Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1-2RecensionsZundel, Maurice, Œuvres complètes...

Recensions

Zundel, Maurice, Œuvres complètes, t. 1 : Vivre la divine liturgie. Écrits de 1919 à 1935

Rassemblés, présent. et éd. [par] M. Donzé, Paris, Parole et Silence, 2019, 528 p.
Michel Steinmetz
p. 192-193
Référence(s) :

Zundel, Maurice, Œuvres complètes, t. 1 : Vivre la divine liturgie. Écrits de 1919 à 1935, rassemblés, présent. et éd. [par] M. Donzé, Paris, Parole et Silence, 2019, 528 p.

Texte intégral

1Vivre la divine liturgie est le premier tome d’une longue et ambitieuse entreprise qui comptera à terme neuf volumes présentant l’ensemble de l’œuvre de Maurice Zundel (1897-1925). L’A. s’occupe de la recherche de la Vérité : il nourrit son appétit pour la science, se passionne pour les questions sociales et politiques, marque un intérêt aux questions touchant l’éducation affective et sexuelle. L’A. est assurément un précurseur mais seulement reconnu comme tel au soir de sa vie alors que Paul VI l’invitera à prêcher une retraite au Vatican en 1972. Le présent ouvrage est donc le premier de neuf annoncés et qui réuniront l’intégralité des œuvres multiformes de M. Zundel : une vingtaine de livres, de nombreux articles de revues et de journaux, mais aussi les transcriptions des retraites, conférences et homélies de l’orateur que fut Zundel. Il faudra encore ajouter des correspondances, dont certaines pour l’heure encore inédites.

2Vivre la divine liturgie ouvre cette intégrale. Dans la préface, l’A., parlant de l’Église écrit : « Elle est la Mère dont la prière jamais lasse se dépense à toute heure, en louange, en appel, vers la très pure Beauté, qui peut seule rassasier de gloire notre âme, avide de grandeur. À la lumière qui éclaire son visage, au rêve de Beauté que reflètent ses traits, ce livre voudrait faire reconnaître en Elle : la demeure de l’Esprit et l’Épouse du Seigneur » (p. 47). La divine Liturgie (c’est ainsi que l’A. aime à nommer l’Eucharistie, à la manière de l’orthodoxie) est, pour lui, le moment par excellence où l’homme, la communauté, l’humanité même expriment leur élan vers la Beauté avec des mots, des gestes, des rites, des choses. Né à Neufchâtel, le jeune Maurice fait ses études à l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln. Cette fréquentation de la liturgie abbatiale le marquera à jamais et sa méditation sur la liturgie s’enracine sans aucun doute dans cette expérience où « il découvrit la profondeur du silence et la splendeur de la liturgie » (p. 38). Pour lui, la liturgie n’est pas un ensemble de rites à respecter. Elle se comprend dans la venue du Verbe fait chair, dans le double mouvement de son exitus-reditus. Ainsi « ceux qui consentent à s’unir à lui et donc à faire Église, constituent le Corps, dont le Christ est la tête » (p. 43) ; et « le Corps amplifie à l’humanité la Présence du Christ » (ibid.). C’est pourquoi la liturgie est et doit être un poème, enchâssé dans le silence et la lumière, parce que chaque élément est plus que lui-même et craque vers l’infini de Dieu. Il en est ainsi, parce que, pour l’A., la nature même de l’homme le requiert. « La vie nous révèle à nous-mêmes comme une capacité d’infini », écrit-il tout au début du Poème (p. 143), dont les deux versions, celles première de 1926 et celle de 1934, marquée par le thème de la pauvreté de Dieu, constituent une bonne part de l’ouvrage (279 pages). Les deux textes commentent les rites de la messe, évidemment ici selon l’ordo de Pie V en usage alors. Le reste du volume donne en outre accès à une présentation de l’œuvre de l’A., à une brève biographie et à une bibliographie des livres et des écrits de 1918 à 1935, aux articles de revues et de journaux de la même période (et dont les thèmes débordent la question liturgique), ainsi qu’à quelques textes de l’œuvre orale.

3On pourrait s’interroger sur la pertinence de Zundel en liturgie. À vrai dire, il n’est pas un liturgiste au sens du Liturgiewissenschaftlicher, il est plutôt un théologien du spirituel en liturgie. Là où il fait preuve d’une réelle modernité — prophétique ? — en son temps, c’est qu’il n’exploite pas la liturgie comme un prétexte au discours : il part d’une liturgie considérée d’abord comme action du corps ecclésial, une -urgie. C’est alors que les rites deviennent dans leur advenir même le lieu d’une spiritualité chrétienne au profit de l’intelligence vive de la foi et d’une charité pressante. Zundel est assurément un précurseur. Il participe par son originalité au Mouvement liturgique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Steinmetz, « Zundel, Maurice, Œuvres complètes, t. 1 : Vivre la divine liturgie. Écrits de 1919 à 1935 »Revue des sciences religieuses, 95/1-2 | 2021, 192-193.

Référence électronique

Michel Steinmetz, « Zundel, Maurice, Œuvres complètes, t. 1 : Vivre la divine liturgie. Écrits de 1919 à 1935 »Revue des sciences religieuses [En ligne], 95/1-2 | 2021, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rsr/10682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.10682

Haut de page

Auteur

Michel Steinmetz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search