Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42Réflexions sur les exploitations ...

Réflexions sur les exploitations différenciées de la grammaire

Christophe Benzitoun, Paul Cappeau et Gilles Corminboeuf
p. 135-153

Résumés

Notre réflexion porte sur deux aspects en particulier : (i) les questions d’ordre méthodologique qui ont trait à la constitution des données (sélection des sous-corpus, taille de ceux-ci, hiérarchie entre eux, etc.), et (ii) l’intégration dans les ouvrages de référence des rendements multiples de la grammaire.
En nous fondant sur des corpus diversifiés, nous présentons les résultats de deux analyses linguistiques, l’une sur l’unité lexicale justement et l’autre sur la construction syntaxique du type il y en a (beaucoup) qui dansent. Ces deux objets d’étude illustrent pour l’un des disparités importantes selon les corpus et pour l’autre une différence notable entre oral et écrit. En parallèle, nous comparons nos analyses sur corpus avec les traitements proposés dans des grammaires et des dictionnaires.
Notre recherche souligne qu’une description linguistique qui prend en compte l’oral non formel donne des résultats parfois assez différents de ce que l’on observe à l’écrit, et qu’il y a par conséquent lieu de faire une place de choix au français parlé non planifié dans les ouvrages de référence. Si l’étude fait ressortir la spécificité de l’oral non formel, elle ne remet toutefois pas en question l’unité du système. Les phénomènes variationnels que nous avons observés ne nous conduisent pas à formuler une hypothèse de type diglossique ou dialectale, mais plutôt à adopter une conception polylectale de la grammaire

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés:

grammaire
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une critique de l’hypothèse diglossique, voir par exemple Tyne & Gadet (2012).

1La manière d’aborder et de concevoir l’articulation entre la dimension orale et écrite de la langue intéresse les linguistes depuis de nombreuses années (voir une synthèse récente, centrée sur l’anglais, dans Carter & McCarthy 2015). Mais faut-il dissocier les deux médiums (Massot & Rowlett 2013)1 ou, au contraire, en proposer une description unifiée, en syntaxe du moins ? Selon Gadet & Mazière (1986 : 57), « traiter différemment oral et écrit, c’est courir le risque de dissocier l’unité de la langue : il n’est évidemment pas question de dire que l’un et l’autre ne relèvent pas du même système ». La conception de l’unicité de la langue est partagée par de nombreux linguistes spécialistes du français parlé, Blanche-Benveniste en tête, comme en attestent son dernier ouvrage (Blanche-Benveniste 2010) ou le titre de l’un de ses articles : « L’importance du ‘français parlé’ pour l’étude du ‘français tout court’ » (1983). Pour départager ces deux conceptions, se pose de façon sensible la question des notions et des données devant être utilisées dans le cadre d’une étude descriptive, comme nous le verrons dans la suite de ce travail.

2En ce qui concerne les notions, on peut mentionner classiquement celles de « phrase », de « coordination » ou de « subordination » qui ont été forgées pour analyser l’écrit et qui, lorsqu’elles doivent s’appliquer à l’oral, soit semblent inadaptées, soit en renvoient une image de production déficiente ou mal structurée (Corminboeuf, 2007). En ce qui concerne les données, la prise en compte de productions langagières non planifiées peut entraîner des raccourcis ou des erreurs d’analyse dommageables. Ainsi, une analyse un peu trop rapide de la faible fréquence de pronoms relatifs tels que dont, auquel, lequel dans les conversations pourrait être attribuée à un déficit de performance. Or, l’appui sur des données diversifiées et sur des notions moins classiques ou revisitées permet de défendre la vision d’une grammaire dans laquelle il existe des rendements multiples. Une telle approche permet de surmonter les deux écueils potentiels signalés ci-dessus. Les locuteurs exploiteraient de façon différenciée certaines formes ou certaines constructions selon les types de productions ou les situations de parole (Bilger & Cappeau 2004) et parfois même à l’intérieur d’une séquence, ce qui rejoint les préoccupations de Biber & Conrad (2009) à propos d’une analyse sensible aux genres.

3Si l’on adopte ce point de vue, il nous semble primordial de réfléchir d’une part aux modalités de l’intégration de rendements multiples dans les modèles linguistiques et dans les ouvrages de référence et d’autre part à la question des données : sur quelle base constituer des sous-corpus pour faciliter l’observation d’usages différenciés ? Est-il possible d’instaurer une hiérarchie entre les sous- corpus en postulant, par exemple, que les données les plus spontanées sont les plus centrales du fait qu’elles livrent des attestations de la grammaire la mieux partagée ? Autant de préoccupations qui sont au centre de la réflexion que nous souhaitons mener.

4Notre contribution, appuyée sur la description de deux phénomènes lexico-syntaxiques observables dans des corpus, se veut aussi méthodologique. Ci-dessous, nous exposerons les résultats de deux analyses basées sur le français contemporain : l’une portant sur l’unité lexicale justement et l’autre sur la construction syntaxique du type il y en a (beaucoup) qui dansent. Ces deux objets d’étude ont été choisis parce qu’ils illustrent pour l’un des disparités importantes selon les corpus et pour l’autre la fracture entre oral et écrit dans l’expression de quantités indéfinies. Ces analyses sont proposées en guise d’illustration et, en conséquence, ne seront pas complètement détaillées, le cœur de notre propos étant une réflexion plus générale sur la grammaire du français.

5En parallèle, nous comparerons nos analyses sur corpus avec les traitements proposés dans des grammaires et des dictionnaires. Nous conclurons avec des réflexions méthodologiques portant sur le statut des données, la manière d’articuler les résultats issus de corpus diversifiés (en lien avec l’idée de rendements multiples) et l’intégration de ces résultats et des usages attestés dans des ouvrages pédagogiques, des dictionnaires et des grammaires.

Les données utilisées

6Pour chaque médium (écrit et oral), nous avons retenu deux ensembles distincts, qui demanderaient à être ultérieurement augmentés. Nous nous appuyons sur quatre sous-corpus de même taille (200.000 mots chacun).

    • 2 La fin de Le bossu, de P. Féval (1857) et de Germinal de Zola (1885), le début de Madame Bovary de (...)

    Un corpus de littérature du XIXe siècle2 (E-Litt19). Il semble en effet nécessaire de disposer d’un corpus de langue qui reflète le français décrit dans la plupart des ouvrages de référence.

