Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42La locution pronominale tout un c...

La locution pronominale tout un chacun dans le système des pronoms dits indéfinis du français

Catherine Schnedecker
p. 207-221

Résumés

Sur la base d’une étude de corpus, nous montrons que la locution pronominale tout un chacun que la plupart des grammaires considèrent comme une variante, tantôt familière, tantôt soutenue, tantôt archaïque, tantôt régionale, tantôt orale, d’une autre locution, tout le monde, s’en distingue par sa distribution et son sémantisme. Sur la base d’un classement des pronoms réputés « indéfinis » du français, inspiré des travaux de Haspelmath (1997), il apparaît que tout un chacun s’inscrit dans un paradigme cohérent de pronoms renvoyant à la personne humaine, spécialisés dans l’expression de la totalité.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés:

pronom, français
Haut de page

Texte intégral

Une forme sujette à commentaires

  • 1 Cet article est une version très abrégée de Schnedecker (2016).

1La locution pronominale tout un chacun (désormais TUC)1 est d’autant plus stigmatisée par les grammaires ou des dictionnaires qu’elle semble aberrante au vu de la concurrence de ses correspondants « simples » i.e. qui servent de base à sa formation et que sont tout, chacun et un (ainsi que tout chacun et un chacun). Elle fait, en outre, l’objet des jugements les plus contradictoires (cf. infra) :

Ces locutions ont fait l’objet de jugements contradictoires : “très vulgaires” (M. Schone, dans le Fr. mod., janv. 1947, p. 71) ; “langue familière” (Martinon, p. 167) ; “ont disparu de la langue écrite” (Dupré) ; “archaïques ou régionaux” (Arrivé, Gadet et Galmiche, Grammaire d’aujourd’hui, p. 331) ; — de un chacun : “encore parfois, par plaisanterie” (Foulet, § 273) ; — de tout un chacun : “style soutenu” (Dict. contemp.) ; “surtout dans l’usage familier” (Riegel, Pellat et Rioul, Gramm. méthod. du fr., p. 212 [ils ne mentionnent pas un chacun]). “À vrai dire, elles apparaissent par écrit dans tous les styles.” (Grevisse)

  • 2 Cf. Sandfeld, 1965, 383.

2Enfin, elle semble concentrer toutes les formes de variations : diatopique (forme de régionalisme allant jusqu’au « québecquisme »), diaphasique, diamésique (écrit comme oral) et diachronique puisqu’elle est aussi considérée comme archaïque2:

Au Québec, où l’on connaît les diverses formes données ci-dessus (y compris tout chacun), on a en outre une variante populaire tout à chacun.

De ses [= de chacun] anciens emplois ne demeurent que les expressions chacun avec sa chacune (av. 1250) et tout un chacun, archaïsmes passés dans la langue familière. (Dictionnaire historique de la langue française)

Chacun est précédé de un, tout un. Ces tours sont vivants. (TLFi)

3Par ailleurs, on lui prête les synonymes de chaque personne, tout le monde dans les dictionnaires du français contemporain.

4Les internautes sont prolixes en commentaires sur l’orthographe, la prononciation, la valeur sémantique qui paraissent pour le moins opaques, preuve du statut un peu instable de cette locution dans leur usage :

Quelle est l’orthographe qui est juste pour cette expression :

Tout à chacun ou bien tout un chacun?

Je pense en fait que je fais la faute depuis ma tendre enfance, j’utilise tout à chacun...

Merci pour les explications et corrections si je me trompe! © http://www.languefrancaise.net/​forum/​viewtopic.php?id=8570

5Enfin, l’Académie française n’est pas en reste, mettant au jour un autre type de variation :

Tout à chacun pour tout un chacun

Le 07 mai 2015 Emplois fautifs

Nous avons vu récemment que le son un était de moins en moins correctement prononcé et qu’il était souvent confondu avec le son in. Dans le cas que nous allons évoquer, c’est avec le son a qu’il est confondu. L’expression Tout un chacun, c’est-à-dire « n’importe qui, tout le monde », est souvent remplacée par la forme fautive tout à chacun, locution sans grande cohérence et qui signifierait que « tous auraient tout », un cas de figure qui n’arrive jamais en dehors de ces vers de Victor Hugo, tirés de « Ce siècle avait deux ans » :

« Ô l’amour d’une mère ! Amour que nul n’oublie Pain merveilleux qu’un dieu partage et multiplie Table toujours servie au paternel foyer !

