Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91/3La vie consacrée en questions

La vie consacrée en questions

Benoît Malvaux
p. 415-430

Résumés

À la suite de l’année de la vie consacrée, cette contribution fait le point sur quelques questions qui continuent à se poser à propos de cet état de vie : est-il légitime de qualifier certains baptisés de « consacrés » ? Quelle articulation entre consécration par la profession des conseils évangéliques et consécration baptismale ? Comment penser ensemble consécration et mission ? Quand est née la vie consacrée et, corrélativement, quelle est sa place dans l’Église ? Autant de débats qui sont loin d’être clos mais où il est possible d’esquisser comme un « chemin de crête » entre les diverses positions en présence, qui permet d’avancer dans la réflexion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Lettre apostolique du pape François à tous les consacrés à l’occasion de l’année de la vie con (...)
  • 2 On peut penser par exemple aux quatre lettres circulaires de la Congrégation pour les Instituts de (...)
  • 3 C’est le cas de la constitution apostolique Vultum Dei quaerere, de François, sur la vie contemplat (...)
  • 4 Nous pensons ici particulièrement au document appelé à remplacer les directives Mutuae relationes s (...)

1L’Année de la Vie consacrée, qui s’est déroulée du 30 novembre 2014 au 2 février 2016, a été l’occasion, comme le demandait le pape François, de « regarder le passé avec reconnaissance », de « vivre le présent avec passion » et d’« embrasser l’avenir avec persévérance »1. Au cours de cette année, plusieurs documents du Saint‑Siège2, de nombreux colloques et d’innombrables initiatives sur le terrain ont permis aux consacrés d’approfondir le sens de leur vocation et à l’ensemble des fidèles de saisir davantage la spécificité de la « vie consacrée par la profession des conseils évangéliques ». Mais la réflexion sur la vie consacrée n’a pas pris fin le 2 février 2016 ! Depuis lors, de nouveaux documents magistériels ont été promulgués3 ou devraient l’être prochainement4. La contribution qui suit voudrait s’inscrire dans ce cadre, en évoquant brièvement quelques questions qui continuent à se poser à propos de la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques et de sa place dans l’Église.

1. Consécration par la profession des conseils évangéliques et consécration baptismale

  • 5 Ainsi, la troisième partie du livre II du Code de 1917 sur les personnes s’intitule : « Des religie (...)

2Si la réalité de ce qu’on appelle aujourd’hui la « vie consacrée par la profession des conseils évangéliques » est certainement très ancienne dans l’Église, l’emploi de cette expression dans le discours ecclésial est relativement récent. Jusqu’au Concile Vatican II, c’est en effet sous le terme de « religieux » qu’on désignait l’ensemble des fidèles qui professent les vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance5.

3Cependant, l’apparition ou la renaissance de formes de vie à la fois proches et différentes de la vie religieuse a remis en cause la terminologie traditionnelle. Ainsi, les membres des instituts séculiers, reconnus par la constitution apostolique Provida Mater Ecclesia du 2 février 1947, s’engagent à vivre la chasteté, la pauvreté et l’obéissance mais ne connaissent pas la séparation du monde caractéristique des religieux. De même, le Rituel de la consécration virginale, promulgué par Paul VI le 31 mai 1970, reconnaît la possibilité pour des femmes célibataires de se consacrer à Dieu dans la virginité, sans être moniales cloîtrées.

  • 6 Voir sur ce point G. Ghirlanda, Il diritto nella Chiesa mistero di comunione (L’abside. Saggi di te (...)
  • 7 Voir particulièrement le canon 207, § 2 : « Il existe des fidèles [clercs ou laïcs] qui sont consac (...)
  • 8 En rigueur de termes, cependant, les vierges consacrées ne professent pas les trois conseils évangé (...)
  • 9 Voir Catéchisme de l’Église catholique, nº 915.

4Lorsque, à la fin des années 1960, s’ouvre le processus de révision du Code de 1917, pour traduire en termes canoniques l’aggiornamento voulu par Vatican II, il apparaît donc nécessaire de trouver une nouvelle notion, plus englobante, qui recouvre à la fois la vie religieuse et les formes de vie nouvelles — ou réapparues après une longue absence, que sont les instituts séculiers, la virginité consacrée et l’érémitisme. Après diverses tentatives infructueuses6, les rédacteurs du nouveau Code vont opter pour la notion de « vie consacrée par la profession des conseils évangéliques »7 : religieux, membres d’instituts séculiers, vierges consacrées et ermites ont en effet en commun de se consacrer d’une manière particulière à Dieu, par la profession des conseils évangéliques de chasteté, de pauvreté et d’obéissance8. Cette option du législateur ecclésial sera en quelque sorte entérinée par le magistère, lorsque le Catéchisme de l’Église catholique, dans le paragraphe relatif aux fidèles du Christ, traitera successivement de la hiérarchie, des laïcs et de la vie consacrée, en qualifiant cette dernière d’état de vie permanent, caractérisé par la profession des conseils évangéliques9.

  • 10 Voir P. Beillevert, « Consécration », Catholicisme 3, 1952, col. 64.

5Mais qu’entend-on exactement par consécration ? Classiquement, ce terme est défini comme l’acte de rendre sacrée une réalité, en la situant dans une appartenance plus ou moins étroite à Dieu10 et en la constituant ainsi dans une catégorie à part, distincte des réalités profanes, ordinaires.

