Navigation – Plan du site
Recensions

Jonathan Glover, Questions de vie ou de mort

Genève, Labor et Fides, 2017
Marie-Jo Thiel
p. 630-631
Référence(s) :

Jonathan Glover, Questions de vie ou de mort, traduction et introduction de Benoît Basse, Genève, Labor et Fides, coll. « Le champ éthique », 65, 2017, 386 p.

Texte intégral

1Philosophe anglais, longtemps professeur au New College d’Oxford, puis au King’s College de Londres, Jonathan Glover est un spécialiste d’éthique internationalement connu, mais pas encore introduit auprès du public francophone. Le présent ouvrage est le premier à être disponible en français et traduit un ouvrage déjà ancien puisque Causing Death and Saving lives a été publié pour la première fois par Pelican Books en 1977, et republié par Penguin Books en 1987. Cet ouvrage qui l’a rendu célèbre en devenant un « classique de la philosophie morale » relève des études relatives au « faire mourir » (ethics of killing). Les raisons que Glover lui-même indique quant au pourquoi de cet ouvrage sont données dans sa préface : « l’intérêt des questions elles-mêmes, et le fait que je ne disposais alors d’aucune réponse claire et convaincante à leur sujet. » Il a comme ambition d’arriver à construire un « système de réponses non contradictoires couvrant l’ensemble des questions relatives au faire mourir ».

2L’ouvrage est structuré en trois parties, avec une bibliographie finale et un index des noms. Dans la première partie, intitulée « Problèmes et méthodes », il propose des considérations diverses sur la méthode à mettre en œuvre et les limites de la philosophie morale, incapable de produire des « preuves » morales, mais n’admettant pas pour autant que toutes les opinions se valent, certaines théories résistant mieux à la réfutation que d’autres. Dans la seconde partie, « Les théories morales », Glover prend en considération le pluralisme de l’éthique et rejette deux points de vue largement répandus considérant la vie humaine ou même la vie humaine consciente comme sacrées. Il propose trois raisons pour condamner l’homicide dont les deux premières sont des objections directes, la troisième une objection indirecte : « 1. Il est immoral d’écourter une vie valant la peine d’être vécue. 2. Il est immoral de faire mourir quiconque désire continuer à vivre, même si l’on a des raisons de penser que ce désir est contraire à son intérêt. 3. Toutes choses égales par ailleurs, il est immoral de ne pas privilégier la décision ayant les meilleures conséquences pour le plus grand nombre. » Glover relève ainsi de l’utilitarisme (même s’il n’est pas « exclusivement utilitariste » selon son traducteur) tout en ménageant une place à l’autonomie du sujet (à l’encontre du paternalisme). Il rejette aussi la doctrine du double effet et celle des théories des actes et omissions (un acte aux conséquences mauvaises est moralement pire qu’une omission aux conséquences identiques).

3La troisième partie, la plus longue, est consacrée aux « problèmes d’éthique appliquée » : l’avortement, l’infanticide, le suicide, l’euthanasie, les essais thérapeutiques, la sélection des personnes, la peine de mort, la guerre. L’auteur propose des raisonnements qu’il veut fondamentalement logiques, mais qui sont avant tout théoriques. Il connaît son sujet, il étaye souvent fort bien les argumentations en jeu dans la pratique, il a souvent raison mais en n’étant pas directement concerné, en étant trop dans le raisonnement général (même dans la pratique), c’est-à-dire pas dans les cas singuliers toujours subtils, il est aussi parfois naïf, déconnecté du terrain. Pour l’euthanasie, par exemple, il est quelque peu crédule de penser que ne sont euthanasiés que les patients consentants, et puis il récuse assez vite des arguments qui le gênent.

4Au final, l’ouvrage donne sans conteste à réfléchir, mais en voulant « posséder la logique » (à défaut de la vérité) — c’est très anglo-saxon —, Glover, même s’il s’en défend, impose ses vérités et en cela perd de sa force de conviction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Jonathan Glover, Questions de vie ou de mort », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 630-631.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Jonathan Glover, Questions de vie ou de mort », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3605

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page