Navigation – Plan du site
Recensions

Christophe Raimbault, L’avènement de l’amour. Épître aux Romains 12 et 13

Paris, Cerf, 2017
Jacques A. Ahiwa
p. 616-617
Référence(s) :

Christophe Raimbault, L’avènement de l’amour. Épître aux Romains 12 et 13, Paris, Cerf, coll. « Lectio divina », 265, 2017, 621 p.

Texte intégral

1La monographie de C. Raimbault sur l’amour dans l’épître aux Romains est une belle œuvre bien documentée de 621 pages, dont 400 pages de texte, 1826 notes explicatives occupant 161 pages, toutes reportées à la fin du livre, et 52 pages de bibliographie judicieusement organisée par thème.

2L’hypothèse de la recherche pose le thème de l’amour comme central et fédérateur dans les chapitres 12 et 13 de l’épître aux Romains, tout en évaluant son enrichissement progressif dans l’argumentation de Paul en relation avec un champ sémantique beaucoup plus vaste. L’agapè devient alors le nouveau « paradigme offert aux croyants et une thématique unificatrice de l’ensemble » de l’épître (p. 394).

3L’étude se compose de quatre grandes parties. Partant de son contexte d’élaboration, la première partie situe la place et le rôle de l’agapè dans l’ensemble de la lettre. Dès ces préliminaires, l’auteur essaie de déterminer la logique et la dynamique interne qui guident Rm 12 et 13. La deuxième partie aborde de façon précise le thème de l’amour. Le vocabulaire diversifié de l’amour est passé en revue et repositionné dans un champ sémantique plus large. Les circonstances de l’utilisation de ce vocabulaire et les différences chez Paul sont étudiées en rapport avec l’ensemble de l’épître aux Romains. La troisième et la quatrième partie présentent une analyse littéraire, verset par verset, respectivement des chapitres 12 et 13 de Romains, suivant la structure dégagée pour chaque chapitre.

4La conclusion reprend et valide l’hypothèse de départ selon laquelle l’agapè constitue le nouveau paradigme autour duquel doit se construire la vie de la communauté chrétienne. L’agapè est alors présentée comme une tâche et un projet à réaliser. Elle se positionne en Romains comme le nouveau baromètre d’évaluation de la foi et de sa mise en œuvre dans les relations interpersonnelles. L’agapè n’est donc pas un motif marginal dans l’épître aux Romains, mais en commande et en informe toutes les articulations. Il va sans dire que, contrairement à la thèse communément admise qui pose le salut par la foi comme thème principal de l’épître, l’auteur initie une nouvelle lecture autour de la thématique de l’agapè.

5L’intuition de Raimbault est louable et originale du fait qu’elle sort des sentiers battus pour orienter les regards vers une autre approche de l’épître aux Romains par le biais de l’analyse rhétorique. Le texte est bien présenté, l’étude savamment organisée et cohérente ; l’ensemble se lit aisément. Merci à l’auteur de nous donner une telle œuvre de grande portée scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques A. Ahiwa, « Christophe Raimbault, L’avènement de l’amour. Épître aux Romains 12 et 13 », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 616-617.

Référence électronique

Jacques A. Ahiwa, « Christophe Raimbault, L’avènement de l’amour. Épître aux Romains 12 et 13 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3583

Haut de page

Auteur

Jacques A. Ahiwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page