Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91/3Initier aux sacrements par la lit...

Initier aux sacrements par la liturgie, qui dit ce qu’elle fait

Marcel Metzger
p. 399-414

Résumés

Dans la liturgie, les lectures bibliques et les prières de bénédiction explicitent ce qui s’accomplit dans les célébrations. Cet accomplissement est présenté dans ces textes comme l’œuvre de l’Esprit Saint, invoqué dans les épiclèses dont sont pourvues la plupart des célébrations. Cette mystagogie permanente a été trop ignorée des catéchismes rédigés à partir des enseignements théologiques des époques précédentes. De profondes remises en cause s’imposent donc, pour mettre en œuvre les orientations de la réforme liturgique du concile Vatican II.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par contre, ce déploiement est absent du canon romain, seul admis pendant des siècles en Occident.
  • 2 Vatican II, Constitution sur la liturgie, no 10, dans A. Duval et al. (dir.), Les conciles œcuméniq (...)

1Dans le Catéchisme de l’Église catholique, l’exposé sur l’eucharistie (no 1322‑1419) reprend dans les grandes lignes la matière du Catéchisme du concile de Trente (1566), mais selon une distribution un peu différente et en y intégrant des acquis du concile Vatican II (1962‑1965). La première section de cet exposé comporte une présentation de « l’Eucharistie dans l’économie du salut » (no 1333‑1344). Mais il ne s’agit que d’un répertoire biblique des signes du pain et du vin, alors qu’il aurait fallu présenter la progression des repas d’Alliance, d’Abraham à Jésus, à cause de la parole sur la coupe : « Ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle. » Une telle différence de perspective permet de saisir la nuance entre sacramenta et mysterium : le pain et le vin deviennent des sacramenta, c’est-à-dire des réalités porteuses de l’action de l’Esprit Saint, tandis que la gradation des repas d’Alliance révèle le mysterium, l’œuvre de Dieu. Il s’agit du « mystère caché depuis les siècles » (Ep 2, 9) et qui s’est révélé progressivement depuis le temps d’Abraham (Gn 18), pour se manifester dans toute sa plénitude par la célébration eucharistique, comme le proclament les grandes anaphores orientales et les prières eucharistiques 2 et 4 du Missel romain de Paul VI (1969)1. La suite de l’exposé, dans le Catéchisme de l’Église catholique, décrit brièvement la célébration liturgique (no 1345‑1355), mais sans en citer les textes liturgiques. De ce fait, malgré les déclarations solennelles du concile sur la liturgie comme sommet et source2, cette catéchèse reste tributaire des formulations élaborées dans les anciennes écoles théologiques ; elle n’a pas été renouvelée par les enseignements si substantiels de la liturgie, qui est pourtant la principale école du peuple chrétien et qui s’exprime dans un langage hérité de la Bible et de la Tradition des Pères.

2La présente étude a pour objet de mettre en évidence les déficiences de l’enseignement professé au cours du deuxième millénaire dans les Églises latines sur les sacrements. Elle sera menée à partir d’un examen des traditions liturgiques, en particulier des grandes prières de bénédiction, des épiclèses de l’Esprit Saint et des lectures bibliques des célébrations. Ce regard critique remet en question l’utilité des catéchismes classiques.

Les déficiences de l’enseignement professé au cours du deuxième millénaire

  • 3 Étude récente : I. Gazzola, « Le baptême, commencement d’une vie nouvelle. Les ressources de la mys (...)

3Pour instruire les fidèles sur les sacrements, les catéchismes rédigés en application des décisions du concile de Trente avaient vulgarisé les enseignements des écoles théologiques, élaborés dans un milieu clérical. En ces temps où la liturgie n’était pas considérée comme une source d’enseignement, parce qu’incomprise du peuple à cause de la langue, on ne songeait pas à suivre le modèle des catéchètes des ive et ve siècles, tels Cyrille de Jérusalem, Jean Chrysostome, Théodore de Mopsueste3, Ambroise, Augustin, pour initier à la liturgie en en expliquant les rites et les paroles.

  • 4 Sur les principales déficiences à reconnaître : M. Metzger, « Liturgie, sacrements et théologie pas (...)

4Or, en prenant en considération les acquis de la réforme liturgique décidée par le concile Vatican II, on constate à quel point les traités classiques des sacrements sont étrangers à l’esprit de la liturgie4. Le Catéchisme de l’Église catholique en témoigne incidemment et de façon paradoxale, puisque, pour faire droit aux orientations du concile Vatican II, il introduit la section sur les sacrements par une brève initiation liturgique, au demeurant fort utile (no 1070‑1209), mais sans incidence sur les exposés suivants qui présentent les sept sacrements. Ceux‑ci sont expliqués en fonction d’une pratique individuelle, sans prise en considération des assemblées liturgiques. Ils sont tous traités selon le même modèle et classés arbitrairement par sous-groupes (initiation, guérison, communion/mission), alors que chacun est célébré dans un autre contexte pastoral.

  • 5 Code de droit canonique, can. 1166, selon Vatican II, Constitution sur la liturgie, no 60 (A. Duval (...)
  • 6 Ils sont au nombre de sept dans la prière d’imposition des mains à la confirmation.