Chacun en a sa part et tous l’ont tout entier. »

on dit on ne dit pas

Tout un chacun sait cela Tout à chacun sait cela

C’est à la disposition de tout un chacun C’est à la disposition de tout à chacun http://www.academie-francaise.fr/​tout-chacun-pour-tout-un-chacun

  • 3 Selon Le Bidois (1967, 237) : Comme tel (i.e. en tant que nominal), il (= chacun) peut s’accompagne (...)
  • 4 Contra : Franckel (1989) pour qui tout est plutôt acteur d’homogénéisation qualitative.

6Cela étant, le paradoxe, si l’on peut dire, de tout un chacun réside dans le fait que, sémantiquement, cette forme paraît tout à la fois redondante et contradictoire. Redondante, parce qu’elle se construit sur deux unités exprimant, ainsi que cela a été maintes fois démontré, la distributivité exhaustive3 (cf. Martin & Kleiber 1977, Le Querler, 2006). Contradictoire dans la mesure où le mode de saisie opéré par tout et chacun diffère : tout est réputé opérer une saisie différenciatrice (tout parcourrait exhaustivement tous les x de X en les considérant sous l’angle de leur diversité4, d’après Martin et Kleiber, art. cit., 34) ; chacun « recense l’un après l’autre tous les éléments discrets d’une classe de référence en les considérant comme semblables » (ibid.) :

Chaque met au premier plan le trait commun, tout les différences. (Martin & Kleiber, 1977 : 34)

Origines

7Si tout un chacun n’est pas attesté dans le Dictionnaire du Moyen Français, un chacun y figure bien. Il est considéré comme un pronom indéfini, susceptible de renvoyer à des entités humaines ou non humaines. Il est doté (i) d’une valeur partitive, (ii) (cf. Abbott, 1996 ; Hoeksema, 1996) pouvant ainsi désigner une entité prélevée sur un ensemble, iii) cet ensemble pouvant être ou non spécifié ou non (cf. Schnedecker, 2003a, 2003b, 2003c) :

(i)

Un chacun (de tel ensemble). «Chaque chose (de tel ensemble de choses)» : Et promistrent ycelles parties, et chascune pour tant conme a une chascune touche, par leurs seremens fais de leurs bons gres aus Sainctes Euvangiles de Dieu et par la foy de leurs corps pour ce corporelment donnee en nostre main, que... (Chartes Abb. St-Magl. T.F., t.3, 1359, 234). ...car si comme des vertus, qui sont cognoscitives, une chascune moins est materiele, plus a perfette cognoiscence, si comme de tous les sens le veoir soit le moins materiel, laquel chose appert par le remuement de lui vers son objett, c’est-à-dire vers la chose dont est percevable (CHR. PIZ., Faits meurs Ch. V, S., II, 1404, 167)

(ii)

Un chacun (de tel ensemble de personnes). «Chaque personne (de tel ensemble de personnes)» : Et, ce fait, vindrent les maistre d>ostelz querir le roy, car il estoit ja heure de souper. Si fut ung chascum assis a son devoir (Rambaux Frise S., c.1450-1475, 69)

(iii)

Un chacun. «Chaque personne, quelle qu’elle soit (dans le monde, en général)» : Car un chascun de cuer l’amoit Pour les grans biens qu’elle faisoit (Mir. marq. Gaudine, 1350, 156). Loons la vierge sanz detri Et mercions a genoulz nuz : Car un chascun y est tenuz Par verité. (Mir. emp. Julien, 1351, 204). Et, entre les autres, eust proposé que tous les fleuves et rivieres du royaume de France estoient publicques, et par especial la riviere de Saine estoit publicque et commune a tous en cas de pescherie, tellement que un chascun y povoit peschier et prendre poisson toutes fois qu’il lui plaisoit (Chartes Abb. St-Magl. T.F., t.3, 1377, 474)

8Cet emploi particulier de un chacun est ainsi commenté par Buridant (§134) :

En emploi pronominal, chascun peut être exceptionnellement renforcé emphatiquement par un (cf. encore en français contemporain tout un chacun) :

111) Desormais gart uns chacuns son hostal (Muset, XX, 27, ms. O (Que chacun d’eux prenne bien soin de son chez soi)

9D’après Andersson (1954), TUC était fréquent dans l’ancienne langue et la langue classique mais serait rare dans la langue moderne. Selon Nyrop qu’il cite,

Le tour commence à vieillir et il disparaît au XVIIIe de la langue littéraire en se maintenant seulement dans le langage familier ou populaire (Andersson, 1954, 178)

  • 5 Et 47 occurrences de tout chacun.

