Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42Redéfinir l’interjection par la p...

Redéfinir l’interjection par la prosodie des actes de langage

Chantal Rittaud-Hutinet
p. 225-242

Résumés

Le but est de ré-interroger l’interjection en analysant quelques unes de ses dimensions orales, afin de montrer l’impact de la prosodie signifiante sur ce qui est compris par le destinataire, dès lors que le sens sémantique des mots sur lesquels elle apparaît peut être modalisé, biaisé, validé, accentué affaibli, ou même annulé par le signifié pragmatique.

Après une présentation brève de la description des interjections telle qu’elle est faite dans le TLFi et dans 3 sites internet, par l’analyse des signifiés de 8 «oh» et 8 «ah» enregistrés dans des situations diverses (film, publicité TV, diction par un Français), et de leurs traits acoustiques - qui ne se limitent pas à la quantité et à la hauteur mélodique -, je montrerai que si, même hors contexte, les tests de compréhension montrent que les récepteurs comprennent sans erreur ce que signifie chaque diction, et donc si on peut dire des choses très différentes les unes des autres avec ces formes sans réel contenu propre, alors on peut affirmer que c’est bien la présence des signes vocaux qui compense la déplétion du sens sémantique de ces termes multivalents et rend perceptible et claire au destinataire la visée de l’énonciateur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 cf. par exemple Akpossan J. & al. 2012, Fauré L. 2002, Hiroko N. 2011

1C’est une forme particulière d’exclamation que je voudrais réinterroger ici avec vous : l’interjection. Par l’analyse de quelques-unes de ses dimensions orales, mon objectif est de montrer et de démontrer l’impact de cette troisième articulation du langage qu’est la prosodie signifiante sur ce qui est compris par le destinataire1, dès lors que le sens sémantique des mots sur lesquels elle apparaît peut en être modalisé, biaisé, validé, accentué, affaibli, ou même annulé.

  • 2 cf. par exemple Beeching K. & al. (éds) 2009, Tagliamonte S. 2011, Tsiplakou K. et al. (éds) 2009, (...)
  • 3 cf. Rittaud-Hutinet Ch. 2014a, 2016b
  • 4 cf. Brichet C. & al. 2003, Morel M.-A. 1995, 1997, Tighe J. 2010
  • 5 cf. notamment Rittaud-Hutinet Ch. 2011b
  • 6 première approche du modèle in Rittaud-Hutinet C. 1995

2Ainsi le sens de nos paroles2 tel qu’il est perçu par l’écouteur est largement dû aux signes vocaux qui, en tant que constituants de l’implicite de l’énonciation, convertissent un schéma d’énoncé en message, et donc orientent le décodage de l’allocutaire3. Car dès lors que les signes vocaux doublent, complètent ou remplacent mots, syntagmes et même syntaxe4, ils apparaissent dans le discours pour des buts extrêmement divers5. C’est pourquoi on ne peut espérer fournir une approche un peu plus cohérente des interjections qu’à partir d’une recherche6 de cet ordre.

  • 7 La recherche phono-pragmatique sur les signes vocaux, les règles qui les régissent et leur fonction (...)
  • 8 désormais : TLFi
  • 9 cf. Morel M.-A. & al. 1996

3Après avoir résumé l’essentiel du modèle phonopragmatique, dont l’objet est la couche vocale de l’oralité et, par conséquent, les effets des signes vocaux sur l’auditeur7, je présenterai brièvement la description de l’interjection telle qu’elle est faite dans le Trésor de la langue française informatisé8 et dans 3 sites internet. Puis je procéderai au décryptage des signifiés de quelques oh et ah enregistrés dans 3 situations contrastées, ainsi qu’à l’élicitation de leurs traits acoustiques - qui ne se limitent pas, comme on le pense souvent, à la durée et à la hauteur mélodique. On verra alors que c’est bien la présence des signes vocaux qui compense la déplétion du sens sémantique de ces termes multivalents que sont les interjections, et rend perceptible et claire au destinataire la visée de l’énonciateur9.

Couche verbale et couche vocale

  • 10 Sur diverses méthodes d’approche empirique, cf. Kosecki Krzysztof & Badio Janusz (éds) 2015.
  • 11 cf. Adolphs S. & Carter R. 2013, Vanderveken D. 1990-91
  • 12 cf. Barth-Weingarten D. & al. 2010a et 2010b, Beyssade C. & al. 2004, Carston R.2009
  • 13 cf. Rittaud-Hutinet C. 2016a

4De la recherche sur les corpus10 d’oral spontané il ressort que, quel que soit son objectif, le destinateur recourt à la multi-modalité11 et en particulier, pour tous ses ‘dire sans dire’, aux unités linguistiques présentes dans la couche vocale. En effet, véritable réservoir pour tout ce qu’on veut sous-entendre12, les signes vocaux modifient le sens des paroles13 pour infléchir l’interprétation de l’auditeur dans une certaine direction :

  • ils savent amplifier ou contredire, détourner, rendre ridicule, manifester un agrément ou un retrait, tenter de séduire, interroger ou exiger, éviter le double sens de formules passe-partout, éviter l’impact négatif potentiel de certaines formes lexicales, anticiper une réaction, faire croire à une fable, donner un conseil, etc. ;

  • de même, ils autorisent à changer d’objet de discours, à aider l’interlocuteur, à le mettre en difficulté, à lui prendre la parole, à l’empêcher de contester facilement, à faire semblant de ne pas avoir dit ;

  • ils permettent aussi de faire comprendre ce qui serait soit trop long à décrire verbalement, soit difficilement exprimable avec des mots, en raison des impératifs et interdits sociétaux et relationnels auxquels l’énonciateur est assujetti ;

  • de plus, ils rendent difficile une réponse directe du protagoniste en cas de tension ;

  • enfin, ils apparaissent en même temps que les mots articulés (à l’inverse de la linéarité lexicale), et ont entre eux une capacité combinatoire inconnue du plan lexical, plusieurs signes vocaux pouvant apparaître simultanément.

