devrait être exclusivement réservé à l’épouse de l’ambassadeur, et la femme qui exerce la fonction diplomatique devrait être appelée, comme son homologue masculin, ambassadeur. De même, la pharmacienne serait la femme du pharmacien et non la titulaire d’un diplôme. Ici encore, c’est l’argument d’une éventuelle homonymie qui est mis en avant, et on distingue madame l’ambassadrice (l’épouse) de madame l’ambassadeur (la diplomate). Cet argument revient encore fréquemment aujourd’hui, à l’heure où de plus en plus de femmes accèdent pourtant à ces postes importants :

« Et dans le même temps, il me semblait que « Mme le ministre » ou « Mme le premier secrétaire »» désignait les épouses du dit-ministre ou dit-premier secrétaire. D’où la nécessité de différencier les deux « rôles. »

  • 5 Réactions des lecteurs de Langue sauce piquante à la chronique publiée le 23 décembre 2010 et intit (...)

« Dire d’une femme qu’elle est « autrice » ou « ambassadrice », cela signifie qu’on a dû créer de toutes pièces une profession pour remplacer celle, « auteur »» ou « ambassadeur »», elle n’avait apparemment pas les épaules assez larges pour exercer. J’imagine bien entendre d’ici quelques années des phrases comme « non, mais ce n’est qu’une secrétaire d’Etat »», « elle n’est qu’ambassadrice »». Il est bon de rappeler que le masculin fait office de neutre en français.»5

55C’est qu’en effet, cet argument semble bien réservé aujourd’hui aux fonctions prestigieuses, notamment les hauts grades de l’armée, même s’il fut un temps où l’étudiante était la petite amie de l’étudiant, comme chez Prosper Mérimée : « J’ai dîné dans le même restaurant que trois étudiants ayant chacun son étudiante. » (Prosper Mérimée, Lettres Mme de La Rochejacquelein, 1870 : 294. Citation reprise au Trésor de la langue française informatisé.)

56Dans notre liste, seuls 23 termes sont mentionnés par Le Petit Robert et/ ou Le Petit Larousse avec cet emploi particulier où le titre au féminin désigne « l’épouse de » :

archiduchesse

PL

comtesse

PR et PL

baronne

PL

dauphine

PR et PL

ambassadrice

PR

duchesse

PR et PL

compagne

PR

impératrice

PR et PL

générale

PR

mairesse

PR et PL

lieutenante

PR

maréchale

PR et PL

meunière

PR

marquise

PR et PL

notaire

PR

préfète

PR et PL

présidente

PR

princesse

PR et PL

reine

PR

surintendante

PR et PL

amirale

PR et PL

vicomtesse

PR et PL

colonelle

PR et PL

57Tableau 3 : Féminins conjugaux dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse

58On le voit ici aussi, Petit Robert et Petit Larousse divergent quant à l’information donnée au lecteur, et plus que ce que le tableau ci-dessus ne le laisse penser. En effet, alors que PR et PL mentionnent amirale et duchesse comme féminin conjugal, le PL les mentionne uniquement dans cet emploi : une femme qui exerce la profession est un amiral, alors que le PR mentionne cet emploi comme vieilli et privilégie, pour la gradée, le féminin une amirale.

59Néanmoins, il faut noter que aussi bien dans le PL que dans le PR, ces emplois, quand ils concernent des professions et non des titres de noblesse, sont accompagnés de la marque d’usage « VIEILLI ».

60On s’étonne de voir figurer dans la liste la présence de meunière, mentionnée par Le Petit Robert comme la « personne qui » (dans l’alternance meunier/ meunière), et avec le 2e sens de « Epouse d’un meunier ».

Les féminins en -eure

  • 6 Notons néanmoins que l’Office québécois de la langue française déconseille la création de formes en (...)