5Certes, on ne peut dénier à la doctrine classique post-tridentine des sacrements une légitime pertinence, en tant qu’argumentation éclairante dans les controverses sur le nombre d’actions liturgiques pouvant être considérées comme sacrements de la Nouvelle Alliance, quoique les dons de Dieu soient impossibles à dénombrer et qu’à cet effet on ait inventé la catégorie de « sacramentaux », pour qualifier les actions liturgiques exclues du septénaire. Qu’on en juge d’après cette définition si subtile : « Les sacramentaux sont des signes sacrés par lesquels, d’une certaine manière, à l’imitation des sacrements, sont signifiés et obtenus à la prière de l’Église des effets surtout spirituels5. » La distinction entre les sept sacrements et les innombrables sacramentaux est donc bien légère. Or, à propos des tentatives pour dénombrer les dons de Dieu, les traditions bibliques montrent bien que la rigueur arithmétique est hors de propos ; on le voit par exemple dans l’énumération des dons du Saint Esprit : ils sont au nombre de six dans la version hébraïque du livre d’Isaïe (11, 2), et de sept selon les traditions grecque et latine6. Les précisions numériques resteront donc toujours relatives, devant l’immensité des dons de Dieu. Ainsi, pour les sacrements, le nombre sept peut déjà être réduit à six, puisque la confirmation est un des rites du baptême.

6Bref, la doctrine sacramentaire de type universitaire, dialectique et déductive n’est adaptée ni à l’action pastorale ni à l’initiation des croyants par la catéchèse. La tradition liturgique est la voie adéquate pour cela.

L’enseignement de la liturgie sur la réalisation actuelle du grand mystère de la foi

  • 7 La tradition euchologique chrétienne : M. Metzger, L’Église dans l’Empire romain. Le culte, vol. 1  (...)

7Héritière des traditions bibliques, la liturgie chrétienne a élaboré dès ses débuts une importante euchologie, constituée essentiellement de formulaires de bénédiction7, auxquels s’ajoutent les hymnes et autres compositions poétiques. Toutes les célébrations en sont pourvues. Les formulaires d’action de grâce ou de bénédiction comportent des anamnèses, toujours explicites dans l’euchologie grecque, plus concises et parfois elliptiques dans l’euchologie latine. On en trouve une illustration évidente dans les bénédictions de l’eau baptismale, qui font mémoire des interventions de Dieu pour donner la vie et la sauvegarder ou la restaurer par le moyen de l’eau. Ces anamnèses se réfèrent au mystère du salut, dont l’action liturgique concernée constitue une réalisation partielle et actuelle. Les demandes qui suivent les anamnèses comportent le plus souvent une invocation à l’Esprit Saint. En outre, les lectionnaires élaborés selon les orientations de la réforme liturgique du concile Vatican II proposent pour chaque célébration des péricopes bibliques illustrant le propos des anamnèses.

Les anamnèses des prières d’action de grâce et de bénédiction

8Dans la liturgie eucharistique. La prière eucharistique 4 du missel romain de Paul VI commence par une anamnèse faisant mémoire de la création et des étapes de l’histoire du salut, des origines jusqu’à la venue du Christ. Viennent ensuite l’épiclèse sur les oblats, le récit de la Cène, l’acclamation d’anamnèse, l’épiclèse sur l’assemblée, les intercessions et la doxologie finale. Ainsi, l’ensemble du « grand mystère de la foi » est explicitement proclamé, jusqu’en sa réalisation dans l’assemblée qui célèbre. Dans la prière eucharistique 2 l’histoire du salut est présentée de façon plus brève, limitée à sa dernière étape, décisive, l’œuvre du Christ. Les autres prières eucharistiques et les préfaces ne proclament l’œuvre du salut que dans des aspects particuliers. Mais le récit de la Cène est toujours au centre de la célébration, comme proclamation du repas de la Nouvelle Alliance, qui est l’accomplissement de l’histoire du salut et l’annonce de sa mise en œuvre dans le temps présent.

  • 8 Sauf indication contraire, les textes liturgiques cités dans cette étude sont ceux des livres litur (...)

9La bénédiction de l’eau. Au cours de la vigile pascale et des célébrations baptismales, la bénédiction de l’eau8 fait mémoire des actions accomplies par Dieu et ses envoyés au cours des étapes de l’histoire du salut, de la création jusqu’à l’envoi des disciples par Jésus ressuscité, avec la mission de baptiser.

10Les bénédictions des saintes huiles. Les trois bénédictions de l’huile des malades, de l’huile des catéchumènes et du chrême, au cours de la Messe chrismale, commencent chacune par un éloge de Dieu et l’évocation de ses bienfaits. La troisième est la plus développée. Elle rappelle l’ancienne alliance et la réalisation de ses annonces et promesses dans le mystère de la Pâque du Christ.

11La confirmation. Dans la prière d’imposition des mains à la confirmation l’anamnèse fait le lien avec le baptême : « Par le baptême, tu les as libérés du péché, tu les as fait renaître de l’eau et de l’Esprit ».

  • 9 Par exemple dans l’Eucologe Barberini grec 336, no 157-170, éd. S. Parenti – E. Velkovska, L’Eucolo (...)
  • 10 R. Metz, La consécration des vierges. Hier, aujourd’hui, demain, Paris, 2001 ; M. Metzger, « La rév (...)

12Les prières d’ordination, les bénédictions monastiques et la consécration des vierges. Dans le Pontifical romain, pour les ordinations des évêques, des prêtres et des diacres, les prières avec imposition des mains font mémoire des initiatives de Dieu pour établir des prêtres et des chefs dans l’ancienne Alliance et des pasteurs pour l’Église de Jésus Christ. Des écrits de l’époque patristique ont recueilli des prières d’ordination pour les diaconesses, les sous‑diacres, les lecteurs, ainsi que des bénédictions monastiques. Ces prières célèbrent les initiatives de Dieu pour guider son peuple, susciter des prophètes et des pasteurs et pour appeler à l’imitation du Christ9. La bénédiction romaine pour la consécration des vierges comporte pareillement une anamnèse des actions de Dieu, en particulier pour la restauration de la nature humaine, par la médiation du Christ10.

13Le mariage. Les bénédictions nuptiales du Rituel du mariage de 1991 ont été composées selon les normes de la tradition liturgique. Elles comportent des anamnèses de la création du couple humain et de la bienveillance de Dieu envers le mariage et la famille.