  • 14 cf. Chanet C. 2001, Danon-Boileau L. & Morel M.-A. (éds) 1995, Delomier D. 1999, Dostie G. 2004, Ha (...)
  • 15 Pour le développement, cf. Rittaud-Hutinet Ch. 2010

5La couche vocale se montre donc en français un constituant indispensable pour l’échange oral, et ce tout particulièrement quand l’énoncé se limite à un «exclamatif» de type interjection tels hein, quoi, tiens, ah, oh, ainsi que l’ont déjà esquissé quelques études14. Les romanciers en particulier sont très conscients de cela15 et tentent de compenser ce manque dans les répliques de leurs personnages : par des gloses plus ou moins développées, qui cherchent à restituer la prosodie que ces derniers auraient employée pour exprimer tel ou tel aspect de leur message, ou, au contraire, pour laisser planer l’ambiguïté, comme en (1)(2)(3) :

  • 16 Leon Donna, Mort à La Fenice [1992], traduit de l’anglais par William Olivier Desmond, Calmann-Lévy (...)
  • 17 Maugham W. Sommerset, Le grand écrivain [1930], traduit de l’anglais par E.-R. Blanchet, La Table r (...)
  • 18 Simenon (Georges), Le petit tailleur et le chapelier (1950), Tout Simenon 4, Omnibus, 2003, pp. 595 (...)

(1)

«Ah, oui, répondit le ténor comme s’il avait certes entendu parler de la police, jadis, mais tout oublié de ce qu’elle faisait.»16 Mettre les renvois à des références à la fin des exemples, partout !

(2)

«- Oh ! quelle blague ! fit Roy avec le ton du docteur qui essaie de persuader un enfant de se laisser examiner la gorge.» 17

(3)

«- A propos, j’ai envoyé les roses avenue George-V.

- Des roses, oui.

Il avait parlé sans savoir. Le mot, après coup, le frappait.

- Ah ! les roses !...

On ne pouvait deviner s’il était ironique, amer, ou seulement songeur.» 18

6Il faut préciser que seul le ‘vouloir dire’ fait apparaître des signes vocaux, en fonction de(s) but(s) que le sujet parlant assigne à ses propos - ce qu’il veut faire comprendre et ce qu’il veut obtenir de l’interlocuteur. Les autres phénomènes sonores, comme la manifestation irrépressible d’émotions, de même que toutes les formes préférentielles - qui traversent son élocution indépendamment de sa volonté et sont donc non contrôlés -, n’en font pas partie. Par conséquent, toute émission acoustique apparaissant dans le discours n’est pas automatiquement un signe vocal.

  • 19 Jusqu’à présent, 19 traits ont été élicités.

7Rappelons, enfin, que chaque signifiant est associé à un signifié et à un seul, ce qui signifie que le complexe d’indices acoustiques19 est toujours le même pour un signe vocal donné.

L'interjection en lexicographie et en grammaire

8À l'oral, pour maintenir une bonne interrelation, il est crucial de manifester son attention, son intérêt, son accord ou son incrédulité, sa compassion, son impatience ou son enthousiasme, entre autres. Dans ce but, les interjections font partie des outils à la disposition du partenaire de l’interlocution. Et, à les écouter, on s’aperçoit qu’il en existe une grande variété. Mais leur étude linguistique ne va pas de soi. Et il faut tout d’abord abandonner le classement qu’en font généralement les lexicographes, lexicologues et grammairiens, car ce qu’ils font entrer dans la catégorie interjection ressemble beaucoup à une liste fourre-tout. Certes, nous tombons d’accord avec presque toutes les typologies, aussi contradictoires qu’elles soient les unes par rapport aux autres ; mais c’est justement l’indice qu’aucune ne parvient à cerner véritablement le problème que posent ces unités, même si les solutions théoriques proposées apparaissent recevables. En outre on s’aperçoit que plus une taxinomie de cette sorte est détaillée, plus elle tend à perdre son objet car : d'un côté, on peut retrouver un même terme dans plusieurs intitulés et, de l’autre, au premier exemple de ‘parole réelle’, la forme ne peut plus rester dans sa ‘case’.

  • 20 Rey-Debove Josette 1971 p. 251
  • 21 Enckell Pierre & Rézeau Pierre 2003 pp. 11, 13

9À leur décharge rappelons que, de l’avis même des spécialistes, d’une part, comme le remarque Pierre Halté (2014, à paraître 2018) à l’évidence, je cite : «les indices interprétatifs qui permettent, à l’oral, de déterminer si le locuteur plaisante, s’il est énervé, ou autre, ne sont pas disponibles à l’écrit», et, de l’autre, les interjections - comme les onomatopées - posent de vrais problèmes. On lit par exemple chez Josette Rey-Debove qu’il «règne une grande confusion dans les dictionnaires à ce sujet /et que/ ce sont des mots entièrement sacrifiés aussi bien dans la macrostructure que dans la microstructure»20 ; et, dans leur Dictionnaire des onomatopées, Pierre Enckel & Pierre Rézeau expliquent pour leur part que «souvent on confond l’onomatopée avec les mimologismes, les huchements et les interjections. /.../ L’analyse est souvent insuffisante. On peine déjà à leur trouver un nom /... et/ les indications de catégories grammaticales éclatent dans de multiples directions quand il ne s’agit pas de bruits»21.

  • 22 cf. Rittaud-Hutinet Ch. 2009

10Les problèmes de ce type de description sont évidemment liés à l’impossibilité d’y prendre en compte les signes vocaux en tant que tels22, l’approche lexicale ne traitant pas les interjections à partir de leurs nombreuses réalités orales. Ce que je m’efforcerai de faire.