    • 3 Le Corpus Evolutif de Référence du Français (CERF) a été constitué par Jean Véronis.

    Un corpus de presse écrite contemporaine (Libération 2000-2001, ainsi que Le Monde et le Nouvel Observateur, sous-ensembles repris au CERF3) qui donne accès à une langue publiée contemporaine (E-Presse).

    • 4 On renvoie à Recherches sur le français parlé n°18 (2004) pour une présentation détaillée du Corpus (...)

    Un corpus de parole privée (extrait du CRFP)4 pour disposer de productions non planifiées (O-PRI).

    • 5 Il se compose d’extraits du CRFP, d’interventions lors de la commission parlementaire Outreau, d’in (...)

    Un corpus de parole publique5 afin d’observer des prises de parole plus contrôlées (O-PUB).

7On dispose ainsi de données diversifiées, relevant aussi bien de l’immédiateté que de la distance communicative (Koch & Oesterreicher 2001), aptes à répondre à l’objectif de mettre en lumière les phénomènes variationnels observables en corpus. Quand cela s’avérera nécessaire, nous proposerons des extensions à d’autres types de données ou à des corpus de taille plus conséquente.

8Nous présentons dans la partie suivante notre première étude lexico-syntaxique, à savoir celle sur la forme justement.

La forme justement

Aperçu de ses différents emplois

9Serça (1996) distingue trois emplois de l’unité lexicale justement.

  1. Un emploi que Bruxelles & al. (1982) appellent « descriptif », du type « j’ai été justement puni » (= de manière juste ; ex. cité par Bruxelles & al.). Le marqueur justement est intégré, préférentiellement en position post-verbale.

10L’occurrence de justement dans (1) - l’adverbe est modifié par l’intensifieur très6 - est de ce type :

(1)

vous avez très justement remarqué que il y avait des moyens limités mais en même temps ils cherchaient un peu à être à la pointe (O-PRI)

  1. Un emploi dit « pragmatique[1] » sur lequel porte l’étude de Bruxelles & al. (1982). Il s’agit d’un emploi d’inverseur argumentatif. Justement apparait préférentiellement en tête de réplique, dans un contexte de dialogue. Il reprend un argument pour l’orienter en sens inverse :

(2)

Le pari est risqué : si le contenu séduit, rares sont ceux qui croient au contenant. La petite bouteille ronde, difficile à stocker, s’adapte en effet aussi mal aux dimensions des réfrigérateurs qu’aux linéaires des magasins. Mais Jean- Claude Beton n’en démord pas : sa force, c’est justement l’élégance et l’originalité de ce flacon. (E-Presse)

11Bruxelles & al. citent entre autres cet exemple :

(2’)

L1 : Je n’épouserai pas ce type, je ne veux pas finir mes jours en rase campagne.

L2 : Pourtant, tu devrais aimer la campagne, tu y es née.

L1 : Justement.

12Le second tour de parole de L1 se comprend au sens de <je suis bien placé pour savoir que je ne veux plus jamais y remettre les pieds>. En emploi absolu, justement est a priori toujours inverseur argumentatif. Pour Serça (1996 : 29), cet emploi de justement est accentué : elle parle d’un « pic mélodique » sur la première et la dernière syllabe, et d’une pause forte avant ou après le marqueur suivant sa position dans l’énoncé.

  1. Un autre emploi « pragmatique[2] » où justement joue le rôle d’un marqueur de « coïncidence ». Il semble que cet emploi apparaisse dans toutes les positions et soit le plus commun :

(3)

et euh et il y avait une tradition au collège + le jour de made Mardi gras c’était de de venir avec des bombes de mousse à raser et et de recouvrir tous les petits merdeux qui nous emmerdaient + justement + avec la mousse à raser + et donc justement j’avais une bombe de mousse à raser dans entre les mains et à ce moment-là il y a Vincent qui se pointe devant moi {rire} malheur pour lui (O-PRI)

13Dans (3), justement fonctionne comme un « marqueur discursif » (un « mot du discours ») - tout comme quand il est inverseur argumentatif. Pour Serça, justement de coïncidence n’est que possiblement accentué ou suivi d’une pause.

14Dans certaines occurrences en français parlé, nous avons observé que justement a clairement une intonation parenthétique.

15Notons que la coïncidence en question est parfois une coïncidence à reconstruire. Le locuteur fait mine de s’aligner sur le discours d’autrui, sur son propre avant-discours, ou sur un élément de la situation de parole. On peut penser qu’il s’agit pour lui d’une façon d’adopter une posture de locuteur cohérent, respectant la maxime de Relation (Grice 1979).

16Du côté du Bon usage (Grevisse & Goosse, 2008) le fonctionnement de justement n’est pas mentionné. Quant au TLFi, il cible l’origine de l’adverbe, entre « justice » et « justesse » et recense deux types d’emplois : descriptif et pragmatique[2]. Les deux tiers de l’entrée justement sont consacrés à l’emploi descriptif et un tiers à - nous citons - la « marque de coïncidence ». Il est également souligné que cet emploi peut apparaitre « en début de phrase ». Dans le TLFi, il n’y a cependant pas d’indication de fréquence ; on verra infra que l’emploi descriptif est rare, alors que l’emploi de coïncidence est très commun. L’emploi d’inverseur argumentatif n’est en revanche pas mentionné. Wilmet (2003) évoque l’adverbe, mais focalise son propos exclusivement sur l’emploi de coïncidence. Justement serait un circonstant qui joue sur la formulation de l’énoncé, i.e. un « pertinentiseur », comme à propos ou puisque. Nous n’avons pas trouvé de passage sur justement dans Riegel & al. (2009) et les deux exemples cités par Guimier (1996) sont en emploi intra-prédicatif (« descriptif »).

Répartition des trois emplois

17Parmi les adverbes en -ment, Bilger & Cappeau (2004) ont observé que justement est particulièrement bien attesté dans l’oral non planifié. D’après leurs comptages, justement serait le deuxième adverbe le mieux représenté après vraiment. Selon les auteurs, dans l’écrit normé, justement n’apparait au contraire pas parmi les dix adverbes en -ment les plus courants. Nos sous-corpus confirment que la forme justement est beaucoup mieux attestée dans les corpus oraux que dans les corpus d’écrit planifié.