  • 11 Sacramentaire gélasien XXXVIII, no 352-359, éd. L. C. Mohlberg – L. Eizenhöfer – P. Siffrin, Liber (...)
  • 12 Les Constitutions apostoliques VIII, 9 ; éd. M. Metzger, SC 336, p. 162-167 ; traduction seule, Par (...)

14La réconciliation des pénitents. Le sacramentaire gélasien (viie siècle) a recueilli une séquence euchologique comportant une monition diaconale et une oraison présidentielle pour la réconciliation des pénitents. Il y est fait mémoire des manifestations bibliques de la miséricorde de Dieu envers les pécheurs11. D’autres recueils euchologiques ont collationné des formulaires semblables pour les intercessions en faveur des pénitents dans les assemblées liturgiques régulières12.

  • 13 Les Constitutions apostoliques VIII, 41 ; SC 336, p. 256-259 ; trad. 1992, p. 333-334 ; Eucologe Ba (...)

15Les célébrations pour des défunts. Les préfaces des messes pour les défunts, dans le missel romain de Paul VI, proclament en diverses expressions le mystère pascal et la participation à la résurrection du Christ. Dans les recueils euchologiques de l’époque patristique les formulaires correspondants sont encore plus explicites à cet égard13.

  • 14 Par ex. Eucologe Barberini grec 336, no 171, éd. Parenti Velkovska, p. 178 ; Pontifical de la Cur (...)
  • 15 Eucologe Barberini grec 336, no 238, éd. Parenti Velkovska, p. 217-218.

16Autres célébrations. L’euchologie pour l’intronisation des princes, dans les anciens recueils liturgiques grecs et latins, fait mémoire dans ses anamnèses des investitures royales de la Bible14. Des prières en diverses circonstances comportent pareillement des anamnèses correspondant aux situations en question, comme cette prière pour purifier l’eau de source, dans l’Eucologe Barberini grec 336, qui évoque les mêmes actions salvifiques de la Bible que les bénédictions baptismales15.

17Ce rapide parcours dans les allées de l’euchologie liturgique met en évidence cette constante, déjà évidente dans les prières bibliques : dans chaque action liturgique les prières comportent des anamnèses qui célèbrent les actions salvifiques de Dieu au cours des siècles, en faveur de son peuple, de ses fidèles, voire de toute l’humanité et de l’univers, pour donner la vie, la restaurer et la restituer ; c’est le grand mystère du salut, appelé aussi « économie » (dispensatio, Ep 3, 9), dont l’accomplissement plénier a été la Pâque du Christ et dont les fruits sont généreusement distribués par Dieu dans la liturgie.

  • 16 Metzger, L’Église dans l’Empire romain, p. 269-279.

18Dans la célébration eucharistique, les anamnèses présentent l’histoire du salut dans sa totalité, en résumé ou de façon extensive. Dans les autres célébrations, les anamnèses sont plus limitées, elles font mémoire des premières réalisations bibliques de l’action liturgique célébrée. De ce fait elles sont toujours des catéchèses de la célébration, inscrites dans la célébration elle-même. En outre, la proclamation orale de ces anamnèses est prolongée de façon permanente par l’iconographie, du moins là où les réalisations du premier millénaire ont pu être conservées, comme dans les basiliques et églises de Ravenne, de Palerme, de Rome (Sainte‑Marie Majeure) et dans quelques églises romanes16. Mais dès l’époque gothique, lorsque la liturgie devenait hermétique au peuple de Dieu, on offrait à celui‑ci une autre iconographie : celle des saints intercesseurs et modèles, représentés sur les retables, jusqu’à prendre la place du Christ sur le maître-autel. La « Contre‑Réforme » catholique n’a fait qu’accentuer cette dérive. Il a fallu attendre le concile Vatican II pour redresser la barre.

Les épiclèses pour l’envoi de l’Esprit Saint

19Dans les prières d’action de grâce et de bénédiction, parmi les demandes qui suivent les anamnèses, les invocations pour le don de l’Esprit Saint, qu’on appelle « épiclèses », constituent la demande principale. Comme la plupart des célébrations en sont pourvues, il s’agit évidemment d’un élément essentiel des actions liturgiques. En voici une anthologie.

  • 17 Prières eucharistiques 2 et 3 du missel romain de Paul VI.
  • 18 Eucologe Barberini grec 336, no 238, 3, éd. Parenti Velkovska, p. 217.

20Dans les prières eucharistiques. « Sanctifie ces offrandes en répandant sur elles ton Esprit ; qu’elles deviennent pour nous le corps et le sang de Jésus, le Christ, notre Seigneur […] Humblement nous te demandons qu’en ayant part au corps et au sang du Christ, nous soyons rassemblés par l’Esprit Saint en un seul corps […] Quand nous serons nourris de son corps et de son sang et remplis de l’Esprit Saint17. » L’absence d’épiclèse explicite du Saint Esprit dans le canon romain peut expliquer le manque d’attention des théologiens latins à son égard. Les bénédictions de l’eau. Pour l’eau baptismale, l’épiclèse est particulièrement explicite : « Que l’Esprit Saint donne, par cette eau, la grâce du Christ afin que l’homme, créé à ta ressemblance, y soit lavé par le baptême des souillures qui déforment cette image, et renaisse de l’eau et de l’Esprit pour la vie nouvelle d’enfant de Dieu. » Dans la tradition byzantine, la prière pour purifier l’eau, évoquée plus haut, se réfère elle aussi à l’action de l’Esprit Saint18 : « Nous te prions de tourner ton regard vers ces eaux et de les sanctifier par la puissance de ton Saint Esprit (Rm 15, 13). »

21La confirmation. Pour l’imposition des mains aux confirmands, l’invocation de l’Esprit Saint est, évidemment, particulièrement explicite ; en voici l’essentiel : « Comme tu l’as promis, répands maintenant sur eux (les confirmands) ton Esprit Saint ; donne-leur en plénitude l’Esprit qui reposait sur ton Fils Jésus : esprit de sagesse et d’intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et d’affection filiale ; emplis-les de l’esprit d’adoration. »

  • 19 Sacramentaire gélasien XL, no 384, éd. Mohlberg, p. 61 ; Chavasse, Textes liturgiques de l’Église d (...)