Quelques définitions et «valeurs»

11Mais jetons d’abord un coup d’œil aux usages annoncés (repris dans le tableau en (4)) : sur les 3 sites internet consultés - choisis au hasard dans le début de la liste, donc ceux qui sont sans doute les plus souvent ouverts par les internautes -, 2 sont très courts :

  1. dans le premier23, l’interjection est dite un «mot qui exprime un ordre, un sentiment avec vivacité». Et rien n’est précisé sur la fonction ;

    • 24 espacefrancais.com

    dans le second24, on apprend que les interjections «permettent l’expression d’un sentiment (soulagement, agacement, surprise...)». Les points de suspension laissent sans doute au lecteur le soin de découvrir par lui-même les autres possibilités ! Et là non plus aucune description de la fonction ;

  2. Le troisième site25 est un peu plus complet. Est-il pour autant plus explicite ? Voyons-le en 4 points :

  • «Une interjection est un mot invariable, autonome et n’ayant pas de fonction grammaticale.» L’affirmation semble contredite plus loin par : «On classe aussi parmi les interjections des mots-phrases». Que doit-on comprendre ? C’est l’un, ou c’est l’autre ? Electron libre, ou syntaxe ? Aurait- on ici une sorte de copié-collé, un synonyme maladroit de ce qu’en dit le TLFi (que nous verrons infra) ?

  • «Les interjections sont souvent suivies, à l’écrit, d’un point d’exclamation.» Enfin un repère, même s’il ne sert qu’à l’écrit, et «souvent», et non toujours.

  • «La classe des interjections comprend des mots servant à marquer une réaction, un sentiment, une sensation ou une émotion», un peu plus loin : «ils servent à donner des ordres» et, encore plus loin : «Les jurons et les injures en font également partie». Enfin, dans la remarque finale : «Exemple : Ah peut exprimer la douleur, l’interrogation, l’acquiescement, l’agacement, etc.». Point positif, la liste des emplois est plus étoffée que dans les 2 autres sites.

  • La «Remarque» finale, «Ces interjections sont plus riches en nuances dans la langue orale, l’émotion étant souvent exprimée par l’intonation», attaque enfin le véritable sujet, même si on y parle de «nuances» et non de signifiés différents d’un cas à l’autre, et même si le phénomène est annoncé ne se produire que «souvent». Mais l’explication ne va pas plus loin.

  1. De son côté, que nous dit le TLFi ? Examinons les 3 passages principaux de son adresse : interjection, dont vous pouvez lire les extraits dans le tableau en (4) :

  • Premièrement, on lit que c’est un «mot inséré dans le discours pour exprimer, d’une manière vive, une émotion, un sentiment, une sensation, un ordre, un appel, pour décrire un bruit, un cri». Cette définition initiale offre pas moins de 5 orientations, les 2 dernières ne concernant en fait que les onomatopées. En outre, la formule : «d’une manière vive» semble indiquer que l’interjection ne permet de s’exprimer que fortement... On remarque bien sûr que la liste n’est pas la même que dans les autres sources (cf. infra tableau en (4)).

  • Deuxièmement, on trouve 2 points importants dans les remarques : à la fin de la remarque 3, je cite, l’interjection «porte un accent d’intensité dans le discours oral» ; et à la fin de la remarque 4 (la dernière) : «La valeur sémantique dépend essentiellement de l’intonation, de la mimique ou du contexte». Ces compléments d’informations sont essentiels pour notre propos, car : le terme «intonation» recouvre sans doute l’ensemble de la prosodie - on verra que les constituants des signes vocaux sont multiples ; de son côté, «accent d’intensité» réitère : «d’une manière vive» de la définition initiale. Mais il ne s’agit que d’une seule des possibilités sonores exploitées par les interjections.

  • Troisièmement, on se rend compte que la plus grande partie des «autres remarques» complète et corrige largement la définition initiale - laquelle présentait les interjections uniquement comme des mots «invariables, autonomes» - : «Remarques : 1. Au point de vue de la forme, les interjections sont : a) des cris ou des onomatopées ; b) des substantifs accompagnés ou non d’un déterminant, d’une préposition ; c) des adjectifs, parfois accompagnés d’un adverbe ; e) des verbes, surtout à l’impératif ; f) des phrases ; g) certaines interjections peuvent avoir des compléments. 2. Si l’interjection est généralement invariable, on rencontre quelques substantifs où la variation en nombre est maintenue, et quelques verbes employés à diverses personnes de l’impératif 3. est généralement suivie du point d’exclamation dans l’écriture».

12On ne peut que constater l’éclatement des fonctions déclinées par le TLFi. Leur analyse serait trop longue par rapport à mon objet, surtout si on compare encore ce dictionnaire à d’autres sources, par exemple à celui de Enckel et Rézeau (déjà cité), qui pose clairement la question du statut et donc de la classification : «La fonction de l’onomatopée est essentiellement de faire entrer dans la langue les bruits du monde et, accessoirement, d’exprimer la soudaineté ou la rapidité d’un procès. /.../ L’interjection est une lexie-phrase /.../ Mais l’interjection est aussi une catégorie grammaticale, qui dans bien des cas englobe les onomatopées». Et plus loin : «Les frontières entre l’interjection et l’onomatopée sont parfois poreuses et il arrive par exemple qu’un mot possède à la fois une valeur onomatopéïque et une valeur interjective».

13On retrouve le même émiettement aux entrées oh et ah en tant qu’interjections dans le TLFi :

  • «oh», avec sa variante «ho1», se découpe en tant qu’interjection en 3 groupes de sens ; de chacun partent 3 ou 4 embranchements, qui à leur tour présentent soit 2, soit 3, soit 4 subdivisions, ces dernières connaissant pour certaines de 2 à 3 ultimes ramifications. Ces diverses définitions contiennent des qualités hétéroclites : «rupture, discontinuité, indignation, commentaire, aparté, aveu, valeur appréciative, désengagement, contestation, rectification, implication, refus, changement de point de vue, exaspération, accord, désaccord, refus de prendre position, interpellation». Cet ensemble déjà conséquent est encore suivi d’une remarque, qui ressemble à un résumé, je cite : «/oh/ marque une réaction (de désapprobation, de désaccord, d’étonnement, etc.) à un événement ou une situation qui est motivée par une opinion, un point de vue du locuteur sur cet événement ou cette situation». Enfin, cette remarque est elle-même suivie d’une longue liste des réactions annoncées, lesquelles sont souvent contradictoires, voire incompatibles les unes avec les autres.

