Navigation – Plan du site
Recensions

François Marxer, Au péril de la nuit. Femmes mystiques du xxe siècle

Paris, Cerf, 2017
Anthony Feneuil
p. 638-640
Référence(s) :

François Marxer, Au péril de la nuit. Femmes mystiques du XXe siècle, Paris, Cerf, 2017, 637 p.

Texte intégral

1L’exercice auquel s’est livré F. Marxer était en effet périlleux : écrire sur la nuit sans trop la dissiper par la lumière crue de l’analyse et, tout au contraire, en laissant chatoyer huit joyaux de la mystique contemporaine, pointer vers le plus sombre, plein d’inquiétude et de promesse. Pour ce faire, il devait échapper à l’écueil des biographies comparées : ce ne sont pas les vies de huit femmes mystiques du xxe siècle qui sont ici racontées — pour les connaître, il suffira de se rapporter aux dernières pages du livre qui comprennent des notices biographiques d’une admirable concision —, mais leurs nuits. Elles sont d’ailleurs moins racontées que traversées par l’auteur du livre, dont on sent la présence à chaque page. F. Marxer n’a pas écrit un traité sur les formes de la nuit mystique au xxe siècle, mais il a tâché de se laisser guider par ces femmes dans la nuit, et d’y aventurer son lecteur. Que nul n’entre ici, s’il n’est noctambule : on ne trouvera pas de réponse définitive ou trop claire sur le « sens » de la nuit, sa signification définitive pour une théologie ou une philosophie de la mystique. F. Marxer avance à tâtons, à la suite et non pas au-dessus de celles qu’il étudie, et dans cette posture il communie à leur nuit : il les questionne, ne cache jamais son admiration ou ses doutes face à certaines excentricités de ses personnages, se moque ou s’emporte parfois. Souvent, il s’adresse directement à elles ou semble s’y identifier, ce qui donne au livre un ton d’une rare personnalité, et dément par ailleurs certaines affirmations initiales sans doute trop essentialistes, sur le rapport féminin à Dieu.

2Huit femmes mystiques du xxe siècle : Thérèse de Lisieux, Marie Noël, Simone Weil, Édith Stein, Adrienne von Speyr, Etty Hillesum, Mère Teresa et Marie de la Trinité. Huit couleurs de la nuit : depuis la nuit presque blanche de Simone Weil, nuit dans l’éclat de Dieu qui oblige à n’être plus rien, à disparaître dans sa lumière, au noir de la nuit thérésienne en passant par l’ocre des visions d’Adrienne von Speyr et du désert de Mère Teresa. Et pourtant, il faut bien constater les grandes proximités entre des expériences pourtant si différentes, et vécues par des femmes que parfois tout oppose (la comparaison entre Thérèse de Lisieux et Marie Noël est particulièrement saisissante). À chaque fois, la nuit est à la fois détresse et promesse, et promesse dans la détresse même : solitude, cécité spirituelle, maladie, angoisse et souffrance sont toujours pour ces femmes, et c’est bien par là qu’elles nous troublent, des ferments de salut.

3Huit femmes mystiques du xxe siècle. Car les nuits traversées par F. Marxer ne sont pas tout à fait celles des mystiques classiques. Il s’amuse de ce directeur qui banalement conseille à Mère Teresa, lui confessant ce qu’il faut bien appeler son athéisme, elle qui ne conçoit ni ne sent plus l’existence de Dieu, de lire Jean de la Croix, et ne parvient qu’à désorienter plus encore sa dirigée. C’est que la nuit vécue par ces femmes, si elle n’est évidemment pas sans lien avec les ténèbres de la tradition mystique, est chargée d’un élément spécifique, celui de l’histoire du siècle et de la nuit traversée par l’humanité. C’est bien sûr explicite chez celles qui se seront trouvées le plus directement confrontées à la grande nuit du xxe siècle, celle du nazisme : Simone Weil, Édith Stein, Etty Hillesum. Mais les autres n’échappent pas à l’histoire, et ce n’est pas un hasard si même la nuit de Thérèse de Lisieux, apparemment celle qui de toutes se sera trouvée le plus loin des grands événements du siècle, aura tant d’importance pour la spiritualité des soldats de la Grande guerre.

4Le xxe siècle est aussi le moment, pour un christianisme coupé de la chrétienté, de la nécessaire lucidité quant à l’insuffisance d’une confrontation extérieure ou superficielle avec le doute et l’athéisme. Le livre de F. Marxer témoigne de cette lucidité dans la nuit, vécue par les femmes dont il suit les tentatives, au risque d’audaces théologiques et poétiques, parfois de francs et revigorants blasphèmes. Les chrétiens ne peuvent en rester au constat de l’athéisme et de la disparition des évidences religieuses. De même qu’ils subissent l’histoire et s’y engagent aux côtés des autres, ils doivent endosser l’athéisme, en percer la valeur spirituelle ou partager quelque chose de son désespoir. Ils ne peuvent pourtant s’en tenir là, et ils ne peuvent non plus trop vite considérer de haut cet athéisme et ce désespoir comme s’ils l’avaient déjà dépassé et ne partageaient pas le destin commun. Il en va de la crédibilité du christianisme et de la théologie que de pouvoir, aujourd’hui, témoigner de la nuit sans se croire déjà à l’aube, non comme un simple moment dialectique déjà dépassé, et codifié dans les manuels de spiritualité. C’est une gageure : comment vivre réellement et chrétiennement le désespoir de l’absence de Dieu ? Au‑delà de tout ce que le lecteur, même instruit, apprendra des riches analyses de F. Marxer, et du plaisir qu’il en tirera, c’est sans doute le plus grand intérêt de son livre que de nous confronter directement à cette question.

5Quant à y répondre, ce n’est pas la tâche qu’il s’est fixé, sinon en invitant à la lecture et à la méditation des textes dont il parle. Et pour cause : la méfiance est grande de F. Marxer à l’égard de la théologie et de sa propension à transformer la nuit en jour (artificiel), à dialectiser ce qui devrait rester paradoxe, à transformer le voyage au bout de la nuit en une simple étape sur le chemin de la lumière. Et il est certainement vrai que le concept théologique n’est qu’à éclairer ce que l’expérience spirituelle a manifesté dans la nuit. On pourrait toutefois, en défense de la théologie, invoquer l’expérience de l’insomniaque, parfois convoqué par l’auteur, et pour qui la lumière du lendemain n’annule pas la nuit mais l’approfondit d’autant qu’elle est plus crue. Une théologie insomniaque, qui n’a pas oublié la nuit ni ne l’a dépassée, mais en témoigne dans sa lumière même, voilà peut-être celle qui pourrait répondre de la spiritualité nocturne qu’offre F. Marxer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Feneuil, « François Marxer, Au péril de la nuit. Femmes mystiques du xxe siècle », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 638-640.

Référence électronique

Anthony Feneuil, « François Marxer, Au péril de la nuit. Femmes mystiques du xxe siècle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3616

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page