  • 11 Voir 1 P 2, 9.
  • 12 Voir Lumen Gentium 10.
  • 13 Voir Lumen Gentium 11.
  • 14 Voir Lumen Gentium 28.

6Ainsi comprise, la consécration n’est pas le monopole des consacrés par la profession des conseils évangéliques. Des bâtiments ou des objets peuvent être consacrés, comme des églises, des autels, des patènes. En ce qui concerne les personnes, la consécration fondamentale est opérée par le baptême, qui fait des baptisés une race élue, une nation sainte, un peuple que Dieu s’est acquis11, qui les « consacre » pour être une demeure spirituelle et un sacerdoce saint12. Le sacrement de confirmation opère également une consécration, lui qui rend plus parfait le lien du baptisé à l’Église, qui l’enrichit d’une force spéciale de l’Esprit Saint13. De même, les prêtres, par l’ordination, sont « consacrés » pour prêcher l’Évangile, pour être les pasteurs des fidèles et pour célébrer le culte divin14.

7Apparaît donc ici une première difficulté, voire une faiblesse, de l’expression « vie consacrée », à savoir sa polysémie. En rigueur de termes, la consécration n’est pas propre et elle ne constitue a fortiori pas le monopole de ceux que l’on appelle communément aujourd’hui les « consacrés ».

8Face à cette difficulté, une première option, radicale, consiste à refuser d’utiliser l’expression de vie consacrée pour désigner une catégorie particulière de baptisés. Telle est la position d’Enzo Bianchi, ancien prieur de la communauté monastique interconfessionnelle de Bose, en Italie, et auteur de plusieurs ouvrages sur la vie religieuse.

  • 15 E. Bianchi, Si tu savais le don de Dieu. La vie religieuse dans l’Église (La part-Dieu 4), Bruxelle (...)

On parle généralement de « vie consacrée » pour qualifier en même temps les religieux et les instituts séculiers. Mais je ne crois pas qu’on puisse s’approprier le terme de « consécration », qui appartient de droit à l’ensemble des chrétiens qui, tous, sont consacrés […] Toute vie chrétienne est consacrée. […] Si la terminologie de la « consécration » indique […] le fait d’être “mis à part” pour le Seigneur, on peut l’appliquer tant au chrétien qu’au religieux15.

  • 16 Nous pensons ici particulièrement à Jean Beyer, jésuite et canoniste, qui joua un rôle important da (...)
  • 17 Celles-ci n’ont pas de statut canonique spécifique dans le Code de 1983, applicable à l’Église lati (...)
  • 18 Voir G. Routhier, « Vous avez dit “vie consacrée” ? », Lumen vitae 71, 2016, p. 145.

9Une telle option, dans sa radicalité, semble cependant difficilement soutenable aujourd’hui, tant l’expression de vie consacrée par la profession des conseils évangéliques s’est popularisée dans le langage ecclésial. Sans partager pour autant l’enthousiasme de ses promoteurs16, il convient de reconnaître l’intérêt de cette expression, qui permet de regrouper dans une même catégorie ecclésiale les instituts religieux, les instituts séculiers, les ermites, les vierges consacrées, voire les veuves consacrées17 et d’éventuelles nouvelles formes de vie reconnues par le Saint‑Siège, conformément à la procédure prévue par le canon 605. En ce sens, davantage que la notion de vie religieuse, l’expression de vie consacrée par la profession des conseils évangéliques honore la diversité actuelle des engagements à se donner à Dieu de manière particulière dans la chasteté, la pauvreté et l’obéissance. Mais il reste vrai que cette consécration n’est pas la seule consécration existant dans l’Église. Comme le dit Gilles Routhier, canoniste auteur d’une récente contribution sur le sujet, « réserver presque exclusivement le terme “consacrés” aux religieux et aux personnes dont le statut leur est équiparé en raison de leur profession des vœux ne contribue pas à mettre en valeur ce que Dieu fait par les sacrements, en particulier dans le sacrement de baptême »18. Dans la mesure du possible, il convient donc d’éviter de parler simplement des « consacrés », pour utiliser l’expression complète — nonobstant sa lourdeur — de « consacrés par la profession des conseils évangéliques ».

2. Consécration par la profession des conseils évangéliques : quelle spécificité ?

  • 19 Voir Perfectae Caritatis 5.
  • 20 Voir Lumen Gentium 44 : « Sans doute, par le baptême, le religieux est déjà consacré à Dieu ; cepen (...)
  • 21 Voir Perfectae Caritatis 1 : « Dès les origines de l’Église, il y eut des hommes et des femmes qui (...)

10Si la consécration par la profession des conseils évangéliques s’enracine dans la consécration baptismale, pour reprendre les termes de Vatican II19, comment l’une et l’autre s’articulent-elles ? Ou, pour poser la question en d’autres termes, quelle est la spécificité des consacrés par la profession des conseils évangéliques par rapport aux autres baptisés ? Une première réponse, traditionnelle dans l’Église, voit dans la consécration par la profession des conseils évangéliques un moyen pour ceux qui la vivent de se conformer davantage au Christ que les « simples baptisés ». C’est ainsi que s’exprime le Concile Vatican II, tant dans la constitution dogmatique sur l’Église Lumen Gentium20 que dans le décret sur la rénovation et l’adaptation de la vie religieuse Perfectae Caritatis21. Le Code de 1983 tient un discours similaire, lorsque le canon 573 définit la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques comme « la forme de vie stable par laquelle des fidèles, suivant le Christ de plus près sous l’action de l’Esprit Saint, se donnent totalement à Dieu […] ».