18Quant à la répartition des trois emplois du marqueur, on peut faire les observations suivantes :

  • L’emploi descriptif est très marginal.

  • L’emploi d’inverseur argumentatif est également marginal, mais quand même proportionnellement bien attesté dans le sous-corpus de presse écrite (4 exemples sur 18). La part réduite des dialogues dans nos corpus écrits pourrait avoir une incidence, mais les corpus oraux de parole privée ne modifient pas la tendance constatée.

  • L’emploi de marqueur de coïncidence est largement majoritaire dans tous les sous-corpus (entre 77% et 99% des exemples).

19Voici le détail des occurrences de justement dans les quatre sous-corpus :

Tableau 1. Répartition des emplois de justement dans nos données

Nombre

d’occurrences

pour 200.000 mots

Emploi

descriptif (1)

Emploi

d’inverseur

argumentatif (2)

Emploi de

coïncidence (3)

E-Litt19

15

1

0

14

E-Presse

18

0

4

14

O-Privé

86

1

0

85

O-Public

69

0

3

66

Elargissement des données

20Pour les corpus écrits, les tranches de 200.000 mots apparaissent trop restreintes, mais la rareté de l’emploi de justement est tout de même instructive et conforme aux observations faites par Bilger & Cappeau (2004). Nous avons néanmoins procédé à une vérification sur des données différentes de celles utilisées ci-dessus :

    • 6 Dans les ouvrages collectifs suivants : Avanzi M., Conti V., Corminboeuf G., Gachet F. Johnsen L. A (...)

    Dans du discours scientifique (en l’occurrence des écrits de linguistique6), on trouve la même proportion d’occurrences que dans les autres écrits (moins de 20 occurrences par tranche de 200.000 mots).

    • 7 En août 2015, le corpus OFROM (www11.unine.ch) comptait 615.621 mots et fournissait 428 occurrences (...)

    Pour la parole privée, une investigation dans le corpus de français parlé de Suisse romande OFROM7 montre qu’il y a une moyenne de 139 occurrences par tranche de 200.000 mots. Cela confirme que justement est beaucoup plus utilisé dans l’oral non planifié que dans les autres genres discursifs.

  • La seule observation originale qui résulte de l’élargissement du corpus est que l’emploi descriptif semble moins marginal dans un corpus politique, en l’occurrence les débats sur le Mariage pour tous à l’Assemblée nationale en France (MPT). Dans ce corpus d’environ un million de mots, 19% des occurrences (21 sur 111) sont à l’image de (4) et (5) :

(4)

Comme l’a très justement dit notre collègue Noël Mamère, il faut que nous sortions de l’hypocrisie. (MPT)

(5)

Nous avons commencé à travailler sur le problème que vous avez fort justement soulevé. (MPT)

  • 8 Il s’agit des fichiers mis en forme par Nicolas Legrand à partir des pages se trouvant à l’adresse (...)
  • 9 La charge argumentative de justement dans (4)-(5) n’est pas la même que dans (3), par exemple. Ains (...)

21Ces emplois formulaires avec des verbes de parole constituent peut-être un usage propre au langage des politiques. Ce résultat doit cependant être appréhendé avec précaution : la transcription « officielle » à laquelle nous avons eu accès n’était pas destinée à l’investigation linguistique8. Il est possible par exemple qu’un certain nombre d’occurrences de l’emploi de coïncidence n’aient pas été retranscrites9.

Synthèse et prolongements

  • 10 Une explication pourrait être que l’emploi de marqueur de coïncidence a « basculé » depuis longtemp (...)

22Les genres à forte distance communicative sont moins pourvoyeurs de la forme justement. Les enseignements tirés de l’usage conduisent à mettre en avant l’opposition de médium au niveau de la fréquence d’emploi. Mais les différences de comportement observables d’un genre de discours à l’autre demeurent relativement secondaires10 (proportion d’emplois descriptifs, position de justement dans l’énoncé). On peut en conclure que le fonctionnement de l’adverbe justement est relativement peu touché par les variations de genre, excepté dans les débats parlementaires.

Tableau 2. Fréquences comparées des emplois de justement dans les quatre sous-corpus explorés.

Écrit

Oral

Utilisation réduite à l’écrit (17,5%)

Nombreuses occurrences de la forme à l’oral (82,5%)

E-Litt-19

E-Presse

O-Privée

O-Public

Valeur

descriptive

Très rare dans tous les cas (1,1%)

Inverseur

Quelques cas (2,1%)

Quelques cas (1,6%)

Coïncidence

Emploi très largement majoritaire dans tous les corpus (95,2%)

23Deux pistes pourraient être investiguées afin de mieux cibler la spécificité de l’emploi de justement dans l’oral non planifié. D’une part, il serait instructif d’étudier la position de l’adverbe dans la chaine parlée (position frontale, intégrée ou postposée), mais sur un corpus de plus grande taille. Il nous semble en effet que la position extraposée finale est attestée essentiellement dans la parole privée (même si cette position reste peu représentée) :

  • 11 L’écoute des extraits (6)-(7) ne laisse aucun doute quant au fait que justement clôt une unité disc (...)

(6)

j’ai fait quelque chose sur Wissenbourg + avec Jean justement Jean-Louis Warenc que vous allez voir après (O-PRI)

(7)

et les gens que vous rencontriez + vous parliez de quoi avec eux + si est-ce qu’ils vous parlaient de leur vie justement euh ou est-ce que vous aviez (O-PRI)11

24D’autre part, il serait bienvenu de cerner plus précisément ce que les auteurs entendent par « valeur de coïncidence » (Ruytenbeek 2013). En effet, certains locuteurs utilisent justement comme un marqueur discursif, parfois avec une intonation parenthétique. Dans d’autres cas, justement corrobore une argumentation. Enfin, il semble parfois endosser une valeur situationnelle, réalisant une sorte d’ancrage déictique. Une typologie fine de ce que recouvre précisément la valeur de coïncidence permettrait sans doute de mieux souligner sa singularité dans l’oral non planifié.

25Les principaux résultats concernant justement étant désormais présentés, nous passons à notre seconde illustration.

La construction il y en a... Qui

26L’étude d’exemples comme (8)-(9) conduit à soulever deux problèmes : d’une part, préciser la place accordée à la structure il y a... qui dans les grammaires du français ; d’autre part, réfléchir à la place que l’on pourrait accorder à il y en a. qui (en tenant compte à la fois des tournures voisines et des usages observés dans les corpus).