  • «ah» interjection possède plusieurs variantes graphiques : «aha», «ahah» et «ha1». à la différence de «oh», la définition du groupe 1 - sur 3 groupes - fait état de la prosodie : «dans la langue parlée et dans le discours écrit qui la reflète, /ah/ sert à marquer, avec l’aide d’intonations appropriées (que l’écriture note uniformément par un point d’exclamation), divers mouvements affectifs très vifs», ces actions/réactions étant déclinées selon 3 embranchements : «la douleur, l’indignation, l’impatience» ; «le bonheur, le plaisir, la joie» ; et enfin «la surprise, l’admiration, l’enthousiasme». Dans les deux autres groupes sont également signalées des modalisations : «/ah/ ne sert souvent qu’à donner un tour plus énergique à la phrase ou à introduire une idée nouvelle» ; «redoublée, exprime la surprise, l’ironie, la satisfaction».

(4) usages annoncés de l’interjection

TLFi

site 1

site 2

site 3

Emotion

émotion

émotion

Sentiment

sentiment

sentiment

sentiment

sentiment

(soulagement,

(agacement...)

agacement,

surprise...)

Sensation

sensation

sensation

ordre

ordre, impératif

ordre

ordre

interrogation

interrogation

appel

appel

réaction

réaction

douleur

douleur

acquiescement

acquiescement

décrire un bruit

décrire un bruit

décrire un cri

décrire un cri

Le corpus oral

14Il semble que plus l’énoncé est court, plus il a besoin de compléments sonores pour lui donner une signification claire et univoque. Prenons une phrase constituée uniquement du mot : oui ; nous pouvons faire comprendre aussi bien «d'accord», que : «non», «bof», «génial !», «c'est possible», «tu crois ?», «si on veut», «tiens, je n'y avais pas pensé», «c'est ton avis mais pas forcément le mien», etc. C'est aussi le cas avec les interjections ah, oh. Pour étudier certains des signifiés qu’elles peuvent porter, j’ai choisi 3 types d’exemples :

    • 26 film de Fernand Rivers, 1937 ; avec notamment Raimu et Françoise Rosay. L’extrait commence à 63’12”

    Le premier est tiré d’un film de 1937 vu à la télévision, Le fauteuil 4J26, - (5a) présente la situation, et le dialogue en transcription orthographique avec ponctuation habituelle. Il s’agit d’un échange téléphonique entre Françoise Rosay, jouant le personnage de Gilberte Boulanger, et Robert Seller, jouant le personnage d’un domestique :

(5a)

Situation : Gilberte Boulanger /jouée par Françoise Rosay/ rentre chez elle. Elle téléphone chez sa fille pour prendre de ses nouvelles, car cette dernière et son mari viennent de rentrer de leur voyage de noces, qui a duré 2 mois. C’est le domestique Francis /joué par Robert Seller/ qui répond.

Gilberte Boulanger /elle est seule à l’écran/ Allo ? Allo c’est vous Francis.

/changement de plan : Francis est seul à l’écran/ Aaah ! C’est Madame ! Madame est de retour ! Ah j(e) suis content d’entendre Madame ! J’ai bien des choses à lui dire...

/changement de plan : Gilberte Boulanger est de nouveau seule à l’écran ; on n’entend pas ce que dit son correspondant/ ((silence)) Oh ! ((silence)) Oh !! ((silence)) Oh. ((long silence)) Bon, merci Francis.

Gilberte Boulanger raccroche.

  • Le deuxième exemple est tiré d’une publicité télévisée, qui contient 2 occurrences de ah, exemple (6a) :

  • 27 sur M6 ; vue 10 septembre 2006. En incrustation sur l’image apparaît d’abord : «□ ha ha ha !» puis (...)

(6a)

27 Situation : deux personnes sortent d’un supermarché avec un chariot plein. Elles s’approchent de leur voiture, ouvrent le coffre et commencent à ranger leurs achats dedans. A cet instant, une voix off dit la première phrase puis, après un silence, comme si elle s’adressait directement à nous, téléspectateurs, elle prononce la suite :

«Nouvelle Opel Agila. D’abord : ha ha ha ! ensuite : aha !»

    • 28 cf. Rittaud-Hutinet C. 2014b
    • 29 une femme (Ma), un homme (Mo) et un tout jeune homme (P, 13 ans 1/2). J’ai eu aussi la chance que l (...)

    Pour le troisième type d’exemples, j’ai demandé28 à un informateur, B (38 ans), sans autre précision, de «jouer» à sa guise les oh et les ah qui l’inspiraient - celui-ci a souligné que, pour lui, les 20 qu’il avait choisies ne clôturaient pas la liste des interjections possibles. Ces versions sont réalisées sans contexte, hormis celui que l’émetteur imagine ; d’ailleurs comme il l’a dit lui-même, c’est ce qu’il s’est représenté intérieurement/mentalement qui lui a permis d’exécuter, comme un acteur, ses différentes interprétations, pour que les signes vocaux actualisés pour les différents sous-entendus soient crédibles. J’ai sélectionné ici 5 de ces oh et 5 de ces ah (cf. infra (7b) et (8b)). J’ai ensuite demandé à plusieurs personnes29de me décrire ce que signifiaient pour eux les items. Ce test interprétatif m’a permis de vérifier la concordance des explications entre les informateurs, bien qu’avec des formulations diverses. Ces informations confirment en outre la validité de mon transcodage - le seul proposé ici en raison de l’espace imparti à cette présentation.

Des «oh» et des «ah» fort explicites

Ecrit vs. oral

15Manifestement la transcription orthographique habituelle demeure très en deçà de la réalité entendue, même avec la ponctuation, qui tente de représenter le ‘ton’ employé, - ce qui est déjà une interprétation - mais «ne peut donner que des équivalents très pauvres de l’intonation», comme l’écrivait C. Blanche-Benveniste (1991), reprenant un constat fort ancien, ainsi déjà chez D. Vairasse d’Allais (1681) : «Il est bien vrai que dans la ponctuation on observe quelques figures, à savoir le point d’interrogation (?) celui d’admiration ou d’exclamation (!) & les points de réticence (...) qui marquent dans ces occasions la difference du Ton : mais on n’a point encore poussé cette matiere aussi loin qu’elle le merite». Et par conséquent le sens, alors qu’il se dégage clairement pour l’auditeur, demeure impénétrable au lecteur. Il y a donc nécessité de développer en mots et en phrases le contenu de l’implicite porté par les signes vocaux.