  • 22 Voir par exemple A. Bride, « Religieux et religieuses », Dictionnaire de théologie catholique 13/2, (...)

11Cette manière de comprendre l’articulation entre consécration par la profession des conseils évangéliques et consécration baptismale trouve son origine dans la distinction traditionnelle entre la voie des commandements (ou des préceptes), commune à tout baptisé, en dehors de laquelle l’entrée dans le Royaume de Dieu est impossible, et la voie des conseils, qui trace un chemin facultatif, proposé à ceux (à savoir les « consacrés ») qui se sentent poussés à aller au-delà de l’observance des commandements. Cette voie des conseils constitue à proprement parler le chemin de la perfection22.

  • 23 Voir P. Lécrivain, Une manière de vivre. Les religieux aujourd’hui (La part-Dieu 13), Bruxelles, 20 (...)
  • 24 Lumen Gentium 39.

12Cette conception, pour traditionnelle qu’elle soit, n’est pas sans poser question, comme l’exprime de manière éloquente le dominicain Jean-Marie Tillard, quelques années après Vatican II : « La perfection de la charité n’est-elle pas le but auquel tout chrétien doit tendre, s’il a compris le “Soyez parfaits comme votre Père est parfait” et s’il prend au sérieux le sermon sur la montagne23 ? » Le Concile lui-même, en affirmant la vocation universelle des chrétiens à la sainteté, ouvre la possibilité d’une remise en cause de la distinction entre la voie des commandements et la voie des conseils. Si, « dans l’Église, tous, qu’ils appartiennent à la hiérarchie de l’Église ou qu’ils soient régis par elle, sont appelés à la sainteté24 », peut-on encore tenir que les consacrés par la profession des conseils évangéliques sont appelés à se conformer davantage au Christ que les autres baptisés ? Par ailleurs, si l’on doit ainsi renoncer à la conception traditionnelle, comment alors rendre compte de la spécificité de la consécration par la profession des conseils évangéliques ?

  • 25 Lumen Gentium 39.
  • 26 L’exhortation n’est cependant pas exempte d’ambiguïté sur la question, puisque le no 32 soutient qu (...)

13Le Concile Vatican II esquisse déjà une réponse à cette question lorsqu’il affirme, à propos de la sainteté de l’Église, que celle-ci « apparaît d’une manière caractéristique dans la pratique des conseils qu’on a l’habitude d’appeler évangéliques25 ». Trente ans plus tard, l’exhortation apostolique Vita Consecrata, par laquelle Jean Paul II conclut l’assemblée du Synode des évêques de 1994 sur la vie consacrée, précisera cette perspective. Le numéro 30 de l’exhortation, intitulé « Une consécration nouvelle et particulière », relève la « particularité » de la consécration par la profession des conseils évangéliques, qui n’est « pas une conséquence nécessaire » de la consécration baptismale et qui suppose un « don de Dieu particulier qui n’est pas accordé à tous ». En ce sens, poursuit le numéro 31 de l’exhortation, « les personnes consacrées qui s’engagent dans les conseils évangéliques reçoivent une consécration nouvelle et spéciale26 ».

  • 27 Vita Consecrata 31 est particulièrement clair sur ce point : « Les vocations à la vie laïque, au mi (...)
  • 28 Ainsi s’exprime Vita Consecrata 30 : « Quiconque est régénéré dans le Christ est appelé à vivre […] (...)

14Cette manière de penser l’articulation entre la consécration par la profession des conseils évangéliques et la consécration baptismale, en termes de « particularité » plutôt que de « supériorité », respecte davantage, nous semble‑t‑il, l’intuition conciliaire de la vocation universelle à la sainteté. Elle invite à considérer la diversité des vocations en Église dans une perspective de complémentarité et d’enrichissement réciproque, dans le déploiement d’une vocation baptismale commune, plutôt qu’en termes de gradation et de hiérarchie27. De la même manière, les conseils évangéliques s’adressent à tous les baptisés, mais le propre des « consacrés » est de les vivre de manière particulière, en utilisant des moyens spécifiques28.

3. Consécration et mission

15Le choix de la notion de vie consacrée par la profession des conseils évangéliques pour désigner les instituts religieux, les instituts séculiers, les vierges consacrées et les ermites soulève une autre question, qui concerne le rapport de ces consacrés au monde. Comme il a été dit plus haut, la consécration suppose une certaine mise à part du monde, pour se situer dans une relation particulière d’appartenance à Dieu. Ainsi comprise, cette notion évoque la séparation entre le sacré et le profane, présente dans beaucoup de religions, qui isolent ou du moins distinguent nettement la relation à Dieu et la vie ordinaire : c’est ainsi que je ne peux rencontrer Dieu que dans un lieu sacré, comme un temple, ou lors d’un « moment » sacré, lorsque je suis explicitement en prière.

  • 29 Voir B. Malvaux, « Sacerdoce commun et vie consacrée », Vies consacrées 82, 2010, p. 274‑276. Voir (...)