10Or, la base de textes Frantext comprend 1276 occurrences de un chacun5, qui disparaît vers 1945 pour laisser place apparemment à tout un chacun, après une période de transition entre 1935-45 où les deux formes alternent, apparemment sans variation sémantique, ce qui donne raison en partie à Andersson contre Nyrop :

Il nous semble pourtant que tout un chacun est nettement moins archaïque, et plus employé que un chacun seul. Même s’il est exagéré de dire avec Plattner (...) que ce tour est très fréquent (...), on ne saurait non plus le considérer comme très rare. Comme un chacun sans tout, tout un chacun a un caractère nettement populaire (Andersson, 1954, 178-179)

Donnees quantitatives

11Si Frantext fait état de 218 occurrences de TUC, Google N-Gram Viewer indique un pourcentage de 0,0002540798% et SketchEngine atteste 40,347 occurrences de tout un chacun (soit 3,30/million).

12La courbe de la figure (1) est intéressante en ce qu’elle montre un pic entre 1600 et 1650 totalement absent de Frantext et un accroissement de l’usage assez important entre 1950 et 2000, que reflète fidèlement Frantext dans la mesure où 65% des occurrences de la base de données sont situées entre 1950 et 2000. Bref, tout un chacun ne semble pas (encore) voué à la disparition.

13Figure 1. Tout un chacun d’après Google N-GramViewer

Tout un chacun est-il une simple variante de chacun ?

14Contrairement à ce que suggère Grevisse, les différences formelles entre chacun, un chacun et TUC ont de nettes incidences sur leur comportement et fonctionnement.

Chacun nominal peut, au masculin, être précédé, sans changer de sens, de l’article indéfini ou de tout un : un chacun, tout un chacun. (Grevisse)

Tout un chacun vs chacun : differences d'usage

15Alors que chacun connaît des emplois nominaux (1-2), anaphoriques (3), partitifs (4a) et « flottants » (5), TUC est utilisé exclusivement comme un pronom nominal, ou absolu, ce que confirme, dans le tableau (1), le faible pourcentage d’expansions (2,5%) illustrées en (6-8) :

16L’absence de modifieur adnominal montre que TUC n’est pas sujet à des expansions indiquant une quelconque forme de partition comme c’est le cas, par exemple, d’un chacun (9-10) ou chacun :

(9)

Car Theophraste et Epictete disent que le fatum de nature n’est autre chose que la nature mesme d’un chacun de nous, laquelle nous gouverne en sorte, qu’elle ne manque jamais de venir à ce qu’elle pretend, (Garasse, La Doctrine curieuse des beaux-esprits de ce temps, 1623)

(10)

Longinus, en loyal et féal sujet, dit : un chacun de nous doit complaire à ce que voudrez commender ; et il se charge d’aller arrêter saint Jean, qui prêche dans éphèse. (Sainte-Beuve, Tableau historique et critique de la poésie française et du théâtre français au XVIe siècle, 1828)

Tout un chacun vs tout le monde : differences d'usage

17La différence entre TUC et tout le monde, qui lui est prêté comme synonyme (cf. supra, 1), opère au niveau morpho-sémantique : tout le monde est un collectif, réfractaire comme nous l’avons montré (Schnedecker, 2012, 144) à tout forme d’individuation (11). Son référent est conceptualisé comme une entité humaine relativement abstraite, ce que montrent ses affinités avec les prédicats statifs ou dénotant la cognition, les sentiments :

(11)

Tout le monde est venu un par un /l’un après l’autre. (Schnedecker, 2012, ex. 96)

18Par ailleurs, au plan syntaxique, les fonctions grammaticales diffèrent sensiblement entre les deux locutions, ce que montre le tableau (2) :

Fonction

Sujet/

Ct agent

CO

CC

CDN/

Ct adj

comparaison

Autres

totaux

TUC

34%

18,5%

7%

13,5

24,5%

2,5

100%

TLM

60%

16%

13%

0%

10%

1

100%

19Tableau 2. Répartition des fonctions grammaticales occupées par TUC et tout le monde

20Si les fonctions de complément d’objet ou de circonstanciel se situent dans des pourcentages comparables pour les deux formes, TUC est pratiquement deux fois moins utilisé comme sujet grammatical ou complément d’agent que tout le monde. Le gros de ses fonctions se concentre sur celles où il sert d’élément de comparaison (12) dans des proportions deux fois supérieures à tout le monde et celle de complément adnominal (13-14), fonctions qui sont absentes pour tout le monde (dans le corpus utilisé pour l’étude du moins) :

(12)

