Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42Le marqueur LA en français actuel...

Le marqueur LA en français actuel dans l’espace francophone : quelle description lexicographique pour quels usages ?

Inka Wissner
p. 79-97

Résumés

Situé dans le domaine de la linguistique variationnelle, cet article analyse le marqueur LÀ à valeur déictique et pragmatique. Il part du constat qu’un emploi de LÀ comme dans Le gars, là, qui avait une tuque rouge, là, ben il a sauté du troisième étage, relevé par le dictionnaire Antidote comme un emploi québécois, se retrouve dans une aire aussi éloignée que la Nouvelle-Calédonie (cf. BDLP). Il s’interroge sur la répartition des usages du marqueur LÀ dans la francophonie en ce début du XXIe siècle pour éclairer s’ils constituent des évolutions partagées ou indépendantes, en émettant l’hypothèse selon laquelle ils ne relèvent pas nécessairement de la variation diatopique. Il recourt à la méthode comparative à visée panfrancophone en y associant les outils de la théorie Sens-Texte en lexicologie explicative et combinatoire pour l’analyse sémantico- pragmatique. Après une synthèse de la représentation du vocable LÀ dans des ressources dictionnairiques et des articles spécialisés, il présente les résultats d’une enquête menée par test de reconnaissance auprès de locuteurs-témoins, avant de considérer la place de ses lexies dans des dictionnaires informatisés récents. L’étude confirme l’hypothèse de départ tout en apportant des précisions : le marqueur LÀ relève du français général, mais se caractérise pour certaines de ses lexies par une restriction diamésique (surtout oral), un marquage fréquentiel (fréquent surtout outremer, où viennent s’ajouter de nouveaux emplois), et - en Europe - une restriction diaphasique. L’approche panfrancophone attire ainsi l’attention sur des différences principalement fréquentielles entre l’Europe et l’outremer mais aussi sur des constantes à travers l’espace francophone, que les récents dictionnaires analysés gagneraient à mettre davantage en lumière.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le français actuel se présente sous de nombreuses facettes dans l’espace francophone, où il varie selon les divers axes variationnels de la langue (cf. Coseriu 1981, Koch/Oesterreicher 2001). Les études variationnelles qui portent sur la francophonie (terme pris ici en son sens linguistique) foisonnent depuis les années 1960, notamment dans le domaine du lexique. Moins étudiées, la phonétique, la morphosyntaxe et davantage encore la pragmatique mettent le linguiste en face de nombreuses difficultés à résoudre. Le présent article abordera un marqueur dont la variation touche ces différents domaines : LÀ à valeur déictique et pragmatique. En voici deux exemples :

(1)

[Québec] Le gars, , qui avait une tuque rouge, , ben il a sauté du troisième étage (‘Québec fam.’, Antidote)

(2)

[Nouméa] Puis moi j’étais assise là-bas avec les copines en train de fumer (2005, enregistrement ChP, BDLP)

2Dans le premier exemple, est jugé ‘québécois’ par Antidote ; pourtant, ailleurs, des emplois similaires sont présentés comme caractéristiques d’une aire aussi éloignée que la Nouvelle-Calédonie (BDLP). S’agit-il d’emplois identiques ou proches ? Affichent-ils une restriction géolinguistique ? Quels sont les emplois de LÀ en français moderne ? Leur répartition dans l’espace s’explique-t-elle par des formations indépendantes, par un lien historique, ou par un dynamisme qui traverse toute la francophonie ? Le présent article émet l’hypothèse selon laquelle en français de ce début du XXIe siècle, la plupart des emplois de LÀ n’affichent pas de restriction géolinguistique. La vérification de cette hypothèse avec les outils de la linguistique variationnelle sera réalisée à l’aide de la méthode comparative à visée panfrancophone. Celle-ci permet de cerner la répartition de LÀ en confrontant chacun de ses usages tels qu’ils peuvent être observés dans différents français de l’espace francophone. L’approche retenue est davantage variationnelle que variétale : elle ne vise pas une description séparée, voire ‘cohérente’ pour chaque sous-ensemble de la langue. Il s’en suit que les localisations géolinguistiques fournies (présentées dans un ordre géohistorique1) confirment l’attestation d’un emploi dans l’espace désigné ; elles ne sous-entendent ni leur usage généralisé par l’ensemble des locuteurs d’un espace donné, ni la cohérence linguistique de ce dernier (voire sa comparabilité sociolinguistique avec les aires juxtaposées), ni, enfin, l’absence de l’emploi étudié dans l’usage de locuteurs d’autres aires.

3Pour faire la part entre les différents emplois de LÀ, la présente étude recourt aux outils de la théorie Sens-Texte en lexicologie explicative et combinatoire, qui propose une grille d’analyse (Mel’cuk et al. 1995), adaptée par Dostie pour l’analyse sémantico-pragmatique d’unités comme là, ben ou écoute (2004). Cette approche associe trois plans : celui du signifié (aspects pragmasémantiques, relations paradigmatiques), celui du signifiant (morphologie, syntaxe, prosodie), et la gestuelle (2004, 53-57). LÀ fait partie de ces unités qui sont désignées par des termes comme ponctuant, particule, connecteur, mot du discours ou marqueur discursif, termes qui varient selon les orientations des travaux et les traditions (cf. ib., 40-43). C’est la terminologie de Dostie qui est retenue ici, donc aussi marqueur discursif en tant que terme générique pour renvoyer aux unités pragmatiques. L’approche choisie est double, sémantico-pragmatique et comparative. Ce choix vise à permettre de déterminer si les usages de LÀ relevés dans la francophonie constituent des évolutions partagées ou indépendantes, et s’ils résultent de ‘migrations’ d’une ‘zone’ de la grammaire à une autre (cf. ib., 29), processus qui conduisent schématiquement un élément de la langue à acquérir une fonction différente, que ce soit par pragmaticalisation, lexicalisation ou grammaticalisation.

  • 1 Europe, Amérique du Nord, Antilles, Océan Indien, Afrique, Pacifique.

4Dans un premier temps, l’article synthétisera la représentation du vocable LÀ dans une sélection de ressources dictionnairiques et d’articles spécialisés. Il présentera ensuite un test de sa reconnaissance auprès de locuteurs-témoins, avant de considérer sa place dans des dictionnaires modernes informatisés qui 1 sont régulièrement mis à jour ou en cours de rédaction. Sont ici retenus :

  • un dictionnaire général en cours de développement en lexicologie explicative et combinatoire et Théorie Sens-Texte : le Réseau Lexical du Français, RLF

  • une ressource développée dans une approche panfrancophone qui vient couronner les travaux variationnels en lexicographie différentielle : la Base de données lexicographiques panfrancophone, BDLP

  • un dictionnaire global à visée normative, mais à ancrage diatopique (Québec) : Usito.

Etat de la question

5Regardons dans un premier temps les emplois de LÀ au sein de la francophonie dans la documentation existante.

