Navigation – Plan du site

Liminaire

Michele Cutino et Christophe Guignard
p. 503-505

Texte intégral

1Le présent dossier rassemble des travaux présentés à Strasbourg le 12 mai 2017, lors de la 2e journée de l’Équipe de recherche sur le christianisme ancien et médiéval (ERCAM) appartenant à l’EA 4377 et rattachée à la Faculté de théologie catholique de notre université. Cette journée d’étude a conclu le projet quinquennal de l’ERCAM, qui portait sur « La théologie de la création : des hommes et des animaux », projet qui avait également donné lieu à un colloque international en mars 2015 sur le thème de « La restauration de la création. Quelle place pour les animaux ? », dont les actes sont à paraître en novembre de cette année chez Brill (Leiden) dans la collection Supplements to Vigiliae Christianae.

2La journée du 12 mai visait à approfondir le thème de la différenciation sexuelle dans le christianisme ancien. Ce thème, en fait, devient une véritable question à partir du ive siècle, sans doute en vertu de l’évolution socio-culturelle du christianisme suite au « tournant constantinien » : on commence alors à s’interroger sur le statut protologique et eschatologique de la femme par rapport à l’homme. Les débats du IVe siècle prolongent toutefois une réflexion amorcée bien plus tôt. À cet égard, on peut remarquer une différence d’approche significative entre les tendances exégétiques :

  • dans la perspective alexandrine, fondée sur l’opposition dialectique entre les deux récits de la création de la Genèse (1, 26-27 et 2, 7), l’identification de l’ « homme créé à l’image de Dieu » de Gn 1, 26 avec l’âme, bien distincte de l’élément corporel, façonné à partir de la boue en Gn 2, 7, conduisait naturellement à postuler l’égalité des facultés intérieures des hommes et des femmes, en vue d’un retour eschatologique de tous les êtres créés à la condition spirituelle, angélique, antérieure au péché, où il n’y a pas de place pour la différenciation sexuelle ;

  • la tradition antiochienne, en revanche, qui partageait la lecture unitaire des deux récits génésiaques développée par Théophile d’Antioche et Irénée de Lyon, instaure une dichotomie tout à fait nouvelle entre le moment protologique, où seul l’homme, selon l’interprétation paulinienne de 1 Co 11, 7, est créé « à l’image », et le moment eschatologique, la perspective de la rédemption, où les femmes partagent la même condition que les hommes.

3Ce débat se fit encore plus brûlant à la fin du ive siècle, à l’occasion de la querelle qui se produisit entre Jérôme, Épiphane de Salamine et Jean de Jérusalem sur la conception origénienne de la résurrection, notamment sur la résurrection des femmes. Né en Orient, ce débat atteignit l’Occident, où il suscita notamment les prises de position d’Augustin.

4On le voit : le thème de la différenciation sexuelle interroge en profondeur les premiers chrétiens sur des questions centrales de leur foi, la création et l’accomplissement eschatologique avec la résurrection des morts. C’est pourquoi se poser des questions sur la permanence ou non des sexes dans la situation eschatologique signifie, en même temps, s’interroger sur le projet de Dieu pour sa création, et, donc, sur les modalités à travers lesquelles les chrétiens ont cherché à interpréter ce projet et à le réaliser dans le concret de leurs constructions socio‑culturelles.

5Par rapport à la production critique qui a manifesté au long des dernières décennies un intérêt croissant pour ce thème de la différenciation sexuelle, les contributions que nous présentons dans ces actes, cherchent à proposer des pistes nouvelles à parcourir dans l’examen des différentes questions, en couvrant autant que possible l’arc chronologique et géographique des témoignages chrétiens anciens. En effet, deux contributions concernent la littérature grecque : celle d’E. Prinzivalli, qui inaugure ce dossier à travers un examen des interprétations chrétiennes les plus anciennes des questions exégétiques liées au débat sur les sexes, en accordant une attention particulière à la tradition alexandrine, et celle de F. Candido, qui aborde la différenciation sexuelle dans la dimension protologique à partir du Banquet de Méthode d’Olympe ; le monde latin est également représenté par deux études, concernant l’une Ambroise de Milan (A.‑S. Dulat-Gravier) et l’autre Augustin (M. Cutino), lequel, constituant en quelque sorte le point d’arrivée des débats sur ce thème dans l’Antiquité chrétienne, conclut naturellement ce dossier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michele Cutino et Christophe Guignard, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 503-505.

Référence électronique

Michele Cutino et Christophe Guignard, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3515 ; DOI : 10.4000/rsr.3515

Haut de page

Auteurs

Michele Cutino

Articles du même auteur

Christophe Guignard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page