Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82/1RecensionsBernard Meunier (dir.), La person...

Recensions

Bernard Meunier (dir.), La personne et le christianisme ancien

Paris 2006, Éd. du Cerf, collection Patrimoines (Christianisme), 360 p.
Françoise Vinel
p. 130-132
Référence(s) :

Bernard Meunier (dir.), La personne et le christianisme ancien, Paris 2006, Éd. du Cerf, collection Patrimoines (Christianisme), 360 p.

Texte intégral

1Un ouvrage collectif, mais dont B. Meunier (B. M.), directeur du séminaire dont l’ouvrage est le résultat, assure la majeure partie ; des chapitres entiers et surtout les introductions et conclusions, ce qui l’amène à affirmer dès la première ligne de l’avant-propos : « ce ne sont pas des études qu’on va lire, mais une étude ».

2La masse de la documentation, la période et les aires géographiques couvertes, ont de quoi impressionner. Un examen méthodique du vocabulaire, plus précisément des occurrences des termes prosôpon, hypostasis et per-sona dans la littérature grecque et latine - une place plus grande étant naturellement faite à la littérature chrétienne, puisque la « personne » nous renvoie, selon une hypothèse classique, à la rencontre de trois champs de réflexion : anthropologique, christologique et trinitaire. L’ensemble constitue quatre grandes parties : les trois premières sont consacrées chacune à l’un des trois termes étudiés, et suivent l’ordre chronologique : des emplois du terme dans la langue classique jusqu’au 5e siècle de notre ère, en faisant place aux auteurs qui ont particulièrement contribué à préciser, spécifier la notion de persona ou d’hypostasis. Il est notable que B. M. choisit de commencer par le dossier latin et il s’en justifie dès les premières lignes de son introduction en rappelant le lien étymologique entre le terme latin et le mot « personne » dans notre langue. Avec la quatrième partie, intitulée « Personne », un concept anthropologique ?, de nouveaux auteurs sont mis à contribution, jusqu’à Boèce en Occident et Jean Damascène en Orient et ce sont surtout les controverses christologiques qui viennent aider la notion de « personne » à se préciser. Le simple énoncé de ces différentes parties montre l’ampleur du corpus de textes examiné, à la fois oriental et occidental.

3B. M. lui-même est bien conscient des écueils d’une telle entreprise et d’emblée le titre donné à l’ensemble est problématique : de quelle « personne » s’agit-il ? L’écart temporel entre notre usage du terme, aujourd’hui chargé de significations multiples (et largement psychologiques) et les termes qui ont progressivement servi à individualiser la nature commune, à définir le particulier par rapport à l’universel dans les premiers siècles de la pensée occidentale, est difficile à maîtriser. Et ce serait aussi une illusion d’optique, faudrait-il d’ailleurs ajouter, que de penser que le mot « personne » aujourd’hui renvoie à une réalité unanimement reconnue et définie, et que le lien entre « personne » pour désigner les êtres humains et les « personnes » de la Trinité ou le Christ comme personne ne fait pas difficulté !

4Si la plupart des chapitres se présentent comme des études lexicales, l’introduction suggère qu’il s’agit de vérifier une thèse : « le christianisme, dans la lignée du judaïsme, a-t-il été le facteur décisif qui a fait passer l’humanité du collectif au personnel ? » (p. 10). Posée en ces termes, la question déborde très largement l’enquête lexicale ! Face à cela, « suivre la destinée de quelques mots » (p. 14), même s’il s’agit précisément de ceux que les Pères ont privilégiés dans leur théologie et leur christologie, est sûrement une enquête indispensable mais ne reste-t-elle pas pourtant en deçà de l’ambition énoncée ? Aussi, avant de revenir à toute la richesse de bien des pages de l’ouvrage, me faut-il exprimer le double malaise né de la lecture de l’ensemble. Du côté de la recherche sur l’emploi des termes retenus, en latin puis en grec, par les théologiens chrétiens majeurs, les outils informatiques sont évidemment mis à contribution et les dossiers qui en résultent n’échappent pas toujours à l’impression de monographies successives : ainsi la première partie fait se succéder des chapitres sur « persona » chez Tertullien, dans le De Trinitate d’Hilaire, puis chez Augustin. Nous lisons les résultats de la recherche, sans doute, et on ne pouvait revenir sur le contexte, le détail de chaque texte. Le choix d’un chapitre de l’Adversus Praxean ou de quelques passages du De Trinitate corrige quelque peu cette impression d’alignement de dossiers.