(8)

bon aujourd’hui il y a beaucoup de gens qui se marient pour des des des raisons différentes (O-PRI)

(9)

On parle aussi du clergé, pour l’affaire de la constitution. Il y en a qui prétendent que le tzar est mêlé à tout cela (E-LITT)

Il y a... qui dans les grammaires

27On s’intéressera à deux aspects : le repérage de cette structure et la pertinence des exemples choisis.

Repérage

28La structure discontinue il y a. qui est parfois difficile à repérer dans les ouvrages de grammaire :

  • Riegel & al. (2009) y voient un présentatif (présent dans l’index) ;

  • Wilmet (2007) la signale dans un paragraphe sur la focalisation ;

  • Aslanides (2001), dans un chapitre intitulé « la mise en relief par un présentatif », traite de c’est... qui/que mais n’apporte aucun commentaire sur il y a... qui/que ;

  • enfin Grevisse & Goosse (2008) dans le chapitre X « la mise en relief » consacrent un peu plus d’une demi-page à il y a... qui ou que dans laquelle ils signalent d’abord l’emploi avec restriction il n’y a que... qui /que puis illustrent la construction à travers deux exemples.

29Dans cette partie, on se demandera si les analyses et exemples proposés par les grammaires préparent pleinement à observer et comprendre les occurrences présentes dans les corpus et, si la réponse est négative, à suggérer la forme qu’une présentation appuyée notamment sur des données orales pourrait prendre.

Représentativité des exemples proposés

30Les pages consacrées au présentatif il y a dans Riegel & al. portent principalement sur la structure il y a + SN (il y a quelqu’un / un homme). Il faut attendre la dernière phrase pour trouver une allusion au prolongement par ce qui est désigné comme une relative : « L’énoncé peut également être complété par une relative, ce qui aboutit à une structure de type emphatique : Il y a le facteur qui veut vous parler ». On peut imaginer que l’appellation « présentatif » vise à signaler, dans ce cas, une proximité avec des structures telles que Voici le facteur, qui veut vous parler ou Tiens, le facteur veut vous parler. Du côté de Grevisse & Goosse (2008) les deux seuls exemples cités dans le sous-paragraphe concerné sont : Tout à coup, il y a ma sœur qui se lève. Il y a votre lacet qui est dénoué. Pour apprécier la représentativité des exemples proposés, on a recherché (Tableau 3) la structure il y a... qui avec trois types de déterminants singuliers : article défini (comme dans Riegel & al.), déterminant possessif (comme dans Grevisse & Goosse), article indéfini (pour disposer d’une autre configuration).

Tableau 3. La structure il y a... qui dans les corpus

Écrit

Oral

E-Litt19

E-Presse

O-Privé

O-Public

il y a le/la N qui

0

1

2

0

il y a mon/ma/son/sa N qui

0

0

0

0

il y a un/une N qui

1

0

20

18

31Les résultats sont assez étonnants. Deux questions peuvent être formulées à partir de ce tableau : la très faible présence de la structure il y a... qui à l’écrit (du moins dans nos corpus) est-elle corrélée à la place minimale qu’elle y occupe dans les grammaires ? Sur quelles bases ont été retenus les exemples proposés ? Ils apparaissent en effet comme très atypiques et donc peu représentatifs. Ce premier constat conduit à s’interroger sur la présentation de cette tournure.

Différentes options de présentation

32Sous l’entrée II y a... qui ou que, Grevisse & Goosse (2008) choisissent de présenter deux cas différents : la construction avec la restriction ne... que et la construction sans la restriction. Riegel & al. s’en tiennent à la seconde. Cette différence de traitement soulève la question de la ou des structure(s) à retenir pour décrire / illustrer un phénomène. Plusieurs solutions sont envisageables parmi lesquelles :

  • Proposer un ordonnancement fondé sur des régularités grammaticales. Cette approche peut conduire à une vision parfois trop dépouillée ou épurée. Ainsi quand Wilmet (2007) ne cite que le schéma il y a... qui sans véritablement l’accompagner d’un commentaire explicatif, on peut imaginer que le lecteur est apte à envisager, par lui-même, différents groupes nominaux possibles, en faisant varier les types de déterminants. Il n’y aurait donc rien de particulièrement significatif à commenter. Mais n’est-on pas ici dans une présentation a minima, sans commentaire et sans exemple ?

  • Présenter plusieurs “variantes” d’une construction. Se pose alors la question des raisons qui président à ces choix. Ainsi convient-il de signaler la restriction qui s’ajoute au présentatif il y a... qui dans Grevisse et Goosse (2008) ? Dans ce contexte, la restriction est-elle différente, ce qui justifierait qu’elle bénéficie d’un sous-chapitre distinct ?

  • S’appuyer sur l’usage, afin de proposer une vision hiérarchique des phénomènes en mettant en avant les structures les plus fréquentes. Cette conception n’est envisageable qu’en recourant à des corpus (pour disposer d’indications quantitatives), diversifiés (pour ne pas décrire qu’un type de production). C’est cette dernière voie que nous allons explorer pour en mesurer l’impact.

33On constate souvent des divergences entre l’usage et la productivité grammaticale. Un exemple frappant est celui de la double complémentation clitique des verbes (Blanche-Benveniste 2010) : les grammaires scolaires font souvent travailler la suite le + lui (je le lui donne), réalisation bien plus rare que d’autres configurations telles que m(e) + en ou y + en. Ici l’usage se différencie de l’application paradigmatique de règles un peu mécaniques. Une présentation fondée sur l’usage reléguerait de fait le + lui à la fin du classement.

34Quelles tendances les corpus retenus permettent-ils d’observer sur les réalisations de la construction il y a... qui ? Le tableau 4 fournit les indications suivantes :

Tableau 4. Différentes réalisations de la structure il y a... qui dans les corpus

Écrit

Oral

E-Litt19

E-Presse

O-Privé

O-Public

il y a dét + N qui

1

1

22

18

il (n’) y a que... qui

1

2

2

2

il y en a... qui

3

0

57

27

  • 12 Jeanjean (1979) montre que la réalité est un peu plus complexe...