16Mais le travail de traduction verbale est long, fréquemment malaisé et même épineux, entre autres parce que, côté production, il était probablement tout aussi difficile au sujet parlant - sinon impossible - de trouver les mots correspondant à son objectif, avec la complexité souhaitée et dans le registre de langue adéquat. Il faut donc prendre les transcodages proposés en (5b) (6b) (7b) et (8b) avec toutes ces réserves. Selon les cas j’ai utilisé soit le discours direct, en quelque sorte la «réplique verbale» de ce que tente de transmettre l’informateur, soit le commentaire, soit l’un et l’autre, pour m’efforcer de couvrir au maximum les aspects, valeurs et subtilités des sens communiqués. Je précise à nouveau que ce n’est qu’uNE des façons de les traduire.

(5b)

Le Fauteuil 47 : ah = grand soulagement

ohi = «oh non ne me dites pas ça ! vous me faites peur !» oh2 = «mon Dieu, c’est épouvantable !!! c’est encore pire !!! quelle horreur !!!»

oh3 = «c’est une catastrophe... c’en est trop... les bras m’en tombent... je suis effondrée»

(6b)

publicité TV : ha ha ha = «on ne me la fait pas, à moi ! vous ne me ferez

pas croire que ce coffre a une telle capacité !» aha = «eh bien là, vous me bluffez ! vous aviez raison, je le reconnais : la capacité de ce coffre est effectivement aussi grande que vous le disiez ((en fait : montriez)) ! j’admire la performance !»

(7b)

dictions de B : ohi = B fait semblant d’avoir peur mais avec plaisir, comme quand on est dans le «Labyrinthe de la mort» à la fête foraine.

oh2 = «C’est pas croyable, quelle découverte extraordinaire ! », ou, dit autrement : « Ça alors, c’est fou !» oh3 = «Tiens, ça me surprend !» qu’on peut aussi traduire par : «Ah bon, vraiment ?»

oh4 = On comprend que B est très étonné vis-à-vis de ce qu’on vient de lui dire, avec une petite réserve sur ce qu’il en pense.

oh5 = «C’est un scandale !! Non, ça je le refuse catégoriquement !!» En parlant à un enfant : «C’est très mal, ce que tu as fait !! Je suis très fâché !»

(8b)

dictions de B : ahi = «Ça, ça fait plaisir/du bien à entendre/voir/constater !

je suis satisfait d’entendre/de voir/de constater ça !» ah2 = «C’est pas croyable, quelle découverte, c’est chouette/ extraordinaire !» ou, dit autrement : «Ça alors, c’est fou/fabuleux !»

ah3 = «Là, ça m’emmerde. Si j’avais su...» ah4 = «Y a plus rien à dire, même si cela ne me plaît pas». B comprend que ce qu’il vient d’entendre est définitif et ne supporte aucun commentaire, ni remarque, ni a fortiori contradiction.

ah5 = B pose une question sous l’angle d’une demande de confirmation

Les traits acoustiques

17La question se pose alors : comment les parleurs ont-ils réussi à nous imposer tel ou tel signifié ? Autrement dit : avec quels traits acoustiques ? et dans quelles combinaisons ?

18Signalons avant tout que, comme ces lexies-phrases ne contiennent qu’une syllabe, le fait que les marques phoniques y soient concentrées ne nous permet en aucune manière d’en déduire que les signifiants de tous les signes vocaux y sont toujours confinés ; au contraire, leur extension formelle peut aller d’une syllabe à un groupe prosodique ou même à plusieurs.

  • 30 Voir les conventions d’écriture en fin d’article.

19Les agencements d’indices sonores qui caractérisent les occurrences de ces ah et de ces oh sont déclinés dans les tableaux : (5c) pour Le Fauteuil 47, (6c) pour la publicité, (7c) (8c) pour les dictions de B ; ils nous révèlent, si besoin était, l’importance des différences entre ce qu’on entend et ce qu’on lit dans la transcription orthographique. Et il devient également évident que la transcription phonétique des segments30, en colonne 1, si elle n’était pas accompagnée dans les autres colonnes de la totalité des indices acoustiques, serait elle aussi largement insuffisante pour représenter le signifiant de chaque signe vocal. Ces tableaux sont donc riches d’informations. Si on en examine les aspects les plus remarquables, on se rend compte que :

  1. les traits communs à plusieurs signes vocaux n’empêchent pas la combinaison finale d’être toujours originale et de ne correspondre qu’à un seul signifié ;

  2. le nombre de traits utilisés pour les signes vocaux est plus ou moins élevé, mais en aucun cas il ne se limite à la durée vocalique et à la hauteur mélodique, ainsi que je l’annonçais en préambule : dans les tableaux ci-dessous, on compte pas moins de 9 traits différents ;

  3. pour ce corpus, c’est-à-dire pour 16 items : certains traits sont présents partout, comme la hauteur tonale ; mais on ne trouve pas ici d’exemple avec la hauteur tonale IB (infra-bas) ; d’autres constituants sont largement récurrents, en particulier la quantité vocalique, 13 fois, et avec 4 degrés de durée augmentée ; mais sans exemple avec une durée raccourcie -, les consonnes glottales [?] et [h] - non phonologiques en français -, à 11 reprises ; 2 d’entre eux interviennent dans la moitié des items : timbre et degré de voisement pour les voyelles, intensité, augmentée ou diminuée ; mais pas de cas de deuxième degré de diminution d’intensité, ni d’augmentation ou de diminution progressive ; 4 enfin apparaissent rarement : l’accent dit «d’insistance», 5 fois, le mouvement contrarié des commissures labiales, 2 fois, la voix tremblée et la durée consonantique, une seule fois.

Tableaux des traits acoustiques et de leurs combinaisons spécifiques 3132

  • 31 en français.
  • 32 se mesure en Hz.

20(5c) pour Le Fauteuil 47 :

21(6c) pour la publicité TV :

  • 33 Partiellement voisée au début, et avec sdévoisement progressif.