Je composais des scénarios de mon cru. J’y mettais du relief, du saillant, du saignant personnalisé, en phase avec mes convictions que, comme tout un chacun, le greffier a besoin d’histoires pour y croire, qui n’en redemande. (Garat, Programme sensible, 2012)

(13)

je n’aurais pas le choix entre eudistes et jésuites, religieuses de ceci ou de cela, je serais bientôt affecté à l’école primaire puis au lycée de tout un chacun. Ce qui ne fut jamais pour me déplaire, bien que je déplore avoir manqué l’occasion de me « mesurer » aux jésuites.) (Ollivier, L’Orphelin de mer, 1982)

(14)

Elle a pu prendre l’avion pour aller voir sa fille. Biographie sur mesure, vous ne connaissez pas son magasin ? Elle trafique les biographies de tout un chacun avec des images de synthèse et de drôles de petits textes. Elle vend des boîtes de souvenirs. Elle a fait fortune. Vous ne connaissez pas son magasin ? (Robin, L’immense fatigue des pierres, 1996)

21Enfin, au plan sémantique, le référent que donne à conceptualiser TUC est plus concret que celui de tout le monde ce que prouve sa cooccurrence avec :

  • des noms de parties du corps (15-17) :

(15)

Voici la Corse, on longe la côte puis le bruit du moteur change et il arrive à tout un chacun un désagrément, les oreilles bourdonnent jusqu’à faire assez mal. Et bong, on se pose sur la terre corse comme dans un mouchoir. (Fallet, Carnets de jeunesse 2, 9 août 1947 - 2 août 1948 : inédits, 1992)

(16)

Ce sont à peu près les mêmes mots, obscènes ou non, qui reviennent dans la bouche de tout un chacun. (Millet, La vie sexuelle de Catherine M., 2001)

(17)

[...] ce faisant, prit soin de poser directement son cul sur la selle afin que le vent, s’engouffrant sous son ample robe de chez Piguet, fasse aux yeux de tout un chacun miroiter ses cuisses poilues, comme l’exigeait la mode. (Vian, Les Fourmis, 1949)

  • des verbes ou noms déverbaux dénotant des modes d’interaction avec autrui comme la vue (18), le dialogue (19-21) :

(18)

Victor avait légèrement corné la carte noire et cela à la vue de tout un chacun, mais ce qu’il n’avait pu voir c’est qu’une rouge aussi était cornée et qu’après quelques passages de cartes, la marque de la noire n’existait plus (GIRAUD Robert, La Coupure, 1966)

(19)

Mais il aimait surtout parler avec tout un chacun à la porte de l’église. (Guèvremont, Le Survenant, 1945)

(20)

- Pourquoi pas ? On sait trop qu’ici pas un mot n’a dû son apparition au hasard. Mais il s’agit d’Arthur Rimbaud, non d’Anton Voyl ! - Qui sait ? murmura tout un chacun. (Perec, La Disparition, 1969)

(21)

Imaginez une notabilité du village un peu comique qui échange des saluts avec tout un chacun - et tout un chacun qui se déride en la voyant passer. (Sartre, Lettres au castor et à quelques autres, vol. I (1926-1939)/1983)

  • des verbes dénotant des actions (au sens large du terme) (22-24) :

(22)

Les copains trouvaient cela hilarant au possible et il sentait des airs pincés lui chatouiller agréablement le dos. Une heure après, comme tout un chacun avait payé sa tournée, les cerveaux féminins s’étaient quelque peu chloroformés d’alcool. Pépito, lui, vieux de la vieille de la bouteille. (Fallet, Banlieue Sud-Est, 1947)

(23)

on disait son opinion sur la situation, on causait chiffons ; on racontait un roman d’amour ; on parlait d’un assassinat qui avait fait courir tout un chacun au tribunal : tantôt on attaquait l’avocat, pourtant fort connu, qui, faisant fi du rapport d’instruction, niait l’accusation, d’un bloc, (...) (Perec, La Disparition, 1969)

(24)

(...) la veille au soir, avaient pourtant ripaillé toute la nuit. Gilbert était porteur. Il passait dans les rangs avec son grand benaton sur l’épaule. Tout un chacun y versait son panier plein et il allait jeter les grappes dans la ballonge, sur la voiture. Un coup de fouloir, et il retournait faire un autre rang. (Vincenot, Le Pape des escargots, 1972)

Specificites de tout un chacun

22On vient de le voir, TUC présente de nettes différences d’emplois avec ses prétendus synonymes, ce qui invite à s’interroger sur sa spécificité et sa raison d’être dans le classement des pronoms figurant dans l’annexe 1 (proposé ailleurs, cf. Schnedecker, 2016) et où TUC s’inscrit dans un paradigme régulier et systématique de formes telles que tout le monde/tous (pour les humains), tout (pour les référents non animés), de toute part (lieu), de toute manière (manière).