Le vocable en lexicographie française contemporaine

en lexicographie générale

  • 2 Il n’y a pas lieu ici de réviser les regroupements dictionnairiques opérés, ni les défini­tions ou (...)

6Les grands dictionnaires de référence - le Grand Robert (Rob) et le Trésor de la langue française (TLF), complété d’un dictionnaire informatique nord- américain, Antidote - décrivent dans les grandes lignes trois catégories d’usages de LÀ2 :

(1)

adverbe de lieu et de temps

renvoyant à un lieu ou un moment plus ou moins éloigné (‘Québec fam.’ rendu [= arrivé] comme c’est là, Antidote)

renvoyant à une phrase, une circonstance désignée par le contexte (Qu’avez- vous fait là ?, Rob ; vous n’avez qu’à faire attention, là !, A. Daudet dans TLF III.B.1)

(2)

(-)particule adverbiale de renforcement

- dans un pronom démonstratif : celui-là

-là accolé à un substantif précédé d’un déterminant ce... : ce + subst

-là -là postposé au démonstratif de mise en relief c’est là, ce sont là.

(3)

là, parfois là là interjection

postposé à un adverbe/une conjonction (Alors là..., mais là, là, ce qui s’appelle... ; là vraiment, là franchement ; Nous allons vous tourner un article, mais là, un article à succès, G. Maupassant, TLF III.B.2)

‘fam.’ [postposé à un mot/syntagme] (Le plaisir, là, le fait de s’amuser, c’est ça qui compte !, ‘Québec’ ‘sert à s’assurer que l’interlocuteur suit bien le développement de l’histoire’, ex. 2 ci-dessus, Antidote interj.)

‘mod.’ là, parfois là là [avec une autre interjection] hé là, hep là, hop là... (TLF III.A.2) ; loc. Oh là là (ib., Antidote)

là, là là, là là là interjection [dans un dialogue, sert à mettre en garde, à encourager ou à rassurer]

7Sur le plan variationnel, les dictionnaires apposent à certains emplois de l’interjection (3) un marquage en les attribuant aux ‘dialogues’ (donc à l’oral) ou au français ‘familier’ (Rob, TLF). S’y ajoutent dans Antidote des emplois classés ‘familiers au Québec’ (sous 1 et 3). C’est en effet en Amérique du Nord que est particulièrement étudié dans la littérature spécialisée, comme on le verra plus loin. S’agit-il pourtant effectivement de diatopismes ?

selon les dictionnaires de diatopismes

  • 3 Localisation introduisant des données pour Bénin, Burkino Faso, Centrafrique, Came­roun, Côte d’Ivo (...)
  • 4 Ensemble des phénomènes linguistiques partagés par le plus grand nombre des locu­teurs dans l’espac (...)

8Pour vérifier si les emplois dotés d’un marquage en lexicographie générale connaissent un ancrage restreint dans l’espace francophone, un dépouillement des dictionnaires de diatopismes et de leurs compléments s’impose. S’il s’agit de sources indispensables, elles sont pourtant difficilement comparables entre elles, compte tenu des choix méthodologiques qui les distinguent - notamment le tertium comparationis qui a servi à identifier les diatopismes. Pour LÀ, ces sources recensent tout d’abord des emplois que relève aussi la lexicographie générale, comme l’interjection à valeur expressive et directive là, là là... (Telchid ; Glossaire du parler français au Canada). L’emploi marqué ‘fam.’ par Antidote est quant à lui dit ‘extrêmement fréquent’ en Afrique subsaharienne34(dans la suite ‘Afrique’) selon l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire (IFA), mais aussi relevé par plusieurs sources en Nouvelle-Calédonie (dans la suite ‘Calédonie’), qui confirment en même temps son emploi moins usuel en France (Rézeau 2008, 516, BDLP, Thibault 2016, 77). Un dernier groupe d’emplois est absent des dictionnaires généraux consultés :

(1)

trois variantes formelles de la particule adverbiale démonstrative à valeur indicielle et anaphorique [postposé à un substantif] (fr. gén.4 ce, cet, cette, ces + subst.) :

[Afrique] art. déf. + subst. (-)là ‘forme dominante’ (IFA) ; [Centrafrique, Congo-Brazzaville] ‘fréq. oral, chez les peu lettrés surtout’, [Tchad] ‘dans tous les milieux’ (BDLP)

[Afrique] subst.(-)là (sans art.) ‘très fréquent’ (X a pris manioc [= plante cultivée] là !) (IFA)

[Antilles] là ça, var. [après adj. dém./poss.] ce là ça « ce » (Ton enfant là ça est bien travailleur) (Telchid 1997)

(2)

une extension d’emploi de la particule adverbiale renforçant un adverbe de lieu ou de temps : asteur-là [Louisiane] (Dictionary of Louisiana French : DLF), là là ‘fam., très fréq.’ [Calédonie], ici là [Tchad] (BDLP)

(3)

et là là particule à figement variable renforçant un adverbe, un pronom ou une conjonction :

[Afrique] lui là « celui-là » ‘très fréq.’ C’est lui là qui... (IFA)

[Terre-Neuve] pis là « et puis » ‘très fréq.’ (Brasseur 2001)

[Calédonie] là là [redoublement emphatique renforcé] mais là là ‘très fréq.’ (BDLP)

[Antilles] la la ‘explétif’ Je suis là, comme la, la « j’y suis, j’y reste » (Telchid 1997 là ça)

[id.] là-bas, var. là-bas-là « en France » (ib.)

[id.] là-même là « tout près », « aussitôt » (Je vais là même-là) (ib.)

(4)

loc. [Côte d’Ivoire] dans mon cœur là-bas « dans mon for intérieur, au fond de moi » (BDLP).

9Les trois derniers usages illustrent que postposé connaît aux Antilles et en Afrique une perte d’emphase, perte qui peut alors donner lieu à de nouveaux composés.

dans la littérature spécialisée

  • 5 Voir aussi Fernandez-Vest (1994) et Tenchea (1999) dans une approche énonciative.

10Au-delà de la documentation lexicographique, de nombreux auteurs se sont intéressés au marqueur polysémique LÀ, notamment dans des situations d’énonciation de proximité en Amérique du Nord (Wiesmath 2003 pour une synthèse des travaux5). Ciblons ici plus spécifiquement des articles basés sur des dépouillements de corpus ‘oraux’ qui portent sur différentes aires tout en considérant les dimensions sémantico-pragmatiques et discursives, voire morphosyntaxiques. Il s’agit notamment de Barberis (1987) pour la France (Montpellier) (par la suite : B), Wiesmath (2003) (W) et Arrighi (2013) (A) pour l’Acadie ; Dostie (2007, à par. ; cf. Vincent 1993) pour le Québec (D), ainsi que Ploog (2006) pour l’Afrique (Abidjan) (P). S’y ajoute Ludwig/Pfander (2003) (LP) pour une analyse comparative panfrancophone (Europe : France, Pays de Vaud ; Canada, Acadie ; Antilles ; Afrique). Barberis, Wiesmath et Ploog analysent de plus la prosodie. Ces travaux affichent des différences disciplinaires, mais aussi des divergences terminologiques importantes - en partie dues à des spécificités des variétés de français - pouvant aller jusqu’à remettre en question certaines catégorisations de la grammaire traditionnelle. Les adverbes à valeur anaphorique et les interjections y sont grosso modo analysés en tant qu’unités à valeur pragmatique et/ou discursive. S’y ajoutent des phénomènes qui affichent des processus de grammaticalisation, amenant eux aussi à des reconsidérations terminologiques. Dans une perspective panfrancophone, les travaux dépouillés attestent LÀ dans différents français :

