Navigation – Plan du site
Recensions

Observatoire Foi et culture de la Conférence des évêques de France, Le désenchantement du politique. Irréversible ? Colloque du 28 novembre 2015

Paris, Parole et Silence, 2016
Marc Feix
p. 626-628
Référence(s) :

Observatoire Foi et culture de la Conférence des évêques de France, Le désenchantement du politique. Irréversible ? Colloque du 28 novembre 2015, avec les contributions de Mgr Pascal Wintzer, Blandine Kriegel, Henri-Jérôme Gagey, Pierre Manent, Françoise Melonio, Michel Schneider, Laurent Bouvet et Matthieu Rougé, Paris, Parole et Silence, 2016, 208 p.

Texte intégral

1Les interventions à l’occasion d’un colloque, organisé par l’observatoire Foi et Culture de la Conférence des évêques de France fin 2015, sont désormais rassemblées dans le présent volume. Celles de Blandine Kriegel (« Sécularisation et désenchantement du politique ») ou Pierre Manent (« Quels critères pour évaluer la démocratie en Europe ? ») sont sans surprises tant sont nombreux leurs écrits sur le sujet. Pour la première, la réponse à la question posée est nuancée, débusquant le théologico‑politique du projet républicain au cœur même de la sécularisation et de la laïcité ; en conséquence, la démocratie devient la condition d’existence même de la République. Le second explique la dégradation du principe démocratique par le déclin du sentiment national, comme il l’avait déjà développé lors de la session des Semaines sociales de France en 2011 sur « la démocratie une idée neuve ? ». Henri-Jérôme Gagey revient, dans sa réflexion sur la difficulté chrétienne (catholique ?) à formuler une pensée positive du politique, sur l’interprétation un peu simplificatrice en catholicisme français de la distinction naguère théorisée par Jacques Maritain entre le spirituel où le catholique agit en tant que chrétien et le temporel où il agit en chrétien. En s’intéressant à Tocqueville et au désenchantement du politique, Françoise Melonio apporte indirectement une réponse aux interrogations de Gagey et aux propos de Manent : « Les devoirs des hommes en tant que citoyens envers la patrie, dans la morale du christianisme, sont soumis aux obligations du chrétien envers l’humanité. Le côté fort du christianisme, qui en assure la survie dans les démocraties, c’est de proclamer le droit égal de tous les hommes aux biens de ce monde. Son côté faible est de négliger les vertus publiques et les obligations envers la patrie » (p. 87). La contribution de l’écrivain et psychanalyste Michel Schneider est sans aucun doute la plus rafraîchissante ! Il n’hésite pas à ferrailler à propos de l’amour avec Blandine Kriegel et du christianisme comme fondement avec Pierre Manent, avant d’aborder l’objet de son propos, le narcissisme comme limite de la politique. Il montre que l’amour de soi est en quelque sorte le miroir de l’hyper-individualisation de la société : ce qu’il nomme le narcynisme. Proposant un parcours historique de la question du Discours de Nicolès d’Isocrate au ive siècle avant Jésus‑Christ à nos jours, l’auteur en vient à décrire l’importance prise par les communicants en politique au détriment de la réflexion et du sens. On aimerait le réentendre aujourd’hui suite aux campagnes électorales de 2016‑2017 ! Traitant de la question du populisme, Laurent Bouvet s’appuie sur sa dimension verticale (élite et peuple) et sur sa dimension horizontale (nous et eux), déconstruisant ainsi méthodiquement le discours réenchanteur proposé par le Front national. Mais comme l’exprime Jan‑Werner Müller, politologue allemand (Qu’est-ce que le populisme ? Définir enfin la menace, Paris, Premier Parallèle, 2016) : « La particularité du populisme réside pourtant ailleurs : ses leaders affirment toujours être les seuls représentants du peuple vrai ou de la majorité silencieuse. Ce monopole moral qu’ils revendiquent engendre une double exclusion dangereuse pour la démocratie. Premièrement, tous les autres partis sont illégitimes, corrompus, tous pourris. Deuxièmement, les citoyens qui ne les soutiennent pas politiquement n’appartiennent pas à ce peuple vrai. L’essence du populisme, ce n’est donc pas la critique des élites mais l’anti‑pluralisme. Or il n’existe aucune démocratie sans pluralisme » (La Croix, 4 juin 2017, p. 4). En fin d’ouvrage, Matthieu Rougé revient sur la distinction entre Dieu et César, renvoyant au débat engagé avec Marcel Gauchet, absent du colloque, dans la revue Le Débat (181, sept.‑oct. 2014, p. 171-180).

2L’introduction et les conclusions sont de l’organisateur du colloque et président de l’observatoire Foi et culture, Mgr Pascal Wintzer. La transcription de deux tables-rondes et une annexe de deux textes, l’un de Pierre‑Alain Cahné de 1976 « Les conditions des grands selon Pascal. Réflexions sur le prince chrétien » (Pensée 94, Paris, éd. Sellier — Mercure de France) et l’autre de Mgr Wintzer à Lourdes en 2014 sur « Appartenir à une famille religieuse et la question de la laïcité », complètent les actes du colloque. Pour finir mentionnons un regret : il manque une dernière relecture avant le bon à tirer pour harmoniser les notes de bas de page, les sigles ou l’usage des italiques pour les locutions latines et étrangères, mais surtout pour corriger les nombreuses erreurs typographiques (espaces p. 48, 85, 122 par exemple, taille de police p. 69) ou coquilles (p. 79 ou 84 par exemple ; et surtout en première de couverture pour le nom d’un auteur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Observatoire Foi et culture de la Conférence des évêques de France, Le désenchantement du politique. Irréversible ? Colloque du 28 novembre 2015 », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 626-628.

Référence électronique

Marc Feix, « Observatoire Foi et culture de la Conférence des évêques de France, Le désenchantement du politique. Irréversible ? Colloque du 28 novembre 2015 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3602

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page