La classification des pronoms dits indéfinis

23Ce classement s’inspire de celui de Haspelmath (1997), fondé sur une approche typologique et diachronique des pronoms indéfinis, qui met au jour la cohérence paradigmatique de ces pronoms d’une centaine de langues, dont le français. Cette cohérence se fonde sur trois critères :

  • un critère formel : la ressemblance formelle de certaines unités

  • un critère morphologique et diachronique dans la mesure où les pronoms indéfinis auraient pour une triple origine :

  • 7 « In a large number of languages, indefinites and interrogative are formally identical » (Haspelmat (...)

24* des formes interrogatives7 (dont ils proviendraient par conversion ou dérivation),

25* des noms généraux dénotant des catégories ontologiques : « person, thing, property, place, time, manner, amount, reason » (Haspelmath, op. cit., 29, cf. aussi Bhat (2002) ; Heine & et Kyung-An (2011), sur ce point) supposés refléter les constituants majeurs de la structure conceptuelle :

(25)

[some/any/every] -body/-thing/-time/-place

26* le numéral ‘one’

  • un critère fonctionnel : l’expression de la référence indéfinie sous ses multiples facettes exprimant :

la négation : nothing, nessuno (it.), niemand (all.)

  • 8 Formes associées à des environnements négatifs mais non limités à l’expression de la non existence (...)

la polarité négative8 : anything

  • 9 Qui présuppose l’existence et l’identifiabilité univoque du référent. Parmi les critères proposés p (...)
  • 10 Les SN non spécifiques sont employés dans des « irrealis contexts » (phrase au temps du futur, ou a (...)

la spécificité9 et la non spécificité10

  • 11 Par définition non spécifiques, limités à des contextes exprimant la possibilité, la permission, le (...)

le free choice11 : n’importe qui

Spécificité

Connu du locuteur

Non connu du locuteur

Non

spécificité

Contexte irréel

Polarité négative

conditionnel

question

comparaison

négation indirecte

négation directe

Free choice

27Tableau 3. Distinctions fonctionnelles principales selon Haspelmath (1997, 52) Pour ce qui concerne en particulier le français, Haspelmath dégage cinq ensembles de pronoms indéfinis dont le tableau (4) propose un inventaire :

28« French (Romance, Indo-European) has five major series of indefinite pronouns : (i) the non emphatic quelque-series, (ii) the négative polarity series of personne etc., (iii) the free choice series marked by n’importe, and (iv-v) the two emphatic series marked by que ce soit and -conque » (Haspelmath, 1997, 259)

interrogative

quelque-series

personne-series

-conque-series

Person

Qui

Quelqu’un

Personne

Qui-conque

Thing

Quoi

Quelque chose

Rien

Place

Quelque part

Nulle part

Time

Quand

(en quelque temps)

Jamais

Manner

Comment

En quelque sorte

Aucunement

Determiner

Quel

Quelque

Aucun

Quel-conque

29Tableau 4. Inventaire des indéfinis du français selon Haspelmath (1997 : 259)

30Nous proposons quant à nous une révision de ce classement pour les pronoms renvoyant à l’humain qui figure en annexe. Comme on le voit, ce tableau comprend un ensemble de formes autrement plus nombreuses que ne le donne à penser le tableau 4 ci-dessus.

La place de TUC au sein des pronoms dits indéfinis du français

31On commencera par noter que, sans TUC, le paradigme des pronoms en tout présenterait une lacune au niveau de l’expression de l’unité. Cela n’est certes pas gênant si l’on considère que l’expression de la totalité étant ce qu’elle est, il n’y a pas de raison objective à ce que ce paradigme s’intéresse à l’unité.

32En revanche, étant donné que toutes les formes de la première ligne du tableau de l’annexe (personne, nul, qui, lequel, quelqu’un, aucun, chacun, l’autre) manifestent, d’une manière ou d’une autre, la référence à une personne envisagée dans sa singularité ou son unité, et ce, avec une remarquable constance, TUC prend une autre dimension et trouve sa justification.

