Navigation – Plan du site
Recensions

Danièle HervieuLéger, Le temps des moines Clôture et hospitalité

Paris, Presses universitaires de France, 2017
Anne Bamberg
p. 641-642
Référence(s) :

Danièle HervieuLéger, le temps des moines Clôture et hospitalité, Paris, Presses universitaires de France, 2017, 710 p.

Texte intégral

1Extrêmement dense et riche, cet ouvrage de sociologie historique - couvrant les xixe, xxe et xxie siècles — associée à une importante enquête de terrain sur cinq ans et dans une trentaine de monastères d’hommes — bénédictins et cisterciens — permet au lecteur de percevoir l’institution monastique dans son rapport à la modernité comme au temps : temps sociétal, temps de l’institution ecclésiale, temps eschatologique, temps du Royaume déjà là et encore attendu. Selon l’auteur, « le tableau monastique offre […] une sorte d’épure de la confrontation entre la recherche d’une totalisation chrétienne de l’existence humaine individuelle et collective d’une part, et l’expérience d’un monde que la religion n’organise plus d’autre part » et permet ainsi l’examen « de l’affrontement, mais aussi de la reconfiguration des rapports, entre le christianisme et notre contemporanéité » (p. 12).

2Lors de cette exploration sociologique du changement à travers une institution souvent perçue comme essentiellement stable, l’auteur distingue trois grandes périodes marquant les changements du monachisme européen dans l’aire francophone. Elle relève d’abord, après la Révolution française et le choc de la sécularisation, des refondations monastiques par des prêtres à la recherche d’une reconquête des droits de Dieu dans la société et présente quelques grandes figures de fondateurs. Puis, au milieu du xxe siècle, marqué par le concile Vatican II et le Mouvement liturgique comme par les quêtes spirituelles ouvertes sur les autres confessions et religions, s’opèrent d’autres déplacements et réaménagements ecclésiologiques conduisant à un monachisme à la fois en quête de réunification chrétienne et de dialogue interreligieux. C’est aussi à cette période que se fait le passage des monastères antimodernes avec un abbé monarque à une vision plus communautaire avec un abbé-frère et une mutation dans la perception de l’ascèse. Au tournant du xxie siècle, enfin, avec le vieillissement des communautés, se dégage un autre modèle d’utopie monastique, marqué par un art de vivre collectif et liturgique, écologique et frugal, en rupture avec le monde tout en s’ouvrant davantage et en accentuant la dimension hospitalière jusqu’à « une hospitalité inconditionnelle » (p. 414), jusqu’à celle des trappistes de l’Atlas (cf. épilogue). Au terme de ce voyage dans les monastères et le temps des moines, l’auteur « peut avancer que la question théorique et pratique de l’hospitalité marque le point ultime du déplacement du témoignage monastique, de l’affirmation d’un contre-modèle social qu’on oppose au cours du monde à l’attestation d’un geste chrétien qu’il s’agit d’écrire dans le cours du monde lui-même » (p. 673).

3Le livre s’organise en onze chapitres suivis d’un épilogue. S’il comporte un précieux index des noms de « figures historiques » (p. 693), on peut cependant regretter l’absence d’index thématique. Il s’agit d’un très beau travail scientifique, instructif, original et stimulant, qui réjouit aussi par l’intérêt de ses notes et par son écriture élégante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bamberg, « Danièle HervieuLéger, Le temps des moines Clôture et hospitalité », Revue des sciences religieuses, 91/4 | 2017, 641-642.

Référence électronique

Anne Bamberg, « Danièle HervieuLéger, Le temps des moines Clôture et hospitalité », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3622

Haut de page

Auteur

Anne Bamberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page