16Or, le christianisme ne peut se satisfaire d’une telle séparation, puisque, en Jésus Christ, Dieu est venu se rendre présent à toute l’histoire humaine. En conséquence, pour le chrétien, il n’y a pas de lieu ou de moment qui aurait l’exclusivité du sacré, pas plus qu’il n’existe des personnes qui seraient les dépositaires exclusifs du sacré29. La consécration, si elle « met à part » celui qui en bénéficie, ne peut donc aboutir à le couper, à le séparer du monde dans lequel il vit.

17Si l’on relit, à la lumière de ce qui précède, la genèse du choix par le législateur ecclésial de la notion de vie consacrée par la profession des conseils évangéliques, on ne manquera pas de constater l’existence d’un véritable paradoxe. En effet, le passage de la catégorie de vie religieuse à celle, plus englobante, de vie consacrée s’explique particulièrement par le souci de prendre en considération les instituts séculiers, qui ne souhaitent pas être considérés comme religieux, du fait de leur vocation spécifique à être pleinement présents au monde, à s’y enfouir. Or, pour prendre en compte la spécificité séculière de ces nouveaux instituts, l’Église a précisément utilisé une expression qui connote une certaine mise à part, un certain retrait du monde !

18Ce paradoxe a fait débat lors de l’assemblée du Synode des évêques de 1994 sur la vie consacrée. Plusieurs pères synodaux ont ainsi exprimé leurs réticences à l’égard d’une notion susceptible d’évoquer un retrait, voire une fuite du monde, alors qu’il conviendrait plutôt de mettre en évidence la dimension missionnaire de la vocation religieuse et des vocations apparentées, qui appelle à s’engager dans le monde pour le transformer.

  • 30 À propos des interventions des pères synodaux à l’assemblée du synode des évêques de 1994 sur la vi (...)

19À ce moment, l’expression de vie consacrée par la profession des conseils évangéliques avait déjà acquis une telle force dans le discours ecclésial qu’il était irréaliste d’imaginer de l’abandonner. Mais cela n’excluait pas d’en préciser la signification, pour éviter des interprétations erronées. C’est ce à quoi s’employèrent plusieurs pères synodaux, particulièrement John R. Quinn, alors archevêque de San Francisco. Ce dernier montra clairement l’unité dynamique existant entre consécration et mission. Plus exactement, il souligna que cette unité est un choix possible, selon la conception qu’on se fait de Dieu. Si Dieu est considéré essentiellement comme l’infini, le transcendant, mission et consécration peuvent effectivement apparaître comme des notions antagonistes, et la consécration à Dieu peut induire une certaine fuite du monde. Mais si, au contraire, Dieu est compris comme dynamiquement engagé pour le salut du monde, tel qu’il se manifeste dans l’Incarnation du Fils, la consécration à Dieu devient inséparable de la mission, elle fait corps avec elle, en quelque sorte. Être consacré à Dieu implique alors nécessairement d’être envoyé au monde, puisqu’il s’agit de se consacrer à un Dieu qui s’engage lui-même dans le monde30.

20Telle va être l’option de Jean Paul II, qui aura des paroles fortes à ce sujet dans l’exhortation Vita Consecrata. Le numéro 72 de l’exhortation, qui s’intitule précisément « Consacrés pour la mission », n’hésite pas ainsi à affirmer :

  • 31 Cela vaut y compris pour les religieux de vie contemplative, dont le canon 674 du Code de 1983 rele (...)

À l’image de Jésus […] ceux que Dieu appelle à sa suite sont eux aussi consacrés et envoyés dans le monde pour […] poursuivre sa mission. […] cela s’applique de manière particulière à ceux qui sont appelés à suivre le Christ […] dans la forme spécifique de la vie consacrée. […] On peut dire alors que la personne consacrée est “en mission”, en vertu de sa consécration même31.

21La Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique reprendra ce thème dans l’instruction Repartir du Christ, approuvée par Jean Paul II le 16 mai 2002 :

  • 32 Repartir du Christ 9, qui fait explicitement référence à Vita Consecrata 72.

22Sous l’action de l’Esprit Saint, la vie consacrée elle-même devient mission. Plus les personnes consacrées se laissent configurer au Christ, plus elles le rendent présent et agissant dans l’histoire pour le salut des hommes32.

4. L’origine de la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques

23Une autre question qui a donné lieu à débat, à propos de la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques, est celle de son origine. Quand la vie consacrée est-elle apparue dans l’Église ?

  • 33 Cette thèse est formulée de manière très claire par le Dictionnaire de théologie catholique : « C’e (...)

24La thèse classique, qui connaît aujourd’hui une nouvelle vigueur, voit dans le Christ le fondateur de la vie consacrée. Elle situe donc la naissance de cette dernière dès les temps apostoliques33. Bien évidemment, les tenants de cette thèse se gardent de tout anachronisme : l’Église primitive n’a certainement pas connu d’instituts religieux ni de profession explicite des vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance. Mais il n’empêche que les principes essentiels de la vie consacrée ont été posés par Jésus et qu’ils ont déjà connu une première concrétisation, dès les temps apostoliques.

25Plusieurs documents magistériels comprennent l’origine de la vie consacrée de manière similaire. Ainsi, le décret conciliaire Perfectae Caritatis affirme : confirme à sa suite que « la mission est essentielle pour tous les instituts, non seulement les instituts de vie apostolique active, mais aussi les instituts de vie contemplative ».