61S’il est bien un classe de féminins qui assurément fait pousser de hauts cris parmi les détracteurs de la féminisation linguistique, c’est celle des finales en -eure. Considérées comme contraires à la morphologie du français, influencées par la pratique québécoise où elles sont populaires6, ces formes sont fréquemment décriées et semblent l’une des cibles privilégiées des puristes :

« Bonjour, et désolé de vous dire que je trouve complètement ridicule la féminisation de certains noms, comme « auteure »», qui ressemble à une faute d’orthographe. » « (...) pourvu que les règles habituelles de la langue le permettent (romancière, etc.). Or ce n’est manifestement pas le cas avec ce bidouillage disgracieux qu’est « auteure »»beurk beurk, pourquoi pas aussi « autrice »» ou « auteuse »» ou « autresse »» ou Dieu sait quoi ? »

« (...) vous avez compris que j’approuve la féminisation des noms de fonctions et de métiers, à condition qu’elle se fasse en accord avec le fonctionnement général de la langue française. «Auteure» (entre autres exemples de féminisation) est un barbarisme »

« Grands défenseurs de la langue française et inlassables pourvoyeurs en heureux néologismes destinés à limiter la profusion des anglicismes, les Québécois nous avaient habitués à beaucoup mieux que cet horrible «auteure», qui au contraire d’«autrice», est un véritable barbarisme (...) »

  • 7 Réactions des lecteurs de Langue sauce piquante à la chronique publiée le 23 décembre 2010 et intit (...)

« Alors, non à « auteure »» (horreure!) et oui à autrice, comme on dit institutrice, directrice, etc. A propos d’horreur, que dire de Mme la procureure »? Pourquoi pas « procuratrice »» ? »7

62Pourtant, force est de constater que quotidiennement, dans les écrits tant publics que privés, ces formes en -eure s’imposent de plus en plus. Dans le guide belge, 23 noms d’agent sont proposés avec une finale en -eure, variante de la forme au féminin en -eur : ainsi, une assesseure coexiste à côté de une assesseur.

63Il est fréquent que les formes dont le masculin est en -eur posent des difficultés de féminisation aux locuteurs et aux scripteurs (Dister et Moreau 2009b), et les formes ici concernées ici n’échappent pas à cette tendance.

64Le tableau suivant synthétise la position des dictionnaires pour ces formes. Féminin absent signifie que le dictionnaire ne propose le mot que comme un masculin (mention n.m.) ; pas ce féminin veut dire qu’un autre féminin que la forme en -eure est proposé ; n REM signifie que la forme en -eure apparait non pas dans l’entrée (où une autre forme est proposée) mais seulement en remarque.

PR

PL

PR

PL

assesseurs

n REM

féminin absent

possesseure

n REM

féminin absent

auteure

n REM

N

précurseure

n REM

féminin absent

censcurs

n REM

féminin absent

prédécesseure

n REM

féminin absent

commandeure

pas ce féminin

pas ce féminin

prieure

n

n

défenseure

n REM

n REM

procureure

n REM

n REM

docteure

n REM

n

professeure

n REM

n

gouverneure

féminin absent REM

féminin absent

proviseure

n REM

n

imposteure

pas ce féminin

pas ce féminin

questeure

pas ce féminin

pas ce féminin

ingénieure

n REM

n REM

successeure

n REM

féminin absent

intercesseure

pas ce féminin

pas ce féminin

traiteure

pas ce féminin

féminin absent

maïeure

n + féminin absent

n

féminin absent REM

féminin absent

pasteure

n REM

pas ce féminin

65Tableau 4 : Féminins en -eure dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse

66On le voit, à part pour les 5 formes commandeure, imposteure, intercesseure, questeure et traiteure, Le Petit Robert propose, en remarque, des féminins en -eure. La remarque s’accompagne invariablement de la référence au Québec, ou plus exactement au Canada : « REM. Au féminin, on écrit aussi parfois possesseure sur le modèle du français du Canada. », « REM. Au féminin, on trouve aussi procureure sur le modèle du français du Canada ». Sur la question de la finale en -eure, Le Petit Larousse se montre beaucoup plus frileux puisque seules 3 formes sont mentionnées, en remarque : défenseure, ingénieure et procureure. De manière générale, dans cette liste, la plupart des noms ne reçoivent de la part du PR qu’une forme au masculin, non utilisable au féminin : ainsi, assesseur, censeur ou encore gouverneur sont proposés comme des termes exclusivement masculins. Pour gouverneur, on peut vraiment s’en étonner car depuis la médiatisation de Sarah Palin, gouverneure de l’Alaska, en 2008, cette forme en -eure a bien pénétré dans les usages.

67Sur cette question se manifeste encore une divergence entre les deux dictionnaires, qui sont en accord sur seulement 9 des 23 formes.