22Les bénédictions des saintes huiles. La bénédiction de l’huile des malades comporte cette épiclèse : « Envoie du ciel ton Esprit Saint Consolateur sur cette huile que ta création nous procure pour rendre vigueur à nos corps… » Pour l’huile des catéchumènes l’antique tradition romaine adressait à Dieu cette demande : « Toi qui par la vertu de ton Saint Esprit affermis les éléments des esprits déficients, nous te demandons d’accorder à ceux qui s’avanceront vers le bain de la bienheureuse régénération, par l’onction de cette créature, la purification de l’esprit et du corps19… » Et pour le saint chrême : « Répands largement les dons du Saint Esprit sur nos frères que cette onction va imprégner. »

23Les prières d’ordination. Pour l’imposition des mains au candidat à l’épiscopat l’épiclèse de l’Esprit Saint se déploie en plusieurs invocations : « Seigneur, répands sur celui que tu as choisi la force qui vient de toi, l’Esprit souverain (Ps 50, 14) que tu as donné à ton Fils bien-aimé, Jésus Christ, l’Esprit qu’il a lui-même communiqué aux saints Apôtres qui établirent l’Église en chaque lieu… » Et plus loin : « Accorde-lui, par la force de l’Esprit qui donne le sacerdoce, le pouvoir de remettre les péchés, etc. »

24La prière d’imposition des mains pour l’ordination presbytérale comporte, elle aussi, plusieurs mentions et invocations de l’Esprit Saint : « Pour former le peuple sacerdotal, tu suscites en lui, par la force de l’Esprit Saint, et selon les divers ordres, les ministres de Jésus […] Tu as envoyé dans le monde ton Fils Jésus […] par l’Esprit Saint il s’est offert lui-même à toi […] Donne à tes serviteurs que voici la dignité du presbytérat, répands au plus profond d’eux-mêmes l’Esprit de sainteté (Ps 50, 12) […] Que le message de l’Évangile, par leur prédication et avec la grâce de l’Esprit Saint, porte du fruit… »

25La prière d’ordination des diacres comporte pareillement plusieurs anamnèses et une épiclèse de l’Esprit Saint : « Dieu éternel […] tu construis ton Église […] tu appelles chacun de ses membres à contribuer, par l’Esprit Saint, à l’unité de cet ensemble admirable […] Les apôtres de ton Fils […] ont choisi sous l’action de l’Esprit Saint, sept hommes […] Envoie sur eux, Seigneur, l’Esprit Saint : par lui, qu’ils soient fortifiés des sept dons de ta grâce […] qu’ils s’efforcent d’être dociles à l’Esprit … »

  • 20 Les Constitutions apostoliques VIII, 20, 1-2 ; 21, 4 ; 22, 3 ; SC 336, p. 220-225 ; trad. 1992, p.  (...)

26Les antiques prières d’ordination pour les autres ordres comportent, elles aussi, des épiclèses pour l’envoi de l’Esprit Saint sur les candidats. Pour la diaconesse : « Dieu éternel, […] toi qui as rempli d’esprit Myriam (Ex 15, 20), Débora (Jg 4, 4), Anne (Lc 2, 36) et Holda (4 R 22, 14), regarde maintenant ta servante que voici, proposée pour le diaconat, donne-lui l’Esprit-Saint … » Pour le sous-diacre : « Toi-même tourne ton regard vers ton serviteur que voici, proposé comme sous-diacre, et donne-lui l’Esprit Saint … » Et pour lecteur : « Toi‑même tourne ton regard vers ton serviteur choisi pour lire tes saintes Écritures à ton peuple et donne-lui l’Esprit Saint, l’Esprit prophétique20. »

  • 21 Pontifical romain du xiie siècle, XV, 7, éd. M. Andrieu, Studi e testi 86, Città del Vaticano, 1938 (...)
  • 22 Eucologe Barberini grec 336, no 170, 2, éd. Parenti Velkovska, p. 177.
  • 23 Recueil appelé « Sacramentaire de Vérone », no 1104, éd. L. C. Mohlberg – L. Eizenhöfer – P. Siffri (...)

27Les bénédictions monastiques. Dans les livres romains, la prière d’imposition des mains à un nouvel abbé comporte cette demande : « Dieu éternel, répands avec bienveillance l’Esprit de ta bénédiction sur ton serviteur21… » De même, dans les livres byzantins, la « Prière pour celle qui va prendre l’habit monastique » contient cette demande : « Seigneur notre Dieu […] accueille ta servante que voici et qui veut abandonner les richesses et les gloires passagères et contempler la tienne, et gratifie-la de l’effusion de ton Saint Esprit22. » Quant à la bénédiction romaine pour la consécration des vierges, elle invoque elle aussi le « don de l’Esprit », et sa manifestation par les qualités requises de la candidate, à savoir douceur, sagesse, gravité et chasteté23.

28Le mariage. Dans le rituel romain de 1991 la bénédiction nuptiale a été enrichie d’une épiclèse explicite, dont voici une traduction littérale : « Envoie sur eux la grâce de l’Esprit Saint, afin que, ton amour ayant été répandu en leurs cœurs, ils demeurent fidèles, dans l’alliance conjugale. »

  • 24 Par ex. Constitutions apostoliques VIII, 9, 5 ; SC 336, p. 162-163 ; trad. 1992, p. 298.