33En effet, on peut faire l’hypothèse que TUC :

  • du fait de tout, appréhende exhaustivement la classe ouverte des occurrences d’humains factuelles, potentielles, et contrefactuelles,

  • du fait que un et de chacun sont au singulier : i) appréhende cette classe à partir d’une occurrence (on parlera de « saisie interne », cf. Kleiber, 2012, 59) et atteint la totalité au terme d’un parcours fictif ou virtuel, « simulé ou seulement lancé, mais non effectué véritablement puisque les distinctions qualitatives et identitaires ne sont qu’évoquées et ne sont pas précisément prises en compte » et ii) de manière distributive, en saisissant les entités individuelles sous l’angle de leur similitude

  • cette saisie complexe - et le statut (et la longueur) de locution pronominale y aident de manière iconique - provoque une sorte d’expressivité absente de (un) chacun et renforce semble-t-il la « singularité » des entités référentielles ainsi visées....

34Par contraste, tout le monde, du fait de son déterminant complexe tout le, fait que la totalité est appréhendée globalement et de « l’extérieur » et que les individus composant cet ensemble sont en quelque sorte « fondus dans la masse » ce qui bloque leur extraction, comme on a eu l’occasion de le voir plus haut.

35Cette différence entre TUC et tout le monde ressort bien des emplois où TUC sert de point de comparaison (26a-27a) et qui constituent, rappelons-le, un quart de ses emplois :

(26a)

Le goût que j’ai, comme tout un chacun, de l’image d’Épinal, joint au côté esthète en raison duquel je m’attache de préférence à ce qui fait joli et peut fournir la matière d’un récit (Leiris, La Règle du jeu : 2 : Fourbis, 1955)

(26b)

Le goût que j’ai, comme tout le monde, de l’image d’Épinal, joint au côté esthète en raison duquel je m’attache de préférence à ce qui fait joli et peut fournir la matière d’un récit

(27a)

Je composais des scénarios de mon cru. J’y mettais du relief, du saillant, du saignant personnalisé, en phase avec mes convictions que, comme tout un chacun, le greffier a besoin d’histoires pour y croire, qui n’en redemande. (Garat, Programme sensible, 2012)

(27b)

Je composais des scénarios de mon cru. J’y mettais du relief, du saillant, du saignant personnalisé, en phase avec mes convictions que, comme tout le monde, le greffier a besoin d’histoires pour y croire, qui n’en redemande.

36Dans les séquences comportant tout le monde (26b-27b), la portée de la comparaison paraît, semble-t-il, moins forte qu’elle ne l’est avec TUC (26a- 27a). Avec comme tout le monde, l’humain comparé semble satisfaire à une forme d’instinct ou d’esprit grégaire, obéissant aux canons d’un tout indifférencié. Avec TUC, les choses sont un peu différentes dans la mesure où le comparé l’est à chacune des entités considérées distributivement, suivant un processus de comparaison plus scrupuleux, minutieux et long.

37Ces observations rendent compte de certains emplois de TUC dans des contextes « irréels » (cf. Haspelmath, 1997, 40 et seq., cf. supra note 10) caractérisés par le présent atemporel (28-29), les verbes modaux (30), les modes impératifs et conditionnels (31), et « actualisés » où le référent de TUC apparaît dans des contextes ancrés spatio-temporellement (34-35, cf. la marque du locuteur), marqués par des temps de l’indicatif (PS, PC, 32-33), des énumérations spécifiantes (36-37) :

(28)

(...) a longtemps considéré, le peintre comme un homme particulièrement sensible aux charmes de la nature et capable de rendre l’agréable impression que tout un chacun se croit digne de ressentir devant un coucher de soleil sur la mer, un lever de soleil sur la montagne ou des vaches paissant dans un pré. (Cassou, Panorama des arts plastiques contemporains, 1960)

(29)

Paradoxe de l’information. Pour tout un chacun, l’information, c’est la communication pure et simple des faits . Avant la guerre, on distinguait la presse « d’opinion « de la presse « d’information. (Salleron, Comment informer honnêtement, 1965)

(30)

Eh bien, c’était inadmissible : elle était libre, après tout, comme je l’étais, comme tout un chacun doit l’être. Libre de s’échapper. Petit cheval, elle aussi. Oui, c’était cela : nous étions semblables. (Pontalis, Loin, 1980)

(31)

Vaste château où tout un chacun pourrait déposer ses toiles, ses réserves, à condition de les y laisser trois ou six mois. Musée mouvant (c’est ce qu’a fait Domergue au musée. (Queneau, Journaux 1914-1965/1996)

(32)

Le cercle était très épais, de chair humaine et de vêtures constitué. La lune, les lampadaires éclairaient. Tout un chacun se tût, attendant la réponse. Dussouchel attendait comme les autres, la sienne, de réponse. (Queneau, Saint Glinglin, précédé de Gueule de Pierre et de Les Temps Mêlés, 1948)

