Navigation – Plan du site
Recensions

Serge Margel, L'invention du corps de chair. Étude d'anthropologie religieuse du premier christianisme

Paris, le Cerf, 2016
Kyong-Kon Kim
p. 619-620
Référence(s) :

Serge Margel, L'invention du corps de chair. Étude d'anthropologie religieuse du premier christianisme, Paris, le Cerf, coll. « Les conférences de l'École pratique des hautes études », 8, 2016, 140 p.

Texte intégral

1Le corps humain, à la fois individuel et social, étant considéré, dans diverses religions tant occidentales qu'orientales, tantôt comme l'unique voie d'accès au salut, tantôt comme la barrière même à l'expérience salvifique, la « somatologie » semble occuper une place à part entière dans la pensée religieuse. Parallèlement, l' « épistémologie somatique », une approche pluridisciplinaire embrassant l'anthropologie, la sociologie, la philosophie, la théologie, l'histoire, voire la médecine, paraît aujourd'hui connaître un attrait croissant.

2En effet, S. Margel, chercheur genevois, vise, tout en poursuivant sa recherche anthropo-somatologique, dans le présent ouvrage issu de ses conférences données en 2014‑2015 à l'École pratique des hautes études dans le cadre de la chaire « Anthropologie religieuse » de R. K. Piettre, préfacière de l'ouvrage (p. 5‑9), à mettre en évidence, d'une part, la singularité de l'anthropologie (proto)chrétienne relative à la corporéité, qu'il qualifie de « tournant anthropologique » dans l'histoire du corps en Occident, notamment vis‑à‑vis des anthropologies hébrarques et hellénistiques, et d'autre part, l'appropriation-légitimation ontologico-théologique de la notion de corps de chair (corpus carnis) entreprise par des apologistes chrétiens d'expression latine, plus particulièrement par Tertullien de Carthage (env. 155‑env. 225).

3C'est dans cet objectif que l'auteur énonce, dans le chapitre premier « Les antinomies de la chair » (p. 17‑54), le changement de paradigme quant à la perception de la constitution humaine chez ces apologistes : dès lors, la distinction de la chair et du corps allait se substituer à la division binaire de l'âme et du corps, et l'aspect charnel du Christ, incarné et ressuscité, allait se placer au cœur des réflexions christologiques et sotériologiques, puisque cette chair christique ne serait autre que le Sitz im ewigen Leben. Les chapitres II et III, « Les apparitions de la chair » (p. 55‑91) et « Les destinées de la chair » (p. 93‑123), rendent ensuite compte principalement des arguments avancés par Tertullien face à ses adversaires gnostiques et docètes nommés Marcion (env. 85‑env. 160), Apellès (env. 110‑ env. 185) et Valentin (mort vers 160), qui niaient la corporéité du Christ et/ ou sa naissance : l'essentiel des démonstrations du Carthaginois, tentant de justifier l'économie du salut fondée sur l'annonce par les prophètes vétérotestamentaires de la venue du Christ dans la chair par la naissance, consisterait en une double identification substantielle, entre la divinité et l'humanité dans la chair incarnée du Christ, puis entre cette chair incarnée et la chair ressuscitée du Christ.

4Si cet exposé du chercheur helvétique tâche de démontrer la valeur sotériologique de la corporéité christique, axiomatisée par le premier christianisme, une approche historique de l'origine de cette singularité christologique, introduite par l'auteur de l'Évangile de Jean et approfondie par Ignace d'Antioche (mort entre 100 et 117) et Irénée de Lyon (env. 130‑env. 208), ainsi qu'une observation socio‑politique sur l'élaboration théologique de l'écrivain carthaginois, dans un climat de persécutions et de défis hétérodoxes, auraient rendu, du point de vue de l'histoire des religions, cet opuscule plus pertinent et plus digne des appréciations de sa préfacière : « Marier résolument philosophie, théologie, anthropologie et histoire dans l'ancrage au plus concret, au corps humain en lequel s'incarna le corps divin en Occident, c'est le tour de force auquel S. Margel se livre dans le présent ouvrage » (p. 5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kyong-Kon Kim, « Serge Margel, L'invention du corps de chair. Étude d'anthropologie religieuse du premier christianisme », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 619-620.

Référence électronique

Kyong-Kon Kim, « Serge Margel, L'invention du corps de chair. Étude d'anthropologie religieuse du premier christianisme », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3589

Haut de page

Auteur

Kyong-Kon Kim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page