29La réconciliation des pénitents. Les supplications pour les pénitents intègrent couramment ce propos du Ps 50, 14 : « Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne », en l’appliquant à l’Esprit Saint24.

  • 25 Eucologe Barberini grec 336, no 171, éd. Parenti Velkovska, p. 178.
  • 26 Pontifical de la Curie romaine, XV A, éd. Goulet – G. Lobrichon – É. Palasso, p. 126-127.

30L’investiture d’un prince. Dans le rituel du couronnement, la première oraison comporte cette invocation en faveur du prince : « Équipe-le de la panoplie (Ep 6, 11.13) de ton Saint Esprit25. » De même, le rituel recueilli dans le Pontifical romain invoque le don de l’Esprit Saint pour l’empereur, qui reçoit l’onction du saint chrême : « Nous t’implorons, […] qu’inspiré par le don de ton Saint Esprit, il puisse diriger le peuple […] Que Dieu répande sur ta tête par l’infusion du présent saint chrême la bénédiction de l’Esprit paraclet26… »

Les lectures bibliques

  • 27 Vatican II, Constitution sur la liturgie, no 35, 1 ; 51, dans A. Duval et al. (dir.), Les conciles (...)

31Selon les orientations du concile Vatican II, la réforme liturgique a considérablement élargi la pratique des lectures bibliques, si bien que les nouveaux livres liturgiques ont été pourvus d’abondants choix de lectures bibliques pour chaque célébration27. Des lectionnaires ont été élaborés, non seulement pour la célébration eucharistique, mais aussi pour le baptême, la confirmation, le mariage, les funérailles, etc. La proclamation de ces lectures dans les célébrations concernées permet aux assemblées de s’approprier ensuite les anamnèses des bénédictions et actions de grâce de chaque action liturgique, par la lecture préalable des événements et des messages bibliques correspondants.

  • 28 Voir par ex. B. Renaud, L’Eucharistie, sacrement de l’Alliance (Lire la Bible 183), Paris, 2013, et (...)

32L’élaboration des nouveaux lectionnaires a été encouragée par l’important renouveau des études bibliques dans l’Église catholique, elle‑même stimulée dans ce sens par les Églises sœurs. À cet égard, les publications des exégètes bibliques permettent une compréhension renouvelée des actions liturgiques, en faisant mieux connaître l’enracinement des actions et des enseignements du Christ et des apôtres dans les traditions reçues des patriarches et des prophètes. Elles devraient aussi permettre de se dégager d’interprétations élaborées pendant le deuxième millénaire à partir de notions philosophiques, alors que les traditions liturgiques s’étaient développées dans la ligne de l’héritage biblique28.

33Il s’agit là d’un des principaux acquis de la réforme conciliaire, car dans la pratique antérieure à cette importante réforme, les rites célébrés en dehors de la messe, comme le baptême, l’onction des malades, etc., étaient dépourvus de lectures bibliques ; cela peut expliquer le silence des catéchismes sur l’héritage biblique de la liturgie.

Quel avenir pour les catéchismes ?

  • 29 Catéchisme du concile de Trente, chap. XIV, § VI, selon la traduction de l’abbé Doney, Paris, 1830, (...)

34Les lectures bibliques, les bénédictions ou actions de grâce et les épiclèses de l’Esprit Saint sont les éléments essentiels de toutes les célébrations liturgiques. Hélas, dans l’Église latine et pendant tout un millénaire, la doctrine les a négligés, considérant les actions liturgiques comme des « cérémonies n’appartenant pas à la nature même du sacrement ». Certes on concédait que « c’est un usage très sage, observé dès les premiers temps de l’Église, d’administrer tous les sacrements avec de grandes cérémonies », mais on estimait que leur omission « ne détruisait aucunement l’existence et l’effet du sacrement29 ».

L’origine et l’étendue des dérives latines, enregistrées dans les catéchismes

  • 30 B. Lauret et F. Refoulé (dir.), Initiation à la pratique de la théologie, t. 1, Paris, 1982, p. 287 (...)

35Au cours du Moyen Âge, en Occident, lorsque la préférence a été donnée à la dialectique, la pratique de la théologie a rompu avec la tradition du premier millénaire30. De ce fait, la réflexion sur le culte chrétien s’est engagée sur des voies dérivées ou annexes, qui ont fini par occuper tout le terrain. Deux de ces développements ont été particulièrement lourds de conséquences par leur intégration dans les catéchismes, la doctrine du septénaire et la focalisation sur la transformation des oblats eucharistiques.

  • 31 Catéchisme du concile de Trente, chap. XIV, trad. Doney, t. 1, p. 264.

36La doctrine du septénaire a déplacé l’attention : au lieu de considérer les actions liturgiques comme l’accomplissement par Dieu du grand mystère du salut, on s’est intéressé prioritairement aux vecteurs de cet accomplissement, qu’on traitait comme des choses (res), car c’est ainsi qu’on considérait les sacrements ; le code de droit canonique de 1917, dans son livre II, en était une illustration évidente. Dans les catéchismes, les sacrements ont fait l’objet d’un traitement à part. Or, à considérer l’ensemble des matières traitées dans ces manuels, même dans les réalisations récentes, ce traité des sacrements est le seul dont l’objet ne soit pas directement la personne de Dieu, ni l’humanité ou l’Église, mais des « choses ». Le catéchisme du concile de Trente, dans le sommaire du chapitre XIV, « Des sacrements en général », en donnait cette définition : « (Le sacrement) signifie en général une chose sacrée, mystérieuse et cependant sensible. Quant aux sacrements de l’Église, ce sont des choses sensibles, qui signifient et produisent la grâce, dans nos cœurs, en vertu de l’institution de Jésus‑Christ31. » On est loin du langage de la liturgie.