(33)

- Oh donc, Labussière, te v’là mis r’vendeur du char de l’état ? Tout un chacun s’étrangla d’aise. Ce triporteur, virginal qu’éclairait sans bonté un lustre à cinq ampoules, avait toutefois reçu du ciel,... (Fallet, Le Triporteur, 1951)

(34)

Chez Poupie, Jo est là. Et pas d’histoires, tout un chacun et moi sommes amplement décidés à trop boire. Au dixième litre passe un vent d’exhibitionnisme et tout le monde se met à l’aise, y compris Poupie, courageuse. (Fallet, Carnets de jeunesse 2, 9 août 1947 - 2 août 1948 : inédits/1992)

(35)

Yvette-mange-ta-soupe ! Je ne me souviens plus comment tu t’appelles.» Les adultes disaient souvent : «Voilà la troisième fille des Château.» Tout un chacun savait, et moi aussi, que j’avais été mise en nourrice chez maman, que ma vraie mère était morte, mon père aussi, que Blanche et Edgar s’étaient attachés. (Szcupak-Thomas, Un diamant brut Vézelay-Paris 1938-1950, 2008)

(36)

[...] dont un qu’Anastasia, la star monopolisait. Voyant qu’aux studios la production s’affairait, tournant un raccord tracassant qui chagrinait tout un chacun, la script, la sono, l’assistant, la photo, car, quoi qu’on fît, la dolly n’arrivait jamais à avoir dans son champ qu’un figurant sur trois (...) (Perec, La Disparition, 1969)

(37)

pas, toi aussi, ton protagon dans Don Juan ? N’assistas-tu pas, toi aussi, à tout ? - Il y a du vrai dans sa divagation, admit Arthur Wilburg Savorgnan. Tout un chacun, autant Augustus qu’Olga, Anton Voyl qu’un inconnu, a pu, par un cri inopportun, ahurir Haig, provoquant ainsi l’avatar fatal du baryton. (Perec, La Disparition, 1969)

En guise de conclusion

38Il ressort de ces observations que TUC n’est pas une forme « accessoire » au sein des pronoms indéfinis du français, encore moins une variante, mais qu’elle manifeste des spécificités distributionnelles et sémantiques qui lui donnent toutes ses raisons d’être, notamment au regard de ses correspondants tout, un et chacun ou de son prétendu synonyme tout le monde. Cette étude montre également que, contrairement à ce qui est prétendu, le paradigme des formes réputées indéfinis n’est pas aussi désordonné qu’on ne veut bien le dire.

Haut de page

Bibliographie

Livres :

Bhat, D.N.S. (2002), Pronouns, Oxford : Oxford Press University.

Brunot, F. & Bruneau, C. (1969, 3e éd.), Grammaire historique de la langue française, Paris : Masson.

Damourette, J. & Pichon, E. (1911-1927), Des mots à la pensée (essai de grammaire de la langue française, Paris : D’Artrey.

Haspelmath, M. (1997), Indefinite Pronouns, Oxford: Clarendon Press.

Franckel, J.-J. (1989), Étude de quelques marqueurs aspectuels du français, Genève- Paris : Droz.

Junker, M.-O. (1995), Syntaxe et sémantique des quantificateurs flottants tous et chacun : distributivité en sémantique conceptuelle, Genève : Droz.

Le Bidois, G. & Le Bidois, R. (1967), Syntaxe du français moderne, tomes I, II, Paris : Picard & cie.

Sandfeld, Kr. (1965), Syntaxe du français contemporain, I, Les pronoms, Paris : Champion.

Ouvrages collectifs :

Galmiche, M. & Kleiber G. (1996), Sur les noms abstraits, in Les noms abstraits, Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 23-40.

Hoeksema, J. (1996), Introduction, in Partitives. Studies on the Syntax and Semantics of Partitive and Related Constructions, Berlin-New York: Mouton de Gruyter, 1-24.

Kleiber, G. (2001), Indéfinis : lecture existentielles et lecture partitive, in Typologie des groupes nominaux, P.U. Rennes, 47-97.

Schnedecker, C. (2012), Tout le monde, tous, (tous) les gens : Relations sémantiques entre les expressions dénotant la totalité /+hum/ ?, in Relations, connexions et dépendances. Hommage au professeur Claude Guimier. Rouen : PUR, 123-150.

Articles :

Heine, B. & Kyung-An, S. (2011), On the grammaticalization of personal pronouns, Journal of Linguistics 47, 587-630.

