Navigation – Plan du site
Recensions

Cédric Burgun, La vie consacrée en droit canonique et en droit public français

Paris, Artège-Lethielleux, 2017
Élisabeth Algier-Girault
p. 640-641
Référence(s) :

Cédric Burgun, La vie consacrée en droit canonique et en droit public français, Paris, Artège-Lethielleux, 2017, 713 p.

Texte intégral

1C. Burgun propose une réflexion originale sur la vie consacrée en croisant deux disciplines juridiques, le droit canonique et le droit étatique français. Un double constat introduit sa recherche. Des associations de fidèles, des groupements ecclésiaux et communautés nouvelles sont en recherche d’une reconnaissance canonique de « forme nouvelle de vie consacrée » selon le canon 605 et questionnent l’autorité ecclésiastique sur le sens et les fondements de l’état de « consacré ». Le juge civil (administratif ou judiciaire), saisi le plus souvent de questions patrimoniales, s’attache à déterminer si un groupe peut recevoir le statut de congrégation ou de collectivité religieuse et à qualifier juridiquement les liens entre ces structures et leurs membres. Ainsi, le juge civil et l’Église sont confrontés à la recherche de critères de reconnaissance de la vie consacrée.

2L’auteur met en relief les points de rencontre et les lieux de divergence entre le droit canonique et le droit étatique, à partir de deux axes principaux : la vie consacrée comme acte public et les critères organiques de vie consacrée.

3Il ouvre aussi des questions fondamentales qui dépassent le seul sujet de la vie consacrée. Ainsi, dans le monde contemporain, l’individualisation des problématiques devient la clé de lecture du fait religieux et des relations Église — États et se trouve au cœur des débats opposant lois et institutions aux charismes et intuitions nouvelles. Les rapports compliqués entre la société française et les religions favorisent la relégation de la dimension religieuse à la seule sphère privée. En Église, la théologie de la vie consacrée n’est pas unifiée et les enseignements du Concile sont interprétés diversement. Une sorte de judiciarisation de la vie consacrée conduit à ne considérer que l’aspect structurel tant en droit canonique qu’en droit étatique.

4Sans nier la diversité actuelle des instituts de vie consacrée et du désir d’innover des associations de fidèles, C. Burgun prend clairement position et conclut à une nécessaire régulation de la vie consacrée dans le cadre strictement défini par les canons 573 à 602.

5Cet ouvrage, très documenté et argumenté, apporte des éléments de réflexion précieux pour ceux qui partagent l’option de C. Burgun mais aussi pour ceux qui cherchent d’autres perspectives de vie consacrée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Algier-Girault, « Cédric Burgun, La vie consacrée en droit canonique et en droit public français », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 640-641.

Référence électronique

Élisabeth Algier-Girault, « Cédric Burgun, La vie consacrée en droit canonique et en droit public français », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3619

Haut de page

Auteur

Élisabeth Algier-Girault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page