  • 34 Perfectae Caritatis 1.

Dès les origines de l’Église, il y eut des hommes et des femmes qui voulurent, par la pratique des conseils évangéliques, suivre plus librement le Christ et l’imiter plus fidèlement et qui, chacun à sa manière, menèrent une vie consacrée à Dieu34.

  • 35 Vita Consecrata 29.
  • 36 Ainsi, Élisabeth Germain fait référence à l’existence, dès le début du christianisme, d’hommes et d (...)

26L’exhortation apostolique Vita Consecrata a des paroles plus fortes encore, lorsqu’elle soutient que « la vie consacrée [est] présente dès les origines [de l’Église] » et que « Jésus lui‑même, en appelant certaines personnes à tout abandonner pour le suivre, a inauguré cet état de vie »35. Un certain nombre de théologiens de la vie consacrée partagent cette manière de voir36.

27Cette conception de l’apparition de la vie consacrée dès l’Église primitive ne fait cependant pas l’unanimité. Certains théologiens de la vie consacrée considèrent plutôt cette dernière comme un fruit de l’Esprit Saint, survenu à un moment donné de l’histoire, plus précisément à la fin du iiie siècle, lorsqu’apparaissent les premiers ermites chrétiens. Cette thèse a été particulièrement défendue par Jean‑Claude Guy, jésuite, dans son enseignement au Centre Sèvres :

  • 37 Voir J.-C. Guy, Histoire de la vie religieuse, des origines au début du XIXe siècle (Travaux et con (...)

28Ma prise de position est que la vie religieuse a commencé au ive siècle, ou pour être bon prince, dans les deux dernières décennies du iiie siècle, mais pas avant. Tout le monde n’est pas d’accord, certains disant qu’il y a eu dans les communautés primitives des ascètes, des vierges consacrées… C’est possible, mais je ne vois pas bien le lien entre vierges et ascètes des communautés primitives et le foisonnement des premières années du ive siècle, où ceux qu’on peut considérer comme les premiers consacrés n’étaient ni vierges ni ascètes, à commencer par saint Antoine, le père des moines37.

  • 38 Diccionario general de derecho canónico 7, 2012, p. 878. Voir également un plus long développement (...)

29Plus récemment, Tomás Rincón-Pérez, auteur de l’entrée « Vie consacrée dans l’Église latine », dans le Diccionario general de derecho canónico, tient une position similaire : « Sans doute la première manifestation ou forme historique de vie consacrée fut la vie érémitique […] autour de saints ermites comme Saint Antoine38. »

  • 39 Voir J. Laplace, La vie consacrée. Une existence transfigurée (Les chemins du sens), Paris, 2000, p (...)

30Entre ces deux conceptions divergentes, certains auteurs proposent une « troisième voie », susceptible de prendre en compte la part de vérité présente en chacune d’entre elles. Ainsi, Jean Laplace, jésuite auteur de plusieurs ouvrages sur la vie spirituelle, tout en relevant que la vie consacrée s’enracine dans ces deux signes que sont le martyre et la virginité, présents dès l’Église primitive, souligne en même temps le changement radical qui s’est opéré avec la conversion de Constantin, lorsqu’apparaissent les premiers linéaments de la vie monastique, qui donnera naissance à la vie religieuse39.

31La constitution conciliaire Lumen Gentium, dans le chapitre consacré aux religieux, s’exprime également en termes susceptibles de synthétiser en quelque sorte l’une et l’autre position :

  • 40 Lumen Gentium 43.

Les conseils évangéliques […] étant fondés sur les paroles et les exemples du Seigneur, […] constituent un don divin que l’Église a reçu de son Seigneur et que, par sa grâce, elle conserve toujours. L’autorité de l’Église, sous la conduite de l’Esprit Saint, a veillé elle-même à en fixer la doctrine et à en régler la pratique, en instituant même des formes de vie stables sur la base de ces conseils40.

32De manière intéressante, le Concile distingue ici les conseils évangéliques, qui trouvent leur origine dans la vie et dans l’enseignement du Christ, et les formes de vie stables qui mettent ces conseils en pratique, des formes de vie qui ont été instituées par l’Église, sous l’inspiration de l’Esprit Saint. En ce sens, il serait peut-être plus adéquat de considérer le Christ comme le « fondement » de la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques, davantage que comme son « fondateur ».

5. Quelle place pour la vie consacrée dans l’église ?

  • 41 En italien, la différence entre les deux positions tient en une seule lettre : la vie consacrée par (...)

33En lien étroit avec la question de l’origine de la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques se pose la question de la place que celle-ci occupe dans l’Église. La vie consacrée appartient-elle à l’essence même de l’Église voulue par le Christ, au point que l’Église ne serait pas vraiment elle-même sans la présence en son sein de la vie consacrée ? Ou s’agit‑il plutôt d’une réalité, certes importante, dans l’Église, mais qui ne lui est pas à proprement parler essentielle, qu’on pourrait considérer davantage comme un don gratuit fait à l’Église par l’Esprit Saint ? 41

34On voit bien le lien entre les deux questions. Si l’on tient que la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques n’existe pas depuis l’origine de l’Église mais qu’elle est apparue à un moment donné de son histoire, il s’ensuit logiquement qu’elle n’est pas essentielle à l’Église en tant que telle. C’est par exemple la position de Jean-Claude Guy :

  • 42 Voir Guy, Histoire de la vie religieuse, p. 11.