35Ce tableau attire l’attention sur la suite il y en a... qui, pour ainsi dire absente de nos corpus écrits, et dont on n’a pas trouvé mention dans les grammaires. Même en considérant qu’il ne s’agit que d’une variante dont l’organisation grammaticale est pleinement prédictible à partir de la cliticisation de certains groupes nominaux par en12, le décalage entre les usages quantitativement importants et les exemples très rares que les grammaires ont privilégiés interpelle. Il ne serait pourtant pas inintéressant de fournir quelques informations sur la suite il y en a. qui.

Ce qu'il serait utile de signaler sur il yen a... qui

  • 13 La construction ne figure pas non plus dans l’entrée avoir du dictionnaire des verbes de Florea & F (...)
  • 14 Une autre piste de réflexion pourrait être liée à ce que les ouvrages de référence privilégient : l (...)

36On peut se demander si l’absence de il y en a... qui dans les grammaires13correspond à une prise de position des auteurs (il n’y a pas lieu de réserver un traitement spécifique à cette tournure qui est totalement prédictible à partir de la syntaxe de il y a ... qui et de celle des syntagmes - tels plusieurs livres, un examen, etc. - pronominalisables sous la forme en) ou à une ignorance / mise à l’écart de cette tournure qui, très peu présente dans la langue écrite, n’a pas été remarquée ou retenue14. D’autres travaux plus centrés sur il y (en) a... qui ont pris des options plus nettes. Jeanjean (1979) ne semble pas identifier une réelle différence même si sa désignation (selon les moments soit il y en a. qui soit il y a... qui) peut poser question. Léard (1992) travaille sur les présentatifs (« gallicismes » dans sa terminologie) dont la forme il y a. Certaines des subdivisions qu’il propose dans sa description recoupent partiellement celles qui sont pertinentes dans l’étude de il y en a... qui (un traitement distinct des indéfinis certains, quelques, plusieurs et de un). Pour Cappeau & Deulofeu (2002) les deux constructions doivent être distinguées : « on admettra que il y en a stabilise l’emploi de certains dans il y en a certains qui le disent même si on peut décomposer la stabilisation en deux : en stabilise certains et il y a stabilise en. Cette approche nous permet en outre de supposer que la forme stabilisée n’a pas exactement la même valeur que la forme sans stabilisateur ». On s’inscrira dans le prolongement de cette dernière hypothèse.

37Mais en fait, dans le présent travail, la question essentielle n’est pas là. Il faut plutôt se demander s’il est envisageable de passer sous silence il y en a... qui, lorsque l’on consacre quelques lignes ou un paragraphe à il y a... qui. Cela nous semblerait aussi incongru que d’étudier j’ai SN qui (10) (Conti 2017) et d’ignorer des exemples avec déterminant possessif et nom de parenté tels que (11) qui occupent une part importante notamment dans des usages non formels :

(10)

j’ai trois municipalités qui qui vont marcher avec moi (O-PRI)

(11)

oui j’ai ma mère qui s’en occupe (O-PRI)

38À propos de il y en a... qui, nous voudrions insister sur deux points : des faits intéressants liés à cette structure et la vision que l’étude sur corpus permet de dégager.

a) Quelques aspects originaux de il y en a... qui

  • 15 Cette observation rejoint celle des constructions phrastiques préférentielles (Lambrecht 2008).

39Bien souvent la construction avec présentatif (il y a X qui + V) semble pouvoir être mise en relation avec la construction directe (X + V). Cela paraît vrai pour il y a... qui (11)-(12) tout autant que pour il y en a... qui (13)-(14). Toutefois des différences existent et soulignent que il y en a... qui nécessite un examen plus détaillé. D’une part, on peut remarquer que certains énoncés deviennent peu naturels dès lors qu’on recourt à la construction directe (15) vs et qu’ils ne sont d’ailleurs quasiment pas attestés à l’oral15. D’autre part, quand aucun élément n’est saisi dans le présentatif (17), il n’est plus possible de proposer la construction directe (18) qui supposerait un sujet vide.

(11)

il y a un cimetière qui a été construit il y a eu trente ou quarante ans (O-PRI)

(12)

un cimetière a été construit il y a eu trente ans

(13)

il y en a beaucoup qui sont venus me voir au sud de l’Espagne (O-PRI)

(14)

beaucoup sont venus me voir

(15)

il y en a énormément qui sont séquencés aux Etats-Unis (O-PUB)

(16)

?? énormément sont séquencés aux Etats-Unis

(17)

chaque plante ne s’entretient pas pareil + il y en a qui demandent moins d’eau il y en a qui demandent plus (O-PRI)

(18)

* chaque plante ne s’entretient pas pareil + demandent moins d’eau demandent plus d’eau

40Or cette réalisation avec le zéro (0) est aussi la plus répandue dans nos données orales (Tableau 5).

Tableau 5. Poids respectifs de il y en a 0 qui et il y en a X qui dans les corpus

Écrit

Oral

E-Litt19

E-Presse

O-Privé

O-Public

il y en a 0 qui

2

0

30

14

il y en a X qui

1

0

27

13

41En outre, il existe une réalisation courte de il y en a... qui (19), vraisemblablement impossible avec il y a... qui (20) que l’on trouve soit comme énoncé autonome, soit comme amorce de construction ou topic (21) :

(19)

ouais bien sûr il y en a (O-PRI)

(20)

?? ouais bien sûr il y a

(21)

alors il y en a ils voulaient pas être séparés (Oral)

b) Description de il y en a... qui à partir des corpus

42Il est utile de regarder de plus près la réalisation de il y en a... qui dans des données attestées puisque, comme on l’a signalé, les grammaires n’en font pas état. Nous procéderons d’abord à un examen de notre corpus réduit, puis à une extension des données afin de vérifier si des faits importants n’ont pas été omis.

A partir du corpus initial

43Dans le tableau 6 sont recensés les éléments qui trouvent place dans la structure il y en a... qui. Même si les corpus sont d’une taille très modeste, la distribution qu’ils permettent d’établir fournit de précieuses indications sur les formes qui peuvent être couplées avec le clitique en :

Tableau 6. Distribution des éléments dans la structure il y en a... qui

Écrit

Oral

E-Litt19

E-Presse

O-Privé

O-Public

Numéral

cinq

cinq ou six huit

que deux vingt-neuf

un(e), pas un(e)

Indéfini

beaucoup

d’autres

énormément

beaucoup

certains

la moitié, plus de la moitié

peu, très peu

plein

quelques-uns

Aucun élément

+

-

+

+

44L’exploitation de la structure est nettement plus riche à l’oral. A l’écrit, seul le numéral a été observé (22), alors que l’oral élargit du côté de quantifieurs indéfinis (23). Cela conduit à s’interroger sur la forme un(e) qui peut se rattacher soit aux numéraux, soit aux indéfinis, piste moins visible à l’écrit. Ainsi, les données éclairent différemment la structure observée.