22(7c) pour les oh de B 33 :

  • 34 Forcé~contrarié : correspond à une partie du geste articulatoire de la labialité de type vocalique.
  • 35 Partiellement voisée au début, et avec dévoisement progressif.

23(8c) pour les ah de B 3435:

Conclusion

24Nous avons pu constater que les sources consultées - certes en nombre restreint - offrent des définitions et des descriptions qui ne permettent pas à leurs lecteurs de s’appuyer sur les informations fournies pour utiliser facilement cette ressource de la langue qu’est l’interjection. En effet : s’il s’agit d’apprendre les règles par cœur - c’était encore le cas quand mes fils allaient à l’école primaire -, on se trouve très vite devant des contradictions qui enlèvent toute possibilité d’application pratique ; si on cherche à connaître les usages de telle ou telle interjection, on voit bien que les sens et valeurs attribués par les écrits à notre disposition demeurent très en-dessous de la réalité, nos quelques exemples oraux en ayant je pense fait la démonstration assez clairement.

25Néanmoins, contrairement par exemple à un apprenant de français comme langue étrangère qui, voulant arriver à savoir utiliser les interjections à bon escient ne trouverait pas réellement le moyen d’y parvenir avec ce que lui offrent les grammaires et dictionnaires tels qu’ils sont rédigés, en tant que locuteurs de français langue première, nous ne nous apercevons de ces défauts que si nous nous efforçons de faire abstraction de nos savoir-faire en la matière. Car nous connaissons déjà les réponses : d’abord parce que nous n’avons pas acquis ces outils de la langue au travers d’une instruction scolaire, c’est-à-dire par la prise de conscience objective des règles qui régissent les emplois, mais bien par la pratique orale en situation ; ensuite, parce que nous employons des interjections depuis fort longtemps.

26Ainsi les interjections - de même que quantité de lieux de nos discours - demeureraient ambigus pour le récepteur s’ils n’étaient pas accompagnés de signes vocaux, car dans ce cas ils seraient amputés d’une partie importante du sens que leur énonciateur veut leur donner.

27Mais comment reprocher leur pauvreté aux documents de l’écrit, internet compris ? De quelle manière pourraient-ils rendre compte matériellement de l’oral avec les ressources qui sont les leurs ? sans compter que les sens portés par les signes vocaux sont le plus souvent difficiles à transposer verbalement ?

28Cela étant, que faire pour changer la donne et arriver à décrire efficacement les interjections en intégrant l’ensemble de leurs signifiés et partant, leur dimension orale ? Idéalement, il faudrait élaborer un dictionnaire des signes vocaux. Mais sa forme, autant imprimée que sonore, reste encore à inventer.

Haut de page

Bibliographie

Adolphs, Svenja & Carter, Ronald (2013), Spoken Corpus Linguistics. From Monomodal to Multimodal, New York : Routledge (Taylor and Francis), Routledge Advances in Corpus Linguistics Series

Apkossan, Johanne & Delumeau, Fabrice (2012), « Comment la prosodie donne du sens aux interjections ? », Nouveaux cahiers de linguistique française, https://halshs. archives-ouvertes.fr/halshs-00677612

Barth-Weingarten, Dagmar, Dehé, Nicole & Wichmann, Anne (éds.) (2010a), When Prosody Meets Pragmatics, Bingley : Emerald Group Publishing Ltd, Studies in Pragmatics 8

Barth-Weingarten, Dagmar, Reber, Elisabeth & Selting, Margret (éds.) (2010b), Prosody in Interaction, Amsterdam : John Benjamins, Studies in Discourse and Grammar Series 23

Beyssade, C. et al. (2004), « Prosody and Information in French », Handbook of French Semantics, F. Corblin & H. de Swaert (éds.) Chicago : CSLI Publications

Beeching, Kate, Armstrong, Nigel & Gadet, Françoise (éds) (2009), Sociolinguistic Variation in Contemporary French, Amsterdam : John Benjamins

Blanche-Benveniste, Claire (1991), « Les études sur l’oral et le travail d’écriture de certains poètes contemporains », Langue française 89, 52-71

Brichet, C. & Aubergé, Véronique (2003) : « La focalisation en français : morphologie de la prosodie », in Aubergé V., Lacheret-Dujour A. & Lœvenbruck H. (éds.), Actes des Journées prosodie 2001, Grenoble, C.N.R.S. GDR 34 Phonologie/Institut de la communication parlée/CREST Expressive Speech Project, 67-74

Carston Robyn (2009), « The explicit/implicit distinction in pragmatics and the limits of explicit communication », International review of pragmatics, 1, 35-62

Caspers, Johanneke, Chen, Yiya, Heeren, Willemijn & Pacilly, Jos (éds) (2014), Above and Beyond the Segments. Experimental linguistics and phonetics, Amsterdam : John Benjamins

Chanet, Catherine (2001), «1700 occurrences de la particule quoi en français parlé contemporain : approche de la « distribution » et des fonctions en discours», Marges linguistiques 2, 56-80

Danon-Boileau, Laurent & Morel, Mary-A. (éds) (1995), « L’exclamation », Faits de langue 6

Delomier, Dominique (1999), « Hein particule sésémantisée ou indice de consensualité ? » Faits de langue 13, 137-149

Di Cristo, Albert, Auran, C., Bertrand, R., Chanet, Catherine, Portes, C. & Régnier, A. (2003), « Outils prosodiques et analyse du discours », Cahiers de l’Institut Linguistique de Louvain 28, 27-84

Di Cristo, Albert (2000), « Interpréter la prosodie », Actes des XXIIèmes Journées d’Etudes sur la Parole, juin, Aussois, France

Dostie, Gaétane (2004), Pragmaticalisation et marqueurs discursifs, Bruxelles : De Boeck-Duculot

Enckell, Pierre & Rézeau, Pierre (2003), Dictionnaire des onomatopées, Paris : PUF

Fauré Laurent (2002), « Transcrire les données vocales : en quoi les corrélats prosodiques des interjections sont-ils notables ? » Cahiers de praxématique 39, document 4, et http://praxematique.revues.org/1837