  • en Europe (France, Suisse) (B, LP)

  • dans les Amériques (Acadie, Louisiane, Québec, Terre-Neuve, Antilles) (LP, W, P ; DLF, Neumann-Holzschuh 2016 ; D 2007 ; Brasseur 2001 ; LP, Telchid 1997)

  • en Afrique (IFA, P)

  • en Calédonie (BDLP, Rézeau 2008),

  • dans des créoles à base lexicale française (LP, W ; Wiesinger 2017 ; Robillard 2000, Chaudenson 1985).

11Les articles spécialisés rendent tout d’abord compte de la pragmaticalisation, qui touche comme marqueur discursif. On le trouve ainsi en fin de proposition :

[Abidjan] la femme (P, 310)

[Montpellier] ces grandes tours du Nouveau Monde / beige brunes et Bordeaux (B, 45)

12Il s’agit grosso modo d’une extension d’emploi de l’adverbe de temps et de lieu comme déictique originellement indiciel puis aussi anaphorique (fr. gén.). Il connaît une forme intermédiaire dans le déictique textuel anaphorique non discursif (D 2007), comme dans (fr. gén.) Là, c’est bien fait ! (Daudet, d’après TLF). Le marqueur postposé n’est relevé en lexicographie générale que depuis le Dictionnaire de l’Académie française de 1835 ; ceci n’implique pourtant pas une apparition tardive au début du XIXe siècle (cf. D 2007, 53). De fait, la lexicographie variationnelle le relève dès 1704 (Franzosisches etymologisches Worterbuch : FEW, 546 1.a), ce qui permet de reconstruire son existence au XVIIe siècle au plus tard. Compte tenu de sa large diffusion panfrancophone, il a plus exactement déjà dû appartenir au français oral populaire de France des XVIe/XVIIe siècles, qui a été exporté outre-mer à compter du XVIIe siècle (Thibault 2016, 77).

  • 6 Faible intensité par sa position syntagmatique finale, courbe mélodique généralement descendante.

13La vitalité de LÀ en français moderne a aussi contribué à des processus de lexicalisation et de grammaticalisation plus ou moins avancés selon les phénomènes et les aires ; les emplois qui en résultent peuvent être isolés (innovations internes), s’expliquer par des contacts de langue (entre français et créole par exemple), ou mettre en œuvre des techniques potentiellement universelles, d’où des convergences avec d’autres langues (cf. LP). Ainsi, au Québec, Dostie (à par.) identifie une lexicalisation par réduplication du marqueur discursif. Dans d’autres aires, on relève des glissements sémantiques : l’adverbe là-bas a perdu tout sème /plus loin/ à Abidjan par exemple, constituant l’unité lexicale locative dominante (cf. fr. gén. là) ; il y est alors souvent suivi d’un d’insistance (là-bas là) (P). Dans la même ville, Ploog identifie des emplois d’un « LA-marqueur » (associant les fonctions de LÀ et LA) tels que là-bas LA, 0 lui LA, 0 œuf LA, qui sont de fait partagés avec d’autres français comme on le verra plus loin, et qui affichent un contour prosodique distinct des autres emplois de LÀ6. Le français populaire à Abidjan semble enfin être seul à connaître un « LÀ-constituant locatif » (et puis LA est jaune LA est jaune) (P, 311). La détermination étant assumée par le seul LÀ (LÀ/LA) postposé, on semble être face non plus à un processus de pragmaticalisation, mais bien de grammaticalisation (P) ; ce dernier y est abouti alors qu’il ne fait que s’esquisser dans d’autres français comme au Missouri, qui a connu le même phénomène comme en témoigne un conte populaire (Lève donc pierre-là, d’après Chaudenson 1985, 77). On remarquera aussi que dans les grandes lignes, le marqueur à Abidjan est proche dans sa prosodie de celle en Acadie et au Québec (absence d’accent tonique ; intensité faible, chute intonative) (W ; cf. [Québec] ‘faible intensité’, Dostie 2004, 48), mais aussi de celle en France (cf. B).

  • 7 Ce troisième processus de grammaticalisation a été poussé jusqu’au bout en créole aux Antilles (LP, (...)

14Les articles retenus identifient enfin un troisième processus de grammaticalisation, lui aussi issu du marqueur discursif et non abouti : son emploi facultatif comme parenthèse de droite d’une relative, attesté dans plusieurs espaces - dont la France, la Suisse et l’Acadie - comme dans tiensj’lisais ton œ le truc que tu m’as passé là (LP) ; la relative peut ne pas disposer d’un pronom relatif, comme en Acadie et au Québec (W, 302) ; cette absence est aussi attestée ailleurs comme en France, en Côte d’Ivoire et dans des créoles (A). Enfin, la relative est aussi parfois marquée non pas par un pronom relatif, mais par postposé associée à une reprise du sujet pronom (section 3.2 pour des exemples).7

dans une perspective panfrancophone

Test de reconnaissance

  • 8 Cette même disparité des données caractérise par ailleurs aussi la lexicographie fran­çaise, qu’ell (...)
  • 9 Les témoins ont été choisis pour leurs compétences (linguistes spécialistes de la varia­tion habitu (...)

15Pour cerner l’usage d’un vocable comme LÀ dans une perspective panfrancophone, des enquêtes amènent nécessairement à un échantillon de réponses sélectif, mais fournissent bien des données comparables pour chaque aire. En effet, les corpus textuels affichent, dans les aires francophones, une diversité extrême sur le plan des paramètres diatopiques (représentativité des aires et idiolectes), chronologiques (décennies représentées), discursifs et techniques (Wissner 2012b). En l’absence de corpus d’une envergure suffisante, comparables et accessibles à la communauté scientifique, il n’est pas encore possible d’extraire à partir des ressources textuelles actuelles des données de valeur comparable dans une visée panfrancophone8. Faute de pouvoir réaliser pour chaque aire francophone des enquêtes orales sous la forme de conversations informelles (où la profusion du marqueur serait la plus probable), ni même d’interviews semi-directives (comme chez B pour Montpellier), c’est un test de reconnaissance qui a été effectué. Celui-ci permet certes d’accéder avant tout aux représentations sociolinguistiques des témoins (pratiques déclarées), plus qu’aux pratiques effectives. Le fait d’interroger sur l’usage de l’entourage encourage toutefois une attitude descriptive et diminue l’impact du paradoxe labovien de l’observateur. Parmi les témoins contactés9, quatorze ont participé à l’enquête (50 % de participation). Ils ont été invités à s’exprimer au sujet d’une liste d’usages par le biais de vingt-six exemples présentés par écrit. Relevés dans les dictionnaires TLF et Antidote ainsi que dans les six articles cités plus haut, ces derniers leur ont été présentés dans le même ordre que ci-dessous (sauf déplacements et reformulations pour des fins de vérification), sans localisation ni source pour éviter d’orienter leur jugement ; ces exemples sont ici suivis d’un ‘T’ (pour ‘testé’). Voici les instructions, figurant après une phrase introductrice qui situe le questionnaire dans le cadre d’une étude panfrancophone :

« Pour chaque exemple, précisez si vous avez déjà entendu un tel emploi de la particule là, a priori à l’oral spontané, en contexte informel. Si oui : □ Entendu, □ Je ne suis pas sûr(e), □ dans un emploi similaire ».

