Navigation – Plan du site
Recensions

Marc Feix – François Schmitt (dir.), Mgr Charles-Émile Freppel (1827-1891) d’Obernai à Angers, fils de l’Alsace et évêque français

ERCAL Publications, 2017
René Heyer
p. 621-623
Référence(s) :

Marc Feix – François Schmitt (dir.), Mgr Charles-Émile Freppel (1827-1891) d’Obernai à Angers, fils de l’Alsace et évêque français, Strasbourg, ERCAL Publications, coll. « ERCAL », 22, 2017, 317 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif consacré à Mgr Freppel que vient de publier l’ERCAL prend place dans une longue suite de commémorations de la figure de cet Alsacien ordonné évêque d’Angers en 1870, commémorations amplifiées par le souvenir de la translation de son cœur à Obernai en 1921 et par la célébration des anniversaires successifs de l’université catholique de l’Ouest qu’il a fondée en 1875 (voir p. 305‑306). S’inscrit aussi pour une part dans cette histoire la convention qui lie depuis trente ans les facultés de théologie catholique d’Angers et de Strasbourg pour l’enseignement - convention étendue à la recherche depuis six ans.

2L’ouvrage reprend pour l’essentiel les communications faites au colloque tenu à Obernai en 2011, augmentées de nombreux documents et illustrations. Le portrait de la personne privée, depuis son environnement familial alsacien jusqu’à ses études, se confond vite avec la personnalité publique du professeur d’éloquence sacrée en Sorbonne, du prélat intransigeant en butte au camp républicain et aux « faux‑frères » catholiques libéraux, enfin à l’homme politique, député de Brest après avoir souhaité l’être du Haut‑Rhin, puis de Paris. Célèbre comme héraut du retour à la France des provinces d’Alsace‑Lorraine annexées à l’Allemagne par le traité de Francfort, il assimile le catholicisme à la France royaliste et l’Allemagne au protestantisme. Des interventions précises et vivantes qui composent le volume, on retiendra surtout les aspects concernant une évidente distance historique et la confrontation entre les convictions et la théologie universitaire.

3Les faits du passé peuvent surprendre, voire choquer, un esprit contemporain, tant qu’ils ne sont pas remis en contexte historique. C’est bien sûr le cas pour le prélèvement du cœur sur le cadavre, pratique largement répandue à l’âge classique et qui n’est pas loin de nous paraître barbare aujourd’hui. Ne heurte sans doute pas moins la présentation d’un catholicisme conçu comme une vision du monde et identifié à une entreprise civilisatrice, dont témoigne entre autres le choix par l’évêque des armes et de la devise d’Urbain VIII, le pape Barberini connu pour avoir fait condamner Galilée (voir l’article de Robert Stahl, p. 103‑120). En même temps, la mise en application d’un programme d’aide concrète aux plus démunis, le souci conséquent du maillage éducatif forcent l’admiration (voir Robert Martin-de-Montagu, p. 80 et suiv.).

4Professeur au talent pédagogique reconnu, l’abbé Freppel faisait servir ses lectures des Pères de l’Église à l’éclairage de l’actualité et au renforcement de certitudes bien affirmées. Pourtant, la place ménagée au savoir et à l’enquête documentaire est bien réelle sous le souci apologétique et le balancement rhétorique (voir les appréciations de Jean-Michel Boehler et de Marcel Metzger). Reprenant ce qu’il appelle « l’apostolat intellectuel de Mgr Freppel » au moment de la célébration du centenaire de la naissance de celui-ci, le professeur Émile Amann, de l’université de Strasbourg, en profite pour dresser un tableau des exigences de la théologie universitaire, exigences que le futur évêque d’Angers n’aura sans doute pas honorées en tout point : importance d’une introduction synthétique à la discipline concernée (la patrologie en l’occurrence), aptitude à la transmission, lien entre elles des disciplines connexes. D’où la conviction d’Amann que « seul l’enseignement supérieur […] donne, et progressivement encore, le souci de l’évidente clarté, la rigueur de la méthode, la solidité dans les déductions, le respect absolu des faits de toute nature » (p. 282).

5Ce volume, le 22e de la collection de l’ERCAL, bénéficie, à l’occasion du passage de relais à sa tête de Jean-Luc Hiebel à Marc Feix, d’une nouvelle typographie et mise en page, dont on ne peut que saluer la lisibilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Heyer, « Marc Feix – François Schmitt (dir.), Mgr Charles-Émile Freppel (1827-1891) d’Obernai à Angers, fils de l’Alsace et évêque français », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 621-623.

Référence électronique

René Heyer, « Marc Feix – François Schmitt (dir.), Mgr Charles-Émile Freppel (1827-1891) d’Obernai à Angers, fils de l’Alsace et évêque français », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3594

Haut de page

Auteur

René Heyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page