Navigation – Sitemap
Recensions

Fred Poché, Une éthique du vivre-ensemble La philosophie sociale de Cornel West

Lyon, Éditions Chronique sociale, 2017
Marie-Jo Thiel
p. 633-635
Version(en):

Fred Poché, Une éthique du vivre-ensemble La philosophie sociale de Cornel West, Lyon, Éditions Chronique sociale, coll. « Savoir penser », 2017, 222 p.

Volltext

1Professeur de philosophie contemporaine à l’université catholique de l’Ouest, Fred Poché nous propose aujourd’hui un ouvrage de philosophie sociale inspirée par un philosophe afro-américain, Cornel West, né en 1953. Figure marquante de la philosophie américaine contemporaine, Cornel West a enseigné à Yale, Harvard, Princeton. Défenseur infatigable des plus vulnérables, il est présenté dans les grandes lignes de sa vie par Fred Poché dans son introduction et le premier chapitre, avant d’être commenté dans sa formation et ses luttes, ses écrits et ses engagements, contre le racisme et toute forme de discrimination, qui prennent le reste de l’ouvrage structuré en six chapitres, avec une bibliographie finale. Vu le nombre d’auteurs cités en référence dans l’ouvrage, en particulier américains, il aurait été intéressant d’avoir aussi un index des auteurs. Il est à noter aussi que chaque chapitre se termine par un encadré « idées‑forces » qui synthétise fort bien ce qui vient d’être développé dans le chapitre en question. Le lecteur pourra s’y référer pour avoir une idée du contenu développé.

2Premier Noir à obtenir un doctorat de philosophie de l’université de Princeton, Cornel West intitule sa thèse Éthique, historicisme et tradition marxiste. Elle sera publiée dans une version révisée sous le titre : The Ethical Dimension of Marxist Thought. Pour autant, et même si l’auteur s’intéresse au jeune Marx, il est plutôt dans la ligne d’un marxisme révisé avec Gramsci et d’autres (voir chap. 3). S’appuyant sur S. Kierkegaard, il élabore une philosophie attentive à la vie. Converti et soutenu par l’Église baptiste, il s’inscrit dans la ligne de Martin Luther King et revendique, dans une grande attention à toutes les atteintes à la dignité, une « sorte de christianisme révolutionnaire (ou prophétique) » : Prophesy Deliverance An Afro‑American Revolutionary Christianity. Outre toutes ses lectures de Sartre, de Wittgenstein, de Schopenhauer, des philosophes russes., Cornel West est aussi amateur de blues, de jazz et de hip-hop, non comme un simple hobby, mais comme « un moyen de surmonter les difficultés et encourager les luttes pour une société meilleure ». Il aime le sport, le baseball, qui lui permet de canaliser son énergie.

3Le premier chapitre, « Blessures sociales et affirmation de soi », raconte ainsi l’émergence de cette personnalité complexe qui a connu beaucoup d’épreuves parfois très marquantes, car, avec les parents de Cornel West, nous sommes encore dans la période de la ségrégation et la grand-mère maternelle de Cornel West est morte à trente ans pour un simple problème d’infection dentaire, car l’hôpital refusait d’accueillir les Noirs. Les combats à mener poussent le jeune homme à s’intéresser à la situation des opprimés, à trouver des ressources pour penser l’engagement. Le second chapitre s’intéresse ensuite aux défis de l’éducation à la citoyenneté. Y est longuement développé le courant pragmatiste qui marque Cornel West, spécialement la figure de John Dewey dont il apprend que la docilité « n’apporte rien de bon, ni à l’existence en général, ni à la démocratie en particulier », qu’il faut devenir un citoyen à part entière avec une vraie faculté de penser, un « intellectuel organique ».

4Les chapitres suivants étudient cette souffrance sociale en la mettant en lien avec le courant marxiste, puis s’intéressent à la généalogie du racisme et à l’image de soi, aux repères pour une jeunesse malmenée et enfin, et c’est l’objectif essentiel de l’ouvrage, à des « Ressources pour vivre ensemble » en menant le combat, en promouvant la démocratie radicale, dans une éthique de l’amour et de la puissance d’agir avec trois ressources morales fondamentales : la fécondité et la limite du questionnement socratique, la quête de justice et les limites de la sensibilité dans le rapport au social. Une éthique qui invite à ne pas céder au découragement.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Marie-Jo Thiel, « Fred Poché, Une éthique du vivre-ensemble La philosophie sociale de Cornel West », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 633-635.

Online-Version

Marie-Jo Thiel, « Fred Poché, Une éthique du vivre-ensemble La philosophie sociale de Cornel West », Revue des sciences religieuses [Online], 91/4 | 2017, Online erschienen am: 01 Januar 2019, abgerufen am 19 April 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3611

Seitenanfang

Autor

Marie-Jo Thiel

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

© RSR

Seitenanfang