Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1-2RecensionsBrague, Rémi, Des vérités devenue...

Recensions

Brague, Rémi, Des vérités devenues folles. La sagesse du Moyen Âge au secours des temps modernes

Trad. de l’angl. [par] G. R. Veyret (Forum), Paris, Salvator, 2019, 192 p.
Isabelle Moulin
p. 186-188
Référence(s) :

Brague, Rémi, Des vérités devenues folles. La sagesse du Moyen Âge au secours des temps modernes, trad. de l’angl. [par] G. R. Veyret (Forum), Paris, Salvator, 2019, 192 p.

Texte intégral

1Tout comme un certain nombre d’ouvrages précédents (Du Dieu des chrétiens et d’un ou deux autres, Paris, Flammarion, 2008 ; Les Ancres dans le ciel. L’infrastructure métaphysique de la vie humaine, Paris, Seuil, 2011 ; Sur la religion, Paris, Flammarion, 2018), ce livre réunit un certain nombre de conférences inédites (dont la liste est donnée p. 173), prononcées de 2009 à 2016. Sa particularité tient dans le fait qu’il a été traduit de l’anglais puisqu’il s’agit de conférences données dans cette langue et déjà réunies sous le titre Curing Mad Truths. Medieval Wisdom for the Modern Age (South Bend [IN], University of Notre Dame Press, 2019).

2L’A. poursuit la thèse qui dirige l’ensemble de son œuvre : le Moyen Âge a-t-il encore quelque chose à nous apprendre ? Est-il possible de puiser des éléments de cette période pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui, ou pour « rendre à César » ce qui lui appartient, autrement dit pour comprendre la formation médiévale de certains concepts dits « modernes » ou encore, pour « dépasser » certaines problématiques issues de la modernité qui enlisent la pensée (voir Modérément Moderne, Paris, Flammarion, 2014) ? C’est avec G. K. Chesterton que dialogue l’A., ce qui explique le titre de son ouvrage (le monde moderne est « saturé de vieilles vertus chrétiennes virant à la folie »). Sans totalement s’accorder avec lui, l’A. ne peut que trouver une communauté de nature entre sa propre thèse et celle de Chesterton ou de Charles Péguy, pour qui le monde moderne parasite les éléments dits pré-modernes.

3L’ouvrage parcourt trois axes principaux, qui sont trois « vérités devenues folles », même s’il en existe bien davantage : 1. « L’idée de création par un Dieu de raison sous-tend l’hypothèse que l’univers matériel peut être compris par les êtres humains » (p. 11), qui se transforme dans la modernité par la suppression de la référence au Créateur et divisant le logos ; 2. « L’idée de providence a été reprise par la pensée moderne, mais “sécularisée” et déformée », dans son remplacement par le progrès ; 3. « L’idée de réclamer la clémence pour ses fautes et de demander pardon a été conservée, elle est même omniprésente dans nos pays européens », sous la forme de la « culture de la culpabilité » (p. 12). Sans évidemment prôner un retour pur et simple du Moyen Âge, l’ouvrage de l’A. cherche à poser les fondements d’un nouveau, d’un certain Moyen Âge (p. 15), afin de « sauver les vertus, les idées ou les vérités que le projet moderne a conduites à la folie » (p. 16) ; autrement dit, faire succéder au post-moderne, le pré-moderne, sans l’anachronisme d’une reprise à l’identique. Un docte travail de philosophe, d’humaniste, d’historien des idées et d’érudit.

4Les trois axes principaux sont déclinés en neuf chapitres : le premier traite de l’échec du « projet » moderne (qui s’inspire, selon l’A. lui-même de son ouvrage Le Règne de l’homme. Genèse et échec du projet moderne, Paris, Gallimard, 2015). Après une critique du terme de « projet » qui se résume en fait à « son propre contenu » (p. 26) et qui met au cœur de sa problématique la notion d’expérience, l’A. souligne que l’expérience moderne s’avère, pour l’homme, à un « essai raté » (p. 33), conduisant à questionner sa légitimité et sa prétention à la vie, sans pouvoir y apporter de réponse.

5Les deux chapitres suivants montrent que la contradiction du projet moderne repose sur sa vision athée (chap. 2) et le refus du point d’appui du bien, issu de la double tradition platonicienne et chrétienne (chap. 3). En mettant l’homme au centre, l’athéisme porte une dimension mortifère parce qu’il ne peut rendre raison de la légitimité de l’homme ; d’où les dimensions autodestructrices de l’homme moderne, notamment dans son rapport à la nature, aux autres espèces, voire dans le questionnement de sa spécificité. Comme le capitaine Whalley de la nouvelle de J. Conrad, l’homme est « au bout du rouleau » (The End of the Tether). Le chapitre 3 esquisse la solution du bien.

6Les chapitres 4 et 5 rappellent la généalogie des idées, vertus ou vérités mises « sur la touche » par la modernité, en rappelant le double apport d’«  Athènes » et de « Jérusalem » dans leur formation et en prenant deux exemples précis : celui de la nature et celui de la liberté ; en revenant, pour la première, à la richesse de ce concept chez saint Thomas d’Aquin, montrant la nécessité d’un retour à la période médiévale et pas seulement antique ; en délaissant, pour la seconde, la liberté d’esclave où nous conduit le projet moderne (à la manière d’un taxi vide, qui ne sait pas où il va et qui est emprunté par quiconque a les moyens de payer, p. 94), pour retrouver la liberté comme accès au Bien en distinguant liberté de choix et vraie liberté (voir les travaux de D. Burrell).

7Le chapitre 6 étudie la notion de culture, en soulignant la conception antico-médiévale de la beauté. Il montre également, dans la lignée de Gaudium et Spes (58.62), que le christianisme n’est pas une culture particulière, mais qu’il ouvre cette dernière vers un dépassement de sa tentation auto-référentielle. Le chapitre 7 s’intéresse à la notion de « valeur » qui a déjà été beaucoup critiquée par l’A. dans ses ouvrages précédents et note que le caractère statique de la « valeur » dont l’origine se trouve en l’homme (d’en bas) a remplacé la dynamique de la « vertu » qui est commandée (d’en haut).

8La fin de l’ouvrage s’élargit sur l’environnement humain en étudiant la famille (chap. 8) et la civilisation (chap. 9). La famille est le lieu « où nature et culture se mêlent et interagissent » (p. 18), par exemple dans le rapport de la composante biologique et culturelle. La civilisation est le dialogue, autrement dit, l’échange de logos, qui doit reposer sur sa double étymologie, comme parole et rationalité. Ainsi, se trouve écarté le « barbare », qui n’est pas toujours celui que l’on attendrait.

9Les ouvrages de l’A. qui rassemblent des contributions orales sont souvent des conversations rafraîchissantes, sur des problèmes contemporains, mais qui reposent toujours sur des éléments scientifiques et érudits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Moulin, « Brague, Rémi, Des vérités devenues folles. La sagesse du Moyen Âge au secours des temps modernes »Revue des sciences religieuses, 95/1-2 | 2021, 186-188.

Référence électronique

Isabelle Moulin, « Brague, Rémi, Des vérités devenues folles. La sagesse du Moyen Âge au secours des temps modernes »Revue des sciences religieuses [En ligne], 95/1-2 | 2021, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsr/10634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.10634

Haut de page

Auteur

Isabelle Moulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search