Frota, Sonia, Elordieta, Gorka & Prieto, Pilar (eds.) (2011), Prosodie Categories : Production, Perception and Compréhension, Paris : Springer, Studies in Natural Language and Linguistic Theroy Series

Halté, Pierre (2013), Les marques modales dans les chats : étude sémiotique et pragmatique des interjections et des émoticônes dans un corpus de conversations synchrones en ligne, thèse de doctorat, Université du Luxembourg/Université de Lorraine

Halté, Pierre (2014), « Modalisation et implicite : usage de l’interjection dans un corpus de chat », communication au colloque international du CeReS : « Autour des formes implicites », Limoges 13-14 novembre (Actes à paraître 2018)

Hiroko Noda (2011), « Emploi des marqueurs discursifs et intersubjectivité : autour de hein », Cahiers de praxématique 56, et http://praxematique.revues.org/1571 Hirschberg, Julia (2002), « Communication and prosody : functional aspects of prosody », Speech Communication 36, 31-43

Kosecki, Krzysztof & Badio, Janusz (éds) (2015), Empirical Methods in Language Studies, Franckfurt : Peter Lang, Lodz Studies in Language, Band 37 Le Gac, David & Yoo, Hiyon (2009), «Les primitives intonatives du français : une proposition», in Actes d’IDP 09, 259-273 : http://makino.linguist.jussieu.fr/idp09/ actes_fr.html

Morel, Mary-Annick (1995), «Valeur énonciative des variations de hauteur mélodique en français», Journal of French Language Studies 5-2, 189-202 Morel, Mary-Annick & Danon-Boileau, Laurent (1996), «Intonation et intention», Cahiers de linguistique sociale 28-29, 155-163 Rey-Debove, Josette (1971), Etude linguistique et sémiotique des dictionnaires français contemporains, La Haye-Paris : Mouton

Rittaud-Hutinet, Chantal (1995), La phonopragmatique, Franckfurt : Peter Lang, coll. «Sciences pour la communication»

Rittaud-Hutinet, Chantal (2009), «Le langage non verbal, ou : signes vocaux et sens du message», Revue de sémantique et pragmatique 19/20, 71-88 Rittaud-Hutinet, Chantal (2010), «Quand les écrivains parlent linguistique», in Ablali D. & Kastberg Sjoblom M. (éds.) : Linguistique et littérature : Cluny, 40 ans après, Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, Série linguistique et sémiotique, 158-175 ; en ligne sur http://URL?page=158&o_cle=913 Rittaud-Hutinet Chantal (2011a), «Prosodie et variation du sens», in Bertrand O. & Schaffner I. (éds), Variétés, variations & formes du Tagliamonte, Sali A. (2011), Variationist Sociolinguistics. Change, Observation, Interpretation , Wiley- Blackwell, Language in Society Series

Rittaud-Hutinet, Chantal (2011b), «Cachettes du sens : l’oral à découvert», in Marillaud Pierre & Gauthier Robert (éds) (2012), Ambiguités, CALS/CPST, Presses universitaires de Toulouse II-Le Mirail, 59-70

Rittaud-Hutinet, Chantal (2014a), «Sans les mots», communication au colloque international du CeReS : «Autour des formes implicites», Limoges 13-14 novembre (Actes à paraître 2018)

Rittaud-Hutinet Chantal (2014b), «Des «oh» et des «ah» : à quoi servent les signes vocaux ?», à paraître (2016) in Actes du colloque international Parler les langues romanes, Stockholm/Uppsala, Peter Lang, et sous forme électronique : University Press Universita di Napoli L’Orientale

Rittaud-Hutinet, Chantal (2016a), «Oral spontané et prosodie en FLE», in Collin C. (éd.), (Des)organisation de l’oral ? De la segmentation à l’interprétation, Presses universitaires de Rennes, coll. Rivages linguistiques (sous presse)

Rittaud-Hutinet, Chantal (2016b), «Comment comprendre les non-dits ?», in Castagne Eric (éd.), Intercompréhension et analogie (sous presse)

Rossi, Mario, Di Cristo, Albert, Hirst, Daniel, Martin, Philippe, Nishinuma, Yukihiro (1981), L’intonation. De l’acoustique à la sémantique, Paris : Klincksieck, études linguistiques XXV

Simon, Anne Catherine (2004), La structuration prosodique du discours en français, Franckfurt : Peter Lang

Stewart, D. (2009) : Semantic Prosody. A Critical Evaluation, New York : Routledge (Taylor & Francis), Routledge Advances in Corpus Linguistics Series

Tagliamonte, Sali A. (2011), Variationist Sociolinguistics. Change, Observation, Interpretation, Oxford : Wiley-Blackwell, Language in Society Series

Tighe Jennifer (2010), The Syntax and Semantics of Discourse Markers, London : Continuum International Publishing Group Ltd, Continuum Studies in Theoretical Linguistics Series

Trésor de la langue française informatisé - TLFi (mise à jour internet 22 1 2007)

Tsiplakou, Karyolemou & Pavlou (éds.) (2009), Language Variation, Amsterdam : John Benjamins, Studies in Language Variation 5

Vairasse d’Allais, Denis (1681), Grammaire méthodique contenant en abrégé les principes de cet art et les règles les plus nécessaires à la langue française, Paris : Vairasse d’Allais

Vanderveken, Daniel (1990-1991), Meaning and Speech Acts, Cambridge-New York : Cambridge University Press

Wennerstrom, Ann (2001) : The Music of Everyday Speech: Prosody and Discourse Analysis, Oxford : Oxford Univ. Press

Haut de page

Annexe

Conventions d’écriture (traits présents dans les exemples)

[î] consonne occlusive glottale

[h] consonne fricative glottale

[o] o ouvert

[,o] partie initiale de la voyelle (ici [o]), partiellement dévoisée

[a] voyelle (ici [a]) partiellement voisée au début, et avec dévoisement progressivement complet

[aE] nasalisation partielle de la voyelle (ici [a]), avec timbre intermédiaire

[.] semi-long

[:] long

[::] très long

[ ~ ] ultra-long

‘ accent de groupe prosodique

“ accent dit «d’insistance»

dB+ augmentation d’intensité dB++ augmentation forte d’intensité dB- diminution d’intensité # limite syllabique