35[Si] la vie religieuse a commencé au ive siècle, cela veut dire qu’il y eut un temps où elle n’existait pas dans l’Église, laquelle ne s’en portait pas plus mal. […] pour être Église, l’Église n’a pas besoin de la vie religieuse mais celle-ci a été donnée à l’Église42.

  • 43 Voir Ghirlanda, Il diritto nella Chiesa, p. 56.

36Par contre, si on considère que la vie consacrée est présente dès la naissance de l’Église, on peut plus aisément la considérer comme indispensable à celle-ci, voire comme « de droit divin ». Telle est la position de Gianfranco Ghirlanda, jésuite et canoniste, qui parle d’une « structure charismatico‑institutionnelle fondamentale de l’Église, de droit divin », dont fait nécessairement partie, sous une forme ou une autre, la vie consacrée selon les conseils évangéliques43.

  • 44 Lumen Gentium 44. De manière intéressante, tant Jean-Claude Guy que Gianfranco Ghirlanda font référ (...)
  • 45 À propos des interventions des pères synodaux à l’assemblée du synode des évêques de 1994, voir la (...)

37Le Concile Vatican II n’a pas véritablement tranché la question, lorsqu’il posa, dans une affirmation devenue célèbre, que « l’état de vie constitué par la profession des conseils évangéliques, s’il ne concerne pas la structure hiérarchique de l’Église, appartient […] cependant inséparablement à sa vie et à sa sainteté44 ». L’assemblée du Synode des évêques de 1994 sur la vie consacrée ne sera pas plus décisive. Elle verra le même Gianfranco Ghirlanda tenir que la consécration par la profession des conseils évangéliques est, par institution divine, un état de vie qui appartient à l’essence même de l’Église, tandis que le dominicain Pierre Raffin, alors évêque de Metz, voit davantage la vie consacrée comme le fruit d’un lent travail de l’Esprit encore inachevé et refuse d’en faire une dimension intrinsèque de l’Église45.

38Cependant, le magistère ultérieur au Synode de 1994 interviendra nettement en faveur de la thèse de l’appartenance de la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques à l’essence même de l’Église. Tel est le cas de Jean Paul II, dans l’exhortation Vita Consecrata :

  • 46 Vita Consecrata 29.

La vie consacrée, présente dès les origines, ne pourra jamais faire défaut à l’Église, en tant qu’élément constituant et irremplaçable qui en exprime la nature même. La conception d’une Église uniquement composée de ministres ordonnés et de laïcs ne correspond pas aux intentions de son divin fondateur, telles qu’elles apparaissent dans les Évangiles et les autres écrits du Nouveau Testament46.

  • 47 Cette lettre fait elle-même référence à l’emploi d’expressions similaires à propos des dimensions i (...)

39Plus récemment, une nouvelle notion, allant dans la même direction, est en train d’émerger dans le langage magistériel, à propos de la dimension charismatique de l’Église, une réalité plus large que la vie consacrée, mais qui l’englobe. Il s’agit de la « coessentialité dans l’Église des dons hiérarchiques et charismatiques ». Cette notion a été particulièrement développée dans la récente lettre Iuvenescit Ecclesia, de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, sur la relation entre les dons hiérarchiques et charismatiques pour la vie et la mission de l’Église47, qui affirme notamment :

  • 48 Iuvenescit Ecclesia 13.

La relation entre les dons charismatiques et la structure sacramentelle de l’Église confirme la coessentialité des dons hiérarchiques et des dons charismatiques. Bien que les formes historiques prises par ces derniers ne soient jamais garanties pour toujours, la dimension charismatique ne peut jamais être absente de la vie et de la mission de l’Église48.

En conclusion

40Si le débat autour de la notion de « vie consacrée par la profession des conseils évangéliques » est donc loin d’être clos, plus de trente ans après l’apparition de cette notion dans le vocabulaire ecclésial, il est cependant possible d’esquisser comme un « chemin de crête » entre les diverses thèses en présence, qui permet d’avancer dans la réflexion. Ce « chemin » comprendrait les éléments suivants.

  1. Parler de vie consacrée par la profession des conseils évangéliques est légitime, à condition de ne pas oublier qu’elle ne constitue que l’une des consécrations possibles dans l’Église et qu’elle s’enracine dans une consécration plus fondamentale, opérée par le baptême.

  2. La spécificité de la consécration par la profession des conseils évangéliques par rapport à la consécration baptismale ne doit pas être envisagée en termes de supériorité mais bien davantage en termes de particularité, du fait de l’utilisation par les consacrés de moyens spécifiques en vue de progresser vers un but commun à tous les baptisés, la sainteté.

  3. Loin de couper du monde, la consécration par la profession des conseils évangéliques y envoie, dans une perspective authentiquement missionnaire.

  4. Si les diverses formes contingentes de vie consacrée sont apparues à un moment déterminé de l’histoire de l’Église et n’appartiennent certainement pas à l’essence de cette dernière, le désir que l’Esprit Saint suscite dans le cœur de certains baptisés de se consacrer à Dieu d’une manière particulière a existé dès les origines de l’Église et peut être considéré comme essentiel à celle‑ci.