(22)

Sur dix femmes galantes, il y en a cinq pour le moins qui ont cette manière de se divertir. (E-Litt)

(23)

on a tous pris des appartements même si il y en a plein qui sont implantés à Paris (O-PRI)

En élargissant les données

45Il serait naïf d’imaginer qu’un corpus de 200.000 mots recèle la totalité des contextes pertinents. Nous avons donc élargi nos données en nous limitant à la différence de médium : pour l’écrit, nous avons utilisé Frantext (102 textes après 2005) pour un total de 8 664 941 mots et pour l’oral des corpus diversifiés (pour un total de 1 million de mots). Le tableau 7 recense les formes absentes de nos relevés initiaux :

Tableau 7. Nouveaux éléments recensés dans la structure il y en a... qui

Écrit

Oral

Indéfinis

d’autres

quelques-uns

aucun, aucune de nous

tant

tellement

autant pas mal plus

Quantifieurs

des tétrachiées

46Deux constats divergents peuvent être dressés :

  • le nombre de formes nouvelles reste réduit au vu de la forte augmentation des données. Nos sous-corpus constituent donc des sources relativement fiables pour décrire la langue ;

    • 16 On peut écarter l’hypothèse d’une évolution diachronique puisque dans notre corpus de littérature d (...)
    • 17 Un autre élargissement du côté du français de Suisse romande fournit un emploi qui ne figure pas da (...)

    l’apparente singularité de l’écrit — qui n’exploitait pas du tout les indéfinis — ne résiste pas à cet élargissement des faits, puisque quelques occurrences d’indéfinis ont pu être observées16. La coupure oral / écrit existe bien quand on s’attache à la dimension quantitative des phénomènes observés mais il n’y a pas lieu ici de considérer que l’on a affaire à un fonctionnement spécifique de la langue parlée17 (ou écrite).

47En prenant appui sur les quatre corpus présentés, voici une ébauche de ce que pourrait donner, la présentation de la structure il y en a... qui (qui pourrait éventuellement constituer une sous-partie de l’analyse de il y a... qui). Il conviendrait d’intégrer une distinction des productions qui exploitent différemment les possibilités offertes par la langue et de mettre en avant certaines unités grammaticales (un, beaucoup, le zéro.) qui possèdent un poids singulier dans les réalisations attestées :

Tableau 8. Présentation de il y en a... qui (grammaire plurielle)

  • 18 On a calculé le nombre d’occurrences de il y en a... qui par rapport à tous les exemples avec il y (...)

Écrit

Oral

E-LITT19

E-Presse

O-Privé

O-Public

Emploi

Construction peu exploitée à l’écrit

Construction développée en particulier dans l’oral privé

Proportion18

28 %

0 %

45 %

46 %

Formes

fréquentes

0

un

numéral

non

significatif

0

un

indéfinis (beaucoup, certains, plein...)

0

beaucoup

Points

généraux

Outre le zéro, on rencontre très majoritairement des numéraux à l’écrit

Outre le zéro, la structure est exploitée avec une grande variété d’indéfinis

Conclusion générale

48Certaines formes ou constructions sont plus communes dans l’oral privé et présentent un fonctionnement original : c’est le cas de Il y en a (X) qui. D’autres n’ont au contraire qu’une fréquence plus élevée à l’oral (parole privée et publique), mais les différences de comportement observables demeurent relativement secondaires (proportion d’emplois « descriptifs », position dans l’énoncé) : c’est le cas de la forme justement, qui est donc moins soumise aux variations de genre. Ainsi, suivant les faits de langue étudiés, la méthode des corpus différenciés permet de mettre au jour des distributions contrastées. Si certaines formes ou constructions sont mieux représentées dans un genre discursif donné, voire - et c’est là le principal intérêt - fonctionnent de manière singulière et présentent des régularités d’un autre ordre dans le genre en question, il s’ensuit que des secteurs de la grammaire apparaissent plus homogènes que d’autres.

49Limites de l’étude. Nous sommes conscients d’au moins trois limitations de notre étude. Nous avons déjà évoqué la taille insuffisante des tranches de 200.000 mots, en particulier à l’écrit. Nous avons vu également que le sous- corpus Mariage pour tous semble fonctionner différemment du sous-corpus « parole publique », genre dont il devrait normalement relever. Par ailleurs, notre conception du « genre » se révèle trop rudimentaire (Cf. Biber & Conrad, 2009), mais les pistes tracées soulignent l’intérêt que cette notion présente dans la description grammaticale et font apparaitre en creux le manque criant de données suffisamment diversifiées dans de nombreux ouvrages de référence. Il existe enfin une variation inter-locuteurs, difficile à prendre en compte de manière méthodologiquement appropriée : par exemple, certains sujets utilisent beaucoup la forme justement, d’autres très rarement.

  • 19 Cette différence de fonctionnement entre l’écrit normé (ou destiné à la publication) et l’oral priv (...)

50Enseignements. L’étude fait ressortir la spécificité de l’oral privé, sans toutefois remettre en question l’unité du système. Notre recherche souligne qu’une description linguistique fondée sur (ou qui prend en compte) l’oral privé donne des résultats parfois assez différents de ce que l’on observe à l’écrit19. Cela témoigne du fait que l’accès au fonctionnement global du système ne peut se faire à partir du seul genre « écrit normé » ; nous l’avons illustré à propos de l’opposition entre numéraux et indéfinis dans la construction en Il y en a X qui. Ainsi, est-il pertinent de ne présenter que l’écrit (parce qu’il est censé ne pas être maitrisé) et délaisser l’oral (ou ne l’envisager qu’en tant que miroir déformant de l’écrit, comme cela est encore le cas dans la majorité des manuels scolaires) ? Un autre enseignement est que la variation diamésique observée ne conduit en aucun cas à formuler une hypothèse de type diglossique ou dialectale. Nous décririons plus avantageusement les phénomènes variationnels observés dans le cadre d’une grammaire polylectale (Berrendonner & al. 1983).