16Les témoins ont ensuite été invités à apporter des précisions sur un éventuel marquage (« courant / rare / fam. / oral / autre : précisez »), la combinatoire, des synonymes et des similitudes avec un créole coexistant, si applicable.

17S’y ajoutait une question sur la prosodie (accent, intonation, pause), dont les réponses indicatives ont été traitées à part. L’exploitation de toutes les réponses a impliqué une lecture analytique notamment en cas de divergences dans une même aire, qui peuvent s’expliquer par des facteurs fréquentiels (emplois rares), cotextuels, sociolinguistiques ou idiosyncrasiques. Compte tenu de la méthode retenue - l’introspection, complétée parfois de recherches sur corpus - et du petit nombre de répondants par aire, l’enquête gagne bien entendu à être approfondie dans un travail plus large ; mais elle apporte d’ores et déjà de premiers résultats sur la reconnaissance des emplois courants, confirmant et complétant les analyses existantes.

Description lexicographique

18Les données synthétisées ici à partir des enquêtes (‘Enq’) et des travaux antérieurs, qui portent avant tout sur des aspects variationnels, s’insèrent dans une description sémantico-pragmatique hiérarchisée de proposée par Dostie pour le québécois contemporain (2007, à par.), que l’enquête a permis de confirmer pour les autres français étudiés. La confrontation de cette dernière aux sources spécialisées et lexicographiques amène à distinguer plusieurs catégories d’emploi et, tout d’abord, une bipartition discursive :

(1)

les emplois non discursifs de LÀ (là1-6), qui n’affichent pas de restriction variationnelle, et relèvent donc du français général ; ils sont à ce titre repris ici seulement très brièvement avec des spécificités variationnelles qui touchent des aspects paradigmatiques et combinatoires ; ils acceptent diverses constructions syntaxiques (clivage, négation, interrogation, enchâssement... ), sauf à (D 2007);

(2)

les marqueurs discursifs ('là7-8, là^), qui varient selon l’un ou l’autre axe variationnel - étant à ce titre analysés plus en détail - et qui n’acceptent pas l’enchâssement (cf. D 2007).

19Dans la présentation ci-dessous, les descriptions variationnelles sont à distinguer de la localisation des exemples ; ceux-ci (introduits par ‘Ex.’) ont été choisis pour illustrer les emplois sans recherche d’exhaustivité géolinguistique. Toutes les unités sont présentées selon un ordre sémantico-pragmatique, qui est intriqué avec des facteurs variationnels (profondeur historique et vitalité relative, décroissantes).

1.2 Adv. de lieu à valeur indicielle et anaphorique (fr. gén.)

variante synonymique dominante : [Abidjan] là-bas (P)

3.4 Adv. de temps à valeur indicielle et anaphorique (fr. gén.)

syn. à intersection en ce moment ; à ce moment-là, [Québec] dans ce temps-là (Enq)

5 Marqueur grammatical dét.+subst.-là, celui-là... (fr. gén.)

6 Marqueur textuel non discursif (fr. gén.)

~ ‘sur/à ce point, celui dont nous parlons’ (cf. D à par.)

Ex. [Québec] ‘fam.’ rendu comme c’est là (Antidote) (fr. gén. vu comme c’est là)

synt. en arriver là, [Québec] ‘plus courant’ en être rendu là, [Réunion] en arriver à là (aussi s’arrêter à là...) (Enq)

7 Marqueur discursif de clôture (terme cf. B, 28)

  • 10 C.-à-d. Québec, Antilles, Océan Indien, Calédonie selon Enq.

‘surtout oral’, ‘courant’ [notamment outre-mer10]

~ ‘La portion de texte que je viens de produire correspond à une séquence à la fois complète et importante du message global que je désire transmettre ; cette séquence sera désormais considérée comme un point acquis et connu’ (D à par.) :

déictique textuel sans dimension temporelle ni spatiale à la frontière des grands constituants, postposé dans un syntagme (ib.), servant de marqueur de balisage (Dostie 2004, 48) ainsi que de marqueur de présupposition et de connivence (LP, 272)

syn. fonctionnel à intersection (fr. gén.) tu sais / vous savez (Enq) ; [Québec] OK (Dostie 2004, 46sqq.)

20Clôture de nombreuses séquences :

211 Clôture un groupe nominal ou pronominal :

  • Nom avec déterminant

‘assez courant, surtout oral’ (sauf [Europe] ‘familier’) (Enq)

Ex. [Antilles] le nom-là ; les gros coqs-là (Fichier lexical du français aux Petites et Grandes Antilles : ThibFichAnt) (T)

[Martinique] où est le pantalon-là que tu avais hier ? Mais oui le pantalon vert (énoncés relevés par C. Leury, JDB, Enq)

[Tchad] L’affaire, là, si tu n’as de parents haut placés, ce n’est pas la peine (N’Djaména Hebdo 1995, d’après BDLP)

  • Nom sans déterminant

‘extrêmement fréquent’ [Afrique] (IFA)

Ex. [Abidjan] elle a cassé œuf LA (P)

  • Groupe démonstratif [emphatique ; peut être accompagné d’un geste]

‘rare’ [Belgique, France, Haïti] ; ‘familier’ [Suisse] ; ‘assez courant’ [Acadie, Québec, Martinique, Océan Indien, Calédonie]

Ex. [Vaud] Çui-là là, je le connais pas (LP, 272) (T)

[Acadie] est-ce que ça peut se régler avec toutes ces machines-là là (W) (T)

  • Pronom personnel

Ex. lui-là ‘courant’ (sauf [Europe, Haïti] ‘familier, plutôt rare’)

  • 11 Le renforcement du pronom lui par est courant dans une diversité de cotextes ; dans cet exemple, (...)

