Navigation – Plan du site
Recensions

Marc Feix (dir.), L’argumentation éthique. Hommage à René Heyer

Presses Universitaires de Strasbourg, 2016
Roger Rubuguzo Mpongo
p. 624-626
Référence(s) :

Marc Feix (dir.), L’argumentation éthique. Hommage à René Heyer, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2016, 182 p.

Texte intégral

1Des collègues et d’anciens étudiants du professeur René Heyer lui offrent un volume d’hommage, à la hauteur de sa riche et longue carrière universitaire à la faculté de théologie catholique de Strasbourg, au moment de son départ en retraite. Moment que Marc Feix qualifie de retrait « qui lui permet de rejoindre sa retraite  — lieu où l’on se retire —, sans se retirer pour autant sur son Aventin, mais pour mieux savourer la vie qui passe, enrichie des rencontres et des réflexions menées au fil de sa vie » (p. 7). Perspective judicieuse pour celui qui, pendant plusieurs années d’enseignement, n’a cessé d’inviter au questionnement, à la poursuite d’une lecture des signes des temps qui mène vers l’altérité dont la substance est relation.

2Comment envisager l’argumentation éthique dans une société et à une époque où le consensus éthique, moral ou social n’est plus si évident ? Telle est la question qui traverse l’ouvrage et, comme « la partition et le virtuose » (p. 158), jette un pont entre les générations. Le titre de l’avant‑propos que propose Marc Feix en dit long sur l’expérience des « Trente‑six ans de théologie universitaire » (1980‑2016) de ce professeur que Roland Sublon qualifiait déjà, en 2006, de « moraliste rétif au concordisme, au moralisme et à l’apologétique larvés. ». Il lui reconnaissait, en même temps, la qualité d’écriture « qui allie la rigueur à la circonspection et qui exige de son lecteur attention et persévérance ».

3Deux parties auréolent cet hommage au professeur René Heyer dont les activités académiques et la bibliographie (donnée en annexe) révèlent les qualités d’un homme « en prise sur la vie quotidienne, l’actualité sociale et politique » (p. 46).

4La première partie s’intéresse aux « Écritures de l’éthique », selon les deux modalités inverses : d’une part, l’éthique passe à travers des formes d’expression très variées, narratives aussi bien que spéculatives, et elle commande autant des réactions spontanées qu’elle en appelle à la raison ; d’autre part, en milieu chrétien et comme éthique théologique, elle prétend trouver dans les Écritures, précisément, ce qui lui servira de normes ou justifiera le dépassement des normes. René Heyer en donne le ton avec « Les signes de la fin, la fin des signes ou comment éviter les catastrophes ». La « partition » est jouée avec le concours de ses collègues, Eberhard Bons, Denis Fricker et Nathalie Siffer, Jean-Christophe Weber, Gilbert Vincent, Roland Sublon, Pierre-Marie Beaude : chacun apporte sa voix, selon son timbre particulier, à la symphonie.

5La deuxième partie nous fait découvrir les « courants de pensée et formes d’argumentation » et confronte morale reçue et morale cherchée, morale méconnue et morale reconnue, communauté morale et prétention à l’universalité. Une richesse dans la diversité que révèle la qualité des articles d’Éric Dubreucq, Éric Gaziaux, Marc Feix — le premier doctorant de René Heyer —, Marie‑Jo Thiel, Denis Müller, Walter Lesch, Yannick Courtel et Léonard Katchekpele — le dernier doctorant de René Heyer.

6Entreprise interdisciplinaire que tous les lecteurs découvriront avec plaisir sous la plume de ces auteurs - et celles et ceux qui ont eu la chance d’étudier à Strasbourg, avec un plaisir tout particulier. En effet, il n’est pas exagéré de dire que ce volume d’hommage à René Heyer est aussi un manuel actualisé d’éthique théologique. « Reconnaître », c’est le mot qui conviendrait pour traduire le message des voix qui s’y expriment. Il en est d’autres qui s’y reconnaissent. Mais, à nous tous et aux lecteurs à qui nous recommandons cette précieuse partition à plusieurs voix, René Heyer livre son « secret » de théologien : « [...] on peut reconnaître la surabondance de confiance gracieuse que la vie nous inspire, en même temps que la possibilité d’en faire relecture » (p. 20). Une sagesse qui traverse l’histoire et lui donne sens : celle des humains et des normes qui inspirent leur pensée, leur foi et leur action.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Rubuguzo Mpongo, « Marc Feix (dir.), L’argumentation éthique. Hommage à René Heyer », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 624-626.

Référence électronique

Roger Rubuguzo Mpongo, « Marc Feix (dir.), L’argumentation éthique. Hommage à René Heyer », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3599

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page