Haut de page

Notes

1 Voir Lettre apostolique du pape François à tous les consacrés à l’occasion de l’année de la vie consacrée, I, nº 1.2.3.

2 On peut penser par exemple aux quatre lettres circulaires de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique Réjouissez-vous, Scrutez, Contemplez et Annoncez.

3 C’est le cas de la constitution apostolique Vultum Dei quaerere, de François, sur la vie contemplative féminine, promulguée le 29 juin 2016, ainsi que de la lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi Iuvenescit Ecclesia, sur la relation entre les dons hiérarchiques et charismatiques pour la vie et la mission de l’Église, approuvée par François le 14 mars 2016 et promulguée le 15 mai de la même année.

4 Nous pensons ici particulièrement au document appelé à remplacer les directives Mutuae relationes sur les rapports entre les évêques et les religieux dans l’Église, qui datent de 1978.

5 Ainsi, la troisième partie du livre II du Code de 1917 sur les personnes s’intitule : « Des religieux ». De même, le Concile Vatican II consacre un chapitre de la constitution sur l’Église Lumen Gentium aux « religieux » tandis que le décret Perfectae Caritatis traite de « la rénovation et l’adaptation de la vie religieuse ».

6 Voir sur ce point G. Ghirlanda, Il diritto nella Chiesa mistero di comunione (L’abside. Saggi di teologia 11), Milano, 1993[2], p. 169-171 ; voir également J. Beyer, Le droit de la vie consacrée. Normes communes, Paris, 1988, p. 9-17.

7 Voir particulièrement le canon 207, § 2 : « Il existe des fidèles [clercs ou laïcs] qui sont consacrés à Dieu à leur manière particulière par la profession des conseils évangéliques […] ». De même, la troisième partie du livre II du Code de 1983 sur le Peuple de Dieu s’intitule : « Les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique ».

8 En rigueur de termes, cependant, les vierges consacrées ne professent pas les trois conseils évangéliques, mais elles émettent une « décision » de vivre la chasteté et de suivre le Christ ; voir R. Metz, La consécration des vierges. Hier, aujourd'hui, demain (Droit canonique), Paris, 2001, p. 187-189.

9 Voir Catéchisme de l’Église catholique, nº 915.

10 Voir P. Beillevert, « Consécration », Catholicisme 3, 1952, col. 64.

11 Voir 1 P 2, 9.

12 Voir Lumen Gentium 10.

13 Voir Lumen Gentium 11.

14 Voir Lumen Gentium 28.

15 E. Bianchi, Si tu savais le don de Dieu. La vie religieuse dans l’Église (La part-Dieu 4), Bruxelles, 2000, p. 23 et 67.

16 Nous pensons ici particulièrement à Jean Beyer, jésuite et canoniste, qui joua un rôle important dans la préparation du Code de 1983 et qui parle dans son commentaire sur le droit de la vie consacrée d’une « vision élargie aux dimensions divines des charismes » qui, « au lieu de voir toute la vie consacrée sous l’angle de la vie religieuse, s’est amplifiée […] et doit s’ouvrir toujours plus aux charismes nouveaux et nombreux de vie consacrée par les conseils évangéliques ». Voir Beyer, Le droit de la vie consacrée, p. 19.

17 Celles-ci n’ont pas de statut canonique spécifique dans le Code de 1983, applicable à l’Église latine, mais le Code des canons des Églises orientales de 1990, au canon 570, prévoit que « peuvent être instituées des vierges et des veuves consacrées qui s’engagent à part dans le monde à la chasteté par une profession publique ».

18 Voir G. Routhier, « Vous avez dit “vie consacrée” ? », Lumen vitae 71, 2016, p. 145.

19 Voir Perfectae Caritatis 5.

20 Voir Lumen Gentium 44 : « Sans doute, par le baptême, le religieux est déjà consacré à Dieu ; cependant il cherche à recueillir des fruits plus abondants de la grâce baptismale et, par la profession des conseils évangéliques dans l’Église, il se consacre plus intimement au service de Dieu. »

21 Voir Perfectae Caritatis 1 : « Dès les origines de l’Église, il y eut des hommes et des femmes qui voulurent, par la pratique des conseils évangéliques, suivre plus librement le Christ et l’imiter […] » ; Perfectae Caritatis 5 : « […] la profession des conseils évangéliques […] constitue une consécration particulière qui s’enracine intimement dans la consécration de baptême et l’exprime avec plus de plénitude. »

22 Voir par exemple A. Bride, « Religieux et religieuses », Dictionnaire de théologie catholique 13/2, 1936, col. 2157 : « L’état religieux est appelé aussi état de perfection, pour le distinguer de l’état de vie ordinaire de ceux qui se contentent d’observer les préceptes. »

23 Voir P. Lécrivain, Une manière de vivre. Les religieux aujourd’hui (La part-Dieu 13), Bruxelles, 2009, p. 37, avec une référence à J.-M. Tillard, Devant Dieu et pour le monde. Le projet des religieux (Cogitatio fidei 75), Paris, 1974, p. 133-152. Voir également F.-X. Ledoux, « La théologie de la vie religieuse à la lumière du concept de “crise” », Vies consacrées 77, 2005, p. 37-40.