Conclusion

68Sur la question de la féminisation, la politique linguistique des quatre pays de la Francophonie nord est claire : elle encourage les citoyens à utiliser des noms au féminin dès lors qu’ils réfèrent à une femme. Tous les guides publiés et régulièrement mis à jour en fonction de l’évolution des pratiques depuis plus de trente ans vont en ce sens. Et ce malgré des divergences de surface. Si la féminisation ne fait plus guère de bruit aujourd’hui (pas de deuxième « guerre de la cafetière » lors de la parution de la dernière édition du guide belge au début de l’année 2015), et qu’elle semble bien implantée dans les pratiques des citoyens, les ouvrages de référence que sont Le Petit Robert et Le Petit Larousse se montrent quelque peu conservateurs sur la question puisque plus d’un nom d’agent sur 10 est présenté comme exclusivement au masculin. On peine à en trouver la raison. En effet, si certains des termes relèvent de domaines d’activités considérés comme très masculins, c’est loin d’être le cas de tous, et d’autres termes relevant des mêmes domaines sont quant à eux féminisés. Néanmoins, les détracteurs à la féminisation auront de la peine à trouver dans ces deux sources dictionnairiques de l’eau au moulin de leurs arguments. En effet, on ne rencontre pas de marques de péjoration ou de connotation dépréciative asso­ciées aux féminins et les noms d’agents au masculin qui sont homonymes de noms de machines sont bien plus nombreux que les noms féminins ambigus. En ce qui concerne le féminin conjugal, cette pratique, lorsqu’elle est attestée dans les dictionnaires, est mentionnée comme vieillie, et un terme emblématique comme pharmacienne n’est même pas repris dans cette classe.

69Malgré tout, on peut encore mieux faire dans la description lexicographique pour rendre compte de la société dans laquelle nous vivons et des pratiques linguistiques actuelles. En 2015, est savante la « personne qui sait beaucoup de choses, qui est d’une grande culture », sens mentionné comme vieux. Au sens moderne de « Personne qui par ses connaissances approfondies et ses recherches contribue à l’élaboration, au progrès d’une science, et plus spécialement d’une science expérimentale ou exacte », seul le mot au masculin savant est proposé, tant dans Le Petit Robert que Le Petit Larousse... Et Le Petit Robert de donner l’exemple suivant : « Marie Curie fut un grand savant. »

Haut de page

Bibliographie

Arbour, M.-È, de Nayves, H. et Royer, A. (2014), « Féminisation linguistique : étude comparative de l’implantation de variantes féminines marquées au Canada et en Europe », Langages et Société 148, 31-51.

Bal, W., Doppagne, A., Goosse, A., Hanse, J., Lenoble-Pinson M., Pohl, J., Warnant, L. (1994), Inventaire des particularités lexicales du français en Belgique, Louvain- la-Neuve : Duculot.

Becquer, A., Cerquiglini, B. et Cholewka, N. (1999), Femme, j’écris ton nom... : guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, Paris : La Documentation française.

Bouchard, P., Guilloton, N. et Vachon-L’Heureux, P. (1999), «La féminisation linguis­tique au Québec : vers l’âge mûr », in La féminisation des noms de métiers, fonc­tions, grades ou titres. Au Québec, en Suisse romande, en France et en Commu­nauté française de Belgique, Louvain- la-Neuve, Duculot : 6-29.

Catach, N. (1989), Les délires de l’orthographe en forme de dicitoNaire, Paris : Plon.

Chancellerie fédérale (2000), Guide de formulation non sexiste des textes administratifs et législatifs de la Confédération, Berne, Confédération suisse.

Conseil supérieur de la langue française (Communauté française de Belgique) (1994), Mettre au féminin, Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, Bruxelles : Service de la langue française, 1re édition.

Dister, A. et Moreau, M-L. (2009a), Féminiser ? Vraiment pas sorcier ! La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres, Bruxelles : De Boeck Duculot (coll. « Entre guillemets »).

Dister, A. et Moreau, M-L. (2009b), « Les masculins en -eur : peut-on mettre les pendules à l’heure ? ». In Willems Martine (Éd.), Pour l’amour des mots. Glanures lexicales, dictionnairiques, grammaticales et syntaxiques. Hommage à Michèle Lenoble-Pinson, Bruxelles : Éditions des FUSL, 107-129.

Elmiger, D. (2008), La féminisation de la langue en français et en allemand : querelle entre spécialistes et réception par le grand public, Paris, Honoré Champion.

Francard, M., Geron, G., Wilmet, R. et Wirth, A. (2010), Dictionnaire des belgicismes, Bruxelles : De Boeck-Duculot.

