Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1-2RecensionsPoirel, Dominique (éd.), Le théol...

Recensions

Poirel, Dominique (éd.), Le théologico-politique au Moyen Âge

(Publications de l’Institut d’études médiévales de l’Institut catholique de Paris), Paris, Vrin, 2020, 168 p.
Franck Collard
p. 177-179
Référence(s) :

Poirel, Dominique (éd.), Le théologico-politique au Moyen Âge (Publications de l’Institut d’études médiévales de l’Institut catholique de Paris), Paris, Vrin, 2020, 168 p.

Texte intégral

1Dans l’esprit de l’homme cultivé, le « théologico-politique » évoque le célèbre traité de Spinoza. C’est oublier toute l’importance prise par ce domaine de la pensée durant l’époque médiévale, surtout à partir du moment où le politique s’est constitué en champ de réflexion autonome, à la faveur de la traduction en latin des traités d’Aristote. Un bref historique terminologique sur une catégorie sans doute jamais formulée comme telle au Moyen Âge n’eût pas été superflu. Le concept a-t-il eu la même consistance dans le monde byzantin ou dans l’aire arabo-musulmane ? Que recouvre-t-il exactement ? Comment s’articulent les deux composantes de l’expression ?

2Le volume bref mais dense qui regroupe dix textes en anglais, français et italien produits à l’occasion d’un colloque tenu en 2017 répond à ces questions. Ils explorent sous différents angles disciplinaires, historique et philosophique, diverses facettes du sujet sur la longue durée d’un Moyen Âge ancré dans l’Antiquité biblique et patristique et ayant influencé bien plus qu’on ne croit la « modernité ».

3La plupart des contributions, qui suivent l’ordre des temps, portent sur un auteur ou une œuvre, sauf la réflexion synthétique très suggestive concernant la place du politique dans la pensée byzantine qui le dissocie du théologique et l’associe au philosophique, sans rupture avec la pensée grecque antique mais sans portée pratique, étant donné que le régime impérial n’a rien de commun avec la cité hellénique et son fonctionnement. Le pouvoir s’est longtemps pensé séparément de la théologie et davantage dans les œuvres historiographiques. Il faut attendre Théodore II Laskaris, dans la seconde moitié du xiiie siècle, pour que le gouvernement du basileus fasse l’objet d’une réflexion propre et concrète. Fut-ce à cause de la nature césaropapiste du régime ? L’influence occidentale a-t-elle finit par jouer ?

4Évoluant dans des systèmes de pouvoir communément et superficiellement perçus comme fusionnant les deux sphères, les penseurs arabes Farabi et Avicenne rapportent plus à la philosophie qu’à la théologie la question politique mais Avicenne affecte bien à la prophétie une fonction politique en ceci qu’elle jette les bases de la vie en commun et donc de la conservation de l’espèce, les philosophes y trouvant quant à eux matière à spéculer à distance.

5Après Henri de Lubac, l’auteure de la probante communication sur « l’augustinisme politique » fait justice de l’idée fausse mais tenace selon laquelle la Cité de Dieu serait à la base de la théocratie hiérarchisant les deux ordres terrestre et céleste. Or cela ne correspond pas à la pensée augustinienne mais à une construction bien ultérieure, influencée par l’idéologie grégorienne puis par les débats des années 1250-1300. Les deux cités de l’évêque d’Hippone sont strictement théologiques, sans nulle dimension politique, malgré le mot de civitas. La Cité de Dieu n’établit pas le pouvoir de l’Église sur l’État mais pense l’insertion de l’Église dans la Cité de son temps, œuvrant à rendre compatible l’obéissance à César et la vénération du Très-Haut qui concourt puissamment à la cohésion de la société des hommes.

6Thomas d’Aquin a déployé une pensée du pouvoir riche mais dispersée dans des commentaires sur Aristote et un traité inachevé sur le régime des princes. La puissante communication dont il fait l’objet lui impute légitimement l’avènement d’une science politique autonome, fécondée par la redécouverte des traités d’Aristote. Saint Thomas estime comme procédant de la nature et de la raison l’ordre politique construit par la loi, mais il lui prête toujours une finalité qui le transcende et renvoie à un ordre surnaturel en s’ajustant à la loi divine et non en se séparant d’elle : les deux sphères dont l’une reste subalternée à l’autre ne s’opposent pas mais se conjoignent et coopèrent au profit du Bien commun.

7La contribution texto- et lexicométrique sur le De regimine Principum (un miroir au Prince) et le De potestate de l’ermite de saint Augustin Gilles de Rome, soi-disant précepteur du futur Philippe le Bel puis authentique serviteur de Boniface VIII, rappelle qu’il fut un excellent connaisseur de l’Aristote politique puis montre l’apport aux études d’histoire des idées des approches informatiques, seules à même de traiter les 1310 manuscrits subsistants de l’œuvre égidienne, dont 812 localisables et 1136 datables. L’analyse quantitative des mots et des associations de mots est riche d’enseignement, elle montre par exemple que la gubernacio qu’introduit Gilles dans le champ politique relève ab origine du soin des âmes et des corps plus que du politique.

8La conception par Wyclif d’un regimen judiciale collégial idéalement préférable à un regimen regale coercitif, conséquence de la Chute et amer remède aux comportements peccamineux (du clergé dévoyé en premier lieu) est limpidement présentée malgré la complexité des idées du docteur anglais, partisan d’un dominium purement laïc partagé entre monarque et barons en charge de cantonner l’Église à sa mission de charité, christique, tandis que le roi joue le rôle du Dieu vengeur de l’Ancien Testament.

9Avec Hobbes largement appuyé sur les théories anti-théocratiques du début du xive siècle (Marsile de Padoue en particulier) triomphe l’idée d’une souveraineté du prince ayant transféré à son profit les thèses de la raison théocratique sans les avoir dissoutes. Finalement, la phase médiévale est présentée comme la christianisation de concepts juridiques et philosophico-politiques préexistants, après quoi, profitant des acquis de cette importante étape, la souveraineté séculière s’affirme mimétiquement.

10La principale leçon qui ressort de la lecture d’un volume de haute tenue est que, dans le monde occidental tout du moins, le politique n’a pas progressivement sécularisé ou réduit le théologique mais s’en est nourri. La prétendue trajectoire sécularisante oublie tout ce qu’il doit au modèle ecclésial, avant une résurgence paulinienne rendant à César le gouvernement des hommes sans le priver des acquis de la réflexion théocratique. La souveraineté moderne ne saurait se comprendre en faisant l’économie du théologico-politique. Rappel salutaire pour les penseurs contemporains du pouvoir souvent tentés de négliger le Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Collard, « Poirel, Dominique (éd.), Le théologico-politique au Moyen Âge »Revue des sciences religieuses, 95/1-2 | 2021, 177-179.

Référence électronique

Franck Collard, « Poirel, Dominique (éd.), Le théologico-politique au Moyen Âge »Revue des sciences religieuses [En ligne], 95/1-2 | 2021, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsr/10554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.10554

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search