51Prolongement. Il nous parait fondamental de faire une place de choix au français parlé non planifié dans les ouvrages de référence, pour plusieurs raisons évoquées dans notre étude, et que confirment les trois citations ci-dessous. Celles-ci nous semblent constituer la conclusion idéale de notre étude:

Many language scholars and teachers believe that the spoken form of the language is a better guide to fundamental organization of the language than the written form. (Sinclair 1991)

On a supposé aussi que (...) avec l’oral on accédait aux faits majeurs de la distribution, qui était ainsi moins ‘parasitée’ par des phénomènes d’ordre stylistique (et donc plus atypiques). (Cappeau 2002)

Ainsi l’étude des corpus de langue spontanée nous amène à la fois à établir des régularités de « performance » observées dans les énoncés authentiques et à dégager des structures de « langue ». (...) Je soutiens que l’objectif, désormais réalisable, de la description linguistique doit être de construire un modèle de compétence compatible avec les régularités de performance. (Deulofeu 2013)

Haut de page

Bibliographie

Aslanides, S. (2001), Grammaire du français. Du mot au texte, Paris : Champion.

Benzitoun, C. (2014), « La place de l’adjectif épithète en français : ce que nous apprennent les corpus oraux », 4e Congrès mondial de linguistique française, Neveu & al. (éds), 2333-2348.

Berrendonner, A. Le Guern, M. & Puech, G. (1983), Principes de grammaire polylectale, Lyon : PUL.

Biber, D. & Conrad, S. (2009), Register, Gender and Style, Cambridge : CUP.

Bilger, M. & Cappeau, P (2004), « Ce que les corpus nous apprennent sur la langue », C. Vargas (éd), Langue et étude de la langue. Approches linguistiques et didactiques, Aix-en-Provence. PU, 59-68.

Bilger, M. & Cappeau, P. (2015), « Comment les données de corpus pourraient renouveler les manuels de grammaire ? Illustrations à partir de quelques pronoms et de la forme même », Corpus et apprentissage du français : approches et pratiques, Tyne et al. (éds), LINX n° 68-69, 177-199.

Blanche-Benveniste, C., Bilger, M., Rouget, C. & van den Eynde, K. (1990). Le français parlé. Études grammaticales. Paris : Éditions du CNRS.

Blanche-Benveniste, C. (1983), « L’importance du ‘français parlé’ pour l’étude du ‘français tout court’ », Recherches sur le français parlé n° 5, 23-43.

Blanche-Benveniste, C. (2011), « Enoncés sans verbe en français parlé : un modèle à deux composantes », Les énoncés averbaux autonomes entre grammaire et discours, Lefeuvre F. & Behr I. (éds), Paris : Ophrys, 99-119.

Bruxelles, S. Dobrovie-Sorin C., Ducrot O., Fradin B. Nguyen T., Recanati F. & Vicher A. (1982), « Justement, l’inversion argumentative », Lexique 1, Adverbes en -ment, manière, discours, Danjou-Flaux & Gary-Prieur M.-N. (dir.), Lille : Presses Universitaires de Lille, 151-164.

Cappeau, P. (2002), « Entre l’auxiliaire et le participe passé », Recherches sur le français parlé n° 17, 11-28.

Cappeau, P & Deulofeu, J. (2002), « Partition et topicalisation : il y en a “stabilisateur” de sujets et de topiques indéfinis », Cahiers de praxématique n° 37, 45-82.

Carter, R. & McCarthy, M. (2015), « Spoken Grammar: Where are we and where are we going? », Applied Linguistics, Oxford : Oxford University Press, 1-21.

Conti, V. (2010), « La construction en avoir SN qui SV (j’ai ma copine qui habite à Paris) : une forme de dispositif clivé ? », LINXn° 62-63, 63-87.

Conti, V. (2017), Autour du clivage et de phénomènes apparentés en français contemporain: le cas des structures en « j’ai X qui », thèse de doctorat, Université de Neuchâtel.

Corminboeuf, G. (2007), « Coordination, subordination, corrélation ou énonciation autonome ? Une analyse syntaxique des constructions du type Que je bouge (et) il me ramènera vite à l’ordre », Tranel n° 47, 177-194.

Deulofeu, J. (2013), « De l’inutilité de la notion de ‘fragment’ pour la description des énoncés ‘fragmentés’ », in Ellipse & fragment. Morceaux choisis, P. Hadermann & al. (éds), Bruxelles : P. Lang, 157-179.

Dostie, G. (2004), Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexicographique, Bruxelles : De Boeck-Duculot.

Gadet, F. & Mazière, F. (1986), « Effets de langue orale », Langages n° 81, 57-73.

Grevisse, M., & Goosse, A. (2008), Le bon usage. Bruxelles : De Boeck — Duculot.(14e édition)

Grice, H.P. (1979), « Logique et conversation », Communications n° 30, 57-72.

Guimier, C. (1996), Les adverbes du français Le cas des adverbes en -ment, L’essentiel, Ophrys.

Horlacher, A.-S. (2015), La dislocation à droite revisitée. Une approche interactionniste, Champs linguistiques, De Boeck-Duculot.

Koch, P. & Oesterreicher, W. (2001), « Langage parlé et langage écrit », in Lexikon der Romanistischen Linguistik, vol. I-2, G. Holtus & al. (eds), Tübingen : Max Niemeyer Verlag, 584-627.

Jeanjean, C (1979), « Soit y’avait le poisson soit y’avait ce rôti farci. Etude de la construction il y a dans la syntaxe du français », Recherches Sur le Français Parlé n° 2, 121-160.

Lambrecht, K. (2008), « Contraintes cognitives sur la syntaxe de la phrase en français parlé », in Modèles syntaxiques : la syntaxe à l’aube du XXIe siècle, D. Van Raemdonck & K. Ploog (eds), Bruxelles : Peter Lang, 247-277.

Léard, J.-M. (1992), Les gallicismes, Bruxelles : Duculot.

Littré, E. (1872), Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette.

Massot, B. & Rowlett, P. (2013), « Le débat sur la diglossie en France: aspects scientifiques et politiques », Journal of French Language Studies 23-1, 1-16.

Ruytenbeek, N. (2013), « L’adverbe justement en français moderne, marqueur de pertinence et outil rhétorique », power-point en ligne : homepages.ulb.ac.be/~nruytenb/ website/Publications.../justement.pptx

Riegel, M., Pellat, J-C. & Rioul, R. (2009). Grammaire méthodique du français. Paris. Puf. (7e édition).