[Acadie] le bateau * vous voyez en arrière de lui là11 (W ; cf. aussi IFA) ;

[id.] nous autres-c’était pas coumme toi, ça se divise tout’ là une fois qu’i est cuit là (W. ; cf. aussi [Québec] CFPQ)

  • en part. Là-là surnom ‘sporadique’ [Québec] [désignation des habitants de la région du Saguenay-Lac Saint Jean, réputés pour l’usage redoublé de là] (MB, Enq)

222 Clôture un adverbe de lieu ou de temps

‘rare’ [France, Suisse, Belgique], ‘courant’ [outre-mer (Enq), Tchad/Abidjan (BDLP, P)], aussi créole (Enq)

Ex. d’adv. clôturés : ici, en bas... ; [surtout outre-mer] là, là-bas ; [Amérique de Nord] icitte, asteur (Enq) :

[Martinique] Le mulet à peine parqué, Félix Soleil halait une liane verte de ces broussailles qu’en créole d’ici-là on appelle des raziés (Chamoiseau 1986, 18) (T : variante [comme on dit] en créole d’ici-)

[Calédonie] C’est vous qui allez là là ? (BDLP) (T)

[Martinique] ici mets là mets là mets là (enregistrement JDB, années 2000, Enq)

  • Sans valeur d’emphase

Ex. d’adv. clôturés : ici, là-bas, en bas... [Abidjan, Martinique] :

[Abidjan] faut filmer lui/qui vient là-bas là (Ploog 2000 cité d’après LP, 274) (T)

[Martinique] En bas-que la voiture est tombée (relevé par C. Leury, JDB, Enq)

233 Clôture un marqueur textuel non discursif 6 qu’il renforce

‘rare’ [Europe], ‘peu courant’ [Antilles, Maurice], ‘courant’ [Québec, Réunion, Calédonie] (Enq)

Ex. [Nouméa] Ha non, mais là là ! c’est même plus la peine ! (2005, enregistrement ChP, BDLP) (T)

244 Clôture un groupe verbal [Afrique] (IFA)

Ex. [Abidjan] Tue-le, tue-le - non non non, laisse-le laisse-le (P)

255 Clôture une proposition (de durée variable), qui peut-être une relative

‘courant, surtout oral’

Ex. [France] tu sais le prof de l’année dernière (LP, 272, citant Ludwig 1988) (T)

[id.] L’homme /le monsieur - et si vous lui en parliez ? (Médecin s’adressant à un nouveau client, Grenoble 2016, observation pers.)

[id.] quand on voit des pays comme la Russie que les gens/ tiens j’lisais ton œ le truc que tu m’as passé quand on voit ces pays-là que les gens se soumettent [...] (LP, 272) (T)

[Vaud] Il est où, çui qu’on a acheté hier ? (id., 274) (T)

[Martinique] je suis avec euh le monsieur que je t’ai dit (informatrice répondant au téléphone pendant une interview, années 2000, JDB, Enq)

266 Clôture une relative sans pronom relatif

surtout oral ; [France, Suisse] rare, familier

Ex. [Acadie] puis eu le bâtiment * vous voyez en arr/pas le bâtiment ben bateau * vous voyez en arrière de lui là ça c’est eu - à ma connaissance la dernière des SKOW (W) (T)

277 Clôture une proposition qui introduit une relative sans pronom relatif

surtout oral ; [France, Suisse] rare, familier

Ex. [Acadie] alle a écrit un livre là i était/ i était en vente (W) (T).

Là là1 marqueur discursif de clôture, mis en relief (cf. D)

‘surtout oral’ ; ‘très rare’ [Europe], ‘courant’ [outre-mer] (Enq, D à par.)

~ ‘La portion de texte que je viens de produire, à laquelle je m’attarde avec une insistance marquée, correspond à une séquence à la fois complète et importante du message global que je désire transmettre ; cette séquence sera désormais considérée comme un point acquis et connu’ (ib.) :

7 rédupliqué sans emplois à répétition (ib.)

Ex. [Québec] mais il est il. il est pas à gauche là proche euh du pont qu’on passe là [...] - ouin, mais il est. dans le dans le . la cour là [quand quand. tu mets ton auto là il est tout proche là là - oui. oui oui. (Corpus de français parlé au Québec : CFPQ, d’après D à par.) (T)

[Martinique] je suis en train d’arriver devant là là (aussi en créole, JDB, Enq).

8 Marqueur discursif de suite (B, 28 parle « d’ouverture »)

‘surtout oral’ [notamment outre-mer] (Enq)

~ ‘Pour faire suite à ce qui vient d’être dit, je m’apprête à ajouter quelque chose dans la proposition suivante qui fera référence à un événement qui s’est passé dans l’histoire que je suis en train de raconter’ (cf. D à par.) :

marqueur discursif de structuration du discours (LP, 273) : déictique textuel en tête d’énoncé ou de proposition qui introduit une nouvelle séquence, caractéristique de narrations souvent longues, où il peut être utilisé en série (D 2007, 52-54) ; généralement suivi d’une pause (ib., Enq)

  • Souvent cumulé, sans pause séparative, avec un marqueur qui rassemble les séquences du texte : alors, et, puis, ça fait que..., [Amérique du Nord] pis, fait que (D 2007, W, B), [Martinique] de là (JDB, Enq)

Ex. [Québec] [...] j’y allais, pis on gagnait des toutous. Pis là, un moment donné, j’y suis allé, le jour, le samedi dans le jour. Pis là, je voulais retourner le soir, pis je savais que je pouvais pas (CFPQ, d’après D 2007) (T)

Là là2 marqueur discursif de suite, mis en relief

‘surtout oral’ ; ‘très rare’ [Europe, Antilles], ‘courant’ [Acadie, Québec, Océan Indien, Calédonie] (Enq ; Acadie : W)

~ ‘Pour faire suite à ce qui vient d’être dit, je m’apprête à ajouter quelque chose d’important dans le texte qui suit, sur lequel je veux insister afin de t’amener à y porter une attention particulière’ (D à par.) :

s rédupliqué, sans emplois à répétition (ib.)

Ex. [Québec] [En parlant de l’enfant d’une mère obèse] si tu regardes [...] la petite fille de de: euh (.) sixième année qui pèse je sais pas moi cent cinquante livres là \ euh (.) elle dit à sa mère •maman moi j’aimerais ça maigrir0 [...] ça fait que la mère elle dit *non non ma petite fille. là là t’auras le temps en masse de prendre des régimes là (CFPQ, d’après D à par.) (T).