Houdebine-Gravaud, A.-M. (dir.) (1998), La féminisation des noms de métiers : en français et dans d’autres langues, Paris : L’Harmattan.

Larivière, L.-L. (2004), «La féminisation linguistique au Canada et au Québec de 1961 à 2001 : affirmation d’une identité francophone et continentale nord-américaine», Terminology Standardization & Information Technology, supplément : 89-102.

Le Petit Larousse illustré en couleurs, (2015), Paris : Larousse.

Le Petit Robert : dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, texte remanié et amplifié sous la dir. de Josette Rey-Debove et Alain Rey, (2015), Paris : Le Robert.

Miesse, H. (1996), La « guerre de la Cafetière »»: affaire d’état ou tempête dans un encrier ? Étude sociolinguistique des réactions à la féminisation des noms de métier, grade, fonction ou titre, Mémoire de licence non publié, Université de Liège.

Moreau, M-L. et Dister, A. (2014), Mettre au féminin : guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre (3e édition), Bruxelles : Fédération Wallonie- Bruxelles.

Moreau Th. (2001), Écrire les genres : guide romand d’aide à la rédaction administrative et législative épicène, Genève : DF-SPPEgalité-CLDE.

Office de la langue française (1986), Titres et fonctions au féminin: essai d’orientation de l’usage, Québec : Editeur officiel du Québec.

Pruvost, J. (2006), Les dictionnaires français, outils d’une langue et d’une culture, Paris : Ophrys.

Yaguello, M. (2002 [1978]), Les mots et les femmes, Essai d’approche socio-linguistique de la condition féminine, Paris : Payot.

‘ Nous n’avons pas pris en considération la différence de classe grammaticale : ainsi, le PR donne titulaire uniquement comme nom, là où il est aussi mentionné comme adjectif dans le PL; inversément, diamantaire est nom et adjectif dans le PR, seulement un nom dans le PL. Ces divergences ne sont pas prises ici en compte dnas les taux de divergence entre les deux ouvrages.

Haut de page

Notes

1 Notons que nous n’avons pas trouvé d’attestation de forme qui relèverait d’un nom d’agent exclusivement au féminin et référerait à une autre réalité via un mot masculin.

2 Nous n’avons pas pris en considération la différence de classe grammaticale : ainsi, le PR donne titulaire uniquement comme nom, là où il est aussi mentionné comme adjectif dans le PL; inversément, diamantaire est nom et adjectif dans le PR, seulement un nom dans le PL. Ces divergences ne sont pas prises ici en compte dnas les taux de divergence entre les deux ouvrages.

3 Tous les extraits de Langue sauce piquante sont issus des réactions des lecteurs à la chronique publiée le 23 décembre 2010 et intitulée Camarades du « Figaro », encore un effort pour la féminisation des noms de fonction.

4 Pour les attestations dans les ouvrages de référence, voir Dister et Moreau, 2009a, p. 34.

5 Réactions des lecteurs de Langue sauce piquante à la chronique publiée le 23 décembre 2010 et intitulée Camarades du « Figaro »», encore un effort pour la féminisation des noms de fonction.

6 Notons néanmoins que l’Office québécois de la langue française déconseille la création de formes en -eure lorsqu’elles entrent en concurrence avec des variantes féminines régulières. Ainsi, la Banque de dépannage linguistique (http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/) préconise administratrice et non administrateure, chercheuse et non chercheure, chroniqueuse et non chroniqueure, etc.

7 Réactions des lecteurs de Langue sauce piquante à la chronique publiée le 23 décembre 2010 et intitulée Camarades du « Figaro », encore un effort pour la féminisation des noms de fonction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Dister, « De l’ambassadrice à la youtubeuse : ce que disent les dictionnaires de référence sur le féminin des noms d’agents »Revue de Sémantique et Pragmatique, 41-42 | 2017, 41-58.

Référence électronique

Anne Dister, « De l’ambassadrice à la youtubeuse : ce que disent les dictionnaires de référence sur le féminin des noms d’agents »Revue de Sémantique et Pragmatique [En ligne], 41-42 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsp/457 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsp.457

Haut de page

Auteur

Anne Dister

Université Saint-Louis - Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de Sémantique et Pragmatique

Haut de page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo Laboratoire Ligérien de Linguistique
  • Logo Presses Universitaires d'Orléans
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search