37Comme les excès de la doctrine du septénaire, la focalisation sur la transformation des oblats eucharistiques a provoqué, elle aussi, des déséquilibres. Elle a conduit à expliquer l’eucharistie essentiellement comme présence réelle du Christ dans les oblats sanctifiés, l’attention se portant presque exclusivement sur le pain. On en trouve une illustration manifeste dans la doctrine de dom Guéranger (1805-1875), pourtant initiateur du Mouvement liturgique. Elle a été résumée en ces termes par le P. Louis Bouyer :

  • 32 L. Bouyer, La vie de la liturgie. Une critique constructive du Mouvement liturgique, Paris, 1960, p (...)

Dom Guéranger considère toujours comme allant de soi que le foyer de la liturgie chrétienne n’est pas tant l’action sacrificielle que la présence physique de notre Seigneur dans la sainte Eucharistie. […] On veut que la messe apparaisse avant tout comme produisant la présence eucharistique du Christ et permettant l’adoration de celle‑ci. En fait, ce n’était là pas autre chose qu’ériger en théorie les changements accomplis pendant la période baroque et par lesquels, l’exposition du Saint-Sacrement introduite au cœur du culte chrétien, la messe elle-même avait été de plus en plus subordonnée au culte de la présence, repoussant à l’arrière-plan d’abord l’acte communautaire des fidèles, et finalement l’action sacerdotale elle‑même32.

  • 33 C’est l’objet de la riche étude de Renaud, L’Eucharistie, sacrement de l’Alliance.

38Initialement, la notion de présence réelle était appliquée à la transformation des oblats, par opposition aux notions d’image, de figure ou de symbole. Puis elle a pris une telle importance qu’on l’a privilégiée par rapport à la présence permanente de Dieu à ses fidèles et à l’univers entier. Dans cette dérive, la doctrine sacramentaire n’a pris en considération, dans le récit de la Cène, qu’une partie des paroles de Jésus sur le pain et le vin : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang. » Or, deux autres paroles donnent le sens plénier de l’acte suprême du Christ : « mon corps livré pour vous », parole qui explicite le geste de la fraction (« il le rompit »), et : « le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle », la parole sur le vin versé dans la coupe. Jésus n’a pas rompu le pain pour signifier sa présence, mais, par l’annonce du Corps rompu et du Sang versé, pour accomplir l’Alliance nouvelle33 et communiquer l’Esprit de vie et de résurrection, comme l’expriment les épiclèses. Le sens de l’eucharistie est donné par tout l’ensemble de ces paroles, c’est le mystère pascal, accomplissement des Alliances bibliques, dont les prières eucharistiques font mémoire de façon explicite.

  • 34 R. Cabié, Histoire de la messe, des origines à nos jours (Bibliothèque d’histoire du christianisme (...)
  • 35 Sur toutes ces déficiences dans la doctrine et la pratique, voir Metzger, « Contamination de la lit (...)

39Ces déficiences dans la présentation de l’eucharistie sont une des manifestations de l’instabilité des pratiques et des doctrines latines, qui ont sans cesse varié pendant tout le deuxième millénaire : tantôt la communion était si rare qu’il a fallu y obliger les fidèles par l’obligation de la communion pascale, le peuple chrétien cultivant en compensation un ardent « désir de voir l’hostie34 », tandis que l’énorme investissement pour le rachat des âmes du purgatoire entraînait la multiplication de messes « privées » appliquées à des intentions ; tantôt, en réaction contre le rigorisme, le pape Pie X abaissait l’âge de « la première communion » (1910), pour ouvrir la porte à la communion fréquente, celle-ci étant distribuée aux fidèles avant, pendant et après les messes paroissiales et autres, dont elle était rituellement détachée35. L’équilibre n’a été retrouvé que par le concile Vatican II. Mais il tarde trop à gagner les secteurs de la catéchèse et de la pastorale.

Peut-on continuer à enseigner les sacrements comme un tout et comme une matière à part ?

40Les catéchismes ont enregistré les expressions du catholicisme post-tridentin. Ils présentent les sacrements du septénaire en les traitant comme un ensemble et dans un chapitre à part. Mais à qui est destiné cet enseignement ? Et qui l’assure ? Le concile de Trente avait chargé les curés d’instruire leurs paroissiens et avait fait rédiger le catéchisme dans ce but. Mais, dans nos paroisses, avec la réduction du nombre des curés et le transfert de certaines de leurs missions à d’autres, qui professe encore systématiquement et en totalité un tel enseignement ? Les catéchistes préparent les enfants et les jeunes à l’eucharistie, au pardon et à la confirmation. Mais songent‑ils seulement à faire un exposé sur « le sacrement », ou « les sacrements en général » ? Incidemment, peut‑être. Est‑ce vraiment utile, si c’est pour diffuser auprès de jeunes enfants des banalités comme celles‑ci :

  • 36 Extrait d’A.-S. du Bouëtiez, La communion, le repas des chrétiens (Prions en Église junior), Paris, (...)

Un sacrement, ce sont des gestes, des paroles, faits par des hommes, mais qui viennent de Dieu […] Pour les catholiques, la communion est un signe de la présence de Jésus Christ […] C’est pourquoi on dit que la communion est un sacrement36.

41Inscrits dans la routine des enseignements organisés par des règlements d’inspiration tridentine, tant de chapitres des catéchismes officiels ont été réduits au statut d’organes-témoins. Plus grave encore, que d’heures de cours sont assurées dans les facultés et les séminaires pour enseigner des morceaux de traités qui ont perdu tout intérêt pastoral.

  • 37 Vatican II, Constitution sur la liturgie, no 7, dans A. Duval et al. (dir.), Les conciles œcuméniqu (...)
  • 38 Dans cette perspective, en 1978 les évêques de France avaient publié aux éditions du Centurion (Par (...)

