Navigation – Plan du site
Recensions

Xavier Morales, Dieu est aventure. Essais de théologie spirituelle

Paris, Salvator, 2017
Françoise Vinel
p. 636-638
Référence(s) :

Xavier Morales, Dieu est aventure. Essais de théologie spirituelle, Paris, Salvator, 2017, 241 p.

Texte intégral

1« L’existence du théologien,… une existence à pic » — le ton est donné dès l’avant-propos de ce recueil d’articles (douze, publiés entre 2000 et 2015, et repris dans un ensemble de seize sections organisées en quatre parties). Il est d’emblée clair, aussi, que cette théologie spirituelle a beaucoup à voir avec l’expérience monastique de l’auteur, assumée comme une clef de la vie chrétienne, comme on le lit dans la conclusion de l’avant-propos : « La finalité de la spiritualité chrétienne : l’unification de l’être dans toutes ses dimensions, tel que Dieu l’a créé, à son image. Autant parler d’une existence vraiment monastique ».

2Une vaste culture nourrit le parcours : pas seulement les témoignages des saints — Benoît, Aelred de Rievaulx, Thérèse de l’Enfant Jésus — mais aussi nos contemporains, Simon Frank (L’inconcevable. Introduction à la philosophie de la religion, 1939, traduction française parue en 2007), l’existence fulgurante de Simone Weil, les Lettres et notes de captivité de Dietrich Bonhoeffer ou le journal d’Etty Hillesum, ces derniers rassemblés dans une contribution intitulée Un Dieu faible (p. 201-215). Sans doute peut-on regretter que ce chapitre, un des inédits du livre, soit si court, mais il touche, précisément, au cœur de l’ » aventure » : la part d’histoire tragique du xxe siècle a mené ces témoins à la découverte d’un « Dieu faible et impuissant dans le monde » (Bonhoeffer, 16 juillet 1944, cité p. 209) et l’on se permettra ici de citer quelques lignes de cette lettre : « En devenant majeurs, nous sommes amenés à reconnaître de façon plus vraie notre situation devant Dieu. Dieu nous fait savoir qu’il nous faut vivre comme des êtres qui parviennent à vivre sans Dieu. Le Dieu qui est avec nous est celui qui nous abandonne. Devant Dieu et avec Dieu, nous vivons sans Dieu » (Résistance et soumission, p. 431 de la trad. fr. dans l’édition de 2006).

3Dans cette même lettre, Bonhoeffer cite une phrase d’un des Lieder de Brahms : « Oh, si je savais le chemin, le doux chemin qui me reconduit au chemin de l’enfance ! », ce qui pourrait nous ramener au premier chapitre du livre de X. Morales, consacré à l’œuvre romanesque de Tolkien, Le Seigneur des anneaux (p. 15‑37) : le fantastique, dans le récit ou transcrit à l’écran, « n’est pas un divertissement, il est un éclaircissement » (p. 19), autrement dit à la fois ce qui nous fait voir nos tentations d’ « échappée belle » hors ou loin du réel, et, paradoxalement, ce qui vient se superposer à l’ordinaire (« l’insignifiant », dit l’A.) de nos vies pour nous signifier l’inattendu qui peut y surgir, ce qui est bien l’expérience de Frodo au fil du récit, lancé dans une quête qui le dépasse (p. 22-25) - rappelons, comme un parallèle possible, les pages de Jean‑Yves Lacoste : Narnia, un monde théologique ? (Genève, Ad Solem, 2005).

4Les parties II et III du recueil (L’expérience intérieure et Trois témoins monastiques) scrutent plus centralement comment la prière monastique et la vie comme recluse peuvent aviver - ou non - l’aventure en Dieu et avec Dieu. Les sources patristiques familières à l’A. apparaissent dans sa réflexion sur la « prière continuelle » dans un repos où se rejoignent silence extérieur et silence intérieur, puis le lecteur est ramené au monde contemporain avec le portrait tracé du frère Rafael : sa vocation de trappiste à San Isidro, dans les Asturies, est comme providentiellement contrariée par la maladie et il se trouve ainsi mené sur un chemin de détachement avant de mourir à 27 ans, en avril 1938, en pleine guerre civile espagnole. Un des grands intérêts du livre, me semble‑t-il, est dans cette actualisation répétée d’une théologie spirituelle fondée d’abord dans des traditions monastiques séculaires — une actualisation servie par un style rigoureux mais aussi bienveillant à l’égard des lecteurs, invités à se mettre en route. L’aventure ne peut être qu’au présent et à la première personne.

5Théologien, X. Morales l’est sans conteste, et on rappellera, en conclusion de cette recension, la parution en 2015 d’un essai de théologie trinitaire : Dieu en personnes (Paris, Cerf, coll. « Cogitatio Fidei », 297), qui, en interrogeant les concepts de relation et de personne en Dieu, met à l’épreuve, au creuset de la pensée, le renouveau contemporain de la théologie trinitaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Xavier Morales, Dieu est aventure. Essais de théologie spirituelle », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 636-638.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Xavier Morales, Dieu est aventure. Essais de théologie spirituelle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 19 mars 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3614

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page