Navigation – Plan du site
Recensions

Paulin de Périgueux, Vie de saint Martin. Prologue

Paris, Cerf, 2016
Isabelle Perée
p. 620-621
Référence(s) :

Paulin De Périgueux, Vie de saint Martin. Prologue, Livres 1-111, introduction, édition critique, traduction et notes par S. LABARRE, Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes », 581, 2016, 403 p.

Texte intégral

1Sylvie Labarre, maître de conférences en langue et littérature latines à l’Université du Maine (Le Mans) et membre du laboratoire d’études sur les Monothéismes (UMR 8584), a déjà publié plusieurs ouvrages. Celui‑ci fait partie de l’ensemble des travaux présentés en vue de l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches.

2C’est vers 470 que Paulin de Périgueux compose une Vie de saint Martin en 3500 vers. Cette épopée, qui évoque l’Énéide de Virgile, puise ses renseignements historiques dans les écrits de Sulpice Sévère. S. Labarre écrit une belle introduction sur l’auteur et son contexte et ne manque pas de présenter un plan de l’ensemble du poème, qui comprend, outre un prologue, six chants ou livres, dont seuls les trois premiers sont ici édités et traduits.

3S. Labarre fait observer que le projet poétique de Paulin de Périgueux se lit dans les préfaces des différents chants et dans certains intermèdes qui marquent des pauses dans la narration. Cette œuvre est une polémique anti‑parenne dont Paulin donne la clé dès l’ouverture du premier chant : parce que les Gaulois n’avaient pas été témoins de ses miracles, le Christ leur envoie Martin, afin de persuader ceux qui avaient besoin de voir pour croire. Les actes de Martin sont donc interprétés selon les commandements de l’Évangile. L’épisode du manteau présenté par Paulin a particulièrement retenu notre attention car, comme le souligne S. Labarre, il donne de l’ampleur à la scène en y ajoutant des éléments propices à la dramatiser : la maigreur de Martin, la nudité du pauvre, les paroles entrecoupées. Ainsi, « dans uix uerba frementi / dimidians praefracta sono, les fricatives et les dentales traduisent la diction saccadée de celui qui a froid. On croit entendre les dents qui claquent. » Bien entendu, Paulin est souvent dans l’amplification des faits et des descriptions par rapport à Sulpice Sévère. Avec cette première réécriture, qui sera suivie par d’autres, Paulin de Périgueux consacre Martin de Tours comme le modèle du saint évêque dans l’Occident médiéval.

4La bibliographie et les notes de bas de page sont riches et instructives. En conclusion, la version de cette Vie de saint Martin de Paulin présentée par S. Labarre est une belle incitation à la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Perée, « Paulin de Périgueux, Vie de saint Martin. Prologue », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 620-621.

Référence électronique

Isabelle Perée, « Paulin de Périgueux, Vie de saint Martin. Prologue », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3592

Haut de page

Auteur

Isabelle Perée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page