42La réforme liturgique a restauré l’homélie comme commentaire des lectures bibliques assurées dans les célébrations et dont le concile proclamait : « (Le Christ) est présent dans sa parole, puisque lui-même parle pendant que sont lues dans l’Église les saintes Écritures37. » Comme lieu d’enseignement, la liturgie l’emporte infiniment sur les leçons de catéchisme, puisqu’elle place les assemblées à l’écoute du Christ lui‑même, des apôtres et des prophètes. Elle les initie aux actions sacramentelles, par les gestes et les actes à accomplir et par les paroles des prières. Par son organisation même la liturgie est mystagogie, tous ses rites sont explicités par l’euchologie. Elle instruit sur le mode du dialogue de la prière, et non pas celui de l’enseignement scolaire. Puisque la liturgie est à nouveau accessible et compréhensible pour les assemblées, elle redevient le lieu de l’annonce et de l’approfondissement de la foi. Dans ces conditions, les catéchismes, qui en étaient un ersatz, sont-ils encore nécessaires ? En effet, la liturgie n’explicite pas seulement ce qu’elle réalise dans les célébrations, mais dans les bénédictions et les actions de grâces elle professe l’ensemble de la foi, d’une façon encore plus substantielle que le Credo38.

  • 39 Argumentation dans Metzger, « La Tradition du premier millénaire ».

43La doctrine latine des sacrements a été élaborée à partir de questionnements et de problématiques d’une époque historiquement délimitée, mais qui ne sont plus les nôtres, et plus grave encore, en ignorant les messages de la liturgie. C’était une « recomposition » de la Tradition39, car cette doctrine alors nouvelle était en rupture avec les traditions liturgiques et catéchétiques du premier millénaire. Il est légitime que les Églises de notre époque reconsidèrent tout cet héritage de façon critique et tracent de nouvelles pistes en fonction des acquis théologiques de notre temps, accessibles au peuple chrétien dans sa culture actuelle, mais surtout en conformité avec les grandes proclamations du concile Vatican II sur la liturgie.

Haut de page

Notes

1 Par contre, ce déploiement est absent du canon romain, seul admis pendant des siècles en Occident.

2 Vatican II, Constitution sur la liturgie, no 10, dans A. Duval et al. (dir.), Les conciles œcuméniques, t. 2/2 : Les décrets. Trente à Vatican II, Paris, 1994, p. 823.

3 Étude récente : I. Gazzola, « Le baptême, commencement d’une vie nouvelle. Les ressources de la mystagogie de Théodore de Mopsueste », La Maison-Dieu 285, 2016, p. 47-76.

4 Sur les principales déficiences à reconnaître : M. Metzger, « Liturgie, sacrements et théologie pastorale », Revue des sciences religieuses 63/1, 1989, p. 85-115 ; Id., « La réforme liturgique du concile Vatican II et les idéologies qui résistent », Revue des sciences religieuses 85/1, 2011, p. 101-110 ; ID., « L’iconographie des sacrements comme reflet d’une doctrine discutable », dans M. Deneken – T. Legrand – A.-M. Zwilling (éd.), Une certaine image de Dieu. Hommage à François Boespflug, Strasbourg, 2015, p. 79-88 ; Id., « Sacrements, ou mystères ? Enjeux d’une révision », dans L. Kondratuk (éd.), Dialectica est bene disputandi scientia. Mélanges à la mémoire de Jean Werckmeister, à paraître ; Id., « Contamination de la liturgie latine par la doctrine et relance de la réforme conciliaire », dans Conférences liturgiques Saint-Serge 2016, à paraître ; Id., « La Tradition du premier millénaire et sa recomposition pendant le second millénaire », Revue de droit canonique 62/1, 2012, p. 23-26. Les déficiences dans la présentation de l’eucharistie : C. Giraudo, In unum Corpus. Traité mystagogique sur l’Eucharistie, Paris, 2014, p. 13-35.

5 Code de droit canonique, can. 1166, selon Vatican II, Constitution sur la liturgie, no 60 (A. Duval et al. [dir.], Les conciles œcuméniques, t. 2/2, p. 832). Remarque de Paul DE Clerck à ce sujet : « On a attendu le milieu du xiie siècle, tout d’abord, pour apprendre qu’il y avait sept sacrements, car seul l’Occident a osé mettre en chiffres les grâces de Dieu ; on y a compté pour deux le baptême et la confirmation, qui ne se sont différenciés qu’en Occident, et seulement à partir de la fin du ive siècle, alors que l’on a compté pour un le sacrement de l’Ordre … » (« Note sur l’expression non ad sacerdotium, sed ad ministerium (episcopi) », La Maison-Dieu 249, 2007, p. 63).

6 Ils sont au nombre de sept dans la prière d’imposition des mains à la confirmation.

7 La tradition euchologique chrétienne : M. Metzger, L’Église dans l’Empire romain. Le culte, vol. 1 : Les institutions, Roma, 2015, p. 448-487 ; Id., « La dimension mystagogique de l’euchologie dans les Constitutions apostoliques », dans Conférences liturgiques Saint-Serge 2015, à paraître.

8 Sauf indication contraire, les textes liturgiques cités dans cette étude sont ceux des livres liturgiques romains actuellement en usage et qui ont intégré les réformes décidées par le concile Vatican II. 

9 Par exemple dans l’Eucologe Barberini grec 336, no 157-170, éd. S. Parenti – E. Velkovska, L’Eucologio Barberini gr. 336 (Bibliotheca « Ephemerides liturgicae ». Subsidia 80), Roma, 2000[2], p. 165-177.

10 R. Metz, La consécration des vierges. Hier, aujourd’hui, demain, Paris, 2001 ; M. Metzger, « La révision de l’antique bénédiction des vierges », Revue des sciences religieuses 86/1, 2012, p. 37-50.

