Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1-2RecensionsLafont, Ghislain, Le Catholicisme...

Recensions

Lafont, Ghislain, Le Catholicisme autrement ?

Paris, Cerf, 2020, 186 p.
Marie-Jo Thiel
p. 189-190
Référence(s) :

Lafont, Ghislain, Le Catholicisme autrement ?, Paris, Cerf, 2020, 186 p.

Texte intégral

1Moine bénédictin de la Pierre-qui-Vire, théologien bien connu pour avoir commis bien des ouvrages fondamentaux, particulièrement autour de l’Église (Imaginer l’Église catholique, l’Église en état de réforme) et de l’Eucharistie (Eucharistie, le repas et la parole), l’A. revient précisément sur ces thèmes dans la présente livraison afin de contribuer à la « révolution systémique » de l’Église attendue par beaucoup et promue par le pape François. Fruit d’une participation de l’A. à un groupe de recherche italien, la réflexion veut « contribuer non à une réforme, mais à une reconstruction : la mise en place d’une église non pas animée par la charité, mais édifiée sur elle » (p. 6). Elle s’articule autour de quatre points dont le sens s’est déplacé durant les dernières décennies : le sacrifice, l’Eucharistie, le ministère et ce Nom divin appelé « Amour en excès ou Miséricorde » (p. 9).

2Trois chapitres structurent l’ouvrage : l’amour désarmé, le sacrifice expiatoire et la pratique de l’Église. Dans le premier, l’A. pose le primat de l’Amour en Dieu qui implique un renouvellement de l’idée de sacrifice présente tout au long de cette réflexion et reprise comme contre-épreuve dans le second chapitre. L’A. veut, en effet, montrer combien le primat de l’Amour en Dieu déplace les éléments traditionnels de l’histoire du péché, du salut, de la Croix du Christ, des pouvoirs, des ministères… qui se laissent résumer « sous la catégorie de la puissance » (p. 103, italique original). Le dernier chapitre peut alors tirer les conséquences de l’argumentation et formuler des propositions concrètes pour la pratique de l’Église. L’A. revient ainsi sur le « bon usage » de l’Eucharistie, de l’autorité, la question de la figure du prêtre et de l’ordination d’hommes et de femmes mariés, la relation entre sacerdoce et vie religieuse. Le développement est plein de nuances mais aussi très ferme, à l’encontre du cléricalisme dénoncé par le pape François.

3Ce dernier chapitre est à mon sens la partie la plus innovante et la plus audacieuse. Certes, l’ensemble se tient bien et le « catholicisme autrement » du titre de l’ouvrage est celui d’un « christianisme de l’Amour désarmé […] animé par la catégorie de la parole adressée » (p. 103, italique original). Néanmoins, je pense que la place donnée au sacrifice est excessive. Certes l’A. essaye de le mettre en lien avec l’Amour nu. Mais il ne rompt pas complètement avec le « sacrifice expiatoire » : son objectif est de « l’inclure » et de le conduire « à plus de perfection » (p. 103). Ce faisant, il est confronté à différents obstacles : d’abord il ne prend pas suffisamment acte des méfaits historiques de la sacralisation des clercs liée au « sacri-fice » (faire-sacré) qui a conduit au cléricalisme ; ensuite cette catégorie n’est aujourd’hui plus audible par nos contemporains ; enfin, il n’est pas sûr, si l’on suit les données théologiques, exégétiques et historiques des premiers siècles, que la catégorie de sacrifice prééminente pour les judéens soit celle de Jésus qui pourrait à l’inverse l’avoir totalement déclinée. Les recherches doivent continuer à cet égard.

4Pour autant, le dernier chapitre tire des conséquences claires et pertinentes dont on sait gré à l’A. Il rappelle qu’à propos des prêtres par exemple, « même dans les textes de Vatican II, on se trouve parfois devant deux notions peut-être inconciliables » (p. 118), en particulier quand Lumen gentium 10 confronte sacerdoce commun des fidèles et sacerdoce ministériel ou hiérarchique. On a beau essayer d’articuler ces éléments, « reste que, dans la participation, quelques-uns ont le pouvoir, le sacré, le hiérarchique et sont d’une essence qu’il faut bien qualifier de supérieure, tandis que les autres ne se distinguent que par leurs vertus » (p. 119). Cela amène un autre point qui mérite d’être discuté : la gouvernance de la communauté chrétienne. Le prêtre seul a, selon l’A., reçu par l’ordination le don de gouverner (p. 120). Et même, écrit-il, « le sacrement de l’ordre ne donne pas d’abord et avant tout le ‘pouvoir’ de célébrer l’Eucharistie, ni d’autres pouvoirs qualifiés de hiérarchiques, mais l’autorité pour le devoir de conduire une communauté » (p. 124-125). L’A. n’est donc pas d’accord à conférer un pouvoir de juridiction sans pouvoir d’ordre, alors qu’actuellement — et le synode en Amazonie a évoqué largement cette question — on nomme des laïcs ou des religieuses comme responsables de paroisses (p. 147). Il me semble que ce sujet de la gouvernance comprend différents niveaux d’approche qui mériteraient d’être approfondis.

5La question des femmes est bien analysée comme « exercice d’école » (p. 140) tant elle est piégée. Et quand il écrit : « s’il avait lieu un jour d’ordonner des femmes, il vaudrait mieux ne le faire qu’après une assez longue et satisfaisante expérience d’un clergé masculin mixte » (p. 140), on se dit qu’il s’agit là d’une boutade ou d’une « prudence » eu égard à la fermeture de cette question…

6Bien d’autres suggestions mériteraient qu’on s’y arrête mais ce sera au lecteur de les découvrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Lafont, Ghislain, Le Catholicisme autrement ? »Revue des sciences religieuses, 95/1-2 | 2021, 189-190.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Lafont, Ghislain, Le Catholicisme autrement ? »Revue des sciences religieuses [En ligne], 95/1-2 | 2021, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsr/10649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.10649

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search