Analyse variationnelle : synthèse

28L’analyse de LÀ (LA/LA) dans l’espace francophone permet de distinguer quatre cas de figure d’un point de vue variationnel, qui appellent différents traitements dans la lexicographie contemporaine :

(1)

Des unités sans marquage du français général (là1- 6) (Enq), déjà accueillies en lexicographie générale

(2)

Le marqueur discursif là-/ clôturant une proposition, qui relève de fait de l’usage courant surtout oral dans toutes les aires analysées (diacodisme du français général) ; absent des dictionnaires analysés ici, il aurait pourtant toute sa place dans RLF et Usito (rubrique II), avec l’ajout d’un marquage du type ‘oral surtout’

(3)

La plupart des unités relèvent de l’usage surtout oral du français général, mais affichent, de plus, des différences diphasiques ou fréquentielles selon les aires (3.1-3.2). Ces emplois sont pour la plupart courants outre-mer, mais familiers et plus ou moins rares en Europe. Ils sont absents des dictionnaires généraux exploités ici, mais aussi de la plupart des dictionnaires de diatopismes. Ces unités seraient elles aussi à intégrer dans un dictionnaire général ; le RLF se prêterait toutefois moins à leur inclusion au sens où il priorise le noyau du vocabulaire usuel de nos jours en partant du franco-français ; elles pourraient aussi être accueillies dans la BDLP, sous condition d’être signalées comme diatopismes de statut :

3.1 Trois types de diatopismes de fréquence :

  • les marqueurs discursifs redoublés (avec mise en relief) là là1-2, surtout oraux et très rares en Europe, qui semblent courants dans les autres aires testées (Québec, Antilles, Océan Indien, Calédonie)

  • le marqueur discursif de suite là8, qui serait assez courant surtout outre-mer et en Suisse (selon Enq, à faire confirmer par d’autres analyses) ; la vitalité contribue aussi à des figements formels, voire sémantiques, comme au Québec (fait que là, pis là.)

  • la plupart des emplois syntagmatiques de marqueur discursif : 7 clôturant un groupe nominal ou pronominal démonstratif (celui-là là), un pronom personnel (lui là), un adverbe de lieu/temps (là-bas là) (qui peut par endroit connaître une perte d’emphase) ainsi que le marqueur textuel non discursif 6 (non, mais là là), tous connus, mais moins usuels en Europe qu’outre-mer (selon Enq).

3.2 Deux diaphasismes, tous deux familiers surtout en Europe (selon Enq), plus exactement le marqueur 7

  • qui clôture un groupe nominal avec déterminant (le nom là), et

  • qui marque une relative sans pronom relatif.

(4)

Quatre diatopismes spécifiques à certaines aires selon l’enquête, qui seraient à intégrer dans la BDLP ; les usages relevés au Québec auraient aussi leur place dans

Usito malgré son orientation normative :

  • 6 dans des emplois syntagmatiques diatopiquement marqués : [Québec] en être rendu là, [Réunion] variante en arriver/s’arrêter à là (Enq)

  • 7 postposé à des adverbes sans valeur d’emphase (là-bas là, relevé à Abidjan et en Martinique) (P, Enq).

  • à postposé à des verbes et à des noms sans déterminant (emploi grammaticalisé), qui semble très fréquent en Afrique (IFA, cf. P)

  • un surnom Là là au Québec (Enq).

29Ces usages à ancrage diatopique mais d’assise variable restent à tester dans d’autres aires et à être analysés en détail pour donner lieu à une description satisfaisante. Ainsi, dans quelle mesure le surnom est-il stabilisé dans l’usage ? L’emploi à postposé à des verbes (point 4) est-il propre au français en Afrique ? Ne relèverait-il pas de l’usage répandu à (point 5) ? C’est à partir de données plus riches pour chaque aire qu’il sera possible d’aborder de telles questions.

30La description synthétique ci-dessus ne rend pas compte des caractéristiques prosodiques du marqueur LÀ. Celles-ci font pourtant partie intégrante de l’‘identité’ des unités différentes et ont fait couler beaucoup d’encre. Ce paramètre a donc été intégré dans le test de reconnaissance, dans la mesure où les analyses prosodiques fines des travaux existants portent toujours sur des aires ciblées (section 2.2). L’appréciation de la prosodie pour un marqueur comme LÀ, plus complexe que pour des lexèmes pleins, même pour des témoins linguistes sensibilisés à la variation (dont l’expertise en prosodie est variable), sans outillage spécifique, permet d’obtenir des résultats tout relatifs qui ne sauraient être qu’indicatifs. Les réponses n’apportent donc ici qu’un éclairage complémentaire. Elles sembleraient pourtant bien confirmer dans les grandes lignes les travaux existants dans une optique panfrancophone. En effet, le vocable - [la] dans toutes les aires testées sauf au Québec ([la], hors postposition à un autre adverbe) - se diviserait en trois grands groupes prosodiques, indépendamment de facteurs variationnels. Plus exactement, sept unités (là1-6, là8) affichent dans l’ensemble un contour propre montant ou haut, tendant à occuper le pic d’intensité de la proposition (les témoins parlent souvent d’accents et/ou d’intonations montantes) ; ce n’est qu’en fin de proposition et dans des interrogations où la courbe mélodique est généralement descendante. L’unité 7 au contraire n’affiche pas de contour mélodique propre ; par sa position syntaxique finale, elle épouse l’intonation du groupe intonatif (les témoins décrivent souvent une absence de pause et une intonation descendante et/ou l’absence d’accent). Les unités rédupliquées quant à elles constituent enfin dans leurs principales aires un seul groupe prosodique, en l’absence d’une pause nettement perceptible entre ses éléments (cf. D à par. pour le Québec).

Conclusions

  • 12 Ce n’est que plus tard que la pression normative s’est fortement développée au Québec notamment (su (...)

31L’analyse panfrancophone du vocable polysémique LÀ et plus particulièrement du marqueur discursif a permis de confirmer l’hypothèse de départ tout en apportant des précisions. Contrairement à ce que peut amener à lire l’étiquetage ‘Québec’ du 7 (de clôture) par Antidote et son inclusion dans la BDLP exclusivement pour la Calédonie, ce marqueur relève bien, selon les données consignées ici, du français général. Il se caractérise toutefois par une restriction diamésique (surtout oral) et un marquage fréquentiel : il est courant surtout outre-mer. Certains de ses emplois affichent de plus en Europe une restriction diaphasique. C’est aussi en dehors de l’Europe que le français a développé de nouveaux emplois. L’approche comparative panfrancophone met donc avant tout en lumière des constantes à travers l’espace francophone, à côté de différences principalement fréquentielles entre l’Europe et l’outre-mer. Pourtant, la francophonie connaît des aires éloignées et très variées, que ce soit du point de vue géographique, politico-historique et linguistique, et donc ‘écologique’ (au sens de Haugen 1972, 325), c’est-à-dire selon les milieux d’emploi naturels de la langue. Cet environnement est décisif pour ses usages en termes de fonction et de fréquence relative du français face à des langues coexistantes, d’attitudes des locuteurs et d’interactions concrètes dans le discours. La répartition d’usages relevée ici résulte d’un faisceau de facteurs dont deux sembleraient avoir eu un poids particulier au moment de la diffusion outre-mer du français dans les espaces étudiés : l’oralité - comme pour LA/LÀ en créole (tel qu’en Guyane, cf. Wiesinger 2017, 346sqq.) - ainsi qu’une pression normative moindre qu’en Europe.12

32Le français n’est pas la seule langue qui connaît un marqueur discursif courant à l’oral comme LÀ. On observe la présence de /la/ pour des fonctions proches en bambara-dioula (Côte d’Ivoire), dans une situation de contact (Ploog 2006). Il en est de même d’autres langues standard d’origine européenne sans contact direct avec le français, comme dans l’ancien Empire britannique. En effet, lah constitue en anglais à Singapour l’une des sentence-final particles fréquentes, et est souvent rattachée au le aspectuel du malais, langue de contact (Besemeres/Wierzbicka 2003). Seule une analyse à la fois comparative et syntaxico-prosodique permettrait d’élucider l’impact d’éventuels transferts de la structure orale des langues considérées, mais aussi de l’importance de la situation écologique d’un point de vue historique et contemporain (oralité marquée, pression normative moindre).