24 Lumen Gentium 39.

25 Lumen Gentium 39.

26 L’exhortation n’est cependant pas exempte d’ambiguïté sur la question, puisque le no 32 soutient que « la vie consacrée se situe objectivement à un niveau d’excellence », ce qui a été malencontreusement traduit en anglais par objective superiority !

27 Vita Consecrata 31 est particulièrement clair sur ce point : « Les vocations à la vie laïque, au ministère ordonné et à la vie consacrée […] sont au service l’une de l’autre, pour la croissance du Corps du Christ dans l’histoire et pour sa mission dans le monde. »

28 Ainsi s’exprime Vita Consecrata 30 : « Quiconque est régénéré dans le Christ est appelé à vivre […] la chasteté correspondant à son état de vie, l’obéissance à Dieu et à son Église, un détachement raisonnable des biens matériels […] Mais le baptême ne comporte pas par lui-même l’appel au célibat et à la virginité, le renoncement à la possession des biens, l’obéissance à un supérieur, sous la forme précise des conseils évangéliques. »

29 Voir B. Malvaux, « Sacerdoce commun et vie consacrée », Vies consacrées 82, 2010, p. 274‑276. Voir également G. L. Müller, « Sacré (Le) », Dictionnaire de spiritualité 14, 1990, col. 37‑39.

30 À propos des interventions des pères synodaux à l’assemblée du synode des évêques de 1994 sur la vie consacrée, voir l’édition hebdomadaire en langue française de l’Osservatore romano, 1994, nºs 41‑48.

31 Cela vaut y compris pour les religieux de vie contemplative, dont le canon 674 du Code de 1983 relevait déjà la « secrète fécondité apostolique ». Vita Consecrata 72 confirme à sa suite que « la mission est essentielle pour tous les instituts, non seulement les instituts de vie apostolique active, mais aussi les instituts de vie contemplative ».

32 Repartir du Christ 9, qui fait explicitement référence à Vita Consecrata 72.

33 Cette thèse est formulée de manière très claire par le Dictionnaire de théologie catholique : « C’est Notre-Seigneur qui a institué l’état religieux dans sa substance en posant les principes essentiels de la vie religieuse […] Le Christ en effet fait l’éloge solennel de la pauvreté dans le discours sur la montagne […] Pour la chasteté, le Christ lui-même en avait vanté les avantages “en vue du royaume des cieux” […]. Enfin le Christ a donné lui-même l’exemple de l’obéissance à son Père et cela “jusqu’à la mort et la mort de la croix” » (Bride, « Religieux », col. 2159).

34 Perfectae Caritatis 1.

35 Vita Consecrata 29.

36 Ainsi, Élisabeth Germain fait référence à l’existence, dès le début du christianisme, d’hommes et de femmes qui ont choisi la virginité ou la continence sexuelle en vue du Royaume des Cieux. Selon elle, on peut les considérer comme les premiers consacrés, présents dans l’Église dès son origine. Voir É. Germain, La vie consacrée dans l’Église. Approche historique, Paris, 1994.

37 Voir J.-C. Guy, Histoire de la vie religieuse, des origines au début du XIXe siècle (Travaux et conférences du Centre Sèvres 17), Paris, 1989, p. 11 ; Idem, La vie religieuse, mémoire évangélique de l’Église, Paris, 1987, p. 14.

38 Diccionario general de derecho canónico 7, 2012, p. 878. Voir également un plus long développement du même auteur sur la question dans T. Rincón-Pérez, La vida consagrada en la Iglesia latina. Estatuto teológico-canónico, Pamplona, 2001, p. 27‑32.

39 Voir J. Laplace, La vie consacrée. Une existence transfigurée (Les chemins du sens), Paris, 2000, p. 119ss.

40 Lumen Gentium 43.

41 En italien, la différence entre les deux positions tient en une seule lettre : la vie consacrée par la profession des conseils évangéliques est-elle une structure della Chiesa, de l’Église, ou une structure nella Chiesa, dans l’Église ?

42 Voir Guy, Histoire de la vie religieuse, p. 11.

43 Voir Ghirlanda, Il diritto nella Chiesa, p. 56.

44 Lumen Gentium 44. De manière intéressante, tant Jean-Claude Guy que Gianfranco Ghirlanda font référence à cette disposition de la constitution dogmatique sur l’Église, pour en tirer des conclusions opposées.

45 À propos des interventions des pères synodaux à l’assemblée du synode des évêques de 1994, voir la référence indiquée dans la n. 30.

46 Vita Consecrata 29.

47 Cette lettre fait elle-même référence à l’emploi d’expressions similaires à propos des dimensions institutionnelle et charismatique de l’Église (la vie consacrée étant explicitement référée à cette dernière), tant par Jean Paul II (« la dimension institutionnelle et la dimension charismatique […] sont coessentielles à la constitution divine de l’Église ») que par Benoît XVI (« les deux dimensions [charismatique et institutionnelle] qui ont pour origine le même Esprit Saint […] concourent ensemble à rendre présents le mystère et l’œuvre salvifique du Christ dans le monde »). Voir Iuvenescit Ecclesia 11.

48 Iuvenescit Ecclesia 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Malvaux, « La vie consacrée en questions »Revue des sciences religieuses, 91/3 | 2017, 415-430.

Référence électronique

Benoît Malvaux, « La vie consacrée en questions »Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3755 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.3755

Haut de page

Auteur

Benoît Malvaux

S.J. Procureur Général de la Compagnie de Jésus

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search