échelle des valeurs tonales (= gamme dans la tessiture du locuteur) :

SH Supra-haut (soit hors de l’amplitude habituelle du locuteur)

H haut

MH moyen haut

MB moyen-bas

H+ très haut

IH infra-haut

M moyen

B bas

Haut de page

Notes

1 cf. par exemple Akpossan J. & al. 2012, Fauré L. 2002, Hiroko N. 2011

2 cf. par exemple Beeching K. & al. (éds) 2009, Tagliamonte S. 2011, Tsiplakou K. et al. (éds) 2009, Volker H. 2009

3 cf. Rittaud-Hutinet Ch. 2014a, 2016b

4 cf. Brichet C. & al. 2003, Morel M.-A. 1995, 1997, Tighe J. 2010

5 cf. notamment Rittaud-Hutinet Ch. 2011b

6 première approche du modèle in Rittaud-Hutinet C. 1995

7 La recherche phono-pragmatique sur les signes vocaux, les règles qui les régissent et leur fonctionnement dans les faits de parole suit la méthode ethno-méthodologique et inclut :

a)vérification de la régularité du sens pour chaque ensemble de traits acoustiques (tests de compréhension effectués auprès de locuteurs de français langue première en position de récepteurs) ;

b)verbalisation minutieuse des sens dégagés par leur présence (d’où nécessité de séparer nettement entre les phénomènes émotifs incontrôlés et ceux qui dépendent directement du ‘vouloir transmettre’) ;

c)description de leurs constituants (traits acoustiques), de leur degré d’autonomie par rapport aux règles et contraintes des composantes phonologique, combinatoire, intono-syntaxique du système ;

d)détermination de leurs lieux d’apparition, de leur extension, de leur orientation pragmatique, de leurs plans d’application, de leurs possibilités et limites en termes de signifié vis-à-vis de l’énoncé sur lequel ils apparaissent, de leurs aspects discursifs et dialogaux ;

e)examen des rapports entretenus avec la forme et le sens du support lexical (dimension syntagmatique par rapport au découpage des unités lexicales ; orientation pragmatique du signifié).

Pour d’autres approches, cf. entre autres Di Cristo A. 2000, Hirschberg J. 2002, Le Gac D. & al. 2009, Rossi M. & al. (éds) 1981, Simon A. C. 2004.

8 désormais : TLFi

9 cf. Morel M.-A. & al. 1996

10 Sur diverses méthodes d’approche empirique, cf. Kosecki Krzysztof & Badio Janusz (éds) 2015.

11 cf. Adolphs S. & Carter R. 2013, Vanderveken D. 1990-91

12 cf. Barth-Weingarten D. & al. 2010a et 2010b, Beyssade C. & al. 2004, Carston R.2009

13 cf. Rittaud-Hutinet C. 2016a

14 cf. Chanet C. 2001, Danon-Boileau L. & Morel M.-A. (éds) 1995, Delomier D. 1999, Dostie G. 2004, Halté P. 2013, 2014

15 Pour le développement, cf. Rittaud-Hutinet Ch. 2010

16 Leon Donna, Mort à La Fenice [1992], traduit de l’anglais par William Olivier Desmond, Calmann-Lévy, 1997, p. 30

17 Maugham W. Sommerset, Le grand écrivain [1930], traduit de l’anglais par E.-R. Blanchet, La Table ronde, 2013, p. 135

18 Simenon (Georges), Le petit tailleur et le chapelier (1950), Tout Simenon 4, Omnibus, 2003, pp. 595-596

19 Jusqu’à présent, 19 traits ont été élicités.

20 Rey-Debove Josette 1971 p. 251

21 Enckell Pierre & Rézeau Pierre 2003 pp. 11, 13

22 cf. Rittaud-Hutinet Ch. 2009

23 www.francaisfacile.com

24 espacefrancais.com

25 http://la-conjugaison.nouvelobs.com

26 film de Fernand Rivers, 1937 ; avec notamment Raimu et Françoise Rosay. L’extrait commence à 63’12”.

27 sur M6 ; vue 10 septembre 2006. En incrustation sur l’image apparaît d’abord : «□ ha ha ha !» puis : « 0 aha !»

28 cf. Rittaud-Hutinet C. 2014b

29 une femme (Ma), un homme (Mo) et un tout jeune homme (P, 13 ans 1/2). J’ai eu aussi la chance que l’informateur (B) veuille bien expliquer ce qu’il comprenait, 6 mois après, de ce qu’il avait voulu dire ; en quelque sorte, le sens vu de l’extérieur et de l’intérieur.

30 Voir les conventions d’écriture en fin d’article.

Nota : 1) il m’a paru inutile de signaler ici l’accent tonique (toujours sur la dernière syllabe du groupe prosodique), étant donné que l’énoncé n’a qu’une seule syllabe. Seul l’accent d’intensité est signalé, le cas échéant, car lui en revanche n’est pas automatique ; 2) il va de soi que les traits de quantité (vocalique et consonantique), de hauteurs tonales et d’intensité sont mesurés par rapport à la tessiture du locuteur, donc en valeurs relatives et non en valeurs absolues (cf. aussi Frota S. & al. (éds) 2011).

31 en français.

32 se mesure en Hz.

33 Partiellement voisée au début, et avec sdévoisement progressif.

34 Forcé~contrarié : correspond à une partie du geste articulatoire de la labialité de type vocalique.

35 Partiellement voisée au début, et avec dévoisement progressif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Rittaud-Hutinet, « Redéfinir l’interjection par la prosodie des actes de langage »Revue de Sémantique et Pragmatique, 41-42 | 2017, 225-242.

Référence électronique

Chantal Rittaud-Hutinet, « Redéfinir l’interjection par la prosodie des actes de langage »Revue de Sémantique et Pragmatique [En ligne], 41-42 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsp/492 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsp.492

Haut de page

Auteur

Chantal Rittaud-Hutinet

EA 7345 CLESTHIA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de Sémantique et Pragmatique

Haut de page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo Laboratoire Ligérien de Linguistique
  • Logo Presses Universitaires d'Orléans
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search