33En ce qui concerne la lexicographie française, le marquage variationnel (‘courant’, ‘familier’, ‘Québec’...), souvent laissé à l’intuition du lexicographe, a été critiqué pour de nombreuses raisons, linguistiques (problème de délimitation) et sociétales (risque d’une lecture stigmatisante de la variation par les utilisateurs) (Wissner 2012a, 5-7 pour RLF). Pourtant, ce marquage reste à l’heure actuelle incontournable pour rendre compte des usages si l’on souhaite dépasser une approche monovariétale, encore souvent centrée sur un français ‘de France’. Une description de type variétal, séparée pour les différents français, serait techniquement possible avec une source comme RLF par le biais d’une superposition de leurs systèmes respectifs, grâce à un logiciel arborisé. Un tel projet soulève toutefois le débat autour de la primauté des axes variationnels : est-il plus pertinent de distinguer des ensembles diatopiques plutôt que l’oral et l’écrit par exemple ? S’y ajoute la question épineuse de la pertinence du concept de ‘variété’, qui renvoie au problème des frontières réelles entre ces ensembles, notamment dans l’espace : les limites politiques et linguistiques coïncident rarement, et l’existence effective d’ensembles ‘cohérents’ géographiquement délimités reste à démontrer.

34À court terme, il reste souhaitable d’augmenter la visibilité de l’extension exacte d’unités polysémiques comme LÀ pour rendre compte des usages effectifs dans la francophonie en ce début du XXIe siècle. Déjà Poirier a soumis comme desideratum l’association des données de la BDLP à un dictionnaire général comme le TLF par liens hypertextes (2000). L’interconnexion entre les aires peut aussi être rendue plus visible par un ajustement de la microstructure de la BDLP : actuellement, l’aréologie y est abordée dans les rubriques ‘Francophonie’ et ‘Histoire’ des bases individuelles. Pour les vocables partagés par plusieurs aires comme LÀ, il s’agirait d’ajouter une entrée unique superposée pour faciliter la lecture dans une optique panfrancophone. Ce travail constituerait pour la relève un excellent exercice de formation à la lexicographie variationnelle tout en bénéficiant à l’ensemble de la communauté scientifique. Rendre visibles l’expansion des éléments de la langue et leurs spécificités variationnelles dans l’ensemble de la francophonie : voici une démarche qui contribuerait aussi à sensibiliser les utilisateurs de dictionnaires à la variation linguistique. Si ceci n’implique pas une prise de conscience de l’inhérence de la variation linguistique, il s’agirait d’un autre pas vers sa prise en compte et vers sa reconnaissance.

Haut de page

Bibliographie

Ac (61835), Dictionnaire de l’Académie française, Paris : F. Didot Frères.

Arrighi, L. (2013), « Quelques processus de grammaticalisation dans le français parlé en Acadie », in Les français d’ici et d’aujourd’hui, Québec : Les Presses de l’Université Laval, 173-193 (A).

Barberis, J.-M. (1987), « Deixis spatiale et interaction verbale : un emploi de », Cahiers de praxématique IX, 23-48 (B).

BDLP (2001-2014), Base de données lexicographiques panfrancophone, Laval (Québec) : AUF/TLFQ, http://www.bdlp.org.

Besemeres, M. / Wierzbicka, A. (2003), « Pragmatics and cognition: The meaning of the particle lah in Singapore English », Pragmatics and Cognition 11/1, 3-38.

Brasseur, P. (2001), Dictionnaire des régionalismes du français de Terre-Neuve, Tübingen : Niemeyer.

Chamoiseau, P. (1986), Chronique des sept misères, Paris : Gallimard.

Chaudenson, R. (1985), « Norme, variation, créolisation », Association Internationale de Linguistique Appliquée 2, 69-86.

Chaudenson, R. (1974), Le Lexique du parler créole de la Réunion, Paris : Champion.

CFPQ : Corpus de français parlé au Québec constitué d’enregistrements audiovisuels de plus de 45 heures réalisés de 2006 à 2015 sous la responsabilité de G. Dostie, Sherbrooke (Québec), http://recherche.flsh.usherbrooke.ca/cfpq/.

Coseriu, E. (1981), « Los conceptos de “dialecto”, “nivel” y “estilo de lengua” y el sentido propio de la dialectolog^a » [1958], Lingüistica espanola actual 3/1, 1-32.

DLF : Valdman, A. et al. (2010), Dictionary of Louisiana French, Jackson : University Press of Mississippi.

Dostie, G. (à par.), « Les marqueurs discursifs rédupliqués : deux cas de figure. Ok ok ok. l] », in Des organisations dynamiques de la langue orale, Bern : Lang (D à par.).

Dostie, G. (2007), « La réduplication pragmatique des marqueurs discursifs. De à là là », Langue française 154/2, 45-60 (D 2007).

Dostie, G. (2004), Pragmaticalisation et marqueurs discursifs, Bruxelles : De Boeck Supérieur.

Fernandez[-Vest], M. M. Jocelyne (1994), Les Particules énonciatives dans la construction du discours, Paris : PUF.

FEW : Wartburg, W. von (1928-2003), Franzosisches etymologisches Worterbuch, Bonn et al : Klopp et al.

GPFC (1930), Glossaire du parler français au Canada, Québec : L’Action Sociale.

Haugen, E. (1972), The Ecology of Language. Essays, Stanford : Stanford University Press.

IFA (21988), Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire, Vanves : EDICEF.

Koch, P. / Oesterreicher, W. (2001), « Langage parlé et langage écrit », in Lexikon der Romanistischen Linguistik I/2, Tübingen : Niemeyer, 584-627.

Ludwig, R. / Pfander, S. (2003), « La particule là / la en français oral et en créole caribéen : grammaticalisation et contact de langues », in Grammaticalisation et réanalyse, Paris : CNRS Éditions, 269-284 (LP).

Ludwig, R. et al. (22002), Dictionnaire créole français, s.l., Maisonneuve et Larose et al.

Mel’cuk, I. et al. (1995), Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire, Louvain la Neuve : Duculot/Aupelf.

Neumann-Holzschuh, Ingrid (2016), « Le français louisianais et la syntaxe de l’oral », in L’Amérique francophone - Carrefour culturel et linguistique, Francfort-surMain : P. Lang, 235-264.

Ploog, K. (2006), « Du continuum pragmatico-sémantique aux types prosodiques de en (français) abidjanais », Le français en Afrique 21, 303-324.