5La thèse (nettement plus qu’une hypothèse, cela paraît clair dès le début) à vérifier impliquait qu’on fasse place aussi à l’emploi des différents termes dans la langue classique et dans la littérature non-chrétienne. Le chapitre sur le néoplatonisme (chap. XV, p. 215-232) est sans doute un de ceux qui trahit le mieux les limites de la méthode choisie et la réflexion empruntée à Pierre Hadot sur la portée de l’expérience plotinienne (p. 12) pouvait d’emblée laisser comprendre qu’il était insuffisant de s’en tenir à la série des emplois de hypostasis. L’enquête à base lexicale trouve là sa limite, et B. Meunier reconnaît bien volontiers que l’étude des auteurs néo-platoniciens dépassait le cadre du séminaire et de l’ouvrage. La focalisation sur quelques termes fait difficulté si elle exclut des pans entiers de la littérature, plus particulièrement les textes stoïciens. S’en tenir, en deux pages, aux emplois de persona chez Sénèque correspond sans doute à la méthode choisie mais est-ce suffisant pour s’en remettre, même avec prudence, au jugement de H. Drexler, pour qui, résume B. M., « la latinité classique [n’a] pas donné le jour à une véritable subjectivité » ? (p. 27). L’approche de l’individu par la médecine ancienne aurait eu sans doute aussi sa légitimité.

6Dans sa conclusion, l’A. énonce la conviction qui est peut-être la source de la gêne du lecteur : « Les mots vivent leur histoire en quelque sorte détachée de celle des mentalités et de la conscience de soi » et, quelques lignes plus loin, la dernière phrase de l’ouvrage : « Lorsque les mots se trouveront finalement au rendez-vous longtemps différé avec les idées, la notion de personne sera vraiment née, à une époque sans doute éloignée de l’Antiquité, mais forte de son héritage » (p. 346). Cette manière de considérer les mots indépendamment des « mentalités », de la « conscience de soi », et des « idées » a de quoi surprendre ! Ne serait-il pas plus opportun, au terme d’une étude portant très explicitement sur les mots hypostasis, prosôpon et persona, de reconnaître que bien d’autres termes, c’est-à-dire bien d’autres champs de la réflexion et des mentalités contribuent, dans ces mêmes siècles, à faire émerger toute la richesse de ce que nous mettons sous la notion de « personne » (étant bien entendu, comme le reconnaît B. M., que l’histoire des mots et des concepts continue au fil des siècles) ? On pense en particulier à tout le vocabulaire de l’âme et des parties de l’âme, et les quelques pages consacrées à Maxime le Confesseur et à sa lutte contre le monothélisme suggèrent cela, nous semble-t-il, en faisant place à la réflexion de Maxime sur la gnômè et la définition de l’acte libre (p. 298-304). Bien sûr, ce serait redoubler le travail concernant les Pères Cappadociens ou Augustin, mais le titre donné à l’ouvrage trouverait là une meilleure justification.

7À l’évidence, disons-le, l’enquête menée par B. M. ouvre sur des questions décisives pour aujourd’hui tout autant que pour l’Antiquité chrétienne, au plan, cette fois, de la théologie trinitaire et de la christologie. Nous venons de signaler plusieurs points de désaccord avec la démarche suivie et les (hypo)thèses de travail. Ce serait tout à fait injuste, cependant, de ne pas souligner l’intérêt de la masse documentaire mise en lumière d’un chapitre à l’autre et de la mise en perspective des significations données aux trois termes étudiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Bernard Meunier (dir.), La personne et le christianisme ancien »Revue des sciences religieuses, 82/1 | 2008, 130-132.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Bernard Meunier (dir.), La personne et le christianisme ancien »Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/1 | 2008, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/1074 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.1074

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search