Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1-2RecensionsDurand de Saint-Pourçain, Comment...

Recensions

Durand de Saint-Pourçain, Commentaire des Sentences. Prologue

Présent. et trad. [par] D. Piché (Sagesses médiévales 22), Paris, Les Belles Lettres, 2020, 284 p.
Isabel Iribarren
p. 179-181
Référence(s) :

Durand de Saint-Pourçain, Commentaire des Sentences. Prologue, présent. et trad. [par] D. Piché (Sagesses médiévales 22), Paris, Les Belles Lettres, 2020, 284 p.

Texte intégral

1Sauvé de l’oubli historiographique par Joseph Koch dans les années 1920 (Durandus de S. Porciano O.P., Münster, 1927), le dominicain Durand de Saint-Pourçain (c. 1275-1334) ne commence à faire l’objet de travaux dédiés que dans les années 2000 (parmi d’autres : R. Friedman en 2003, I. Iribarren en 2005, E. Lowe en 2003, D. Piché en 2009, J.-L. Solère en 2013), renouveau qui atteint son plein essor avec le projet d’édition critique des trois versions de son commentaire des Sentences entrepris par le Thomas-Institut de l’Université de Cologne (pour un bilan de l’avancée du projet : A. Speer [dir.], Durand de Saint-Pourçain and His Sentences Commentary, Leuven, 2014). Le parcours accidenté de ce dominicain à l’esprit indépendant se doit principalement à l’essor d’une orthodoxie thomiste au sein de son ordre au début du xive siècle, dont les prolongements avec le pontificat de Léon XIII au xixsiècle ne fit que reléguer Durand de plus belle aux marges de l’histoire de la philosophie médiévale. En effet, malgré son ascendant sur bon nombre de philosophes et théologiens jusqu’à l’âge moderne et sa brillante carrière ecclésiastique (il fut nommé lector au palais pontifical d’Avignon par Clément V, puis trois fois promu à l’épiscopat par Jean XXII), les prises de position de Durand jaillissaient comme un rappel inopportun de la condamnation de 1277, si délétère pour la réputation du Docteur angélique, au moment précis où l’ordre investissait tous ses moyens dans sa campagne de canonisation. Résolues dans leur projet commun de défendre la crédibilité doctrinale de leur docteur le plus célèbre, les autorités de l’ordre, au premier chef Hervé de Nédellec, prieur provincial de France, réagirent vigoureusement en lançant une double censure, d’abord en 1314 puis en 1317, contre certaines thèses contenues dans le commentaire des Sentences de Durand. Mesure à la fois disciplinaire et doctrinale, cette double censure se proposait d’extraire de la circulation une première rédaction du commentaire diffusée hors de l’ordre sans examen préalable et de porter un jugement doctrinal contre près d’une centaine de thèses jugées contraires à la doctrine thomasienne. Contraint de rédiger une deuxième version, plus conciliatrice, de son commentaire des Sentences, ce ne fut que lorsqu’il fut nommé évêque en 1318 et de ce fait extrait de la juridiction de son ordre, que Durand put entreprendre une troisième et dernière rédaction de son commentaire, seule reconnue par son auteur comme reflétant sa pensée authentique.

2Première traduction jamais entreprise du Prologue de cette ultime version du commentaire de Durand, l’étude de D. Piché s’accompagne d’une présentation de plus de cent pages sur le projet intellectuel du dominicain dans son contexte historique et doctrinal. Le choix de cet échantillon de l’œuvre de Durand est très éclairé : on ne peut fournir de meilleure introduction à la pensée du doctor modernus et resolutissimus que les huit questions que constituent le Prologue de son commentaire des Sentences. Comme le veut le recueil des références partagées que sont les Sentences de Pierre Lombard, cette première partie est consacrée au statut épistémologique de la théologie et sa place relative dans la classification des sciences. Avec la clarté et la rigueur d’analyse qu’on lui connaît de sa traduction commentée de la condamnation parisienne de 1277 (J. Vrin, 1999), D. Piché nous mène à travers chacune des étapes du raisonnement durandien sur la scientificité de la théologie, son objet, sa fin et son rapport à d’autres sciences. Une pertinente mise en contexte argumentatif nous permet d’apprécier la spécificité et le caractère novateur de la position de Durand face à trois modèles principaux de la rationalité théologique en vigueur au xive siècle : le « modèle hypothético-déductif », soutenu par Thomas d’Aquin ; le « modèle illuminationiste » défendu par Henri de Gand ; et le « modèle abstractionniste » de Jean Duns Scot (p. 29). Durand s’inscrit en faux contre ces trois tentatives de garantir le caractère scientifique de la théologie, et défend une théologie plurielle, portant sur deux objets distincts (Dieu comme Sauveur et l’œuvre méritoire) auxquels obéissent deux finalités distinctes, à la fois spéculative et pratique.

3La traduction en un français aussi limpide qu’élégant rend accessible un texte de prime abord difficile à un public plus large, sans négliger les exigences des lecteurs plus spécialisés. Car si la traduction est réalisée à partir de l’édition de Venise (1571) de la tertia redactio du commentaire des Sentences de Durand, les éventuelles lacunes et erreurs ont été corrigées au regard d’un manuscrit de référence (Paris, BnF, lat. 15874). Le lecteur instruit sera donc gratifié par les annotations renvoyant aux sources et par un apparat critique minimal mais extrêmement précieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, « Durand de Saint-Pourçain, Commentaire des Sentences. Prologue »Revue des sciences religieuses, 95/1-2 | 2021, 179-181.

Référence électronique

Isabel Iribarren, « Durand de Saint-Pourçain, Commentaire des Sentences. Prologue »Revue des sciences religieuses [En ligne], 95/1-2 | 2021, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsr/10570 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.10570

Haut de page

Auteur

Isabel Iribarren

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search