11 Sacramentaire gélasien XXXVIII, no 352-359, éd. L. C. Mohlberg – L. Eizenhöfer – P. Siffrin, Liber sacramentorum Romanae Æclesiae ordinis anni circuli, Roma, 1981[3], p. 56-57 ; avec traduction française, A. Chavasse, Textes liturgiques de l’Église de Rome, Paris, 1997, p. 188-191.

12 Les Constitutions apostoliques VIII, 9 ; éd. M. Metzger, SC 336, p. 162-167 ; traduction seule, Paris, 1992, p. 297-298.

13 Les Constitutions apostoliques VIII, 41 ; SC 336, p. 256-259 ; trad. 1992, p. 333-334 ; Eucologe Barberini grec 336, no 264-270, éd. Parenti Velkovska, p. 235-238.

14 Par ex. Eucologe Barberini grec 336, no 171, éd. Parenti Velkovska, p. 178 ; Pontifical de la Curie romaine (xiiie siècle) XV A-B, éd. M. Goulet – G. Lobrichon – É. Palasso, Sources liturgiques 4, Paris, 2004, p. 122-173.

15 Eucologe Barberini grec 336, no 238, éd. Parenti Velkovska, p. 217-218.

16 Metzger, L’Église dans l’Empire romain, p. 269-279.

17 Prières eucharistiques 2 et 3 du missel romain de Paul VI.

18 Eucologe Barberini grec 336, no 238, 3, éd. Parenti Velkovska, p. 217.

19 Sacramentaire gélasien XL, no 384, éd. Mohlberg, p. 61 ; Chavasse, Textes liturgiques de l’Église de Rome, p. 201.

20 Les Constitutions apostoliques VIII, 20, 1-2 ; 21, 4 ; 22, 3 ; SC 336, p. 220-225 ; trad. 1992, p. 320-321.

21 Pontifical romain du xiie siècle, XV, 7, éd. M. Andrieu, Studi e testi 86, Città del Vaticano, 1938, p. 172.

22 Eucologe Barberini grec 336, no 170, 2, éd. Parenti Velkovska, p. 177.

23 Recueil appelé « Sacramentaire de Vérone », no 1104, éd. L. C. Mohlberg – L. Eizenhöfer – P. Siffrin, Sacramentarium Veronense, Roma, 1978[3], p. 139.

24 Par ex. Constitutions apostoliques VIII, 9, 5 ; SC 336, p. 162-163 ; trad. 1992, p. 298.

25 Eucologe Barberini grec 336, no 171, éd. Parenti Velkovska, p. 178.

26 Pontifical de la Curie romaine, XV A, éd. Goulet – G. Lobrichon – É. Palasso, p. 126-127.

27 Vatican II, Constitution sur la liturgie, no 35, 1 ; 51, dans A. Duval et al. (dir.), Les conciles œcuméniques, t. 2/2, p. 827 et 831.

28 Voir par ex. B. Renaud, L’Eucharistie, sacrement de l’Alliance (Lire la Bible 183), Paris, 2013, et É. Cothenet, L’Eucharistie au cœur des Écritures, Paris, 2016.

29 Catéchisme du concile de Trente, chap. XIV, § VI, selon la traduction de l’abbé Doney, Paris, 1830, t. 1, p. 282.

30 B. Lauret et F. Refoulé (dir.), Initiation à la pratique de la théologie, t. 1, Paris, 1982, p. 287-288.

31 Catéchisme du concile de Trente, chap. XIV, trad. Doney, t. 1, p. 264.

32 L. Bouyer, La vie de la liturgie. Une critique constructive du Mouvement liturgique, Paris, 1960, p. 26.

33 C’est l’objet de la riche étude de Renaud, L’Eucharistie, sacrement de l’Alliance.

34 R. Cabié, Histoire de la messe, des origines à nos jours (Bibliothèque d’histoire du christianisme 23), Paris, 1990, p. 71 ; l’ouvrage rend compte, témoignages à l’appui, des évolutions de la pratique et des doctrines.

35 Sur toutes ces déficiences dans la doctrine et la pratique, voir Metzger, « Contamination de la liturgie latine par la doctrine ». La doctrine et la pratique de la confirmation ont connu, et connaissent encore, les mêmes bouleversements ; voir R. Minnerath, Quel avenir pour la confirmation ? Un enjeu pastoral, Paris, 2016.

36 Extrait d’A.-S. du Bouëtiez, La communion, le repas des chrétiens (Prions en Église junior), Paris, 2016, p. 57. Pourquoi, dans le titre, cette réduction à la communion, alors que le livret présente la célébration eucharistique dans son ensemble ? À noter, positivement, une présentation des repas de Dieu avec son peuple.

37 Vatican II, Constitution sur la liturgie, no 7, dans A. Duval et al. (dir.), Les conciles œcuméniques, t. 2/2, p. 822.

38 Dans cette perspective, en 1978 les évêques de France avaient publié aux éditions du Centurion (Paris) un petit « manuel » de la foi, composé à partir de la prière eucharistique 4 du Missel de Paul VI, sous un titre emblématique : Il est grand le mystère de la foi. Ils le présentaient en ces termes : « Nous croyons tout ce que croit l’Église du Christ, tout ce qu’elle exprime dans la prière eucharistique. » Une heureuse initiative, restée hélas sans lendemain jusqu’à présent !

39 Argumentation dans Metzger, « La Tradition du premier millénaire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Initier aux sacrements par la liturgie, qui dit ce qu’elle fait »Revue des sciences religieuses, 91/3 | 2017, 399-414.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Initier aux sacrements par la liturgie, qui dit ce qu’elle fait »Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.3713

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

EA 4377 - Faculté de théologie catholique Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search