Flaux, N (2008), Les pronoms indéfinis en français : une classe à (re)définir , Travaux de linguistique 56/1, 7-46.

Kleiber, G. (1995), Sur les (in)définis en général et les SN (in)définis en particulier, BSLP XC/1, 21-51.

Le Goffic, P. (1994), Indéfinis, interrogatifs, relatifs (termes en Qu-) : parcours avec ou sans issue, Faits de langue 4, 31-40.

Le Goffic, P. (2015), Indéfinis et interrogatifs : le cas du français, Langue Française 187, 111-136.

Martin, R. & Kleiber, G. (1977), La quantification universelle en français, Semantikos 2/1, 19-36.

Schnedecker, C. (1998), Etre ou ne pas être comme les autres? La question de l’(in)définitude du pronom les autres, Scolia 11, 181-198.

Schnedecker, C. (2003a), D’aucuns, un pronom indéfini « fini » ?, Scolia 16, 233-249.

Schnedecker, C. (2003b), Les uns : une pluralité « singulière », Langages 151, 87-104.

Schnedecker, C. (2003c), Quelques-uns « partitif » : approche sémantico-référentielle, BSLP XCVIII/1, 197-227.

Schnedecker, C. (2016), Les pronoms dits indéfinis référant à la personne humaine : des grammaires à l’usage et réciproquement, BSLP CXI/1, 241-389.

Haut de page

Annexe

Annexe. Proposition de classement des pronoms « non définis » du français

Annexe. Proposition de classement des pronoms « non définis » du français

1 Les formes dans les cases grisées sont celles qui sont stigmatisées par les grammaires.

2 Les formes en petites capitales indiquent des formes, à la base pronominales, qui ont évolué vers d’autres catégories assimilables à des marqueurs discursifs ou des adverbiaux énonciatifs.

3 Nous avons conscience que les formes en ne sauraient se ranger dans la catégorie des formes en -QU ; leur présence dans le tableau se justifie par la forme interrogative.

Haut de page

Notes

1 Cet article est une version très abrégée de Schnedecker (2016).

2 Cf. Sandfeld, 1965, 383.

3 Selon Le Bidois (1967, 237) : Comme tel (i.e. en tant que nominal), il (= chacun) peut s’accompagner de l’article indéfini, et même parfois de l’indéfini tout : le premier met l’accent sur l’unité distributive, le second sur la totalité ».

4 Contra : Franckel (1989) pour qui tout est plutôt acteur d’homogénéisation qualitative.

5 Et 47 occurrences de tout chacun.

6 Sauf mention contraire, les exemples proviennent de Frantext.

7 « In a large number of languages, indefinites and interrogative are formally identical » (Haspelmath, 1997, 25).

8 Formes associées à des environnements négatifs mais non limités à l’expression de la non existence ou des propositions interrogatives, ou au conditionnel.

9 Qui présuppose l’existence et l’identifiabilité univoque du référent. Parmi les critères proposés par Haspelmath : l’introduction d’un ‘discourse referent’ (au sens de Karttunen, 1976) susceptible d’être anaphorisé par un pronom personnel, la possibilité d’être paraphrasé à l’aide d’une phrase existentielle, la possibilité de se combiner avec certain pour le français et l’anglais, des environnements syntaxiques (realis sentences) tels que les phrases déclaratives au passé simple ou composé.

10 Les SN non spécifiques sont employés dans des « irrealis contexts » (phrase au temps du futur, ou au mode conditionnel, ou comprenant des modalités, contextes distributifs, impératifs, interrogatifs.

11 Par définition non spécifiques, limités à des contextes exprimant la possibilité, la permission, les contextes hypothétiques, contre-factuels.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rsp/docannexe/image/489/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Annexe. Proposition de classement des pronoms « non définis » du français
Légende 1 Les formes dans les cases grisées sont celles qui sont stigmatisées par les grammaires.
URL http://journals.openedition.org/rsp/docannexe/image/489/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Schnedecker, « La locution pronominale tout un chacun dans le système des pronoms dits indéfinis du français »Revue de Sémantique et Pragmatique, 41-42 | 2017, 207-221.

Référence électronique

Catherine Schnedecker, « La locution pronominale tout un chacun dans le système des pronoms dits indéfinis du français »Revue de Sémantique et Pragmatique [En ligne], 41-42 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsp/489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsp.489

Haut de page

Auteur

Catherine Schnedecker

EA 1339, LiLPa, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de Sémantique et Pragmatique

Haut de page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo Laboratoire Ligérien de Linguistique
  • Logo Presses Universitaires d'Orléans
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search