Poirier, Cl. (2005), « La dynamique du français à travers l’espace francophone à la lumière de la base de données lexicographiques panfrancophone », RLiR 69, 483-516.

Rézeau, P. (2008), « Le français de Nouvelle-Calédonie dans les romans policiers d’A.D.G. », in Richesses du français et géographie linguistique, Bruxelles : De Boeck-Duculot, 453-586.

RLF : Réseau Lexical du Français, Ressource dictionnairique en préparation dans le cadre du projet RELIEF, dir. A. Polguère, Nancy : ATILF-CNRS.

Rob : Rey, A. (2016), Le Grand Robert de la langue française, dictionnaire en ligne, [Paris] : Dictionnaires Le Robert.

Robillard, D. (2000), « Plurifonctionnalité de(s) la en créole mauricien : Catégorisation, transcatégorialité, frontières, processus de grammaticalisation », L’Information Grammaticale 85, 47-52.

Telchid, S. (1997), Dictionnaire du français régional des Antilles, Paris : Bonneton.

Tenchea, Maria [1999], Études contrastives : français-roumain, Timisoara (Roumanie) : Éditions Hestia Timisoara.

Thibault, A. (2016), « Diastratismes et réallocation des variantes : français d’Amérique et de Nouvelle-Calédonie », Langages 203, 71-86.

ThibFichAnt : Thibault, A., Fichier lexical du français aux Petites et Grandes Antilles à usage personnel aimablement communiqué par l’auteur, constitué d’éléments d’intérêt diatopique et diachronique issus de récits coloniaux, romans, poèmes et essais.

TLF (1971-1994), Trésor de la langue française, Paris : CNRS, Gallimard, Nancy : ATILF-CNRS, http://atilf.atilf.fr/tlf.htm.

Usito : Cajolet-Laganière, H. / Martel, P. (2014), Usito, Sherbrooke (Québec) : Delisme, www.usito.com.

Vincent, D. (1993), Les ponctuants de la langue et autres mots du discours, Québec : Nuit Blanche.

Wiesinger, E. (2017), Le syntagme nominal en créole guyanais. Une étude synchronique et diachronique du marqueur LA, Hamburg : H. Buske.

Wiesmath, R. (2003), « La particule dans le parler acadien du Nouveau-Brunswick/ Canada », in Grammaticalisation et réanalyse, Paris : CNRS Éditions, 285-302 (W).

Wissner, I. (2012a), « Le Réseau lexical du français (RLF) et la diatopicité du lexique : réflexions, bibliographie de travail », Projet RELIEF/RLF, Nancy : ATILF-CNRS, 1-87, www.atilf.fr/spip.php7article908.

Wissner, I. (2012b), « Les grands corpus du français moderne : des outils pour étudier le lexique diatopiquement marqué ? », SKY Journal of Linguistics 25, 233-272.

Haut de page

Notes

1 Europe, Amérique du Nord, Antilles, Océan Indien, Afrique, Pacifique.

2 Il n’y a pas lieu ici de réviser les regroupements dictionnairiques opérés, ni les défini­tions ou synonymes proposés ; c’est dans la catégorie des interjections surtout que les travaux spécialisés apportent des précisions.

3 Localisation introduisant des données pour Bénin, Burkino Faso, Centrafrique, Came­roun, Côte d’Ivoire, Malo, Nigeria, Sénégal, Tchad et Togo.

4 Ensemble des phénomènes linguistiques partagés par le plus grand nombre des locu­teurs dans l’espace francophone.

5 Voir aussi Fernandez-Vest (1994) et Tenchea (1999) dans une approche énonciative.

6 Faible intensité par sa position syntagmatique finale, courbe mélodique généralement descendante.

7 Ce troisième processus de grammaticalisation a été poussé jusqu’au bout en créole aux Antilles (LP, 284), y compris en Guyane (Wiesinger 2017, 92-108) ; dans l’Océan Indien, en mauricien, ce marquage existe aussi, mais il y est facultatif ; c’est l’analyse prosodique qui y confirme pour Robillard son rattachement au marqueur discursif (absence de pause) (1993, 47sq.). Le LA postposé (subst.-LA) assumant la détermination définie au singulier [Abidjan, Missouri] est surtout connu comme étant caractéristique des créoles (bug-la) ; les analyses de créolistes montrent que cet emploi semble lui aussi issu de la grammaticalisation du mar­queur discursif, plutôt que du démonstratif ce...-là (Chaudenson 1985, 77 ; 1974, 359, 969 ; Robillard 2000 ; Wiesinger 2017 pour une analyse complète en guyanais).

8 Cette même disparité des données caractérise par ailleurs aussi la lexicographie fran­çaise, qu’elle soit générale ou différentielle.

9 Les témoins ont été choisis pour leurs compétences (linguistes spécialistes de la varia­tion habitués à la réflexion par introspection), sans tentative d’un équilibre selon les critères sociolinguistiques traditionnels - qui sont critiqués même au sein de la sociolinguistique. Par rapport au nombre minimal de témoins visés (quatre par aire), quatorze pour un total visé de 28 ont fait parvenir des réponses. Ils sont signalés au cœur de l’article par leurs sigles. Je tiens ici à remercier mes ami-e-s et collègues A. Zribi-Hertz (Paris), D. Fattier (France), L. Coutière (St Étienne), CM (Paris/Lyon), DL (Grenoble), M. Francard (Belgique), Ch. Nissile (Suisse), B. Courbon (France, Québec), M. Bergeron (Québec), R. Govain (Haïti), J.-D. Bellonie (Martinique), G. Fon Sing (Maurice), G. Ledegen (Réunion), Ch. Pauleau (Calédonie). Le continent africain a dû être écarté : il y serait indispensable de faire représenter séparé­ment chacune des aires, qui se caractérisent par des situations linguistiques particulièrement variées, et sont à ce titre susceptibles d’afficher des différences notables.

10 C.-à-d. Québec, Antilles, Océan Indien, Calédonie selon Enq.

11 Le renforcement du pronom lui par est courant dans une diversité de cotextes ; dans cet exemple, le marqueur clôture en même temps la relative.

12 Ce n’est que plus tard que la pression normative s’est fortement développée au Québec notamment (surtout depuis la reprise d’échanges intenses avec la France), contri­buant à la superposition d’une norme endogène (nationale) à la norme exogène (hexagonale).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Inka Wissner, « Le marqueur LA en français actuel dans l’espace francophone : quelle description lexicographique pour quels usages ? »Revue de Sémantique et Pragmatique, 41-42 | 2017, 79-97.

Référence électronique

Inka Wissner, « Le marqueur LA en français actuel dans l’espace francophone : quelle description lexicographique pour quels usages ? »Revue de Sémantique et Pragmatique [En ligne], 41-42 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsp/463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsp.463

Haut de page

Auteur

Inka Wissner

Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de Sémantique et Pragmatique

Haut de page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo Laboratoire Ligérien de Linguistique
  • Logo Presses Universitaires d'Orléans
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search