Serça, I. (1996), « À propos de justement », L’information grammaticale n° 71, 28-31.

Sinclair J. (1991), Corpus, Concordance, Collocation, Oxford : University Press.

Trésor de la langue française informatisé, ATILF.

Tyne H. & Gadet F. (2012), « La séduction du binaire ». On linguistic change in French: socio-historical approaches, Presses Universitaires de Chambéry, 55-68.

Wilmet, M. (2003), Grammaire critique du français, Bruxelles : Duculot.

Wilmet, M. (2007), Grammaire rénovée du français. Bruxelles : De Boeck.

Haut de page

Notes

1 Pour une critique de l’hypothèse diglossique, voir par exemple Tyne & Gadet (2012).

2 La fin de Le bossu, de P. Féval (1857) et de Germinal de Zola (1885), le début de Madame Bovary de Flaubert (1856), d’Eugénie Grandet de Balzac (1833), du Château des Carpathes de J. Verne (1892).

3 Le Corpus Evolutif de Référence du Français (CERF) a été constitué par Jean Véronis.

4 On renvoie à Recherches sur le français parlé n°18 (2004) pour une présentation détaillée du Corpus de Référence du Français Parlé. Les données utilisées sont composées de 63 enregistrements (de PRI-AIX-1 à PRI-PSE-3).

5 Il se compose d’extraits du CRFP, d’interventions lors de la commission parlementaire Outreau, d’interviews d’hommes politiques ou de personnages publics.

Les exemples mentionnés par le TLFi montrent que cet emploi de justement est volontiers précédé d’une unité de la série {fort, très, plus, si}, i.e. un élément qui a le focus sous sa portée.

6 Dans les ouvrages collectifs suivants : Avanzi M., Conti V., Corminboeuf G., Gachet F. Johnsen L. A. & Montchaud P. (éds), (2014), Enseignement du français : les apports de la recherche en linguistique, Bruxelles, Peter Lang (coll. Gramm-R), 378 p. ; Corminboeuf G. & Béguelin M.-J. (éds), (2011), Du système linguistique aux actions langagières, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 665 p.

7 En août 2015, le corpus OFROM (www11.unine.ch) comptait 615.621 mots et fournissait 428 occurrences de la forme justement. Il y avait à ce moment-là très peu de parole publique ou professionnelle (deux conférences et un récit d’un professeur à propos de Napoléon).

8 Il s’agit des fichiers mis en forme par Nicolas Legrand à partir des pages se trouvant à l’adresse : http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/mariage_perscnnes_meme_sexe.asp

9 La charge argumentative de justement dans (4)-(5) n’est pas la même que dans (3), par exemple. Ainsi, dans la retranscription des propos de personnalités politiques, le retrait des deux occurrences de justement dans (3) n’aurait pas du tout le même impact que leur retrait dans (4) et (5).

10 Une explication pourrait être que l’emploi de marqueur de coïncidence a « basculé » depuis longtemps du côté pragmatique. Le Littré (1872) mentionne en effet pour justement l’acception « précisément », « à point nommé », c’est-à-dire l’emploi de coïncidence. Cela suggère que cet emploi pragmatique est déjà ancien.

11 L’écoute des extraits (6)-(7) ne laisse aucun doute quant au fait que justement clôt une unité discursive.

12 Jeanjean (1979) montre que la réalité est un peu plus complexe...

13 La construction ne figure pas non plus dans l’entrée avoir du dictionnaire des verbes de Florea & Fuchs (2013). Les structures les plus proches sont : (i) Il y V + SN • Il y a eu un accident >- survenir (ii) Il y V + SN prép SN • Il y a des livres dans ce carton, sous la table >- se trouver

14 Une autre piste de réflexion pourrait être liée à ce que les ouvrages de référence privilégient : les formes disponibles en français ou celles exploitées principalement dans la langue écrite...

15 Cette observation rejoint celle des constructions phrastiques préférentielles (Lambrecht 2008).

16 On peut écarter l’hypothèse d’une évolution diachronique puisque dans notre corpus de littérature du 19e, si on augmente la taille du corpus, on trouve aussi il y en a d’autres qui... : Il y a des gens qui se ruineraient sans rien obtenir de nous, il y en a d’autres qui nous ont avec un bouquet. (Dumas, La dame aux camélias)

17 Un autre élargissement du côté du français de Suisse romande fournit un emploi qui ne figure pas dans nos corpus (ni restreint, ni étendu), même s’il est connu de façon ironique lorsque l’on veut jouer sur la langue, avec la forme des à valeur d’indéfini : y en a des qui grattouillent moi + moi je pipote on peut dire je pipote + je pipote (oral, ofrom). La différence entre il y en a et y en a est un point lié au codage (à la transcription) et n’a pas de répercussion sur l’analyse.

18 On a calculé le nombre d’occurrences de il y en a... qui par rapport à tous les exemples avec il y en a.

19 Cette différence de fonctionnement entre l’écrit normé (ou destiné à la publication) et l’oral privé a déjà été montré, par exemple pour la place de l’adjectif épithète (Benzitoun , les présentatifs en j’ai X qui Y (Conti 2010, 2017), la dislocation à droite (Horlacher , les marqueurs discursifs (Dostie 2004), les énoncés nominaux (Blanche-Benveniste 2011), les pronoms et la forme même (Bilger & Cappeau 2015), etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Benzitoun, Paul Cappeau et Gilles Corminboeuf, « Réflexions sur les exploitations différenciées de la grammaire »Revue de Sémantique et Pragmatique, 41-42 | 2017, 135-153.

Référence électronique

Christophe Benzitoun, Paul Cappeau et Gilles Corminboeuf, « Réflexions sur les exploitations différenciées de la grammaire »Revue de Sémantique et Pragmatique [En ligne], 41-42 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsp/474 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsp.474

Haut de page

Auteurs

Christophe Benzitoun

ATILF & Université de Lorraine, FoReLL & Université de Poitiers, FNR & Université de Fribourg

Paul Cappeau

Gilles Corminboeuf

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de Sémantique et Pragmatique

Haut de page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo Laboratoire Ligérien de Linguistique
  • Logo Presses Universitaires d'Orléans
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search